Partagez | .

sujet; STAN #1 + better days
MessageSujet: STAN #1 + better days   Mer 5 Juil 2017 - 2:23

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : disponiiiible
‹ inscription : 12/06/2017
‹ messages : 368
‹ crédits : skate vibe
‹ dialogues : indianred


‹ âge : vingt-et-un ans
‹ occupation : batteur titulaire des chudley cannons
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : scolarisé à Mahoutokoro, élève étranger à Poudlard en 2000-2001
‹ baguette : bois de charme, épine du monstre du fleuve blanc, 26 centimètres
‹ gallions (ʛ) : 501
‹ réputation : joueur prodige, il est connu pour la traînée rouge qu'il laisse derrière lui quand il vole, on l'appelle red streak + connu pour être un éternel optimiste
‹ particularité : il est maître de l'air et maîtrise donc cet élément, plutôt bien d'ailleurs.
‹ faits : né à séoul en corée + sa mère, haneul park, était joueuse dans l'équipe nationale de corée du sud + elle est décédée quand il avait six ans + il a grandi avec une belle-mère absolument nulle (perverse narcissique et abusive) + a été en voyage scolaire à Poudlard en 2000-2001 et n'a pas quitté le royaume-uni depuis + a été pendant trois mois le batteur remplaçant des tutshill tornados + le titulaire, jaloux, l'a agressé et a bousillé son bras + yohan est en rééducation depuis septembre 2001 + a étudié au SAWL center pendant trois ans + a travaillé dans une salle de sport le soir pendant ces mêmes trois ans + a été sélectionné en mai 2004 par le coach Mantilla pour devenir le batteur titulaire des canons de chudley

‹ résidence : il vit en colocation avec nao chang et nina zabini, ses deux meilleurs amis.
‹ patronus : il n'en a jamais formé.
‹ épouvantard : devoir renoncer au Quidditch à cause d'une blessure ou d'un accident. le souvenir de son agression est toujours vif dans son esprit.
‹ risèd : mika rhee, dont il est profondément amoureux depuis près de neuf ans maintenant.
Voir le profil de l'utilisateur
even likeep your head up and try to keep the faith, and pray for better days
(09:22) Il n’est pas ce genre de mec. Il n’est plus ce genre de mec. Se réveiller dans des draps qui ne lui appartiennent pas, sentir le parfum d’un ou une inconnu(e) aux premières lueurs du jour, sentir un bras possessif enroulé autour de sa taille… Ce n’est plus lui, tout ça. Depuis qu’il a repris l’entraînement, Yohan est plus sérieux, et moins désespéré, il ne fait plus ces choses-là. Yohan est heureux. Il n’a pas besoin de se perdre dans ces bêtises éphémères, plus humiliantes qu’autre chose. Il n’est plus ce genre de mec.
Sauf aujourd’hui, apparemment. Le soleil le force à ouvrir les yeux et ramène avec lui une vague de souvenirs de la veille. La soirée mondaine, la foule et la chaleur de la piste de danse, l’odeur du champagne. Tout a commencé par les premières notes d’une chanson qu’il adore, et par un regard à ce mec qui connaissait aussi les paroles par coeur. C’était sympa, normal. Ça aurait dû rester normal. Yohan aurait dû savoir, il aurait dû laisser sa raison prendre le dessus, au lieu de se laisser entraîner dans les rues de la capitale, tout sourire, un peu naïf, et surtout terriblement désespéré. Ils ont beaucoup ri, couru, et il n’avait plus la moindre once de raison quand ce sublime violoncelliste l’a plaqué contre un mur et a posé ses lèvres sur les siennes.
La journée de la veille n’a pas été une bonne journée. Lynch l’a poussé dans ses retranchements. Nao avait toujours cet air sombre sur le visage. Son père a annulé sa venue en Angleterre parce que Sujeong n’est pas assez en forme pour voyager, en ce moment. Le serveur du coffee shop a écorché son prénom deux fois. Un vélo lui a foncé dessus alors qu’il rentrait chez lui pour se préparer, ce qui l’a envoyé malgré lui se coller dos à un mur le temps de reprendre son souffle et de chasser les souvenirs qui sont remontés. En éternel optimiste, il s’est dit que tout ne pouvait pas être noir, que la soirée relèverait le niveau. Il y est allé sans grande motivation mais avec un sourire aux lèvres, certain que la vie réserve de belles surprises aux moments où on s’y attend le moins. Mais aucune surprise n’est arrivée. Juste un post de Mika sur MSN, aux nuances de bleu trop évidentes pour tromper qui que ce soit. Alors Yohan a pris le verre de trop.
Et maintenant, il se sent sale, il se sent débile, et il doit trouver le moyen de sortir de là avant que l’autre ne se réveille. Ça lui donnerait presque envie de pleurer.

(13:28) Sorry for yesterday night, something came up. C’est le quickie qu’il a envoyé à Even, avant de se rendre compte que c’était débile d’envoyer un message comme ça. Y’a rien de mieux pour inquiéter ses proches. Something came up, c’est le genre de truc qu’on dit quand quelque chose d’important est arrivé, quelque chose dont on ne veut pas parler par sms. On dit ça quand c’est grave, problématique. C’est froid, et distant. The party lasted longer than expected! Nothing to worry about! a-t-il envoyé ensuite, pour corriger son impair. Hope you’re not mad! Il avait promis de rejoindre les gars après sa soirée mondaine (il s’enfuit en général aux alentours de vingt-trois heures, un peu saoulé par l’ambiance - il n’aime les soirées que quand il peut les partager avec ses amis), pour marathoner les premiers épisodes d’une série moldue apparemment très cool, dont il ne se souvient pas du nom. Ils ont sûrement regardé sans lui. Yohan s’en veut beaucoup. Il sait qu’Even n’est pas bien, en ce moment, et il a vraiment l’impression d’avoir abandonné son ami au moment où il avait le plus besoin qu’on soit à ses côtés. Il est vraiment indigne. Il ne sait même pas comment le champagne et sa journée un peu nulle ont pu lui faire oublier tout ça aussi facilement. Est-ce qu’il est en train de devenir égocentrique ? Il a horreur de ça. Il ne manquerait plus qu’on pense qu’il prend la grosse tête. Vraiment, il se déteste. Il faut vraiment qu’il se fasse pardonner.

(18:37) Comme Even ne répondait pas, Yohan a commencé à s’inquiéter. Et comme ce n’est pas vraiment dans les habitudes du jeune Li d’ignorer ses quickies, son hypothèse privilégiée a été : il est en colère contre moi. Il a donc attendu (im)patiemment la fin de l’entraînement pour aller acheter des viennoiseries délicieuses dans une boulangerie française, et filer chez Mika et Even dans l’espoir que les choses ne soient pas irréparables.
Il cache son visage derrière le sac de viennoiseries quand il sonne à la porte, en espérant que cette vision mettra celui des deux qui ouvrira dans de bonnes dispositions (si c’est Mika, Yohan ne se fait pas trop de souci : il est beaucoup trop facile à soudoyer). La porte s’ouvre, et bien qu’il ne puisse pas voir qui a ouvert, Yohan comprend que c’est Even en reconnaissant son jean tout déchiré à cause du skate. « I’m a terrible person. » dit-il précipitamment, ne laissant même pas au Li le temps de dire quoi que ce soit. « And I’m a terrible friend. » Il serre les dents. « I should have texted at least, I have no excuse, and I’ll do whatever I have to to redeem myself. » déclame-t-il dans une tirade en ne se laissant même pas le temps de respirer. « I’ll be your slave until dawn. » Puis il prend conscience du double sens de ce qu’il vient de dire, et abaisse le sac qui était toujours devant son visage. « Hum… Well… Not in that way. » se reprend-t-il avec un rictus au coin des yeux. Il hausse les épaules. « Unless... you want to? » plaisante-t-il en jouant des sourcils.
Avec un peu de chance, ça aura suffi à le remettre dans les bonnes grâce de l’ami qu’il a lâchement abandonné la nuit dernière.

• • •


DANCING ON MY OWN

should I give up or should I just keep chasing pavements even if it leads nowhere ? would it be a waste?

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: STAN #1 + better days   Lun 17 Juil 2017 - 23:17

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : dispo !
‹ inscription : 29/01/2017
‹ messages : 766
‹ crédits : neo venus.
‹ dialogues : sienna.


‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ madelaine petsch ; calixe Davis w/ audreyana michelle; ardal ollivander w/ matthew daddario ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook.
‹ âge : 18 yo (19.12.85).
‹ occupation : ancien élève de Mahoutokoro, 1er cycle achevé au RU par correspondance (vitmagic). désormais étudiant à la WADA cursus Arts visuels. jobbe en tant qu'animateur au CEPAS en semaine et au dirico express le samedi (club d'art pour une ribambelle de gosses qu'il adore).
‹ scolarité : 1992 à aujourd'hui.
‹ baguette : cerisier, 27cm, écailles de kappa.
‹ gallions (ʛ) : 1109
‹ réputation : party boy, slut assumée, toujours partant pour des hook up sans signification et probablement un brin obsédé par le sexe, sans limite, dork en compagnie de ses potes, skater taré, doué avec les gosses, artiste prometteur.
‹ faits :
personnalité:
 



steven jiélùn li, dit evenpyrokinésiste • il porte le nom de sa mère, sorcière pangcah (taïwanaise), plutôt que le "Matsuoka" hérité de son père (japonais) • il a 4 soeurs • tyrannisé à l'école, il a fait une tentative de suicide à 13 ans et est encore aujourd'hui terrifié par le vide. • il a un soft spot pour les gosses mal aimés de son club d'art. • sa famille paternelle est propriétaire de Shape the Future (grand groupe spécialisé en technomagie), où sa mère travaille en tant que directrice marketing de la branche brit. son père a délaissé l'entreprise familiale au profit de sa passion pour l'art et est désormais directeur de la Wada. sa soeur aînée est créatrice de mode, la cadette ingémage chez des concurrents, tandis que les deux dernières sont encore aux études.

vu par le monde:
 


il a toujours un appareil photo, des multiplettes ou un pinceau au bout des doigts • big softie sous ses allures punk • aime être sous les feux des projecteurs lorsqu'il est dans son élément mais devient socially awkward et mal à l'aise avec les gens aussitôt qu'il doute de lui-même. • praise kink • il préfère cependant se tenir derrière la caméra plutôt qu'être mis en avant. • dents de lapin, sourire de bunny. • veut devenir photographe pro. • poste des cover de chant et de danse sur son msn pour satisfaire ses autres passions. • trop d'alcool, trop de sexe, trop d'orviétan, trop de boissons énergisantes. il ne peut pas s'empêcher d'abuser, bien qu'il ait vu sa sœur Lily frôler la mort à cause d'une overdose. • ses potes et lui sont adeptes de bodypainting et font office de toiles humaines les uns pour les autres. • a l'air mort quand il dort. • infoutu de cuisiner, vit de bouffe à emporter et de gras de fast food. • passe un quart de son temps au skatepark, un autre à l'Espresso Patronum, et sèche beaucoup trop les cours pour son bien. • il a un caméléon (kowalski) et mickey et lui ont adopté d'autres animaux, dont un hérisson et un chien.
‹ résidence : vit au Sawl Yard, dans un appart pour deux avec son bff Rhee Min Ki (aka Mickey), rentre chez ses vieux un week-end sur deux environ.
‹ patronus : un kappa, encore une fois. Son animal totem, décidément : très protecteur de son territoire.
‹ épouvantard : ses proches privés de mémoire. Depuis qu'on leur a rendu un Shin tout sauf lui-même, Even s'aperçoit qu'être totalement oublié par quelqu'un qu'on aime est presque aussi terrible que le perdre à jamais... ou peut-être pire.
‹ risèd : quelque chose ayant trait à son paternel, probablement, mais Even préférerait crever plutôt que l'avouer.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6592-even-human-soul-on-fire
Stan + better daysNo one knows it's just a pose, eyes dry, tears in your heart. laughing on the outside, crying on the inside

10juillet hYUNg tU VIENs ?????? Alors ? Il est en chemin ? Mickey demande en émergeant finalement de son atelier, non sans qu'Even ait tambouriné contre la porte pour l'en tirer. A vrai dire la soirée organisée en dernière minute, par-dessus des plans déjà formés, a été une impro dans ce seul et unique but : arracher Mickey au démons que le plus jeune prétend ne pas le voir enlacer, refuser de lâcher. Et quoi de mieux qu'une soirée entre potes pour ça ? Pour le rattacher aux vivants. C'est un peu messy, mais c'est pour la bonne cause, et il a passé les deux dernières heures avec les pouces glués à l'écran-miroir de son pow le temps de contacter tout le monde, de déterminer qui emmènera qui, qui apportera quoi à bouffer, quel programme contenterait tout le monde, etc etc. Après sondage, le choix s'arrête sur un truc cosy : boissons, bouffe et nouvelle série tv (moldue, donc) à choisir une fois sur place. it's gonna be chill, beer & netwich. u don't need to bring anything, il envoie rapidement à Yohan tandis que Mickey et lui poussent la table de la salle à manger contre un mur pour faire de la place, balancent des coussins au sol pour compenser le manque de place sur le canapé et sortent leur incontournable réserve de snacks et malbouffe. Les autres apparaissent au fur et à mesure et bientôt, le petit salon s'emplit d'éclats de rires qu'Even capte depuis la cuisine, où il s'est éclipsé pour continuer de bombarder Yohan sans inquiéter les autres. T'es en route ?? Grouille s'tu veux avoir ton mot à dire sur la série. Message vocal cette fois. Abrupt — à vrai dire il commence à être inquiet, un peu, parce que ce n'est pas son genre à Yohan de faire le mort. Il a toujours l'air d'avoir le moral et parvient toujours à se libérer pour les autres et pas une seconde Even ne se demande s'il a peut-être trop tendance à le considérer comme acquis. A penser qu'il sera toujours là qu'il vente, pleuve, tempête ou que le reste du monde s'effondre autour d'eux.

Je vote pour the L Word, Hazel suggère en s'admirant les ongles au moment où il rejoint les autres. Une série de "oh c'est quoi ?" fuse et il grommelle à son tour : Pas un truc de chats roses j'espère, méfiant. Nina de glousser dans sa pomme, Un truc de chattes, plutôt, ce qui fait Hazel afficher une tête trop bizarre : commissures des lèvres qui frémissent comme pour contenir un rire et tout à la fois, cet air de sacro-sainte Vierge outrée qu'elle lui sert à lui à chaque fois qu'il fait une blague tendancieuse ou parle carrément cul. Ooooh ? Ça le rend curieux, alors comme les autres il sort son pow pour questionner TM, mais — No fucking way, Nao proteste d'un ton définitif qui n'accepte aucune contradiction. Et pour cause : à en croire les résultats de la recherche, c'est un truc de lesb. Even éclate de rire mais ne soutient personne dans la guerre de protestations qui éclate tandis qu'il s'assied sagement aux côtés du chinois. Hazel pince les lèvres un peu, mais il lui attrape un pied pour le masser histoire qu'elle ne se sente pas délaissée (et lève les yeux au ciel parce qu'elle est de toute façon agglutinée à Nina alors de quoi se plaint-elle ??) et ne le rerererererebloque pas sur msn. Hyung allait bien à l'entraînement ? Il demande, et c'est lisse, policé même, comme souvent depuis qu'ils se sont """réconciliés""" en tant qu'amis. Ils marchent sur des œufs, clairement ; c'est dur de s'ajuster mais Even a promis : finis les coups bas, les pétages de câbles. Il est toujours aussi misérable, parce qu'avoir Nao si près sans pouvoir réellement l'approcher est une torture, mais l'ambiance du groupe est bien meilleure à présent et... c'est l'essentiel, non ? Hm... je crois oui, pourquoi ? Il s'est passé quelque chose ? Non non, j'me demandais juste- mais il a ce truc là, une réception ou quoi, peut-être qu'il est retenu là-bas. Il fixe son pow sans trop le voir, sourcils froncés, frustré, et puis le range pour se concentrer sur l'échange. Je vote Bae Watch, Nao suggère tout haut, de retour sur le ring de la quête de sx²érie. Hazel intervient aussitôt en le fusillant du regard : On a dit série moldue.
Nina confirme d'un simple Vrai, assorti d'une moue navrée à laquelle il répond par un air choqué déçu parce que trahison disgrâce. Beck ? Qui parle de... ? Mickey intervient pour la première fois depuis un bon moment, l'air complètement ailleurs. Ailleurs- dans son atelier probablement, et le cœur d'Even se serre tandis qu'il se demande, non pour la première fois, si l'en éloigner n'est pas plus cruel que généreux et quelle serait la technique de sevrage la plus appropriée. D'un collégien, Tanaka, qui- Non. Le refus d'Even claque vraiment durement, rien à voir avec le ton qui a régné jusque-là, et les regards se tournent vers lui avec surprise ; le seul qui diffère est celui de Mickey, Mickey qui sait et qui se redresse brusquement, le front traversé par un pli soucieux. Even évite de croiser ses yeux (il se déteste un peu. Se déteste de sentir son sang se geler dans ses veines pour un bête nom de famille, se déteste pour l'amalgame qui le met sur la défensive et qui fait s'affoler son cœur et se crisper ses mains, se déteste d'inspirer de l'inquiétude à Mika alors qu'il voulait l'aider à se détendre, mais c'est plus fort que lui). What, j'ai même pas encore raconté l'histoire ? Elle comprend pas ou elle le fait exprès ? Pourquoi elle insiste ? Even devrait réfléchir mais à la place, il s'emporte. Ouais bein on s'en bat la race de l'histoire de ton fucking Tanacon- Hey. Don't talk to her like that. Ça le fait taire net et tourner ses prunelles brûlantes vers celles, fermes et froides, de Nao, qui semblent lui souffler I'm not gonna put up with your bullshit, okay ? En temps normal il aurait continué de protester jusqu'au bout, toujours réticent à lâcher le morceau, mais entre eux tout est encore trop fragile. Fine. Il se relève, mouvements secs ne masquant rien du torrent de lave qu'il se retient difficilement de laisser déborder. Il entend vaguement Mickey dire C'est rien, juste- mettez autre chose ok ? Peu importe quoi mais juste. Autre chose, d'une voix lasse avant de le suivre dans le couloir plongé dans la pénombre. Gaffe, tu vires emo, il tente de plaisanter en enroulant ses bras autour de sa taille, torse contre le dos d'Even qui se laisse aller contre lui pour puiser le réconfort que ne manque jamais de lui offrir sa chaleur familière. Damn, c'est lui qui devrait faire ça pour Mika. C'était le but de la soirée. Où est Yohan ? S'il avait été là il aurait su changer de sujet avant qu'Even ne s'emporte, mieux encore : il aurait su de quoi parlait la série et serait intervenu avant qu'il n'y ait de quoi s'emporter.

Mais il ne répond pas aux putains de quickies. Ni aux messages vocaux. What the hell ?

Even se retourne dans l'étreinte, pour faire face à son meilleur ami et que le réconfort soit donnant-donnant. Ou pt'être que j'ai juste fait semblant pour t'entraîner dans un coin sombre, et que t'es tombé dans le piège à pieds joints. Il s'essaye à un timbre léger, même si l'autre n'est probablement pas dupe, parce que sa gorge nouée et son besoin de tendresse le trahissent. Tout va bien babe, t'es en sécurité, il lui glisse à l'oreille, tout bas. Even se déteste encore un peu d'avoir besoin de ça pour se détendre. Et toi t'es pas seul hyung, il offre en échange. Alors reste avec moi d'accord ? Avec nous. Elle a eu son temps. Elle est le passé, maintenant, et Even ne peut pas le dire à voix haute, parce que ce serait cruel, mais il est temps d'enterrer Blue. Pas de réponse, mais la sonnette retentit et — Ah c'est toi, il accueille platement, l'adrénaline qui l'a poussé à ouvrir la porte en grand retombant lorsqu'il reconnait Lily plutôt que Yohan. Waouh, cache ta déception. Sa jumelle lui fait un hairflip en pleine face et le pousse pour entrer et rejoindre les autres au salon.

Cool. Et toujours pas de nouvelles de Yohan.

Mickey est encore plongé dans il ne sait quelles pensées noires lorsqu'ils retournent s'asseoir avec les autres, alors Even s'installe plutôt au sol devant lui cette fois, tête calée contre son genoux en guise de soutien moral. J'suis okay pour Bae Watch. Tempe posée sur ses bras qui entourent ses genoux relevés, Even échange un bref coup d’œil avec Nao pour lui signifier que le soutien est volontaire. Excuses tacites pour tout à l'heure. Mais Nina est salée, à juste titre cela dit. Ouais ? Okay pour moi aussi alors. J'aime que mon best friend puisse se rincer l’œil en matant son bias au corps de rêve. Clin d’œil au concerné bien que le message soit pour Even. Even qui se retient de lever brusquement la tête, de bouger quoi que ce soit, mais dont la posture se crispe irrémédiablement. Et Nao, il détourne les yeux sans démentir, en se mordillant la lippe d'un air coupable, rongeant le petit sourire que lui inspire la pensée de son bias. Et Yohan n'est pas là. Et Even a l'impression que sans lui la cohésion du groupe vole un peu en éclats. Ding ding ? Moldu ? On n'a qu'à regarder la version moldue, alors. Baywatch. C'est celle que Gege préfère, Pam Anderson lui vend du rêve avec ses énoooormes bouées, à côté la meuf de la version sorcière est quasi plate. Il sait qu'elle l'a fait exprès et il adore sa jumelle parce que les yeux de Nao sont en train de le transpercer à présent et qu'il peut plaider non-coupable. Il évite soigneusement de rendre son attention au chinois, se concentre plutôt sur sa sœur pour répondre avec un entrain surjoué : Oh, oui. C'est un pur navet mais il en vaut la peine, rien que pour voir rebondir les boobs de cette meuf- aïe ! Coup de pied de Mickey logé dans son dos et lèvres pincées qui disent j'sais ce que tu fais. Tone it down.

La séance se passe bien au final, ils rient et se facepalment plus qu'autre chose mais Even n'a pas besoin de faire semblant pour se retrouver fasciné et même les disgustin que lâche Nao ici et là ne le font pas culpabiliser.
Ils sont amis.
Donc il est libre de mater toutes les poitrines qu'il veut.
Et est Yohan, bordel ? C'est pas pareil sans lui, mais c'est surtout son silence radio qui laisse une sensation de malaise persistante crépiter au creux du ventre d'Even jusqu'au lendemain.

I’m a terrible person. And I’m a terrible friend. Oh, so you're alive, Even réplique d'une voix qui traine un fond de reproche difficile à nier, bras croisés. Il est pas vraiment en colère, en réalité c'est plutôt une belle dose de soulagement qui se propage dans ses membres, là tout de suite. I should have texted at least, I have no excuse, and I’ll do whatever I have to to redeem myself. Pas l'temps d'en placer une qu'il embraye sur un I’ll be your slave until dawn qu'Even prend au premier degré, parce que le sens principal dans son monde à lui est forcément le plus tendancieux. Et alors qu'il écarquille les yeux, Yohan se émerge enfin de derrière les sacs de papier qui exhalent une odeur exquise ; taquin : Hum… Well… Not in that way. Unless... you want to ? HYUNG ! il éclate de rire, ouvre un peu plus grand pour le laisser entrer. I should take you up on that offer, quidd players' butts are exquisite. Commentaire accompagné d'une claque (puis d'un coup de pied, délicatesse à la Li) sur la fesse tandis que l'aîné se glisse à l'intérieur. Y'a Mickey affalé sur le comptoir, un peu trop bu la veille au soir, mais il fait l'effort d'adresser un signe de main malgré son agonie et se laisse tenter par l'une des douceurs emmenées par Yohan avant de retourner se crasher dans le lit d'Even.

Summers are still hard for him, Even commente après son départ, autour d'une grosse bouchée de viennoiserie française. Les meilleures. That's why I wanted to cheer him up last night. Where were you ? No bullshit this time. Il a du mal à croire cette histoire de party, d'où l'insistance ; cela dit, si Yohan affirme que c'est vraiment son alibi, alors ok, Even le croira. C'est juste bizarre ? Il n'y reste jamais bien longtemps d'hab, encore moins quand il peut plutôt passer une soirée avec les potes. We missed you, il offre en tout cas en plissant un peu le nez, dernières traces d'insatisfaction, qui s'étiolent lorsqu'il se fend d'un grand sourire plein de dents. Thanks for the treat tho, you're the best. C'est vraiment l'appart du Duo De Gueux Qui S'laissent Toujours Acheter Par La Bouffe. J'allais faire un tour dans une arcade moldue, ça t'dit ? Il avait prévu de s'y rendre avec Mika, mais mieux vaut que le Rhee soit tranquille pour récupérer un peu.

• • •

I CAN'T FALL IN LOVE WITHOUT YOU
we're not nothing • don't feed me scraps from your bed, I won't be the stray coming back just to be fed. just pretend that you want me and be my babe.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: STAN #1 + better days   Dim 13 Aoû 2017 - 19:15

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : disponiiiible
‹ inscription : 12/06/2017
‹ messages : 368
‹ crédits : skate vibe
‹ dialogues : indianred


‹ âge : vingt-et-un ans
‹ occupation : batteur titulaire des chudley cannons
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : scolarisé à Mahoutokoro, élève étranger à Poudlard en 2000-2001
‹ baguette : bois de charme, épine du monstre du fleuve blanc, 26 centimètres
‹ gallions (ʛ) : 501
‹ réputation : joueur prodige, il est connu pour la traînée rouge qu'il laisse derrière lui quand il vole, on l'appelle red streak + connu pour être un éternel optimiste
‹ particularité : il est maître de l'air et maîtrise donc cet élément, plutôt bien d'ailleurs.
‹ faits : né à séoul en corée + sa mère, haneul park, était joueuse dans l'équipe nationale de corée du sud + elle est décédée quand il avait six ans + il a grandi avec une belle-mère absolument nulle (perverse narcissique et abusive) + a été en voyage scolaire à Poudlard en 2000-2001 et n'a pas quitté le royaume-uni depuis + a été pendant trois mois le batteur remplaçant des tutshill tornados + le titulaire, jaloux, l'a agressé et a bousillé son bras + yohan est en rééducation depuis septembre 2001 + a étudié au SAWL center pendant trois ans + a travaillé dans une salle de sport le soir pendant ces mêmes trois ans + a été sélectionné en mai 2004 par le coach Mantilla pour devenir le batteur titulaire des canons de chudley

‹ résidence : il vit en colocation avec nao chang et nina zabini, ses deux meilleurs amis.
‹ patronus : il n'en a jamais formé.
‹ épouvantard : devoir renoncer au Quidditch à cause d'une blessure ou d'un accident. le souvenir de son agression est toujours vif dans son esprit.
‹ risèd : mika rhee, dont il est profondément amoureux depuis près de neuf ans maintenant.
Voir le profil de l'utilisateur
even likeep your head up and try to keep the faith, and pray for better days
« Oh, so you're alive, » Ouch. Yohan grimace légèrement derrière son sac de viennoiseries. Bon, il a bien mérité cette réplique un peu cassante, et ça le fait encore plus culpabiliser. Il se sent toujours aussi sale et honteux. Non pas que son amant de la nuit n’ait pas été agréable - loin de là. C’est juste que… Il a laissé un inconnu le toucher dans les deux sens du terme, et ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé. Yohan ne se sent pas vraiment lui-même. Il sent encore les doigts du violoncellistes qui courent dans son dos, l’odeur du vieux bois des instruments qui régnait chez lui, comme si son corps et ses sens ne voulait pas lui faire oublier qu’on peut trouver du réconfort dans les bras de quelqu’un, même quand ce n’est pas la personne qu’on souhaite. Mais Yohan veut oublier. Il se bat pour construire quelque chose de plus honnête, plus adulte,  depuis qu’il a été sélectionné par Mantilla, et ce qu’il a fait hier soir met un sacré coup à ses résolutions. Il faut absolument que ça reste une exception. Il pense à Jacob, un peu malgré lui, et ne peut s’empêcher de sourire un peu en se disant que le jeune homme serait outré de savoir qu’il a gaspillé sa seule exception avec un inconnu plutôt qu’avec lui.
Yohan se confond en excuses, bien évidemment, gardant le sac à l’odeur alléchante devant ses yeux comme un bouclier. Il a peur de le baisser et de découvrir plein d’éclairs dans le regard ébène d’Even. Il n’est pas vraiment habitué à décevoir ses amis. Il est beaucoup trop exigeant avec lui-même pour ça. Du coup, il a l’impression que la foudre va s’abattre sur lui d’une minute à l’autre. Enfin… Jusqu’au moment où malgré lui, il dit un truc qui sonne super sale. C’est loin d’être la première fois, et sûrement loin d’être la dernière. La plupart du temps, il le fait en toute connaissance de cause, parce qu’il adore mettre les autres mal à l’aise (ils ne savent jamais s’il est sérieux ou non - ils devraient savoir, pourtant, depuis le temps). Cette fois, il n’a pas fait exprès. Mais en voyant l’air flippé d’Even, il sait tout de suite que ça va jouer en sa faveur. « HYUNG ! » Ils éclatent de rire tous les deux, et Yohan a l’impression que les nuages s’éloignent et que le soleil revient. Pffiou. Il l’a échappé belle. Il ne sait pas ce qu’il aurait fait, si Even avait gardé son sérieux et avait continué à faire la tête. Il l’aurait supplié de manière ridicule de le pardonner une dizaine de fois, sûrement ? Il serait allé lui chercher un cadeau débile mais qui l’aurait fait rire ? Plus jamais. Plus jamais une journée à flipper comme ça - se promet-il. « I should take you up on that offer, quidd players' butts are exquisite. » Yohan hausse les épaules. « There’s no words to describe mine. Exquisite is a euphemism. » dit-il, un peu cocky, en pénétrant dans l’appartement.

Et puis, alors qu’il était de nouveau de bonne humeur, la réalité le frappe durement. Comme d’habitude. Mika est affalé sur le comptoir, et a apparemment passé une soirée aussi alcoolisée que lui. Il a sa gueule de panda en hangover et Yohan trouverait ça mignon si ça ne l’inquiétait pas autant. Il essaie de ne pas trop le fixer, de ne pas détailler ses expressions et ses mouvements. Il n’a pas envie que Mika remarque son inquiétude, ça l’énerverait plus qu’autre chose. Avec les années, Yohan est devenu très très doué pour la masquer. Il se contente de sourire en posant ses viennoiseries devant lui. Mika lui fait un petit signe et s’empare d’un pain au chocolat, avant de se lever et d’aller s’affaler dans le lit d’Even. Yohan repose les yeux sur son sac de viennoiseries, et ne dit rien parce qu’il n’y a rien à dire. La police rétro utilisée pour le sac devient un repère, une ancre, à laquelle il sourit sans joie, juste pour les apparences. « Summers are still hard for him » fait Even en fouillant dans le sac et en choisissant une viennoiserie. « I know. » dit Yohan d’une demi-voix. Il prend à son tour un pain au chocolat.
Bien sûr qu’il sait que les étés sont durs pour Mika. Ils sont durs pour lui aussi. La période qui arrive est celle qu’il hait le plus de l’année, et il remercie le destin de lui avoir donné du grain à moudre grâce à la rentrée de Quidditch cette année. Chaque soirée douce du mois d’août lui rappelle le vide qui l’a avalé après le mariage, chaque soirée pluvieuse lui rappelle les coups d’Andrews. Août et Septembre ne sont rien d’autre que synonymes de frustration et impuissance. « That's why I wanted to cheer him up last night. Where were you ? No bullshit this time. » Yohan lève les yeux au ciel, heureux de détourner ses pensées un peu de Mika. Tout à coup, il se raccroche à l’image du violoncelliste, qui lui semble bien plus raisonnable que celle de son ami de toujours. Le batteur s’adosse au comptoir, oubliant presque qu’il doit répondre à une question. Quand il s’en rappelle, il ne sait tellement pas quoi dire qu’il a l’air un peu débile. « Hum.. The party lasted longer than expected. » répète-t-il comme un robot, toujours honteux et surtout, incapable de donner la vraie raison alors que Mika est dans la pièce d’à côté. Il sait qu’il devrait pouvoir parler librement de ces choses-là. Le Rhee s’en fout, de toute manière. Mais il n’arrive pas, il n’arrive juste pas. Ce n’est pas surprenant que ses amis ne soient pas au courant de ce qui se passe dans sa vie intime. Mika est toujours là lors de ce genre de conversation, et Yohan ne peut lui raconter tout ça. Il n’a pas peur d’en parler. Il a juste peur de voir dans le regard de Mika qu’il est juste sincèrement heureux pour lui. Il n’a pas envie que Mika soit heureux pour lui.

« We missed you » Yohan pose sa main sur son torse et adopte une moue mignonne, mais au fond, il est sincèrement touché qu’Even lui dise ça. « Thanks for the treat tho, you're the best. » Cette fois, il prend un air satisfait. « I am. » Il passe une main dans ses cheveux, plein de confiance. « J'allais faire un tour dans une arcade moldue, ça t'dit ? » -- « Comme si j’allais dire non. J’ai dit que j’étais ton esclave jusqu’à l’aube, remember? » Il réajuste sa veste tandis qu’Even prend des affaires. Yohan finit, inévitablement, par jeter un coup d’oeil à Mika, qui s’est endormi en deux secondes. Il pince les lèvres. Quelques secondes plus tard, il a pris le plaid du canapé et a emmitouflé le Rhee dedans. C’était plus fort que lui. Il ne jette même pas un coup d’oeil à Even en sortant de sa chambre et se dirige tout de suite vers la porte. « Allez, go. »
Ils décident de marcher, parce que ça fait du bien, et qu’il fait super beau. Yohan finit par raconter à Even quelques anecdotes sur ses derniers entraînements, et ils sont à quelques minutes de l’arcade moldue quand son POW vibre dans sa poche. Il fronce les sourcils en voyant un nom qu’il ne connaît pas. Tom. Il a beau chercher, il ne connaît pas de Tom. Il n’y a pas un joueur ou un remplaçant chez les Chudley Cannons qui porte ce nom, et son POW est trop récent pour que ce soit un vieux numéro. Il lit discrètement le quickie. Hope you enjoyed last night as much as I did. Dinner? Yohan sent que le rose lui monte aux joues, et il est tellement embarrassé que son POW lui glisse des mains. Il le rattrape in extremis avant qu’il rencontre le sol, en concentrant l’air grâce à son don. Il lève des yeux pleins de honte vers Even - inutile de lui mentir maintenant. Avant que le brun se fasse des idées, il dit : « I may have lied about yesterday night… Well, not entirely. The party lasted longer than expected for sure… » Il baisse les yeux à terre et range son POW dans sa poche, rouge jusqu’aux oreilles. « I left the event early. » Il plonge son visage dans l’une de ses mains. « Not alone. » Il grimace rien qu’à l’idée. « I’m so sorry. » Il lance un regard contrit à Even, entre ses doigts qui cachent toujours son visage embarrassé. « I don’t know how it happened. I really don’t know. I’m a shitty friend. » Le POW vibre de nouveau dans sa poche. Il se sent encore plus mal. « I know I should be there for you, especially for Mika… I think my evil twin took over. You have every right to be mad at me. » Il serre un peu les dents. « The guy must have entered his phone number on my POW while I was sleeping… And now he’s inviting me for dinner, what the heck? » Il lève les yeux au ciel. « I’m so sorry… » Ses émotions se lisent sur son visage, alors Even n’aura pas de mal à le croire. Comment a-t-il pu laisser tomber ses meilleurs potes pour un one-night-stand débile ? (au fond, il sait très bien pourquoi. c’est juste que c’est plus facile de ne pas assumer. ça a toujours été plus facile).

• • •


DANCING ON MY OWN

should I give up or should I just keep chasing pavements even if it leads nowhere ? would it be a waste?

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

STAN #1 + better days

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» Dog Days sous-titré en français
» dark days are coming ♌ SAGISIUS
» Une histoire de clés! [Stan & Gwen ♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres
-