Partagez | .

sujet; i think i'm right for you (hitdat#7)

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Sure. But I mean, I'm not... I took a coupla lessons when I was a kid but we stopped because it was so expensive. Most of it is just self-taught and improvised. ” Elle adore ses petites références à son enfance, elle aime bien sa modestie aussi qui semble sincère alors qu’il paraît toujours à Kida qu’Hiram est la personne la plus assurée au monde. “ I'm sure you're better at it than me ” Elle n’est pas d’accord avec lui ceci dit, elle sait qu’elle était trop biaisée pour le trouver autre chose que parfait, et il y avait certes petites notes ratées ça et là mais il n’empêche qu’il a créé son propre arrangement d’une chanson de son groupe à elle et que ça vaut tout l’or du monde à ses yeux et que c’était beau aussi, et elle sait qu’elle n’a pas été la seule à le penser dans la petite salle du Spitfire. Elle se demande si quelqu’un a filmé, si ça va finir sur MSN, elle est à peu près certaine que les photos du XO qu’il a fait avec ses doigts sont déjà sujettes à mille rescrolls. Elle se demande s’il y a des photos d’elle, si on l’a remarquée, si on va encore lui poser des centaines de questions, elle se demande si John lui-même les a vu, s’il a déjà essayé de l’appeler pour lui demander des explications. Elle devrait aller chercher son pow dans la veste qu’elle a laissé sur le sol de l’entrée d’Hiram, mais elle n’en a pas la moindre envie, trop bien là où elle est, le monde extérieur ne l’attirant pas du tout. Quand très spontanément elle lui demande ce qui la titille depuis la veille au sujet de Roy, elle le sent se crisper, se détacher d’elle légèrement mais perceptiblement, elle se demande si elle est allée trop loin. C’est rien pourtant par rapport à tout ce qu’elle voudrait savoir sur lui, sur sa vie, sur ce qu’il pense, sur ce qu’il ressent pour les gens qui l’entourent et puis pour elle aussi. Elle n’est qu’à peine rassurée quand il la serre de nouveau contre lui comme s’il regrettait cette réaction spontanée. Il met un peu de temps à répondre et elle hésite à lui dire de laisser tomber, ce n’est pas important. Kida s’en fiche complètement de Roy, elle n’a pas besoin de savoir ce qu’il se passe entre eux, pourvu simplement que Roy ne les interrompe plus jamais dans cette chambre ou ailleurs. Elle observe sa petite moue avec un mélange d’inquiétude et de curiosité, elle ouvre la bouche puis la referme quand elle l’entend soupirer. “ No. ” C’est assez suppose-t-elle, juste de quoi confirmer ses doutes ; Roy n’est plus son dealer de choix et c’est tant mieux. Elle n’a pas le temps de hocher doucement la tête ou de déposer ses lèvres sur sa joue pour le faire sourire qu’il reprend: “ We used to be real tight and all that but basically one day... a couple years ago, I... I mean, I started working with that woman. For that woman. I was Roy's dealer at the time and I basically bailed on him for that job. ” Hiram a roulé sur son dos comme pour échapper à son regard et Kida sent plus vivement les tremblements de son corps quand il ne la tient plus si près de lui et elle a une moue terrible sur les lèvres. Il a glissé un bras sous elle malgré tout pour la garder contre lui, et ses doigts caressent doucement son dos et la rassurent un peu. Elle l’écoute avidement, se demande de quoi il a peur, son regard vert est figé sur son profil, ni surpris ni déçu ni critique. Elle ne peut pas dire que c’est étonnant de découvrir qu’il a été dealer, mais elle n’ira pas dire non plus qu’elle l’avait deviné d’avance. L’idée la laisse indifférente en réalité, c’est un métier dangereux, mais il est là aujourd’hui et en sécurité et dans ses bras et c’est ce qui compte. Elle est contente qu’il n’ait plus besoin de ça, contente aussi qu’il lui dévoile un autre pan de son histoire. “ I stopped working for that woman in december and kind of got back in the game with Roy, who was dealing his own stuff already and errr... we promised no woman would ever come between us again. Bitches or bosses. ” Elle pince un peu des lèvres devinant aisément dans laquelle des deux catégories elle se trouve. Elle aime l’honnête sans filtre d’Hiram, mais un peu moins les mots qui s’échappent de sa bouche. Les lèvres qui viennent caresser son front la dérident un peu ceci dit. “ That club night, he knew damn well what he was doing when he invited you and didn't tell me. He knew you meant something to me. And I know- I know it doesn't excuse everything that happened that night, I know that. It's not- I wouldn't have done it, but it just happened, and I would have told you about it and properly apologized and fuck, I was so jealous and angry and mad at them and I just- ” C’est très confus et Kida déteste repenser à cette nuit-là, aux larmes brûlantes sur ses joues quand elle a couru pour rentrer chez elle et enfouir son visage dans son oreiller, imperméable aux tentatives de câlins de ses chiens. Elle s’est doutée qu’Hiram ne savait pas qu’elle était en chemin, elle s’est doutée que c’était une blague de Roy, mais ça n’excusait rien en effet, ni le baiser avide qu’il échangeait avec une autre assise sur ses genoux, ni les mots froids qu’il lui a lancé en la retrouvant dehors. Tout ça fait partie des mauvais souvenirs auxquels Kida ne veut plus penser, parce qu’elle veut croire que cette fois-ci ça sera différent, elle veut croire qu’ils ont mis tout ça derrière eux, mais la façon que son cœur a de plonger dans sa poitrine quand il mentionne cette nuit-là lui fait penser qu’elle n’a pas tout à fait réussi à s’en détacher. Elle ne le repousse pas quand il l’attire un peu plus à lui d’une main sensiblement crispée contre son dos. Il ne la regarde toujours pas et cette fois elle s’en contente parce qu’elle n’est pas sûre de ce qu’il lirait sur son visage. “ This is not a game for me. I'm not playing with you. And I'm not going to risk it all for that fucker. ” Elle hoche doucement la tête. Roy a déjà failli tout gâcher plusieurs fois — ses autres amis aussi. Mais ce n’est pas un jeu, il l’aime, et on s’en fiche de Roy. Kida l’a détesté du moment où elle l’a rencontré au Spitfire et qu’elle a su qu’il la connaissait. Elle l’a haït à partir du moment où il les a réveillé le matin après leur date à l’arcade et cette haine n’a su que grossir par la suite. Elle est contente qu’il ne fasse plus partie de la vie d’Hiram, elle espère que ça va durer, qu’il va pouvoir le laisser derrière de même que ses dark days comme dealer. Et peut-être que sans meilleur ami comme dealer, il consommera moins, lui aussi. Elle peut rêver.

Elle n’a pas le temps de réfléchir à une réponse adéquate qu’Hiram se défait brusquement de leur étreinte, et sort presque déjà du lit, sans qu’elle n’ait eu le temps de le retenir. Elle n’aurait jamais dû poser de questions, elle est en train de le faire fuir elle- Il revient vers elle, passe une main dans son cou et l’embrasse brièvement. “ Good question. But you need to eat something because I don't like this trembling, and I'm guessing you didn't eat before going out, and your body needs it after the drugs. ” Elle a sourit un peu contre ses lèvres, mais fronce les sourcils quand il a mentionné la nourriture, encore. Elle aimerait trouver en elle de lui dire de se mêler de ses affaires, elle aimerait avoir la force de juste manger et tout régurgiter plus tard sans culpabilité. À la place elle ne dit rien, de toute façon il l’embrasse déjà, plus longuement cette fois. “ I need you to know that I'm going to do everything so we can be together and stay that way for as long as you want me ” Il est encore si proche qu’elle est obligée de garder les paupières closes quand bien même elle voudrait plonger son regard dans l’obsidienne et s’y noyer et y mourir. Elle sourit légèrement ; il ne sait pas à quoi il s’engage. Il est trop tôt pour qu’elle soit sûre d’elle, mais elle sait qu’elle le veut pour longtemps, qu’elle ne va pas s’en lasser de si tôt, ni probablement du tout. “ I adore you that fucking much, Kidagakash. ” Le sourire est moins retenu cette fois quand elle s’empare sans la moindre hésitation de ses lèvres ses doigts venant chercher la nuque d’Hiram pour le faire revenir à elle, l'emprisonnant dans un baiser qui lui fait tout à fait oublier Roy et tout le reste. “ I- ” Elle voudrait lui dire une nouvelle fois qu’elle l’aime, qu’elle l’adore aussi, que c’est les deux à la fois, que l’adoration qu’elle ressent pour lui comprend l’amour et la fascination et l’admiration et le respect et un peu de crainte aussi. Elle a peur de lui et de ses yeux trop sombres et elle a peur de ce pouvoir qu’elle est en train de lui donner à l’aimer comme elle le fait. John le sait probablement et c’est pour ça qu’il déteste Hiram; il pourrait totalement la détruire s’il le voulait. “ I’m never letting you go Hiram. ” souffle-t-elle plutôt, échos à ce qu’il lui a dit lui dans la voiture. Il était high à ce moment-là, elle non, elle ne sait pas s’il était sincère, elle l’est. “ And fuck Roy, I hate him. ” Elle l’attire un peu plus à lui pour embrasser son cou juste en dessous de sa mâchoire et se frayer de ses lèvres un chemin jusqu’à son épaule. “ Let's not talk about that night again… I don’t understand how you could have been jealous of anyone ever though. ” Il a dit que c’était pour ça qu’il avait agi comme il l’a fait au club, non que ça excuse quoi que ce soit, elle est d’accord avec lui — non qu’implicitement, sa présence à ses côtés ne montre qu’elle lui a pardonné malgré tout. Elle ne comprend pas comme il a pu être jaloux de qui que ce soit en ce qui la concerne, parce que depuis qu’elle le connaît elle a du mal à s’intéresser à qui que ce soit d’autre, surtout comme ça, et depuis Paris ça lui est tout bonnement impossible, même Kit même folle de rage et de haine et blessée comme elle l’était, elle n’a pas su faire plus que l’embrasser et le repousser. Elle rejette les draps qui la recouvrent puisqu’Hiram semble décidé à s’échapper, elle le suivra jusque la cuisine ou où qu’il aille, incapable de ne pas profiter de chaque instant avec lui. Un pas hors du lit et ses jambes sont si flageolantes qu’elle se raccroche à lui avec un petit sourire d’excuse. “ Sorry. ” Le sourire se transforme en légère grimace quand elle se redresse. “ I think we went too hard at it last night. ” Ou trop longtemps. Elle n’a que des souvenirs flous de ce qu’il s’est passé une fois que la voiture a atterri sur le toit, entre la fatigue et l’autre moitié de pilule avalée dans l’appartement d’Hiram, elle sait juste que c’était intense et magique et que son corps en garde quelques marques, mais qu'elle ne regrette rien. “ I trust you. ” murmure-t-elle sans explication avant de sortir de la chambre les doigts liés aux siens — your body needs it after the drugs. elle n'a aucune envie de manger, mais Hiram s'y connaît mieux qu'elle et c'est la première fois qu'elle touchait à l'ecstasy et il a sûrement raison ; elle lui fait confiance.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram a l'impression que son amour pour elle est comme un feu de forêt sous ses veines qui n'a de cesse de brûler et de se répandre. Il lui a dit — il s'en souvient, as clear as day, qu'il lui a dit qu'il l'aimait au Spitfire. Il croit qu'il ne l'a jamais dit à personne avec autant de sincérité et autant de crainte aussi; il doute que les mots traversent sa bouche de nouveau, sauf en chanson peut-être. C'est pour ça qu'il préfère la scène à la vraie vie, Hiram, c'est toujours plus simple pour lui de s'y exprimer. Mais lui dire qu'il l'adore, il ne pourra pas s'en passer — c'est le contraire d'un euphémisme, peut-être, mais c'est différent. Il aime le sourire satisfait sur les lèvres de Kida quand elle l'entend, il aime le fait qu'elle pense la même chose elle aussi. Que si il doit être sûr d'une seule chose dans sa vie, c'est ça: qu'elle ressent pour lui au moins le quart de tout ce qu'il ressent pour elle. Kida l'embrasse brusquement et la main qu'Hiram a posé dans sa nuque pour l'attirer à lui plus tôt retombe, vient plutôt trouver sa hanche, ses doigts caressant doucement sa peau alors qu'il sourit légèrement contre ses lèvres.  “ I- I’m never letting you go Hiram. ” C'est ce qu'il lui a dit dans la voiture qui les a ramenés chez lui; il le pensait, ça aussi. I wouldn't give you up, I'm never letting you go. Une chose qu'il a dit pour détendre l'atmosphère, une autre pendant qu'il était high; mais deux choses vraies, aussi. Il lui a dit qu'il aimait quand elle le surnommait baby ou Starboy mais ça n'a rien avoir avec le frisson qui l'agite quand elle utilise son prénom. “ And fuck Roy, I hate him.

Hiram s'entend rire légèrement, se laisse attirer vers elle en passant un bras autour d'elle, ses lèvres venant trouver son front avant que ses dents ne s'y enfoncent quand Kida répand un incendie sous sa peau avec les baisers déposés dans son cou. “ Yeah, me too, ” marmonne-t-il doucement, avec un peu d'embarras. Roy reste l'un des seuls amis qui est resté, qu'il a gardé ces dernières années, et même si c'est un gros connard, ça le rend un peu triste. Il pense qu'ils pourraient redevenir amis, un jour peut-être, mais il doit comprendre que Kida est là pour rester et qu'il va falloir faire avec. “ Let's not talk about that night again… I don’t understand how you could have been jealous of anyone ever though. ” Il a tellement honte et il est tellement en colère, ça va et vient en vagues destructrices qui le laissent anxieux et glacé jusqu'aux os par sa propre stupidité. La jalousie, en revanche, il ne peut rien y faire. I'm scared you might realise that you're worth so much more, pourrait-il lui dire mais il reste égoïstement silencieux, pour justement ne pas li mettre cette idée dans la tête. Un type comme Kit serait parfait pour Kida, Hiram le sait. À la place, il se contente de faire la moue, lui embrassant l'épaule quand elle se détache pour sortir du lit. “ I'll try not to be in the future, ” marmonne-t-il sans trop y croire. “ Or just not to be a dick about it.

Ils sortent du lit, ça fait du bien à Hiram de s'étendre, tous ses muscles sont ankylosés à cause des drogues déjà, mais surtout à cause du manque de sommeil. Quand Kida se rattrape à lui, il panique pendant un quart de secondes, ses yeux fouillant son visage sans comprendre, une main nerveuse attrapant brusquement son coude pour la stabiliser. “ Sorry. ” Hiram ne peut pas s'empêcher d'être inquiet, la regardant des pieds à la tête comme si il pouvait pinpointer d'un regard ce qui ne va pas. “ What's wrong, baby, are you okay? I think we went too hard at it last night. ” C'est plus fort que lui mais il se met à sourire légèrement. Il a un peu trop bu pour se souvenir de tous les détails de ce qui s'est passé, et la drogue a pris le relai, mais il se souvient que c'était glorieux en effet. Il a aussi remarqué en allant aux toilettes qu'il avait les traces des doigts, et ongles, de Kida sur le corps; sa gorge à elle, et son épaule, sont quant à elles constellées de ses traces à lui (un mélange d'embarras et d'une fierté possessive s'agite en lui, qu'il repousse difficilement). “ Nicky told me I needed to work out, ” fait-il d'un ton presque angélique, venant embrasser sa tempe alors que leurs mains se trouvent naturellement et qu'ils sortent de la chambre pour aller dans la cuisine, n'ayant aucune envie de se séparer même pour quelques mètres, quelques instants.

I trust you. ” Ça sort un peu de nulle part mais ça a le mérite de faire ciller Hiram, dont le coeur tombe en chute libre dans sa poitrine. La première nuit, qu'ils ont passé au spitfire d'ailleurs, il lui a dit de ne pas lui faire confiance. Il lui a offert une dernière porte de sortie après lui avoir dit ça. Maintenant... tout est différent et les portes de sortie, il n'y en a plus vraiment, ils les ont toutes dépassées sans les regarder. “ You can, ” dit-il après un court silence, une hésitation. “ Trust me, ” demande-t-il ensuite, avec un ton plus désespéré qu'il ne devrait l'être; il détourne les yeux quand Kida fait mine de le regarder. Il espère que c'est le cas — le pense, du moins, to a certain extent. Elle ne serait pas là si ce n'était pas le cas, n'aurait pas pris la drogue, ne l'aurait pas accompagné dans le monde moldu. Pour sa part, Hiram lui fait complètement, entièrement, irrémédiablement confiance; il le lui a dit. Il l'attire un peu à lui pour l'embrasser quand on frappe à la fenêtre — chose plutôt commune pour les sorciers semble-t-il, mais à laquelle il ne s'habituera jamais. Hiram sursaute comme un beau diable, grogne légèrement avant de venir embrasser rapidement les lèvres de Kida, se dirigeant vers la fenêtre du salon pour laisser le hibou rentrer. Les lettres de fans finissent chez Gatsby et la plupart des gens qui veulent lui envoyer du courrier savent que c'est plus simple de le faire à la moldue; les messages passent par pow... alors il ignore ce qui peut bien se trouver dans la petite boîte qu'il décroche de la patte de l'oiseau jusqu'à l'ouvrir. “ Ah! ” Il montre son pow, justement, à Kida, avec un grand sourire. “ Karma! ” C'est ironique parce qu'il n'y a rien qu'il ait jamais pu faire pour mériter le moindre coup de pouce du destin; mais bon. L'oiseau bien élevé ne s'attarde pas et repart, tandis qu'Hiram découvre d'une moue désappointé qu'il n'a plus de batterie. Tant mieux, il aura une bonne excuse face aux remontrances de Nicky.

Il laisse le pow sur la table mais avant de retourner vers Kida, il s'approche de son tourne-disque pour en mettre un; il y a toujours l'album de XO pas loin mais elle n'aime pas entendre sa propre voix donc il opte pour un album moldu récent qu'il acheté il y a quelques mois, In the Zone de Britney Spears. Pure banger sur pur banger, c'est un peu son plaisir coupable et le genre de truc qu'il écoute quand il est tout seul et qu'il a véritablement pris trop de drogues. Cette fois, c'est Kida qui y a droit quand il se retourne brutalement pour la regarder en se mettant à danser légèrement et stupidement, “ all the people in the club- ” Et il se met à rire devant le visage de Kida, revenant vers elle pour lui voler un baiser. “ What, you don't know her? ” qu'il demande en riant avant de froncer les sourcils. “ Seriously? No way. Ah, Kidagakash... always full of surprises. ” Il lui a promis un petit-déjeuner et il n'oublie pas, même si il en profite pour lui voler quelques autres légers baisers, humant les paroles contre ses lèvres avec un grand sourire tout content qu'elle soit là et qu'il soit là et qu'ils soient ensemble. Finalement, elle finit assise sur le plan de travail et lui en train de faire à manger, comme cette fois-là après la WizPride, la seule différence c'est qu'ils sont entièrement nus et qu'Hiram est particulièrement maladroit vu qu'il a des courbatures et que surtout, il essaie de placer un pas de danse à peu près toutes les trois secondes, c'est plus fort que lui. Il ne sait pas si Kida est horrifiée ou amusée, mais elle sourit à chaque fois qu'il vient lui voler un baiser, donc ce n'est pas si grave que ça il imagine. Il crève envie de s'empiffrer du reste du gâteau qu'elle lui a acheté hier mais à la place, il prépare deux de ces odieux granolas aux fruits et au yaourt que Nicky le force à avaler tous les matins (il devrait même prendre une photo avec son pow pour lui envoyer — Hiram n'aime pas être à la diète, il trouve ça inutile, il est là pour chanter, bref), allant déposer l'un des bols près de Kida avec une énorme tasse de café bien noir. Elle tremble toujours un peu et il pose ses mains sur ses jambes, le geste plus inquiet que joueur pour une fois.

Tell me how you're feeling, ” lui demande-t-il, parce qu'il se sent stupidement impuissant et qu'il n'a pas envie qu'elle se sente mal plus que nécessaire — heureusement pour eux, la redescente de l'ecstasy va plus vite chez les sorciers et se réveiller dans les bras de la personne qu'on aime aide. Mais tout de même. Les traits d'Hiram se tordent — il n'arrête pas de se poser la question de quand elle a mangé pour la dernière fois, voulait-elle être jolie pour le revoir? il n'arrête pas d'y penser — et il baisse les yeux sur la nourriture qu'il a préparé. “ I'm sorry I keep bringing it up. Food, I mean. But I just... ” Il soupire légèrement, ses doigts remontent le long de ses cuisses jusqu'à ses hanches pour l'attirer à lui, l'enlacer doucement. I just love you.I want you to be okay. ” Close enough.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
You can, ” il n'a pas l'air très sûr de lui et instinctivement les doigts de Kida se resserrent autour de lui. Son affirmation sort un peu de nul part, tout comme sa foi en lui en réalité, qu'il ne mérite probablement pas tout à fait aux yeux du monde, mais qu'il a quand même gagné. Elle ne veut pas préciser qu'elle parle de son opinion sur la nourriture, elle ne veut même pas prononcer le mot, de toute façon elle lui fait confiance pour les drogues et la façon de gérer la descente, mais pour tout le reste aussi. “ Trust me ” ça sonne presque comme une question et Kida se rapproche un peu effleure son épaule de sa joue, se voulant rassurante. Lui n'est pas certain, mais elle elle l'est. Il va pour lui offrir un baiser quand un tapotement à la vitre le fait sursauter et fait rire doucement Kida. Elle n'aime pas beaucoup les oiseaux non plus et préfère largement la technologie maintenant que ça existe et quoiqu'elle soit toujours aussi mauvaise pour répondre à ses messages. Il l'embrasse rapidement avant de s'éloigner pour récupérer le colis et c'est quand il ne la tient plus de quelque façon que ce soit que Kida se rend réellement compte de sa nudité à la lumière du jour qui passe de façon si claire depuis les fenêtres du salon. Il n'y a personne d'autre qu'Hiram et il l'a déjà vue nue plusieurs fois évidemment, mais pas comme ça, pas à la lumière du soleil, pas au réveil, pas debout et exposée. Instinctivement, elle barre son ventre de ses deux bras et baisse un peu la tête. Hiram n'arrête pas de lui dire qu'il la trouve parfaite et parfois elle a envie d'y croire, mais en cet instant elle n'y arrive pas, elle ne voit que ses défauts, elle ne voit que ces petits monts de chair qu'elle voudrait voir disparaître tout à fait. Elle n'arrive pas à croire qu'il veut la faire manger en plus de tout. “ Ah! ” Elle relève les yeux et ravale sa moue dégoûtée quand elle voit le grand sourire qu'il arbore et le pow qu'il lui montre. Elle avait oublié sa mésaventure, mais elle est contente qu'il l'ait récupéré, ne serait-ce que pour que personne ne tombe sur les messages qu'ils se sont envoyés. “ Karma! ” Elle sourit un peu, et essaye d'oublier son malaise, de l'enfouir très loin, de se convaincre qu'Hiram ne la trouve pas laide ni enrobée ni autre chose qu'attirante. Elle l'observe curieusement quand il place un CD dans le tourne disque avant de revenir vers elle et qu'il semble tout content quand les premières notes retentissent alors qu'elle-même ne reconnait rien du tout. Le voir danser lui fait tout oublier un court instant “ all the people in the club- ” Elle ne l'a jamais vu comme ça, surtout sobre et ça la fascine autant que ça la surprend et elle doit avoir un air un peu étrange peint sur le visage car il éclate de rire avant de l'embrasser brièvement, lui arrachant un petit rire à elle aussi. “ What, you don't know her? ” Elle secoue la tête, ni la voix ni la chanson ne lui disent quoi que ce soit. “ Seriously? No way. Ah, Kidagakash... always full of surprises. ” Ça pourrait être un peu moqueur mais ça l'est pas, ou si ça l'est c'est gentil et elle le repousse doucement du bout du nez, quoiqu'elle préfère quand il est proche d'elle comme ça et qu'il n'a pas la possibilité de trop la détailler comme il l'a fait dans la chambre quand elle a perdu son équilibre. Nicky told me I needed to work out, elle en aurait presque rit, mais ses lèvres se sont fendues d'une moue faussement agacée — elle est juste contente de ne pas avoir de défilé aujourd'hui. Elle se demande ce qui Nicky penserait de ça, d'eux, si la discussion qu'Hiram aura avec lui sera aussi tendue que celle qu'elle compte avoir avec John. Elle se fiche un peu de leurs agents ceci dit quand il lui vole plusieurs petits baisers tout en chantonnant doucement contre ses lèvres. Il a l'air si heureux, Kida n'a même pas le loisir de laisser ses insécurités parler pour elle et d'en douter une seule seconde. Il est heureux d'être là avec elle et elle aussi et même le petit-déjeuner qu'il finit par aller préparer ne peut lui gâcher ça. Elle s'assoit sur le plan de travail comme la dernière fois, croisant un peu les bras sur son ventre de nouveau, quand elle a l'impression que la chair tendue se plisse un peu. Une part d'elle sait qu'Hiram ne la voit pas comme ça, qu'il l'aime, qu'il a trop de fois embrassé son corps pour le trouver aussi détestable qu'elle.

Elle aimerait bien voir ce qu'il voit. Il arrive à la distraire de ces pensées néfastes en improvisant quelques pas de danses maladroits qui la font rire et sourire contre ses lèvres quand il vient les trouver par intermittence. Elle pourrait s'habituer à ça, à ce genre de réveil, ce genre de matin, ce genre de baisers, sourires contre sourires, la risette sous l'œil d'Hiram ne disparaissant jamais bien longtemps. Elle pourrait s'y habituer et en même temps c'est tellement nouveau, et étranger et elle a tellement l'impression de ne pas le mériter, qu'elle ne s'y habituera jamais vraiment, elle aura toujours trop peur que ça disparaisse. Hiram finit par poser à côté d'elle un bol et une tasse de café fumante avant de poser ses mains sur ses jambes, avec un air inquiet sur le visage. Kida tremble encore, mais dans les rires d'Hiram elle s'est oubliée, comme elle a oublié de regarder d'un air mauvais la nourriture préparée. “ Tell me how you're feeling, ” Elle pince des lèvres et secoue la tête ; elle va bien, elle a va mieux surtout depuis que ses mains ont retrouvés sa peau, mais elle ne va pas bien quand elle voit l'expression qui tord les traits d'Hiram, elle ne veut pas le voir, inquiet, perdu, elle déteste ça, elle se déteste d'en être responsable. “ I'm sorry I keep bringing it up. Food, I mean. But I just... ” Elle aimerait ne pas faire la moue devant le mot maudit, elle aimerait trouver en elle de sourire, elle aimerait trouver en elle de lui dire de se taire, qu'il ne sait pas de quoi il parle, elle aimerait trouver en elle de faire autre chose que de se laisser attirer à lui se laissant aller dans sa légère étreinte comme si c'est tout ce qu'elle avait toujours voulu. “ I want you to be okay. ” Elle a envie de le repousser violemment, de lui faire comprendre qu'elle va bien, qu'il faut qu'ils arrêtent de s'inquiéter tous autant qu'ils sont mais surtout lui. Le problème c'est I haven't eaten a thing in four days. C'est ce qu'elle lui a dit à paris et qu'elle n'aurait jamais du dire à personne, Hiram n'a pas remarqué il sait tout simplement et c'est de sa faute à elle s'il se fait des idées maintenant. Dit comme ça, ça paraît bête et fou, mais ça l'est pas, pas vraiment. Ce n'est pas important. Son inquiétude la rend physiquement malade et elle a envie de se défaire de son étreinte mais elle s'en sent tout à fait incapable. Elle passe plutôt les bras qui barraient sa taille autour de sa nuque et pose son front contre son épaule. “ I’m fine Hiram truly, I’m fine this isn’t…this isn’t a problem I have or anything, I know what I’m doing. Don’t worry about me I’m good, ok? ” Elle relève la tête et laisse une traînée de baisers de sa pommette jusqu'à ses lèvres. D'une main qu'elle détache à regret de sa peau, elle attrape la cuillère dans le bol qu'il a posé à côté d'elle ça n'a pas l'air trop gras, ça n'a pas l'air très bon non plus, mais ça lui importe peu elle porte la cuillère à ses lèvres et avale à regret mais avec un petit regard en direction d'Hiram. “ I’m just cold. ” C'est pour ça qu'elle tremble, sûrement. Kida a souvent froid, presque tout le temps. Avant elle était capable de sortir en petite veste toute l'année — la mode n'attend pas la météo — mais maintenant elle rêve de manteaux bien chauds même en plein été, parce qu'elle frissonne beaucoup sauf quand elle fait du sport, et encore, elle a presque tout le temps froid, elle s'y habitue peu à peu, ceci dit. Et si elle avait lu les brochures de Sainte Mangouste avec leurs disorders écrits partout plutôt que d'en faire des boules de papier elle aurait peut-être découvert que c'est un contrecoup de sa malnutrition. Mais Kida va bien. Elle pose le menton sur sa propre épaule, elle a remarqué les traces d'ongles qu'elle a laissé sur le corps d'Hiram et surtout dans son dos et à travers les surfaces un peu brillantes de la cuisine elle a aussi remarqué les  marques que lui a laissé sur elle, “ You know I have a shoot today, the makeup artists are gonna murder me. ” Heureusement ce n'est pas un shoot en sous-vêtements et elle ne croit pas qu'aucune des robes ne dénude véritablement son épaule en revanche sa gorge devra passer sous les pinceaux. Elle devrait être agacée. Elle ne l'est pas. “ I kinda like that you branded me though. ” Elle sourit doucement et joue avec la cuillère dans son bol. Elle se doute qu'elle ne peut pas s'en sortir avec une seule bouchée déteste que ce soit si difficile parfois de résister une fois qu'elle a réveillé son appétit en mangeant même un peu. Elle se demande si Hiram peut être distrait avec du simple bavardage et de fausses bouchées comme presque tous les autres. (C'est stupide mais elle aimerait bien que non). Elle n'a pas envie de jouer la comédie avec lui, pourtant.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram sait qu'il n'imagine pas la soudaine tension qui agite le coeur de Kida quand il finit de parler. Il ne bouge pas ceci dit, alors même qu'il a envie de se reculer en pinçant des lèvres; au contraire, il a l'impression d'enfoncer un peu plus les doigts dans sa taille, comme pour s'assurer qu'elle ne s'échappe pas. Elle finit par se détendre et par passer ses bras autour de sa nuque, posant son front contre son épaule. Les doigts d'Hiram se font moins impérieux sur elle, au contraire, presse doucement la peau comme pour s'excuser de sa crispation qui a rimé avec la sienne. Il est vraiment inquiet pour elle. Ce qu'il a vu, les images de cadavres ambulants qu'il a trouvé sur Google, lui ont retourné l'estomac. Il cale son menton contre la tempe de Kida sans savoir quoi dire — s'excuser? insister? — jusqu'à ce qu'elle parle. “ I’m fine Hiram truly, I’m fine this isn’t…this isn’t a problem I have or anything, I know what I’m doing. Don’t worry about me I’m good, ok? ” Le fait qu'elle ait doucement prononcé son nom ne l'empêche pas de s'inquiéter, son ventre se serrant en l'entendant — évidemment qu'à ses yeux elle n'a pas un problème, elle veut juste être jolie. Il ne saurait même pas par où commencer alors il se contente de marmonner un simple “ ok ” à son oreille. Et puis... il sait que Kida n'est pas stupide du tout. Elle doit avoir raison: elle sait ce qu'elle fait, peut-être même que c'est normal (ce ne serait pas surprenant) dans le milieu, il se fait du soucis pour rien sans aucun doute. Elle n'est pas en danger. Elle est mince... maigre, en fait, mais pas trop — si?

Hiram n'en a aucune idée et se rend seulement qu'il était en train de mordiller nerveusement sa lèvre quand ils se détachent et qu'elle vient l'embrasser après une série de baisers sur sa joue. Elle prend une cuillerée de nourriture et la mange d'un air tant coupable que rassurant, et Hiram sait que Kida fait ça pour lui. Non pas qu'elle en ait envie ou pense qu'elle en ait besoin. Elle fait ça pour lui, pour ne pas l'inquiéter ou alors juste pour le tromper, il ne sait pas et ça lui fait mal parce qu'il aimerait qu'elle fasse ça pour elle. Il se demande si elle rend ce qu'elle mange — non. Il a vu sur ça sur les brochures mais Kida n'est pas aveuglée à ce point-là. C'est pas possible — la simple idée de gâcher de la nourriture contrarie incroyablement Hiram —, elle n'en est pas à ce point-là. “ I’m just cold. ” Il ne fait pas froid pourtant, au contraire en fait: il fait bon, mais c'est vrai qu'ils sont nus et puis (Hiram est prêt à invoquer toutes les raisons du monde pour ne pas s'inquiéter pour elle, ou ne pas comprendre que son cas est plus sérieux qu'il pense) peut-être que le plan de travail l'a rafraichie. “ You know I have a shoot today, the makeup artists are gonna murder me. ” Il a peur que Kida lui parle de la nourriture — mais non, il comprend avec une pointe d'embarras qu'elle parle des marques tantôt violacées tantôt roses qui parsèment sa peau. “ I kinda like that you branded me though. ” Elle sourit et il étire une moue embarrassée sur ses lèvres en détournant les yeux un court instant. “ You're one to talk, ” marmonne-t-il pourtant avec un air amusé, se mettant sur la pointe des pieds pour lui embrasser la pommette avant de se détacher. “ Let me get you something to keep your warm.

Il revient avec un sweatpants noir et un vieux hoodie frappé The Kill — des hoodies qu'ils ont fait, lui et ses potes, à l'époque des deux premières mixtapes. Ils en ont vendu trois, ont donné le reste à leurs potes et à eux-mêmes. Roy ne faisait pas encore partie de sa vie, et Kida non plus évidemment. Ça lui fait bizarre de la voir porter ça. Quant à lui, il a juste enfilé une pair de sous-vêtements et la veste Legend of the Fall qu'elle lui a offert; et même si il a un vêtement en trop par rapport à ce qu'il lui a promis, c'est déjà une bonne avancée pour l'accomplir un jour, cette promesse. Elle tremble encore un peu (il pose une main sur sa jambe comme pour vérifier) mais elle mange un peu (moins qu'il pense — il est lui-même occupé avec sa nourriture et comme ils discutent un peu, il ne voit pas qu'elle repose une cuillère pleine à plusieurs reprises avant d'effectivement manger), c'est déjà ça. Il lui parle de Britney Spears et elle se fiche un peu de lui à chaque fois qu'il se raidit brusquement en entendant une chanson qu'il adore et qu'il doit faire appel à tout son self-control pour ne pas se mettre à chanter et à danser. Quand ils ont fini de manger et que Kida a mangé une petite partie de son bol, Hiram va faire couler de l'eau chaude dans sa baignoire qui, même si elle n'a pas les dimensions de celle de l'hôtel parisien, en impose un peu quand même. Ils finissent enlacés dans l'eau. Il y a toujours des pétales à la surface de l'eau, qui restent accrochés à leurs peaux. Ils sont silencieux et Hiram se demande si Kida entend les réverbérations de son coeur dans sa poitrine sur l'eau.

don't think I can thank you enough for that cake. ” L'aveu vient un peu de nulle part et il le sait. Il embrasse doucement l'épaule mouillée de Kida, et ses lèvres restent pressées contre sa peau. “ It means a lot to me. I hope I, uh, can manage to get you to spend a night as perfect as last night was. For your next birthday I mean. ” Il sait que c'est en avril — il sait que c'est dans longtemps. Et Hiram sait mieux que quiconque qu'on n'est jamais indéfinitivement heureux, qu'il ne retrouvera peut-être jamais ce sentiment qui l'étreint en cet instant précis; cette joie simple, ce calme effarant quand il est sobre, cette délicatesse traîtresse. “ I'm sorry for your throat, ” rajoute-t-il avant qu'elle n'ait eu le temps de dire quoique ce soit, avec une blague dans les yeux et la voix; les lèvres d'Hiram se traînent sur son cou, sur sa gorge, contre son pouls, un sourire venant les tordre contre la peau de Kida. “ You're just too damn delicious. Which reminds me of our infamous deal... ” Il essaie de la faire sourire, de capter son regard; il se demande si elle lui en veut de la faire manger, si un jour elle comprendra qu'elle n'a pas besoin de se priver. Il aimerait en parler avec elle, lui dire, lui montrer mais il a bien compris que la nourriture était a big no-no. Il ne saurait même pas quoi lui dire: il aurait trop peur de la blesser.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
You're one to talk, ” Kida est un peu désolée des traces d'ongles qu'elle a laissé sur Hiram et surtout dans son dos, mais pas beaucoup, elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elle est fière, mais…un peu. Elle lui rend son sourire amusé, essaye de se concentrer là-dessus plutôt que sur le granola qui se fraye un chemin vers son estomac. La risette sur ses lèvres s'agrandit quand il embrasse sa pommette. “ Let me get you something to keep your warm. ” Elle a une petite moue parce qu'il s'éloigne, mais hoche doucement la tête, parce qu'elle n'a pas menti, elle a froid et qu'elle aime porter ses vêtements, aussi. Elle sourit en voyant l'ensemble tout noir qu'il lui apporte, le hoodie surtout, frappé de son surnom de rappeur The Kill Old merch of yours? ”, elle a déjà prévu de le voler quand elle l'enfile rapidement. C'est grand pour elle évidemment, mais elle aime bien le sentiment de confort, le jogging quant à lui ne tient pas du tout sur ses hanches, mais elle tire la ficelle autant que possible et se rassoit de toute façon pour le maintenir en place. Le mieux c'est encore ce qu'Hiram s'est choisi pour lui, outre le caleçon, il porte la veste qu'elle lui a offert et qui lui va si bien comme elle le découvre enfin. Elle sait qu'il l'a déjà portée en public, chez les moldus et qu'il a eu l'air de vraiment l'apprécier, mais elle est contente de pouvoir en profiter elle aussi. Emmitouflée dans les vêtements (et l'odeur) d'Hiram, elle tremble nettement moins et accepte de tremper sa cuillère dans le bol, volant quelques bouchées ça et là, mais moins qu'il ne le croit sûrement, papotant un peu pour ne pas avoir à tout manger non plus. La conversation est facile avec Hiram, il lui explique qui est la chanteuse dont l'album est en train de jouer, semble avoir à se retenir toutes les deux chansons de danser ou de chanter et elle trouve ça adorable et elle rit un peu et le contenu du bol diminue un peu, suffisamment pour qu'Hiram soit satisfait et aille s'occuper de leur faire couler un bain comme promis. Elle résiste à l'envie de le suivre jusqu'à la salle de bain comme s'il n'y avait d'air dans le monde qu'en présence d'Hiram — il lui semble que c'est un peu le cas —, et va plutôt chercher sa veste et son pow dans l'entrée. Elle n'a presque plus de batterie et John l'a déjà appelée trois fois, mais elle a encore presque deux heures devant elle avant de devoir absolument être sur le set du photoshoot qu'elle doit terminer. Am fine…GREAT actually don't worry. I'll be there on time xo Deux heures c'est peu quand elle voudrait passer toute la journée avec Hiram, mais elle suppose que c'est déjà bien. Elle laisse son pow sur le comptoir de la cuisine, rattrape le jogging qui manque de tomber d'un coup jusqu'à ses mollets et rejoint Hiram dans la salle de bain. La dernière fois qu'ils ont été dans un bain ensemble elle était nue et pas lui et elle était malade et vulnérable et fragile et ses bras lui ont offert un réconfort qu'elle ne croyait jamais connaître et elle a compris vraiment qu'elle l'aimait à ce moment là, quand il a chanté KDGKSH contre sa peau. Les choses sont différentes maintenant, elles sont mieux, l'eau est plus chaude, elle s'installe directement sur ses genoux et leurs bras s'enroulent autour de l'autre, naturellement. Elle se sent toujours vulnérable ceci dit, fragile, mais heureuse dans ses bras, heureuse malgré les calories qu'elle a ingurgité et qu'elle devrait rendre dès que possible, heureuse malgré le temps qui file.

don't think I can thank you enough for that cake. ” Elle sourit tendrement, elle est contente d'avoir pu lui rendre son anniversaire agréable, que sa surprise lui ait plu, elle n'a pas besoin de son merci, sa réaction la veille, était suffisante. Et puis, ça semble si peu, un gâteau de chez Marks & Spencer. Définitivement pécuniairement ça ne vaut pas grand chose, quand on voit ce qu'elle maintenant sur son compte en banque. Elle sait que c'est le geste qui l'a touché, l'intention, le souvenir, le fait que ça prouve qu'elle l'a écouté ce jour-là après son overdose (mais évidemment qu'elle l'a écouté). Elle frissonne un peu quand il embrasse son épaule, que ses lèvres semblent toujours finir par trouver, non qu'elle ne s'en plaigne. “ It means a lot to me. I hope I, uh, can manage to get you to spend a night as perfect as last night was. For your next birthday I mean. ” Son cœur rate un battement, parce qu'elle comprend ce que ça veut dire ; il comprend qu'il espère que ça, que eux existent encore en avril prochain, dans presque un an. C'est son cas à elle aussi, elle aimerait garder ce qu'ils ont pour toujours, elle aimerait pouvoir venir chez lui quand elle veut, pour l'embrasser pour dormir avec lui, pour profiter de ses talents au lit, mais aussi de sa musique, mais aussi de ses bras simplement enroulés autour d'elle. Elle n'a pas le temps d'ouvrir la bouche pour lui répondre qu'il enchaîne déjà “ I'm sorry for your throat, ” elle entend l'humour dans sa voix et sourit un peu plus, un très léger rire silencieux secouant un peu sa poitrine. Elle a du mal à réfléchir et encore moins à lui en vouloir quand ses lèvres caressent son cou, jouent sur son peau et qu'elle peut presque deviner le sourire qui les tord. Elle ne croit pas pouvoir s'habituer à tout ça un jour, mais si c'est le cas, si elle y parvient, elle sera bien chanceuse. “ You're just too damn delicious. Which reminds me of our infamous deal... ” Elle tourne un peu la tête pour le regarder détacher une des mains qui traîne entre son dos et le rebord de la baignoire pour caresser doucement sa joue ; comme à Paris. Là où ce marché a d'abord été conclu, un peu malgré elle. Elle n'a pas envie qu'il prenne l'habitude, elle n'a pas envie qu'il y pense, elle veut qu'il oublie ce qu'il a entendu à Paris, elle n'aurait jamais dû lui dire ça, elle n'était pas dans son état normal. Bientôt elle aura fini son régime, elle aura atteint son objectif et ils verront qu'elle a eu raison. Ceci dit elle continue de s'approcher du but, selon la balance, mais jamais selon son miroir. “ I didn't know you were so greedy with your food baby”, son deal, son idée, elle se demande presque si plus c'est qu'il tient à la faire manger ou s'il adore simplement give head. Elle tire un peu sur sa joue, appuie doucement là où l'espèce de fossette qu'il a sous son œil se creuse si souvent devant elle. Ils ont tout le temps du monde pour qu'elle découvre la réponse à sa question informulée — quoiqu'elle préfèrerait qu'il n'essaye plus de la faire manger. “ If you're with me for my next birthday, it'll already be the best one I'll have ever had. ” murmure-t-elle parfaitement sincère. Elle n'a pas besoin de petite attention personnelle, de gâteau (surtout pas), elle a juste envie qu'il soit encore avec elle en avril et elle serait ainsi assurée de passer son meilleur anniversaire jusque-là. Elle a déjà passé la meilleure soirée de sa vie sans aucun conteste la veille et ce n'était même pas anniversaire à elle que l'on fêtait. Kida se sent fragile de l'avouer comme ça, mais il est le premier à avoir suggérer l'idée alors elle ne croit pas, n'espère pas lui faire peur aussi simplement. “ I told you I don't mind being branded by you that way. I like being yours. ” Elle adore l'idée d'être suffisamment voulue par quelqu'un par lui. Elle sait qu'elle a des fans, qu'elle est aimée, mais c'est une version d'elle qui n'existe pas, c'est quand elle est rendue "belle" pour des couvertures de magasine, c'est quand on ne sait pas à quel point elle est inintéressante et nulle et stupide et désespérée. Hiram sait tout ça pourtant et il est là et il l'a vue malade et plus faible qu'elle ne l'a jamais été et il l'a vue petty et jalouse et pourtant il lui a dit qu'il l'aimait. “ I'm sorry for the scratch marks. I just- ” Elle n'a jamais fait ça avant, jamais pris de l'ecstasy avant de coucher avec quelqu'un d'abord, mais elle n'a jamais eu envie de marquer quelqu'un non plus, jusqu'à Hiram. “ It's like when you're wearing that jacket I gave you, it's hot. ” Non qu'elle pensait à ça quand elle a décoré sa peau de lignes rouges. Elle ne pensait rien d'autre qu'à l'instant présent, ses souvenirs sont suffisamment clairs pour que de ça, de l'intensité du moment, elle soit certaine. Elle presse ses lèvres contre les siennes, un peu self-conscious tout d'un coup. Elle commence à avoir une vague idée de ce qu'elle pourrait lui offrir comme vrai cadeau d'anniversaire, aussi, puisqu'il semble aimer les vestes et ne pas être trop dérangé par sa possessivité. “ And don't thank me for anything baby I'm just happy you had a good time. I just want you to be happy.” souffle-t-elle contre son visage, préférant garder les paupières closes plutôt que de risquer qu'il ne voit l'émotion dans son regard. Elle n'est peut-être pas si égoïste que ça finalement.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Ils sont allés dans une boîte, au Spitfire plus précisément, ils se sont embrassés à l'arrière d'une voiture et elle a glissé ses lèvres autour de lui dans des toilettes inconnues; à croire qu'ils font le tour de leurs souvenirs, de leurs moments glorieux et ceux qui le sont un peu moins. Maintenant ils sont dans une baignoire, dans les bras l'un de l'autre, comme à Paris, quand elle était hangover et qu'il a chanté contre sa peau et qu'elle s'est endormie dans ses bras. Quelques heures plus tard, elle lui disait qu'elle l'adorait pour la première fois. Quelques heures plus tard, ils s'embrassaient comme des fous dans des toilettes et dans une voiture et dans sa loge au Centuries et puis chez lui; et aujourd'hui ils sont là. Tout s'est passé tellement vite: il y a quelques mois, Hiram n'y aurait pas cru; il y a un an, il en aurait ri. Et pourtant c'est vrai. Le bruit de son coeur dans sa poitrine et la main que Kida pose sur sa joue et leurs peaux collées et l'eau et les pétales et ses cheveux et son regard et son sourire et son odeur — tout ça est réel, tangible, sincère.

I didn't know you were so greedy with your food baby. ” Hiram sourit légèrement, n'étant pas sûr si Kida parle de la nourriture ou d'elle-même; il est greedy avec les deux de toutes façons. “ You like it, ” murmure-t-il doucement, son sourire s'agrandissant quand elle ne dit pas que non. “ If you're with me for my next birthday, it'll already be the best one I'll have ever had. ”  Son rictus devient un peu timide et très self-conscious, mais il ne revient pas sur ses mots et se contente d'observer Kida d'un air pensif, sans rien dire. Oui, il aimerait être là pour son prochain anniversaire, et il aimerait qu'elle soit là pour le prochain de sien. Il aimerait- non, il n'a pas le droit d'y rêver. Alors à la place, il resserre ses bras autour d'elle, caresse doucement son dos, hoche lentement la tête; l'engagement n'est pas oral mais il n'en reste pas moins sincère et puissant. Il a du mal à s'imaginer avril prochain, il a du mal à s'imaginer septembre, il a du mal à s'imaginer où il sera dans deux semaines; il sait juste qu'il espère que ce sera avec Kida. “ I told you I don't mind being branded by you that way. I like being yours. ” Le sourire d'Hiram se tire un peu en coin malgré lui. Il doit avouer qu'il est un peu surpris du nombre de marques qu'il a laissé sans même réfléchir sur la peau de Kida, mais qu'il n'est pas insatisfait non plus, juste un peu hésitant parce que son corps est sa carrière et sa carrière est sa vie et qu'il n'aurait pas dû, ou alors elle aurait dû le repousser. Mais elle ne l'a pas fait. Elle aime bien qu'il soit possessif, elle aime bien être à lui au moins autant qu'il aime être à elle. “ Duly noted, ” répond-t-il simplement, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd et sans doute qu'elle ne tardera pas à l'apprendre.

I'm sorry for the scratch marks. I just- ” Il hausse les épaules — ça il s'en fiche, de toutes manières il porte rarement moins qu'un hoodie et les lignes rouges sur son dos ne sont pas douloureuses, la plupart déjà en train de disparaître. Ça l'amuse juste que Kida n'ait pas pu se retenir de le faire et qu'elle s'excuse désormais; c'est vrai que leur longue nuit était mémorable, pour ne dire que ça. “ It's like when you're wearing that jacket I gave you, it's hot. Hot, Hiram n'a pas trop l'impression de l'être, surtout à côté d'elle. Elle l'a vu à son pire et à son meilleur, elle l'a vu endormi et incapable de réfléchir lors de sa fête avec Wilz et Tyler, elle l'a vu fragile et délirant, elle l'a vu à son pire du pire et pourtant elle pense qu'il est hot, d'une certaine manière et vraiment, il ne comprend pas. Il est chubby et il n'a même pas une bonne peau et il a toujours l'air fatigué parce qu'il est toujours fatigué et sa barbe est un peu inégale certains jours et il est tout bonnement incapable de se restreindre à un régime, he's a mess really et elle est parfaite. Et pourtant ils sont là, alors Hiram ne va certainement pas la laisser partir. “ And don't thank me for anything baby I'm just happy you had a good time. I just want you to be happy. ” Hiram vient embrasser le front de Kida. “ I'm happy, ” lui assure-t-il simplement. “ Right here, right now. ” Il embrasse sa pommette. “ With you. I'm happy.

C'est presque douloureux de devoir la laisser partir, de devoir se dire qu'il va devoir passer du temps avec Lorie après leur powcall d'hier. Presque douloureux de la voir enfiler des vêtements, de devoir la relâcher quand il s'attarde trop sur ses lèvres et l'empêche de finir de se préparer. C'est presque douloureux de l'embrasser une dernière fois et de grogner de frustration quand il ne peut pas prolonger leur étreinte, de devoir la laisser partir, de la regarder partir; de l'attraper par la taille quand elle fait mine de quitter l'appartement. “ I meant everything that I've said yesterday. ” Il ne se souvient pas de tout mais il sait qu'il n'a pas menti. Il le sait. Il l'aime, l'aime véritablement; il aime son esprit de compétition et ses yeux verts et son sourire tendre et les griffures qu'elle a laissé dans son dos. Il veut être avec elle, même si c'est en secret, en privé, derrière des portes fermées; il veut savoir qu'elle le veut en retour, il veut l'embrasser, il veut qu'elle enfonce ses ongles dans sa nuque pour l'attirer à elle. Il n'a jamais rien ni personne voulu autant qu'elle. “ Je t'adore? ” tente-t-il avec un accent à couper au couteau et Kida sourit avant de murmurer contre ses lèvres qu'elle aussi. “ Have a good day, baby. ” Il lui vole un dernier baiser avant de se détacher et d'ouvrir la porte pour la laisser partir, s'y accrochant en la suivant des yeux dans le couloir de son immeuble. “ You're the fucking hottest, Stargirl! ” appelle-t-il après elle avec un accent cliché américain et il l'entend rire un peu quand elle disparaît dans les escaliers, et Hiram ne peut s'empêcher de sourire même si il se trouve ridicule et stupide.

Il est heureux — qui l'aurait cru?

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

i think i'm right for you (hitdat#7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» i think i'm right for you (hitdat#7)
» there's never much love when we go ot † hitdat#6
» (hitdat#1) the party & the after party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres :: Chemin de Traverse :: Pinkstone
-