Partagez | .

sujet; i think i'm right for you (hitdat#7)
MessageSujet: i think i'm right for you (hitdat#7)   Dim 23 Juil 2017 - 23:35

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
hiram thomsonI'm scared that I'll miss you happens every time I don't want this feelin' I can't afford love I try to find a reason to pull us apart It ain't workin' 'cause you're perfect And I know that you're worth it I can't walk away. The distance and the time between us It'll never change my mind, 'cause baby I would die for you
There's an open mic at the Spitfire tonight Kida vient à peine de rentrer chez elle de son shoot pour Wogue UK quand elle reçoit le quicky d'Hiram. Ça fait deux jours qu'elle a quitté les studios avec John en laissant Love me harder, une démo pas terminée, mais en promettant à Adi que la collaboration serait achevée un jour prochain. John était furieux et absolument contre l'idée qu'elle travaille de nouveau de près ou de loin avec Hiram. Elle ne veut même pas savoir ce qu'il dirait s'il savait qu'elle lui avait envoyé des quickies aujourd'hui, c'est pour ça qu'elle ne le lui a même pas dit. Le convaincre que le featuring risquait  — était même sûr, si ça ne tenait qu'à elle — d'arriver un jour a pris suffisamment de temps à son goût. Ceci dit, John aurait probablement été un peu fier de la blague avec laquelle elle a introduit la conversation. Elle trouvait ça moins véritablement drôle qu'un peu méchant, mais mérité après tout. Elle n'aurait pas laissé la chose traîner si longtemps si on ne lui avait pas retiré son pow pendant tout le début du photoshoot.

Douze appels c'est beaucoup — elle s'imagine avec un peu de culpabilité la panique qu'il a dû ressentir — et dès qu'elle a récupéré son téléphone à sa première pause elle l'a sorti de son doute, sans l'appeler moins parce qu'elle avait peur qu'on (John) l'interrompe dans sa loge que parce qu'elle craignait un peu d'entendre sa voix au téléphone et de voir sa réaction quand il saurait qu'elle se moquait de lui. Elle ne lui en a pas vraiment voulu d'avoir boudé ensuite. Sa blague était vraiment stupide, mais elle avait un peu peur en cliquant sur son nom dans ses contacts. Elle n'aurait même pas dû avoir conservé son numéro, elle lui avait après tout demandé de supprimer le sien de son répertoire à lui et puis elle avait peur de faire le premier pas, elle ne fait jamais le premier pas Kida, mais pour lui, elle en avait envie. Pour lui, elle a pris le temps de réfléchir après cette journée aux studios, après avoir passé la soirée dans son lit devant la MirrorTV, après avoir écrit un peu plus de paroles dans un carnet sur ses genoux. C'était évident qu'elle voulait le revoir, elle n'a réfléchit que pour savoir si c'était une bonne idée, si c'était à peu près acceptable de sa part de vouloir encore de lui après tout ce qu'il lui a fait. Mais il l'aime (elle croit, espère en tous cas) et elle le rend heureux comme il la rend heureuse et c'est stupide et pas acceptable du tout en réalité, mais elle veut lui laisser une dernière chance. Alors après une prank nulle pour briser la glace, elle lui a demandé quand ils pouvaient se voir, n'osant même pas d'abord lui demander s'il le voulait. Elle a hésité à lui demander d'abord s'il voulait revenir au studio bientôt pour finir la chanson, mais ce n'est pas ce qu'elle voulait vraiment, pas encore, elle voulait d'abord et surtout le voir lui et seul. Elle ne lui en veut pas d'avoir boudé, mais elle n'a tenu et ne s'est pas rongé les ongles (on l'aurait tuée pour ça) que parce qu'elle était trop occupée pour consulter son pow toutes les deux minutes comme elle aurait voulu le faire. Dans la voiture qui l'a ramenée chez elle ceci dit, elle l'a observé désespérément cet écran, comme si par sa propre volonté elle pouvait faire apparaître la réponse d'Hiram.

Elle devrait lui répondre que c'est trop tard, qu'elle a mieux à faire ce soir, qu'il doit la prévenir un peu plus tôt quand même. Elle a presque envie de bouder à son tour, mais elle lui répond en quelques minutes à peine, incapable de se retenir, incapable de réprimer son envie de le voir le plus tôt possible, incapable de ne pas être excitée à l'idée que ce soit le Spitfire qu'il lui propose de tous les endroits possibles dans le Londres sorcier comme moldu. Là où ils ont passé leur première soirée ensemble, là où elle s'est véritablement laissée attirer dans ses filets, mais aussi là où l'a entendu rapper pour la première fois. Elle ne sait pas s'il compte monter sur scène ce soir ou s'il ne veut y aller que pour écouter, mais peu importe, le symbole est trop fort pour qu'elle ne veuille pas absolument y aller. Kida ne se pose aucune question et lui demande de venir la cherche, ne se laissant que vingt minutes pour se préparer c'est très peu, mais il dit oui, il arrive et elle a hâte. Et puis, vingt minutes ça ne lui laisse pas le temps de douter. Kida ne sait pas ce que ça veut dire d'ailleurs qu'ils aillent ensemble dans un lieu où ils ne sont certes pas attendus, mais où ils peuvent être reconnus.

Elle a à peine enfilé ses bottines et étalé son rouge sur les lèvres que la sonnerie de la porte d'entrée retentit dans l'appartement et qu'elle court littéralement hors de sa chambre “ It's for meeeeeee! ” crie-t-elle dans le couloir, avant de ravaler un peu son sourire pour ne pas avoir l'air trop ravie quand elle ouvre la porte pour se retrouver face à Hiram.  “ Hi. ” Son effort pour masquer une partie de sa joie devient tout à fait inutile quand elle rencontre son regard et qu'un sourire immense fend ses lèvres. Elle n'a même plus très envie d'aller au Spitfire, ils peuvent rester ici, aller dans sa chambre et ne pas en sortir jusqu'au lendemain. Mais c'est un date elle croit et elle aimerait bien et ses dates avec Hiram sont rares et imprévus à chaque fois, mais toujours parfaits.   “ Come in, I'm just gonna grab my bag.” Elle hésite à lui prendre la main, mais se retient timidement et lui fait juste signe de la suivre jusqu'à sa chambre où son sac est déjà prêt mais dans lequel elle glisse quand même son pow et son tube de rouge à lèvres en plus de quelques gallions. “ Oh and er….” La dernière fois qu'elle a porté ce sac c'était à la Wizpride et à son afterparty et elle ne l'a touché que des jours plus tard pour y récupérer les deux clichés qu'elle y avait glissé en espérant trouver l'occasion de les lui donner. Elle les a à peine regardé quand elle les a glissé dans le tiroir de sa commode, près de son paquet de cigarettes d'urgence, mais elle les a de nombreuses fois ressorties en après la listening party pour les regarder avec un petit sourire, songeant que dès qu'il lui proposerait de se revoir elle les amènerait avec elle. Ça n'est jamais arrivé. Mais il est là ce soir et elle se détourne de lui pour aller les prendre dans son tiroir et les lui tendre, ces photographies de leur premier date. Comme promis. “ Here, if you still want them.”  Elle peut bien s'en séparer si elle a la promesse d'autres dates à venir.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
kidagakash vaneI'm findin' ways to articulate the feeling I'm goin' through, I just can't say I don't love you, 'Cause I love you, yeah, It's hard for me to communicate the thoughts that I hold, But tonight I'm gon' let you know, Let me tell the truth, Baby, let me tell the truth.
Hiram doit se faire violence pour se rappeler qu'il boude quand Kida ouvre la porte de son appartement et qu'un immense sourire lui fend les lèvres au moment où leurs regards se concentrent. Entre l'effort incommensurable qu'il doit faire pour ne pas se mettre à sourire aussi grand lui aussi, et l'étrange sentiment awkward et étrange qui s'empare de lui. Il ne l'a jamais vraiment pick up comme ça, il a failli lui proposer de se retrouver là-bas, il a failli annuler, lui dire un autre jour... non, pas vraiment. Sa """blague""" l'a fait paniquer, affreusement paniquer, il était à moitié endormi quand il a vu son message et il lui a fallu quelques secondes pour comprendre ce que ça voulait dire. Le fait qu'elle ait ignoré ses douze appels n'a rien arrangé, bien entendu, il a même appelé John qui n'a pas répondu, et Adidja qui lui a dit qu'il ignorait où elle était. Le soulagement qui s'est diffusé en voyant son snapky a vite laissé place à la colère et l'agacement et de fait, Hiram a boudé.

Impossible de garder cette résolve quand Kida a les yeux qui pétillent comme ça. Même si il réprime le sourire qui étire légèrement ses lèvres, Hiram sait qu'il en va de même pour son regard. “ Hi. Hey. ” Il est content qu'elle ait envoyé un message (il ne l'aurait pas fait — c'était sa décision à elle après tout) même si c'était une """blague""" nulle, il est content qu'elle n'ait pas proposé autre chose que le Spitfire. Il a tellement stressé en attendant la réponse à sa proposition, il arrêtait pas d'ouvrir leur conversation en essayant de surprendre les trois petits points providentiels. Peut-être qu'elle voulait juste parler pour lui dire qu'elle s'en foutait de lui, peut-être qu'elle voulait juste l'appeler, peut-être que... mais non. Il est là, picking her up, et elle sourit comme si elle était heureuse, et Hiram se souvient qu'il la rend heureuse (parfois) et ça lui suffit pour l'instant.  “ Come in, I'm just gonna grab my bag. ” Après une hésitation, Hiram suit Kida à l'intérieur, ses yeux fouillant toujours minutieusement l'endroit parce qu'après tout, il n'y a jamais été — pas avec tous ses neurones en tout cas. Il surprend des regards curieux qui se veulent discrets et se force à calmer un peu de son sourire, même si c'est très dur (il s'efforce aussi de ne pas regarder Kida qui marche devant lui, si ils ont un public). Il se souvient un peu plus de sa chambre, ceci dit, même si il cherche les chiens du regard et est un peu déçu quand ils sont nulle part — peut-être autre part dans l'appartement —, il aurait bien aimé voir la croissant d'Hiram. Snow. Whatever. En revanche, il voit son homologue tigre et ça, ça le fait sourire. Il aurait eu peur qu'elle s'en sépare. “ Oh and er…. ” Il tourne les yeux vers Kida et tout sourire disparait de ses lèvres quand il voit ce qu'elle lui tend. “ Here, if you still want them.

Il s'empare machinalement des deux photos, celles qu'il lui a envoyées à la figure le seul jour où il est allé dans cet appartement en fait. Hiram se souvient des photos mais elles lui arrachent quand même un sourire quand il les redécouvre, son pouce glissant à la surface du papier pour en éprouver la texture. Il y a celle où il est flou et où elle lui embrasse la tempe. Quand il relève les yeux vers elle, Hiram se rend compte qu'il est en train d'observer les photos sans avoir souri ni rien dit et il se détend aussitôt, souriant d'un air hésitant avant de sortir son porte-feuille de la poche de son jean. Il glisse les deux photos derrière la protection en plastique sous le regard de Kida. “ Cute, ” dit-il simplement. Il est surpris qu'elle se soit souvenue qu'il voulait les récupérer, et aussi qu'elle accepte de les lui donner — il se dit que c'est plutôt symbolique. C'est les photos de leur premier date, ils vont à l'endroit où ils se sont rencontrés pour la première fois et elle sait, enfin il espère qu'elle sait, tout ce qu'il ressent pour elle. Il aimerait avoir le courage de se pencher en avant pour prendre sa main afin de l'attirer à lui, déposer ses lèvres sur les siennes pour être sûr mais Hiram n'en fait rien. De toutes façons, ce n'est pas une bonne idée si ils veulent sortir de cette chambre, le lit est bien trop près pour qu'ils se laissent tenter. Il range son porte-feuille. “ Are you ready? You look very h- good, ” il a presque l'air pensif, avant de grimacer un rictus maladroit en haussant les épaules comme pour montrer sa propre tenue, “ I should have known I'd have to step up my game. ” Il aurait dû mettre une veste de couleur.

Ils se suivent en dehors de l'appartement et l'envie de prendre ses doigts est toujours douloureusement irrépressible, la main d'Hiram n'arrête pas de s'agiter dans le vide le long de son corps mais il n'en fait rien. Jusqu'au moment où ils sont dans le couloir devant son appartement, le silence se refermant autour d'eux, et ses yeux ne peuvent pas s'empêcher de fouiller son visage. Seulement là Hiram tend-t-il la main, la levant entre eux deux, ce sourire hésitant revenant tordre son visage. “ I can Apparate us to the back door, ” dit-il simplement. Il profite pendant une seule seconde de sa main qui se dépose dans la sienne avant de transplaner avec assurance; ils apparaissent dans la backlane derrière le Spitfire. Mal éclairée, pavés inégaux, l'endroit semble un peu dodgy jusqu'à ce qu'Hiram sorte son pow pour envoyer un bref quicky; l'instant suivant, Cash ouvre l'imposante porte noire et se fend d'un énorme sourire en les voyant. “ Your kingdom came! Hiram! ” Il crie ça comme il pourrait le faire avant un concert et Hiram se sent sourire lui aussi quand il serre l'imposant Cash contre lui. “ What's up, big man? ” C'est lui qui organise les open mic nights, les nuits où Hiram et ses potes ont commencé à aller, d'abord parce que la bière n'était pas chère, ensuite parce qu'ils voulaient se produire sur scène. Les premières mixtapes ont presque toutes été écrites les lendemain de soirées au Spitfire. “ And you must be Kida. He mentionned you. The name's Cash. I'll be your noble host tonight. ” Le sourire de Cash est bienveillant, même quand ses yeux aussi sombres que ceux d'Hiram la regardent de haut en bas sans honte. Il tend la main et baise les doigts qu'elle y dépose. “ I'll get you in, follow me! Thanks again for coming, it's been so long, I thought you had forgotten about us. — I'm famous now, mate, can't be seen with street rats like yous. I'll pretend I didn't just hear that. You got cocky! ” Mais c'est un grand rire sous le ton exaspéré qui le suit quand Cash pénètre dans l'antre du Spitfire, disparaissant bientôt dans des couloirs qu'Hiram n'a que trop fréquenté, avant même d'être VIP. Il n'a jamais pu avoir une des fameuses tables de l'endroit, lui et ses amis n'avaient ni l'argent pour les réserver ou commander des bouteilles, et pourtant il sait intimement que Cash va leur offrir le meilleur booth qu'il ait à sa disposition, à l'abri du regard et des oreilles des autres clients. Il s'est définitivement habitué à tout ça.

Hiram n'a pas lâché la main de Kida pendant toute l'interaction. Il serre même un peu ses doigts avant qu'ils n'entrent à l'intérieur, avant de lever un regard interrogateur dans sa direction en les desserrant, au cas où elle voudrait s'en débarrasser.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Elle est un peu déçue du manque de réaction d'Hiram quand il attrape les photos. Elle, elle aurait aimé les garder, dès qu'elles ont été prises elle voulait toute la plaquette, mais c'est lui qui les a fait les partager, c'est lui aussi qui les lui a rendues en les lui envoyant à la figure et elle qui les a gardé précieusement comme les deux autres et qui ne s'est décidée à s'en séparer que parce que sur la banquette arrière d'une voiture il le lui a demandé. Ces clichés sont importants pour elle, comme la soirée qu'ils représentent et il faut qu'il les apprécie à leur juste valeur s'il les récupère. Elle étudie son visage quand il les observe et se persuade que le manque de sourire ne veut rien dire, que ça ne veut pas dire qu'il n'est pas touché, mais elle est déçue quand même, jusqu'à ce qu'il relève les yeux vers elle et esquisse un sourire hésitant et surtout range précieusement son cadeau dans son portefeuille. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'elle se détend et glisse la lanière de son sac sur son épaule. “ Cute, ” elle met la simplicité de la réaction sur le compte de la surprise et sourit comme toute réponse. Elle espère qu'il les gardera cette fois, qu'elles ne finiront plus jamais sur le trottoir d'où elle les a ramassé. “ Are you ready? You look very h- good, ” elle hoche la tête attrapant le perfecto en cuir qu'elle a jeté sur son lit en l'attendant, un léger plis se creusant sur sa joue devant le compliment. C'est toujours spécial quand ça vient de lui. “ I should have known I'd have to step up my game. ” Un petit rire s'échappe de ses lèvres et elle secoue la tête avant de le faire sortir de sa chambre et de l'appartement. Hiram est tout en noir, comme d'habitude en somme, mais même si elle lui a dit qu'un peu de couleur ne lui ferait pas de mal, ça lui va bien, vraiment bien. Et puis, elle-même est tout de noir vêtue exprès. Pour aller avec lui. Et ça fonctionne, elle croit en tous cas.

Ils sont devant l'ascenseur quand il tend la main devant elle avec un petit sourire sur ses lèvres, qui se répercute en plus grand sur celles de Kida. “ I can Apparate us to the back door ” Elle attrape les doigts sans hésiter — elle l'aurait fait sans l'excuse du voyage de toute façon — et ferme les yeux quand ils transplanent, contente d'avoir une paume à laquelle s'accrocher quand ils apparaissent dans une ruelle et qu'elle titube légèrement. Elle n'a jamais été là, ils sont entrés et sortis par la sortie principale la première fois — elle ne savait même pas que le Spitfire possédait une autre porte —, mais ça lui rappelle un autre moment de cette première soirée, ça lui rappelle la ruelle anonyme dans laquelle elle l'a traîné avant même de connaître son prénom pour se jeter à son cou et échapper à une poignée de fans. Le sourire timide est de retour sur son visage, ses yeux eux sont curieux quand il sort son pow et que quelques secondes plus tard une porte noire s'ouvre sur la personne à laquelle Hiram a sûrement envoyé un message. “ Your kingdom came! Hiram! ” Le sourire que ça arrache à Hiram fait briller un peu les yeux de Kida. “ What's up, big man? ” Elle n'a aucune idée de qui il s'agit, mais quand l'inconnu tourne le regard vers elle, il n'a pas l'air surpris de la voir. “ And you must be Kida. He mentionned you. The name's Cash. I'll be your noble host tonight. He mentionned you. C'est débile, mais Kida décide qu'elle aime bien Cash, plus que tous les autres gens de la vie d'Hiram qu'elle a rencontré jusque-là, ce qui n'est pas difficile à faire ceci dit. Elle lui rend son sourire en un peu plus grand alors même qu'il la jauge du regard des pieds à la tête comme elle a de toute façon l'habitude qu'on le fasse — et comme le décolleté laissé par sa robe semble inviter à le faire — et dépose sa main libre dans la sienne qu'il baise rapidement en lui arrachant un petit rire.

I'll get you in, follow me! Thanks again for coming, it's been so long, I thought you had forgotten about us.I'm famous now, mate, can't be seen with street rats like yous. I'll pretend I didn't just hear that. You got cocky! ” Kida aime bien voir Hiram dans son élément sans que ça veuille dire complètement high ou saoul ou les deux, sans que ce soir moqueur ou une vraie loque à côté de ses copains qu'elle hait. Elle l'aime dans son élément backstage du Centuries, ou sur scène surtout, ou — elle le découvre justement — au Spitfire où elle s'imagine facilement qu'il a passé de nombreuses soirées avant sa célébrité soudaine, en train de plaisanter avec qui elle pense être le manager. Ses doigts sont encore mêlés à ceux d'Hiram dans le couloir où Cash les guide, et jusque dans un booth privé. Hiram les resserre un peu avant d'entrer et de lui lancer un regard plein de questions qu'elle ne comprend pas. De leur booth ils voient parfaitement la scène et la foule qui se presse devant et Kida est un peu self-conscious avant de comprendre que quoiqu'ils voient tout, personne ne les voit, eux, alors quand les doigts d'Hiram se desserrent légèrement, elle les rattrape sans hésitation. Elle a vu son lot de carré VIP, mais pas encore celui du Spitfire, la seule fois où elle y est allée avant Hiram elle et Kira s'étaient mêlées à la foule. “ This is nice. ” Elle sourit aussi bien à Hiram qu'à Cash qui est encore là. Sur la table au centre de la petite pièce à laquelle Cash les mène il y a deux verres et déjà une énorme bouteille de champagne qui les attend, avec quelques autres bouteilles dont deux ou trois softs. Hiram l'a prévenu qu'ils venaient apparemment et ça fait vraiment plaisir à Kida qu'il l'est mentionnée de nom, qu'il ait probablement voulu qu'on leur réserve ce coin tranquille, qu'il ait été aussi impatient qu'elle en lui demandant de la voir le soir même. Elle a presque envie de demander en plaisantant combien d'autres filles il a amené ici — ce qu'elle lui a demandé le premier soir quand il l'invitait à venir à la prochaine scène ouverte — mais la jalousie serait réelle cette fois et elle croit savoir que la réponse serait aucune. Cash a dit que ça faisait longtemps qu'il n'était pas venu, peut-être si longtemps que ça remonte à une époque où il n'avait pas encore accès au carré VIP. “ On the house. ” précise Cash avec un geste du menton en direction des bouteilles. “ I'm sure Hiram'll find a way to repay us by gracing our street rats' stage?Oh yes please. ” se surprend-elle a renchérir aussitôt, ses yeux volant au visage d'Hiram, spontanément elle s'est même rapprochée de lui, pressant ses doigts libres contre son coude, ignorant le regard un peu amusé de Cash devant son manège. “ He should go last though, or he'll put everyone else to shame and no one will want to go on stage. ” fait-elle à Cash avec un sourire complice et sa main sur le bras d'Hiram qui glisse jusqu'à son torse, presque possessive, fière. Leur hôte la regarde un instant, puis Hiram et sourit gentiment, “ I like that one, she's a keeper. ” Kida rougit un peu, mais ne se détache pas comme elle est un peu tentée de le faire. Elle est un peu craintive ce soir, c'est censé être la dernière chance qu'elle lui laisse et elle espère vraiment que ça en vaudra la peine, qu'il n'a pas menti dans ce couloir des studios, qu'il tient vraiment à elle et qu'il veut ça, ce qu'ils ont touché du bout des doigts à l'arcade et à Paris et chez lui après la listening party.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Kida resserre ses doigts autour des siens et Hiram est soulagé. Il a l'impression que c'est stupide, elle est là après tout, et a gardé sa main dans la sienne même après le transplanage; mais il est content qu'elle ne se désiste pas et ne peut s'empêcher de sourire un peu plus grand, un peu plus détendu aussi. “ This is nice. ” Elle a l'air contente, il espère que c'est pour de vrai, il aurait trop peur qu'elle se force pour... il ne sait quelle raison, mais il s'invente inquiet à côté d'elle. Il a envie de l'impressionner ou juste de la rendre heureuse, ce soir au moins, lui montrer qu'il peut être... qu'il peut essayer d'être ce qu'elle semble voir en lui plus souvent que lui-même. Il y a de l'alcool mais aussi des softs sur la table (il a demandé à Cash d'en mettre de côté pour Kida), et le prix va être exorbitant, il s'en fout un peu au fond, Cash leur a déjà procuré la table après tout et ils sont plutôt bien placés, et bien à l'abri des regards indiscrets. Ce n'est pas tant qu'il n'ait pas envie d'être vu avec elle, juste qu'il vaut mieux, pour le moment, parce qu'il n'ignore pas que ça rendrait la situation, qui est déjà suffisamment compliquée, plus terrible encore. “ On the house. ” Hiram arque un sourcil en entendant Cash, un sourire satisfait venant ourler sa lippe. Ils n'ont pas vraiment gardé contact, Hiram n'a pas eu le temps de revenir au Spitfire à vrai dire, même si il l'a namedrop à plusieurs reprises lors des interviews obligatoires du MFactor. Depuis, des interviews, il n'en donne pas beaucoup. C'est moins qu'il a envie de rester mystérieux que le fait qu'il se sent étrangement timide quand il est devant une caméra et qu'il n'a pas un micro dans la main. Et puis, il n'aime pas parler de lui, et les gens n'ont pas à savoir tout ce qu'ils lui demandent dès qu'ils en ont l'occasion.

Il veut juste chanter. “ I'm sure Hiram'll find a way to repay us by gracing our street rats' stage? ” Il n'a aucune envie de chanter ce soir, ceci dit. Il veut passer la soirée avec Kida et en profiter à fond et aller sur scène ne fait pas partie de ses plans; il n'a pas le temps de protester, ceci dit, parce que Kida ouvre la bouche à son tour en se pressant contre lui, leurs doigts toujours liés posés sur leurs jambes. “ Oh yes please. ” Elle pose une main sur son bras et Hiram tourne la tête vers elle, surpris, puis vers Cash, hésitant. “ He should go last though, or he'll put everyone else to shame and no one will want to go on stage. ” Il y a une note de fierté dans sa voix, et dans la main qui glisse sur son torse et s'y pose avec un peu de possessivité; si Cash est surpris, il n'en montre rien, se contente de sourire légèrement. C'est Cash qui l'a incité à aller dans un studio d'enregistrement en lui donnant une avance de quelques centaines de Gallions, c'est Cash qui l'a fat monter sur scène la première fois et Cash qui lui a trouvé son premier gig. Hiram décide que la complicité Kida-Cash ne peut pas durer parce qu'ils vont le convaincre de faire des choses impossibles, tous les deux. “ I like that one, she's a keeper. She is, ” répond-t-il avant de lever les yeux au ciel avec un sourire amusé, abandonnant complètement.

Hiram se tourne vers Kida avec un léger sourire, se détendant enfin complètement contre le dossier de son siège, essayant de ne pas être trop électrisé par la main sur son torse. “ If you want me to sing, I'll do it. ” Il se souvient qu'elle aurait aimé que sa performance au Centuries soit plus longue; ce ne sera pas le cas ce soir non plus mais un jour... peut-être. “ It's a bit like a homecoming thing anyway, ” rajoute-t-il à l'adresse de Cash qui éclate de rire en s'emparant de la bouteille de champagne. “ Homecoming, bitch! ” hurle-t-il à sa manière chaleureuse, avant de leur servir à tous les trois des flûtes remplies à ras bord qui débordent sans se soucier un instant du gâchis; Hiram ne peut pas s'empêcher de rire, malgré lui, quand Cash est le premier à reposer son verre vide sur la table. “ I'll leave you two for now, hit me up if you need anything of course, and I'll send someone out for you before that performance? ” Cash tapote son énorme main sur l'épaule d'Hiram qui hoche la tête. “ You can be proud, Hiram. ” Ce dernier ne sait pas trop si il parle de Kida qui est toujours assise contre lui ou de sa carrière et de ce qu'il est en train de faire de sa vie; tout ce qu'il sait c'est qu'il prend le compliment avec un peu plus d'émotion qu'il ne l'aurait imaginé. Il n'avait pas remarqué avant que Cash lui avait manqué. “ Thanks. ” Avec un dernier hochement de tête, Cash finit par sortir de leur bulle isolante, laissant derrière lui un petit vide qui est vite comblé quand Hiram tourne de nouveau les yeux vers Kida, son pouce caressant timidement le dos de sa main.

Il y a quelqu'un qui se produit sur la scène, il y a un peu de tout au Spitfire, mais surtout du rap et du RnB. Hiram s'en fiche et n'écoute rien et ne voit pas, il n'observe que Kida pendant un bref instant. Il a vraiment envie de l'embrasser, ses yeux se baissent vers sa bouche et il pince des lèvres, mais il se ravise parce qu'il doute encore un peu et il ne veut pas la mettre mal à l'aise et il n'est sûr de rien avec elle. “ You like to see me perform, ” lui souffle-t-il néanmoins au visage avec douceur, un sourire ravi venant lentement s'inscrire sur ses lèvres. Il dit ça de la même manière qu'elle a déclaré qu'il l'aimait en rouge, avec une certaine assurance quasi-dubitative, surprise. “ What would you have me sing? Or rap? ” demande-t-il en se détournant, la gorge nouée de leur proximité qui pourrait être innocente si il n'était pas si précisément sensible à leurs genoux qui se touchent et leurs mains toujours liées et leurs épaules qui se frôlent. Il attrape le reste de sa flûte de champagne, certainement pas son alcool préféré mais il ne va pas se plaindre, trempant les lèvres dedans pour s'occuper les mains et la bouche en attendant le verdict de Kida. “ I'm sorry I didn't keep my promise, ” dit-il brutalement en reposant le verre, avant qu'elle n'ait pu répondre. Il lui jette un coup d'oeil en coin amusé et presque joueur. “ Almost- ” Il bute sur les mots parce qu'il doute, encore, il ne sait pas où ils en sont, ce qu'ils font, ce qui se passe, “ I almost knocked on your door with nothing on but the XO jacket but I was a little bit scared your flatmate might find it odd.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
She is ” Kida se sent devenir plus rouge encore. Elle se doute que ce n'est qu'une plaisanterie, au moins autant dans sa bouche que dans celle de Cash, mais elle ne peut s'empêcher de croire une seconde que c'est peut-être ce qu'il pense d'elle et de sourire un peu plus. Quand il se tourne vers elle, il sourit et n'a pas l'air gêné par la main qu'elle a toujours contre son torse et elle décide qu'elle a le droit d'y croire, un peu au moins. “ If you want me to sing, I'll do it. ” Son sourire plisse les coins de ses yeux. Elle adore le voir perform, c'est comme ça qu'elle l'a connu, comme ça qu'à lui tout seul il l'a attirée à un genre de musique qu'elle ne connaissait et n'aimait pas trop. Elle n'a raté aucun de ses lives au MFactor et elle a adoré le voir aux Centuries et même à la Wizpride malgré les nouvelles paroles ajoutées à Or Nah et qui l'ont incroyablement gênée. Elle aime le voir chanter et rapper et elle aime le voir vibrant d'énergie et heureux d'être là. Il est fait pour monter sur scène Hiram et c'est un délice de l'y voir. Alors même si ça doit couper un peu leur date — si c'en est bien un —, elle veut le voir chanter. Et ce d'autant plus si c'est pour elle qu'il le fait ce soir. “ It's a bit like a homecoming thing anyway,Homecoming, bitch! ” trois flûtes sont remplies de champagne jusqu'à en déborder un peu et Kida lève son verre avec un rire joyeux sur les lèvres, provoqué avant tout par celui d'Hiram qui la fascine toujours autant. Cash finit le sien, Hiram en a encore une bonne moitié et elle elle a à peine trempé ses lèvres dedans.   “ I'll leave you two for now, hit me up if you need anything of course, and I'll send someone out for you before that performance? You can be proud, Hiram. ” Kida aime définitivement vraiment bien Cash. Contrairement aux autres il ne semble pas être une mauvaise influence sur Hiram et paraît sincèrement heureux de sa réussite. Hiram a de quoi être fier en effet, Kida sait qu'elle l'est beaucoup pour lui, qu'il mérite tout ce qu'il a et plus encore, elle attend avec impatience son album et lui souhaite tout le meilleur. Il a du talent. Il mérite plus de stalkers qu'elle en a sur MSN et que plus de gens connaissent son nom. Il a un talent fou que ce soit pour écrire, composer, chanter ou rapper. Elle était si fière de lui aux Centuries, elle espère que lui aussi. “ Thanks.Yes thank you Cash. ” ajoute-t-elle juste avant qu'il ne sorte de leur booth. Elle l'aime bien, mais dès que le regard d'Hiram se repose sur elle, Cash n'existe plus.

Elle a du mal à ne pas sourire sous la caresse de son pouce sur le dos de sa main et face à leur proximité presque innocente. Il y a de la place sur le canapé, mais leurs genoux se touchent et leurs épaules s'effleurent. Elle voudrait trouver quoi dire ; elle voudrait avoir le courage de lui demander s'ils sont sur la même longueur d'onde, si ce soir a le même sens pour lui que pour elle, mais il la regarde en silence et elle en fait de même se perdant comme toujours dans la profondeur de l'obsidienne. Elle a dit vouloir le voir et il l'a invité sur-le-champ et il a choisi cet endroit spécial symboliquement au moins pour eux. Elle ne devrait pas être aussi hésitante, mais ils n'ont pas parlé depuis qu'ils se sont vu aux studios et ont laissé les choses un peu incertaines dans les mains tremblantes de Kida. Elle a encore peur qu'en deux jours il ait changé d'avis. Elle sent quelque chose se tordre un peu dans son estomac quand elle voit les yeux noirs d'Hiram glisser vers ses lèvres, puis quand il pince les siennes et qu'elle a l'impression qu'il doit sentir sa propre envie. “ You like to see me perform” Ce n'est pas une question, c'est dit sur le même ton que son propre You like me in red. C'est une vérité qu'elle ne nie pas, qu'elle ne pourrait pas nier quand bien même elle essayerait stupidement de le faire, le souffle d'Hiram contre son visage lui ôtant toute faculté de penser. Son sourire quant à lui la tue à petit feu, elle n'a jamais rien vu d'aussi beau. “ What would you have me sing? Or rap? ” elle pince des lèvres un peu déçue quand il se détourne, mais se reprenant vite pour réfléchir à la question alors qu'il s'attaque de nouveau à sa flûte de champagne. Kida connaît littéralement toute la discographie d'Hiram désormais, elle a suffisamment fait ses recherches et tout téléchargé et tout acheté en copie physique aussi. Elle connaît les paroles des chansons sur ses trois mixtapes par cœur. Elle ne sait pas trop ce qu'elle préfère, son flow incroyable est fascinant, mais le miel de sa voix la fait fondre. Elle voudrait le voir en concert, juste lui sur scène pendant une heure au moins. Elle voudrait qu'il fasse les deux. “ I'm sorry I didn't keep my promise, ” fait-il avant qu'elle n'ait eu le temps de se décider et elle fronce les sourcils confuse, un peu effrayée aussi. Elle aimerait dire qu'elle est rassurée par son regard joueur, mais Kida est encore un peu mal assurée à son sujet, elle a encore peur que tout ce ne soit qu'une grande blague et elle ne sait même pas de quelle promesse il parle. “ Almost- ” la manière qu'il a de buter sur ses mots lui ferait presque penser qu'il est aussi incertain qu'elle “ I almost knocked on your door with nothing on but the XO jacket but I was a little bit scared your flatmate might find it odd. ” Elle éclate de rire. C'est aussi soulagé que véritablement amusé, que ravi, que presque surpris de s'entendre elle-même. Elle avait presque oublié cette promesse qui appartient à un autre temps…sauf que c'est à ça qu'ils essaient de revenir, c'est à ça qu'ils aspirent, c'est avec ça qu'elle veut renouer en lui rendant les photos et il lui a promis par quicky de ne porter que la veste XO la prochaine fois qu'ils se verraient. Il n'a pas tenu parole, mais elle non plus: si elle porte bien le rouge à lèvres qu'elle associe désormais à Hiram parce qu'elle a trop marqué sa peau avec, elle n'a pas pu sortir en ne portant que ça. Il n'a pas tenu parole, mais elle ne lui en veut pas le moins du monde au contraire c'est…  “ Ah I guess that means I'll have to see you again then… ” une bonne excuse pour forcer une next time. Le rire se transforme en sourire qui plisse encore tout son visage et qu'elle aimerait être capable de retenir. “ This is a promise I can forgive you for breaking ” elle se penche un peu, pour compenser la légère distance qu'il a mise entre eux en se détournant. “ I wouldn't have appreciated anyone else, even my flatmates enjoying the sight.” souffle-t-elle contre ses lèvres. C'est stupide d'être possessive pour quelqu'un qu'elle n'a même pas aussi préfère-t-elle faire passer ça dans une blague. Elle crève d'envie de l'embrasser, de s'assurer — comme si elle pouvait encore douter — qu'il va le lui rendre, qu'il la veut elle comme ça, ce soir, demain aussi et que I want you exclusively and entirely and eveyday est peut-être vrai finalement.  “ I don't like seeing you perfom by the way…” la main sur son torse se détache enfin, vient effleurer sa joue. “ I love it. Adore it. Adore you. Elle sourit un peu plus, elle s'est imperceptiblement rapprochée à chaque syllabe, presque inconsciemment, appelée par lui, par ses lèvres qu'elle n'a pas goûté depuis trop longtemps.  “ Do both. Rap and sing. ” cette fois-elle les effleure presque des siennes, ses doigts sur sa joue se frayant lentement un chemin vers sa nuque.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Le rire surpris mais ravi qui s'échappe d'entre les lèvres de Kida surprend Hiram et approfondit le sourire qu'il a sur la bouche. Elle a l'air aussi surprise que lui par cet éclat mais ça lui plaît, à Hiram, il aime bien quand elle rit et qu'elle sourit pour de vrai, ce qu'elle n'a pas arrêté de faire depuis qu'elle a ouvert la porte de l'appartement tout à l'heure. Elle lui a dit qu'il la rendait heureuse, quand il n'était pas con ou high ou avec ses amis, et il espère que c'est le cas ce soir-là — en tout cas, il va faire de son mieux pour lui arracher d'autres rires comme ça. Parce que ça transforme tout son visage, parce que sa main est toujours posée sur son torse et qu'elle se penche légèrement vers lui, parce que ça le rend heureux lui aussi qu'elle le soit. “ Ah I guess that means I'll have to see you again then… ” C'est à lui de rire légèrement, cette fois, la fossette se creusant sur la pommette et ses yeux étincelant dans l'ombre du bar-club. Ils pourraient tout aussi bien être seuls au monde que ça ne ferait aucune différence, réalise-t-il; il s'en fiche complètement, de la fille timide qui crache ses rimes sur scène ou de l'anticipation qui lui tord le ventre depuis qu'il a décidé qu'il allait lui aussi se produire rapidement sur scène. Il n'y a que Kida, Kida, Kida. “ Maybe that was my plan all along? ” demande-t-il d'un ton innocent, même si ce n'était pas le cas, ça aurait très bien pu l'être... il est bien décidé à ne plus la laisser partir maintenant, et à ne plus partir lui-même. Du moins, tant qu'elle voudra de lui.

Mais si sa tête qui s'approche et la main qui est toujours posée sur son torse sont des indications fiables, Hiram se surprend à penser que peut-être... “ This is a promise I can forgive you for breaking. I wouldn't have appreciated anyone else, even my flatmates enjoying the sight. ” Elle est si proche que les mots rebondissent sur les lèvres d'Hiram. Un courant électrique l'agite tout entier et il se demande si elle ressent le frisson qui fait trembler son corps avec sa main posée sur son torse. Ce mélange de teasing et de possessivité le prend complètement par surprise, elle est en train de le rendre dingue — s'il ne l'était pas suffisamment déjà pour elle — et les yeux qu'il a de baissés sur elle sont désormais presque écarquillés. “ I don't like seeing you perfom by the way… ” Sa main se détache et la déception est vive, jusqu'à ce que ses doigts viennent effleurer la peau de sa joue. Ils sont si proches et c'est un tour de force pour lui de ne pas l'embrasser brusquement, plaquer ses lèvres contre les siennes, l'attirer à lui et briser la distance qui les sépare. “ I love it. Adore it. ” Kida sourit encore et toujours et c'est hypnotisant, la manière qu'elle a de se rapprocher de plus en plus lui tord le ventre. Il se rappelle vaguement de son regard et de son sourire quand il est sorti de la scène du Centuries, c'était il y a une éternité lui semble-t-il. Hiram se promet d'assister au prochain concert d'XO.

Do both. Rap and sing. ” Il a une vague idée de ce qu'elle est en train de lui dire mais autant dire que son cerveau n'est pas du tout en train de digérer l'information, parce qu'il ne pense qu'à la sensation de ses lèvres effleurant légèrement les siennes et sa main dans sa nuque; il tend le cou pour embrasser Kida l'instant suivant, et elle répond à son baiser. Comment a-t-il pu douter? Ça lui semble tellement familier et normal —it feels right. Le baiser est un peu hésitant au début, puis plus franc et demandeur; Hiram lâche seulement la main de Kida pour poser la sienne dans le bas de son dos, l'autre venant trouver sa jambe et l'arrière de son genou pour l'attirer plus proche de lui, au cas où lui prendrait la bonne idée de s'enfuir. Mais ce n'est pas le cas, au contraire. Elle lui coupe littéralement le souffle, et fait battre son coeur bien trop vite, et c'est comme si il l'embrassait pour la première fois, comme si même il embrassait quiconque pour la première fois. Il est complètement fébrile quand il se détache de ses lèvres, son front finissant contre le sien et ses yeux se baissant machinalement, ses cils tirant de longues ombres sur ses pommettes. “ You're so fucking hot. ” On dirait presque une plainte dans sa voix — il n'arrête pas de lui dire mais il n'arrête pas de le remarquer, quand il la voit et quand ils s'embrassent et qu'elle presse ses doigts dans sa nuque. “ I love you.

Les mots lui échappent et lui brûlent les lèvres, acides et pas du tout réconfortants. L'envie de s'enfuir s'entrelace aussitôt à la pure terreur qui lui noue les entrailles; l'envie de s'écarter définitivement aussi est brutale, tombe dans son estomac comme une pierre dans un puits. Pourtant, le seul mouvement qu'il amorce, c'est sa tête qui recule pour qu'il puisse la regarder dans les yeux, sa main droite qui se détache de son dos pour se poser sur la banquette derrière elle, l'autre qui reste sur sa jambe, ses doigts fébriles à la surface de la peau en dessous de la ligne de la robe. Ses yeux sont un peu terrifiés et nerveux, regardent l'un puis l'autre oeil de Kida avec beaucoup d'angoisse, jusqu'à ce qu'il parvienne à calmer la cavalcade improbable de son coeur pour articuler un sourire hésitant. “ I want us to be together, ” finit-il par formuler, un peu difficilement tant les mots lui semblent incongrus et pas du tout naturels — mais nécessaires, mais sincères. “ For real. Not just- not just tonight.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
C'est Hiram qui capte ses lèvres presque aussitôt qu'elle a fini de parler et, dès que leurs bouches se rencontrent, Kida elle-même oublie ce qu'elle vient de dire, oublie où ils sont, oublie pourquoi, oublie ses réserves et ses doutes, les doigts qu'elle a passé dans la nuque d'Hiram s'y enfoncent un peu alors que lui même lâche sa main pour la glisser dans son dos, une autre l'incitant à l'approcher de quelques doigts glissés sous son genou. Ça lui coupe le souffle et lui redonne vie tout à la fois, elle aimerait passer toute la soirée comme ça, ne jamais avoir à se détacher de lui, de ses lèvres, de ses mains, elle voudrait être plus près encore, elle voudrait ne pas avoir peur que son cœur explose dans sa poitrine tant il court vite, elle voudrait ne pas être si sensible au moindre de ses touchers, elle voudrait ne pas être aussi avide que lui. C'est lui qui se détache le premier, elle-même en aurait été bien incapable, et leurs fronts sont l'un contre l'autre, leurs cils baissés se touchant presque aussi, Kida est fébrile, mais un petit sourire trône sur ses lèvres. Satisfaite, un peu rassurée aussi. C'est certainement parfaitement stupide de sa part, mais elle a encore un peu peur de vouloir quelque chose de différent de ce qu'il désire lui, alors que dans ce baiser ils se sont retrouvés, se sont parfaitement synchronisés ; ça doit bien vouloir dire qu'ils sont sur la même longueur d'onde, et puis, elle le sent aussi fiévreux qu'elle. “ You're so fucking hot. ” c'est plaintif et elle souffle un peu contre son visage dans un rire silencieux. Elle ne se lassera jamais des compliments d'Hiram, même sur quelque chose d'aussi superficiel et habituel pour elle que sa beauté. Elle ne s'en lassera jamais quand ça semble sincère et presque agaçant pour lui, quand elle a envie d'y croire chaque fois qu'il la regarde comme ça et qu'elle se noie dans ses trous noirs qui pour l’instant lui échappent. Elle n'a jamais autant voulu plaire à quelqu'un. Elle ferme complètement les paupières profitant de sa proximité, de son souffle contre son visage, de sa peau contre la sienne.

I love you. ” Rien ne s'évade d'entre ses lèvres cette fois, pas la moindre expiration, rien. Ses yeux se rouvrent brutalement, mais elle reste sinon parfaitement immobile, paralysée par ces trois mots aussi inattendus que véritablement incroyables, si bien que son cerveau n'arrive tout simplement pas à les assimiler tout de suite. C'est ce que Kida croyait avoir deviné aux studio, I will love you harder. Mais elle n'était pas sûre — il lui semble qu’elle ne sera jamais vraiment sûre de rien avec lui. Elle pensait s'être trompée, avoir mal compris, qu'il ne s'agissait peut-être que d'une référence aux paroles de la chanson qu'ils auraient dû finir, qu'il exagérait que… Elle ne peut pas croire que quelqu'un l'aime. L'aime vraiment, pas juste de loin, sans la connaître, parce qu'elle pose à moitié nue pour des campagnes de sous-vêtements et qu'une équipe professionnelle la rend jolie au quotidien. Elle n'arrive pas à croire que quelqu'un la veuille comme ça, que ce soit lui en particulier, lui qui l'a pourtant vue quand elle était au plus bas, lui qu'elle aime à s'en faire mal.

I love you. Elle a l'impression d'être malade, tant ses entrailles sont retournées, tant elle peine à respirer. Et il ne lui vient pas à l'esprit de douter de son aveu cette fois, pas alors que ça semble avoir été proféré spontanément, si bien qu'elle pourrait presque croire qu'il le regrette, quand il se détache un peu, reculant juste assez la tête pour que leurs regards se rencontrent, celui vide de Kida s'emplissant d'incrédulité, de regret aussi quand sa main s'arrache à son dos et se pose derrière elle sur la banquette. Elle n'a plus que ses doigts un peu tremblants sur sa jambe, et l'obsidienne qui lui semble encore plus sombre et profonde que d'ordinaire. Elle croit deviner l'angoisse qui la voile un peu, voudrait l'en sortir, mais ça la bloque complètement de comprendre qu'il est vraiment sincère. Kida aimerait trouver le courage de se sortir de sa torpeur, d'ouvrir la bouche pour lui dire qu'elle aussi, mais elle n'arrive qu'à le regarder hésitante, un peu comme si elle croyait encore être en train de rêver, comme si elle s'attendait encore à le voir sourire ou rire d'un instant à l'autre et secouer la tête et avouer que c'était une blague. Quand il finit par sourire toutefois c'est trop hésitant pour être moqueur. “ I want us to be together ” elle cligne des yeux, son engourdissement semblant enfin accepter de se dissiper, son cerveau acceptant de se remettre en route, ses doigts toujours dans la nuque d'Hiram tremblants aussi fort que son cœur dans sa poitrine. “ For real. Not just- not just tonight. Only for tonight chante-t-il pourtant sur KDGKSH et only for tonight avait-elle conclu dans le bain à Paris, le regret au bout des lèvres (I wish). Sauf que non. Pas juste pour ce soir, il veut être avec elle, together-together comme elle n’a pas osé même le penser à Paris devant John. Il veut être avec elle. “ Me too. ” sa voix tremble autant que le reste de son corps. Elle n’a jamais fait ça Kida, elle n’avait jamais fait de date avant Hiram, elle n'en avait même jamais eu envie, elle n’avait jamais ressenti ce qu’elle ressent pour lui et jamais voulu être avec quelqu’un, elle n’a jamais autant apprécié des doigts entrelacés aux siens, des bras autour d’elle et des yeux glissant sur son corps, des lèvres contre les siennes, elle n’a jamais autant voulu qu’on lui laisse une note le matin, qu’on lui demande son numéro, qu’on lui envoie des messages, autant eu envie d'en envoyer en premier aussi, elle n’a jamais autant voulu être à quelqu’un. You're mine and I'm yours, c'est ça qu'être ensemble veut dire. Elle n’a plus peur qu’Hiram ne veuille pas la même chose qu’elle, c’est évident que c’est le cas maintenant, mais c’est précisément ce qu’il l’effraye un peu désormais, ce saut dans l’inconnu qu’elle a terriblement envie de faire. Elle ne devrait pas être aussi surprise qu'elle l'est, pas après ce qu'il lui a dit aux studios, mais elle l'impression que ça lui tombe dessus tout d'un coup malgré tout. “ I want everything and I want you. Exclusively and entirely and everyday. ” c’est ce qu’il lui a dit aux studios justement, et qu’elle n’a pas cru sur le moment. Elle n’a pourtant cessé de tout se rejouer dans son esprit avant de se décider à lui envoyer un quicky. C’est ce qu’elle veut. Ce qu’elle voulait déjà en rentrant de Paris avec lui, ce qu’elle voulait encore plus après la listening party. C'est ce qui l'a faite pleurer en sortant de la boîte de nuit où il en avait embrassée une autre. Exclusively and entirely and everyday. Ce qu'il veut aussi apparemment et elle n'arrive toujours pas y croire, le sourire s'étirant encore trop timide sur ses lèvres, l'incertitude hantant encore l'émeraude qui n'a pas lâché l'obsidienne. “ I-I love you too. ” murmure-t-elle, quand bien même ils sont seuls et personne ne peut les entendre. Ce n'est pas qu'elle n'est pas sûre d'elle, ses prunelles n'ont jamais été aussi sincères, elle-même ne s'est jamais sentie plus vulnérable, ce n'est pas qu'elle ne le croit pas, mais c'est qu'elle a toujours eu peur de dire ces mots à voix haute, pour ça qu'elle s'est toujours protégée, empêchée d'être faible et de se laisser suffisamment approcher pour ressentir ces choses-là, pour ça qu'I adore you a été plus facile à dire pour elle. Elle a toujours un peu peur qu'il l'abandonne aussi, qu'il lui refasse du mal la prochaine fois qu'il sera high ou avec ses amis. “ My starboy. ” tente-t-elle dans un sourire. Son nez rencontre doucement celui d'Hiram et elle essaye de forcer ses muscles trop tendus à se détendre quand elle rattrape la courte distance qu'il a prise en s'écartant un peu, passant sa main libre dans son dos et caressant ses lèvres des siennes.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram a l'impression de coucher toutes ses cartes sur la table, de déposer toutes les armes et de ne faire aucun mouvement pour les reprendre. Il est vulnérable et fragile et stupide et Kida ne réagit pas, peut-être qu'elle ne l'a pas entendu? Non, c'est ridicule, il sait qu'elle l'a entendu, il a vu quelque chose changer dans ses yeux qui se sont vidés de toute émotion, il est incapable de dire ce à quoi elle pense en cet instant précis, ce qu'elle ressent, et lui qui pensait la comprendre un peu... Hiram sent quelque chose vibrer en lui, il a peur qu'elle rit ou qu'elle le repousse ou lui dise la vérité: qu'il est trop tard pour lui et pour eux, surtout. Qu'il a déjà ruiné suffisamment de chances comme ça. “ Me too. ” Mais... non. Elle a répondu à son baiser et elle veut ça elle aussi. Lui. Eux. Elle tremble aussi, remarque-t-il, et il raffermit un peu sa prise sur sa jambe, à la fois parce qu'il a besoin de s'accrocher à quelque chose — la main posée sur la banquette s'y enfonce presque douloureusement — et aussi pour la rassurer, il ne va nulle part. “ I want everything and I want you. Exclusively and entirely and everyday. ” C'est ce qu'il lui a dit aux studios d'OVO et il le pensait, il le pense. Il veut toujours ça, il la veut toujours elle, et seulement elle, et il veut être sûr que c'est son cas à elle aussi; c'est pour ça que le sourire hésitant se détend un peu et que ses yeux papillonnent brièvement, gênés, cherchant à s'accrocher autre part avant de revenir se noyer dans l'émeraude du regard de Kida.

I-I love you too. ” Le monde devient très silencieux autour d'eux, en tout cas pour Hiram; il a l'impression qu'il a un acouphène dans l'oreille.  Il ne voit Kida et il a cessé de sourire mais pas elle et il se force à desserrer l'emprise de ses doigts sur sa jambe, phalange après phalange, avec une moue d'excuse; le regard de Kida est intense, celui d'Hiram aussi, et il aimerait lui demander de se répéter mais il ne le fait pas. C'est tellement étrange et fragile et vulnérable, ils le sont tellement quand ils sont l'un face à l'autre. Son coeur a depuis longtemps explosé dans sa poitrine. “ My starboy. ” Il a détesté ce surnom la première fois qu'il l'a entendu dans sa bouche; désormais, il le fait sourire légèrement, calme la tension qui s'est installée dans tout son corps. Il aime bien la marque possessive aussi, la manière qu'elle a de presser ses doigts dans sa nuque pour l'attirer à elle, l'embrasser une nouvelle fois; Hiram ne se fait pas prier, sa main revenant dans son dos pour l'attirer contre lui, ses lèvres presque désespérées sur les siennes. Il aimerait qu'elle voit, qu'elle sache que ce n'est pas des paroles en l'air, qu'il est sincère: il veut être avec elle, il l'aime, il va faire de son mieux, il sera son mieux avec elle, high ou pas, avec ses amis ou pas. Il n'a jamais autant désiré quelque chose avant, et encore moins quelqu'un; il n'a jamais été aussi effrayé de ne pas réussir, aussi.

Quand ses doigts remontent presque naturellement le long de sa jambe et frôlent la limite de sa robe, il sourit un peu plus contre sa bouche en se détachant seulement pour murmurer, leurs lèvres se frôlant quand il parle: “ You do realise that since I'm going to perform last, we have to stay until the end? There's some tongue-action management to be done here. ” Hiram se voit déjà filer à l'anglaise avec la main de Kida dans la sienne, pour aller chez lui et finir la soirée dans son lit; c'est pour réprimer cette envie qu'il se détache un peu plus, l'observant avec un air satisfait, ses lèvres rouges et son regard vert mordu par les lumières colorées du Spitfire. Il pourrait s'habituer à ça. “ I asked Cash to get you some non-alcoholic drinks. ” Impossible pourtant, même quand il se serre lui-même un peu d'alcool plus fort que le champagne, de trop se détacher d'elle; une main reste sur sa jambe et il se penche par intermittence pour l'embrasser, sa bouche ou sa joue ou son cou, marmonnant parfois un commentaire à l'égard des gens qui se succèdent sur scène. Quand la performance n'est pas à son goût, il n'hésite pas une seule seconde à attirer Kida contre lui pour l'embrasser, jamais sans un sourire. Il n'a pas menti quand il lui a dit qu'elle le rendait heureux. Vraiment heureux. Kida le fait rire avec ses propres remarques et il aime la familiarité qu'il ressent à son contact. Il a l'impression que tout est normal et facile avec elle et il l'embrasse dès qu'elle tend le cou et il sourit à chaque fois qu'elle le fait parce que le simple fait qu'elle soit contente fait effet sur lui.

Ce n'est pas Cash qui revient mais un employé que Hiram connait bien. À l'époque, ils venaient quasiment tous les samedis avec ses amis et il a commencé à connaître les gens qui y travaillaient aussi, si bien qu'il se lève sans réfléchir pour prendre cette vieille connaissance dans ses bras (il a un peu bu du coup il fait ça sans réfléchir), il est sur le point de le présenter à Kida mais déjà l'autre le tire hors du booth, il faut qu'ils se dépêchent. Hiram se dégage de son étreinte pour s'approcher de Kida et lui voler un dernier baiser rapide. “ Know this is all for you. ” Et puis de s'échapper du booth, guidé par l'employé jusqu'à derrière la scène pendant que Cash reprend le micro pour annoncer le concert surprise, sans dire son nom; le silence qui accueille sa montée sur scène est autant effrayant qu'excitant, surtout quand il entend le premier squeal ravi et étranglé du fin fond de la salle. “ It's good to be back here, I'll just start with a freestyle me and my mates wrote in this room on the back of a napkin a couple of years ago. ” Il se sent un peu nerveux et pourtant tout ça disparaît quand il détache le micro de son pied et l'approche de sa bouche. Il n'a pas besoin de beat, il a juste besoin d'énergie et de ça, il en a à revendre — entre l'alcool et l'énergie de la salle qui attend les premières rimes et surtout les baisers de Kida qu'il a dû effacer avant de monter sur scène mais qui laissent encore des picotements partout sur sa bouche et sa peau. “ Now let me hop up in the rap mobile, get so much pussy in the back they should call it the cat-mobile...

Le rythme est effréné et Hiram ne s'est pas vraiment entraîné mais c'est l'une des chansons qui figuraient sur sa première mixtape, et effectivement l'une des premières qu'il a écrite dans cette pièce-là, à l'origine pour préparer des bars à lancer en freestyle, et puis c'est ça a fini sur la première mixtape qu'ils ont produit avec Cash et les autres. C'est étrange, parce que maintenant sa vie n'a plus rien à voir, il travaille sur un son complètement différent dans les studios de Gatsby, la chanson semble plus plaire que le rap et pourtant il essaie de rester à fidèle à lui-même, même si ça veut dire changer d'esthétique. Quand il finit le morceau, ceci dit, il a un sourire satisfait sur les lèvres, qui s'agrandit en entendant les applaudissements généreux de la salle. Il enchaîne sans attendre une seule seconde avec le seul hit de son prochain album qui est sorti avec Earned It, King of the Fall, celui qu'il a chanté au Centuries aussi. Encore une fois, pas besoin d'instrument pour que le rap fonctionne; il entend même quelques timides élever la voix pour l'accompagner mais la plupart le regardent et écoutent, les yeux fermés pour chanter aussi vite que possible, révélant seulement l'obsidienne en même temps que ses lèvres se tordent au milieu de la chanson. On dirait qu'Hiram se raconte une blague qu'il est le seul à connaître; il a les mains libres, le micro reposé sur son pied, et il joint ses deux pouces tendus en croisant ses index, les autres doigts repliés, pour faire le signe désormais iconique d'XO. “ Bring your girl to my show, give her floor seats, Then she go downtown like she owe me, XO, XO, XO, mix it up, pour it up, take it down slow. ” Et il entend des exclamations ravis et il voit les flashs des pow crépiter et il ne peut pas s'empêcher de sourire avant de s'exciter sur les paroles, sans s'arrêter une seule seconde, agité par l'énergie qui le prend toujours quand il est sur scène, ce truc qui comble le vide comme si il n'avait jamais existé.

À la fin de la fameuse outro à laquelle la moitié de la salle l'accompagne, il est à bout de souffle ceci dit et il lui faut quelques secondes pour retrouver sa respiration. Il ne voulait pas vraiment chanter ou rapper autre chose, il aime bien ces deux chansons et elles lui suffisent et même Cash semble prêt à l'accueillir backstage pour finir; ceci dit, quand il reprend le micro, il le fait avec un petit sourire qui laisse présager une autre chanson. “ Ok, I know it's not really the mood right here right now, but it'd be a lovely way to end the night... I'm still working on it and I'm a bit rusty so please don't be too judgemental. It's still open mic night, you guys. ” Il y a des instruments backstage, réduits pour ne pas prendre de place, et il file en coulisses pendant quelques secondes pour récupérer un piano qu'il agrandit une fois sur scène; la vue de l'instrument arrache quelques rires et il articule un sourire maladroit en s'y asseyant. Ce n'est pas vraiment son instrument de choix, même si il se débrouille pas trop mal, ce n'était pas rare qu'il se retrouve derrière les touches pendant les mixtape days. Ses doigts tremblent légèrement cette fois-ci et machinalement, il cherche le booth VIP qu'il a quitté du regard; bien entendu, il ne peut rien voir mais il sait que Kida est là donc ça le rassure légèrement alors qu'il se met à jouer.

La mélodie n'est pas reconnaissable, il imagine, et les connaisseurs s'étranglent un peu quand il commence à chanter. “ I, I know where to lay, I know what to say, it's all the same. ” C'est une chanson d'XO, chantée par Kida et Orla à vrai dire, et sa voix se marie parfaitement à l'arrangement sur lequel il a travaillé ces derniers jours. Il adore la chanson XO mas Eyes Closed est sa seconde favorite, même si lui et Kida étaient en froid, il a écouté le disque en boucle en boucle en boucle comme si ça pouvait l'expier de tous ses sentiments pour elle. Ça a été un peu vain mais comme, de toutes manières, il travaillait la plupart de la journée, ça le détendait un peu de s'asseoir au piano chez lui qui prenait la poussière et d'adapter la chanson à sa voix. Quand la chanson se finit, le silence est stupéfait, il a loupé quelques notes et il s'en veut, il imagine que tout le monde le juge et il ne doute pas une seule seconde que le #kidiram va exploser pendant la nuit et le lendemain... et puis il oublie tout ça quand on l'applaudit et qu'il s'incline respectueusement devant Cash qui monte sur scène après avoir remercié la foule. Quand ils ressortent, Kida est là; l'attend. “ Found her dancing front row like a true OG, ” rajoute Cash en lui tapant dans le dos. “ She a real one. I know, ” répète Hiram en s'approchant, glissant ses mains sur ses hanches et l'attirant à lui pour l'embrasser, et tant pis si ça surprend tout le monde autour d'eux, tant qu'elle répond à son baiser. “ What did you think? ” murmure-t-il contre sa bouche en se détachant légèrement, la tenant toujours contre lui. “ Thank God I didn't see you or I would have stressed out about that last song.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 788
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
C'est loin d'être la première fois qu'ils s'embrassent, ce n'est même pas la première fois depuis qu'ils sont entrés dans ce booth, mais Kida a l'impression que c'est différent, tout nouveau, plus grisant que d'ordinaire alors que quelques minutes plus tôt elle aurait dit qu'il était impossible de faire plus exaltant que leur dernier baiser. Il l'aime. Il la veut, il la veut vraiment pour qu'elle soit sienne et qu'il soit à elle et qu'ils soient ensemble. Il l'aime et elle a l'impression qu'elle ne s'y fera jamais, mais quand Hiram lui rend son baiser, sa main retrouvant son dos ses lèvres désespérées contre les siennes, elle ne peut qu'y croire. Elle a peur, vraiment peur de ce qu'elle ressent pour lui, de ce dans quoi elle se lance en l'admettant, mais ça passe au second plan quand il l'embrasse comme ça et qu'elle le sent sourire contre sa bouche et que ses doigts dansent sur la peau nue de sa jambe. “ You do realise that since I'm going to perform last, we have to stay until the end? There's some tongue-action management to be done here. ” Une petite moue remplace le léger sourire sur les lèvres de Kida, c'est vrai qu'elle n'a pas réfléchit, c'est vrai qu'elle se verrait très bien rentrer chez lui immédiatement et lui montrer à quel point elle l'aime dans le secret dans sa chambre, mais elle a aussi envie de le voir sur scène et puisque leur eux, cette chose nouvelle qu'ils viennent de définir n'a pas de date de péremption, elle peut bien s'improviser patiente. Ça n'empêche pas sa moue de s'approfondir quand il se détache un peu plus, mais l'air satisfait qu'il arbore la calme, la fait même sourire. Il est content. Peut-être pas autant qu'elle — elle ne croit pas que ce soit possible — mais il est heureux d'être là avec elle et rien que pour ça elle pourrait exploser de joie. “ I asked Cash to get you some non-alcoholic drinks. ” Cash n'a pas menti, non seulement Hiram l'a prévenu de sa venue, mais en plus il a pensé à elle suffisamment pour prévoir des boissons spécialement pour elle. Et elle ne lui a jamais dit qu'elle ne buvait pas, mais il semble l'avoir compris à force, comme si lui aussi glanait avidement chaque petite information qu'il peut découvrir à son sujet. Elle attrape une des bouteilles en verre de Diet Dragon Cola visiblement ensorcelées pour rester fraîches et sourit de la simple proximité d'Hiram, de la main qui reste sur sa jambe, de leurs épaules qui se touchent alors que chacun boit et regarde la scène et écoute et se penche de temps à autres pour attraper les lèvres de l'autre. Parfois la bouche d'Hiram s'égare ailleurs, sur sa joue, sur son cou et lui arrache des sourires trop grands. Parfois c'est ce sont ses lèvres à elle qui viennent cajoler la peau de son cou. C'est tout nouveau comme situation, mais c'est étrangement familier, comme si sans le savoir ils avaient toujours été destinés à se retrouver dans le confort de ce booth à regarder les wannabe chanteurs et rappeurs se succéder sur la scène du Spitfire. Kida laisse sa tête se reposer sur l'épaule d'Hiram par moments, et se sent suffisamment à l'aise pour commenter comme lui les performances, mais acceptant gracieusement de se désintéresser de la scène quand Hiram l'attire plus à lui dès qu'une prestation l'ennuie. Elle aurait pu se réfugier chez lui avec lui directement, mais le temps passe vite malgré tout et quand on vient les interrompre, elle en est presque surprise.

Ce n'est pas Cash qui se charge de venir chercher Hiram, mais ce dernier semble bien connaître l'employé malgré tout, suffisamment en tous cas pour se lever rapidement et le prendre dans ses bras, un sourire amusé étirant les lèvres de Kida, ses yeux un peu curieux de le voir si effusif. Il semblerait que les secondes leur manquent, l'employé accorde à peine un regard à Kida et tire déjà Hiram à sa suite hors de leur bulle privée et Kida se laisse déjà retomber contre la banquette quand Hiram s'échappe et revient vers elle pour lui voler un dernier baiser.  “ Know this is all for you. Break a leg baby. ” elle n'est même pas sûre qu'il l'ait entendue tant il s'échappe vite, mais elle elle reste debout devant la table, souriant un peu bêtement, des doigts venant effleurer ses lèvres brûlantes. Know this is all for you.  Il l'aime. Il l'aime. Elle attrape la flûte de champagne qu'elle a à peine goûté et en avale une longue gorgée. Il l'aime. Kida ne connaît pas le Spitfire très bien et encore moins les couloirs qui mènent aux booths VIP, mais elle quitte le sien sans une seule seconde d'hésitation, suivant les bruits de la foule qui réclame bruyamment la suite, pour atteindre la salle principale. Elle ne saura probablement pas revenir jusqu'au booth, mais qu'importe. Il fait très chaud dans la fosse du Spitfire et elle est bien contente d'avoir laissé son perfecto dans le booth en arrivant. Elle se mêle au public, la tête un peu baissée, hésitant à détacher ses cheveux pour essayer de masquer son visage au cas où, mais le peu de lumière qui éclaire la foule lui fait penser qu'elle est n'a pas de souci à se faire. Ce n'est de toute façon pas la première fois que Kida Vane vient au Spitfire et elle ne s'est pas particulièrement faite repérer les autres fois — ceci sa popularité a encore considérablement augmenté depuis. Elle joue un peu des coudes pour arriver devant, au moment où Cash disparaît de la scène après avoir annoncé de façon cryptique une performance surprise.

Elle se mord les lèvres quand il apparaît pour ne pas être la première à briser le silence qui règne soudain dans la pièce, outre quelques murmures curieux. Puis quand une première personne le reconnaît et couine à l'autre bout de la salle et que les inconnus autours d'elle réagissent aussi, Kida se permet de crier avec eux.  “ It's good to be back here, I'll just start with a freestyle me and my mates wrote in this room on the back of a napkin a couple of years ago. ” Elle est beaucoup trop excitée, vibrant avec le reste de la foule impatiente. C'est du rap évidemment, ce avec quoi il a commencé, ce avec quoi elle l'a connu. Et elle reconnaît la chanson qui figure sur une de ses mixtapes et qu'elle connaît par cœur comme toute ses chansons en réalité, quoiqu'elle soit incapable de sing along, le rythme d'Hiram sur ce morceau étant beaucoup trop rapide pour elle. Ses lèvres bougent en même temps que les siennes toutefois et elle marque le rythme de la musique manquante du menton. Tout le monde applaudit quand il en a terminé, mais Kida a presque peur qu'on n'entende qu'elle tant elle frappe à s'en faire mal aux paumes et crie avec une passion rare. Quand il enchaîne sur King of the Fall quelque chose change dans la foule au sein de laquelle certains rappent en cœur avec lui et Kida mêle sa voix à la leur. C'est la chanson du Centuries, la première que son starboy a chanté devant elle. Elle est à fond dedans, ses yeux ne quittant pas Hiram un seul instant, quand on tire un peu sur son poignet la forçant à se retourner. “ Excuse me? Can I take a selfie with you? ” La voix se glisse dans son oreille pour couvrir la voix d'Hiram et Kida fronce un peu les sourcils. Elle veut juste profiter de la performance du rappeur et elle a oublié un instant qu'elle avait un visage reconnaissable désormais même au Spitfire, elle n'a pas attiré beaucoup de regards ceci dit. Pour l'instant. “ I promise I won't post it on MSN or anything- Not now please. Meet me after it's over in front of the bathroom door? ” La jeune sorcière a un sourire ravi sur les lèvres et hoche frénétiquement la tête avant de la laisser retourner à sa contemplation. À peine a-t-elle relevé les yeux vers la scène qu'Hiram joint ses doigts pour former le signe d'XO. “ Bring your girl to my show, give her floor seats, Then she go downtown like she owe me, XO, XO, XO, mix it up, pour it up, take it down slow. ” Elle sent le regard brûlant de la fan qui lui a parlé sur elle et n'ose pas se retourner pour voir s'il y en a d'autres, contente d'avoir trouvé une place au premier rang pour ne montrer que son dos à la foule. Elle sourit malgré tout, devant ce shoutout peu discret qui lui vient droit au cœur. Elle aimerait qu'Hiram sache qu'elle est juste à ses pieds, qu'elle s'est trouvée ses floot seats toute seule. Elle aimerait qu'il voit le jumeau du sourire qu'il a sur les lèvre sur son visage à elle alors qu'elle décide se moquer des flashs qui crépitent soudain pour capturer le signe formé par Hiram. Demain le #kidiram deviendra fou, elle n'en doute pas. “ All my hoes are trained I make all of them swallow” Elle chante avec lui, sans se retenir puisqu'une bonne partie de la salle le suit cette fois. Elle pense que c'est terminé, mais le sourire qui éclaire le visage d'Hiram semble promettre une autre surprise. “ Ok, I know it's not really the mood right here right now, but it'd be a lovely way to end the night... I'm still working on it and I'm a bit rusty so please don't be too judgemental. It's still open mic night, you guys. ” Il y a quelques rires, auxquels Kida ne se mêle pas cette fois, curieuse de savoir de quoi il parle ; elle est à peu près sûre qu'il va chanter et non rapper, mais elle ne comprend pas pourquoi il disparaît dans les coulisses et ouvre de grands yeux quand il revient avec un piano miniaturisé auquel il rend sa taille normal dès qu'il l'a posé sur scène. Elle ne savait même pas qu'il jouait au piano. Elle a envie de dire à ceux qui rient de la fermer, elle a envie d'être seule dans la pièce et d'encourager Hiram suffisamment fort pour qu'il l'entende et que son sourire maladroit devienne plus assuré. Kida ne peut pas en être sûre, parce qu'elle serait incapable de retrouver le booth si elle se retournait et le cherchait, mais elle est intimement convaincue que c'est par là-bas que s'égare le regard d'Hiram avant que ses doigts n'effleurent les touches du piano. La respiration de Kida se bloque dans sa gorge quand les premières notes raisonnent et qu'elle reconnaît bien vite une version acoustique d'Eyes Closed. Une chanson d'XO. Une chanson sur laquelle elle chante beaucoup. “ I, I know where to lay, I know what to say, it's all the same. ” D'autres finissent par la reconnaître, mais Kida est déjà rouge, rouge, rouge, et ses yeux brillent trop et elle sent de nouveau le regard de celle qui l'a reconnue derrière elle — et cette fois elle est sûre qu'il y en a d'autres à sa gauche —, mais personne d'autre n'existe en cet instant qu'Hiram. Sa voix sur leur mélodie est parfaite, ses doigts sur le piano l'embellissent à merveille et elle pourrait l'écouter et l'observer avec sa moue un peu concentrée sur les accords, des heures et des heures. Elle n'arrive pas à croire que non seulement il connaisse la chanson par cœur, mais qu'en plus il ait appris un arrangement au piano, qu'il l'ait retravaillée, remaniée un peu à sa sauce. Elle n'arrive pas à croire qu'il la chante pour elle. Know this is all for you. Elle pourrait presque en pleurer tant elle est émue, c'est là qu'elle entend quelques clics de POW trop près d'elle et aussi là que Cash la retrouve.

What you doing here? ” Il n'est pas malveillant, au contraire et il n'a pas l'air surpris de la voir dans la foule — peut-être l'a-t-il repérée  depuis un moment — mais il lui propose d'un geste de le suivre dans les coulisses, alors que d'autres doigts viennent effleurer la peau de son bras et elle le suit se détournant à regret d'Hiram qui finit la chanson. Elle l'entend tout aussi bien depuis le côté de la scène où l'installe Cash avec un sourire ceci dit et puis elle l'applaudit sans réserve quand il a terminé et que Cash retourne sur scène pour aller le chercher. Ses yeux brillent encore d'admiration quand il la retrouve. “ Found her dancing front row like a true OG. She a real one. I know” elle en est presque timide, mais Hiram n'a pas l'air mécontent qu'elle se soit incrustée dans le public, au contraire, et sans égard pour les techniciens et autres employés qui sont autours d'eux, Cash compris, pose ses mains sur ses hanches et vient l'embrasser et puisqu'il s'en fiche, Kida décide qu'elle aussi. “ What did you think? ” les mots sont murmurés contre ses lèvres et lui arrachent un petit frisson, tout comme le fait qu'il la serre encore contre lui, comme si c'était normal — sauf que it feels right, donc c'est un peu le cas. “ Thank God I didn't see you or I would have stressed out about that last song. ” Et heureusement qu'elle ne savait pas d'avance ce qu'il comptait faire parce qu'elle aurait probablement un peu paniqué, parce qu'elle aurait eu peur de ce que les gens allaient en penser, parce qu'elle ne serait sûrement pas sorti du booth et ça aurait été dommage. Parce qu'elle s'en fiche un peu qu'on l'ait vue finalement. Parce qu'elle n'aurait raté sa performance d'aussi près pour rien au monde. “ It was- you were amazing. I didn't even know you could play the piano you're incredible. ” elle l'embrasse rapidement, sur ses lèvres puis sur la joue et elle se mord la lèvre pour retenir un peu ses sourires qui doivent en devenir lassant pour lui à force. “ Hearing you rap is kind of a turn on ” avoue-t-elle les lèvres contre son oreille, les doigts s'enfonçant un peu dans ses épaules qu'elle a attrapées quand il s'est emparé de ses hanches. “ And I'm glad you did that last song… It was perfect, you're perfect you're, so talented. ” Elle dépose un autre baiser contre ses lèvres et puis elle se détache très légèrement quand Cash revient vers eux. Elle est tellement fière de lui. Les doigts de Kida qui ont du se détacher de l'épaule d'Hiram sont venus s'emparer de ses doigts le plus naturellement du monde. “ Don't know if you're staying much longer ” Elle ne croit pas qu'Hiram veuille rester désormais qu'il a chanté et elle-même est toute aussi impatiente d'être seule avec lui. Elle n'a pas menti, le voir sur scène la retourne totalement et elle n'a qu'envie de retrouver son lit. “ But there's another bottle waiting for you in your booth. Truly on the house this time ” il adresse un petit sourire en coin à Hiram. “ Consider it a belated birthday gift. ” La tête de Kida se tourne si vite vers Hiram qu'elle s'en fait presque mal au cou. Birth-what now? Elle a lu tout ce qu'il y avait à lire sur Hiram sur MSN, elle sait qu'il a (avait ?) vingt-six ans, mais sa date de naissance ne fait pas partie des informations qu'elle se souvient avoir trouvé à son sujet — et Merlin sait que c'est quelque chose qu'elle aurait tout particulièrement fait l'effort de retenir. Elle a froncé les sourcils spontanément, mais elle se sent stupide de montrer son ignorance devant Cash alors elle attend qu'il s'en aille pour faire la moue en attirant Hiram à elle. “ Did I miss your birthday? ” elle est sincèrement triste et désolée, même s'il y a quelques jours ils ne se parlaient même pas et étaient censés chacun avoir supprimé le numéro de l'autre sur le pow — ce qu'elle n'a pas fait et croit savoir que lui non plus. Mais quand même. Elle aurait aimé savoir, elle aurait aimé lui offrir quelque chose. “ I'm gonna make up for it. Tonight. Whenever you're ready to go home. ” Sa main libre vient effleurer sa tempe, puis sa joue puis se glisse dans son cou. “ I'm gonna take care of you birthday boy. Promise. ” souffle-t-elle avant de déposer un autre baiser rapide sur ses lèvres.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 748
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram a embrassé Kida sans réfléchir, son coeur battant un rythme effréné dans sa poitrine, l'alcool un noeud dans le fond de sa gorge, la joie de la voir là l'étouffant presque; elle ne l'a pas repoussé mais il se sent légèrement en train de douter quand ils se détachent à peine pour se regarder. C'est stupide mais ils sont... ensemble mais ils ne devraient pas, peut-être, sûrement, il peut s'imaginer sans mal que John n'est même pas au courant qu'elle est avec lui ce soir. Ses mains ne quittent pas ses hanches ceci dit. John n'est pas là ce soir, John peut aller se faire voir; et si le regard de Cash est à la fois surpris et brûlant pour eux, il se détourne rapidement pour faire mine de s'occuper d'autre chose, leur laissant à tous les deux un peu d'intimité. “ It was- you were amazing. I didn't even know you could play the piano you're incredible. ” Les compliments le rendent un peu timides même si il sourit contre le baiser qu'elle plaque sur ses lèvres puis sa joue, gêné mais ravi à la fois. La performance était pour elle, il le lui a dit, donc il est content que ça lui ait plu (il croit — difficile de ne pas y penser quand elle sourit comme ça et a les joues légèrement roses de celle qui vient de passer un bon concert). “ Hearing you rap is kind of a turn on. ” Le souffle dans son oreille, les lèvres qui effleurent sa peau, les doigts qui raffermissent leur prise sur ses épaules; Hiram a l'estomac qui se tord dans tous les sens, ses mains se glissent dans le bas de son dos et la presse un peu plus contre lui. “ Good to know, ” parvient-il à formuler d'une voix rauque; un feu incandescent s'est allumé dans ses prunelles sombres quand elle se détache de nouveau. “ And I'm glad you did that last song… It was perfect, you're perfect you're, so talented. ” Hiram se sent légèrement rosir de plaisir en l'entendant. “ Come on now, you're just being nice ” marmonne-t-il, timide mais toujours souriant. Ça n'a rien des coups dans l'épaule et brèves étreintes viriles et rugueuses auxquelles il a l'habitude au sortir de scène; non, Kida est sincère and glowing, elle croit vraiment ce qu'elle dit, qu'il était parfait et qu'il a du talent et ça lui retourne le ventre. “ I'm happy you liked it. It was for you. Baby, ” rajoute-t-il avec un sourire en coin qui plisse ses yeux, reprenant le pet name qu'elle a utilisé plus tôt et qui a manqué de le faire rester dans le booth pour l'embrasser encore et encore et au diable sa performance.

Le dernier baiser qu'elle dépose sur ses lèvres est trop rapide au goût d'Hiram et il fait légèrement la moue quand elle se détache alors que Cash se rapproche d'eux; leurs doigts se trouvent presque naturellement ceci dit, et ça lui suffit. “ Don't know if you're staying much longer. ” Hiram a un léger sourire d'excuse — il sait que la nuit va continuer au Spitfire jusqu'aux premières lueurs du jour, l'open mic night laissant place à l'amateur night pour les DJs, mais pour une fois Hiram a envie de rentrer chez lui. Pas pour fumer, pas pour se droguer, pas pour boire ou pour écrire, mais pour passer du temps avec Kida. “ But there's another bottle waiting for you in your booth. Truly on the house this time. Consider it a belated birthday gift. ” Hiram grimace légèrement, jetant un regard curieux à Kida avant de se reconcentrer sur Cash. Il le remercie, un peu gêné, et finit par le serrer brièvement contre lui pour lui dire au revoir; peut-être qu'ils repasseront pour le booth, au moins pour emporter la bouteille, quitte à la boire tous les deux dans son lit.

Quand son ancien mécène slash producteur slash premier fan les quitte, Kida a une moue boudeuse sur le bout des lèvres en l'attirant à elle. “ Did I miss your birthday? ” Il n'a jamais dit sa date d'anniversaire en interview (inutile), il n'aime pas ça et de toutes façons, il n'aime pas les anniversaires tout court, ça sert à rien. Kida a l'air véritablement contrariée ceci dit. “ It was a couple days ago, ” répond-t-il, la main qui n'a pas ses doigts entrelacés aux siens revenant sur sa taille. Ils ne se parlaient même pas vraiment jusqu'à aujourd'hui et elle n'a rien loupé, Hiram a passé la journée chez lui à ignorer les quickies des quelques rares qui lui ont envoyé un message pour l'occasion, à fumer des joints et à manquer d'envoyer un sortilège au visage de Kala quand il l'a surprise sur son canapé à son retour du Dirico Express (le régime imposé par Nicky ne fonctionne pas). “ I'm gonna make up for it. Tonight. Whenever you're ready to go home. ” Les doigts de Kida caressent doucement son visage et Hiram sourit légèrement en se laissant aller contre sa main machinalement. Il n'aime pas son anniversaire, pas vraiment, et du moment que son seul cadeau est du temps passé avec elle, tout lui va. “ I'm gonna take care of you birthday boy. Promise. ” Surtout quand elle en parle comme ça. Il prolonge le baiser qu'elle pose sur ses lèvres en l'attirant plus proche de lui, se détachant seulement quand il se rappelle qu'ils sont toujours entourés de gens qui n'ont pas forcément les bonnes attentions de Cash. “ You know what would make me really happy? You only wearing that lipstick like you promised. ” Il prend son menton dans sa main, son pouce tirant sur sa peau pour souligner doucement la forme de sa bouche, le rouge entêtant de ses lèvres qui lui fait toujours autant d'effet. “ Let's get that bottle and go back to my place to see about all that. ” Il devrait lui demander si elle a faim (il imagine qu'elle dirait non) et si elle a mangé quoique ce soit (il imagine que non même si elle dirait oui) et il est sur le point de le faire quand il la tire à sa suite jusqu'au booth de nouveau; ils sont sur le point d'entrer dans la zone VIP quand ils sont limite pris en embuscade par une jolie jeune femme aux yeux brillants qui observe Kida d'un air embarrassé.

Hiram propose de prendre la photo qui semble avoir été promise mais il finit dessus, grimaçant légèrement; la fan a l'air ravie, ceci dit, et si elle les regarde d'un air à la fois circonspect et amusé, elle ne fait aucun commentaire, se contente de leur souhaiter une bonne soirée alors qu'ils s'éloignent. “ We're going to have to be more... discreet, ” marmonne Hiram quand ils se glissent dans le booth — la bouteille promise par Cash est effectivement-là, un champagne d'une marque différente de celui qu'ils ont bu plus tôt. “ I mean... ” Il met la bouteille de côté et s'assied le temps d'observer d'un oeil expert ce qu'ils laissent derrière eux; il finit rapidement le verre qu'il a abandonné plus tôt pour ne pas gâcher et se relève en reprenant la main de Kida, la bouteille dans l'autre. “ No? What do you think? ” lui demande-t-il en l'attirant à lui. Ils sont toujours dans l'intimité du coin VIP, invisibles au reste du monde et pourtant, Hiram sait qu'ils sont, seront scrutés. Toujours. À cause des photos et du XO qu'il a fait sur scène, à cause de la selfie et peut-être même à cause des baisers backstage. “ If I could, I'd keep you all to myself, ” plaisante-t-il légèrement pour briser la tension — ils doivent vraiment établir des limites et parler de ces choses-là, il imagine, pour être sûr d'être sur la même longueur d'ondes. “ But sadly...we're everyone's. Ils appartiennent à tous et à tout le monde, #kidiram n'est même pas eux ou à eux. Hiram pourrait passer des heures à lire sur lui sur MSN, ça le fascine qu'on puisse s'intéresser à lui ainsi, se raccrocher aux miettes qu'il donne constamment à ses fans en interviews. Et c'est sans parler de Kida qui a littéralement des comptes dédiés à sa vie et ses tenues de tous les jours. “ I really want this to work.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

i think i'm right for you (hitdat#7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» i think i'm right for you (hitdat#7)
» there's never much love when we go ot † hitdat#6
» (hitdat#1) the party & the after party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres :: Chemin de Traverse :: Pinkstone
-