Partagez | .

sujet; i'll be right there to remind you again † hitdat#2

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 473
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
La tenue est plus que révélatrice et rouge, rouge et Hiram n'a pas besoin de la regarder plus d'un coup d'oeil qu'il sent son estomac se tordre mais ce n'est pas là, la destination de ses yeux, mais ceux de Kida dans lesquels, pendant un instant, il n'y a rien. Et puis c'est un déluge, c'est une tornade, c'est une tempête et avec des mouvements trop brusques pour être indifférents (or maybe he's reading way too much into this), elle retire les sous-vêtements qu'elle vient d'enfiler, les arrache presque de son corps, comme si ils l'avaient brûlé. Hiram sait aussitôt qu'il l'a blessée. Il le sait intrinsèquement, comme un prédateur sent la peur chez sa proie, qu'il l'a heurtée plus que nécessaire et il doit vraiment y avoir quelque chose qui ne tourne pas rond chez lui, se dit-il, parce qu'il n'éprouve aucun regret (ou alors juste une pointe de culpabilité, mais c'est dérisoire, vraiment dérisoire, au point qu'il ne devrait même pas le noter). Il la regarde et ne tourne pas les yeux, des excuses se forment et meurent sur ses lèvres, il l'observe plutôt, undone d'une autre manière par rapport aux autres fois, laisser retomber l'ensemble rouge au sol et tendre le bras pour prendre une selfie semble-t-il, entièrement nue. Il s'apprête à sortir de l'objectif de Kida avant de comprendre que c'est bel et bien son corps, son précieux corps qu'Hiram observe avec agacement (plastique parfaite, même à la pleine lumière du jour, avec toutes ces lumières tournées vers elle), une part de lui espérant presque que le réalisateur débarque, ou Gemma who went God knows where to find John.

Bizarrement, Kida qui prend une nude, aux yeux d'Hiram, c'est aussi étrange que Kida qui dit abandonner un chiot dans une ruelle. Mais il ne sait rien d'elle, tout comme elle ne sait rien de lui, et sait que tout est possible, alors il reste silencieux, ne commente pas, ses yeux ne cessant pas de mordre sa peau comme si il pouvait y laisser une trace à distance. Une partie de lui sait que c'est le cas, que c'est pour ça que she keeps getting back for more et vraiment, it's only fair. It's only fair parce qu'elle a laissé une marque indélébile, lui qui pensait qu'il en avait fini avec les hook-ups qui voulaient dire quoique ce soit d'autre que du sexe de temps en temps. Il l'a contaminée avec la grenade des Enfers mais elle a mis quelque chose en lui aussi, l'a condamné lui aussi à la regarder en espérant la marquer à distance, à la regarder et la vouloir tout en la repoussant vertement — ou l'abandonnant lâchement — quand elle le rend vulnérable de quelque manière que ce soit. “ So tonight's date can wait… ” Oui, il imagine qu'il va devoir y aller, à ce putain de rendez-vous. Il n'y croit pas une seule seconde parce qu'au fond, women I like and girls I fuck, c'est du charabia pour lui. Ça fait bien longtemps qu'il n'a pas apprécié personne, qu'il n'a pas aimé une fille, il se demande même si il en est encore capable, si tu peux aimer quiconque quand ton organisme apprend à composer avec des drogues dures, quand tu commences limite plus à aimer le high que l'orgasme. Laisse tomber les filles, elles ne sont pas ça pour lui et ne le seront peut-être plus jamais, mais il peut bien maintenir l'illusion pour Kida. C'en est presque une fleur qu'il lui fait, un cadeau.

Girl you fucked. ” En temps normal, il n'aimerait pas la sûreté de son ton mais il imagine que it's only fair. Il semble l'avoir vexée, il se demande ce qu'elle fait sur son pow, se demande à quoi elle pense et ce qu'elle veut, se demande si il a envie de se rattraper et se dit que oui, se demande si il devrait se rattraper et se dit que non, et son coeur est encore sur la balance pour le laisser décider de quel côté tomber. “ Girl you want to fuck. ” Inutile de nier, ils le savent tous les deux. La manière détachée qu'elle a de dire la chose sous-entend que ce n'est pas, plus le cas pour elle et Hiram sent une pointe de déception lui tirailler l'estomac, avant qu'il ne l'avale pour l'enfoncer sous une couche d'indifférence aux aspects de self-loathing. “ I’m done alright. ” Elle a enfilé la robe rouge, trop rouge elle aussi, et il l'a observée de la même manière qu'avant, hungrily sans bouger pour la rejoindre et tease de son sourire, son souffle et ses mains; il la regarde avec une distance toute calculée, comme on observerait une statue de nu, s'attardant sur la beauté de la sculpture et ignorant sciemment les parties les plus intimes de peur de se faire surprendre. Il préfère lui offrir son indifférence, ça semble mieux marcher que le reste bizarrement. “ I’m done. ” La répétition confirme l'idée qu'il a que Kida est véritablement blessée. “ You're done. ” Sa voix regorge d'ironie et de sarcasme, alors que ses lèvres se tordent enfin; et le sourire n'a rien de nice en cet instant précis, alors qu'il la suit de son regard sombre jusqu'à ce qu'elle se laisse tomber sur son fauteuil. Il est fasciné par sa manière de marcher, comme une mannequin en fait, mais c'est incroyable de la voir faire partout où elle va, comme si le monde était un catwalk à conquérir.

Why the dog? ” La question le prend un peu de court, mais il ne bouge pas. Il la regarde toujours, quand bien même elle l'ignore sciemment et finalement, finit par se détourner lentement pour la laisser tranquille, ses yeux retournant sur son pow; et si il aurait pu étouffer de désir et de besoin de la toucher quelques instants plus tôt, la température n'a jamais été plus froide entre eux deux qu'en cet instant précis. “ I knew you liked dogs ” est sa seule réponse, plutôt sincère parce que c'est vrai qu'il a vu qu'elle en avait déjà un et semblait heads over heels for it. Le cadeau qui n'était pas sensé en être un en était un, il est véritablement content qu'elle l'ait apprécié quand bien même il était en retard, son anniversaire ayant été une ou deux semaines plus tôt il lui semble. “ And it went with the mixtape for the two things I couldn't give you, but wished I did. A morning note and an evening cuddle. C'est soft, c'est terrible, et le pire c'est l'honnêteté acide dans sa voix, le presque-ressentiment qu'il ressent tout d'un coup pour ses propres sentiments. Il aimeriat reprendre: tell me, Kidagakash mais il ne saurait pas quoi lui demander. Do you think you're pretty? Do you not think you're pretty? Are you hurt? What did you expect? What do you want? Mais ça lui fait penser à Scylla, putain de Scylla, alors il ferme la bouche et ne dit rien; pas même de la musique vient meubler le silence jusqu'à ce que Gemma revienne, avec l'air de quelqu'un agacé mais un énorme café à la main qu'elle tend à Kida avant d'expédier la reste de leur préparation qui de toutes manières, a pris trop longtemps.

later † Ils n'ont pas fait de pause conséquente et ont pris du retard et Hiram a faim, super faim, mais n'a que la force de se traîner dans la loge improvisée pour retirer la veste que Kida a choisi sur lui et qui est presque devenue comme une deuxième peau pour lui malgré les sorts rafraîchissants et le reste. Le tournage s'est horriblement passée, à croire qu'on ait éteint toutes les lumières entre Kida et Hiram. Il est trop raide quand elle le touche, et elle n'a aucune envie d'être là et ça se voit (I'm done) et même si sa concentration est vissée sur la caméra devant laquelle il débite les paroles de la chanson en rythme, même si il n'a aucun du mal à faire ça, il s'est tant brace against son toucher que ses muscles restent rigides sous les doigts faussement aguicheurs de la jeune femme, complètement indifférent à la poitrine qu'elle a dû presser contre son dos, les gestes qu'elle a dû faire comme si elle voulait l'attirer à lui alors qu'il sait, au fond, que c'est tout le contraire de ce qu'elle veut, qu'elle aimerait être à trois mille lieux de lui, et qu'elle devrait préférer ça. Elle doit et ça ne l'atteint pas, lui s'en fche, il vit même pour le distate dans ses yeux, son agacement et sa haine et le fait qu'elle ait été vexée, blessée, frustrée et contrariée par lui mais qu'au final, même si ce n'est pas de son propre chef, elle a toujours les mains sur lui, qui glissent langoureusement sur son torse même si dans leurs yeux brillent quelque chose ressemblant plus à de l'agacement que du désir.

Il est frustré quand il se laisse tomber sur son fauteuil, il a la dalle et il a besoin de fumer, un joint de préférence, même si son contrat est plus que clair et que Gatsby serait bien capable de le virer et lui faire rembourser l'intégralité de la valeur de son contrat si on le surprenait avec. Il aimerait que Scylla soit là (l'a presque invitée à venir pour le distraire, puis a décidé de ne pas le faire parce qu'il la déteste, genre la déteste vraiment), il aimerait se dégourdir les jambes, il aimerait pouvoir dormir et essaie de se rappeler la dernière fois qu'il a dormi plus de deux heures et n'y parvient pas alors, sans demander son reste, il ferme les yeux en espérant que ça suffira pour faire taire tout ça; en vain. Quand la porte s'ouvre de nouveau, il s'attend à trouver Gemma mais non, c'est Kida; la porte se referme, mais pas ses yeux.
Il est frustré par elle et pas de la manière habituelle. Il aimerait qu'ils soient efficaces, qu'elle le haïsse en silence, que ça n'impacte pas les longues heures passées sous les lumières artificiels et dans les sortilèges de grimage qui jettent des lumières changeantes sur la scène et leurs visages.What goes around comes around, ceci dit. Hiram lève la main pour se la passer sur le visage, il a envie de dormir, il repense à leur première nuit et ça l'énerve, il a besoin de drogues, il a besoin de s'allonger parterre et de faire taire son corps qui se révolte de plus en plus face au manque de soleil, il a besoin de quelque chose pour le booster, pour le réveiller, pour le faire tenir même si il sait qu'il n'y a rien qui existe réellement pour compenser le sommeil duquel Nicky l'a arraché il y a quelques heures de cela maintenant.

À la place il reste immobile. Nicky lui a proposé d'aller chercher quelque chose à manger mais si il mange, il va encore plus avoir l'envie de dormir et si il dort, il va encore plus être de mauvais poil. Pas grave, il se fera un festin ce soir- ah non, le date. Il s'est vraiment piégé de ce côté-là. “ I don't mean to attack your professional skills, ” commence-t-il, avec le temps du mec qui va justement attaquer ses professional skills. Son pow, qu'il a laissé dans la loge pendant les quatre dernières heures, est rempli de messages divers et variés qu'il supprime tous sciemment. Il hait cette machine. “ But step up your game out there. We have all day and not another hour.I have a date tonight you know, est-il à deux doigts de rajouter, mais il n'en dit rien. Inutile de rub it in. “ I take it WADA's not going so well so far, uh? ” Il est odieux, agacé, il a envie de dormir, il a envie qu'elle le regarde, il a envie de s'excuser, il a envie qu'elle le haïsse encore plus. What do you want? Everything. What do you get? Nothing.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 513
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
I knew you liked dogs ” Elle a effacé la seule larme qui a véritablement roulé sur sa joue et retenu le reste et son reniflement et elle a fixé la porte et elle a fait comme si elle ne l’avait pas entendu. Ça pourrait la surprendre, mais elle n'est pas en état. Peu importe que ça veuille dire qu’il la stalke assez pour savoir qu’elle en avait déjà un, ou qu’elle aime bien, peu importe que ça veuille dire que ça part plus ou moins d’une bonne intention, de toute façon il pourrait le lui dire les yeux dans les yeux avec toute la sincérité du monde qu’elle ne le croirait pas. Il n'est pas capable d’être gentil, même une fois dans sa vie, pas avec elle en tous cas. Ça doit être un énième jeu et Kida pourrait presque lui demander ce qu’elle lui a fait pour mériter ça. Partir au petit matin est une chose, la succession de tortures en est une autre et elle n’est peut-être pas innocente, mais ce n’est pas pareil. Elle n’est pas cruelle. Peut-être qu’elle le mérite ceci dit. “ And it went with the mixtape for the two things I couldn't give you, but wished I did. ” Elle serait pas en train de retenir ses pleurs qu’elle prendrait le temps d’analyser ça, deux buguer deux secondes; A morning note and an evening cuddle. Il aurait voulu a-t-il dit, ça sonne faux, mais ça ne l’est pas (dans sa voix elle pourrait déceler à quel point il déteste avouer ça, déteste que ce soit vrai) elle ne sait pas, elle ne l’écoute pas de toute façon et là encore elle ne le croirait pas même sous Véritasérum. Elle ne veut pas de ses cadeaux, elle ne veut pas de lui, elle veut juste retrouver sa liberté.

Au moins, quand Gemma revient, Kida a les yeux à peu près secs et il a enfin fermé sa gueule et elle a joué avec son POW sans vraiment rien faire avec, sans envoyer de quicky à personne, elle n'aurait pas su quoi dire de toute façon. I want to commit murder, send help? (Ridicule) I hate myself, send help? (Pas nouveau, même si elle ne le voice jamais) I’m crying, I need a hug? (Elle n'oserait pas et ne saurait pas à qui l'envoyer). Gemma est revenue de toute façon c’est trop tard, elle la laisse finir son maquillage ajuster la robe et mettre un peu de poudre sur son décolleté et ne retourne à son POW que quand c’est autour d’Hiram qui est littéralement expédié ; ils sont en retard.

LATER † Elle est nulle. Elle le sait, ils ne veulent pas lui dire “ Kida you look super good of course, but can you try it with more heart? Look super good c'est tout ce qu'on peut lui dire comme d'habitude, ce pourquoi elle existe, la seule chose à laquelle elle soit bonne. Elle est froide, elle le lit sur leurs lèvres, elle est nulle et pas ce qu’ils espéraient; elle se demande si on l’a bookée en pensant à ce putain de ship que des adolescents qui n’ont rien compris croient réel derrière leurs écrans. Ils doivent être déçus du manque absolu d’alchimie entre eux, sauf que Kida s’en fout totalement, on la paye, elle finit la journée et s’ils ne sont pas contents, demain ils engagent quelqu’un d’autre et refont tout. Elle s’en fout et ça la dégoûte presque de devoir faire glisser ses mains sur son torse et de l’attirer à elle et de déposer un très léger baiser dans sa nuque. Elle le hait tellement et il n’y a véritablement rien d’autre qui brûle en elle en cet instant, sauf peut-être la haine d’elle-même. Elle a encore envie de pleurer — c’est normal puisqu’elle n’a pas pu vraiment le faire — et elle le hait et elle hait tout le monde et l’endroit et les instructions qu’elle accueille avec une moue boudeuse, comme si on était en train de l'empêcher de finir sa performance digne des plus grands acteurs. Elle est nulle, ne peuvent-ils pas faire gagner du temps à tout le monde et juste le dire et la virer ? Elle voit John qui est tellement gêné dans un coin, déçu de son artiste sûrement, elle aimerait être capable de passer outre ce qu'il s'est passé dans la loge, juste pour lui, mais elle se souvient que c’est à cause de lui qu’elle est là donc il peut aussi aller se faire foutre. Ils peuvent tous aller se faire foutre, Hiram le premier.

I’m trying ” assure-t-elle quand même à son agent quand il la prend à part pendant la première véritable pause. Tout le monde est à bout de nerfs et on ne veut pas lui dire qu’on la blâme, mais elle sait que c’est le cas. Tout le monde est déçu qu’elle ne délivre pas comme elle devrait, que son absence totale d’envie d’être là soit si visible. C’est pour ça qu’on la paye autant ? Pourquoi on a pris une mannequin et pas une actrice déjà ? Mon manche à balai montre plus d’émotions qu’elle. Autant de choses qu’elle entend marmonné au sein de l’équipe même si à elle on lui offre des sourires rassurants. “ I’m worried ” elle croit qu'il pense aux gallions promis et s'apprête à lui tapoter l'épaule et lui promettre d'un ton détaché (of course he wouldn't be worried about her) qu'elle le remboursera si jamais ça tourne mal, sauf qu'il enchaîne: “ I've never seen you like this, what happened in the dressing room earlier? Rien. Rien qui aurait du la surprendre ou la toucher, rien qu'elle a envie de raconter. Elle a honte. “ Nothing. I’m fine. He's a jerk and I hate him and I want to go home. Elle décide qu’elle hait tout le monde et s’enfuit vers sa loge en espérant qu’il n’y soit pas. Sauf qu’il y est, sauf qu’elle s’en fout encore donc s’installe sur son siège sans un regard pour lui et rallume le POW qu’elle a laissé éteint près du miroir. Elle n’ouvre pas les messages reçus, elle stare juste blankly l’écran. La plupart de l’équipe va manger un morceau, ils sont tous affamés et elle…elle aussi un peu. Elle a senti son ventre grommeler quand elle parlait avec John et c’est aussi et surtout pour ça qu’elle a fuit, avant qu’il ne lui propose d’avaler quelque chose d’autre que les cachets qu’elle a dans son sac. Le nécessaire, sans véritable calorie en plus, un bon deal, croit-elle (sauf qu’elle n’entend rien à tout ça en réalité et que ça ne compense absolument pas ce qu'elle ne mange pas). “ I don't mean to attack your professional skills ” Elle est à deux doigts de lui dire de la fermer tout de suite et maintenant, parce qu’elle n’est pas d’humeur d’une part et qu’elle sent que critiquer allègrement est précisément ce qu’il compte faire. Elle ne connait pas assez d'insultes pour lui rendre justice. Elle déteste déjà suffisamment l'impression qu'elle est en train de leur laisser à tous; elle a peur que ça ait un impact sur sa carrière, que le réalisateur passe le mot à d'autres. Une diva et qui ne deliver pas en plus. Chère pour rien.

But step up your game out there. We have all day and not another hour. ” Elle ne le sait que trop bien. Chaque heure de sa journée est bookée, elle a carrément une interview après ce shoot. Elle fait ce qu’elle peut; pas sa faute si tout chez lui la rebute. “ I take it WADA's not going so well so far, uh? ” Elle a envie de le frapper. Vraiment, de toute sa force ce qui n’est certes pas beaucoup, mais tout de même, elle a envie de lui éclater la tête contre son putain de miroir pour qu’il arrête d’ouvrir sa gueule et de débiter des conneries. Elle le hait tellement, tellement. (Et elle ne se demande même pas comment il sait pour la WADA). “ Oh fuck off. ” Qu’il lui foute la paix c’est sa pause autant que la sienne et elle aussi elle en a besoin. Elle en a plus besoin. John lui a trouvé un autre café qu’elle est en train d’engloutir en manquant de se brûler la langue, mais elle s’est sentie s’endormir pendant le tournage, directement contre le dos d'Hiram contre lequel elle pressait sans intérêt aucun sa poitrine, et elle sait que ce n’est que le début si même la rage ne suffit pas à la garder éveillée, “ They teach me plenty but pretending to enjoy touching up the king of dickheads when all you want is to slap the life out of him isn’t yet on the curriculum. ” Et elle n’a pas l’impression qu’il soit très bon non plus, il n’a le droit à aucun compliment de l’équipe, et elle le sent extrêmement tendu sous les doigts qu’on la force à placer sur lui, donc son jugement elle s'en moque, elle a déjà bien assez pris à cœur le précédent. Elle lui jette un regard par-dessus son épaule, aussi noir que les vêtements qu’il porte d’ordinaire. Ceci dit lui n'est pas payé pour jouer la comédie dans ce clip, on ne s'attend pas à une performance incroyable de sa part (de la sienne non plus, c'est ça le pire, même sit still and look pretty sans avoir l'air dead inside ne lui est plus possible apparemment) “ If you’re tensed I can call Gemma in so she can blow you, maybe that’ll help you be a decent human being for like a second. Et encore, il lui semble qu'il n'y a pas cause plus perdue que celle-ci. Son ventre gronde doucement et elle attrape son sac et son paquet de cigarettes sans plus de réflexion ni d'égard au fait qu'ils soient à l'intérieur — Hiram fume aussi, et Gemma n'est pas là, donc elle s'en fiche — et l'allume de son zippo moldu qu'elle a rangé dans son paquet à moitié vide (elle l'a acheté la veille, mais la veille elle est passée devant un kebab en rentrant de boîte et elle a été tentée, elle se dégoûte, elle n'est pas encore parfaite et elle doit l'être et le rester jusqu'à ce que le peu de temps qu'elle a avec sa prettiness se soit écoulé). D'une autre main tremblante elle cherche ses cachets à avaler avec ce qu'il reste de café dans son énorme gobelet, tirant une longue bouffée de son poison préféré. Elle est contente que Roksaneh ait cessé de la suivre partout, laissant sa carrière être gérée sur le terrain par son vrai manager, même si derrière, elle est toujours , au moins ne la voit-elle pas. Mais elle regrette aussi que sa mère ne soit pas là (pour la prendre dans ses bras) pour la sortir d'ici par la peau de la nuque; don't associate with him.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 473
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Oh fuck off. ” C'est même plus un jeu, le jeu, leur jeu; Hiram se sent juste las et stupide et fatigué, il a faim mais ne veut pas manger, il a envie de fumer mais ne peut pas fumer, alors il se contente de sourire légèrement, un sourire distrait et éteint qu'il n'adresse qu'au miroir de son pow. Il déteste cet objet, en a déjà cassé deux de frustration, il déteste ce que ça représente et le fait que quiconque se permet de lui envoyer des messages à toute heure du jour et de la nuit et pourtant, il fait un bon spectacle d'être obnibulé par l'écran, pour ne pas avoir à se retourner pour observer Kida. L'ignorer en devient presque facile après trop de temps passé ensemble, à prétendre avoir une flamme qu'il a cruellement éteinte le matin-même; peut-être aurait-il dû attendre que le clip soit fini pour être odieux, ou peut-être que c'est mieux justement. Même si il est un peu énervé par le comportement condescendant de l'équipe de tournage (autant lui dire qu'elle est mauvaise et l'aider à s'améliorer plutôt que de la critiquer à voix basse, ce qu'elle doit avoir entendu parce qu'il l'a lui-même entendu), il n'a rien dit, rien fait, se pliant aux exigences du réalisateur pour lui-même, prétendant calmement que Kida n'était pas là, qu'elle n'était rien, ni personne.

They teach me plenty but pretending to enjoy touching up the king of dickheads when all you want is to slap the life out of him isn’t yet on the curriculum. ” Il renifle en toute réponse, reposant le pow sur le rebord de son miroir et fermant les yeux en secouant la tête, déposant ses orbites contre le talon de ses mains aux bras repliés pour essayer d'effacer les vestiges tentateurs du sommeil. Il dort rarement et il en a toujours envie aux pires moments, c'est une putain de blague, il déteste son corps. Il devrait peut-être commander un café mais, si Kida semble habituée à régir son monde à la baguette en demandant à tout le monde et à personne à la fois d'aller lui chercher ce qu'elle désire, ce n'est pas son cas à lui qui a toujours l'impression de déranger — ce n'est pas un manque d'ego (au contraire), juste qu'il n'a jamais apprécié dépendre de quiconque, surtout pour les choses qu'il peut faire lui-même. Ainsi Hiram reste-t-il prostré, appuyant sur ses yeux pour les réveiller ou plutôt, les empêcher de s'endormir, ignorant Kida pour ne pas le provoquer plus que ça, même si elle rend ça compliqué quand elle tord son estomac comme ça avec ses mots. King of dickheads, il a été appelé pire par le passé mais dans la bouche rouge de Kida, c'en est presque vexant. “ If you’re tensed I can call Gemma in so she can blow you, maybe that’ll help you be a decent human being for like a second. ” Il grogne comme toute réponse, la perspective lui glaçant les sangs parce que clairement, ce n'est pas de sexe dont il a besoin en cet instant précis, mais de drogues diverses et variées. Il ne compte pas répondre jusqu'à entendre un bruit reconnaissable entre tous provenant de Kida: elle allume un briquet et il se retourne presque aussitôt, clignant des yeux, pour l'observer fumer une cigarette en avalant fébrilement son café.

You could it. ” Il sent sa colère et sa frustration et son agacement et sa rage, et il ne dit rien pendant un instant, regardant le dos de sa chaise et son épaule nue et son reflet dans le miroir sans rien exprimer d'autre. You could blow me, even though we both know it won't make me a decent human being, devrait-il lui dire, semble-t-il lui dire, mais ce n'est pas ce qu'il voulat dire: “ slap me. If that's what it takes for you to get some work done then I don't mind. ” Il doute qu'elle lui fasse véritablement mal et avec un peu de chance, ça va même le réveiller. Avec beaucoup de chance, elle va même slap the life out of him indeed, il va tomber parterre et ne pas se relever; Hiram préfère l'inconscience au sommeil (wink wink OD soon). Il se demande si elle trouve la perspective séduisante (il ne doute pas une seule seconde qu'elle aimerait le gifler et le frapper et le tuer) ou si elle n'en a pas l'énergie et l'envie, quoiqu'il en doute. Il tourne légèrement la tête en levant le menton, lui présentant sa joue gauche, ses doigts volant à sa mâchoire pour la souligner, toujours dans sa direction. “ I swear this is not me being into some kinky shit. ” Well not like that. Not that she would care. “ I'm sure you're not as terrible as they say you are so if you need to slap me to unlock it, well. ” Il est sûr, et il ne ment pas. Il n'arrive pas à imaginer Kida aussi stupide qu'on le dit. Il ne la connait pas mais il pense savoir ça d'elle; et puis, il a l'impression qu'ils jouent constamment la comédie l'un autour de l'autre, pour se rendre fous, pour se faire du mal. Il ne l'a pas encore figured out; ça veut bien dire qu'elle a quelques talents d'actrice.

Hiram finit par ouvrir les bras, après avoir haussé les épaules, faisant toujours face au siège de Kida et fermant les yeux, accueillant la gifle si elle vient, l'attendant si elle tarde. “ I wouldn't mind a cig either, ” grommelle-t-il aussi, mais c'est un détail.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 513
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Fer, magnésium et vitamines de plusieurs types sont avalés tout d’un coup dans l’espoir un peu fou que ça calme son estomac, sauf qu'il n'y a que deux choses qui peuvent faire ça, la cigarette (il lui faudrait au moins finir son paquet) et de la nourriture (hors de question, elle a encore des scènes en sous-vêtement à tourner en plus). Son café est déjà vide, elle en voudrait un autre, alors elle se raccroche au tabac qui se consume entre ses lèvres à la place, enfumant l’air autour d’elle sans la moindre gêne. “ You could do it. ” Elle manque de faire tomber le poison entre ses doigts, what now? Ce genre d’humour a peut-être pu paraître moins que complètement déplacé entre eux un court instant, le temps d’une nuit (et encore, parce que s’il elle l’a blow, il n’a rien demandé oralement) en cet instant il ne provoque rien que rage et dégoût et révolte. Elle va pousser la chaise à tourner sur elle-même d’un coup de talon pour pouvoir le regarder avec haine et lui dire d’aller se faire voir parce que la prochaine fois qu’elle s’approchera de lui ce sera pour chop off ce que ses lèvres ont un jour embrassé, sauf qu’il l’arrête “ slap me. If that's what it takes for you to get some work done then I don't mind. ” Et maintenant elle s’en voudrait presque d’avoir cru ça. Même en blague, en provocation, he doesn’t want to fuck her anymore. And it’s fine, parce qu’elle s’en fiche, elle sait déjà (doesn't deserve to be fucked, just a girl he fucks). Elle s’en veut juste d’être partie au quart de tour, de penser encore à ça en premier avec lui. La cigarette tremble un peu entre ses doigts, c’est la colère, même si elle aimerait aussi que ses compléments alimentaires commencent à faire effet et lui donnent l’énergie dont elle a besoin, même pas pour continuer la journée, mais juste cette conversation épuisante. D’un coup de coude elle se tourne vers lui, voit comment il lui présente sa mâchoire. Est-il sérieux ? “ I swear this is not me being into some kinky shit. ” Littéralement la première chose à laquelle elle a pensé et ce qui l’a retenue de se lever d’un bond pour accepter l’offre parce que Merlin sait qu’elle crève d’envie de le frapper, sauf qu’elle ne le ferait pas si ça peut lui faire plaisir. Elle ne veut le faire que pour elle, pour le blesser comme il l'a blessée trop de fois déjà. “ I'm sure you're not as terrible as they say you are so if you need to slap me to unlock it, well. ” Il les a entendu lui aussi; c’est ça qu’elle retient avant son assurance qu’elle vaut mieux que ça. Elle ne sait pas ce que ça lui fait qu’il les ait entendu, qu’il sache lui aussi ce qui se dit d’elle, qu’il le dise d’une manière qui laisse comprendre qu’il sait qu’elle aussi n’a pas été sourdes à ces critiques. Il n’en rajoute pas pourtant, il dit qu’elle n’est pas si nulle que ça, sauf qu’il ne la connait pas et qu’elle ne le croit pas et qu'il a sûrement pitié parce qu'on ne la respecte même pas assez pour lui dire les choses en face et ça la dégoûte cette pitié venant de lui of all people, et elle voudrait juste être seule, vraiment seule en cet instant. En second choix, elle a aussi très envie de sauter sur son offre. Ouais elle va le frapper, même si qu’il lui tende la joue rende déjà la chose moins libératrice; elle veut lui faire mal, elle ne veut pas qu’il condescende simplement à la laisser faire. Il lui gâche toujours tout, elle ne devrait plus être surprise, mais elle ne veut pas que ce soit un service qu'il lui rende. Elle ne veut plus de ses cadeaux. Et puis il s’ouvre, à elle, ferme les yeux et elle se lève.

I wouldn't mind a cig either, ” elle écrase contre le miroir la cigarette mordue jusqu’au filtre, et attrape son paquet avant de s’avancer vers lui. C’est nul parce que le cliquetis de ses talons sur le sol l’annoncent et c’est nul parce qu’il l’attend et qu’il a sa joue prête à la recevoir et c’est nul parce qu’elle sait qu’elle n’aura jamais la force de lui faire vraiment mal et ça n’a aucun intérêt sinon. Elle a fumé trop vite ou s’est levée trop vite, ou peut-être que ça fait trop longtemps qu’elle n'a pas avalé quelque chose de consistant, mais elle a la tête qui tourne et se raccroche de justesse au bras du fauteuil d’Hiram avant que sa vision ne devienne noire le temps d'une seconde; vertige. Ça passe comme ça vient, ses prunelles désorientées ne voient plus flous, elle s'écarte brusquement, s'embarrasserait presque, mais c'est la colère qui prend le dessus. La rage contre elle-même parce qu'elle est si faible et que même ça, même lui donner une claque toute méritée, elle ne peut pas le faire correctement, sans se ridiculiser. Elle fait tourner une bague sur ses doigts, pour que la pierre semi-précieuse soit du côté de sa paume et le gifle aussi violemment qu'elle le peut et ce qu'elle manque en force brute est compensé par le joyaux qui rencontre sa peau. “ Don't think you're doing me a favour dipshit ” elle arrache une clope à son paquet et le lui balance à la figure “ here enjoy my gift ” (pour une fois) avant de se détourner et pour récupérer son briquet laissé à côté de son sac et d'allumer sa seconde cigarette en même pas cinq minutes. Elle ne se sent pas soulagée, elle se sent malade, elle a envie de vomir et elle n'ose pas le regarder pour voir si la bague a un peu percée sa joue (elle a peur)(elle ne devrait pas, il le mérite), elle se sentirait presque mal pour Gemma qui devra couvrir ce qui devrait au moins ressembler à un bleu d'ici quelques minutes, elle a envie de vomir et elle a envie de fumer et elle a envie de dormir et le tabac la dégoûte et elle a envie de pleurer. Elle se laisse tomber sur son siège, plus fébrile encore qu'avant son vertige. Elle espère qu'il a mal, elle espère qu'il va la fermer cette fois; elle espère que ce n'est pas trop douloureux, elle espère qu'il va la noyer sous les paroles et que ça saura lui donner l'énergie d'overcome sa faiblesse pourtant inhérente.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 473
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram suit l'avancée du cliquetis de ses talons sur le sol et ignore pourquoi Kida tarde à venir, pourquoi elle s'arrête et se rapproche et ne bouge pas pendant un instant. Il devrait sans doute ouvrir un oeil pour la regarder et s'assurer qu'elle va bien, sans doute profiter de la proximité pour la regarder dans les yeux et parler, véritablement parler, trouver des mots pour s'excuser pour de vrai. Il ne sait pas exactement d'où lui vient cette pulsion mais elle n'est pas la bienvenue. Clairement pas la bienvenue, même si ça semble être le choix le plus raisonnable en cet instant précis, pour désarmer la bombe nucléaire of his own doing.

Mais non. Il reste silencieux, son sourire s'évanouissant à mesure que les secondes s'égrainent, immobile, et attend. Il ne doute pas une seule seconde que le coup va venir, mais rien ne peut vraiment le préparer à sa force ou du moins, la douleur qu'il entraîne avec lui. Hiram s'est déjà fait gifler plus de fois qu'il ne pourrait compter, et s'est pris quelques coups de poing bien décrochés. Mais là c'est autre chose; ça fait mal de la manière diffuse et brûlante des claques, mais il y a aussi autre chose, une piqûre plus vive que les autres, sur sa pommette. Sa tête a tourné sous l'impact et il a poussé un grognement, sa main volant à son visage machinalement, son majeur revenant rouge comme il peut le voir entre ses yeux à moitié ouvert. Cette connasse l'a frappé et, il ne sait comment, lui a ouvert la joue. “ Don't think you're doing me a favour dipshit. ” Il se sent énervé, rageur, et il sait que ce n'est pas mérité parce qu'après tout, c'est lui qui lui a proposé de le frapper, qui l'a offert en lui disant presque que ça lui ferait plaisir. Mais la rage est incontrôlable et pendant un instant, ses doigts se tordent en l'air alors qu'il jugule l'envie d'attraper son poignet, d'enfoncer ses ongles dans sa peau pour lui faire mal mais il ne le fait pas, ce serait injuste de sa part (quand bien même il l'est généralement avec les autres — et n'a pas envie de l'être avec elle).

À la place, c'est un grondement qui lui échappe, sa main revenant à sa joue et tout son corps sursautant quand elle lui lance quelque chose au visage; la cigarette. “ here enjoy my gift ” Son visage est en feu, à cause de la douleur et sa pommette ouverte et l'embarras et la colère et Hiram ferme les yeux un quart de seconde pour inspirer, expirer, et se redresser légèrement sur le fauteuil pour la regarder. Il a mal à l'oeil aussi. Il a mal partout en fait, mais au moins ça a eu le mérite de le réveiller; il va certainement récolter d'une marque bien rouge en plus de l'accroc de sa pommette. “ Thank you, ” répond-t-il avec un certain sarcasme. Il espère qu'elle a tout exorcisé de sa haine pour lui parce que ça ne risque pas d'arriver de sitôt; il a clairement sous-estimé sa force, ou sa rage. Ou alors sa perversité, parce que ce n'est pas ses phalanges qui ont fait ça et à moins d'avoir tourné sa bague... bitch (il doit avouer être un peu impressionné quand même) (mais pas du tout horny). Il a l'impression d'avoir l'oreille interne en berne et sent déjà un mal de tête s'emparer de lui mais il finit par grogner en récupérant la cigarette qu'elle lui a donné, la glissant fébrilement entre ses lèvres et l'allumant d'un geste, avant de faire tourner son fauteuil pour tourner le dos à Kida, essuyant d'un mouvement rageur la larme de douleur qui coule de son oeil qui lui semble en feu.

C'est amplement mérité mais c'est aussi plus douloureux qu'attendu, songe-t-il en aspirant la fumée de la cigarette qu'elle lui a si gentiment offert en observant son reflet, une main venant tirer la peau pour évaluer les dégâts. Son oeil est déjà injecté de sang mais au moins la plaie de sa pommette n'est que superficielle. Ça lui semble être un bon moment pour s'excuser — d'être infect et cruel et stupide et arrogant et de mal la traiter alors qu'il est évident que ça semble la heurter — mais à la place, il fume la cigarette, s'observant faire sans vraiment se voir, espérant que la nicotine cache de la drogue et finissant par être déçu à chaque bouffée. Il se demande si il pourrait voir l'évolution du bleu qu'il devine déjà sous son oeil si il se regardait avec suffisamment de concentration, puis finit par abandonner en détournant les yeux pour regarder son pow qui vibre — un message de Nicky. lunch? Rien de chaud pour lui, il risquerait d'avoir envie de faire la sieste et il préfère se réserver pour ce soir — peut-être additionnera-t-il plus de deux heures de sommeil cette nuit — alors il se contente d'ignorer le message de Nicky (il remarque aussi que personne n'est rentré à la suite de Kida dans leur loge, pas même Gemma ou le réalisateur ou quiconque; à croire qu'on veuille les laisser tranquilles, ou qu'on pense qu'ils soient occupés à mieux, ou bien carrément, les autres n'ont aucune envie de se retrouver sur le no man's land truffé de mines les séparant, et ils ont bien raison) et de se lever pour aller au comptoir où, en plus de la bouilloire enchantée pour garder l'eau chaude indéfiniement, se trouve encore tous les gâteaux intouchés. Et comme il se doute que Kida ne va pas se servir là, il en rafle un maximum, se sert un gobelet de thé, et retourne dans son coin.

Il s'en fiche de Kida. Il s'en fiche d'elle, du fait qu'elle soit là, à à peine trois mètres de lui, qu'elle soit dans la même pièce et qu'il n'ait pas envie de sortir. Il n'a pas envie de répondre aux questions pour son visage, c'est pour ça qu'il reste, c'est juste pour ça. Il entreprend d'attaquer le icing de deux gâteaux à la fois sans rien dire, sans faire attention à elle, elle n'existe pas et pourtant, il a toujours cette impression qu'ils sont sur la même fréquence, qu'il va tendre l'oreille au moindre geste qu'elle va faire, que son corps va être attiré par le sien. La pièce commence à s'enfumer, sa cigarette finit sur le rebord du miroir alors que Kida enchaîne, il n'ose pas en demander une autre. “ You're not getting lunch? ” finit-il par demander quand le temps se fait long, le silence trop pesant, avec moins d'inquiétude que de curiosité. Hiram préférerait qu'elle soit celle à partir plutôt que lui, il aurait l'impression de perdre, mais il sait qu'il est en train de se mentir à lui-même: ça fait longtemps qu'il a perdu, et il ne sait pas encore si c'est parce qu'il a abandonné ou que, pour la première fois, il s'est frotté à plus fort que lui.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 513
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Pour Kida c’est bien simple Hiram n’existe plus, elle est seule dans cette pièce for all she knows. C’est l’air qu’elle a en tous cas à fumer sa cigarette les jambes croisées le regard dans le vide. Mais elle n’est que trop consciente de sa présence qui l’empêche de tirer sur la robe qui l’étouffe, qui l’empêche de hurler qui l’empêche de s’allonger par terre en espérant que le sol froid calme sa peau brûlante, elle se sent fiévreuse et elle a l’impression qu’un nouveau vertige va la prendre et elle a faim et elle se hait et elle le hait et elle se sent malade, mais elle ne peut rien faire tant qu’il est pas, même pas laisser ses larmes frustrées couler. Elle fume juste en espérant que que son cœur s’arrête d’essayer de lui remonter au bord des lèvres (s’arrête tout court). Elle fume pour effacer le goût de bile sur sa langue. Ses yeux verts se concentrent sur le miroir un instant pour le regarder alors qu’il fume l’air vide lui aussi, ses prunelles s’arrêtent sur la petite plaie sur sa joue; superficielle, elle se sent un peu mieux. Rien qu’un peu, la nausée est déjà moins présente. À peine la seconde terminée elle enchaîne sur une troisième. L’air devient nauséabond, mais ça lui est égal et lui ne se plaint pas non plus. Ils fument en silence et s’ignorent et c’est très bien comme ça, elle aimerait qu’il se tire de la pièce plus simplement et la laisse avoir une vraie pause, une pause de lui, mais puisque ça ne semble pas prêt d’arriver elle se contente de faire comme s’il n’était pas là. Elle a une poussée d’espoir quand il se lève, sauf qu’il va juste vers l’espèce de buffet qu’on leur a laissé et dont elle ne s’est encore jamais approché. Elle ne devrait même pas le remarquer et ça l’agace de le faire, de le suivre un peu des yeux à travers le miroir dont elle se détourne finalement pour reprendre son POW regarder ses messages, sa subunit a inondé leur quickenger, elle a aussi des notifications de celui de la flower squad, c’est là qu’elle se rend compte qu’il est encore tôt, ils sont là depuis des heures, mais la journée commence pour certains (les plus flemmards).

Elle sourit vaguement comme s'ils pouvaient la voir, mais ne répond pas. Elle n'a pas envie de parler, même par messages interposés. Et en même temps elle a envie d'envoyer un quicky à Azadeh, lui demander comment elle va, si elles peuvent se voir, comment elle a fait elle pour le supporter pendant aussi longtemps dans la maison des candidats et si c'est vrai qu'elle l’aime. Elle a envie d'envoyer un quicky à sa mère pour lui demander si elle peut passer le weekend là-bas (même si elle sait que Roksaneh ne la laissera pas dormir et dormir et dormir et c'est tout ce qu'elle veut faire) et ne parler de rien. Elle a presque envie d'envoyer un message à Shadi aussi et c'est bien la preuve qu'elle n'est pas bien dans sa tête, qu'il la rend complètement folle et elle le hait vraiment, vraiment. Elle va pour prendre sa quatrième cigarettes, elle sait qu'elle ne devrait pas, mais c'est tout ce qu'elle a pour essayer de se calmer. L'étourdissement a laissé place à un véritable mal de crâne, on pourrait enfoncer une perceuse dans sa tempe qu'il lui semble qu'elle aurait moins mal.

You're not getting lunch? ” elle retient sa grimace de dégoût et roule des yeux sans essayer de capter le reflet des siens. Elle repose son POW. “ Is my presence inconveniencing you? ” demande-t-elle avec acidité. Elle croit bien avoir inventé un mot, mais elle s'en fiche complètement. Elle se doute bien qu'il ne s'inquiète pas pour elle (elle fait bien attention, elle fait bien en sorte que personne ne s'inquiète, que personne ne voit ce que de toute façon personne n'a envie de voir), ni même qu'il est curieux et encore moins qu'il s'agit d'une proposition. Il a probablement envie d'être seul autant qu'elle, sauf qu'ils n'ont que cette loge et ce n'est pas son problème. He's the main, mais elle est la star qu'ils ont booké pour la vidéo. Personne ne bat véritablement l'autre, même si, dans leur autre jeu la défaite de Kida est cuisante. “ I'm good. ” fait-elle en haussant l'épaule, répondant à sa question malgré tout, comme s'il en avait quelque chose à faire, alors qu'il est très clair que non, qu'il n'en a jamais rien eu à faire d'elle et qu'elle essaye juste de se convaincre qu'elle non plus. Son POW vibre brusquement et elle l'attrape machinalement en voyant que c'est John. “ You know you're allowed in the room right? Yeah, I'm not in the studios, I'm on Diagon, thinking of getting something to eat, you want anything special? No I'm good. You sure? It's a pretty long day I don't know if you'll have time to eat again before we're done. I had a lot for breakfast. ” assure-t-elle dans un mensonge parfait. C'est aussi pour ça qu'elle est contente de ne plus vivre avec sa mère et ses tantes, et leurs petits-déjeuners complets et leurs regards d'aigle aussi, elle aurait eu du mal à empêcher son estomac de se tordre devant le bacon chaud et croquant de Shadi ou les œufs brouillés de Roksaneh. Et maintenant elle hait John de l'y faire penser. De lui faire penser à de la nourriture, à manger, et de provoquer son ventre rebelle, malgré les cachets et la nicotine. Elle raccroche prestement et repose son miroir de poche. Elle n'a pas encore fini la cigarette qu'elle a entre les doigts, mais elle n'en a plus envie brusquement. Elle relève les yeux vers le miroir et Hiram. “ Forgot to ask you if you wanted anything. ” fait-elle très platement, parce que même si ça semble poli, même si on pourrait presque croire qu'elle est désolée (elle s'en fiche suffisamment de lui pour ne pas faire toute histoire d'une simple commande, right?), sauf qu'elle hausse une épaule indifférente (elle le hait trop pour ça quand même). Elle écrase la cigarette pas terminée contre le miroir, ses doigts tremblent et elle les presse aussitôt sur les accoudoirs. “ How's your cheek? ” Là c'est l'indifférence qu'elle cherche à placer dans sa voix mais presque un léger regret dans ses yeux qui cherchent une seconde les siens. Il ne le mérite absolument pas, c'est tout à fait certain, lui ne s'est jamais excusé pour l'avoir blessée plus d'une fois mais surtout ce matin, mais elle, elle ne peut pas s'en empêcher. Elle n'est pas comme ça. Elle n'est pas violente. Et elle n'est jamais affectée à ce point par une simple remarque. Elle n'est pas vicieuse, ou n'a pas envie de l'être en tous cas.

La blessure est légère mais Kida se demande si ça va laisser une trace. Si elle aura pu le marquer au moins comme ça, même pour quelques heures, quelques jours avec un petit bleu. S'il va penser à elle en se regardant dans le miroir.

Probablement.

Elle déteste ce qu'elle devient devant lui, avec lui, c'est de là que vient son regret, rien d'autre. Sa plaie est infime, rien qu'un peu de fond de teint ne saura masquer, elle pourrait presque s'en charger elle-même, et ça l'a soulagée, right ? Elle va mieux right ? Elle va pouvoir le toucher sans avoir envie de se tuer right ?

Probablement pas.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 473
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Is my presence inconveniencing you?Du tout; où irait-elle chercher ça? Comme toute réponse, Hiram grogne et hausse les épaules, peu importe, lui a son lunch (même si c'est juste des gâteaux sans doute trop sucrés et pas assez consistants pour être considérés comme tel) et c'est très bien ainsi. La présence de Kida le dérange seulement parce qu'il aimerait s'allonger parterre ou bien s'endormir (non) ou bien fumer un joint, il ne sait pas trop, et puis il n'a pas envie de sortir mais il devrait sans doute, et puis et puis et puis rien on s'en fiche qu'elle soit là ou pas, ça ne devrait pas l'intéresser, ça ne devrait pas lui donner envie de rester. Mais- mais. Il la déteste réellement. Sa joue lui fait encore mal. Il la hait. “ I'm good. ” Whatever: il s'en fout. Il reste juste parce qu'il n'a pas envie de se sociabiliser.
Très crédible. Hiram se déteste encore plus. Il ne veut pas qu'elle soit énervée contre lui, comme le laisse présager la main qu'elle a cinglé contre sa peau. C'est juste de la conscience professionnelle (bien sûr): il ne veut pas que le clip soit compliqué à tourner, plus qu'il ne l'est déjà. Il veut que les choses soient wrapped up le plus rapidement possible pour rentrer chez lui et se préparer pour Gemma. Il devrait penser à elle, pas à Kida; c'est avec elle qu'il a un date, pas Kida. La simple idée d'aller à un date avec Kida le rend mal à l'aise; c'est incongru, étrange et pas agréable. Il ne sait même pas de quoi ils parleraient. Sans aucun doute qu'ils se lanceraient des horreurs au visage avant que l'un cède en transplanant chez lui (avec l'autre ou pas). He doesn't date, not anyone, not ever, alors il décide d'aller sur le Talking Mirror depuis son pow (seule invention ayant un intérêt à ses yeux) pour chercher des trucs et astuces dans le domaine du dating.

Pay attention to what she's saying. “ You know you're allowed in the room right? ” Il regarde le miroir, celui en face de lui cette fois, mais comprend que Kida est en train de parler à quelqu'un dans son propre pow et baisse de nouveau les yeux sur le parchemin en ligne qu'il est en train de lire. Make her feel wanted, like she's the only one in the room. “ No I'm good.Anticipate her every need. I had a lot for breakfast. ” Bref, que de la merde, ça semble plutôt évident à Hiram même si il va devoir littéralement sortir de sa peau pour laisser une entité angélique prendre sa place et son corps. Parce que bizarrement, il n'a pas envie que le date se déroule mal alors qu'il devrait ne rien en avoir à carrer. Ce n'est pas comme si il se voyait réellement commencer une relation avec Gemma ou quoique ce soit (elle a l'air gentille, trop gentille; les filles, il les préfère un peu plus comme lui, si il peut se permettre de faire un choix), mais elle a l'air suffisamment décente pour qu'il n'ait pas non plus envie qu'elle se sente terriblement mal à l'aise. Mais d'un autre côté, il ne veut pas l'encourager ou quoique ce soit...
Pourquoi il pense à tout ça, déjà? “ Forgot to ask you if you wanted anything. ” Ah oui: à cause d'elle. “ Nah. ” C'est elle qui l'a mise dans cette merde, à cause d'elle qu'il va essayer d'être décent pour une fille juste pour prouver qu'il peut l'être mais que ça fait longtemps qu'il a fait le choix de ne pas essayer, avec quiconque. Dating to prove a point. Hiram n'essaye pas de prouver les choses; elles sont comme elles sont et autrement, il s'en fiche comme d'une guigne de ce qu'on pense de lui.

Mais on n'est pas Kida. Cette réalisation est plus désagréable que prévu. “ How's your cheek? ” Ses yeux se relèvent, essayent de capter les siens avant de revenir sur sa joue dans le miroir; ses doigts reviennent tirer sur la peau par mécanisme alors qu'il grimace. “ Throbbing. ” Il a l'impression de sentir son coeur dans sa joue; le pire, aussi, est l'embarras suprême de voir, lentement, les cinq doigts de Kida se détacher sur sa peau. I feel like shit because of it; ça, bien entendu, il ne le lui dira pas. Il a désespérément envie d'une autre cigarette et, dans un grognement, finit par se lever pour aller vers ses vêtements récupérer non pas un paquet de clopes, mais une pochette de tabac et une autre contenant de quoi le détendre un peu. Il retourne à son fauteuil pour rouler tranquillement (si ça lui pose un problème, elle peut partir, il a bien dû souffrir ses cigarettes), travaillant rapidement grâce à l'habitude et finissant par douter au dernier moment quand il glisse le joint improvisé (et clairement pas assez fourni selon ses standards habituels, but you gotta do what you gotta do) entre ses lèvres. Son contrat est clair, il sera vraiment dans la merde si on le surprend à consommer de la drogue on the premises... mais apparemment elle a dit à son agent de ne pas débarquer dans la pièce et lui-même sait que Nicky n'oserait pas. Alors il allume le joint et damn the consequences, au pire (il ne sait pas encore comme il le fera) il blâmera Kida pour sa """rechute""".

La première bouffée est salvatrice, la seconde lui fait fermer les yeux. “ Did you use your ring? ” Ce n'était pas son ongle, ça, c'est sûr; il n'a pas l'air de (trop) lui en vouloir, semble presque impressionné même alors qu'il rouvre les yeux pour la regarder dans leurs jeux de miroirs, soufflant la fumée à son reflet comme si il voulait le faire à son visage. “ Because it hurts like a bitch but that was actually a good call. Hurts loads. But oh well. Deserved. Et il se rappellera dorénavant de ne pas la sous-estimer; il aurait dû y penser dès la première nuit qu'ils ont passé ensemble mais c'est à croire qu'il a toujours été du genre lent à la détente avec les filles comme elle.
C'est là qu'il se rend compte qu'il ne sait pas trop ce que c'est, une fille comme elle. C'était sensé être les filles sans cervelle ou alors qui prétendaient ne pas en avoir; les mannequins faméliques obsédées par leurs corps et les actrices stupides prêtes à tout pour un rôle et les jeunes filles de la fausse Élite à qui il a vendu de la drogue pendant la guerre, jamais celles qui y ont participé, jamais celles qui savent les vrais tenants et aboutissants d'un monde avec lequel il a lui-même du mal à se connecter. Sauf que Kida n'est pas comme ça — elle est quelque chose d'entièrement différent et il ne sait pas ce que ça veut dire, et pourquoi ça ne lui fait pas peur comme ça devrait.

Honestly? Fuck her. Il se tourne sur son siège pour faire face au sien. “ Want some, tough girl?

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 513
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Throbbing. ” Elle a encore ce mélange de plaisir vicieux et de culpabilité, au moins il n’est pas en train de mourir (ce qui semblait évidemment, mais tout de même) et elle l’aura quand même marqué, elle lui aura quand même fait mal et il le mérite, il le mérite vraiment donc elle refuse de regretter, purement et simplement. Sans cigarette entre les doigts, ni de café à boire, elle ne sait pas trop quoi faire de ses mains, ni de quoique ce soit d’autre à commencer par son cerveau qui a l’air littéralement de cogner contre les remparts de son crâne. C’est donc facile, de se laisser distraire par le moindre mouvement, pour ne penser à rien, de le suivre du regard alors qu’il se lève, qu’elle croit un instant avec espoir qu’il va sortir de la pièce pour finalement juste aller vers les portants et fouiller ses poches. Quand il revient vers son fauteuil elle tourne la tête, pour ne pas qu’il sache qu’elle l’a observé, même si ça n’a rien d’embarrassant en soi, parce que ça ne veut rien dire du tout. Il est sa seule distraction et elle a besoin d’une distraction si elle ne veut pas craquer. Elle ne voit pas exactement ce qu’il fait devant son propre miroir, elle n’a pas non plus eu le temps de voir ce qu’il a sorti de ses poches et ça l’agace un peu cette curiosité, quand il devrait vraiment la laisser totalement indifférente. Elle reprend son pow, répond machinalement aux messages de groupe (juste quelques pixies) et quand elle relève les yeux, il a quelque chose entre les lèvres. Trop épais pour une cigarette. Un joint pense-t-elle. Elle est à peu près certaine qu’il n’a pas le droit de faire ça ici et vraiment pendant un court instant elle se tâte à se lever et aller prévenir quelqu’un. Ça pourrait véritablement l’arranger, sûrement écourterait-on le tournage à cause de ça et au moins ça ne serait pas de sa faute à elle. Elle hésite vraiment, les mains posés sur les accoudoirs, prêtes à pousser pour qu’elle se lève et puis, elle se sent trop faible pour se lever, et lui donner la leçon qu’il mérite pourtant. Oui, ce n’est que ça, elle a l’impression qu’elle tiendra pas sur ses deux jambes, elle a peur d’un nouveau vertige, c’est tout. Elle essaie d’y croire en tous cas. Parce qu'elle s'en fiche des ennuis que ça peut lui causer.

Did you use your ring? ” L’esquisse d’un sourire étire ses lèvres, mais la douleur qu’elle ressent encore, transforme ça en rictus tandis qu’elle cherche de nouveau son regard à travers leurs reflets. Il n’a pas l’air de formuler ça comme une accusation, ce qui la prend un peu de court, elle pourrait presque le croire impressionné, ce qui l’agace considérablement, parce qu’il n’a pas le droit d’avoir apprécié ça même un tout petit peu. Elle pourrait presque sentir la fumée contre son visage alors même qu’elle n’est soufflée par Hiram que contre le miroir qui lui fait face, à croire que leur connexion visuelle est assez forte pour troubler ses sens un court instant. Mais non, elle est juste fatiguée. Et sa fumée a une odeur étrange, qu'elle reconnaît très légèrement. Elle est sûre que c'est un joint désormais. “ Because it hurts like a bitch but that was actually a good call. Hurts loads. But oh well. ” Il n’a pas l’air suffisamment énervé ou blessé pour son côté vengeur, et en même temps ils avoue que ça a fait un mal de chien ce qui tiraille légèrement sa conscience, mais globalement elle est assez satisfaite. Il n’y a rien qu’il aurait pu lui dire qu’il la ferait se sentir mieux, mais il s’en approche un peu. Bizarrement. “I did.” avoue-t-elle en jetant un coup d’œil à la responsable, qu’elle n’a toujours pas remis en place, ni même osé regarder avant ça et qui dispose désormais d'un nouvel ornement; un petite tâche du sans d'Hiram. Ew. Elle s'empresse de gratter l'améthyste de ses ongles parfaitement manucurés, mais ça ne part pas. “Got some of your blood on it too.” ce serait le bon moment pour grommeler une excuse si elle le voulait, sauf qu'elle le veut pas. Ça ne la tracasse pas. Ça ne lui déborde pas des lèvres du tout. Elle fouille son sac pour trouver sa baguette avant que l'envie de vomir qui a miraculeusement disparu au cours de cette semi-conversation ne refasse une apparition plus vive que jamais et jette un rapide sort à la pierre pour faire disparaître la trace d'Hiram. Elle en a déjà bien assez partout sur elle. Partout en elle.

Want some, tough girl? ” Quand elle relève le visage, il ne fait plus face à son miroir, mais à elle. Kida hésite un instant à conserver la protection de son reflet, mais fait également tourner son siège, parce que si elle a perdu depuis longtemps, elle refuse d'être complètement lâche. Peu importe que son tough girl soit ironique (ou pas), elle décide de l'être. “ Is it hash? ” Comme la neige de la première fois, elle n'a jamais gouté. Mais elle en a entendu du bien. Or maybe it's weed, elle ne saisit pas trop la différence entre les deux, ça vient de la même plante après tout. De toute façon elle s'en moque, elle va refuser parce que si elle ne l'a pas dénoncé, elle est professionnelle, elle. Elle ne se drogue pas on the job. “ Does it help with ” elle regrette déjà d'avoir commencé sa question avec une curiosité sincère, mais se dit qu'il serait pire encore de ne pas la terminer. “ headhaches? ” elle tente sa voix la plus détachée, même s'il y a peu de chance qu'elle le trompe et au fond ça lui importe peu parce que ce n'est pas comme s'il en avait quelque chose à faire qu'elle aille bien ou pas. Ça devrait la détendre non ? Peut-être bien qu'une bouffée lui ferait plus de bien que de mal. Une bouffée ce n'est rien et puis à côté de lui, elle n'aura jamais l'air high. Pourvu juste que ça ne soit pas de ces psychotropes qui donnent faim, c'est tout ce qu'elle demande. Elle se lève déjà pour le rejoindre, et si ses jambes tremblent très légèrement ce n'est que de nervosité, parce qu'elle déteste s'approcher de lui. Elle déteste son regard sur elle et le fait qu'il ait quelque chose — quoique ce soit, de quoi fumer en l'occurrence, — qu'elle désire. “ I'll take a drag yeah ” elle tend deux doigts pour qu'il y glisse le joint, si sa proposition tient toujours. Un instant elle se revoit dans les toilettes du spitfire. Want some? It makes the sex better. Et elle l'avait écouté, finalement même si elle ne l'a rejoint le nez dans la neige qu'une fois chez elle, une fois que the sex was already amazing enough. Et il n'avait pas eu tord pourtant. Peut-être que s’il y a une chose pour laquelle elle peut lui faire (à peu près) confiance, c’est ça. Il semble expert en la matière après tout.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 473
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
I did. Got some of your blood on it too. ” Il pourrait presque s'inquiéter qu'elle en fasse une malédiction, de ce peu de son sang qu'elle a sur sa bague; un sourire ironique étire ses lèvres en imaginant Kida le percer d'aiguilles à n'en plus finir dans une poupée de lui; ou alors il ne fait que rêver l'attention qu'elle lui porte. Elle finit par se retourner, alors qu'Hiram s'attendait presque à ce qu'elle l'ignore tout simplement, mais n'a pas l'air très partante, au contraire. Maintenant qu'ils sont face-à-face, il ravale son sourire, crache la profonde bouffée qu'il inspire sur le côté et non sur son visage. Il aurait peur qu'elle se décide à lui en foutre une autre sur l'autre joue. “ Is it hash? ” Elle ne demande pas comme quelqu'un qui en veut, mais plus avec une réelle curiosité. Hiram se demande si elle en a déjà fumé, décide qu'il s'en fiche, trouve que c'est bizarre, décide qu'il s'en fiche even harder. “ Weed, ” répond-t-il simplement. Elle n'a pas l'air plus tentée que ça, ceci dit, et c'est bien sa perte. Hiram l'observe sans rien dire, il peut presque voir la question se former dans ses yeux. Au moins elle ne le regarde plus avec l'air de celle prête à l'étrangler ou à lui arracher les yeux, même si il se doute qu'elle n'hésiterait pas à lui sauter dessus (et pas de la bonne manière) à la moindre remarque déplacée. Alors, pour une fois, il ferme sa gueule, et attend la suite de la part de Kida. “ Does it help with- ” Il sait qu'elle va sombrer quand elle dit ça et ne peut réprimer le léger sourire qui s'étale sur ses lèvres. “ -headhaches?

Il devrait peut-être lui dire que non. De rester assise, de rester là, il s'en va, il part, ils devraient arrêter, arrêter le tournage mais aussi arrêter de se regarder parce que ça le dérange, Hiram, parce qu'en même temps qu'il pense à ça, il n'a qu'une envie, et c'est qu'elle cède (comme avant, comme toujours) et qu'elle s'approche. “ It does. ” Elle se lève. Elle s'approche. Il ne remarque ni les tremblements ni la retenue; ses yeux sont rivés sur les siens et il reste assis, se faisant écraser par sa taille et sa présence. “ I'll take a drag yeah. ” Elle tend la main et il inhale une longue bouffée avant d'y glisser le joint, faisant passer la fumée dans ses poumons avant de la recracher en détournant la tête, sans réellement relâcher son regard pourtant. Pour une fois, il n'y a pas vraiment d'ambiguité au fait qu'il soit assis et elle debout, qu'il soit level avec ce qu'il aime tant teaser jusqu'à ce qu'elle en gémisse; il la regarde simplement dans les yeux, sachant que toute chance que quoique ce soit arrive entre eux a été réduite en néant quand sa main a attaqué sa joue sous son invitation. Quand elle lui rend le joint, pourtant, il ne peut pas s'en empêcher; plutôt que de prendre la drogue, ses doigts effleurent les siens pour les replier légèrement, les manipulant pour observer la fameuse bague. Elle est jolie, il peut imaginer, discrète et brillante à la fois. Son pouce passe sur la pierre avant qu'il ne relâche sa main, reprenne son dû. “ Clean slate? ” dit-il simplement, parce qu'il n'y a pas le sang dont elle a parlé dessus.

Ça ne veut pas dire grand chose — est-ce qu'il y a vraiment quoique ce soit à effacer de leur non-relation? Et quand bien même. “ Kidding, Kida. ” Il ne s'est pas excusé et ne compte pas le faire, doute même que ce soit suffisant. Peu importe, ce n'est pas très important de toutes manières. Pas du tout important, même. “ Keep it if you got a headache, ” finit-il par lui dire en le lui redonnant, parce qu'avec l'estomac vide et la moitié de ses neurones abandonnés au manque de sommeil, il se sent déjà en train de planer, tournant sur sa chaise pour lui tourner le dos, le poids dans son estomac s'allégeant enfin en même temps qu'il va rejoindre les nuages.

later on † I don't know. I kind of expected here to reek of sex and unresolved issues. ” Hiram lève les yeux au ciel sans répondre, se contentant de piocher dans la nourriture que Scylla lui a si gentiment apporté après qu'il l'ait prié pendant presque une heure entre chacune des dernières takes de la journée. Courte pause qu'il a demandé avant la toute fin, le soleil est loin de se coucher mais il n'a aucune résolve et au bout du troisième grognement de son ventre, Nicky lui-même a fini par céder à sa demande de pause; et à la semi-vélane de débarquer avec son poids en nourriture qu'il s'est empressé d'avaler à toute vitesse sans s'arrêter pour savourer — quoiqu'il n'y ait pas grand-chose à apprécier dans la nourriture de fast-food qu'elle a apporté. Elle-même semble plutôt dégoûtée et se détourne rapidement pour observer la loge d'un oeil critique. “ Where's Kida? I don't know. She boosted - maybe she went to get some fresh air. Don't know. Don't care. Did she eat today? ” La question est innocente, ou pas vraiment, mais Hiram n'a même pas l'envie de la relever, il se contente de marquer une pause jusqu'à ce que Scylla baisse des yeux blasés vers lui. “ Am sorry, ” dit-il en avalant sa bouchée. “ Do I look like her mum to you? I don't like you when you're not sober.I don't like you like ever. Drugs make you a bad liar too. ” Elle lève les yeux au ciel, lui pique une frite et se laisse appuyer contre le rebord du miroir en mâchonnant avec une grimace. “ Too salty. Just like you. Don't talk to me.

Scylla n'a pas fait de remarque sur son visage, Hiram sait pourtant qu'elle a remarqué parce qu'elle l'a regardé d'un air étrange pendant un instant; ils n'ont pas pu se procurer de dictame, on lui a promis qu'ils s'en feront livrer pour ce soir et en attendant, c'est du léger maquillage qu'on a appliqué sur sa joue, un sort sur son oeil en attendant de trouver une véritable solution. Il a refusé de s'expliquer — a seulement dit qu'il avait ouvert la porte trop vite et se l'était prise dans la face quand Nicky a insisté, se fichant un peu de passer pour le dernier des débiles —, de toutes manières trop high pour devenir bavard, préférant se plier aux manipulations rapides de Gemma en lui jetant des petits sourires en coin joueurs auxquels elle n'a pas répondu. “ You know what? I'm going to go ahead and say it: I miss the house. No you don't?! ” Elle semble réellement surprise, et Hiram prend ça comme une victoire, avant qu'elle ne fronce ses sourcils pour reprendre son expression habituelle. “ No you don't. I do. At least we didn't have to interact with- ” Il agite sa main comme pour chasser une mouche, avant de prendre une énième bouchée de son énième hamburger. “ -people. And I didn't have to work. But I did. No, I don't miss it. You miss your girl though.Who? ” Il sourit en coin et elle lève les yeux au ciel. “ Right, I'm going to find Kida to interact with an actual decent human being now. Bye. ” Il la regarde ramasser son sac et partir, sans un autre geste dans sa direction, et l'interpelle avant qu'elle ne passe la porte: “ tell her you're my girlfriend? Fuck off. I'm not getting involved in your straight bullshit. Okay. Scylla? Do you not think I'm a decent human being? ” Si elle est surprise par la question, elle n'en montre rien; tourne enfin la tête vers lui pendant un instant avant d'ouvrir la porte. “ What would be the point of you if you were?

Be kind, always. La porte se referme et il est de nouveau seul et il n'a plus faim mais il finit la nourriture que lui a apporté son amie avant d'utiliser sa baguette pour lancer le même sortilège que plus tôt, quand il a chassé la fumée de son (leur) joint, pour éradiquer l'odeur lancinante et désagréable du fast-food, de peur qu'elle ne s'accroche aux vêtements et autre mobilier qui ne lui appartient pas de la loge (autant dire que son appartement à lui, l'ancien en tout cas, puait littéralement; à croire que les murs s'étaient plus imprégnés de la weed que ses propres poumons). Be kind, always. Il ne sait pas pourquoi il se rappelle de ça, de sa mère, passant un peigne trop entre ses cheveux dur avec des mouvements bien trop énergiques pour ne pas être douloureux, avant de l'emmener à l'école, quand il était encore petit et qu'elle n'avait pas encore trop de travail. Quand elle était encore là. Mais aujourd'hui elle est morte, et il a vraiment besoin de quelque chose de plus dur que de la weed si il se met à penser comme ça, parce qu'il n'a pas le droit d'y penser, il s'interdit d'y penser, même si ça le fout en rogne que le be kind, always de sa mère ait fini dans les déchets de son subconscient alors qu'il s'est laissé devenir la personne clairement pas decent qu'il est aujourd'hui.

Quand la porte s'ouvre de nouveau, il s'attend à voir Scylla mais non, c'est Kida; sorti de sa torpeur, il détourne presqu'aussitôt le regard, agacé et énervé envers lui-même pendant un bref instant, avant de se forcer à respirer plus calmement. Il se prend la tête pour rien. La journée va bientôt être finie et il ne reverra Kida que pour des fonctions professionnelles, à des soirées ou des awards ou whatever, il s'en fiche, il continuera de teaser le #kidiram dans les médias, il s'en fiche, il continuera d'être le connard qu'il est avec elle, il s'en fiche. Hiram déteste Scylla; il n'aurait jamais dû lui demander de venir le voir. Il aimerait dire quelque chose; il n'y a rien à dire; ils ne sont pas en talking terms; il aimerait qu'ils le soient; ça l'énerve; il fait comme si elle n'existait pas. “ Why are you pissed at me for going on a date with Gemma? ” Il fait comme si elle n'existait pas, jusqu'à ce qu'il en soit incapable. Il se déteste. Mais après tout, comment l'ignorer alors qu'elle prend tout l'air de la pièce avec elle dès qu'elle y rentre et qu'il s'y trouve aussi? quand il a envie de la regarder pour étudier ses réactions, les garder dans sa tête et les moquer plus tard? Il la déteste, la déteste vraiment. Et sa joue lui fait toujours aussi mal.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 513
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Leurs doigts ne se touchent pas quand le joint est glissé entre les siens et c'est tant mieux. Elle en voudrait pas qu'il croit que c'est ce que ce n'est pas. Cette fois it's drugs only et juste pour s'aider à faire un travail à peu près décent et achever la journée plus vite et sans s'entretuer. Elle est un peu nerveuse malgré tout quand elle le porte à ses lèvres et tire une longue bouffée. Peut-être un peu trop longue parce qu'elle toussote un peu ensuite, mais comprend vite l'intérêt des vapeurs à l'odeur étrange sans être désagréable comme le tabac. Elle lui rend ce qui est à lui quand bien même elle en voudrait un peu plus, il lui a dit que ça aidait les maux de tête et elle sait que même pour ça elle ne devrait pas le croire sur parole, parce qu'elle ne devrait le croire pour rien du tout, parce qu'elle le déteste et que c'est un connard, mais elle le croit et elle voudrait qu'il ait raison, elle voudrait que ça marche. Il le reprend pas et vient chercher ses doigts à la place, un peu crispés parce qu'ils ne veulent pas (ils veulent trop) être touchés par lui. Elle le laisse faire un peu confuse, elle a l'impression que la weed commence à faire effet, si ce n'est légèrement, desserrant lentement l'étau autour de ses tempes. “ Clean slate? You wish. Elle met une bonne seconde à réaliser qu'il parle de la bague sur laquelle s'est arrêté son pouce. I wasn't going to keep you on me forever was I?, ça ne passe pas ses lèvres pourtant. Elle doit avoir une tolérance faible, c'est la première fois, et elle a le vendre vide, elle se sent très légère. Il a repris le joint, peut-être que c'est pas plus mal. “ Kidding, Kida. ” Elle roule des yeux malgré tout. Ils n'en sont plus à faire des blagues, elle ne croit même pas qu'ils ont déjà atteints ce stade, mais désormais c'est certain qu'ils ne s'y rendront jamais. “ Keep it if you got a headache, ” Elle le reprend presque avidement et retourne s'asseoir en le portant à ses lèvres.

Et elle le bénit presque un court instant quand ça kick in vraiment et qu'elle se sent juste bien devant le miroir.

Later † Le tournage s'est un peu mieux passé et personne n'est venu lui hurler dessus pour avoir amoché la star donc elle suppose qu'Hiram ne l'a pas balancée (parce qu'elle n'a pas entendu de murmure à ce sujet non plus) et elle est un peu rassurée; autant qu'elle veut se débarrasser de ce job, elle n'a pas envie d'être virée non plus. Le high est sympathique, pas trop fort, la laisse juste assez euphorique jusqu'à la pause suivante, quand elle commence à redescendre, mais elle a un autre café pour rester éveillée, et elle se dit que c'est bientôt fini et elle peut finir le tournage sans le tuer. Ouais. Ça va le faire. Elle se dit qu'elle re-fumerait bien sa weed, un jour. Enfin pas la sienne, de la weed tout simplement. Ça a soigné son mal de crâne et pour ça elle en est reconnaissante parce qu'elle ne croit pas qu'elle aurait pu affronter le feu des projecteurs et le regard de l'équipe qui la hait sans ça.

Les pauses sont courtes, sauf la dernière alors qu'il ne reste plus grand chose à filmer, le réalisateur n'a toujours pas eu l'alchimie dont il rêvait, mais on se plaint moins et Hiram s'est suffisamment plaint lui, pour qu'on leur offre un véritable break. Tout ça parce qu'il a faim apparemment, ça la dégoûte, il la dégoûte. Elle évite la loge cette fois, reste avec John dans les couloirs, prend quelques photographies promotionnelles, se plaint rapidement à Adi, prétend qu'elle s'ennuie, fume une cigarette dans les toilettes, rêve d'un autre joint. Et puis quand elle sort elle tombe nez à nez avec une rouquine qui n'a rien à faire là. “ Hi. ” Elle ne sait pas trop quoi penser de Scylla là tout de suite parce qu'elle l'a quand même menée en bateau ce matin et elle la hait un petit peu, mais elle lui sourit et Kida lui sourit en retour. Ce n'est pas tellement la faute de Priscilla au fond, elle pensait à son ami, avant Kida ce qui est normal en soi. C'est elle qui aurait du être plus prudente et ne pas la croire sur parole et ne pas se faire des idées. “ I brought food. Oh how lovely! I've already eaten though, but thanks. ” Elle se doute que Scylla n'est pas venue pour la voir elle et donc soit qu'elle vient de la loge où se trouve probablement Hiram, soit, elle y va. Et si c'est la première option, elle a un peu peur qu'elle ne fasse en direct la même chose que ce qu'elle a tenté par quickies. Kida l'aime bien Scylla, mais elle ne se laissera pas avoir cette fois-ci. “ It's just tomatoes.I really am full. ” Elle sourit d'un air assuré et puis actionne l'étape suivante de sa méthode imparable; changer de sujet: “ I slapped your boy. ” Scylla n'a pas l'air surprise, peut-être qu'elle a vu la trace sur la joue d'Hiram. “Made him bleed a little. ” Kida rêve très sûrement l'éclat vaguement impressionné dans ses prunelles sombres (elle les déteste parce qu'elles lui rappellent Hiram). “ Did he deserve it? You bet! ” Elles finissent par s'asseoir devant les portes du studio, Scylla mange ses tomates et lui en propose un morceau toutes les deux minutes environ, pendant que Kida fume la dernière cigarette de son paquet. Elle a aussi son premier vrai sourire de la journée depuis l'incident Hiram et elle ne mentionne pas l'échange de quickies du matin. Elle n'a pas envie de détester Scylla aussi, surtout pour ce qui n'est dû qu'à sa propre naïveté. C'est elle qui est stupide depuis le début quand il s'agit d'Hiram. “ He's a real jerk though. ” fait-elle un peu plus sérieusement qu'elle ne le voudrait avant de rentrer dans les studios, pour sa retouche maquillage qui ne devrait pas tarder (si Gemma daigne s'occuper d'elle et pas que d'Hiram). “ Don't know how you can be friends with him.

Quand elle revient dans la loge elle est soulagée que l'odeur de whatever it is qu'Hiram a mangé (quelque chose de chaud et de gras elle a vu les sachets passer devant elle et c'est bien ce qui l'a faite fuir) n'est pas restée accrochée aux murs et aux meubles. Elle va droit vers son fauteuil et sont sac duquel elle veut récupérer son chargeur pour son POW à moitié mort, ignorant sciemment l'autre occupant, comme ils savent si bien le faire. Why are you pissed at me for going on a date with Gemma? ” Elle s’arrête net dans son geste, l'embout du chargeur à quelques centimètre de son pow. Pendant un instant elle se demande si elle est encore high et entend des voix. “ Wow. ” Elle repose tout et se retourne pour lui jeter un regard quasi-outré et éclate d’un rire amer. “ Wow. ” fait-elle en se calmant un peu. “ You really think this is what it’s about? ” Le rire devient plus franc parce que vraiment il en a de bonnes Hiram. Il croit qu’elle n’est en colère que parce qu’il veut sortir avec Gemma. Non en fait, il croit même que ça peut faire partie un tant soit peu de ce qui l’énerve à son sujet; il croit qu’elle est jalouse ? Wow, indeed. S'il n'y avait que ça (il n'y a pas même un peu de ça). “ Look here star boy. ” Elle s’avance très lentement vers lui. “ You shag me, leave without a note, annoy the crap out me in that silly little contestant house, literally write a song with my MSN handle as a title so everyone around me think this ” elle le montre lui puis elle de l’index. “ Is a thing. Not to mention one about our oral sex. ” Yeah, she noticed. “You tease the fuck out of me at the EWS and leave me hanging, send me a puppy like that makes any fucking sense at all, and then you act like even more of an asshole when it's neither your fault nor mine that we have to work together and tell me I’m barely good enough to be fucked and you have the audacity to think my being mad is about your going on a date with another girl, sorry no, a woman you like? ” Elle est arrivée à son niveau et s’abaisse pour que leurs visages soient au même niveau et son regard est plein de défis; ai-je oublié quelque chose ? I don’t give a fuck who you like or who you fuck, I just don’t like being talked to like I’m shit.Because I believe it. Elle s'en fiche, elle s'en fiche complètement qu'il aille on a date, même si ça n'a pas l'air d'être le genre à aller à un date (même s'il l'a jamais emmenée elle)(parce qu'elle est pas assez bien et c'est ça qu'il lui a dit). Elle s'en fiche et devrait s'en ficher en tous cas parce qu'il n'est rien qu'une one night stand et pas exactement la première de sa vie et ça ne devrait pas l'agacer autant que ça tout ce qu'il fait et tout ce qu'il dit, sauf que c'est pas que ce date, il se trompe, c'est tout ce qu'il y a autour, c'est le fait qu'il la traite comme de la merde et le fait qu'elle y croie. “ If 'sorry' isn't the next thing you say to me then you better keep it unless you want me to slap your other cheek. ” Et y a toute la sincérité du monde dans ses prunelles vertes cette fois. Parce que maintenant qu'elle a admis qu'il a pu l'énerver au moins (la blesser surtout), il est obligé. Il est obligé ou alors qu'il ne tente pas de simili conversation avec elle.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

i'll be right there to remind you again † hitdat#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» remind me how it feels to hear your voice ✿ dylan
» | Remind You ... | [PV Gryfi]
» Remind me the story that I won't get insane | Astrid
» A million mile from home, I'm walking away. I can't remind your eyes, your face
» you remind me | oscar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres
-