Partagez | .

sujet; (wizpride) you could have been that lonely star † hitdat#5

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 576
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Si Kida a peur, si elle parle autant pour essayer de l'empêcher de faire ce pourquoi il l'a suivie jusque dans les coulisses et ce pourquoi il resté, ce n'est pas tant qu'elle a peur qu'il ne soit venu que pour appuyer ses propos et se moquer d'elle un peu plus. C'est plutôt qu'elle a peur qu'il fasse le contraire, qu'il s'excuse, qu'il la fasse retomber, mais que, comme d'habitude, a-t-elle fini par le comprendre, ça ne dure pas, ça ne soit qu'un jeu, qu'il ne soit plus doux que pour la rejeter plus difficile encore la fois suivante. Elle a l'impression que finir la soirée dans ses bras avec un sourire sur les lèvres, ce serait pire encore que de fondre en larme pour une remarque cruelle. Parce que ça serait retomber dans ce même cercle vicieux duquel elle n'arrive pas à s'arracher — sauf qu'elle veut se convaincre qu'elle a réussi en quittant sa soirée, en essayant de se raccrocher au peu de dignité qu'il lui restait. Il n'empêche qu'elle parle trop, qu'elle en dit trop, qu'elle lui donne plus de munitions encore pour l'abattre la prochaine fois. Et elle n'a aucune excuse, elle est parfaitement sobre cette fois. Et il n'y a pas de two truths one lie pour se cacher un peu. Il n'y a que la faiblesse qu'elle avoue enfin, il n'y a que les armes qu'elle rend parce que cette guerre qu'ils ont commencé dès cette petite ruelle la nuit du Spitfire, est trop trop pour elle. Trop consuming, trop destructrice, trop violente et elle est beaucoup trop impliquée. “ Stop. ” finit-il par l'arrêter, fuyant son regard en clignant des yeux, elle se demande si c'est de la culpabilité qu'elle voit passer sur son visage, si elle a visé juste, si sa tirade a réussi à réveiller son bon côté. Celui qui a pris soin d'elle à Paris, sans raison. “ Don't say that. I don't think- it's not true. Si. Il s'est déjà rétracté à Paris et elle l'a cru, elle a cru que peut-être il ne le pensait pas, ou ne le pensait plus, mais il n'empêche que c'est vrai, parce que c'est toujours ce qu'elle finit par ressentir devant lui. Elle se sent toujours stupide et elle est toujours désespérée et c'est pour ça qu'il a ri, que lui et ses amis se sont moqués d'elle à la Wizpride. Il fuit son regard et ce n'est pas plus mal parce que Kida ne sait plus ce qu'elle est censée faire, si elle veut l'écouter dire des choses qu'il démentira le lendemain, si ce n'est par des mots, par ses actes, ou si elle veut s'enfuir maintenant qu'elle a dit ce qu'elle au moins avait à dire. “ You're not just pretty. You're so- kind and generous, people love you so much for that. At that foundation thing, you were so gracious and humble, I was proud to be your plus one, your boytoy, whatever that was. And your voice - it caught me off-guard when I first heard your song, I had it on repeat for hours. And I don't listen to that kind of music. But your voice- and the lyrics- it was so enticing, and so unlike anything I had heard before. ” Elle baisse de nouveau le regard, avec l'impression que l'humidité se fait plus pressante dans ses prunelles, envahissant sa vue jusqu'à la rendre floue et c'est tout son visage qui se baisse finalement pour masquer le fait qu'elle ferme les yeux pour empêcher tout ça de couler. Elle ne veut pas l'écouter, elle ne veut pas essayer de croire, non pas que c'est vrai mais que lui au moins le pense. Parce que peu importe qu'il se moque d'elle, peu importe que ce soit un jeu pour lui, ça n'en est pas un pour elle et l'opinion d'Hiram compte pour elle. Et quand il lui a dit qu'elle était belle à Paris, pas juste jolie, elle a voulu y croire et quand il lui dit qu'elle est plus que ça elle sait qu'elle n'y croit pas, mais elle sait qu'elle n'oubliera jamais ni les mots, ni la façon qu'a son cœur de se serrer, touché. Et le pire c'est Everything, c'est son affection pour la chanson, c'est tout ce qu'elle avait cru deviner dans ce bain à Paris puis dans sa loge au Centuries quand il a été capable de la chanter par cœur et qu'elle ne peut que penser vrai en cet instant. C'est tout ce qu'elle voulait aussi, quoique ça lui fasse peur d'admettre que les paroles soient sur lui, entièrement, qu'elles soient vraies aussi, pas exagérées, pas dramatisées pour les besoins de la chanson. Même si elle n'est plus tout à fait à jour. C'est encore pire désormais.

So stop saying you're just pretty because you're not just that, you're not even pretty, you're something else entirely. I already told you that and I meant it. ” Elle le déteste vraiment, parce qu'il lui fait rouvrir les yeux pour lui jeter un regard mi-curieux, mi-noir. Il lui a dit beaucoup de choses Hiram, mais chaque fois qu'ils font un pas en avant, ils en font deux en arrière. Elle a fuit avant qu'il n'ait pu la repousser cette fois-ci, mais ça revient au même, c'est à cause de lui qu'elle est partie. Parce que pour la énième fois il a fait le contraire de ce qu'il a dit. Elle ne le comprend définitivement pas et elle ne voit pas comme il peut s'attendre à ce qu'elle le croie.  “ I won't bother you anymore but I just wanted to make that clear. What I said to my friend- I was butthurt. About you bailing at my party and, uh, Kit. Whatever. I know I shouldn't, it's not like we're... ” Elle baisse les yeux aussitôt qu'il daigne enfin la regarder pour masquer celle de l'humidité qu'elle n'a pas pu retenir et qui imprègne légèrement ses joues,  ne captant que tout juste les dents qu'il enfonce dans sa lèvre, laissant la phrase inachevée. Peu importe, Kida reste bloquée sur la mention de la soirée, la fameuse, celle qui a tout gâché. It's not like we'renon, mais ils auraient pu, et elle sait que ça veut dire que lui aussi aurait voulu, mais ça n'a aucun sens. C'est impossible. Elle sait ce qu'elle a vu, ce qu'elle a entendu. Il ne veut pas ça. I was butthurt. Jalousie ? Non. Elle, à Paris elle a admis détester le voir embrasser d'autres filles. Elle est jalouse. Mais c'est différent. Elle l'aime. Lui peut-être n'a-t-il juste pas apprécié que la mannequin collante qu'il pouvait se faire si facilement ait trouvé quelqu'un d'autre pour finir sa soirée. S'il savait.

Yeah. That's why I don't... do people I guess. I can't handle you because I can't handle feeling like this when I'm around you. ” Il se détache du mur, mais loin de se rapprocher semble prêt à la contourner pour partir. Sauf qu'elle ne peut pas le laisser faire, pas après qu'il ait re-mentionné ce mot maudit; feeling. Il lui semble qu'Hiram parle en énigme. Ou peut-être que c'est elle qui refuse de comprendre, de deviner d'être déçue, comme toujours. Elle voudrait que les choses soient claires pour une fois, même si c'est moins drôle et excitant, elle en a assez que son cœur batte si vite, elle a déjà eu trop de sensations fortes et contradictoires avec Hiram. “ I'm sorry for barging in and being an asshole but I swear I won't bother you again, you- this is your night and you should be so proud. I'm sure your album is so good and it'll be a complete hit and I'm genuinely happy for you. I am. John's right, you- I won't ruin it for you. I'm sorry. I'm so sorry. ” Il esquisse un mouvement pour partir et son corps parle avant elle, ses doigts attrapent son poignet, l'empêche de bouger, de s'éloigner d'elle. Elle ne veut pas qu'il parte comme ça, quand elle est encore confuse. “ Fuck what John says. ” Elle voudrait lui dire qu'il ne gâche rien quand il est comme à Paris ou à l'arcade, que tout aurait pu être différent s'il avait été sincère, qu'elle aurait était celle à le tirer fermement vers les coulisses pour lui voler un baiser et qu'il soit son boy-toy backstage au moins. Qu'ils auraient pu être quelque chose. “ What feeling? How do you feel around me? ” Et puis, parce que même si elle ne le comprend pas et a l'impression qu'elle ne le comprendra jamais vraiment, elle a l'impression de le connaître, un peu au moins. De savoir qu'il a besoin qu'elle donne un peu plus que lui. “ Why do you think I came to your party? Don't you think I had other offers lined up? Places where I would have fitted in more? ”  Elle n'avait tellement rien à faire là, ce n'était tellement pas son genre de soirée. Sauf que quand il est là, peu importe le lieu, peu importe les autres, elle la trouve sa place. “ Don't you think I thought, I hoped I could stay all night? I came for the same reason I kept asking you to stay in Paris, same reason I stalked you on MSN, same reason I wished you'd ask for my number in those DMs, same reason I wanted you to see me on stage. Same fucking… ” Sa voix s'étrangle dans sa gorge et elle resserre la pression sur son poignet comme si elle craignait qu'il n'en profite pour s'échapper. “I don't just tell people I adore them, I don't just come back even when they give me only reasons to leave. I wanted whatever it is there was between us, or that I thought there was between us to be real. I loved our date at the arcade, I loved that whole day we spent together. I never wanted it to end. ” Mais il sait tout ça, il sait forcément tout ça. Et ça lui rappelle pourquoi elle est partie de cette fameuse soirée, pourquoi elle est en colère, aussi bien contre lui que contre elle-même encore et toujours. C'est tout ça qu'il a dû raconter à Wilz et Tyler. Kida n'arrive plus à réconcilier cette idée dont elle est si sûre et ce qu'il vient de lui dire. Elle n'arrive pas à se dire qu'il ne fait que mentir alors qu'il a l'air si sincère, mais a tellement peur de se faire avoir de nouveau. Elle n'est pas obligée de rester stupide. “ But what kind of feelings can you have? Laughing about me with your mates at that party? You already know everything I just told you don't you? You know. That's why your mates found me so funny isn't it? That's why they kept laughing. You told them like you told them about Keisha. I'm just some ridiculous clingy girl to you, right?I'm so sorry. Elle s'imagine que c'est qu'elle devrait vouloir entendre, sauf que  “ I don't want your pity. ” Si c'est ce que c'est.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 536
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Les doigts de Kida qui se referment autour de son poignet, il a envie de les repousser, il a envie de dégager son bras et de partir — elle ne peut pas le retenir, elle l'a trop fait et il est trop parti et elle devrait se focaliser sur XO, Orla, Shakira, Adidja, John même. Il a l'impression d'avoir laissé son empreinte en elle, tout comme elle a laissé la sienne en lui, et qu'elle ne sait pas quoi en faire. Peut-être qu'elle avait raison — peut-être qu'ils n'auraient jamais dû rien être, qu'il n'aurait jamais dû rappeler Howell et participer au MFactor. Ils auraient dû laisser ça comme ça c'était fini, lui qui se tire de son appartement comme un voleur, éteint son téléphone et ne le consulte pas et reste un inconnu, un fantôme hantant les rues du Chemin de Traverse sans lever le nez. Mais non. “ Fuck what John says. ” Hiram secoue la tête. Il aurait pu lui dire ça à Paris et à l'OPI londonien mais John a raison. Il revoit sa moue dégoûté, I don't know what she sees in you — me neither. Il ignore complètement ce qui motive Kida a serré ses doigts autour de son poignet. Il sait pourquoi il reste. Parce qu'elle est tout ce qu'il a dit et plus de choses encore, parce qu'elle est attirante et incroyable et bien mieux que tout ce qu'il pourra jamais mériter. Mais ça n'explique pas pourquoi c'est toujours lui qui fuit et elle qui le fait rester. “ What feeling? How do you feel around me? Helpless. Terrified. Good. Il ne sait plus trop ce que c'est, sans doute un mélange surnaturel des trois. Il ouvre la bouche pour répondre mais aucun son ne sort, il ne sait pas quoi lui dire et ça lui fait peur, il aurait peur que ces mots prononcés à haute voix reviennent le hanter.

Hiram aimerait que tout redevienne simple. Qu'il revienne l'attirer à lui pour l'embrasser sur les lèvres et son cou et ailleurs, lui faire oublier le stress qu'elle doit ressentir pour la soirée de lancement de son album. Il aimerait que ce soit simple, comme ça l'était dans cette voiture qui les ont conduits du Centuries à chez lui; la facilité avec laquelle elle a posé ses jambes sur ses genoux, le silence confortable et stupidement détendu alors qu'ils fumaient tranquillement en faisant mine de ne pas se regarder. Il veut ça. “ Why do you think I came to your party? Don't you think I had other offers lined up? Places where I would have fitted in more? ” Il n'a pas envie de savoir. Il a besoin de savoir. Il ne peut pas la laisser continuer. Il a besoin de l'entendre lui dire. “ Don't you think I thought, I hoped I could stay all night? I came for the same reason I kept asking you to stay in Paris, same reason I stalked you on MSN, same reason I wished you'd ask for my number in those DMs, same reason I wanted you to see me on stage. Same fucking… ” Ses doigts se resserrent autour de son poignet et Hiram ne cille pas. Il remarque les larmes sur le visage de Kida, difficilement réprimées, et il s'en veut terrible, son coeur se tord dans tous les sens dans sa poitrine. Il a envie de prendre son visage dans ses mains et la tenir jusqu'à ce qu'elle cesse de pleurer ou d'être triste, lui couler un bain et la tenir dans l'eau aussi. Il a envie-

Tout est de sa faute et ça ne peut pas être à lui de réparer les pots cassés, pas cette fois. “ I don't just tell people I adore them, I don't just come back even when they give me only reasons to leave. I wanted whatever it is there was between us, or that I thought there was between us to be real. I loved our date at the arcade, I loved that whole day we spent together. I never wanted it to end. ” C'est plus fort que lui mais il repense à Kit et l'air fataliste de Wilz ou Tyler — il ne se souvient pas, la soirée est un blur, un mélange sans queue ni tête de moments épars et de sensations démesurées, au milieu de la jalousie lancinante et douloureuse — quand il lui a dit. Il repense à Kit et il est talentueux et encore plus connu que lui et certainement plus sympa et ils iraient bien ensemble.
Mais elle voulait rester. Toute la soirée. Et il aurait voulu qu'elle reste. Laughing stock, se rappelle-t-il, et il se souvient du rire de Tyler, et de leurs remarques quand ils étaient backstage à la WizPride et si il le pouvait, Hiram s'enterrerait cinq pieds sous terre pour ne plus jamais revoir ses amis, ses frères, ses whatever. Il déteste le ton de Kida, ceci dit, presqu'autant qu'il déteste Wilz et Tyler. Elle semble penser que lui dit qu'il adore les gens à n'importe qui, qu'il n'a pas aimé leur date à l'arcade, ou cette journée qu'ils ont passé ensemble. Ceci dit, réalise-t-il avec un frisson, il ne lui a jamais donné de bonne raison de ne pas le penser.

But what kind of feelings can you have? Laughing about me with your mates at that party? You already know everything I just told you don't you? You know. ” Il aimerait lui dire que oui. Il aimerait lui dire que non. Il ne sait pas. Il se doute. Il espère. Il croit. Mais il ne sait pas, parce qu'il ne la comprend pas entièrement, parce qu'il ne comprend pas pourquoi elle ne mange pas pendant des jours pour être jolie, parce qu'il ne comprend pas pourquoi elle le retient, parce qu'il ne comprend pas ce qu'elle voit en lui. Peut-être qu'elle n'est pas aussi simple qu'on prétend qu'elle est, ou qu'il l'a cru. “ That's why your mates found me so funny isn't it? That's why they kept laughing. You told them like you told them about Keisha. I'm just some ridiculous clingy girl to you, right? ” Hiram a l'impression que tout le sang a quitté son visage. “ I don't want your pity. ” C'est complètement idiot et il s'en rend compte mais il ne peut pas s'empêcher de se sentir trahi que Kida puisse penser ça. Il a chéri chacun de leurs moments ensembles et la seule personne avec qui il a partagé quoique ce soit à propos d'elle, c'est Scylla — et ils ne se parlent plus depuis son overdose. Ça ne lui est même pas venu à l'esprit de dire quoique ce soit à Wilz et Tyler à propos d'elle. Ils n'auraient pas compris. Parce qu'Hiram n'est pas du genre sentimental mais il l'est avec Kida. Il l'est avec Kida et ça le terrifie et il aimerait la prendre dans ses bras et il n'aime même pas prendre les gens dans ses bras et il veut qu'elle le lâche et il veut qu'elle ne le laisse aller nulle part ailleurs. Sa bouche n'a jamais été aussi sèche, sauf peut-être avant son premier "concert". Et encore, ça, Kida, c'est bien plus important à ses yeux. “ This day belonged to us. I didn't share it with anyone.

Il déteste la douleur dans la voix, qu'elle ait pu le penser, qu'il partage ces souvenirs d'elle, les photos et les mots qu'elle a murmuré contre ses lèvres et sa peau et tous ces petits détails imparfaits de cette journée parfaite, avec quiconque. Surtout avec eux. “ Wanted? ” demande-t-il finalement, parce que ce n'est qu'au passé qu'elle a parlé de ça, d'eux, et il l'a bien remarqué, son coeur ayant un sursaut à chaque fois. Il aimerait que ce soit aussi simple avec lui. “ I'm terrified around you. You make me feel so vulnerable. You could take my heart from my chest and rip it to pieces. ” Son poignet tourne dans les doigts de Kida, pour que les siennes attrapent son poignet à elle ou bien pour se dégager, lui-même ne sait pas trop. “ I'm at ease around you. You gave me the best sleeps I've had in weeks. You bring me peace. ” Il tire légèrement sur son bras pour lui faire lâcher prise, en vain. “ When I'm around you I feel like maybe I could be-- ” Ils sont interrompus quand John revient brusquement vers eux, après s'être rapproché du rideau par lequel est entré Hiram il y a une éternité de ça; son agent a les yeux férocement plantés dans ceux de Kida et Hiram n'existe plus. Tant mieux, il n'a qu'une envie en cet instant précis: dormir, mourir, s'oublier. Le sachet d'Orviétan dans sa poche de jean le brûle à travers le tissu, il a envie de le consommer et d'oublier complètement. Il ressent cette même détresse que quand il a appris la mort de sa mère. Ce vide rageur, cette impression d'incomplétude terrifiante. “ Your mum, ” dit simplement John; comme un mot magique, les doigts de Kida s'arrachent à sa peau et alors qu'ils l'ont marqué au fer rouge, Hiram a l'impression qu'on lui arrache un membre.

Il voit du mouvement du côté du rideau et devine que c'est la mère en question; Hiram se force à poser un sourire forcé sur ses lèvres. Rien ne peut masquer la panique dans ses yeux, ou la fébrilité qui l'agite tout entier, mais il va prendre l'obscurité de son côté et filer trop vite pour qu'on remarque quoique ce soit. “ It was lovely talking to you, Kida, ” fait-il d'une voix sonore alors que la mère de Kida débarque d'un air méfiant d'abord en voyant quelqu'un parler à sa fille, puis presque hostile en semblant le reconnaître. “ Congrats on the album. John. ” Hiram le salue d'un signe de tête, ajoute un sourire plus grand encore à l'adresse de Mrs. Vane, et se détourne pour retourner à la fête et la quitter le plus rapidement possible. Il n'a jamais été courageux, et ce n'est certainement pas aujourd'hui qu'il va se confronter au poids de ses mots si il a le choix.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 576
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Elle n'a pas lâché son poignet, même si tout ça a un goût d'au revoir amer. I don't want your pity. La logique aurait voulu que ses doigts se desserrent, que ce soit un point final, mais l'impulsion catégorique de sa voix n'est pas suivie par son corps. Elle lui laisse une chance de répondre. Elle a envie qu'il lui réponde, qu'il la détrompe. “ This day belonged to us. I didn't share it with anyone. ” Ce n'est pas vraiment une réponse et pourtant la longue expiration qu'elle laisse s'échapper, soulagée, inconsciente jusque-là même du fait qu'elle ait retenu son souffle, semble vouloir dire que c'est ce qu'elle veut entendre. Elle ne sait toujours pas comment concilier l'Hiram qu'elle a sous les yeux et celui de la fête chez lui, mais elle sait que cet aveu a l'air difficile. Elle sait qu'il est trop fou pour ne pas être vrai. Trop incroyable pour pas que, justement, elle finisse par y croire. Elle ne sait pas ce que ça veut dire, si elle s'est trompée, si elle a mal interprété les choses — pourquoi l'avoir regardé si intensément avant de rire alors ? Pourquoi ces regards en coin à la Wizpride ? Tout semblait faire sens (rien n'avait de sens, parce que tout avait l'air aussi vrai qu'elle le voulait à Paris et au Centuries et après). Elle est trop occupée à tout rejouer en boucle dans sa tête, à essayer de démêler le vrai du faux, à essayer de trouver des réponses qu'elle pourrait tellement plus simplement lui demander, pour ne serait-ce que songer à ouvrir la bouche. “ Wanted? ” Elle met quelques seconde à comprendre la question. Elle a parlé au passé, oui. Mais tout ça date d'il y a quelques jours, même pas une semaine, tout a peut-être changé dans leur dynamique, mais pas dans le cœur de Kida. Elle aurait bien aimé. Mais la façon qu'elle a eu de penser à lui tous les jours, à chaque heure ou presque, même alors qu'elle était si occupée ; la façon qu'elle a eu de vérifier ses scrolls MSN toutes les deux heures environ, de boire littéralement son Q&A, de décortiquer chaque réponse, incapable de prétendre s'en moquer comme elle aurait dû, comme elle croyait qu'il le faisait ; tout ça le prouve bien. Rien n'a changé et ça lui paraît tellement absurde qu'il puisse en douter. Et ça lui paraît tellement fou que ça puisse lui importer. “ I'm terrified around you. You make me feel so vulnerable. You could take my heart from my chest and rip it to pieces. ” Elle croit qu'il va pour dégager son poignet, mais il se contenter de le tourner entre ses doigts et elle ne desserre pas son étreinte, malgré la surprise. Elle pourrait en dire autant. Elle pourrait dire exactement la même chose et ça se comprend; Roksaneh déteste Hiram, elle déteste son genre et peut-être lui en particulier et Kida est incapable même en son for intérieur de ne pas le voir comme tout ce contre quoi sa mère l'a jamais mise en garde. C'en est normal qu'elle ait peur, qu'elle soit terrifiée, si fragile à côté de lui (mais parfois plus encore quand il n'est pas là, quand il la laisse). Être avec lui c'est toxique, peu importe qu'elle soit sobre, qu'elle aIt consommé le moindre stupéfiant sorcier ou moldu, elle est toujours ivre et high avec lui, de lui. Mais en ce qui la concerne elle, elle peine bien à voir ce qui pourrait effrayer Hiram. “ I'm at ease around you. You gave me the best sleeps I've had in weeks. You bring me peace. ” C'est stupide, elle ne devrait pas sourire en reniflant péniblement. Elle dort tout le temps bien, tout le temps trop, tout le temps tout court. Toutefois lui la tient éveillée justement et pas forcément en l'embrassant, parfois juste en étant là, à côté d'elle, la laissant profiter d'une étreinte, en la laissant allonger ses jambes sur ses genoux et fumer en le regardant du coin de l'œil. Elle pourrait dire qu'il la fait manger ici, et pas se vider l'estomac après. Mais elle ne voit pas ça comme une bonne chose. C'est un autre de ses effets effrayants à ajouter à la liste, ceci dit. Mais pour tous ces côtés exaltants et terrifiants, il la calme aussi, il la fait se sentir bien quand ils ne sont pas observés quand il ne se rebiffe pas, quand il ne la met pas à la porte. Il la fait se sentir safe quand elle s'endort dans ses bras et il la rend heureuse quand il lui laisse une note le matin. Ça ne dure jamais ceci dit.

Il tire sur son bras pour la faire lâcher prise, mais elle ne se laisse pas faire. Elle a encore besoin qu'il reste, qu'il la laisse réfléchir, qu'il la persuade. “ When I'm around you I feel like maybe I could be-- ” Elle est pendue à ses lèvres et incroyablement frustrée, déçue, triste presque quand ils sont interrompus par John. Elle ne doute pas que la minute demandée soit largement passée, en revanche elle est surprise qu'il la prenne au mot. Qu'il ne la laisse pas finir. Sauf qu'à son regard, elle comprend que ça doit être urgent. “ Your mum, ” Aussitôt Kida ramène ses doigts à elle, presque comme si la peau d'Hiram l'avait brûlée, sauf que c'est ce qui risque d'arriver littéralement à la chair de ses doigts si Roksaneh la voit le toucher, lui. Sa mère ne peut pas plus mal tomber, Kida, n'est pas prête, elle s'essuie rapidement les joues du revers de la main qui n'a pas touchée Hiram — l'autre repliée contre son buste comme si elle était véritablement blessée — bénissant la maquilleuse de lui avoir appliqué du waterproof. Et puis elle a à peine le temps de se redresse, s'éloignant d'un pas d'Hiram que sa mère passe le rideau. “ It was lovely talking to you, Kida, ” il ne sait pas comme il est en train de lui sauver la mise, avec son sourire forcé et ces mots innocents, presque professionnels. Elle aimerait pouvoir se concentrer sur sa mère plutôt que sur les mots d'Hiram, sur sa phrase inachevée, sur ce trop plein d'information, sur ce trop plein d'espoir aussi. Elle a l'impression d'être de plus en plus stupide et naïve, elle a l'impression qu'elle ne cessera jamais de tomber dans ses pièges, mais elle a aussi l'impression que ça n'en est pas un. Et elle sait qu'elle ne peut pas se faire confiance, mais… Tout s'efface quand elle voit le regard que sa mère lance à Hiram. “ Congrats on the album. John. ” Et il s'en va, il s'en va et Roksaneh est déjà presque à son niveau, toute l'hostilité envers Hiram qu'elle a montré à sa fille au fil du temps affichée en grand sur son visage. Il s'en va et Kida doit se préparer à tout expliquer à sa mère et sent la panique monter en elle, mais il s'en va et c'est ça qui l'empêche presque de respirer, alors qu'elle envoie un regard de pure détresse à John. Hiram a disparu derrière le rideau et Kida sait qu'il va partir. C'est ce qu'il lui a dit qu'il allait faire avant qu'elle ne le retienne d'une main enroulée autour de son poignet. “ John can you make sure he gets his gift bag? ” Elle voudrait que John reste, elle n'a pas le courage nécessaire pour affronter Roksaneh là tout de suite, elle préfèrerait encore s'attaquer à quelque chose de plus effrayant, à son Démon lui-même, à Hiram et à l'enfer de ses yeux et au délice de ses mots, elle voudrait qu'il finisse sa phrase et en commence d'autres et elle voudrait se lover dans ses bras et oublier la honte terrible et viscérale qu'elle a ressenti chez lui après la Wizpride. John comprend, John comprend toujours et même quand il n'approuve pas, il hoche la tête et disparaît. Il sait qu'elle n'essaye pas juste de s'en débarrasser pour parler tranquillement à sa mère, il sait. C'est pour ça qu'il est si bon à son métier malgré une employeuse si mauvaise et incapable de dire ce qu'elle veut vraiment. “ Why was he here?” Roksaneh, elle, se moque bien de vérifier qu'il les a quittées ou non, la compagnie (de John) lui importe peu. Kida se laisse tomber contre le mur, avant de se rappeler que sa mère déteste ça et de se tenir bien droite face à elle. Elle a très soif, elle a très envie d'être partout ailleurs que devant sa mère pour discuter (encore) d'Hiram. Elle a évité cette conversation depuis qu'est sorti la vidéo d'Earned it, non depuis que les photos de Paris sont parues surtout. Mais aucune chance que sa mère ne la laisse y échapper cette fois-ci. “ Nothing mâmân ” elle essaye de l'adoucir avec un peu de farsi, tout en sachant que rien ne peut aider quand il s'agit de ce sujet-là. “ He came in to congratulate me that's all. Why in private?I was feeling a little off and just came to throw some water on my face from the toilet but he has to leave the party and wanted to-say hello. Roksaneh les a vu au bar. Elle n'en est pas certaine, mais c'est plus que probable. “ - say goodbye and thanks for the invite. Polite thing to do. ” Elle joue nerveusement avec un des bracelets à son poignet et esquisse un sourire en direction de Roksaneh. Les cours à la WADA commencent à payer, elle croit. “ I hate that music video you did-I know mâmân I didn't know it was gonna come off like that when we shot it… And now these people saying you're dating on the Talking MirrorYou know how rumours go. ” La main de sa mère vient arrêter le jeu de ses doigts en se refermant sur son poignet. “ You wouldn't lie to me would you?” Ses prunelles vertes sont un peu écarquillées quand elle les plonge dans celles dorées de sa mère. Répondre trop vite peut-être signe d'un mensonge, alors elle se laisse le temps de de secouer doucement la tête; “ No mum.He's not good enough for you. ” Elle ne songe même pas un seul instant à détromper sa mère, à lui dire que c'est elle qui ne mérite ni lui ni personne. “ I'm not seeing anyone don't worry.Good. ” conclut Roksaneh catégorique. Si Kida a conscience que le cas Hiram a une place particulière dans le cœur de Roksaneh, elle a conscience que c'est tous les hommes qu'elle se refuse à voir approcher de trop près de sa fille. “ What did you think of the album?Didn't listen to all of it. Had to talk to you about that… ” Elle ne semble pas trouver de mot assez fort ni dans sa langue maternelle ni en anglais et décide d'en rester-là.  

Now come out before Azadeh steals your spotlight. Mum! ” Elle a envie de lui dire que c'est pas pour ça que Romilda est venue, elle a envie de lui dire d'arrêter d'essayer de les séparer et de lui mettre des idées dans la tête, mais elle ne dit rien, trop fatiguée pour se battre encore, trop anxieuse de savoir si John a pu retenir Hiram ou non. Elle suit sa mère jusque la fête qui bat désormais son plein. Les premières personnes à avoir pu écouter l'album en entier sont sorties de leurs cabines et certains discutent avec des producteurs ou avec Shakira ou Adidja, Orla elle est plutôt en train de parler avec Solene et Hiram…elle ne le trouve pas. Elle ne voit pas John non plus ceci dit. Jusqu'à ce qu'il vienne la chercher avec un sourire complice à Roksaneh — Kida est presque jalouse de l'aise qu'il a eu à se la mettre dans la poche. Mais John est définitivement de son côté à elle et c'est ce qui compte. “ Ah Kida, you have so many people to talk to, so many people want to congratulate you, do you mind if I steal her?No, of course! Do your job John! Just keep her away from that shaytan. ” Ah elle a trouvé, finalement ; Kida pince des lèvres pour réprimer un petit rire et suit John en lui attrapant le bras. “ He's upstairs. Look Kida, this time I'm really giving you no more than ten minutes, you do have people to talk to. Don't let him ruin your night.I don't think…that's what's gonna happen. Mais elle n'en sait rien au fond.  “Thanks for helping out John. ” L'agent de sécurité qui se tenait devant l'escalier en métal s'écarte pour la laisse le grimper quatre à quatre, sans égard pour ses talons, attrapant une grosse poignée de sa robe mi-longue dans une main pour aller plus vite. Il fait un peu sombre en haut. S'ils ont mis quelqu'un pour surveiller l'escalier c'est principalement pour s'assurer que personne ne sneak-out, parce que l'endroit n'est pas occupé et n'a pas été redécorer pour l'occasion comme le reste de ce hangar désaffecté moldu. “ Hiram? ” Ses talons claquent sur les dernières marches. Il y a une fenêtre dont la vitre est cassée juste en face de l'escalier et par laquelle filtre un petit rayon de lune. Ça lui fait tout drôle de passer d'une soirée complètement lavish, à ça. De se dire que c'est le même endroit. Les dessous de la gloire. Ça leur vient bien comme point de rencontre elle trouve, eux qui n'ont jamais su vraiment exister qu'une fois la couche de verni de leur célébrité dissoute. Sauf à Paris. Peu importe, grâce à cette faible lumière, elle peut le voir et s'approcher de lui.  “ I'm sorry I told John to get you I don't know what he said to make you stay but bless him. ” Elle esquisse un petit sourire. Après sa mère elle a l'impression qu'elle peut tout affronter. “ You have to finish…You have to tell me…I have to know… ” elle trouve ses doigts malgré l'obscurité, mais ce se sont ses yeux qui sont difficile à capter; elle s'en accommode ceci dit, elle n'a aucune idée de ce qu'il pourrait lire dans ses émeraudes. “ I only used past tense cause I thought…when I was coming to you at your party and Tyler laughed, after you said something all while looking pointedly at me…I thought you were making fun of me. I thought you didn't want…This. Mais elle ne saurait pas dire ce que this est “ me to stay. ” elle resserre son emprise sur ses doigts. “ Did you?

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 536
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
John doit cesser de faire d'une habitude sa main qui se resserre autour de son bras. “ I'm not your fucking pet dog. Merlin, don't make a scene. ” Sa main se desserre quand Hiram dégage son épaule, cette fois. Il ne le retient pas, pas physiquement en tout cas. Hiram veut toujours partir, toujours filer, ses yeux cherchent un allié, Solene, un ami dans la foule de gens mais il n'y a personne, tout le monde écoute l'album, lui aussi aimerait en profiter. “ Why won't you tell her that you couldn't find me and had to let me go, uh? ” John a l'air de sérieusement envisager la chose, ses sourcils froncés et ses yeux sombres vrillés sur lui. “ I don't have time to deal with that, with you, right now. She wants to see you. The rest is up to you. ” Son regard est plus pesant et pressant encore que la main qu'il a serré autour de son bras il y a quelques instants à peine. When I'm around you I feel like maybe I could be... different. Better. Like I used to be. Good. Il se souvient du regard dégoûté de John quand ils attendaient que Kida redescende de scène, il se souvient du regard hostile de la mère de Kida.
Il finit par faire signe à l'agent de le mener où il veut le mener, et se laisse faire, montant quatre à quatre les marches et sortant machinalement sa baguette en voyant que l'étage est si sombre, désaffecté là où la vaste pièce où a lieu l'évènement a été perfectionnée et décorée à la magie. Il est à deux doigts d'incanter un Lumos quand il voit la fenêtre de laquelle il s'approche rapidement, sortant une cigarette de sa poche pour la fumer avec des doigts tremblants, il ne prendra rien d'autre que du tabac ce soir, tant qu'il sera ici en tout cas. Surtout si Kida veut lui parler, malgré tout, envers tout, contre tout.

Hiram préfère cet endroit à la réception d'en bas. Ce n'est pas exactement sale, mais c'est poussiéreux et à la lumière de la lune, il peut voir des tags colorés sur les murs. La vitre de la fenêtre est cassée. En bas tout est poli, rendu beau et parfait et séduisant et attirant. Deux mondes qui coexistent sans vraiment se mélanger. “ Hiram? ” Il a complètement occulté les bruits venant d'en bas et sursaute en entendant son nom, il ne l'a pas entendue monter les escaliers. Il tourne les yeux vers Kida, il n'a quasiment pas fumé finalement, la moitié de la cigarette est en train de partir en cendres quand il l'écrase sur la vitre, laissant retomber le mégot parterre sans le regarder. “ Here. ” Elle s'approche et il détourne les yeux, machinalement, réflexe musculaire. Il aurait peut-être trop peur de voir dans les siens les mêmes émotions que dans ceux de John et sa mère. Cette dernière doit savoir qu'il est une mauvaise influence, quelqu'un de mauvais tout court pour lui. John en a été convaincu à de nombreuses reprises lui semble-t-il. “ I'm sorry I told John to get you I don't know what he said to make you stay but bless him. ” Il lui doit ça. Au moins ça. Sans doute. Il ne sait pas. Il ne devrait pas être là du tout. “ You have to finish…You have to tell me…I have to know…

Elle a trouvé ses doigts, malgré l'obscurité, et même si il n'y voit pas grand-chose, il baisse les yeux vers leurs mains liées. Ses doigts à lui s'accrochent presque désespérément à ceux de Kida, ils ne vont pas les laisser partir, pas comme ça, pas tant qu'elle veut rester et qu'il reste lui aussi. “ I only used past tense cause I thought…when I was coming to you at your party and Tyler laughed, after you said something all while looking pointedly at me…I thought you were making fun of me. I thought you didn't want… me to stay. ” Kida resserre son emprise et il apprécie le geste, bizarrement, comme si ça voulait dire quoique ce soit. “ Did you? I was high. ” Il est toujours high, sauf quand ils passent la journée ensemble. Il n'a pas envie de passer une seule journée sans être high, c'est too much, ça le rend fébrile et nerveux et énervé, mais avec elle, les instants se transforment en heure et il s'endort sans avoir besoin de quoique ce soit. Il est toujours high, ou alors il a envie de l'être, sauf quand il est avec elle. “ I was high. I don't remember what I said. But yeah they were joking at your expense. I wanted to smack their faces and throw everyone out and go to you. ” Une manière comme une autre de répondre à sa question. Bien entendu qu'il voulait qu'elle reste. Mais- il y avait Roy, aussi, il s'en souvient. Il se souvient surtout de la jalousie et de la colère. De toutes manières, elle est partie, avec Kit en plus. Ses doigts se crispent un peu autour des siens malgré lui, parce qu'il est mortellement jaloux, parce qu'il s'en veut aussi, mais qu'il est trop content qu'elle soit là, avec lui, et pas avec Kit.

C'est nul comme nom en plus Kit. “ They think you're vain. And stupid and entitled. And just... pretty. They're stupid. ” Un rictus sur ses lèvres, une moue un peu déçue, de ses amis ou de lui-même; il ne sait pas trop. Enfin Hiram lève les yeux vers Kida, se perd dans l'émeraude, et trouve seulement quoi dire quand il lève leurs mains entre eux deux, ses lèvres hésitant à venir effleurer sa peau avant de se raviser. “ I thought I knew what you wanted. Hell, I thought I knew what I wanted from you. I always know what I want. ” Mais pas avec elle, ou alors il a juste trop peur pour l'avouer, le formuler, le dire à haute voix, lui demander. Il aimerait, il aimerait tellement, mais il a peur, qu'elle rit et se moque et le repousse, il a tellement peur et il se demande si c'est ce qu'elle a ressenti quand elle est venue chez lui après la WizPride. Il aimerait pouvoir remonter dans le temps. N'inviter qu'elle, passer la soirée dans son lit à s'embrasser et à se rendre fou et rien d'autre. “ You sent John after me. You wanted me to stay. And I'm right here. ” Sa promesse devenue motto à Paris. “ But this is your big night, and I don't want to ruin it any further. You should ask me to leave. ” Ses doigts ne se défont pas des siens, ceci dit, même si Hiram laisse leurs deux mains retomber entre eux deux. “ We can... talk later. I could take your number. Or you could DM it to me if you prefer.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.


Dernière édition par Hiram Thomson le Lun 17 Juil 2017 - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 576
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
I was high. ” La réponse vient immédiatement. Ça n'en est pas vraiment une, ceci dit. C'est une excuse, plus qu'autre chose, un aveu peut-être aussi ; elle ne s'est pas trompée quand elle les a vu rire. Mais il était high. C'est ça qu'il est en train de lui dire. Elle a presque envie de se détacher sur-le-champ, déçue, encore, mais quand elle a pris ses doigts, ceux d'Hiram lui ont rendu l'étreinte et elle doit penser que ça veut dire quelque chose, qu'il y a plus que ça. “ I was high. I don't remember what I said. But yeah they were joking at your expense. I wanted to smack their faces and throw everyone out and go to you. ” Elle avait raison. Pour une fois Kida aurait voulu réaliser être plus stupide encore qu'elle ne croyait l'être, elle aurait vraiment voulu qu'il la détrompe, lui prouve qu'elle avait tord sur toute la ligne, sauf que non. Au moins a-t-il voulu la défendre, même high, même s'il ne l'a pas fait finalement, même s'il ne lui a pas couru après, même s'il la laissée partir humiliée. Il ne se souvient pas de ce qu'il a dit, peut-être qu'il s'est moqué lui aussi et ne le sait juste plus. Il était high. Sauf qu'il est tout le temps high Hiram, ou presque. Ça ne veut plus rien dire, ça n'excuse rien. Là encore, elle hésite à se détacher, mais elle sent la tension soudaine des doigts d'Hiram, crispés autour des siens. Il ne veut pas qu'elle parte. Et elle n'en a pas très envie non plus. Malgré tout. “ They think you're vain. And stupid and entitled. And just... pretty. ” Elle baisse la tête parce que même si ce ne sont que de ses amis qu'il parle et pas de lui-même, il n'en reste pas moins que ce sont ses amis, qu'il doit value leur opinion, qu'ils ont raison de surcroît, que tout le monde pense ça d'elle et que, si ce n'est pas le cas d'Hiram, un jour il s'en rendra compte aussi. Elle se demande pourquoi il ressent le besoin de lui dire tout ça, juste parce qu'elle le sait déjà, ça ne veut pas dire que ça ne la touche pas, que ça ne la blesse pas quand bien même Wilz et Tyler ne sont personne pour elle. “ They're stupid. ” Elle relève les yeux presque en même temps que lui et toute idée cohérente disparaît de son esprit. Il s'en fiche de ce que pensent ses amis, c'est ce qu'elle comprend. Et elle s'en fiche de ce que pense sa mère qu'elle a pourtant toujours écouté pour tout. Quand il lève leurs mains liées entre eux, elle est persuadée qu'il va embrasser ses doigts, son poignet, lui offrir quelque chose, mais peut-être qu'il n'a pas menti, peut-être qu'il est véritablement aussi craintif auprès d'elle qu'elle-même peut l'être quand il est là et qu'elle ne sait jamais par quel bout le prendre. Leurs mains restent suspendues dans les airs. I don't know how to handle you se sont-ils dit. Sauf qu'ils ont su y faire parfois, sauf que ce n'est jamais plus qu'une excuse pour se détruire et fuir. “ I thought I knew what you wanted. Hell, I thought I knew what I wanted from you. I always know what I want. ” Elle, elle ne sait jamais ce qu'elle veut. Jamais vraiment, elle suit le mouvement, suit sa mère et John pour sa carrière, ses amis pour les soirées, les photographes pour les shoots, les metteurs en scène pour les tournages. Mais avec lui elle sait. En partie. Elle sait qu'elle veut retourner à l'arcade avec lui et en découvrir d'autres dans Londres et ailleurs, elle sait qu'elle veut le revoir sur scène puis dans sa loge, elle sait qu'elle veut l'embrasser dans son lit et s'endormir avec une main sur son torse comme s'il était à elle, elle sait même qu'elle veut qu'il passe un bras autour de sa taille quand ils se font photographier sur un tapis rouge. Mais elle sait qu'elle n'est pas prête. Sûrement que lui non plus. Peut-être qu'ils ne seront jamais prêts. Mais ça ne les empêche pas de pouvoir exister, dans le monde moldu au moins, leurs doigts liés, des rires à peine retenus, une simplicité à laquelle elle n'avait plus goûté depuis longtemps. Il ne sait pas, mais ce n'est pas grave. “ We can figure it out. ” Elle sait pour deux. Il n'y a pas de we ; elle en veut un. Elle sait ce qu'elle veut, lui, tout simplement. De toutes les façons qu'il la laissera l'avoir.

You sent John after me. You wanted me to stay. And I'm right here. ” Et c'est un soulagement sans nom qu'il soit là, qu'il soit resté, qu'il reste encore. “ But this is your big night, and I don't want to ruin it any further. You should ask me to leave. ” Il a raison, elle devrait parce qu'elle a dit à Roksaneh qu'il partait et que c'était pour ça qu'il était venu la voir en coulisse, parce que John voudrait qu'elle lui dise de partir afin qu'elle puisse se concentrer sur la soirée. Elle n'en a pas envie pourtant, elle voudrait garder ses doigts entre les siens, elle voudrait l'embrasser jusqu'à c que les minutes laissées par John soient écoulées, elle voudrait fendre la foule avec lui, récolter compliments et critiques avec lui, elle voudrait qu'il écoute l'album et lui dise ce qu'il en pense. Et puis, il ne gâche rien, plus maintenant, pas après ce qu'il lui a dit, pas en tenant encore ses doigts, même si, enfin, leurs mains retombent. Dans un bon jour, Hiram rend tout mieux. “ We can... talk later. I could take your number. Or you could DM it to me if you prefer. ” Elle secoue la tête, tire un peu sur ses doigts pour le forcer à s'approcher, tout en faisant elle-même un pas en avant. “ I can't give you my number. ” Elle aimerait bien, elle n'attendait que ça sur MSN, mais elle ne peut pas, parce qu'elle ne le connaît pas par cœur. La petite carte qu'elle a dans tous ses sacs pour palier à ce genre de situation est dans son sac justement, tout comme son pow dans lequel elle a aussi enregistré son propre numéro, et c'est John qui en a la garde et qui a dû le mettre dans une pièce fermée à clé pour la durée de la listening party. Il aurait eu peur que Kida passe trop de temps sur son POW. Ou c'est que ses cigarettes sont dedans et qu'elle ne peut pas se laisser tenter quand Roksaneh est là. Elle ne sait plus trop pourquoi elle lui a donné son sac, elle sait juste qu'elle regrette maintenant que ça veut dire qu'elle n'est pas en mesure de donner son numéro à Hiram. “ I wish I could, it's stupid, I don't know it. I usually have it scribled down somewhere…John could give it to you, or I could DM it to you… or you could stay.” Non il ne peut pas. Qu'est-ce que va dire Roksaneh, qu'est-ce va dire John, qu'est-ce qu'elle va faire elle, s'il reste dans les parages et qu'elle n'attend que son avis à lui sur XO et que ses sourires de loin ? Mais s'il part, elle n'y pensera pas moins, elle n'aura qu'envie de quitter la soirée pour le rejoindre où qu'il aille. Elle n'a pas de patience quand il s'agit d'Hiram. Ou peut-être qu'elle a juste trop peur qu'il change d'avis le lendemain. “ Listen to the album. Go home with me. ” propose-t-elle d'une petite voix, sans même savoir si c'est possible, combien de temps la soirée est censée durer, s'ils peuvent s'échapper ensemble, s'il n'a pas mieux à faire, si Solene… Elle voudrait presque lui demander de rester ici, qu'elle vienne le voir dès qu'elle peut jusqu'à ce qu'elle ait le droit de s'échapper pour de bon et qu'ils sautent dans un bus moldu et qu'elle pose ses jambes sur lui et qu'il s'endorme contre son épaule. Mais elle ne peut pas, ça ne serait pas juste. Presque timidement, elle détache leurs doigts pour enrouler ses bras autour de la nuque d'Hiram, baissant légèrement la tête pour être presque à sa hauteur malgré ses talons, pas trop hauts cette fois-ci. “ I know I want what we had at the arcade and in Paris, I know I want to see you sing on stage again and I want you to come to one of my gigs too and wait for me backstage and I want to ride a car with you again, I want you to tell me things about you like about the necklace and your mum and I want to take a bath with you, and I want you to hold me and to sleep next to me and I want to hold your hand in muggle London or anywhere where we're not everyone's…” Elle s'arrête, encore un peu effrayée, leur nez se frôlant alors qu'elle approche un peu son visage, un sourire hésitant sur les lèvres. “ I brought the photos, at WizPride and at your party, you know…from the photobooth…I wanted to give them back to you…I thought you wanted them. Do you still? ” Il n'est pas sûr de savoir ce qu'il veut avec elle, c'est ce qu'il lui a fait comprendre. Et ce n'est pas très grave, du moment que… “ Do you still want me? ” souffle-t-elle contre ses lèvres, question stupide, quand il est encore là, quand il s'est excusé, quand il est resté, quand il ne s'est pas écarté, quand il lui a même demandé son numéro. Mais elle a besoin de savoir s'il la veut vraiment, peu importe qu'il ne sache pas trop comment, elle a d'abord besoin de savoir que ce n'est pas qu'un jeu pour lui. Qu'il ne va pas la rejeter dès qu'il sera de nouveau high. Elle doute qu'il comprenne tout ça de sa question si simple, mais elle a l'impression que son regard, curieux, pressant, presque désespéré, comble les trous.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 536
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
We can figure it out. ” Le we est autant rassurant que terrifiant. Il n'y a pas de we, pas de us, pas de this, pas de let's — enfin, il n'y en avait pas. Hiram ne devrait même pas le désirer, y penser, se poser des questions. Et pourtant. Il lui a dit qu'il ne sait pas ce qu'il veut et c'est vrai... et faux en même temps parce qu'il sait qu'il a férocement envie qu'elle reste, qu'elle ne détache jamais leurs doigts. Il sait qu'il veut retrouver le calme de ces longues minutes passées dans le lit de sa chambre d'hôtel à elle, à s'embrasser et à sourire contre sa peau; la simplicité de la regarder s'habiller et se maquiller en commentant à mi-voix; le côté rassurant de sa main dans la sienne. Mais ce sont des désirs stupides qu'il n'aurait jamais le courage de dire à haute voix. Kida se moquerait de lui, très certainement. (En même temps qu'il pense ça, il sait que c'est faux. Mais c'est plus fort que lui; il a peur qu'elle se moque, lui jette à la figure des horreurs égales à ce qu'il a pu lui dire, lui rappelle qu'ils font partie, encore aujourd'hui, de deux mondes différents et indépendants.)
Quand il lui demande son numéro, un sourire flottant sur ses lèvres (il voulait lui aussi qu'elle lui demande son numéro sur MSN) sans oser trop les plisser, elle l'approche un peu d'elle et il se laisse faire, la gorge sèche de leur proximité. Kida secoue la tête et le sourire d'Hiram s'envole. “ I can't give you my number.

Hiram ne sait pas quoi dire alors il se contente d'hausser la tête, il a l'impression d'avoir de la glace dans les veines. Bien entendu. Voilà pourquoi il devrait garder ses désir inavouables pour lui, elle ne les partage pas, pas vraiment, il est un idéaliste stupide- “ I wish I could, it's stupid, I don't know it. I usually have it scribled down somewhere…John could give it to you, or I could DM it to you… ” Le soulagement est audible dans le léger soupir qu'il pousse, il branle du chef, oui, d'accord, tout ce qu'elle veut, d'accord, il pensait qu'elle était en train de lui dire qu'elle ne voulait pas lui donner son numéro pour des raisons compliquées mais compréhensibles. “ Or you could stay. ” Il arrête de secouer la tête. Il est silencieux et immobile, fouillant le visage de Kida. Il a envie de rester, bien entendu qu'il a envie de rester, d'écouter son album et de profiter du bar et de la regarder passer de personne en personne, de groupe en groupe, avec la facilité qu'il a vu à la fondation Louie W. Mais... mais John. Mais sa mère. Mais le regard méprisant d'Orla. Mais tout. “ Listen to the album. Go home with me. ” C'est ce qu'il veut, malgré l'agacement et l'énervement et la jalousie et cette sensation que ses veines sont habitées d'un feu glacial incompréhensible, elle le terrifie mais il aime passer du temps avec elle, il aime coucher avec elle, il aime la faire sourire légèrement et franchement, il aime les bras qu'elle pose sur ses épaules, les doigts qui effleurent sa nuque. Il aime leur proximité et il l'aime elle et il est incapable de lui refuser quoique ce soit, quand bien même ses lèvres laissent échapper un “ Kida... ” plein de doutes.

I know I want what we had at the arcade and in Paris, I know I want to see you sing on stage again and I want you to come to one of my gigs too and wait for me backstage and I want to ride a car with you again, I want you to tell me things about you like about the necklace and your mum and I want to take a bath with you, and I want you to hold me and to sleep next to me and I want to hold your hand in muggle London or anywhere where we're not everyone's… ” Kida a un petit sourire sur les lèvres, très léger, et elle est si proche, Hiram devrait l'embrasser mais il processe ce qu'elle vient de dire. Il ressent la même chose. Il veut la même chose; ce n'était pas si dur de figure it out même si la simple idée de mettre un terme sur tout ça est terrifiant. Il la regarde comme si il la voyait pour la première fois. “ I brought the photos, at WizPride and at your party, you know…from the photobooth…I wanted to give them back to you…I thought you wanted them. Do you still? ” Oui il les voulait, ces photos. Quand il a croisé son regard dans la voiture, alors qu'il était en train de lui demander, il n'a pas eu le courage de finir sa demande. Il les voulait, il les veut, il veut les regarder et se souvenir de l'arcade parce que lui aussi il veut ce qu'ils avaient à l'arcade, parce que c'était l'une des meilleures soirées de sa vie et hands down, le meilleur date sur Terre.

Do you still want me? ” La question en est presque ridicule et a le mérite de le sortir un peu de l'état second dans lequel elle l'a plongé après avoir fait la liste de ses désirs. Il baisse les yeux, ses mains se lèvent et se posent sur sa taille, ses pouces caressant la surface du tissu de sa robe en regrettant de ne pas pouvoir effleurer sa peau. Puis il finit par attirer Kida à lui et l'embrasser. C'est un peu hésitant mais familier aussi, ce n'est pas leur premier baiser et, il ose l'espérer, pas leur dernier. Il déteste le fait qu'ils n'aient pas le temps, il déteste la colère (contre Kit, contre John, contre lui-même surtout) qui l'habite encore et fait légèrement trembler ses doigts, il déteste l'envie de fumer et de partir et de rester, il déteste le fait qu'il soit incapable de dire à haute voix ce qu'il veut. “ Yes, ” répond-t-il simplement, se reculant légèrement — mais pas trop, son nez venant trouver le sien pour lui montrer qu'il ne veut pas la repousser ou s'éloigner —, ses mains sur sa taille l'attirant un peu à lui. “ I want all of that - everything - too. ” C'était ce qu'ils s'étaient promis, c'est ce qu'il a du mal à dire maintenant, le murmure se déposant sur les lèvres de Kida avant qu'il ne revienne les capturer dans un baiser un peu plus pressant que le précédent. Hiram pourrait passer des heures à embrasser Kida et toujours se faire surprendre de la tension qui monte à chaque fois, ses doigts à elle qui se crispent dans sa nuque et les siens à lui qui l'attirent plus proche de lui, jusqu'à ce qu'il la pousse presque vers le mur le plus proche, l'y appuyant pour venir embrasser son cou, son épaule. Il ne peut pas se lasser de ses frissons et les grains de beauté de son cou dont il connait les emplacements maintenant, et le délicieux plaisir qu'il prend à deviner son corps contre le sien.

C'est John qui les interrompt en remontant les marches; cette fois, Hiram entend les pas sur les marches en fer et il se détache très légèrement de Kida à contre-coeur. “ Kida, it's time. ” Et temps aussi pour lui... de rester, puisqu'elle le lui a demandé. “ I'll be downstairs, ” souffle-t-il contre ses lèvres. Hiram dépose un baiser sur sa mâchoire en se détachant tout à fait, à regret, avec un petit sourire maladroit sur les lèvres, il n'est pas sûr de lui, mais il le lui offre tout de même. Sa main retrouve la sienne et l'attire à lui; cette fois, ses lèvres trouvent les doigts de Kida, avec douceur. “ This is your night, stargirl. Please make it a good one.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 576
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Il ne répond pas, il n'a pas beaucoup réagi, il n'a pas bougé non plus, ni pour s'éloigner ni pour se rapprocher et Kida a peur, vraiment peur qu'il la repousse, que ça s'arrête là, parce que ça s'arrêtera vraiment là cette fois-ci, elle s'en fait la promesse. Elle a l'impression de s'être mise à nue, alors que rien de ce qu'elle a dit n'est exactement nouveau, alors qu'elle ne pense rien lui apprendre à lui non plus. C'était difficile à admettre à voix haute malgré tout. Difficile, de se laisser être aussi vulnérable, sans véritable excuse telle que l'alcool, la rechute d'un filtre d'amour bu malgré elle, ou d'un jeu proposé par elle que pour se donner une raison de lui avouer qu'elle ne le détestait pas. Il ne répond pas, mais elle sent ses mains sur sa taille, les caresses de ses pouces à travers sa robe, elle se détend un peu, même si elle ne se sent pas encore à l'abri, pas encore tout à fait hors de danger. Il peut encore la laisser tomber. Mais quand il l'attire à lui elle ne se force pas à le repousser et à le pousser à lui donner une réponse orale, quand il pose ses lèvres contre les siennes dans un baiser hésitant, elle le lui rend avec la même douceur qu'à Paris après lui avoir demandé de rester pour la énième fois, après avoir viré John de la chambre pour rester seule avec lui. Elle est la réponse d'Hiram, ce n'est pas un baiser d'au revoir, elle ne croit pas, elle ne veut pas et quand il s'éloigne, elle refuse que ce soit fini et en geint presque. Mais leurs nez se touchent encore et, il attire ses hanches à lui, et elle comprend qu'il ne s'en va pas. “ Yes. ” le souffle d'Hiram balaye le sourire qui fend les lèvres de Kida. Il la veut. Et c'est pas grand chose comparé à tout ce qu'elle lui a dit et elle devrait paniquer parce qu'elle lui a demandé de rester et s'il le fait, elle ne sait pas comment elle va gérer la situation, comment John surtout va s'en sortir, comment Roksaneh ne va pas finir par le repérer et lui demander des comptes. Mais Kida sourit, parce qu'il la veut et que c'est déjà ça de pris. “ I want all of that - everything - too. ” Mais ça c'est beaucoup, ça c'est tout ce qu'elle veut entendre. Everything, c'était leur première nuit, c'était leur première rencontre à Paris aussi, et puis ça a disparu, parce que ça a pris un sens tout neuf et moins excitant que totalement effrayant pour Kida en tous cas. C'est devenu le titre de la chanson la plus personnelle et cathartique qu'elle ait jamais écrite. Everything c'est ce qu'elle veut avec lui encore et toujours, mais qu'elle n'ose plus dire parce que ça inclut des choses nouvelles et inconnues et terrifiantes. Mais il le dit lui et elle voudrait renchérir ; elle n'a que le temps de sourire un peu plus grand ceci dit, alors que les mots prononcés contre ses lèvres se transforment en baiser. Et c'est dedans qu'elle lui donne sa réponse à elle, qu'elle lui fait savoir qu'elle n'a attendu que ça d'une bouche pressante et pressée, demandeuse et généreuse à la fois, des doigts qui s'enfoncent vite dans sa nuque, parce qu'il n'est jamais assez proche et de son corps qui se serre contre lui sur l'impulsion des mains d'Hiram. Elle sourit encore quand il la plaque presque au mur le plus proche, à côté de la fenêtre et qu'elle se laisse aller contre, frissonnant sous les baisers qu'il dépose sur sa peau. Ce n'est pas nouveau, c'est comme ça qu'ils ont commencé, par un baiser, par elle à genoux dans les toilettes du Spitfire, puis une nuit trop longue dans la chambre d'un appartement qu'elle n'aura pas gardé longtemps. Mais ce n'est pas la même chose et elle a l'impression qu'elle ne s'y habituera jamais vraiment. Hiram est une drogue, mais une drogue inhabituelle, pas une de celles dont on finit par augmenter les doses pour pouvoir en ressentir les effets. Le moindre geste, le moindre baiser lui fait oublier tout ce qui existe, le monde, xo, sa mère, la fête en bas, les dix minutes laissées par John.

Il n'y a que quand les lèvres d'Hiram ne sont plus contre elle, qu'elle rouvre les yeux et se rappelle d'où ils sont. “ Kida, it's time. ” Et de John. Elle retient son soupir, déçu, agacé, frustré, et sa moue disparaît quand Hiram reprend son attention d'un “  I'll be downstairs, ” soufflé contre ses lèvres, qu'à son grand regret il ne capture pas même brièvement. Il reste. Il reste et c'est un problème en réalité, elle devrait lui dire de partir, qu'ils peuvent se rejoindre plus tard chez elle ou chez lui, qu'elle lui apportera une copie physique de l'album à écouter sur son tourne-disque en fumant par terre dans son salon. Mais parce qu'elle le lui a demandé Hiram reste et elle n'a pas le cœur à refuser ce cadeau qu'il lui fait et qui lui fait plaisir autant qu'il fait naître une certaine angoisse dans son cœur et ses veines. Le baiser qu'il dépose sur sa mâchoire achève tout à fait de la convaincre. Il se détache — il est bien obligé et elle le laisse faire — mais il reste. Il a un sourire mal assuré sur les lèvres et elle le lui rend, à peine plus sûre d'elle, mais contente malgré tout. Tout ça peut finir en désastre, elle s'en fiche. Il reste pour elle. “ Thank you. ” Réflexe musculaire, les doigts de Kida s'accrochent à ceux d'Hiram quand il les reprend, l'attire un peu à lui, embrasse doucement ses jointures lui arrachant un sourire presque attendri. Elle voudrait tellement ne pas avoir à descendre ou pouvoir le faire sans s'arracher à lui. “ This is your night, stargirl. Please make it a good one. ” C'en est déjà une parce qu'ils se sont réconciliés, parce qu'il la veut, parce qu'il y a un we cette fois-ci, parce que ça fait peur, mais elle aime la façon qu'a son cœur de battre devant lui, parce qu'elle l'adore et qu'il reste pour elle et qu'ils vont finir la soirée ensemble après. “ Will try starboy. ” sourit-elle avant de déposer un baiser sur sa joue, gardant ses doigts contre les siens. John est encore sur le palier, il a les bras croisés sur sa poitrine, mais elle le remarque à peine. Elle aime cette paire de surnoms qu'ils se sont donnés, la façon qu'ils ont de se répondre, d'aller ensemble, de match, comme leurs vêtements au gala, comme eux, peut-être. “ Thank you for staying. ” Et indifférente à son agent qui est encore là, elle dépose un, deux, trois baisers rapides sur ses lèvres, comme une promesse pour plus tard. Et sautant sur un sursaut de courage elle se détache d'un coup et se détourne pour ne pas être tentée de retrouver ses bras, attrapant le bras de John pour qu'il l'aide à descendre les marches.

Kida, is that clever?What? Il hésite un instant alors qu'ils arrivent au bas des escaliers et que déjà plusieurs personnes sourient et font des signes à Kida. All of it.Probably not. But no one has ever thought of me as clever John. ” Elle hausse une épaule, pose un quart de seconde ses lèvres — définitivement plus maquillées — sur la pommette de son agent et part rejoindre un premier groupe. Elle est définitivement de bonne humeur et ça se voit. Quand les fans qui ont gagné leur invitation sur son MSN viennent timidement l'interrompre, elle pose pendant presque vingt minutes avec eux pour des selfies tout en discutant gaiement, de l'album, de ses autres projets, les remerciant chaleureusement de leur soutien. Elle est toujours nerveuse avec ses fans, toujours incapable de comprendre qu'elle en ait vraiment. Mais ce soir, elle est extatique.  “ Which one of you is @kidasbae? ” L'adolescente qui lui répond doit avoir un an de moins qu'elle tout au plus et ça fait bizarre à Kida de se dire qu'elles ont dû se croiser à Poudlard et que maintenant celle-ci a un compte MSN qui lui est dédié et plus qu'actif qui plus est, elle le sait parce qu'en plus de voir ses commentaires sur littéralement tous ses scrolls, elle a déjà quelques fois cliqué sur son compte. Elle l'a toujours défendue d'ailleurs, devant le #kidiram parfois étouffant y compris. “ You're so sweet, your comments are always so nice. ” Pour elle, pas toujours pour Hiram. Elle la prend dans ses bras alors que l'amie qu'elle a ramenée s'empresse de capturer le moment sur son pow. “ Thanks for coming all of you, it's so lovely to meet you! Don't forget to swing by the photobooth, yeah? ” Elle ne s'arrache au petit groupe que quand elle repère sa sœur, dos à elle, avec Swati des Little Jinx, probablement invitée par Orla. Ou peut-être que tout le groupe a été invité par le label, elle n'en a aucune idée, ça n'a pas d'importance. “ Romiiii, you promised to do the photobooth with me remember? ” Elle attrape la main de sa sœur et l'entraîne vers l'un des photomaton installé près des booths d'écoute. Elle ne demande même pas à Romilda si elle a écouté l'album, ou ce qu'elle en a pensé, parce que celle-ci a enfilé un des t-shirts xo qu'elle a lui a fourré dans les mains un peu plus tôt et elle ne sait pas quoi dire, la gorge soudain très sèche. Elle s'assoit en silence dans la cabine et passe un bras autour de Romilda quand le premier flash les aveugle. Elles en font plusieurs, Kida finit par sourire, par rire même et elle insiste pour récupérer certains des clichés alors même qu'elle n'a nul par où les mettre.

Elle quitte sa sœur en l'embrassant sur la joue et seulement parce qu'un membre du label vient lui parler et l'emmener vers quelques grands noms de la production musicale qui veulent lui parler. Elle a toujours les clichés avec Azadeh dans les mains et un sourire sur les lèvres. De temps en temps, elle cherche Hiram du regard, elle le voit au bar avec Solene et Orla, puis disparaître dans un booth, puis, elle le revoit au bar, alors qu'elle discute avec un critique de musique travaillant pour Witch Weekly. Elle a beaucoup travaillé avec ce magasine, mais ça lui fait bizarre qu'on lui parle pour autre chose que lui proposer une couverture, ou une interview sur sa beauty routine, mais pour sa musique, pour xo, comme si elle importait dans le groupe et que sa voix, les paroles apportées, les idées de mélodies apportaient véritablement quelque chose. Elle est en train de le remercier de sa présence et de son avis positif sur l'album quand elle repère du coin de l'œil Roksaneh s'approcher d'un Hiram accoudé au bar. Son sang ne fait qu’un tour et elle peut se sentir perdre quelques couleurs. Elle écourte la conversation comme elle le peut et se précipite littéralement vers le bar pour couper court au désastre. “ Mum! I was looking for you everywhere! ” Elle se poste à côté d’elle, attrape son bras, lance un lourd regard d’excuse à Hiram, espérant un peu naïvement que Roksaneh n’ait pas encore eu le temps de lui parler.  “ You said he was leaving. ” l’accuse-t-elle et Kida est presque surprise de l’emploi du perse, s’attendant à ce que Roksaneh n’ait absolument aucun remord à parler de lui à la troisième personne devant lui, ce doit être pire ceci dit, plus irrespectueux encore de parler dans une langue qu’il ne comprend pas, comme s'il n'était déjà plus là. “ I don’t control him mâmân. ” fait-elle dans un farsi hésitant. Sa mère fronce les sourcils, jette un regard à Hiram puis à Kida, méfiante, critique, avant de hausser les épaules. “ I’m sorry Hiram we’re just- ” elle essaye de trouver une excuse à son impolitesse, mais elle n’arrive pas à faire autre chose que paniquer en se demandant ce que sa mère lui a dit, si elle lui a dit quelque chose et à ce qu’il est en train de penser et elle espère qu’elle ne l’a pas fait fuir. Elle aimerait faire fuir sa mère en revanche. “ Roksaneh! ” Elle sursaute en entendant la voix de John. “ You did ask me to tell you when your cab came round, well it’s waiting for you. ” Il sourit, poliment, fait mine de se rendre tout juste compte qu’il vient d’interrompre quelque chose et s'excuse, et Kida pourrait véritablement l’embrasser tant elle est reconnaissante. Il mérite d’être mieux payé, il mérite des vacances, elle ne le mérite vraiment pas. Roksaneh, renifle, “Walk with me. Thank you John. ” Elle ne laisse pas le choix à Kida et passe un bras autour de son coude comme si elle avait besoin d’elle pour s’aider à marcher. Par-dessus son épaule, Kida jette un regard insistant à Hiram, puis surtout à John. Elle voudrait qu’il lui explique que ça ne veut rien dire, que sa mère déteste tout le monde, plutôt littéralement, même sa propre sœur. Qu’elle est possessive avec Kida qui semble s’en rendre compte un peu plus tous les jours et s’en agacer plus récemment. Qu’elle déteste tous les hommes sauf peut-être John justement, mais les femmes aussi, rivales par nature selon elle. “John did say you might have to work with him, label says, management says, public says. You can. ” Généreux. Et toujours pas un mot sur son album, remarque-t-elle. “ But be careful I don’t like him. ” Elle hoche doucement la tête. “ I mean it Kidagakash. He likes you of course. Stay away from him. ” Et elle lâche son bras pour sortir dans la rue et monter dans la voiture.

Say hello to xâle Shadi for me. ” Elle s’en mord presque aussitôt la lèvre, mais sa mère l’a entendue et ravale presque littéralement le baiser qu’elle était en train de lui envoyer, s’engouffrant dans la voiture sans un regard pour sa fille. Kida ne comprend pas ce qui est si terrible, Shadi n’est même pas venue contrairement au reste de la famille. C’est bien qu’elle se fiche d’elle (ou que Roksaneh lui a plutôt vocalement fait comprendre qu’il était hors de question qu’elle vienne) (mais ça Kida n’en sait rien). Ceci dit ça fait des mois que Kida n’adresse plus du tout la parole à sa tante-génitrice et cette perche tendue par le biais de Roksaneh n’est pas anodine. Elle retourne à la fête, l’estomac un peu tordu, et ce d’autant plus qu’elle se rappelle de ce qui l’attend à l’intérieur. Elle espère vraiment qu’Hiram est encore là et ses yeux se font désespérés quand elle lève le menton pour essayer de voir quelque chose par-dessus la masse de tête. Elle repère John d’abord (plus grand qu’Hiram) en train de parler à un membre du label, sent son sang se glacer parce qu’Hiram n’est pas avec lui, jusqu’à ce qu’elle le trouve, un autre verre à la main, Adi accoudé au comptoir près de lui avec sa sœur. La foule est un peu moins compacte, sa mère est loin d’être la première à être partie, même si la plupart des jeunes sont encore là. Elle aimerait bien qu’on lui glisse de nouveau quelques cachets dans les mains, elle les prendrait ceux-là, elle pourrait bien finir le verre d’Hiram pour lui aussi et un paquet entier de cigarettes. Elle a eu beaucoup trop d’émotions contradictoires pour un seul et même soir. C’est quand même définitivement le soulagement qui l’emporte quand elle s’approche du bar à grandes enjambées, quoique l’appréhension soit encore présente. Elle pose une main presque possessive sur le bras d’Hiram quand elle arrive à sa hauteur. “ You’re still here. ” elle ne peut s’empêcher de soupirer, de sourire, soulagée. “ Adiii I barely saw you all night, hi Nina! You look so good! Were you guys super busy talking or can I steal him? ” elle bat un peu des cils, Adi rit, Nina roule des yeux, mais ce sont eux qui s’éloignent ensemble vers un autre groupe, non sans avoir au préalable échangé un regard incompréhensible pour qui n'est pas eux. Elle se retourne aussitôt vers Hiram, s’accoudant en face de lui, sa main à quelques centimètre des doigts qu’il a enroulé autour de son verre.  “ I’m so sorry, I’m really so sorry, my mum doesn’t like me doing…well, anything that isn’t work I think. And she doesn’t like anyone, so whatever she told you forget it, it doesn’t matter to me either, I meant what I said upstairs and I don’t care what she thinks. ” Enfin, pas assez en tous cas pour ne pas en faire à sa guise dès qu’elle n’est plus là. He likes you, ceci dit. Roksaneh a souvent raison, que Kida l'écoute ou non. “ Can I get some of that? ” enchaîne-t-elle en pointant du doigt sa boisson, plus pour avoir une excuse pour ne pas le regarder et l’empêcher de répondre trop vite qu’autre chose. “ I think we’ll be able to boost soon, I mean, if you still want to… ” l'émeraude fixe encore le liquide quasi transparent dans le verre d'Hiram.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 536
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram attend un peu avant de descendre à son tour, observant la fête se dérouler depuis le haut des marches — ce qu'il peut en voir, ceci dit. Il devrait vraiment partir, Solene lui a envoyé un message, Roy aussi, apparemment il est à une fête pas loin qui est plutôt pas mal, mais Hiram n'a aucune envie d'y aller. Il aimerait rester ici toute la soirée, attendre sa stargirl (il a souri quand elle l'a appelé starboy, il détestait ce surnom quand elle l'a utilisé pour la première fois dans la loge du tournage d'Earned It) mais il finit par descendre les marches métalliques pour se mêler à la foule. Il retrouve rapidement Solene qui ne cache pas son soulagement de le retrouver et enroule un bras autour du sien quand il se rapproche; Orla renifle légèrement en le revoyant. “ What's up, dear Orla? I don't like you.Congrats on the album.You haven't listened to it. I know it's good.How- — I think we should get to it, right Hiram? Yes, dear Solene. Let me get a drink first. ” Cette fois, il fait plus attention aux cocktails proposés exclusivement à la soirée, fait difficilement son choix et finit par opter par le cosmopolitain sans alcool, remarquant seulement que c'est la même boisson que Kida a pris plus tôt quand on la lui serre. C'est sucré, un peu trop à son goût, et pas assez alcoolisé (normal) mais ça a le mérite de l'occuper pendant quelques minutes avant que Solene le tire vers un booth, ils font la queue et écoutent l'album rien que tous les deux. Et c'est... vraiment bien. C'est pas du tout leur vibe habituelle, et il voit les lèvres de Solene se tordre une fois ou deux aux lyrics les plus corny et hipster et alambiquées, mais il aime bien, vraiment bien, le fait que Kida susurre de temps à autre dans ses oreilles l'arrangeant bien évidemment.

Il aime bien le groupe, en fait. C'est vraiment différent que tout ce qu'il a jamais fait et tout ce qu'il a jamais écouté, mais c'est nouveau, ça ne ressemble à rien qu'il connaisse. Solene est un peu plus critique que lui mais lui n'a qu'une envie, se trouver une copie de l'album pour pouvoir le réécouter encore et encore une fois rentré chez lui; il écoute l'avis de Solene alors qu'ils se mélangent un peu à la foule, il la présente à des gens qu'il reconnait, échangent même quelques mots avec des journalistes qui sont plus après le #kidiram que le reste. Il ne tarit pas d'éloges pour XO, ceci dit. Et quand Hiram cherche Kida du regard, elle est aussi bien occupée de son côté, gracieuse comme à la fondation Louie W, souriante et extatique et il est content pour elle, tellement content pour elle. Solene n'arrête pas de lui envoyer son coude dans les côtes. “ So how's the Orla mission going?Not bad, not bad. She did compliment my jacket and my pins. Did you just put the WizPride flag to get her attention?  ...maybe. Is she even gay?Aren't they all? ” Hiram secoue la tête, se penchant au-dessus du bar vers lequel ils sont naturellement retournés pour attirer l'attention d'un serveur. “ Trust me, not all of them. ” Elle glousse légèrement avec lui alors qu'il glisse un verre (alcoolisé celui-là) dans sa direction. “ So she's not just pretty, uh? ” Hiram se tourne pour s'accouder au comptoir. Il la cherche du regard et la trouve en un instant, elle parle d'un air enthousiaste au journaliste de Witch Weekly avec lequel il a échangé quelques mots plus tôt. “ Just look at her, ” dit-il simplement, avant de prendre un air embarrassé quand Solene se met à rire trop fort.

Elle est interrompue par Orla qui vient lui demander et lui proposer d'utiliser le photobooth, juste comme ça, avec l'air complètement indifférent alors même que Solene s'empresse d'accepter avec un grand sourire et un clin d'oeil à l'adresse d'Hiram quand elle s'éloigne; il lui répond en levant son verre dans sa direction. Il a la dalle, il n'y a rien à manger, il se contente de commander un autre verre et il est en train d'observer la carte avec des yeux plissés pour essayer de chercher le cocktail avec le moins d'alcool, il n'a pas envie de finir ivre à la fin de la soirée quand on s'accoude à côté de lui suffisamment proche pour qu'il tourne les yeux d'un air interrogateur. Il s'attend à un fan ou un journaliste ou juste un curieux mais à la place, c'est la mère de Kida qui lui fait face et il sent presque comme si il était physique la haine qu'elle lui voue. “ So you're the boy everyone's talking about. ” Hiram se tourne vers elle, repose la carte des cocktails après avoir commandé le plus chargé. “ And your Kida's mum. Sorry for earlier. I was in a hurry-- She told me you were leaving. ” Il se force à sourire. C'est sa mère, après tout, même si le simple fait qu'elle l'ait appelé boy et le regard qu'elle pose sur lui lui retournent l'estomac et qu'il n'a qu'une envie, l'envoyer au diable et se détourner. “ I changed my mind. You shouldn't have. ” Elle le regarde des pieds à la tête et Hiram sent son sang se glacer dans ses veines. Le mépris le frappe en plein coeur comme un couteau chauffé à blanc. Il n'a rien à faire ici, et elle le lui fait comprendre explicitement. “ You shouldn't even be here. Mum! I was looking for you everywhere! ” Hiram ne réagit pas quand Kida intervient, se poste à côté de sa mère; il tourne difficilement les yeux vers elle, se force à tordre un sourire aussi vide que crispé sur ses lèvres. La mère de Kida a raison, bien entendu. Il n'a rien à faire ici, ce n'est pas son monde, Kida est clairement hors de sa portée, comme tous les gens ici. L'album n'est même pas de sa vibe, il est un rappeur, il est sensé avoir ce persona discret et mystérieux et arrogant et stupide, et pas se retrouver coincé entre deux bloggeurs hipsters et des fans qui le détestent à cause de la prétendue influence qu'il a sur Kida.

Hiram boit à son verre et pendant un instant, blâme l'alcool parce qu'il ne comprend pas ce que sa mère est en train de dire à Kida; quand il capte qu'elles ne parlent pas anglais, l'embarras et la frustration manquent de faire se briser le verre dans sa main. Il détourne les yeux, regarde la scène vide et les gens qui parlent et partout sauf en direction des Vane. “ I’m sorry Hiram we’re just- It's fine. ” Le ton est catégorique et vient bien trop vite, ce n'est pas fine et il s'en veut aussitôt de le laisser l'entendre; il ne les regarde toujours pas, réprimant à grand mal sa colère embarrassée et vexée. C'est John qui leur sauve la mise, encore une fois, John qui incite la mère de Kida à partir, prenant sa fille par le bras; c'est seulement quand elles lui tournent le dos qu'Hiram les observe. Mère et fille, tante et nièce. “ Lovely, ” dit-il simplement à John quand celui-ci fait mine de s'attarder. “ She's very protective of her daughter. ” Hiram tourne une paire d'yeux ennuyés vers lui. “ And she has every right to be is what you're thinking, uh? Yes. You should stop drinking. ” Hiram ne répond pas, se contente de l'observer jusqu'à ce que John hausse les épaules d'un air agacé en se détournant pour aller s'occuper ailleurs.

Il n'a rien à faire ici et il a bien compris le message, peut-être que sa mère est en train de faire entendre raison à Kida, peut-être qu'il aurait dû insister pour partir, ne même pas venir la voir pour arranger les choses — quoi encore? Il est en train de chercher Solene du regard quand Adidja lui tombe dessus. “ You got my cocktail! Good choice. Hi mate what's up. Amazing album. ” Il aime bien Adidja, il le trouve vraiment talentueux et chaleureux; il lui serre la main avec un léger sourire hésitant, avant de saluer sa soeur qu'il n'a jamais rencontré avant, Nina. “ Here, Nina, you need to try it too, it's so good. Very fruity. Hiram, come with us, won't you? I wanted to talk to you about something. I got this beat, right, and I think you'd like it. It goes a bit like this, ” il imite des sons qu'Hiram entend à peine au-dessus de la musique ambiante mais qui le font sourire. “ It's very sexy. Not like Earned It sexy but definitely up there. And it'd be amazing with female vocals on it I think? Your friend Solene, yeah, I know her, no big deal, does she still sing? Adi, come on, chill for a second maybe? But it's such a good beat tho'! He'd love it, Hiram, you'd love it, you should swing by the studio- I most definitely will, man. All those fruity cocktails really are going to your head, uh? No. ” Ils rient un peu, lui et Nina, alors qu'Adi continue de parler très vite avec un air complètement passionné sur le visage, commandant pour eux trois un autre de ses cocktails à lui tandis qu'Hiram finit le sien d'une traite. Il a la tête qui tourne un peu et vraiment faim.

Ils sont toujours en train de discuter, Adi essaie de lui faire écouter la chanson sur son pow mais celui-ci n'a plus de batterie (c'est toute une affaire, la moindre discussion avec lui est comme ça de toutes façons) tout en faisant tous les sons avec sa bouche en même temps sous l'oeil amusé de Nina, quand une main se pose sur le bras d'Hiram. Il pense que c'est Solene au début mais c'est Kida, et son sourire s'approfondit un peu. “ You’re still here. ” Il hoche la tête. “ Of course. Thanks for staying, lui a-t-elle dit avant qu'ils ne se quittent quelques éternités plus tôt. Thanks for letting me stay, a-t-il eu envie de lui répondre. “ Adiii I barely saw you all night, hi Nina! You look so good! Were you guys super busy talking or can I steal him? ” Hiram a toujours un petit sourire satisfait sur les lèvres quand les jumeaux finissent par s'éloigner, Adidja lui serre la main en partant avec un grand rire et un regard sérieux, Nina tire presque son frère autre part avec un air tendrement amusé et après un regard complice. La salle s'est un peu vidée, Hiram a un peu trop bu, Kida est si proche, il a envie de l'embrasser.

Il ne peut pas alors il reste immobile. “ I’m so sorry, I’m really so sorry, my mum doesn’t like me doing…well, anything that isn’t work I think. And she doesn’t like anyone, so whatever she told you forget it, it doesn’t matter to me either, I meant what I said upstairs and I don’t care what she thinks. ” Il secoue la tête, ça lui fait mal à la tête, il le fait quand même pour la rassurer. “ Don't worry about that. I'm here. ” Il n'a pas envie de repenser à sa mère, son regard dont le souvenir fait encore se dresser sur son corps les poils de ses bras. “ Can I get some of that? ” Elle parle du cocktail d'Adidja et Hiram arque un sourcil, la seule nuit où il l'a vue boire, c'était à Paris et ça s'est plutôt mal fini pour elle. Même si elle doute qu'elle finisse aussi mal avec une seule gorgée de ce verre, quand bien même il est plutôt alcoolisé. “ I think we’ll be able to boost soon, I mean, if you still want to… ” Hiram ne répond pas un instant et puis lentement, ses doigts se détachent de son verre pour tourner la main de Kida. Ce simple contact est un peu stupide et pourtant il lui semble démesurément intime, alors qu'il y a tous ces gens autour d'eux, tous ces gens qui pourraient les voir, les voient peut-être. Il ne fait qu'effleurer le dos de sa main et puis il finit par revenir vers le verre pour le faire glisser vers elle. “ Careful, it's strong.

Kida semble hésiter un peu et finit par apporter le cocktail à ses lèvres et par en avaler une longue gorgée qui font se froisser tous les traits de son visage et Hiram ne peut pas s'empêcher de rire légèrement. Ça lui rappelle son visage pincé à chaque fois qu'elle perdait (quoique rarement) l'arcade et qu'il l'embrassait pour la faire sourire légèrement, comme elle l'a fait avant de rejoindre John et la fête, ses lèvres embrassées trois fois rapidement, Hiram avait l'impression d'avoir le corps entier en feu, et ce n'était pas désagréable. “ Fuck, you're so hot, I wish we were alone right now, ” marmonne-t-il en l'observant avec des yeux brillants, il sait qu'il a un peu trop bu et que c'est stupide et il se détourne rapidement avant de croiser le regard de Kida, s'adossant au comptoir pour observer la fête, sa fête à elle. “ Of course I still want to come home with you. I need to eat something first. But then I'll eat you- Hiram! You wouldn't believe- oh! Sorry, oh Merlin, I'm so sorry, ” fait Solene en rougissant et se cachant derrière ses mains en voyant Kida, alors qu'elle était déjà en train de taper sur l'épaule d'Hiram d'un air frénétique. “ It's fine. What happened? She- Hiram she kissed me ” (elle murmure le verbe en se penchant vers Hiram mais continue le reste à voix haute) “ on the lips like in the photobooth, I can't believe it, I know you said we'd share a cab to that place near Charing Cross where Roy's having that party... Suck my dick, Roy, I'm not going anymore. Ok! Cool! Uh, you have other plans, or...? ” Elle tourne les yeux vers Kida avec un petit sourire, puis vers Hiram de nouveau. “ You don't mind?Get it, hoe. Fuck off. ” Elle frappe sa main dans celle qu'il lève, ceci dit. “ Thanks for bringing me. Yeah, yeah, off you go now. We were in the middle of something you see.Sure! Have a good night! Kida, the album was amazing, all the best, take care! ” Il l'a rarement vue aussi enthousiaste, même quand ils sortaient ensemble, et la suit du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse; il finit par se retourner pour faire face au comptoir, son épaule à quelques centimètres de Kida. “ So what were we saying? Ah yes, me eating you ou- Kida. PR. ” Hiram se met à sourire légèrement quand ils se font une nouvelle fois interrompre, par John cette fois. Il reprend son cocktail de la main de Kida pour en boire une gorgée innocente en tournant les yeux vers l'agent de Kida. “ I'll listen to the album again, ” fait-il simplement, laissant l'agent parler avec son employeur avant de se diriger vers l'un des listening booth.

Tout le monde est en train de se socialiser, il n'y a pas de file cette fois, et quasiment personne dans les différents booths. Il est tout seul dans le sien et il s'allume une cigarette, dont il annihile au fur et à mesure la fumée avec sa baguette, se laissant bercer par les voix d'XO en sirotant la fin de son cocktail trop sucré à son goût mais suffisamment alcoolisé pour qu'il ne s'en plaigne pas.
Hiram ne sait pas ce qu'il fiat. Il ne sait pas exactement ce qu'il a promis à Kida, ce qu'elle lui a promis non plus. Il n'a pas envie de définir ce we entêtant qu'ils ne cessent d'utiliser mais d'un autre côté... ça lui fait presque peur de rester dans ces eaux troubles et fourbes, il se connait, il ne sait déjà pas à quoi s'attendre. Il sait juste qu'il aime l'embrasser et passer du temps avec elle et son visage qui se froisse et quand ils partagent un secret alors que le reste du monde l'ignore (enfin pas vraiment, mais ils ne sauront jamais entièrement et ça semble suffisant).

Hiram ignore combien de temps a passé quand Kida le trouve, tire le rideau isolant le booth du reste de l'évènement; il a fini par rouler un joint et lui adresse un sourire coupable en la voyant, baissant sa baguette autrement occupée à se débarrasser de la fumée après l'avoir fait prendre des formes drôles. “ Your place or mine? ” demande-t-il simplement, en tendant la main pour qu'elle l'aide à se relever; ses doigts s'attardent un instant contre les siens avant de les lâcher quand ils sortent du booth, le joint éteint disparaissant dans la poche de sa veste.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 576
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram sourit et  Kida se convainc que sa mère ne lui a rien dit de trop grave, qu'elle n'a pas tout gâché. He likes you of course. Elle se demande si elle n'a dit ça que parce quand dans son esprit tout le monde doit l'apprécier, même si ça ne veut pas dire qu'elle doit les aimer en retour, ou si c'est autre chose qui a provoqué cette remarque. Hiram est encore là, c'est ce qui importe le plus ceci dit. Elle s'excuse quand même, inarrêtable, parlant probablement un peu vite et évitant son regard avec un peu trop d'obstination, mais il secoue la tête, s'empresse de la rassurer.  “ Don't worry about that. I'm here. ” Elle se demande si elle doit ça à John, s'il a essayé de de réparer ce que sa mère a cassé. Ou si c'est juste Hiram qui n'a pas sauté sur une occasion pourtant dorée de fuir. Cette fois-ci, même si elle en aurait eu le cœur véritablement brisé, elle aurait compris. Et ça lui semble tellement improbable qu'il soit resté, qu'elle-même demeure un peu fébrile, incertaine, s'intéresse plus à son verre qu'à lui. Elle se doute qu'il y a de l'alcool dedans, mais elle s'en fiche un peu, au contraire c'est peut-être ce qu'elle cherche pour mettre les évènements les moins sympathiques — sa dernière entrevue avec sa mère notamment — de la soirée derrière elle. Pour se concentrer sur la suite, sur lui, s'il veut encore d'elle. Il ne répond pas tout de suite et elle s'imagine qu'il songe sérieusement à emprunter l'énième porte de sortie qu'elle lui laisse. Il doit s'ennuyer terriblement ici. Il doit en avoir marre de l'attendre à des soirées nulles. Les yeux rivés sur le comptoir pour ne pas le regarder, elle capte immédiatement le mouvement de ses doigts qui lâchent son verre pour s'approcher de sa main, la retourner, en effleurer le dos. Kida reste très immobile consciente qu'elle devrait s'écarter, que c'est peu, mais que c'est trop. À Paris ça serait passé. Ils étaient au milieu de VIPs et professionnels de la mode internationaux, le #kidiram un concept probablement tout à fait inconnu pour tous. Ici c'est différent. Sa mère n'est plus là, mais il y a les fans qu'elle a invité, pour ne citer qu'eux. Kidasbae notamment qui semble détester Hiram avec passion pour l'influence qu'elle s'imagine qu'il a sur elle. Elle le laisse faire ceci dit, incapable de se forcer à se détacher, incapable de ne pas sourire légèrement, focalisant son énergie à essayer de ne pas attraper ses doigts. Elle suppose que c'est la réponse dont elle a besoin. Il est là et c'est pour elle. Rien a changé. Elle en soupire presque de soulagement alors même qu'elle est déçue quand sa main s'écarte pour retrouver le verre et le faire glisser vers elle. “ Careful, it's strong. ” Ses doigts sont hésitants sa moue précautionneuse, quand elle lève lentement le verre vers son visage, reniflant légèrement le contenu inconnu avant de le porter à ses lèvres et d'en avaler une gorgée trop longue pour sa gorge qui prend soudain feu. Elle ne peut pas retenir sa grimace et une moue quand il rit un peu. Elle aime vraiment beaucoup son rire ceci dit, et l'agacement ne tient pas. Une fois la brûlure passée, le cocktail n'est pas mauvais, un léger goût de fruits traine sur sa langue. Hiram a bon goût. “ Fuck, you're so hot, I wish we were alone right now, ” Elle relève enfin les yeux vers lui, sentant ses joues rosir malgré elle, mais il se détourne aussitôt. Elle observe le profil qu'il lui montre soudain, son regard à lui scannant l'assemblée. Elle aimerait pouvoir poser sa joue sur son épaule, effleurer sa joue de ses lèvres et juste observer les invités avec lui. Mais ils se feraient prendre en photo dans cette position sans l'ombre d'un doute. Alors elle ne le fait pas. Elle vient de grimacer, elle ne sait pas ce qu'il la rend hot, il n'a pas bon goût quand il s'agit de filles, d'elle en tous cas, mais elle aussi elle aimerait qu'ils soient seuls. Maintenant. Presque tout le temps, en fait.

Of course I still want to come home with you. I need to eat something first. But then I'll eat you- Hiram! You wouldn't believe- oh! Sorry, oh Merlin, I'm so sorry, ” elle est au milieu d'un sourire en coin tout à fait flustered, quand Solene débarque derrière Hiram, finit par s'interrompre en rougissant et masquant son visage dans ses mains. Kida a du mal à la détester, mais elle est venue avec Hiram, c'est son date, alors, ça lui vient quand même. “ It's fine. What happened? She- Hiram she me on the lips like in the photobooth, I can't believe it, I know you said we'd share a cab to that place near Charing Cross where Roy's having that party... Suck my dick, Roy, I'm not going anymore. Ok! Cool! Uh, you have other plans, or...? ” Kida n'a pas tout compris, mais apparemment Solene a embrassé quelqu'un d'autre, une fille de surcroît et a accouru pour le raconter à Hiram comme une collégienne qui vient d'embrasser son crush, donc elle suppose qu'elle peut abandonner sa jalousie et rendre son sourire à la jolie brune. “ You don't mind?Get it, hoe. Fuck off. ” Le high five qu'ils échangent est attendrissant. “ Thanks for bringing me. Yeah, yeah, off you go now. We were in the middle of something you see.Sure! Have a good night! Kida, the album was amazing, all the best, take care! ” Elle en avait presque oublié l'album, elle se rappelle avoir vu Hiram se diriger vers les booths un peu plus tôt. Il l'a écouté, elle voudrait lui demander ce qu'il en a pensé, si lui aussi, lui surtout, trouve ça amazing, ou même juste bien, mais elle a trop peur de sa réponse et même la gorgée d'alcool ingurgitée ne lui a pas donné suffisamment de courage pour ça. De toute façon Hiram est occupé à regarder Solene s'enfuir et Kida sent son cœur se resserrer un peu jusqu'à ce qu'il fasse face au comptoir.  “ So what were we saying? Ah yes, me eating you ou- Kida. PR. ” Kida ne peut pas retenir le léger rire qui s'échappe de ses lèvres. Moins parce que ça l'amuse qu'Hiram se fasse interrompre de nouveau et toujours au même niveau — mais peu importe parce qu'il va rentrer avec elle et qu'ils auront tout le temps du monde pour qu'il finisse ses phrases et fasse ce qu'il promet —, que parce que les mots d'Hiram et ceux de John sont tellement à l'opposé les un des autres, qu'elle se demande si son agent n'a pas entendu ce de quoi ils parlaient avant d'intervenir. Hiram a un petit sourire sur les lèvres qui étire un peu les coins des siennes aussi et reprend le verre de ses doigts pour en voler une gorgée.  “ I'll listen to the album again, ” elle lui sourit quand il s'en va, laissant son regard traîner un peu trop longtemps dans son dos si bien que John finit par toussoter pour récupérer son attention. “ The night's almost done, bear with it a little longer. You know I don't see the others' agents all up their asses like that, Adi's literally chilling with his twin, Orla is god knows where and Shakira is talking to the DJ as we speak like… Well, maybe I just know how to do my job a little better. ” Elle soupire avant de lui adresser un regard un peu désolé. Pour être honnête, John a endossé les fonctions de bien plus qu'un agent, il est littéralement son life-planner, son attaché de presse, son réveil le matin, son motivateur personnel, son grand frère. Elle une grande équipe autour d'elle Kida, mais le seul sur qui elle se repose véritablement, c'est lui. “ Sorry, love you, I just- I know. ” il pince un peu des lèvres, mais ne semble pas lui en vouloir. “ The journalist you talked to from Witch Weekly? He wants to do a feature about you. You mean XO. No you. Like this project but also your solo stuff. He didn't mention it. Well he did to me. So did someone from Wrolling Stone. What. ” Ça n'est jamais que le magasine de musique le plus lu de Grande-Bretagne. “ I know. Asked me when the EP was coming out, told him I'd go get you. Oh my Merlin, I'm not- He might do a feature on you for the release. Don't say that! I might start sweat-” Il rit et elle lui donne un petit coup sur le bras. Elle a l'impression que ce n'est pas très sympa de penser à ça pendant la soirée de XO. Que ça donne l'impression qu'elle n'est pas impliquée dans la subunit, que ce n'est qu'un moyen de percer seule — c'est un peu le cas pour elle comme pour tous en vérité. Ça n'a dérangé personne qu'elle fasse quelque chose de son côté, ils sont tous soloistes à la base, mais ça dérange le label qu'Everything ait été si téléchargé sans qu'ils n'y soient associés. Et maintenant tout le pouvoir est entre les mains de Kida, elle a fini de tout produire avec Adi, elle a même réussi à achever Harem, sur une note plus amère que prévue d'ailleurs, elle peut littéralement tout poster sur le Talking Mirror quand ça la chante. Gratuitement même si elle le souhaite. Elle n'a jamais eu autant de pouvoir sur sa carrière ceci dit et ça lui fait un peu peur.

Le journaliste de WS est très sympathique, Kida l'aime bien. Ils discutent longuement, du magasine d'abord, puis de l'album qu'il a écouté ce soir, puis du single que Kida a balancé sur les réseaux sociaux sans prévenir.  “ I'm really flattered. I'm just concentrating on XO right now of course. No, of course, I understand. It's just a side project for me, but I'll be sure to send you a copy of it when I do decide do release it. Please do, here is my card. ” Quand il lui serre chaleureusement la main, John est ravi et elle aussi.  Pourtant elle arrive encore à sourire plus grand quand: “ Ok you're free to go now. ” Elle l'étreint brièvement, récupère le sac qu'il fait apparaître d'elle-ne-sait-où et s'éloigne vers le booth dans lequel elle a vu disparaître Hiram. Elle n'a pas perdu son sourire quand elle tire le rideau, au contraire, elle rayonne plus encore, parce qu'elle vient pour le chercher, pour qu'ils s'échappent, pour qu'ils soient seuls. Et elle pourrait presque refermer le rideau sur eux en réalité, surtout quand elle voit son sourire coupable et le joint entre ses doigts. Elle pourrait presque le lui prendre et le glisser entre ses lèvres, s'assoir à côté de lui et finir la soirée ici. Mais il l'éteint et tend sa main libre vers elle, “ Your place or mine? ” elle ne savait pas que ses lèvres pouvaient s'étirer encore plus, mais c'est le cas quand elle attrape ses doigts pour l'aider à se relever. “ Yours. ” Elle a des colocataires et des chiens, elle ne veut s'occuper que de lui ce soir. Leurs doigts sont obligés de s'arracher les uns aux autres quand ils quittent la cabine, mais Kida sait que ce n'est que temporaire. Elle cherche John du regard pour lui demander si elle peut partir, comment surtout ; il y avait quelques photographes quand elle a accompagné sa mère jusqu'à la sortie. Est-ce qu'elle peut monter dans une voiture dans être vue ? Est-ce qu'elle peut monter avec Hiram ? Quelque chose vibre dans son sac et elle sort son pow oublié. Unmarked car at the back. Good night. est le dernier des 182 messages qu'elle a reçu au cours de la soirée. Elle sourit à son pow puis à Hiram et lui fait signe de la suivre. “ Ah wait!. ” Elle devrait songer à le laisser partir d'abord, puis attendre cinq minutes avant de le suivre, elle devrait songer au fait qu'il y a encore des invités quand même et qu'on va les voir partir ensemble. Peu lui importe; des rumeurs il y en a déjà. Elle lui attrape le bras pour l'emmener vers le pop-up shop de merch qui ne vas pas tarder à fermer. “ Hi Tom!Hey Kida! —  Got some giftbags left?No…wait. Hiram right? John came by to make sure I set one aside for you.Make sure he doesn't forget his giftbag, une excuse pour que John puisse aller courir après Hiram, mais son agent ne fait jamais les choses à moitié, il faut croire. Elle offre un sourire ravi aussi bien à Hiram qu'à Tom qui ramène un sac débordant littéralement de goodies xo. “ Premium.” commente-t-elle impressionnée, c'est celui réservé à la famille et aux VIP les plus importants. “ Yup Vinyl with the limited laminated edition, two t-shirts, snapback, mug, tracklist signed by all of you, poster of course, slippers…” Hiram ne va rien porter de tout ça et doit s'en moquer complètement, Kida ne devrait pas être aussi excitée. “ Give him the Legend of the Fall jacket.” Un des articles les plus chers vendus dans le store, presque vide, mais Kida s'en fiche qu'on le mette sur son compte or whatever. “ There's only four of those and I don't know if there's any left…” il s'en va quand même vérifier et Kida tend fièrement le sac à Hiram. “ Just wait 'till I'm gone to throw it all away.Here.” Elle est là, la bomber jacket, absolument parfaite, qu'elle imagine si bien sur le corps d'Hiram et elle est noire excepté le petit logo de xo en blanc devant et le legend of the fall en rouge derrière. La première chanson qu'il a chanté devant elle au Centuries s'appelle — elle lui a demandé une fois chez lui — King of the Fall. Ça lui semble donc plus qu'approprié. “ That was the last one.” Elle récupère la veste pour lui et lui fait signe de la suivre cette fois pour qu'ils s'échappent enfin.

Oh! ” fait-elle alors qu'ils ne sont encore que dans un couloir mal éclairé. C'est par cette même porte un peu cachée qu'elle est entrée le matin même pour découvrir les lieux et s'y faire photographier donc elle sait où elle va. “ Do you still want my number? ” Elle joue nerveusement avec son pow dans ses mains, la veste en équilibre sur son avant bras et, semblant soudain se rendre compte qu'ils sont seuls, attrape ses doigts pour ne plus les lâcher, même quand elle monte la première à l'arrière de la voiture noire qui les attend. “ You said you wanted food first? Where should we stop? ” Le chauffeur attend patiemment, et elle tend à Hiram son miroir de poche une fois qu'il a donné une direction et que la voiture démarre. “ Just put in yours and call yourself. ” Elle ne devrait décidément pas être aussi excitée et impatiente pour un simple numéro, quand elle en a vraiment beaucoup dans son répertoire, qu'elle est nulle pour envoyer des messages la première, ou tout court en vérité et que de toute façon Hiram elle l'a sous les yeux, et avec elle et pour elle jusqu'au lendemain matin au moins. Mais justement, cet échange, ça veut aussi dire que ça n'a pas besoin de finir demain. Que ça peut durer. Qu'ils voudraient que ça dure. Quand il a fini, elle ne reprend même pas son pow, le laisse glisser sur la banquette, alors qu'elle se rapproche de lui, lui embrasse la joue, la mâchoire, effleure ses lèvres. “ I hope you kept that spliff I might need some of it before I hear what you have to say about the album. ” murmure-t-elle contre sa peau, avant de l'embrasser de nouveau jusqu'à ce que la voiture ne ralentisse et atterrisse devant le restaurant choisi par Hiram. Enfin restaurant, un fish and chips sorciers un peu paumé. Il est vraiment tard, la soirée elle-même ayant reçue son lancement à minuit — pour une fois ça veut dire que Kida ne travaille pas le lendemain et qu'elle va pouvoir dormir — mais il est encore ouvert et Kida devine qu'Hiram doit le connaître. “ I'll wait here. ” sourit-elle en lâchant à regret ses doigts. Elle ne veut pas attirer l'attention avec sa robe, quand il ne s'agit pour lui que de commander à manger (pour lui seul) et revenir. Quand il sort elle se laisse aller dos contre la porte, jambes à moitié allongées sur la banquette, attrapant son pow, découvrant avec un rictus amusé le nom qu'il s'est donné dans son répertoire (starboy et elle ajoute un petit   à côté), puis scrollant machinalement dans les messages qu'elle a reçu. Sorry I couldn't come. Was sick . Hope it was wonderful and all that you hoped for. Azadeh will tell me all about it. Elle fixe trop longtemps l'écran de son téléphone, si bien qu'il finit par s'éteindre, se verrouiller tout seul et qu'elle doit le rouvrir du bout du doigt pour s'assurer qu'elle n'a pas rêvé ce message de Shadi. Mais quand il est bel et bien là sous ses yeux, elle fronce les sourcils, son doigt volant au bouton de suppression, alors même qu'elle ne supprime jamais rien et elle ne se retient que parce que la porte de la voiture s'ouvre pour laisser passer Hiram et des sachets de nourriture. Elle ramène ses genoux contre elle pour le laisser s'asseoir. “ I'm really gonna need that spliff. ” fait-elle la bouche pâteuse quand la voiture redémarre pour les mener chez lui. “ Do you have a coke in there? ” L'odeur de la nourriture (du poisson surtout) commence à envahir l'arrière de la voiture et elle a besoin d'une distraction, aussi elle pose une main sur son genou, possessive d'abord, puis séductrice quand elle la fait remonter lentement le long de sa cuisse. “ Eat quickly yeah? So you can get to the eating me out part. ” souffle-t-elle à son oreille.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 536
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Kida a un sourire, un vrai sourire sur les lèvres qui étire le même sur le visage d'Hiram, c'est stupide, tellement stupide, ils ont déjà dits qu'ils allaient rentrer ensemble, c'est même elle qui le lui a proposé... et pourtant il est soulagé quand elle confirme: “ Yours. ” Ça lui va parfaitement — à vrai dire il préfère, de toutes manières, à part aller au studio pour travailler sur l'album, il n'a rien de prévu le lendemain —, il regrette simplement de ne pas pouvoir glisser sa main dans la sienne alors qu'ils commencent à quitter la salle à moitié vide. Il se doute qu'il y a une afterparty ou une party tout court mais personne ne prend la peine de les inviter, tant mieux, ils auraient bien du mal à trouver une excuse pour expliquer leur départ synchronisé. “ Ah wait!. ” Il tourne lentement la tête et se laisse guider par Kida, il n'a pas eu le temps d'aller au pop-up store ou même au photobooth, il y avait trop de monde et il préférait simplement attendre que la soirée se passe en discutant avec Solene et en buvant ses cocktails trop sucrés. Il regarde tous les goodies avec un sourire plaqué sur les lèvres, distrait et un peu high. “ No…wait. Hiram right? John came by to make sure I set one aside for you. ” Ça a le mérite de le surprendre, Hiram ouvre de grands yeux en comprenant ce qu'est en train de lui dire le vendeur de merch. “ Whaaaaaat? Fuck me. ” Il prend le sac que l'autre lui tend d'un air absolument assommé, comme si c'était le plus beau cadeau de la terre — en cet instant précis, ça l'est. “ Premium, ” remarque Kida à côté de lui, et Hiram relève les yeux vers elle. “ I love John? ” dit-il d'un ton interrogateur mais sincère, et un sourire de démon sur les lèvres parce qu'il se doute que l'agent de Kida ne fait pas ça pour lui mais pour elle. Il découvre en même temps qu'on lui décrit les objets à l'intérieur, Hiram a un énorme sourire sur les lèvres. Il adore la merch parce qu'il n'a jamais vraiment eu l'occasion de mettre la main dessus avant de devenir célèbre et riche, et il aime bien l'esthétique de XO en plus. “ Just wait 'till I'm gone to throw it all away. ” Il secoue la tête (il n'a pas trop suivi ce qui se dit, il a véritablement trop bu et un peu trop fumé) en jetant un regard ennuyé à Kida, genre dis pas n'importe quoi. Il ne portera peut-être pas tout en public, mais il va chérir ces cadeaux. “ Here. Holy fuck.

C'est la plus belle veste qu'Hiram ait jamais vu et ça le fait rire que Kida la prenne pour lui et qu'elle soit pour lui et qu'elle soit au nom de son groupe à lui parce que fuck, they're really doing this, uh? Ça le fait vraiment rire et il est aussi super touché (il devient très émotionnel quand on lui offre le moindre cadeau qui n'est pas de la drogue) mais il veut pas le montrer, bien entendu, alors il se contente de sourire très grand à Kida en remerciant l'employé du pop-up store qui les regarde partir d'un air amusé. “ Legend of the fall, ” dit-il en marchant à côté de Kida vers un couloir, son sourire s'approfondissant à mesure qu'ils s'en rapprochent (il a vraiment envie de l'embrasser). “ Cool. ” Quand ils entrent dans le couloir, Hiram est déjà en train de penser à une technique pour la plaquer au mur sans se préoccupper du giftbag, de son sac à elle, et de la veste et est arrêté quand elle semble se souvenir de quelque chose. “ Oh! ” Il arque un sourcil, sans comprendre sa soudaine nervosité. “ Do you still want my number? ” Hiram ne peut pas s'empêcher de sourire tendrement, comme si il allait brutalement lui dire non. “ Yes, ” répond-t-il simplement, comme souvent quand elle pose des questions dont les réponses coulent de sens à ses yeux et que si il pourrait ironiser, il préfère encore qu'elle sache réellement ce qu'il veut.

Ils sont seuls et elle prend sa main, Hiram lie distraitement leurs doigts   en la suivant jusqu'à la voiture, avec toujours ce léger sourire sur les lèvres. “ You said you wanted food first? Where should we stop? Hm... ” Il finit par donner le nom et la rue de cette enseigne qu'il aime bien, ainsi que son adresse sur le Chemin de Traverse pour après. Il pose le sac de goodies à ses pieds quand Kida lui passe son pow une fois le moteur en train de tourner. “ Just put in yours and call yourself. ” C'est une opération un peu délicate vu l'état dans lequel il est mais il ne dit rien, hoche la tête et s'exécute, avant de se donner un surnom dans son pow — starboy — et de mettre l'autre pendant du surnom dans le sien — stargirl. Hiram n'aime pas trop son pow mais ça risque de changer avec le numéro de Kida enregistré à l'intérieur, il ne l'utilise que quand il n'a pas le choix et pour l'éventuel post MSN (généralement motivé par un quickie de Nicky justement, ou du label) promotionnel. Il lui rend son pow une fois qu'il a fini mais elle l'ignore, il sourit en sentant ses lèvres sur sa joue. Leurs mains ne se sont pas lâchées et il caresse lentement le dos de sa main avec son pouce. “ I hope you kept that spliff I might need some of it before I hear what you have to say about the album. ” Hiram lève les yeux au ciel, tournant la tête pour lui voler un baiser sur les lèvres. “ Later, ” promet-il simplement avec un sourire en coin contre sa bouche, se détachant quand la voiture s'arrête. “ I'll wait here. ” Il lui embrasse la joue avant de sortir de la voiture.

La commande se passe rapidement, Hiram est un peu habitué à cet endroit et il connait le propriétaire, ils discutent un peu, il signe même un morceau une serviette pour son neveu en finissant son court message écrit d'une main mal assurée d'un xo. Il ressort rapidement et retourne dans la voiture noire avec un sac en plastique plein de nourriture. Kida a une drôle d'expression sur le visage. “ I'm really gonna need that spliff. ” Il hoche la tête, s'assied sur la banquette alors que la voiture redémarre, posant la nourriture sur ses genoux et cherchant déjà la fin de son joint dans les poches de sa veste. “ Do you have a coke in there? Coke? ” Elle parle de la boisson, comprend-t-il après un instant, et sourit un peu bêtement. “ Oh shit, yeah, sure. ” Il lui a pris à manger et une boisson, bien entendu, hors de question qu'il la laisse s'affamer alors qu'il est dans les parages. Toutefois, ces pensées sont tout à fait parasitées quand elle pose sa main sur son genou et que ses doigts remontent le long de sa jambe. “ Eat quickly yeah? So you can get to the eating me out part. Fuck. ” Il est particulièrement vulnérable quand il a bu et qu'il est high et qu'il a eu envie de l'embrasser toute la soirée et qu'elle est si proche. “ Fuck, ” répète-t-il alors que sa jambe a un spasme quand la main de Kida atteint sa destination; il écrase ses lèvres contre les siennes pour en effacer le sourire moqueur, mettant le sac de nourriture de côté pour glisser une main dans sa nuque et l'attirer à lui. “ You know the deal tho, ” marmonne-t-il en se détachant à peine, ses dents cessant de mordiller la lèvre de Kida pour lui offrir un sourire angélique. Head for food.I got extra fries so we could share. ” C'est un peu compliqué de garder un visage sérieux et déterminé quand elle a toujours la main posée sur lui qui le caresse à travers son pantalon, mais Hiram tient bon, venant embrasser sa joue et sa mâchoire et son cou puis ses lèvres pour en effacer la moue éternelle dès qu'il question de nourriture. Au tour d'une des mains d'Hiram se de poser sur sa jambe, effleurer l'extérieur de sa cuisse sous l'ouverture de sa robe, plus pour attirer son attention qu'autre chose. “ Nicky wants to put me on a diet anyway, so I swear there won't be any fries involved... ” Il vient embrasser son cou, le lobe de son oreille finit légèrement entre ses dents joueuses. “ ...next time.

Next time. Il faut qu'il y ait une prochaine fois, et une fois encore après si possible. Il le faut et c'est ce qu'il lui promet quand il se détache, embrassant rapidement sa bouche avant que sa main ne quitte la peau nue de sa jambe, venant plutôt séparer la main  posée sur son entrejambe qui le rend fou (et dur). “ There'll be plenty of eating out later, ” promet-il néanmoins quand la moue boudeuse ne disparait pas, qui devient presque paniquée quand après lui avoir mis son Diet Coke dans les mains, il ouvre sa boîte de fish and chips qui croule littéralement sous les dernières. Il devrait peut-être attendre qu'ils soient de nouveau en train de rouler au sol (il n'a pas remarqué que la voiture avait décollé) ou même chez lui pour manger mais il a trop faim, à la place il sort le joint et le rallume après l'avoir glissé entre les lèvres de Kida, avant de lui donner son avis sur l'album. Il fait bien attention à ce qu'elle mange quelques frites au moins (quoique ce ne serait pas très dur de le duper quand il est dans cet état-là, et encore moins alors qu'il parle de toutes ses pensées sans utiliser aucun filtre en mangeant lui-même). Il ne connait pas le nom des chansons mais elle l'aide un peu, il a réécouté l'album tout seul mais il était déjà un peu ivre et high, il se souvient vaguement avoir formulé des avis silencieux sur certaines choses ceci dit. “ You can be very proud. I know that I am, ” fait-il très sérieusement en pointant une frite dans sa direction. Hiram a vite fait de finir le poisson, ceci dit, et il ne prend même pas la peine de finir les frites en remettant la boîte dans le sac; Kida semble presque soulagée quand il revient l'embrasser avec un léger sourire sur les lèvres, avant de lui prendre le joint des doigts pour tirer dessus aussi. Il finit par fouiller dans le giftbag pour en sortir la casquette avec un sourire satisfait, la mettant sur son propre crâne avant de se retourner vers Kida pour récolter son avis. “ I'm a die hard XO fan now, ” fait-il avec un sourire en coin. “ Does it turn you on, me wearing your merch? ” Au même moment, la voiture s'arrête sur le toit de son immeuble et Hiram se sent sourire un peu plus. À ce rythme, il ne va pas tarder à découvrir la réponse à sa question bientôt.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

(wizpride) you could have been that lonely star † hitdat#5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rigel ☆ The lonely star
» Star Wars Pocket Models TGC
» sable, caniche star
» [Partenariat] Star Wars: Clone Wars Rpg
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres :: Chemin de Traverse :: Whitehorn
-