Partagez | .

sujet; Entrée Sud
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Jeu 27 Nov 2014 - 23:49

Invité
Invité
La situation semblait éternellement désespérée. La jambe d'Ysolde la faisait souffrir et malgré tout, elle avait continué de courir, entrainant dans sa course cette jeune alliée avec laquelle elle n'avait absolument pas eu le temps de parler. Le sol continuait inlassablement de s'écrouler et la rebut avait ramassé plus d'une fois cette adolescente visiblement traumatisée, refusant de la laisser en proie aux éboulements. Les murs non plus n'étaient pas sûrs et la jeune sorcière se fit avoir à plusieurs reprises en s'appuyant sur les parois déséquilibrées par les trous qui se formaient continuellement dans le sol. L'espace d'un instant, Ysolde se demanda comment le labyrinthe pouvait continuer à tenir. Mais le moment était clairement mal choisi et très vite, l'attention de la blonde se reporta de lui-même vers la fuite inlassable.

A une intersection, les deux jeunes femmes s'engagèrent dans une nouvelle voie, laissant avec soulagement, les tremblements de terre et les trous béants dans le sol en terre. Elles prirent le temps de s'éloigner du petit carrefour qu'elles avaient franchi pour finalement s'asseoir un peu plus loin. Ysolde se laissa glisser le long du mur glacé du labyrinthe et sa camarade en fit autant, étendant ses jambes tranquillement. Le déclic fut discret et ni Ysolde ni la jeune sorcière ne le perçurent, jusqu'à ce que les poignards ne s'élancent vers elles. Ysolde eut le réflexe de se coller à la paroi mais son alliée n'eut pas cette chance : l'un des couteaux se nicha dans sa poitrine. Un gargouillis se fit entendre tandis qu'Ysolde désormais debout, laissa échapper un cri strident en voyant du sang sortir de la bouche de celle qui avait été, l'espace de quelques minutes, un soutien. Aussitôt, l'ancienne médicomage posa ses mains sur le torse ensanglantée de la sorcière mais rien n'y fit, l'adolescente était décédée, un couteau en plein cœur. Des larmes à la fois de colère et de choc s'écoulèrent sur les joues d'Ysolde qui prit malgré tout le chemin inverse, ignorant les poignards. L'un d'eux vint pourtant se frotter à sa précédente blessure, celle qu'elle avait eu lors de sa rencontre avec les acromentules. Elle s'éloigna le plus rapidement possible, boitant et subissant toujours l'assaut des lames scintillantes. Elle fut à nouveau touchée à la cheville et laissa échapper encore un cri. Lorsqu'elle se retrouva à l'intersection qu'elle et son alliée avaient emprunté plus tôt, elle s'engagea dans une nouvelle allée sombre, priant pour qu'aucun piège morbide ne lui tombe dessus. Sa baguette, qui ne s'était jusqu'ici plus manifestée, commença lentement à reprendre de sa vitalité mais clairement pas assez pour pouvoir lancer des sorts. Ysolde resta un moment debout, au milieu du chemin, ne sachant pas à quoi s'attendre. Constatant que rien ne se passait, qu'aucun poignard tranchant ne venait lui lacérer les jambes, qu'aucune araignée géante ne l'attaquait et qu'enfin, aucun feu ne se dessinait à l'horizon, elle se laissa tomber lourdement au sol et très vite, dans la pénombre de cette cage géante, elle se laissa aller à pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Ven 28 Nov 2014 - 13:24

Invité
Invité
La paroi du labyrinthe se mit à se mouvoir, jusqu’à prendre la forme d’une bouche qui recracha le corps meurtri de Vyk. Péniblement, l’homme se redressa sur ses genoux, saisi d’une quinte de toux qui lui fit cracher l’herbe ingurgitée au cours de ce voyage dans le mur végétal. L’air frais s’était infiltré à travers ses poumons au moment où il pensait mourir, étouffé par l’étreinte murale. Mais au contraire, cette dernière l’avait sauvé. Elle l’avait épargné, repoussant pour lui les Sasabonsams, qui avaient eu le temps de s’abreuver de son sang, comme le témoignaient les morsures et les brèches encore ouvertes sur son corps. Perdu et désorienté, Vyk tenta de calmer le rythme de sa respiration, devenue irrégulière, à cause de ce mélange de peur et d’adrénaline qui s’était emparé de sa personne. Lorsqu’il baissa les yeux, il fut surpris de voir son reflet lui renvoyer son regard troublé. Petit à petit, le Gryffondor se releva, prenant malencontreusement appui sur ses mains lacérées par les éclats de verre brisée. Avec une angoisse grandissante, il prit connaissance des lieux. L’odeur désagréable de vase ne flottait plus dans l’air. De la main, Vyk tâta le mur de pierre qui l’avait vomi quelques instants plus tôt. Comme il s’en était douté, le rempart semblait solide, infranchissable. Autour de lui, en dehors des tâches de sang et de croupissures, le labyrinthe était d’une propreté impeccable.

Vyk s’engagea à travers les couloirs dessinés, à la fois inquiet et pensif. Morgana, Emrys, Hannah l’attendaient-ils toujours, dans la zone ouest du labyrinthe ? Peut-être que eux aussi avaient subi un changement de zone. C’était la seule explication plausible à laquelle Vyk était parvenu. Il se trouvait simplement dans un autre quartier, loin du brouillard, loin de l’eau, loin des créatures aquatiques. Loin de ses alliés également. Une forme attira son attention, et, prudemment, le jeune homme se rapprocha. A mesure qu’il avançait, la silhouette se faisait plus distincte : il s’agissait d’une jeune fille affalée contre le mur de pierre. Vyk tira sa baguette magique, son unique soutien rassurant dans toute cette épreuve. Il déglutit : les yeux inertes du cadavre poignardé le fixaient. Il contourna le corps sans jamais lui tourner le dos, puis il fit volte-face, et se mit à courir, le plus loin possible de cette pauvre sorcière que la Mort n’avait pas épargnée. Sans s’arrêter, il s’employa à mettre le plus de distance possible entre le cadavre et lui, ses propres bruits de pas résonnant jusque dans sa tête.

Enfin, il prit une bifurcation qui le mena à une énième intersection. Aucun piège ne l’avait assaillit. Il n’avait croisé aucune forme de vie depuis son arrivée dans cette zone. Le silence dominait, régulièrement coupé par Vyk, qui ressentait le besoin d’entendre des choses. La solitude le tourmentait et l’angoissait, le rongeant petit à petit. Il finirait par devenir fou, dans un tel environnement. Hawkstone s’arrêta, essoufflé, mais surtout désespéré. Il avait couru dans tous les sens, sans jamais rien trouvé. Soudainement, il tendit l’oreille. Il lui sembla avoir entendu un bruit… Des sanglots, discrets mais distincts. A pas feutrés, il atteignit enfin le corps féminin à la chevelure blonde étendu au sol. Celle-là n’était pas morte… Son corps était secoué de petits spasmes, dû aux pleurs. Vyk la contourna, restant prudent dans le cas où il s’agirait d’un piège. « Ysolde ? » souffla-t-il. Il avait du mal à y croire, et pourtant, c’était bel et bien Ysolde Yaxley qui se trouvait face à lui. En assez mauvais état, il fallait l’avouer. Vyk s’agenouilla près d’elle, pour l’aider à se redresser « Viens, vite. Il ne faut pas qu’on reste là. » Elle semblait à bout de force mais Vyk ne comptait pas lâcher maintenant. Retrouver Ysolde lui avait insufflé une dose de courage, un regain d’énergie non-négligeable.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Ven 28 Nov 2014 - 22:50

Invité
Invité
Intrigue #1 : de l'ouest au sud
Le labyrinthe & Reaghan


 
Il para rapidement le sort qu'elle lança pour libérer celle qu'il venait de pétrifier, avant qu'elle ne tente de s'en prendre à lui, se heurtant à un nouvel échec tandis qu'il la regardait fixement. Rien, qu'elle tentait vainement de le convaincre, mais il savait qu'elle avait tord et que Wyatt serait prêt à payer une jolie bourse, plus encore, très certainement s'il mettait la main sur la cadette, mais elle n'était pas ici. "Tu as raison, il donnerait sûrement plus pour ta sœur, remets-la moi et je te laisserai partir avec tes nouveaux amis." dont il se moquait comme de la dernière guerre moldue. A vrai dire, ce que pas mal de personnes avaient l'air de ne pas comprendre, était qu'il n'avait pas réellement de camp, qu'il n'avait rien de l'enfoiré pourri qui rejoindrait sans état d'âme les rangs des mangemorts. Il agissait pour la plus vieille raison du monde... l’appât du gain. Sa baguette bien en main, il se désintéressait des hypothétiques larmoiements qu'elle pourrait darder dans sa direction, et pour cause, il savait ce dont elle était capable et la cause qu'elle avait rejoint depuis sa désertion. Non pas qu'il jugeait son changement de camp, mais elle n'était plus la gamine dont il avait autrefois pris la défense, à grand renfort de duels... et il ne ferait pas l'idiotie de la sous-estimer. Tout comme il avait rapidement calculé qu'entre se retrouver face à elle et la rebute dont la baguette venait indiscutablement de se retourner contre elle, en y ajoutant la tétanisée qu'il ne connaissait pas, ne serait pas une bonne idée. Raison pour laquelle il l'avait mise hors d'état de nuire la première, quand bien même il ne s'en occuperait pas, puisqu'elle ne figurait pas sur sa liste, contrairement à Daphnée. Il s'apprêtait à lancer un nouveau sort dans sa direction lorsqu'un grondement se fit entendre alors qu'il venait d'esquisser quelques pas sur le sol dans sa direction. Mais cela n'avait rien à voir avec un caprice du ciel, non, cela provenait d'en dessous. Immédiatement, il braqua la tige sur le sol, lui ordonnant de cesser toute magie, mais non, le grognement sembla s'intensifier, lui prouver sa colère, sa rancœur, sa... "Fous le camp !" s'exclama-t-il à l'intention de celle qu'il avait un instant plus tôt eu l'intention de capturer, mais qu'il enjoignait à présent à fuir dans l'autre sens, à s'écarter des carreaux qui se brisaient, révélant un précipice assassin entre eux. Pas assez vite, alors que lui-même s'apprêtait à disparaître de son côté. "Mobilicorpus !" s'exclama-t-il, projetant en arrière la jeune femme par lévitation, suffisamment loin avant de se mettre à courir de son côté, s'exclamant d'un "Ascensio !" pour une nouvelle fois se donner l'impulsion nécessaire pour échapper au précipice grandissant. Ce labyrinthe commençait vraiment à l'agacer à l'interrompre dans chaque action qu'il désirait réaliser. Ré-atterrissant brutalement un peu plus loin, il sentit son corps cadavérique l'amortir difficilement, mais par chance, rien ne s'était brisé tandis qu'il poursuivait sa course insensée.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Ven 5 Déc 2014 - 13:13

Invité
Invité
Vyk tremblait. Il n’aurait su dire s’il s’agissait de la peur, de l’angoisse ou du soulagement dû aux retrouvailles avec Ysolde, mais il avait comme l’impression de ne plus pouvoir contrôler son enveloppe charnelle. Trop de tension, trop de pression. Il tomba à genoux, près de la blonde, et d’un coup d’œil critique, il évalua la situation. Elle haletait, mais au moins elle respirait. Elle souffrait, mais au moins elle vivait. Que pouvait-il espérer de plus ? « Viens. » lâcha-t-il du bout des lèvres, dans un ordre un peu brusque. Vyk rassembla toute son énergie pour se relever sur ses deux jambes, et dans le même geste, il aida Ysolde à l’imiter. Il n’était pas question qu’ils s’attardent davantage : à découvert, immobiles et exposés au danger. Ils auraient tout le temps de se retrouver et de discuter plus tard… à condition qu’ils quittent ce labyrinthe, vivants. Vyk avait pour priorité de retrouver Morgana, Emrys, et les deux rebuts : Hannah et Julian. De là, le petit groupe emprunterait le portoloin, même si Hawkstone ignorait encore comment contourner le maléfice des rebuts, qui les enchaînent à leurs maîtres.

Vyk et Ysolde progressèrent en silence dans le labyrinthe, toujours aussi sinistre. Le Gryffondor le craignait moins, comme s’il s’y était habitué à présent. L’effet de surprise était dissipé : il s’attendait à tout moment à voir un piège tomber, et il lui semblait avoir compris le mécanisme du terrain. A chaque tournant, un nouvel accident. Redoublant donc de prudence, Vyk s’assura surtout qu’il n’arrive rien à Ysolde. Avoir un allié de son côté constituait un véritable pilier de soutien non-négligeable, mais en contrepartie, l’inquiétude d’Hawkstone s’en voyait décuplée : il s’en voudrait trop, s’il arrivait quoique ce soit à la pauvre Yaxley. Et pourtant, comme une ironie du sort, ou plutôt, comme un sacré coup de pute de la part du destin, les craintes de Vyk devinrent réalité. D’abord une poupée. Puis deux. Puis trois. Et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’ils soient submergés par un véritable gang de figurines lugubres et sanglantes. « On doit continuer à avancer, allez. » encouragea Vyk, déterminé à tracer sa route. L’expérience avec les strangulots et les sasabonsams lui avait appris que mieux valait fuir les zones infestées de pièges, plutôt que de tenter de les combattre. Mais leur manque de vigueur, dû à la fatigue et à l’épuisement, leur fut fatal. Des poupées étaient parvenues à s’accrocher à Ysolde. Bientôt, elles l’escaladaient, soutirant à la jeune femme des cris épouvantables. Puis elles se retirèrent, probablement pour prendre plus d’élan, et mieux frapper. Ce fut réellement la goutte de trop, et Vyk sentit ses nerfs craquer. Littéralement.

Pour la première fois de sa vie, Vyk ressentit l'envie de tuer. La haine et la rage coulèrent dans ses veines dans leurs états les plus purs. Il tendit le bras, serrait sa baguette si étroitement que ses muscles en étaient bandés. Son regard était aussi glacé que le sortilège qu’il s’apprêtait à lancer était brûlant. « Feudeymon ! » La parole, ou plutôt le cri, était lancée avec une telle force que les cordes vocales de Vyk en vibrèrent. Il avait craché le nom du sortilège de la même façon qu’un dragon aurait craché du feu. Au moment où son visage aux traits déformés par la colère se tourna vers Ysolde, il comprit son erreur. Sa bêtise. Un Feudeymon… Incontrôlable, tout simplement. La tête de dragon enflammée avait jailli de sa baguette presqu’instantanément. Les flammes, qui avaient déjà avalé le groupe de poupées meurtrières, léchaient à présent les murs du labyrinthe. Il ignorait quelle serait la portée de ces braises, mais il espérait sincèrement faire le plus de victimes possibles dans le clan opposé. « Cours ! » s’écria Vyk, en agrippant sans la moindre délicatesse le bras d’Ysolde. Cette dernière était tétanisée, pétrifiée par sa peur phobique du feu. Vyk fut forcé de la pousser, motivé par l’instinct de survie. Ils devaient atteindre à tout prix leur portoloin. Autrement, le feu les encerclerait bientôt. Et ce, de manière définitive.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Mer 10 Déc 2014 - 21:15

Invité
Invité
Tout était si confus, Ysolde ne sut combien de temps elle resta au sol, pleurant comme une enfant. Une éternité surement. Jusqu'à ce que deux bras puissants ne la relèvent, la ramenant sur terre. Le visage de Vyk Hawkstone se dessina à travers les larmes, redonnant soudainement une bouffée d'espoir à Ysolde. Elle crut à une illusion au premier abord mais sentant bel et bien son parfum, sentant ses mains sur sa peau, force lui fut de constater qu'il était bien là, devant elle. « Vyk, c'est toi ? » le soulagement de retrouver une tête connue et plus particulièrement Vyk fit à nouveau pleurer Ysolde. Un fort sentiment de reconnaissance se diffusa dans l'esprit embrumé de la rebut, elle allait s'en sortir, elle en était persuadée simplement par le fait de voir le talentueux dragonnier. Elle eut envie de se jeter dans ses bras, de l'embrasser même, mais déjà il l'emportait dans son sillage cherchant sans aucun doute la sortie de ce labyrinthe infernal.

Ysolde ne sut quoi dire. Les mots semblaient trop insuffisant et elle avait peur de parler pour rien dire. La situation n'était pas vraiment encourageante, ce n'était ni le lieu, ni le moment pour s'épancher alors l'ancienne serdaigle suivant à la trace son sauveur, démesurément effrayée à l'idée de le perdre de vue. Ils avançaient, Vyk les guidant tous les deux à travers les méandres du labyrinthe, slalomant entre les parois rugueuses, tournant à des intersections avec courage et calme. Il avait cette attitude protectrice qui rassurait la frêle Ysolde pourtant, la peur qui lui tenaillait les entrailles la poussait à rester alerte, prête à venir en aide à Vyk à la moindre menace. Aucun piège n'était survenu depuis un moment, laissant un répit bien mérité aux deux sorciers, Ysolde affaiblie en était d'autant plus soulagée. Mais la tranquillité fut de courte durée car bientôt, une armée de poupées envahit l'allée dans laquelle se trouvaient les deux amis. Elles étaient arrivées progressivement mais elles formaient désormais une véritable vague de visages souriants à l'allure macabre. Le cœur d'Ysolde se mit à battre la chamade, tandis que sa main tenta d'attraper celle de Vyk. La fuite était la meilleure solution et c'est ce que les deux sorciers tentèrent de faire : fuire mais bientôt, Ysolde fut assaillie, une le long de sa jambe grimpant inexorablement, puis une seconde et une troisième. La panique gagna l'ancienne médicomage qui laissa échapper des petits cris angoissés. Prête à tomber pour disparaitre dans la nuée de poupées machiavéliques, le feu gagna l'armée de jouets soudainement, laissant une Ysolde désemparée. La main de Vyk se referma sur son bras avec une certaine violence mais la jeune femme ne posa aucune question et elle s'empressa de le suivre, tentant de mettre le plus de distance possible entre eux et le feudeymon que venait de lancer l'ancien gryffondor.

Le feu, son odeur et sa chaleur représentaient tout ce dont Ysolde avait horreur. Elle se concentra, fit un effort surhumain pour ne pas crier, ne pas céder à la panique. Une nouvelle fois, elle était prise au piège des flammes, comme si ses pires peurs devenaient des armes amusantes pour ses bourreaux. Elle continua de courir, malgré la fatigue et cette envie irrépressible de craquer, de se laisser tomber et consumer par les flammes. Mais elle suivait Vyk, refusant de perdre des yeux la lueur d'espoir qu'il représentait. La course dura un moment, le feu toujours plus ou moins proche. En passant, un autre piège se déclencha et Ysolde sentit une lame lui entailler les mollets. Avec un petit cri, elle chassa de son esprit la jeune sorcière et les poignards pour continuer de courir et avec soulagement, elle constata que Vyk n'avait pas été blessé. Les couteaux n'eurent pas plus d'impact sur leur fuite et Ysolde se sentit rassurée d'avoir échappé aux lames acérées. Le feu semblait lui aussi être à distance raisonnable, ainsi elle en profita pour saisir le bras de Vyk. « S'il te plait, est-ce qu'on peut ralentir ? » les forces lui manquaient et elle craignait de tomber dans les pommes. Le souffle court et les yeux rougis par les larmes, les jambes lacérées et sanguinolentes ainsi qu'une brûlure sur l'avant-bras, Ysolde se sentait misérable et pourtant, elle gardait au fond d'elle l'espoir de sortir vivante de cet enfer.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Jeu 11 Déc 2014 - 18:44

Invité
Invité
Un Feudeymon… Même lors de sa course effrénée à travers le labyrinthe, Vyk se demandait toujours qu’est-ce qui lui avait pris de lancer un sortilège pareil. Une incantation dont il ne maîtrisait rien. Son calme si habituel s’était fissuré, et il s’était laissé aller à un accès de colère. Voir Ysolde en si mauvaise posture l’avait boosté, et ses lèvres avaient finalement formulé le sort de façon naturelle. Comme si balancer des Feudeymon était une chose anodine. Maintenant que toute sa rage avait été évacuée en même temps que la tête de dragon enflammée avait jailli de l’extrémité de sa baguette, Vyk se sentait idiot mais surtout coupable. S’ils n’échappaient pas à cet incendie… Enfin, si Ysolde n’échappait pas à cet incendie plus précisément… ce serait comme s’il était l’auteur de sa mort. Son meurtrier. Dire qu’il s’en voudrait sûrement toute sa vie -et même après, dans le cas où il périrait avec elle, brûlé, immolé- était un euphémisme.

Une pression sur son bras le ramena à la réalité. Vyk avait été obnubilé par la course, motivé par l’envie de fuir, et de sauver sa peau ainsi que celle d’Ysolde. Pour cette raison, il ne l’avait pas lâché. Sa main serrait toujours étroitement le bras de cette dernière, comme s’il était effrayé à l’idée de la voir s’envoler. D’être séparé d’elle de nouveau. Le Gryffondor desserra la poigne, pour constater avec horreur qu’il s’était montré si brusque, qu’une marque demeurait à présent sur l’avant-bras d’Ysolde. « Je suis désolé. » parvint-il à souffler, entre deux inspirations. Il n’en pouvait plus de courir. Il ne maîtrisait plus son corps, ses jambes partaient toutes seules. Et pourtant, ils étaient loin d’en avoir fini. Le feu prenait toujours, et dans quelques instants, il les rattraperait. Ils n’étaient pas encore hors de danger, malheureusement. « Ecoute-moi bien : t’as été parfaite. » Vyk avait posé une main sur sa joue, toute douce sous ses doigts, et son front reposait à présent contre le sien. Jamais il n’avait été aussi proche d’Ysolde physiquement parlant, à deux doigts de l’embrasser, chose qu’il ne fit pas. En contrepartie, ses yeux bleus ne lâchèrent pas les siens, émeraudes. « Tu t’en sors parfaitement bien. Tu es courageuse, Ysolde, tu es forte. » Parler lui fut pénible puisqu’il manquait de souffle, mais Vyk sentait que Yaxley avait besoin de ces mots. Alors il les lui offrait, tout simplement, son courage vainquant sa timidité. « On continue, car tu en es capable. Tu le sais, et je le sais. Prouve-moi que j’ai raison. »

En fait, Ysolde n’avait plus rien à prouver. Il était tout à fait légitime qu’elle soit au bout de ses forces. Chaque pas devait probablement lui arracher d’intenses douleurs, vu les entailles sur ses mollets. La chair de son avant-bras était pratiquement carbonisée et à présent, ses nerfs craquaient. Mais Vyk était là pour lui rappeler qu’elle ne devait pas lâcher prise. Pas maintenant. Ils avaient perdu un temps précieux en s’arrêtant comme ceci. Et même si Vyk n’en éprouvait pas la moindre envie, la course devrait reprendre. Il brandit sa baguette, pointée vers les jambes d’Ysolde : « Episkey. » souffla-t-il. Les plaies cicatrisèrent, mais le Gryffondor devinait que la douleur persistait encore sous cette nouvelle couche d’épiderme. C’était mieux que rien. En revanche, suite aux nombreux sortilèges lancés, et surtout après le Feudeymon, Vyk sentait qu’il s’agissait là de son dernier sort, avant un bon bout de temps. « Prends-la. » dit-il sans la moindre hésitation, en tendant son bien le plus précieux à la jolie blonde. La baguette obéirait à Ysolde, puisque c’était Vyk, le possesseur en lui-même qui la lui confiait, de façon temporaire. Et maintenant qu’il avait les mains libres, Hawkstone tourna le dos à son amie, pour l’inviter à y prendre place. Il insista, ignorant les éventuels refus de la Serdaigle. Elle n’avait plus le choix.

Vyk se força à penser à autre chose. A autre chose qu’au poids d’Ysolde dans son dos. A autre chose que ses jambes qui le suppliaient de s’arrêter. A autre chose qu’au feu qui les rattrapait doucement, mais sûrement. La proximité avec Ysolde fut sa solution miracle. Sa joue, toujours aussi douce, contre la sienne… ses cheveux blonds qui lui fouettaient parfois le visage, ou encore, ses bras fins qui l’agrippaient comme s’il représentait son seul espoir. Tout ceci suffisait pour que Vyk s’imagine ailleurs que dans ce labyrinthe meurtrier. « On va s’en sortir. » parvint-il à articuler, un très léger sourire prenant place sur son visage. Positiver lui faisait le plus grand bien, alors même qu’il continuait de fuir ou d’esquiver des pièges qui pourraient venir à bout de lui.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Lun 15 Déc 2014 - 22:25

Invité
Invité
Les mots de Vyk se voulaient rassurant et Ysolde fit tout son possible pour se concentrer dessus. Le visage du sorcier, sa voix aussi, il fallait qu'elle se raccroche à ça. Elle ne cessait de repenser au soulagement qu'elle avait éprouvé en se trouvant face à Vyk. Le courage n'avait jamais vraiment été dans le caractère d'Ysolde. La fragile et douce Ysolde. L'altruiste prête à tout pour rendre service. Ysolde, la faible. Cette pensée fit l'effet d'une claque à la jeune sorcière. C'était évidemment ce que tout le monde pensait d'elle et pourtant, Vyk s'évertuait à lui souffler le contraire, à lui remonter le moral. Et elle ne répondit rien, préférant ignorer les pensées sombres qu'elle avait sur sa propre personne. Toutefois, elle ne put s'empêcher de chuchoter, plus pour elle-même qu'à l'adresse de Vyk : « Je n'en suis pas aussi sûre que ça. » et elle eut d'autant plus ce sentiment de faiblesse, cette impression d'être un petit animal blessé et sans défense, lorsque Vyk, dans la plus noble des intentions soigna les jambes de la sorcière. Ce fut douloureux et pas complètement efficace néanmoins, Ysolde lui en fut reconnaissante. « Merci, ça fait du bien. » en réalité, le sort ne l'avait pas soignée, le sang avait cessé de couler le long de ses jambes mais les blessures étaient toujours là. Mais Vyk devait le savoir et son intention restait agréable.

Ysolde fut surprise lorsque Vyk lui tendit sa baguette. Que voulait-il faire ? Il l'avait sortie de sa torpeur et désormais, il la laissait prendre le contrôle ? Elle ne s'en sentait absolument pas capable et l'espace d'un instant, elle eut envie de fondre en larmes, accablée par la confiance qu'il mettait en elle alors qu'elle était à bout de forces. Elle ne se sentait plus assez forte pour continuer, avoir son propre destin entre ses mains était une chose, avoir celui d'un être cher en était une autre. « Vyk, je... je ne sais pas. » mais elle n'eut pas besoin de terminer sa phrase puisque le gryffondor l'ignorait déjà en lui tournant le dos. Et en un mouvement, elle comprit qu'il n'allait pas l'abandonner, il n'allait pas la laisser se débrouiller. Ysolde se sentit coupable d'avoir eu cette idée en tête, elle connaissait Vyk et son épuisement la menait à valider les plus stupides hypothèses. Il lui présentait son dos pour qu'elle grimpe. Il voulait la porter. La baguette du dragonnier fermement emprisonnée dans sa main, la rebut monta sur le dos de Vyk, profondément reconnaissante. « Merci, je... merci. Merci. »

Lorsqu'ils commencèrent à avancer, Ysolde s'agrippa fermement au torse de Vyk, laissant sa tête se poser sur l'épaule du jeune homme, ses cheveux valsant au rythme des pas de son sauveur. « On va s’en sortir. » comme une promesse et à ces mots, Ysolde ressentit une vague d'espoir. Ils allaient s'en sortir. Et si jamais ce n'était pas le cas, ils seraient ensemble, quoi qu'il arrive. Tandis qu'une dernière larme s'échappa, glissant sur la joue d'Ysolde avant de rejoindre la peau de Vyk, l'ancienne serdaigle perçu un bruit familier désormais. Elle regarda aussitôt au sol et fit les lames brillantes s'élancer dans la direction des jambes de Vyk. « Vyk, fais attention ! Expulso ! » et aussitôt, le premier poignard se trouva propulser dans la direction opposé. Il en fut de même pour le second. « Evanesco ! » le troisième s'évapora dans l'air, disparaissant dans l'inconnu. A grand renfort de sortilèges d'expulsion et de disparition, les couteaux furent bientôt vaincus, la baguette de Vyk obéissant parfaitement aux ordres d'Ysolde. Ils restèrent interdits pendant plusieurs secondes et constatant que les armes blanches n'étaient plus une menace, Vyk se remit à marcher, Ysolde fermement accrochée sur son dos.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Dim 28 Déc 2014 - 9:24

Invité
Invité
Les tâches étaient bien réparties. Alors que Vyk ne se concentrait sur rien d’autre que l’effort physique et la course, Ysolde se chargeait de scruter les lieux, de les reconnaître, et d’en déjouer les pièges. Le feu était toujours à leur trousse, ils étaient coincés dans le labyrinthe, mais malgré tout cela, le jeune sorcier ne perdait pas espoir. S’il avait été seul, il se serait certainement laissé abandonner à son sort : celui de périr dans les flammes de son propre Feudeymon. Mais la vie d’Ysolde était en jeu, et, plus que tout au monde, elle lui était précieuse. Cette motivation était amplement suffisante pour que le dragonnier continue son avancée, bien qu’il ne sache pas où il se rendait réellement. Ils étaient peut-être même en train de tourner en rond, mais tant qu’ils distançaient le feu, Vyk se sentait un peu plus soulagé à chaque pas.

Lorsqu’Ysolde cria, Vyk fit volte-face, de justesse. Encore un peu et ces foutues lames se plantaient dans ses jambes. Essoufflé, il tourna simplement la tête pour jeter un regard reconnaissant à Ysolde. Voilà bien la preuve qu’elle n’était pas faible. Contrairement à ce qu’elle pouvait penser, elle était utile. Elle venait de le prouver en leur sauvant la vie, à tous les deux. Vyk reprit la marche, plus prudent au départ. A force de courir sans réfléchir, il en avait presque oublié ces fameux pièges qui leur tombaient dessus. Et en parlant de ceci, le piège suivant fut… à la fois étonnant et déroutant. Mais pas moins terrifiant. Vyk était un homme de taille plutôt grande, mais le colosse qui lui faisait face le dépassait d’une bonne tête au moins. Etait-ce réellement un être humain… ? Le désespoir pouvait se lire dans les yeux bleus de Vyk : il ne se sentait pas de taille à affronter cet homme, il n’en avait pas la force. Quant à Ysolde, elle était bien trop mal en point pour tenir le coup face à un duel. Alors, ils avaient parcouru tout ce chemin pour rien ? Ils avaient fait tout ceci en vain ?

« Répondez de façon juste, ou vous ne passerez pas. » Vyk sentit le soulagement le gagner. Le Sphinx ne leur déclarait pas la guerre. Du moins, pas de façon explicite. Mais c’était tout, sauf le moment de jouer aux devinettes ! Le feu les pourchassait toujours. Sans compter les mangemorts qui avaient dû être envoyé par le Magister, fou de rage. Vyk et Ysolde pouvaient s’estimer heureux de n’avoir croisé la route d’aucun d’entre eux. « Qui est apparu en premier, le phénix ou la flamme ? » reprit la voix grave. Le Gryffondor était incapable de se pencher sur la question, obnubilé par tous les autres facteurs dangereux qui les entouraient. Alors qu’il se préparait déjà mentalement à un duel avec le grand colosse, la voix d’Ysolde se fit entendre : « Le cercle n’a pas de commencement. » Le Sphinx les toisa longuement. Puis, d’un pas sur le côté, il se décala, leur laissant l’accès à la zone Est du labyrinthe. Vyk sentit une bouffée de joie l’envahir. « Tu as réussi ! Tu es... » Epoustouflante. Il avait eu tort de ne pas s’appuyer sur les capacités d’Ysolde. Bien sûr qu’elle aurait trouvé la réponse… en digne Serdaigle qu’elle avait été ! Sans plus attendre, après avoir adressé un sourire empli de fierté à Ysolde, Vyk détala vers ce qui lui semblait être la porte de sortie. Sans se douter qu’il s’agissait d’une énième zone du labyrinthe, qu’il allait devoir parcourir et découvrir.

Changement de zone
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entrée Sud   Dim 28 Déc 2014 - 16:24

Invité
Invité


   
   Intrigue#1
   Entrée Sud



U
ne odeur bien particulière vint se frayer un chemin jusqu'à mes narines, bravant la barrière de sûreté créé par la bulle m'entourant. Tanguant sur mes jambes blessées, je tournais sur moi-même avant de lever les yeux au ciel. Un ciel sombre qui contrastait avec le blanc cassant et pur des murs de la zone Sud. Et dans le ciel, de la fumée, des flammes naissantes. Un hoquet de surprise et de peur me transcendèrent alors que je retournais planter mon regard devant moi. Je ne voyais plus Maksim et cela ne me rassura pas vraiment. Une vague d'inquiétude me parcouru. Brown l'aurait-elle touchée pendant ces quelques secondes d’inattention ? Non, impossible. Maksim était plus fort que cela, plus fort qu'une Insurgée, qu'une traître. L'odeur des flammes, une odeur de brûlé vint lécher mes entrailles alors que je regardais autour de moi, me tournant avec difficulté. Je sentais mes jambes me hurler d'arrêter, de laisser tomber. Que les flammes viennent et m'emportent ! Mais je ne pouvais pas, je n'étais pas assez courageuse pour me laisser mourir ici. Je tenais encore tellement à vivre, qu'importe ce qui allait suivre, je voulais vivre. Et cette fois-ci, pour sauver ma peau, je n'allais penser qu'à moi.

La bulle de protection autour de moi disparu sans prévenir et la chaleur montante me frappa de plein fouet. Il faisait chaud et la fumée débarquait entre les murs de la zone sud. Est-ce que le feu faisait partie du spectacle ? Je commençais à en douter lorsqu'autour de moi les poupées cessèrent de se mouvoir et que les couteaux disparaissaient. Non, ce n'était pas prévu. Au dehors, des cris parvinrent jusqu'à mes tympans et je fus désormais certaine que le feu n'était pas prévu. Mais alors, que faire ? Courir, courir voyons ! Je me mis alors à courir, du moins j'essaya avant de me rétamer complètement sur le sol dans un cri de douleur. Mes jambes en avaient décidé autrement. La fumée commença à grimper le long de ma peau, s'invitant dans mes poumons. Une quinte de toux me traversa alors que je rampais, à quatre pattes, dans la direction opposée aux flammes. La fatigue, le manque d'air, c'était infernal. Puis soudain, une pair de jambe apparue devant mes yeux. On m'attrapa par le bras et me souleva. Un cris de douleur resta coincé dans ma gorge alors que je sentis le sol se dématérialiser sous mes pattes. Je sortais du labyrinthe. Enfin.    
WILDBIRD
[/color]

 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Entrée Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» demande gif entrée
» Recettes d'entrées en vidéo.
» A l'une des entrées de la catacombe...
» Une entrée fracassante
» Hall d'entrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Events et intrigues :: Intrigue #1; Creepy Halloween
-