Partagez | .

sujet; INTRIGUE # 1 ►chasse à l'homme

Invité
Invité

L'agitation se faisait plus grande, plus oppressante tandis que les Rebuts affluaient toujours plus nombreux sous la tente de préparation. L'air s’alourdissait et mon inquiétude tournait doucement en de l'anxiété. En d'autres situations, je me serais faufilé avec hâte dans les gradins, j'aurais eu acheté une place de choix et sautillerait d'impatience à l'attente du début des festivités. Mais là, c'était différent, j'étais la proie et j'enviais mes chasseurs. J'ignorais ce que les organisateurs nous réservaient et j'étais partagé entre l'envie de le découvrir pour assouvir ma curiosité, et le désir de ne rien savoir, de retarder le moment fatidique à tout prix. Mais rien que j'eusse pu faire n'aurait changé quoi que ce soit à ma position, peut-être aurais-je de surcroît mis ma vie en danger en contestant les ordres donnés. Alors j'attendais, je patientais. Sous la tente, tout avait l'air de se mouvoir hors du temps. Je n'aurais su dire combien de temps s'était écoulé avant que je ne sois rejoins par une autre Rebut, l'une de ceux qui me donnent envie de vomir. Son air arrogant, sa façon de contester, tout en elle était exécrable, de la blondeur de ses cheveux au ton de sa voix en passant par son statut. Car elle ne faisait clairement pas parti d'une quelconque élite et devait assurément devoir sa condition de Rebut à son affiliation avec les Insurgés. En d'autres termes, je lui aurais craché au visage et lui aurais ordonné d'adopter un autre ton. Mais je n'étais pas en position de force et je m'obligeais donc à garder le silence, droite sur ma chaise, le regard fixé à un point face à moi. Je me remis à attendre.
D'avantages de Rebuts nous rejoignirent très vite et je reconnus rapidement Ysolde Yaxley, une ancienne collègue de Sainte-Mangouste. L'espace d'un instant j'eu le désir de regretter le présent, de me laisser envahir par la nostalgie de cette époque où je soignais des vies, où j'aidais les sorciers à se porter mieux. Mais cette époque était révolue, la femme idiote et superficielle de ce temps l'était également. Je me devais de me concentrer sur la tâche à venir et peu importe ô combien elle pouvait m'effrayer. Il était temps de faire preuve d'obstination et de force, le courage était facultatif mais j'espérais pouvoir en puiser quelques pincés le moment venu. Il me serait utile, j'en étais certaine.

Un Rebut plutôt particulier fut installé à nos côtés et mon regard se posa instinctivement sur lui. Ce que j'en vis m'hérissa la nuque et teinta mes yeux de dégoût. Une créature, il ne pouvait en être autrement, sinon pourquoi tant de précautions pour le maintenir dans cet état ? Je détournais mon regard rapidement avant de porter mon attention sur l'annonce faite depuis la tribune occupée par le Magister et ses plus fidèles collaborateurs. Puis le thème tomba. De l'eau. Je déglutis avec toute la discrétion dont j'étais capable. Ce n'était pas bon, pas bon du tout. S'il fallait nager j'allais obligatoirement avoir un malus de départ, la malformation de ma cage thoracique ne me permettant pas de produire un effort trop intense durant une période trop longue. Nager, c'était un effort et si le terrain était grand, c'était un désavantage. Je n'avais aucune envie de mourir noyé devant un nombre trop important de sorciers ayant le regard braqué sur moi. Je tentais de mettre mon esprit en ordre alors qu'un spectacle débuta. Je ne pu en attraper tous les instants, n'ayant pas le droit de quitter mon siège. Je fus distraite, le temps de quelques minutes avant que l'être aquatique aux couleurs des Insurgés ne viennent menacer le public. Je retins mon souffle, ils n'allaient tout de même pas...mais aussitôt ma pensée formulée dans ma tête que la créature aux couleurs du Magister s'empara de la bête et l'acheva, lui arrachant ses écailles, ne lui laissant que sa voix pour agoniser. Je ne savais pas quoi penser de cette démonstration de force purement divertissante. Craignaient-ils que les Insurgés ne viennent mettre leur grain de sel dans cet événement ? Ils n'y avaient aucun intérêts, sauf si ce n'était tenter de sauver quelques uns de leurs comparses. Et dans ce cas là, qu'ils se montrent, je les attendais.   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Toujours avec les rebuts, Ysolde eut tout le loisir d'observer les lumières s'éteindre pour laisser place à un éclairage particulier, centré sur le labyrinthe. La scène était angoissante : l'eau envahissant les couloirs étroits, la demeure hantée flottant au dessus des flots troubles. Alors qu'Ysolde détachait son regard pour aller observer la foule, cherchant désespérément un visage connu, elle fut déçue de ne pas voir Vyk Hawkstone ou bien Clyde Barjow avec lesquels elle était pourtant amie. Elle aperçu sa maîtresse, Siwan, impassible, assise aux côtés de son fiancé et la voyant, droite avec son visage inexpressif, Ysolde sut qu'elle n'allait pas la sauver. Si elle avait été jusqu'à présent une patronne agréable qui ne lui en faisait pas trop baver, l'esclave comprenait que ce qu'elle allait bientôt vivre allait dépasser toutes les punitions imaginables. Peut-être était-ce finalement ce qu'elle avait mérité, suite à sa tentative d'évasion.

Ysolde ne cèda cependant pas à la panique et reporta son regard vers le spectacle présenté. Une histoire grecque fut racontée et bientôt, des sorciers sur balais firent quelques pirouettes. Tout alla très vite, il y eut quelques figures aquatiques et alors que les sorciers se séparaient, Ysolde vit deux créatures immenses émerger de l'eau, chacune de chaque côté. Une dans chaque camp. Il n'était pas difficile de reconnaître le mouvement des insurgés. Alors que les acteurs encourageaient leur créature à leur façon, l'un des deux animaux se détourna pour se diriger dangereusement vers la foule de civils. Une vague de panique envahit le public et Ysolde ne put s'empêcher de jeter un oeil vers Siwan dont les traits exprimaient à présent un mélange de peur et de surprise, voire de dégoût. La rebut détacha son regard une seconde fois en apercevant du mouvement de l'autre côté. La créature ennemie attaqua avec une violence inouïe, causant des dégâts mortels sur la créature aux couleurs des insurgés. Lorsque l'eau prit une couleur rougeâtre et que le vainqueur du duel de monstre disparut dans les eaux désormais troubles, Ysolde eut un frisson d'angoisse.

Instinctivement, elle chercha à nouveau dans la foule, priant pour trouver un visage familier. Plusieurs rebuts avaient cédé à la panique et des cris d'effroi retentissaient. Le public lui-même eut un sursaut de terreur. Tandis qu'elle scrutait les visages, Ysolde tentait d'ignorer cette petite voix qui ne cessait de lui chuchoter que la mort l'attendait dans ce labyrinthe. Elle allait devoir y entrer et faire face à ce monstre sanguinaire et Merlin savait quelles autres créatures se cachaient dans ces eaux profondes ! Au bout d'un moment, incapable de repérer un ami dans les gradins, elle dût se rendre à l'évidence : personne n'allait la sauver cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Les mains profondément enfoncées dans ses poches, Clyde suivait Ivory et un de leurs amis – dont Vincianne avait pris l'identité (à leur insu, forcément). L'événement promettait d'être ennuyeux au possible et, face à tous ces rebuts, le loup ressentait une pointe d’écœurement le prendre à la gorge. Il n'était présent que pour « faire plaisir » à Ivy qui l'avait tiré jusqu'ici (de gré ou de force, lui avait-elle dit) et rien, pas même le spectacle annoncé n'était susceptible de lui remonter le moral. L'oeil morne, Clyde qui était tellement habitué à faire la conversation ou à charmer la goule était clairement renfrogné. Bras croisés, il attendait, se permettant de se fendre un chemin à travers la foule dense de badauds. « On va s'éclater honey »  marmonna Clyde à l'adresse de son amie, lui tournant délibérément le dos pour aller rejoindre les gradins où il échoua sur une place qui lui était sûrement destinée. Son regard balayait l'assemblée agglutinée. Puis vint l'heure fatidique – celle de la représentation qui tourna au cauchemar. D'abord vaguement impressionné par cette lutte qui opposait les deux bestioles, il fut bien obligé d'imiter ces comparses lorsque l'une d'elles se focalisa sur le public, faisant claquer ses mâchoires non loin des premiers badauds. Un faible grognement passa ses lèvres alors que, les yeux écarquillés, il considérait de plus près l'odieuse bête qui l'avait tant effrayé. Puis ses prunelles se portèrent un instant sur une silhouette féminine, surmontée d'une tête blonde. Ysolde - il aurait voulu se dresser et l'appeler, mais une part de lui savait pertinemment que gesticuler pour appeler l'attention d'une rebut ne lui attirerait aucune faveur. En désespoir de cause, il agita la main, cherchant à attirer l'attention d'Ivory, et porta ses paumes en coupe autour de sa bouche « Rappelle-moi de ne plus jamais t'écouter ! » s'attirant fatalement quelques regards courroucés. Rustre, il l'était. Mais force était de constater qu'il s'en fichait.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.


‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 11681
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
Ils s’étaient rapprochés des remparts du labyrinthe ; toujours dans l’ombre des tentes, suffisamment loin pour voir le spectacle d’en bas (ce qui le rendait encore plus inquiétant) mais suffisamment loin pour ne pas recevoir de projections aqueuses dues aux mouvements lourds des créatures qui livraient plus loin un combat sauvage. Selma (un serpent géant d’eau douce aux écailles rouges, robuste et – pour le coup – doté d’une tête à chaque extrémité) contre Dragon d’eau (plus massif, mais moins agile et moins rapide).

La silhouette de Beatrix Carrow se profila ; Draco contint l’agacement naissant derrière une façade impassible, polie par des années d’entraînement. Il n’avait pas pardonné à Beatrix l’intrusion tardive au Manoir durant laquelle elle s’était permis, à l’égard de Scorpius, des libertés qui avaient fatalement poussé le jeune père surprotecteur à la défier en duel. Une idée dérangeante lui traversa d’ailleurs l’esprit : et si elle était à l’origine de la fuite de l’information dans la Gazette ? Il se tendit imperceptiblement sous le coup de la suspicion qui traçait un chemin brûlant au creux de ses veines, mais s’obligea à repousser l’idée – elle avait affirmé ne pas vouloir de mal à Scorpius et ne pouvait donc pas être la source des rumeurs. N’est-ce pas ? Peut-être. Peut-être pas. Son index tritura la chaîne de sa montre ; son absence cuisante de confiance en la blonde Carrow jouait en la défaveur de la concernée et il ressentit le besoin de s’éloigner d’elle autant que possible. Bon timing : la scène jouée, qu’il avait comme les autres membres de la sécurité vue à deux ou trois reprises avant les festivités, semblait mal tourner.

La créature représentative des Insurgés venait de tourner sa cruelle attention contre le public – étrange ironie considérant les récents évènements, ponctués d’agressions et de meurtres qui n’avaient rien fait pour redorer le blason de la rébellion aux yeux de la communauté sorcière. Un origami d’urgence (papier teinté de nuances dorées par un sort) battit des ailes jusqu’à eux et, réflexe d’Attrapeur, Malfoy s’en saisit tandis que Maksim conversait avec celle qu’il ne pouvait s’empêcher de voir comme une intruse. Il survola l’ordre de prendre place autour du labyrinthe afin de contenir la fureur de la créature et serra les dents pour ravaler sa frustration. C’était le pire scénario – bien sûr, les répétitions et préparatifs s’étaient déroulés sans encombre et il fallait que ce soir on leur confie la tâche de renforcer les chaînes d’un monstre carnivore qui, s’il déchaînait sa rage contre eux, ne ferait sans doute qu’une bouchée de l’ensemble de l’équipe. Sans commenter le message, Draco le tendit à Maksim et reporta finalement son attention sur la Carrow, sans se donner la peine de la regarder pourtant. « Je t’en aurais également fait part », commença-t-il d’un timbre trainant, à propos du parchemin – « Mais il ne me semble pas avoir vu ton nom sur la liste des membres de la sécurité. Résultat de ta piètre performance au Ministère, je suppose ? » Il savait qu'elle y était – mais seulement reléguée parmi les noms des rafleurs voués à grossir les rangs en cas de problème avec les Rebuts (ou les Chasseurs) après le lancement. « La place des spectateurs se trouve dans les gradins. » Conclut-il d’une voix tranchante en désignant les sièges réservés à la plèbe, plutôt que les tribunes. Il s’éloigna ensuite d’un pas pressé, nullement rassuré par les mines terrifiées de ceux déjà sur place – seulement visibles de près, heureusement, du fait du manque de visibilité.

Ici, l’ambiance était sensiblement différente. Le lac était désormais agité de vagues qui échouaient à grands flots sur les berges, les rendant glissantes – boueuses, instables – et trempant tous ceux qui se tenaient à proximité. Des voix s’entrechoquaient : ordres aboyés, sorts beuglés ; les gestes se voulaient rapides, précis, mais la deuxième tête du Selma s’offusquait des tentatives pour stopper la première. Heureusement limitée par les multiples chaines, solides et contraignantes, qui fusaient des baguettes pour s’enrouler autour d’elle et limiter ses mouvements, la créature parvint cependant à déséquilibrer l’un des sorciers. Les autres, horrifiés, n’eurent pas le temps de le retenir qu’il sombrait déjà dans l’eau – seulement pour être aussitôt happé par le féroce animal, ivre de sang. « Je me fiche de ces veracrasses de Défenseurs des Créatures et de leurs normes, abattez-moi cette vermine ! » hurla leur supérieur, hors de lui. Et comme un seul, ils dirigèrent leurs sorts contre le Dragon d’eau, pour amplifier son agressivité et le pousser à attaquer le Selma incontrôlable.

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
« Cheer up ! Y’aura de l’action Barjow, qu’est-ce que tu réclames de plus ? » Ivory avait lancé la question d’un ton léger, presque amusé, tandis qu’un contrôleur vérifiait les billets du trio. Ces histoires de chasses à l’homme faisaient chaque année naître en elle un soupçon de dégoût vite terrassé par l’intérêt ; instinct oblige, c’était le type d’aventures auxquelles elle aimait se retrouver confrontée. Mais pour le coup elle ne se trouverait pas sur le terrain. Plutôt dans les Tribunes, à une place de choix qu’elle était parvenue à soutirer à ses employeurs, à l’aide d’un argumentaire peaufiné par Castiel – roi de la manipulation. Elle avait même réussi à décrocher un siège supplémentaire pour « un invité » et en avait fait bénéficier l’un des deux larrons dont elle était flanquée ce soir. Le « veinard » se trouvait être Clyde, qu’il lui avait fallu faire abdiquer à force d’insistance et de persécutions. Le second, elle ne l’avait croisé avec plaisir (et surprise) sur le Chemin de Traverse que la veille, alors qu’elle le croyait à l’étranger. Autant dire qu’après lui avoir sauté dessus pour fêter son retour comme il se devait, elle l’avait criblé de quelques insultes afin de manifester son indignation de ne pas avoir été prévenue à l’avance, peu soucieuse des regards outrés dont ils avaient écopé à cause de cette bagarre ponctuée d’éclats de rires. « On va s'éclater honey. » Lâcha Clyde en se laissant tomber dans un siège des gradins. « Et aux meilleures places qui soient mon chou », fit-elle mine de crâner alors qu’elle était pour le moins ironique. Si elle ne lui avait rien dit jusque-là, c’était bien parce qu’il serait sans doute furieux. Genre, deux fois plus qu’à l’heure actuelle. Elle lui mit sous le nez les billets dont elle s’était chargée jusque-là, riant nerveusement des grimaces horrifiées que lui servirent unanimement ses comparses. « Vous connaissez les opportunistes qui dirigent la Gazette. Ces bâtards espèrent quelques mots du Magister, alors… » Elle se racla la gorge puis ajouta – « Difficile de refuser un tel honneur. » Curieuse, elle se tourna ensuite vers leur ami. « Et pour toi ce sera quoi, gradins ou terrain ? Si tu participes j’crois qu’il va te falloir courir, les autres ont l’air déjà prêts non ? » Il était resté mystérieux à propos de ses projets pour cette nuit, titillant l’insatiable curiosité d’Ivy au point d’en faire une torture. Bien sûr elle ne se doutait pas que sous ces traits se cachait Vincianne, prête à défendre les intérêts des Insurgés... « Rappelle-moi de ne plus jamais t'écouter ! » gronda Clyde alors que torches et bougies s’éteignaient, agaçant les spectateurs installés à proximité – dont il n’avait clairement que faire, puisqu’il réitéra l’expression de son mécontentement en demandant cette fois à leur ami de lui rappeler de ne plus se faire embobiner par Ivory. La concerné éclata de rire, puis salua d’un geste l’électron libre qui les avait accompagnés jusque-là et attrapa Clyde par le bras pour le traîner derrière elle. « Grouille-toi, je dois absolument commencer à prendre des notes ! Si tu n’avais pas tant trainé on aurait été à l’avance. » Ce n’était pas très professionnel que de manquer les premiers instants de l’évènement qu’elle couvrait.

La Tribune officielle dans laquelle ils se retrouvèrent était « bien » remplie : Lucius Malfoy à distance respectable du commentateur qui n’était autre que Wyatt Greengrass, les autres membres principaux du comité et quelques autres fidèles assumés du Mage Noir se trouvaient là ; parmi eux, Severus Snape, Directeur de Poudlard. Autant pour l’ambiance. Clyde et elle échangèrent des regards lourds de sous-entendus, avant que n’éclate entre eux une mini-dispute à base de gestes et de mots formulés du bout des lèvres plutôt que déclarés à voix haute, pour déterminer qui était à blâmer pour cette situation déplaisante (Clyde optait pour elle bien sûr, et elle pour son boss). Mais ils cessèrent de gesticuler lorsqu’ils écopèrent de quelques regards à glacer le sang et que Greengrass reprit la parole. Plume à Papotte et parchemins rendus rigides par un sort pour pallier l’absence de sous-main furent sortis aussitôt qu’elle eut pris place et, tout de suite plus concentrée, elle s’empressa de scruter la scène à l’aide de multiplettes, dictant par la pensée une suite de phrases à sa Plume enchantée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Peut-être aurait-elle du mieux choisir la personne de qui elle allait voler l'apparence. Le grand corps de Cormac n'avait rien de pratique, sa silhouette dégingandée se mouvait avec lenteur. Teresa avait bien du mal à comprendre comment le jeune homme avait fait pour être si habile sur un balai sur toutes ces années. Elle espérait pouvoir se débrouiller dans le labyrinthe...Mais comme c'était partie, elle aurait vite retrouvé son apparence normale tant l'attente se faisait longue. D'un œil distrait, la sang pur s'appliquait à ne croiser aucun regard. Elle évitait de croiser ceux qui n'étaient pas ses complices. La sécurité, elle préférait ne pas prendre de risques. Seulement, une jeune femme, Melinda à la voix haut perchée s'adressa à elle. Passablement gênée, elle se racla la gorge. Entendre sa voix plus grave la surprenait toujours. Mais bien vite sa gêne se changea en un sourire qu'elle espérait moqueur. « Bien sûr, tu n'as pas oublié un beau sorcier comme moi, ma petite Lavinda », répondit-elle non sans lui offrir un regard de dragueur tout ce qu'il y avait de plus ridicule. Soudainement, l'éclairage se fit moindre. Piquée de curiosité, Teresa s'avança jusqu'à l'entrée de la tente, passant son visage au-dehors. Malgré sa grande taille, elle ne parvint pas à discerner ce qui pouvait bien se passer mais l'adrénaline monta d'un coup en attendant les cris du public. Elle n'avait vraiment plus qu'une hâte, se jeter dans l'arène et retrouver ses anciens mécanismes d'aventurière. Elle devait néanmoins garder à la tête qu'elle n'était pas là pour s'amuser mais bien pour sauver les Rebuts. Peut-être que cette fois-ci, elle parviendrait à sauver June Winchester. Elle retourna ensuite à sa place, Lavande la rejoignant à nouveau. Elle avait entendu des choses sur sa complice, sur son changement de comportement mais à l'instant, c'était de la jeune femme qu'elle se sentait le plus proche. Elle pouvait ressentir qu'elle aussi avait hâte d'en découdre, elle laissa donc s'échapper un rire maniéré et superficiel. « Tu m'en laisseras quelques-uns, que j'ai de quoi m'amuser aussi, je n'hésiterai pas à faire tomber mes rivaux », répondit-elle en lui glissant l'éternel regard de crâneur que McLagen arborait toujours. Par rivaux, elle entendait bien tous les Mangemorts qu'elle croiserait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
intrigue #1 : the show must go on.
Astoria, le polynectar, et tous les tarés dans le labyrinthe



"Nous nous sommes juste retrouvés ici lorsque je t'ai fait la surprise de ma présence, tu ignores tout de comment j'ai pu vous rejoindre, ne l'oublie pas." souffla-t-elle à Emrys en réponse à l'expression de sa culpabilité, ses prunelles trouvant les siennes, ne pensant qu'à cette seconde précise. Son ton taquin semblait aussi léger que la caresse laiteuse de la brume environnante, mais il ne s'agissait ici que de lui murmurer ce qu'il devrait dire si quiconque le questionnait à son sujet par la suite. Elle le déchargeait ainsi de toute culpabilité aux yeux des autres, mais ne pouvait rien faire concernant celle qui pourrait finalement lui obscurcir l'esprit. Détournant les sombres éclats des prunelles dérobées pour trouver d'autres visages... ce fut celui de Draco qu'elle vit finalement s'approcher dans leur direction, les doigts de son compagnon d'infortune venant se déposer avec autorité sur son épaule pour la retenir d'effectuer le moindre pas. Mais il ne la reconnut pas, n'ayant même pas l'ombre d'un doute, il les dépassa pour poursuivre sa route sans qu'elle ne fasse l'ombre d'un geste, d'obscures flammes venant balayer l'intérieur de son être.

Une voix trop familière déroba son attention, la subtilisant au blond dont elle avait pourtant suivi l'éloignement jusqu'à présent, ainsi ses prunelles se dirigèrent vers les tribunes... Wyatt Greengrass parlait. Son palpitant sembla manquer un nouveau battement, retenir son souffle, trembler face à cette trépidante réalité qui la laissait retrouver d'habituelles sensations. La captivante inquiétude des réactions de son père, la révolte insidieuse de ne pas vouloir revenir auprès de lui, mais de désirer suivre un autre démon jusqu'aux rives maladives d'un manoir venteux. Puis, comme par simple automatisme, elle laissa son attention dériver vers le spectacle annoncé, le lac et ses créatures. Pragmatique, elle pinça les lèvres à l'idée de ce qui devait se trouver à l'intérieur du labyrinthe, mais les évènements la sortirent de ses réflexions, la laissant effectuer un pas de recul, observant la créature, les gestes, l'attitude, et la délectation suave du monstre représentant le gouvernement se repaissant de son ennemi. Indifférente à la propagande du spectacle, n'appréciant que trop peu d'insurgés pour se laisser émouvoir, ou même, elle croyait en cette fin inéluctable que les rouges refusaient d'admettre. Telle une prophétie destinée aux plus grands nombres... ce furent les paroles d'Emrys et le teint blafard qu'il affichait à présent, qui la laissèrent glisser sa paume contre la sienne, entremêlant leurs doigts pour lui apporter un maigre soutien qu'elle n'était pas prête à formuler. Bien trop opposée à ces idéaux qui bafouaient sa propre liberté depuis d'interminables années pour émettre une pensée similaire à celle de son ami, sans oublier que leurs rôles ne devaient pas leur permettre de tels propos, du moins pas ici. Et l'actuelle blonde se méfiait des oreilles trop affutées des autres êtres présents, ignorant la plupart des autres visages plus ou moins amicaux.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
NO ONE LIVES.

Il n'avait pas attendu la réponse de sa fiancée, pas plus qu'il n'avait eu vraiment envie d'entendre ses explications qui, de toute façon, n'auraient aucune chance de lui plaire. Il se confondait en une courbette indélicate comme pour s'excuser de mettre à terme à ses retrouvailles que ni l'un ni l'autre ne souhaitaient, à l'évidence, faire durer. La voix tonitruante dans le micro, qui plus est, le rappelait à l'ordre. Il n'était pas là pour jouer les jolis cœur, ni pour se faire juge de toute cette foule massée dans les gradins, mais avait bel et bien une mission à mener à bien même si celle-ci ne lui plaisait qu'à moitié. Alors qu'il s'évertuait à descendre les escaliers qui le mèneraient de nouveau tout contre les parois macabres du labyrinthes, les lumières furent souffler sous les hourras d'une foule en délire. Bientôt il n'y eu plus que deux énormes créatures, splendeur du monde caché, qu'on lançait l'une contre l'autre en jouant sur leur nature territoriale.

Il avait été subjugué par les événements la première fois qu'il en avait été le témoin, désormais que le spectacle était réel cela semblait plus sauvage, beaucoup moins contrôlé. Les créatures grognaient, tiraient sur leurs chaînes ensorcelées, griffées le sol, et finalement se jetaient l'une contre l'autre. Le sol tremblait, les spectateurs surexcités, et Roman au milieu de tout cela sentait un frisson lui remonter le long de l'échine. Il se sentait soudainement tout petit face à ces deux monstres, il se sentait soudainement impuissant alors que l'un d'eux tomber au sol pour mieux laisser l'autre accaparer l'attention d'une façon bien dangereuse.

Le public, en un fragment de secondes, était devenu la nouvelle cible du Selma enragé, et une envolée de cocottes en papier avaient illuminé l'obscurité. L'une d'entre elles s'était fichée dans une faille du mur. Incendiaire, il avait  éteint les braises qui rougissaient le papier et les prudemment s'en était emparé pour y lire quelques directives dictées aux hommes choisis pour maintenir la sécurité. Prestement, il avait repris sa marche pour finir par tomber sur une partie des hommes qui avaient été choisi, eux-aussi, pour servir à la sécurité. Pas des inconnus, Maksim était un de ses plus fidèles collaborateurs, et le plus jeune des Malfoy dont la famille ou les faits n'étaient plus inconnus depuis déjà bien longtemps.

Néanmoins, avant qu'il n'ai pu amorcer un pas vers les deux hommes, un autre s'était fait entendre en hurlant des directives digne d'un général des armées. « Je me fiche de ces veracrasses de Défenseurs des Créatures et de leurs normes, abattez-moi cette vermine ! », les ordres étaient hurlé afin de donner du cœur à l'ouvrage à ses sorciers qui n'avaient de cesse de lancer sorts sur sorts sur le dragon pour qu'ils acceptent de retourner combattre. L'énerver était certainement une bonne idée, mais la créature dont l'une des pattes était en sang semblait davantage intéressée par la retraite que par l'idée de combattre le Selma qui avait trouvé refuge dans l'obscurité du lac.

Roman, resta un instant sans bouger, observant la scène qui se déroulait sous ses yeux, se demandant si cela vraiment à quelque chose, où s'il ne valait pas mieux laisser les deux créatures en paix. Elles finiraient bien par se calmer, l'une comme l'autre, et ainsi ils n'envenimeraient pas cette situation déjà bien mal engagé. Seulement il savait qu'agir ainsi c'était nier les ordres du Magister, il n'était pas sans ignorer que si une solution n'était pas trouvée ils en payeraient tous le prix. Ce fut une nuée de petits oiseaux qu'il évita d'un pas en arrière qui le sortirent de ses pensées, et ce fut un regard sévère qu'il jeta au cadet qui avait lancé le sort, néanmoins il reprit sa route pour bientôt arriver vers Draco Malfoy. « Une véritable catastrophe. », fut la seule chose qu'il trouva à dire, soulignant ainsi l'évident désastre à prévoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Lysander regarde l’arène, stoïque. Pourtant, à l’intérieur, il n’en mène pas large.  Diable, qu’est-ce qui lui  a pris de venir ici, et d’y emmener  Hannah Abbot ? Il meurt d’envie de s’en aller maintenant, avec elle. Pourtant, ce serait un très bon moyen de se débarrasser de sa rebute. Néanmoins, en voyant les monstres s’entretuer, Lysander ne souhaite ça à personne et surtout pas à la jeune femme qui lui sert d’esclave. Pas qu’il se soit attaché à elle ou qu’elle soit devenue irremplaçable, comme elle le souhaitait, mais … Mais quoi ? Ses pensées dérivent loin d’Hannah pour se perdre dans la contemplation des gens présents. Arrivé à la dernière minute, Lysander n’a guère eut le temps de saluer ses pairs et ne compte pas réellement le faire. Il espère pouvoir s’éclipser le plus vite possible. Ou au moins survivre à ce qui l'attend. Après tout, s’il est venu aujourd’hui, c’est simplement pour la forme. Parce que tout le monde s’en faisait une joie, et qu’il a fait mine d’être excité aussi. Parce qu’il doit se montrer en public, surtout avec la réputation peu glorieuse qu’il se traîne. Lysander reconnait la plupart des visages autour de lui, et ceux qui se trouvent plus loin. Mais son attention reste surtout accaparée par l’arène et ce qu’il s’y est passé. Un mélange de dégoût, de crainte et d’assentiment l’envahit, qu’il ne peut expliquer. Il a envie de tout sauf d’être ici. Cela amuse-t-il vraiment le public ? L’héritier Selwyn n’est pas doté d’une telle cruauté, il ne fait partie de ce groupe que par intérêt pour son nom. Voir des choses ou des gens se massacrer sous ses yeux ne fait pas partie de ses passe-temps favoris. De nouveau, son regard se détourne de l’eau pour se poser sur les silhouettes autour de lui. Lysander ne veut pas participer, être témoin de ça. Ça lui donne la nausée. Et pourtant, il suivra le mouvement, comme d’habitude. Charles Selwyn et Yselia Rosier sont-ils là ? Lysander espère les trouver dans la foule, qu'ils ne leur arrive rien. L'anxiété monte, son coeur bat à une vitesse folle.


Dernière édition par Lysander Selwyn le Dim 23 Nov 2014 - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Intrigue #1


Dégoût. Il te soulèverait le coeur si ton esprit n’avait pas été préparé à un tel spectacle horrifique. C’est Halloween et nul ne pouvait douter de l’inventivité du Magister pour l’occasion. Daeva sur tes genoux semble tendu sous tes doigts. Le spectacle fait trembler l’air, secoue les sensibilités, agite la foule, alertant l’instinct protecteur de l’animal que tu contiens, sans trop de difficultés pour l’heure. La représentation des Insurgés s’avère d’une violence rare, d’une rébellion presque clichéique, se débattant contre cette situation, claquant l’air de ses dents face aux gradins inférieurs. Tu voudrais être loin, tu voudrais avoir le nez dans tes grimoires au lieu de paraître, de jouer ce jeu d’apparences. Pourtant ton regard cherche Maksim, dans cette pénombre qui t’entoure, tu sais qu’il est de la sécurité, raison pour laquelle tes billes survolent la scène horrifique avec.. une sorte d’anxiété. Il t’a dit de penser à sourire, mais rien ici ne t’en donne l’envie. Ces monstres couverts d’écailles se déchirent, le symbole du gouvernement achève celui des Insurgés et tu doutes, un instant, que Roman Travers soit assez remis pour résister à tout ça, si cela devait dégénérer. L’inactivité t’agace. Et si tes habitudes d’insensibilité semblent s’amenuiser, tu t’efforces de ne rien laisser paraître. La tignasse blonde de Draco Malfoy ne doit pas être loin des deux autres hommes dont tu te préoccupes, si tant est que le terme soit juste tant tes émotions sont fines, si peu palpables. Tu songes une seconde que si tout devait mal tourner, tu y perdrais trois amis.

Ta tête se tourne toutefois, observe autour de toi, malgré le manque de luminosité. Retrouver l’indifférence, te raccrocher au déni. Arracher à coups de pensées rationnelles tout élan stupide d’un coeur qui devrait, depuis le temps, avoir appris à se taire, à mourir en silence. Pas comme l’être rouge à l’agonie dont la plainte est déchirante.

312 mots.
Fourchelangue ; italique.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE # 1 ►chasse à l'homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le Canada continue sa chasse à l'homme
» ♣ évènement 015 ; Chasse à l'homme dans la forêt interdite
» INTRIGUE # 1 ►chasse à l'homme
» Intrigue | Groupe 6 ~ Chasse à l'homme au niveau -5
» Un chasseur sachant chasser... ne sort jamais sans son chien de chasse [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Events et intrigues :: Intrigue #1; Creepy Halloween
-