Partagez | .

sujet; i'll be right there to remind you again † hitdat#2

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 538
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
kidagakash vaneUsed to walk around with a slouch, had a mattress on the floor, Now my shit straight eating all day, tryna lose weight, That good sex, we'll sweat it out, hotel bedsprings we'll wear it out, I ain't gotta tell you 'cause  You know me, you know me, Every time you try to forget who I am, I'll be right there to remind you again.
C'est son agent qui l'a réveillé à quatre heures du matin ce jour-là — il est déjà en retard, apparemment. To be fair, tout le monde est toujours en retard aux yeux de Nicky (Hiram refuse de l'appeler Nicholas et il a dû s'y faire): le tournage ne commence pas avant deux heures et le studio n'est qu'à un tour de cheminée de là, mais il n'empêche qu'il commence à connaître Hiram et sait qu'il a tendance à oublier (effacer) les rendez-vous qu'il met tant de mal à entrer dans son pow qui de toutes façons, est déchargé la plupart du temps. Hiram ne pourrait littéralement pas moins s'occuper de tout l'aspect marketing, télévisé et publicitaire de sa prometteuse carrière. Il a signé avec Gatsby Entertainment deux semaines seulement après son départ de l'émission, et une semaine après avoir vendu quelques deux milles exemplaires de sa mixtape en ligne. Il a signé avec déjà la moitié d'un album en tête, maintenant il lui faut juste un actual studio. En une semaine, aidé par les spécialistes du label, le premier hit est conçu à partir de bits and pieces d'un vieux morceau à lui; la semaine suivante il va être filmé; la semaine suivante, il va être mis en ligne. Hiram a rien compris au début. Il a l'habitude de travailler vite, mais pas à ce point-là; mais il faut avouer que c'est plus rapide de changer un beat d'un coup de baguette que de se compliquer la tête avec les machines à son du siècle dernier qui peuplent son nouvel appartement. Joyaux récupérés au fil du temps, achetés seul ou avec ses potes à l'époque où il jouait avec eux, Hiram s'en séparerait pour rien au monde, même si le studio est super beau, fonctionnel, moderne et parfait. il y a quelque chose de complètement superficiel et idiot à tout ce luxe, mais il doit bien avouer qu'il est impressionné par les moyens déployés par Gatsby Entertainment pour concrétiser le projet et au fond, c'est tout ce qui compte à ses yeux.

Quatre heures du matin, donc. Hiram n'a jamais tourné un clip, à parti si les vieilles vidéos tournées avec des caméras miteuses achetées dans des charity shops comptent. Il a à peine fermé l'oeil de la nuit et grogne plus qu'il ne répond à Nicky dans son pow, et finit par le lancer à travers la pièce avant de se lever pour se préparer. Il a reçu un storyboard il y a quelques jours mais l'ouvre seulement ce matin-là, son café à la main, pour savoir à peu près de quoi il en retourne. Il ne lit pas le nom des techniciens ni de personne, regarde juste les images en essayant d'y faire du sens. Les dessins sont animés. L'ambiance du clip est simpliste au possible, une chambre, un lit plus précisément, lui et l'autre assis chacun d'un côté et d'autres scènes un peu plus suggestives où l'autre (une mannequin, whatever) se tient derrière lui, essaie de l'attirer sur le lit tandis qu'il reste face à la caméra pour voiceover ses paroles. Super. Il a si hâte (non.). Pour une fois, il n'a qu'une envie: s'allonger dans son propre lit pour dormir. Mais Nicky le rappelle à cinq heures, puis à la demi, et avec un grognement il finit par jeter une poignée de Poudre de Cheminette dans l'âtre de la cheminée en donnant le nom du studio dont l'adresse est marquée sur le dossier qu'on lui a donné.
Nicky est en train de l'attendre, avec un sourire ravi sur les lèvres. Pour une fois, Hiram est en avance. Il a la tête qui tourne un peu, et aimerait se rouler un joint seulement il n'a pas le droit, ni au studio d'enregistrement, ni à celui de tournage, alors il se contente de faire la discussion sans trop y penser et se laisse traîner par une assistante jusqu'à une pièce où elle l'assied, efface ses cernes d'un coup de baguette, sa barbe se retrouve taillée à ses standards et ses cheveux aussi — Hiram s'en fout, ça repousse — tout en piaillant des mots qu'il n'essaie même pas de comprendre. Il y a un autre miroir dans son dos, et une autre chaise — vide. La mannequin. Il espère qu'elle est jolie. Il sait qu'elle est jolie, mais il espère qu'elle l'est vraiment. Il y pense à peine, à vrai dire. Il est trop pfatigué et de toutes manières, n'a pas envie d'être là; et comme un enfant contrarié, il faut lui demander deux fois pour qu'il se mette debout et accepte de passer aux essayages du million (au moins) de vêtements qu'on veut qu'il enfile juste pour voir ce qui rend le mieux sur lui.

C'est là qu'elle entre dans la pièce.

Hiram la regarde de l'air le plus indifférent et affable de tous les temps. Il n'a aucune envie de la voir là, pense qu'elle s'est trompée de porte et quand elle s'assied à l'autre chaise, devant l'autre miroir, sans lui adresse un regard, il comprend que non, c'est bien elle. Alors sans un regard pour l'assistante qui est en train de le prendre en photo avec sa tenue actuelle, il sort en trombe de la pièce pour retrouver Nicky qui a la tête de quelqu'un qui vient d'avoir l'exacte même discussion avec la mannequin qui vient d'entrer en trombe dans la pièce qu'Hiram a quitté. Il refuse même de penser à son nom, à sa bouche, à son goût, à sa voix et à tout. Il refuse même d'accepter sa présence. “ I'm going home. No you're not. Come on. She's been booked for weeks for today- it was supposed to be another shoot but oh well- she's a real nightmare to book you know? So busy. I know right?! No, please, Hiram, I know-- You don't. Right, I don't. But do that for me? It's only today anyway. Filming starts in another hour and if you work fast- we're looking at three different shots only- be reasonable? I'm always reasonable, ” grince-t-il en fermant les yeux avant de se forcer à sourire légèrement. “ Fine.Cool, ok! ” Il réalise seulement que Nicky a un peu peur de lui et ça parvient à le faire sourire un peu plus alors qu'il lui tapote l'épaule. “ Actually, thank you. ” Et puis il retourne dans la pièce d'essayage où l'attend une assistante à l'air un peu perdue, qui s'occupe de Kida et lui adresse un regard en coin quand il revient, un léger sourire sur les lèvres. “ No don't worry, ” dit-il quand elle fait mine de se tourner vers lui; sans demander son reste, il va s'asseoir à la chaise qu'il a quitté quelques jours plus tôt, branche son pow au chargeur qu'on a laissé à son attention. “ She needs the attention. ” Comme si elle avait pu se réveiller autrement que déjà plastiquement parfaite ce matin. “ Finish her off. ” Comme il ne l'a pas fait.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.


Dernière édition par Hiram Thomson le Mer 28 Juin 2017 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 578
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
hiram thomsonShe tricking on herself she don't need a boss (Don't you know) really ain't a thing to flaunt (That two door) stunting with the ceilings on Got these bitches in they feelings cause she paid it all Used to have a man, wasn't meant to be Made 100 bands, that's a century Saving up for plans that would never be She already made enough but she'll never leave
Are you awake?Me answering your call isn't enough of an answer for you?Cranky. Elle n'aime pas beaucoup se lever tôt. Elle n'aime pas beaucoup se lever, ou plutôt c'est surtout qu'elle a énormément de mal à le faire. Qu'elle doit mettre douze réveils pour être sûre de ne pas être en retard. Et ce, tous les matins. Kida est bookée des semaines à l'avance désormais et pas un millième de sa vie lui appartient véritablement. Quelques soirées tout au plus et encore, elle s'écroule et dort douze heures d'affilée quand elle le peut. Et tout le monde a l'air très content, mais parfois elle voudrait juste rester dans son lit, encore.  “ Sorry just checking, like are you ready? Yeah just need to put some shoes on and I'm out, you texted me the address right?Yeah. Hey listen, this is gonna be really good for you? Exposure to a different audience, plus director's mad impatient to work with you he called me to confirm you were still in himself. And everyone's really happy you're getting into some acting. ” Elle n'a pas la moindre idée de qui est everyone. Ce n'est certainement pas pour qu'elle devienne actrice qu'on l'a inscrit à la WADA, juste pour qu'elle soit meilleure en interview et sur les photos. “ It's a Music Video John. Not fucking netwitch. Not even the one I was originally booked for.Sure but's it's something.I've done some MVs for XO already.Yes but as a singer you had to be on it, this is different, you're booked as an actress-Didn't you say they were looking for models.You can choose to look at it this way or- Nevermind I'm on my way.I'll meet you there.Sweet! Bring coffee!Kida… ” Ce n'est pas tout à fait son job. “Look, you do realize this isn't the shitty little project you think, they'll have assistants.Pretty please! Nell is still sleeping and I don't know how to make a good coffee like her bring some from espat. ” Il sait qu'elle tiendra jamais les quelques heures de tournage sans. Elle a déjà bu de tchaï bien dosé pourtant. Mais ils le savent tous les deux que sans café ça ne sera jamais possible. Kida n'a pas besoin d'aller voir les médecins, il n'y a pas de mystère cette fois, la cause de sa rechute dans l'hypersomnie est facile à trouver; c'est trop facile d'avoir tout le temps envie de dormir quand on est tout le temps fatiguée. “ Kay Great, who's the artist by the way?

Elle en aurait presque fait demi tour, ç'aurait été facile, elle n'avait pas encore démarré sa jolie Posh rouge, elle aurait pu call in sick et s'excuser et elle s'en fiche, elle n'a vraiment pas besoin de ce job en plus. C'est une faveur qu'elle fait, son tournage initial ayant été annulé. Merlin sait qu'elle a bien mieux à faire que ça. Mais elle a enfoncé la clé et fait tourner le moteur et quand elle est arrivée à destination, elle s'est regardée dans le rétroviseur pour arranger un peu son visage laissé au naturel, parce que, bien sûr, c'est dans le studio qu'on va la maquiller pour les caméras. Elle passe quand même un peu de gloss sur ses lèvres et arrange ses cheveux. Elle a été bookée (malgré lui s'imagine-t-elle dans mal), elle compte bien le lui faire regretter.

Pourtant quand elle passe la porte des studios elle n'est pas aussi triomphante qu'elle aimerait l'être. Elle est accueillie en princesse et John lui tend son café (le plus fort que l'Espat a sur sa carte) et elle lui offre son majeur droit en retour. “Next time you pull some dipshit move like this on me you're fired. ” Il lève les deux paumes en l'air. “I didn't know. ”  Elle hoche vaguement la tête. Elle sait qu'il est sincère parce que ce n'est pas son genre — ni son intérêt — de la mettre mal à l'aise exprès but then il ne sait pas forcément qu'il y a de quoi. Et justement: “What's going on bet-Nothing. ”  Rien du tout, elle s'en fout. Bref. Elle croise le réalisateur sur le chemin de la loge il a l'air très content de la voir et lui serre vivement la main, puis il y a le directeur du label aussi et elle suppose un tas de gens qui travaillent avec "l'artiste". “We're very happy to have you he- Yeah ok, so I don't do kissing ok? ”  Même John (surtout John) est surpris par sa froideur. Elle n'est pas comme ça normalement, elle est professionnelle et prête à travailler et souriante et agréable même quand elle en a marre. Pas la diva qu'on croit qu'elle est, pas celle qu'elle est en cet instant. Pas nothing donc, semblent lui dire les yeux de John qu'elle ignore consciencieusement. “We'll see how the chemistry goes of course, yes, no pressure at all! Have you had a chance to look at the storyboard?No.Oh well that's fine anyways I'll talk you through it. ”  Elle pose une main sur la poignée de la love et John glisse à son oreille “He's in there. ”  Et elle pourrait l'embrasser en cet instant précis, parce que ça lui permet de se préparer, de lever un peu le menton et de regarder droit devant elle quand elle rentre et va directement vers le siège qui lui est réservé. Elle pourrait juger. Quand on l'a produit elle, elle a sa propre maquilleuse et une coiffeuse aussi et sa propre loge et son propre dressing aussi et un assistant personnel pour lui chercher tout ce qu'elle veut. Elle pourrait juger sauf que normalement ce n'est pas son genre. En cet instant pourtant elle peut le juger donc elle le fait. Allègrement.

Elle le sent et l'entend sortir brutalement de la pièce plus qu'elle ne le voit.

Kida 1 — Hiram 0.Don't worry dear he'll be back.” fait-elle sûr d'elle alors qu'elle ne l'est pas le moins du monde, le label, son agent, le réalisateur et tout le monde pourrait batailler contre lui, il est capable de s'obstiner et de claquer la porte. L'assistante lui offre un sourire hésitant et s'approche pour s'occuper d'elle alors que Kida porte son café à ses lèvres et pose son POW sur la bordure de la coiffeuse devant elle, comme si de rien était. Elle est dans son élément ici même si ce n'est pas aussi glamour que d'habitude. Elle est à l'aise ils sont sur son terrain. Pendant que l'autre lui fait tourner la tête pour étudier ses profils avant de commencer à triturer ses cheveux, réfléchir à ce qu'elle va en faire, elle se demande s'il est en train d'essayer de la faire virer. Ça devrait l'amuser, elle est là pour le pousser à bout après tout. Mais ça l'agace aussi qu'il ne l'affronte même pas, qu'il ait l'audace de faire la gueule, après qu'elle ait tous les reproches du monde à lui faire (et lui, aucun). Finalement il revient et la maquilleuse se retourne comme pour achever sur lui ce qu'elle a commencé mais il l'arrête d'un “ No don't worry. ” Elle le voit s'asseoir sur le fauteuil derrière elle depuis son reflet dans le miroir. Galanterie ? “ She needs the attention. ” Of course not. Jerk. “ Finish her off. ” Il ne la regarde pas (et elle n'ont plus elle le sait que parce qu'elle a zyeuté son reflet un quart de seconde), mais elle sait que la remarque est pour elle bien plus que pour la pauvre sorcière qui ne sait du tout dans quelle fosse aux lions elle vient d'être lancée.

Vide vide vide. Il l'a laissée vide et chaude et ouverte et tremblante, il l'a abandonnée avec un sourire sur les lèvres et un peu d'elle sur les doigts. You'll miss me. Il l'a laissée pour ride off the high seule. Douleur physique, confusion, frustration intense, haine, la pire honte de sa vie, tout est passé sur son visage quand il a quitté la pièce. Le high — elle aurait pu lui offrir le bon dieu sans confession et come completely undone simplement sur un dernier souffle chaud de plus au plus profond de son être — s'est mu en rock bottom quoiqu'elle ait essayé de compenser, de finir elle-même ce qu'il a commencé. Elle n'a pas passé la nuit à l'hôtel ce soir là, elle est directement rentrée chez elle avec le premier portoloin, traînant un peu dans Paris avant ça. Elle le hait. Vraiment complètement et uniquement. Il n'y a véritablement plus rien d'autre qui l'agite, rien pour la distraire de sa haine.

Elle pose les yeux sur lui, le regarde même si on pourrait croire qu'elle voit à travers tant ses prunelles ne montrent rien, vides vides vides, comme il l'a laissée. Elle pourrait tout aussi bien ne pas l'avoir entendue. “ Don't tell me you didn't know who they booked? After all the money they spent on me tsss ” elle devient chère en plus d'être difficile à avoir. Elle sourit, mais c'est adressé à l'assistante qui finit s'appliquer le léger fond de teint sur sa peau. “ Director said he wants something light for you just some red lipstick maybe? ” Son regard manque de voler vers lui. “ Perfect. ” Et quand l'autre se penche pour piocher dans ses trousses de maquillage et chercher la teinte parfaite Kida sort son POW “ I can play some music right? ” Sauf que ses doigts n'attendent pas la moindre réponse pour pianoter et les premières notes de sa chanson envahissent la pièce. L'une de ses chansons elle en a plusieurs, deux, c'est sur ça qu'il l'a quittée (Think of that precise moment when you listen to your songs,), une révélation maladroite qui ne l'a frappée qu'après coup, quand la frustration est retombée. Elle a failli la jeter par terre cette mixtape offerte et l'éclater d'un coup de talons aiguilles, mais non. Dans le Paris moldu elle a acheté un walkman et elle l'a écouté en chemin vers l'OPI parisien. Elle était totalement prête à haïr KDGKSH, sauf que, elle n'a pas même détesté, même pas un peu. Elle n'a pas haït la suivante qu'elle a compris comme la concernant également, non plus. Elle était prête et aurait véritablement voulu détester les chansons (toutes ces chansons d'ailleurs, mais en particulier celles sur elle) avec la même intensité que lui, mais les chansons sont bien et ça l'a proprement saoulée. Ça l'a surprise aussi parce que c'était loin d'être des diss. Quelques fans de #kidiram sont même allés jusqu'à y voir une quelconque déclaration, elle a ri jaune en voyant ça lorsque la mixtape a été officiellement publiée sur les réseaux sorciers; clairement ils ne savent pas de quoi ils parlent. La cassette elle-même a fini dans la Tamise dès le retour de Kida à Londres. Et le pire c'est que ça l'a fait chier. Le pire, c'est qu'elle a regretté quand elle a du télécharger la chanson pour pouvoir l'écouter (la première seulement l'autre, étant prétendument trop explicite (alors qu'elle l'a réécoutée plusieurs fois aussi) pour elle) et lui donner son fric au passage. Ce n'est que quelques mornilles mais ça l'a fait chier. Proprement. Sauf que mieux valait ça que d'aider ses statistiques en l'écoutant en streaming. Donc elle l'a achetée et maintenant elle la joue sur son POW et chantonne même doucement, lèvres fermées, quand la voix d'Hiram prend le dessus sur l'instrumental. La maquilleuse lui met un petit peu de fard à joue avant de s'attaquer à ses lèvres. Quand elle lui fait signe de les faire rouler l'une contre l'autre pour bien étaler, Kida harponne le regard d'Hiram à travers leurs miroirs. Comme la première fois.

Sauf que ce n'est pas la première fois, elle le connaît maintenant, elle le déteste maintenant, elle le tuerait bien maintenant. Elle sourit même si ça n'atteint pas ses yeux . “What is the song even called? ” elle parle de celle pour laquelle ils vont filmer le clip évidemment et dont elle ne connaît pas le nom et qu'elle n'a jamais entendu (et si ça avait été released même en simple teaser sur son MSN, elle le saurait; stalker les gens qu'elle hait est une spécialité). Elle n'a aucune idée de ce qu'on attend d'elle d'ailleurs, l'avertissement qui sous-entendait qu'on ne la payait tout simplement pas assez pour qu'elle l'embrasse sous les projecteurs n'ayant été qu'une mesure de prévention. Au cas où. Des fois qu'ils croiraient. Elle ne sait pas ce qu'on va lui demander de porter non plus. Elle s'en fiche, elle veut juste l'emmerder et vu comme il a quitté la pièce quand elle est entrée elle sait que ça marche déjà. Elle est juste venue pour lui faire regretter de l'avoir lâchée comme ça. Pour lui montrer qu'elle s'en fout que, quelqu'un d'autre (n'importe qui) peut parfaitement la finish off.

Elle a à peine posé sa question sur un ton presque ennuyé que l'outro de KDGSKH joue et pendant qu'elle laisse l'assistante boucler une mèche de ses cheveux d'un coup de baguette, elle fait plus que siffloter l'air de la chanson, elle harmonise presque avec la voix d'Hiram: “I wish you could be a corny bitch i could unfollow, you wish I was a corny nigga you could unswallow.”  Elle ne prend même pas le soin de changer les pronoms comme si le you n'était pas elle, le I, lui-même. Elle a un sourire indéchiffrable sur les lèvres quand elle se lève ensuite pour qu'on lui montre le choix de tenues. Elle éteint la musique sur son POW (par peur du mode aléatoire, elle ne voudrait pas qu'il découvre qu'elle a aussi certaines de ses perfomances au MFactor enregistrées sur son téléphone) alors que souvent c'est précisément quand elle est en plein essayage qu'elle en écoute le plus. “What's this song about then? Sex or drugs? Or just the usual: both? ” Elle ne le regarde même pas, se contente de toucher du bout des doigts les tissus qui s'offrent à elle.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 538
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Hiram ne se sent pas coupable. Il croit, il n'en est pas sûr. Elle l'a fait freak out et ça arrive rarement et c'était désagréable; peut-être qu'il aurait dû parler, ou au moins l'obliger, ou au moins la finir. Mais non, il est parti comme un lâche, n'a laissé que la mixtape derrière lui et rien d'autre, le goût de ses lèvres et du Fabuelo et de sa jouissance sur la bouche, comme un putain de lâche et pourtant il n'a rien regretté, juste pour la colère et la frustration sur son visage, juste pour cette victoire là où, en entrant dans le seul endroit au monde où il pensait être en sécurité (le studio, le monde de la musique, son monde à lui), elle vient de détruire toutes ses résolutions. Kida - 1 Hiram - 0 en effet; le compteur n'a même pas besoin d'être formulé pour être évident entre eux deux. “ Don't tell me you didn't know who they booked? After all the money they spent on me tsss. ” À ces mots il la regarde et cette fois, ses yeux ne lâcheront pas Kida, dans le jeu de miroirs auxquels ils s'adonnent. C'est plus simple de regarder son reflet multiplié à l'infini qu'autre chose. Il s'empare de son pow comme si de rien n'était, mais ne le consulte même pas. Elle accapare toute son attention. “ Doesn't make much of a difference to me. ” C'est un mensonge, lui qui sort de la pièce en tempêtant prouve bien cela, et c'est stupide parce qu'Hiram ne lui ment pas, normalement, mais cette fois il se sent presque... blessé, ou en tout cas menacé, de l'avoir ici dans cette même pièce que lui. Surtout qu'ils vont devoir passer une journée ensemble, professionnellement parlant. Il la hait tellement d'être là, surtout quand il voit désormais sur son visage qu'elle est juste venue le tourmenter. Lui rendre la pareille. Petty. Il aime bien ça.

Quand l'assistante propose du rouge pour les lèvres de Kida, Hiram se sent sourire, la regardant à travers le miroir, un vrai sourire, parce qu'ils savent tous les deux combien c'est évocateur comme elle comme pour lui. Il ne dit rien, reste immobile, son pow relevé devant lui mais pas déverrouillé, ses yeux vissés sur les siens même quand elle ne le regarde pas. Il la déteste et elle l'intéresse et ça le fait la détester encore plus. Elle demande si elle peut jouer de la musique et la met sans attendre son approbation, alors même qu'il redoute déjà son choix — il pense qu'elle va lui faire subir un truc nul, ou gênant, ou une blague stupide mais à la place, c'est sa première chanson à elle qui résonne et en reconnaissant les premières notes, il roule des yeux — le charme est brisé, il ne la regarde plus et cette fois, déverrouille son pow d'un mouvement du doigt pour chercher quelque chose à consulter, genre get over yourself. C'est insupportable et étrange en plus d'entendre sa propre voix et sa propre musique dans un espace confiné, surtout quand le sujet de la chanson se trouve dans la même pièce; il n'en montre rien, pourtant, ne humant même pas l'air en même temps qu'elle. C'est seulement quand l'assistante se penche pour mettre le fameux rouge sur les lèvres de Kida qu'il relève le nez pour l'observer presser ses lèvres l'une contre l'autre, le regard vert qu'elle lui renvoie et sa bouche désormais rouge avec laquelle elle expérimente tordant quelque chose ressemblant à un désir fou dans son estomac. En attendant, aux cinq textos qu'il vient de lui composer, Scylla lui répond un simple let me sleep complètement égoïste puis un use your dick this time agaçant. Il la déteste elle aussi, elle ne parlait certainement pas comme ça avant qu'ils ne commencent trop à se fréquenter.

Il n'arrive pas à décrocher ses yeux d'elle. Un autre problème. Kida - 1341084 Hiram - 0, elle a l'upperhand pour ce tour et il ignore complètement ce qu'il pourrait faire pour renverser la balance. “ What is the song even called? ” Il se tourne sur la chaise pivotante pour ne pas avoir à la regarder à travers le miroir; inutile de prétendre qu'il fait autre chose quand il fait face au sien. Hiram suit des yeux l'assistante et en profite même pour la reluquer parce qu'elle lui tourne le dos, ajoutant des touches ça et là de maquillage et de sorts au visage et aux cheveux de Kida qui, selon l'opinion pas du tout biaisée d'Hiram, n'en a aucunement besoin. Mais peu importe parce que lui aussi de toutes manières va se faire maquiller quelques retouches (il déteste ça) et il n'est vraiment pas impatient à ce que ça arrive dans une pièce où se trouve aussi Kida. “ Earned It, ” lâche-t-il. Il n'en dit pas plus. La plupart des paroles ne sont même pas les siennes en plus, il ne fait que les chanter et apparemment, les droits sont négociés pour qu'elle apparaisse dans un film, cette chanson. Gatsby Entertainment avait juste besoin d'un chanteur et il a volontiers prêté sa voix en y ajoutant son grain de sel, peu importe. Qu'est-ce que ça peut lui foutre? (À part le fait qu'elle va l'écouter en boucle toute la journée).

Hiram ne la lâche pas du regard, quand elle chante en même temps que sa voix enregistrée (il en sourit encore plus; woah, way to be offensive, pourrait-il dire, mais il aurait presque peur que Kida rencontre son regard, qu'elle ignore sciemment, et voit tous les sentiments conflictuels qui le tourmentent, le désir et la colère et la tentative d'indifférence et l'agacement profond et le désir), quand elle se lève, quand elle va vers les tenues taillées pour elle, nettement plus légères que les siennes. Elle joue l'aguicheuse dans ce clip (who ends up earning it) et lui le courtisé indolent; il ne sait même pas comment il va tenir. Elle éteint la musique (thank God). “ What's this song about then? Sex or drugs? Or just the usual: both? ” Elle pense vraiment le connaître à ce point, hm? Tant pis pour elle. Hiram hausse une épaule et puis se détourne pour prendre son pow à lui et cette fois, joue la working demo de la chanson sur laquelle ils vont travailler aujourd'hui. “ It's about sex, ” dit-il simplement, sans aucune forme de gêne ou de retenue — à quoi bon, ils n'en sont plus à ça près. “ It's about a girl I met who earned to be fucked. Doesn't happen all the time, you know? ” Hiram a une petite pensée pour la pauvre assistante qui fuss about sans trop savoir où se mettre; grand prince, il baisse un peu le son de la chanson (dont les paroles deviennent presque indiscernables) avant de se lever à son tour. Le sous-entendu est clair: Kida ne le méritait pas, pas cette fois, et il s'en fout de la blesser, c'est même le but. La chanson est à propos de personne en particulier, il ne l'a même pas écrite seule et n'était même pas là au début de la production du hit, donc peu lui importe qu'elle pense qu'il soit obsédé par elle (il l'est). “ I'm hungry, ” indique-t-il d'un air morne et l'assistante lui désigne un coin avec un peu de nourriture, des gâteaux et de quoi se faire du café; il se contente de s'emparer d'un cupcake, retournant s'asseoir et observant Kida sans aucune forme de pitié, une cheville posée sur un genou mais les jambes bien écartées — A Man ™ —, un doigt venant récupérer l'icing du cupcake pour se glisser dans sa bouche langoureusement, sa langue venant râper contre le chocolat sans que ses yeux ne la quittent.

Hm. Errr- ” Pauvre fille. 'Cause girl you're perfect / You're always worth it / And you deserve it: un tissu de conneries que tout cela. Mais il aime bien la chanson au fond, même si ce n'est pas vraiment sa vibe habituelle et que c'était plus imposé qu'autre chose au début, et il se dit que finalement, c'était pas si mal de signer avec ce label-là parce que d'après eux, ça va être un hit. Et Hiram coure après une seule chose autant que les drogues ou les filles, et c'est la reconnaissance. “ What are you doing later? ” demande-t-il brutalement, ce qui lui donne la fabuleuse opportunité de se faire regarder par les deux jeunes femmes présentes, alors qu'il repose son cupcake vidé d'icing (il n'aime pas le gâteau en lui-même) sur le rebord de son miroir avec un petit sourire, se redressant sur son fauteuil. Il apprécie l'attention, le visage gêné de l'une (mais curieux, presqu'impatient) et impassible de l'autre (il la hait), et attend une seconde de plus avant de répondre, ses yeux férocement vissés sur l'assistante qui rosit légèrement quand elle comprend qu'elle était la cible de l'attention. “ We're going to be working here for quite some time but if you're not too tired after today, I was wondering if you'd like to go out for a drink?A real gentleman; cette fois, son monde il le construit autour de cette assistante dont il ignore le nom, et Kida n'en fait pas partie.


• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 578
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Earned it. Earned it. Rien qu’au nom elle…rien du tout; ça pourrait être aussi bien sur le sexe que la drogue les deux seuls centres d’intérêts d’Hiram à en croire Kida. En réalité ça lui est bien égal de savoir sur quoi est la chanson, ça lui est même égal qu’elle soit bien ou non, elle veut juste lui jeter à la figure que y a que sur ça qu’il sait écrire (et encore). Il ne réagit pas assez au dig à son goût, mais l’attention de Kida est déjà portée aux vêtements qui s’offrent à elle, l’assistante va ouvrir la bouche pour les lui présenter, lui expliquer what they’re going for mais quelques instruments de musique viennent couvrir sa voix et l'arrête dans son élan. Kida retient l’envie de jeter un regard par dessus son épaule; elle devine facilement qu’il s’agit de lui faire écouter la chanson et elle ne lui fera pas le plaisir de tendre l’oreille. Pas ostensiblement en tous cas. “ It's about sex,Two lyrics in, et elle le savait déjà; elle n’avait même pas besoin que sa voix commence à le chanter pour savoir, le rythme de la chanson et plus précisément la signature temporelle de l’instrumental en disait déjà assez long. Classique, pour toute chanson que l’on veut typiquement, (de façon commerciale, et elle se fait la remarque que c’est étrange venant de lui) sexy. Elle veut bien l’accuser de tous les maux, mais ne peut honnêtement l’accuser de donner dans ce genre de clichés. Enfin, elle ne croyait pas. Mais peut-être, sûrement, qu'elle ne le connaît pas vraiment, pas du tout, finalement. “ It's about a girl I met who earned to be fucked. Doesn't happen all the time, you know? ” Son corps se tend une demi-seconde et un rictus fend les lèvres qu’il ne peut pas voir. Alors comme ça, elle le méritait pas ? Croit-il qu’elle en ait quelque chose (la moindre chose) à faire ? Il n’est personne pour elle, qu’un pauvre type qui a été un bon coup une fois (plusieurs fois, quoiqu’une seule soirée) et le pire amant de sa vie une seconde fois. Elle s’en fiche de lui, elle veut juste lui arracher tout ce à quoi il tient, elle veut juste planter ses griffes dans le sourire qu’elle croit deviner. Elle veut juste qu’il la ferme et éteigne cette chanson complètement débile et nulle et- qu’est-ce qu’on attend d’elle au juste dans ce clip ? Entre les paroles et les tenues sur les portants qui lui font face, elle se fait une idée assez nette de la chose; elle n’aime pas, mais c’est une mannequin de sous-vêtements qu’on a booké elle ne devrait pas s’étonner d'être traitée comme telle.

Le volume baisse imperceptiblement, les syllabes prononcées par Hiram sur l'enregistrement à peine discernables, ce qui l’arrange sans qu’elle ne se l’avoue exactement. “ I'm hungry, disgusting. L’assistante, dont Kida remarque le trouble certain, pointe un coin de la pièce pour lui et se retourne vers elle. “ So you should have two different outfits one is a dress, a nightdress really, and we had those five options picked out for you.” Elle écoute, suit son regard pour étudier les propositions. “ And then there’s an underwear scene.” Of course there is. Devant les types qui sont derrière la porte, et surtout sans Hiram dans la pièce, elle aurait secoué la tête, croisés les bras sur sa poitrine et rejeté l’idée en bloc: hors de question. No fucking way. Sauf qu’il est là. Et que l’une des choses pour lesquelles elle est la plus connue c’est bien sa qualité d’Angel, pas seulement de mannequin occasionnelle de sous-vêtements, mais de véritable égérie. Alors elle n’a pas vraiment le background pour refuser sans provoquer questions et suspicions et elle s’en fout, mais elle est là pour gagner, alors elle hoche la tête. Elle sent les yeux brûlants d’Hiram dans sa nuque (ou peut-être qu’elle se l’imagine seulement), “ Sweet.” L’assistante a l’air occupée ailleurs, alors Kida suit son regard quelques instants, croise celui d’Hiram complètement fixé sur elle alors qu’il lèche son doigt plein d’icing du cupcake sur lequel il a jeté son dévolu. Loin d’appâter Kida ça la dégoûte, tout ce sucre (dont elle rêve) qui la crève. Elle se retourne apparemment complètement indifférente vers le portant de sous-vêtements qu'elle aurait déjà examiné sans cette (rude) interruption. Elle n'est pas flattée par le regard d'Hiram qu'elle sent sur elle depuis plusieurs minutes, elle n'est rien, juste un peu satisfaite peut-être parce qu'elle voulait qu'il la regarde, qu'il regrette, qu'il s'agace, qu'il s'énerve. Elle voulait tout ça et ça devrait pas la déranger que ça arrive.

L'autre a l'air complètement flustered et Kida aurait pitié si elle ne la jugeait pas tant. Pauvre enfant (elle a l'air d'avoir bien cinq ans de plus qu'elle, mais peu importe). Soit elle ignore le démon qu'elle a devant elle, soit elle est aussi stupide qu'elle-même a pu l'être et Kida la prendrait bien à part pour lui donner deux ou trois conseils, sauf que ça serait admettre qu'il y a eu la moindre ombre de quelque chose entre eux (ce qui est absolument déjà évident, quand bien même elle le nie) et elle ne peut pas faire ça. La chanson est nulle, mais pas trop. Elle est différente de ce à quoi elle s'attendait (non, elle ne s'attendait à rien), mais elle n'est pas (encore) capable de mettre le doigt dessus. À la place elle désigne une des robes, d'un rouge aussi puissant que celui qui orne ses lèvres, le satin délicat sous ses doigts, mais “ What are you doing later? ”, l'assistante ne la regarde pas. Kida se retourne, maintenant un visage impassible alors qu'elle est profondément agacée de son audace. Il a du culot Hiram, il en a toujours eu, elle aurait presque pu dire que ça faisait partie de son charme avant, aujourd'hui c'est juste énervant. Et puis il visse son regard sur l'autre jeune femme et Kida voit aussi rouge que ses lèvres et la robe désignée.

Le culot n'est pas assez pour définir tout ce qu'il est; ce mélange d'assurance outrageuse, de je-m'en-foutisme révoltant, et ce goût insensé pour la provocation. Elle le hait, tellement. Elle se contente de battre des cils pourtant, le corps vibrant littéralement de colère. Il ose, il ose il- “ We're going to be working here for quite some time but if you're not too tired after today, I was wondering if you'd like to go out for a drink? ” Et l'autre qui rougit et en glousserait presque. Kida meurt d'envie de quitter la pièce en trombe, comme lui. De balancer son café à la figure de l'un ou de l'autre alternativement, de lui hurler à la gueule tout ce qu'elle a envie de lui reprocher depuis des semaines. Elle meurt d'envie de tout saccager dans cette pièce et de lui dire de la regarder elle et elle seule, parce qu'il le lui doit bien, il lui doit au moins ça. Il n'a pas le droit de lui nier ce petit plaisir. Il n'a pas le droit de faire ça. L'autre se tortille un peu sur place et Kida ne l'écoute même pas “ Sure! I mean, if…no, I don't think I'd be too tired for that.” Kida ne sait pas si elle rêve le regard qui glisse sur elle, presque craintif; croit-elle que la mannequin en a quelque chose à faire ? “ Make sure he doesn't slip a pill in that drink honey ” fait-elle avec indifférence à l'intention de la sorcière qu'elle compte faire se ranger de son côté. Et puis elle hausse une épaule et se retourne vers les vêtements. Elle pourrait plutôt lui dire de faire attention à ne pas se laisser entraîner dans une cabine de toilettes, ne pas accepter qu'il sniffe de la neige à quelques centimètres de sa poitrine, courir dans l'autre sens si son corps réagit trop au moindre de ses souffles. Elle pourrait lui dire de faire attention, parce que c'est un putain de tease et pas un bon, parce qu'il va la laisser high and dry elle aussi (elle refuse de penser qu'il puisse en être autrement que ce traitement là lui a été réservé). Au lieu de quoi elle dit n'importe quoi, balance une accusation sans fondement, il est beaucoup de choses, mais ça il ne l'est pas ; au moins le dit-elle avec assurance, tente-t-elle de se réconforter. Dammit elle a oublié de compter ses points depuis qu'il est revenu dans la pièce, sûre de sa victoire, mais elle sait qu'Hiram vient d'en gagner une dizaine d'un coup. “ So I'm thinking this one for the dress and for the underwear, shouldn't the main decide? ” La voix est parfaitement détachée, elle pourrait tout simplement redemander du café qu'elle n'en serait pas moins intéressée (elle le serait même plus). “ Good choice and errrr yes? ” Elle n'a pas besoin de la regarder pour savoir que ses prunelles grises dardent de nouveau la star de la vidéo. Ça promet d'être awkward pour tout le monde. “ There's another room in the back if you-” Kida a déjà deux doigts renfermés autour du zip de sa robe, qui tombe au sol avant que la phrase ne soit achevée. Le bon côté d'être égérie d'une marque de sous-vêtements c'est qu'on en a toujours des beaux sous la main (de toute façon si pour aller courir ou faire ses course il peut lui arriver de se laisser aller un peu, ou voir dans le second cas de ne pas en porter; pour un shoot, quand elle sait qu'au moins une personne la verra se déshabiller, Kida n'oublie jamais d'assortir ses undergarnements). Elle ôte ses baskets de deux coups de talons sans en défaire les lacets et se retourne vers les deux fauteuils qui trônent face à face au centre de la pièce. Elle devrait faire glisser la robe choisie de son cintre et l'enfiler, au lieu de quoi elle se retourne vers Hiram, mais pas vraiment, marchant comme si elle était sur un podium vers le miroir qu'elle a quitté un peu plus tôt pour récupérer son POW et son café qu'elle finit d'une traite. “ Or I could wear those. I mean. What do you think? ” Un très léger coup de hanche pour poser comme sur une photo alors qu'un sourire délicieux étire ses lèvres, mais c'est l'autre femme qu'elle regarde, c'est à elle qu'elle demande son avis. Et aussitôt elle baisse les yeux sur son POW et découvre avec surprise un quicky de Scylla. he's freaking out, wait what? Elle lève un doigt vers l'assistante, genre hold that thought, sans même la regarder. he's weak Kida, Scylla ne s'est pas trompée de personne donc, c'est bien à elle qu'elle s'adresse, aussi étrange que ce soit. Get it Trop vite pour qu'elle s'en empêche elle jette un regard curieux à Hiram avant d'esquisser un sourire en faisant mine de tapoter sur son POW (genre le sourire n'a rien avoir avec lui, elle est juste en train de papoter tranquillement). Or don't, le sourire s'agrandit très légèrement but please leave me out of it. Scylla devrait être en train de dormir, mais ce n'est pas ça le plus étonnant, le plus étonnant c'est qu'elle sache que Kida est là et avec lui. Elle n'est pas aussi stupide qu'elle en a l'air ou qu'elle-même le croit parfois, la déduction est facile, rapide. Leave me out of it; mais ce n'est pas Kida qui en a parlé. Elle a longtemps été…agacée par la proximité entre la rouquine et Hiram, possessivité habituelle pour les quelques têtes de son tableau de chasse (non) et aujourd'hui, maintenant qu'elle connaît personnellement l'ancienne candidate du MFactor et l'apprécie véritablement (elle aurait aimé que ça ne soit pas le cas), elle s'en fiche (pas) mais elle ne comprend toujours pas tout à fait ce qui les lie; ce qu'elle sait en revanche, en cet instant, c'est qu'Hiram lui a dit qu'elle était là, et elle ne sait quoi d'autre. He's freaking out. Il lui a dit qu'elle était là et Scylla l'encourage à le torturer (enfin pas vraiment, mais peu importe) et elle ne sait pas trop ce que ça veut dire (he's weak, Kida) sauf peut-être qu'elle a l'avantage, malgré tout. Thanks for the heads up. xx

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 538
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
L'assistante semble ravie et Kida- Hiram ne la regarde pas. Il l'ignore, sciemment, ne la regarde pas, même du coin de l'oeil. Elle n'existe pas parce que pendant cet instant, il n'y a que lui et cette fille dont il ignore tout dans sa tête, dans ses yeux, dans son monde. Elle y a eu droit à ce regard mais c'est fini maintenant, il sait qu'elle préférerait s'arracher les yeux plutôt que de céder une troisième fois à la tentation et honnêtement, elle a bien raison. Véritablement, il n'a pas d'everything à donner à quiconque et autant lui épargner de souffrir au-delà de la frustration dans laquelle il l'a laissée se dépatouiller il y a presque un mois maintenant.“ Sure! I mean, if…no, I don't think I'd be too tired for that. ” Hiram sourit en coin — un sourire boyish, presque cute sur ses lèvres, qui plisse son visage et le transforme complètement. Elle a l'air flattée et ravie et elle a bien raison de l'être parce que Hiram doesn't do dates, doesn't go on dates, doesn't date. Il trouve ça un peu cruel d'utiliser la pauvre fille comme ça juste pour agacer Kida, mais il se promet d'y aller de toutes façons, que ce soit juste pour échanger quelques mots ou pour s'excuser de leurs comportements pas très professionnels de la journée. Quoiqu'elle ait l'air tant enthousiaste que la soirée risque de finir plus agréablement. “ Make sure he doesn't slip a pill in that drink honey. ” Kida se détourne et c'est toute la confirmation dont il a besoin. Il espère qu'elle est agacée et énervée, qu'elle s'imagine qu'il traiterait cette fille de la même manière qu'elle. Il espère qu'elle essaie d'imaginer mais qu'elle n'y parvienne pas. Il espère. “ Or we could go for coffee, ” dit-il parce qu'il voit bien que la remarque de Kida n'est pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Il hausse les épaules, toujours avec ce petit sourire sur les lèvres — il ne l'a pas lâchée de son regard noir, profond et intense, et l'assistante doit s'en rendre compte parce qu'elle cligne des yeux et se détourne d'un air affairé. “ So we can get to know each other quietly. And safely.

Hiram doesn't date and he sure as hell doesn't go to coffee shop quand ils ne font que vendre des boissons: c'est trop soft pour lui et puis franchement ennuyeux, trouve-t-il. Il n'est pas romantique, il ne cherche pas quelqu'un qui l'est alors get to know each other c'est un peu une blague pour lui. Mais l'assistante (il faut vraiment qu'il apprenne son nom et s'empare de son pow pour demander à Nicky) semble un peu rassérénée donc ça a le mérite de lui assurer un plan pour ce soir. “ I'd like that. ” Il sourit encore plus. Cible harponnée, il n'a plus à s'en soucier, maintenant il va pouvoir parader auprès de Kida avec toute l'arrogance du monde parce qu'elle sait désormais ce qu'il va être occupé à faire ce soir — celle qu'il va se faire ce soir.  “ So I'm thinking this one for the dress and for the underwear, shouldn't the main decide? ” Hiram relève les yeux de son pow (elle s'appelle Gemma d'après Nicky) en entendant ça, regardant la tenue choisie par Kida puis Kida elle-même; et si elle a l'air complètement désintéressée, c'est son cas à lui aussi. Après le coup de sang où il est parti en trombe de la pièce et le teasing des chansons, c'est la guerre froide. Tant mieux, c'est plus facile pour tout le monde ainsi. “ Good choice and errrr yes? ” Hiram s'en fiche, hausse les épaules en réponse au regard de l'assistante. “ There's another room in the back if you-

Mais non, Kida fait tomber la robe et Hiram sourit légèrement derrière le poing fermé qu'il a posé contre sa bouche, il est complètement avachi sur sa chaise et la tourne pour suivre complètement la mannequin du regard alors qu'elle parade en sous-vêtements. Ils sont de bonne facture, certainement PS vu ce qu'il sait de son contrat avec la fameuse marque (elle est devenue une égérie, un Angel de la marque) mais il se demande surtout dans quel état ils sont, d'une manière un perverse, avant de relever les yeux vers ceux de Kida. Il la dévore du regard et apparemment, c'est à lui de décider; pourtant, elle s'adresse à la jolie Gemma: “ Or I could wear those. I mean. What do you think? ” Mais lève un doigt en regardant son pow quand l'assistante fait mine de répondre. Elle a l'air taken aback pendant un instant, ferme la bouche qu'elle a ouvert, et Hiram saute sur l'opportunité pour se tourner vers elle. “ So did you go to Hogwarts? ” La question a le mérite de la sortir de sa torpeur silencieuse (elle semble complètement avoir bugué sur le doigt que Kida a levé dans sa direction). “ Hm... no, I didn't actually. Uagadou.Oh really? That's what I thought. I would have remembered you if you had went with me to Hogwarts. Haha. Yeah. ” Elle semble un peu gênée mais Hiram ne cesse de la regarder, l'expression avide qu'il avait en observant Kida redevenant presque sweet quand il détaille Gemma avec un petit sourire. “ My mum went to Uagadou actually. ” Il parle rarement de lui et de son passé, encore plus rarement de sa mère, mais c'est suffisamment anecdotique pour ne pas qu'il se sente vulnérable. “ Did she? Yeah. She always told me about it. I used to dream of waking up one day with my selection token in hand, you know?Maybe- maybe I could tell you about it tonight? Yeah, I'd like that. That sounds interesting. ” Elle se mord la lèvre avec un petit sourire satisfait, avant de détacher son regard quand le doigt de Kida se baisse; elle écrit un message et puis madame la mannequin revient dans leur monde.

Hiram consent à tourner une paire d'yeux indifférents vers elle. “ Maybe we should ask the production because I don't remember us having a contract with Poominah's Secret. Not that you don't look good wearing it. But it'd look better on the floor. Il hausse les épaules. “ Honestly, Gemma, it's up to you. ” (Elle semble soulagée qu'il connaisse son nom. Nicky I owe you.) “ She could be naked for all I care. ” Et sans un autre mot, il tourne sur son fauteuil pour faire face à son miroir et pouvoir se concentrer sur son pow sans l'avoir sous les yeux (quand même lever le regard suffirait pour la regarder dans le reflet). Scylla lui a envoyé un autre message. Suck my dick. Ok. Qu'a-t-elle fait? Il n'a pas le temps de lui demander qu'on frappe à la porte et qu'il tourne machinalement la tête pour voir entrer le réalisateur à qui il a serré la main en arrivant; il observe d'un oeil critique la petite pièce, passant d'un Hiram las sur sa siège à une Gemma légèrement flustered alors qu'elle choisit un autre set de sous-vêtements à essayer pour une Kida à moitié nue qui se tient au milieu de la pièce comme une reine. “ Is... everything alright? Do you need a hand? No I'm fine. I think. ” Hiram ne répond pas, se contente de sourire quand le réalisateur leur adresse un dernier regard presque inquiet. Comme si il pressentait déjà la suite.

Finalement, n'y tenant plus (la tentation de regarder le joli corps de Kida dans le miroir en face de lui se faisant toujours plus pressante), il se relève pour consulter les vêtements qu'on a sélectionné pour lui, ceux qu'il n'a pas déjà vu du moins. Il n'a qu'une seule tenue et si ça ne tenait qu'à lui, ce serait l'ensemble plus noir qu'on puisse trouver mais apparemment, ce n'est pas comme ça qu'on fait les choses ici. “ Did you get my gift? ” dit-il soudainement, comme si ça venait de lui effleurer l'esprit alors que ça fait déjà quelques minutes qu'il y pense. Pour son anniversaire, même si c'était en retard (et presque plus un cadeau d'excuses qu'autre chose), il lui a envoyé un chien. Littéralement. Deux jours après l'avoir laissée à deux doigts (littéralement) de l'orgasme dans une salle vide d'un hôtel parisien, il lui a fait parvenir un chien avec une note MORNING NOTES AND EVENING CUDDLES — HIS NAME IS HIRAM. XO. De quoi la faire enrager, même si elle n'a pas vraiment répondu au cadeau, ou en a parlé sur MSN. Pour tout ce qu'il sait, elle pourrait l'avoir envoyé dans la Tamise. “ Did you like it? ” Parce qu'évidemment qu'elle l'a eu, son cadeau, il l'a fait livrer sur sa porte, littéralement. Ce qu'il ne ferait pas pour l'énerver. Il ne la regarde toujours pas, concentré sur les vestes qu'il a sous les yeux, finissant par en tirer une qui semble lui plaire; pourtant, tous ses sens sont tournés vers Kida, impatient du moindre signe de sa part.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 578
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Elle n'arrive pas à croire que ça soit un vrai date qu'il propose à cette inconnue. Et elle sait, grâce à Scylla qu'elle embrasserait volontiers si elle était dans la pièce avec eux, que c'est tout pour elle. Qu'il est en train d'atteindre son but en la titillant et qu'elle devrait se calmer et ne pas lui laisser cette victoire. Elle devrait prendre l'autre en pitié de se laisser avoir alors qu'elle n'est qu'un accessoire pour Hiram, qu'il se sert d'elle pour obtenir une réaction de sa part. C'est à ça qu'elle songe en verrouillant son POW après le quicky envoyé en réponse à Priscilla, consentant à relever la tête vers eux, vers l'assistante (the bitch) surtout. Elle les a entendu eux et leur small talk, malgré ses yeux rivés sur son écran et son cerveau concentré sur Priscilla. Kida serait-elle presque en train de les déranger alors qu'ils se racontent si tranquillement leur vie ? Qui en a quoique ce soit à foutre de l'école dans laquelle a étudié une assistante de maquillage ? Qui en a quoi que ce soit à foutre de la mère d'Hiram aussi (il ne lui en a jamais parlé à elle) ? Pas elle (pourquoi ne lui en a jamais parlé à elle ?) en tous cas. Elle refuse évidemment de leur donner la satisfaction de leur laisser le temps et la place de faire connaissance sans elle et baisse le doigt, interrompant par la même la conversation sans la moins gêne, lançant un regard insistant au staff pour qu'elle réponde à sa question ; elle est payée pour travailler pas pour flirter. “ Maybe we should ask the production because I don't remember us having a contract with Poominah's Secret.Like they'd mind the fucking publicity. De toute façon qui lui dit qu'il s'agit d'un Poonima original ? Sait-il qu'elle est une Angel ? C'est stupide, bien sûr qu'il sait; mais a-t-il vu ses shoots ? Et puis elle se souvient qu'elle s'en fout. “ Not that you don't look good wearing it. ” Serait-ce un compliment ? Elle consent à le regarder avec toujours la même indifférence feinte, mais il a déjà l'attention ailleurs. Fuck him. “ Honestly, Gemma, it's up to you. ” Gemma hein ? Elle ne se souvient pas d'avoir entendu l'échange de prénoms. “ She could be naked for all I care. ” Ça pourrait sonner comme une invitation, sauf que ça tombe comme une insulte quand il se retourne pour s'asseoir sur le fauteuil qu'elle ne l'a même pas vu quitter. Il lui tourne le dos et c'est tout aussi bien, quoiqu'un coup d'œil dans le miroir devant lequel il est installé suffirait à lui faire voir son visage concentré sur son POW — mais même ça elle ne le lui accorde pas.

Le réalisateur interrompt leur petite scène en toquant à la porte et passant la tête dans l'entrebâillement, s'il est étonné de voir leurs positions respectives (ou Kida en sous-vêtements au milieu de la pièce), il ne le montre pas vraiment. “ Is... everything alright? Do you need a hand? No I'm fine. I think. ” Elle ne sait pas comme elle se trompe, et même le réalisateur semble le savoir alors que ses yeux trahissent une vague d'inquiétude. Elle se demande si c'est John ou quelqu'un du côté de l'équipe d'Hiram qui a planté ça dans son esprit. Peut-être les deux. Peut-être qu'il n'en a pas eu besoin pour sentir venir la guerre.

Pendant que la petite sorcière s'affaire à trouver une autre option de sous-vêtements pour Kida, celle-ci attrape une paire de talons assortis à ceux qu'elle porte déjà dans le coin à chaussures et les met sans demander l'avis de personne, sentant vaguement qu'Hiram (oserait-elle songer qu'il ne tient pas en place ?) s'est de nouveau levé. Elle se relève tout juste sur ses jambes nouvellement allongée en balançant ses cheveux en arrière pour se rapprocher de l'assistante quand il rompt le silence pesant. “ Did you get my gift? ” Une seconde, elle croit qu'il s'adresse encore à Gemma (Gemma, elle déteste le prénom soudainement), sauf que le regard confus de celle-ci sur sa droit lui indique que ce n'est pas le cas. C'est donc de son cadeau à elle que l'on parle. Hiram ne lui a jamais fait de cadeau, même quand elle lui en a expressément demandé un après qu'il ait trouvé les pills d'Orla dans son décolleté. Hiram ne fait pas de cadeau pense-t-elle, il n'offre que des pommes empoisonnées. Ses lèvres, sa drogue, son corps, sa cassette et, le chien qu'elle a trouvé devant sa porte et sur lequel Sol a failli trébucher en allant en cours ce matin-là. MORNING NOTES AND EVENING CUDDLES — HIS NAME IS HIRAM. XO Elle aurait pu le tuer. Mais ce qui l'a le plus énervée, c'était de ne pas savoir ce qu'il voulait. De ne pas comprendre pourquoi il faisait l'effort de lui offrir un cadeau quel qu'il soit. Après l'avoir abandonnée à Paris, elle ne croyait pas qu'il aurait l'audace de revenir dans sa vie de quelque façon que ce soit, mais il était là par note interposée et avec un adorable chiot. Morning notes and evening cuddles. Ce qu'elle aurait voulu peut-être après ce premier soir. Elle ne veut pas y penser, elle ne veut pas…mais c'est vrai. Peu importe, ça ne l'est plus. Et comme ça ne l'est plus, ça ne la dérange pas d'en parler — ou pas plus en tous cas que de parler de quoique ce soit d'autres avec lui. Ce qui l'embête en revanche c'est qu'ils ne soient pas seuls et qu'il avoue la connaître suffisamment pour lui avoir offert un cadeau. Kida devrait savoir qu'ils ne dupent littéralement personne et surtout pas Gemma, mais elle s'en moque, elle a besoin de continuer à faire semblant. À force de montrer qu'il n'est personne pour elle, ça finira peut-être par devenir vrai.

Elle sait (se persuade) qu'il a fait ça pour l'agacer, rien de plus. C'est pour ça qu'il l'a appelé Hiram; pour l'inviter à le câliner lui à sa place. Comme si elle avait besoin de lui (elle a déjà Ehsan) comme si elle pensait encore à lui. Comme si… C'est étrange parce qu'une demi-seconde elle aurait presque pu croire à un cadeau d'excuse. Sauf qu'Hiram n'offre pas de cadeau; tout a un prix et ce chien c'est son souvenir.

Did you like it? ” Son soupir est exagéré et complètement différent de ceux qu'elle a l'habitude de pousser en sa présence. “ Gemma dear, my coffee's empty can you be a doll and tell John about it? He'll know what to do.” C'est-à-dire envoyer quelqu'un en chercher un autre taille maximal à l'Espat. Elle n'a pas encore run out de caféine, juste de patience envers l'assistante. C'en est presque tout autant physiquement dérangeant. “ He's the tall bronzed-skin guy wearing blue.” elle lui lance un petit clin d'œil et Gemma accepte de sortir de la pièce gentiment, elle n'a pas fermé la porte derrière elle que Kida déverrouille son POW. get her to go to Espat herself. I'll owe you. That should do it. Elle devrait en être débarrassée pendant au moins quelques minutes, plus s'il y a de la queue. also make sure no one gets in. Ça lui vaudra un millier de questions à la fin du shoot, mais pour l'instant elle s'en moque. “ Yeah I got it. Him ferait-elle devant n'importe qui d'autre. It's a he not an it. Toujours complètement désintéressée elle tourne la tête vers Hiram et son propre portant plein de vêtements. “ Sent it right back to the trash where it belongs… ” fait-elle en s'approchant de quelques pas. “ would have sent it to your place but I didn't know the address so I did the next best thing and threw it in a bin.” Elle ne ferait jamais ça. N'importe quel chien mérite mieux que de finir avec lui comme maître, d'une part, d'autre part au pire elle l'aurait déposé dans un refuge, mais surtout au final elle a rebaptisé le chiot Snow et l'a adopté au même titre qu'Ehsan, sans vraiment laisser le choix à ses autres colocataires. Et la seule chose qui l'a empêchée de poster des photos d'elle avec le golden retriever dans les bras c'est bien l'idée qu'il y avait un risque qu'Hiram les voit sur son MSN. Elle aime les chiens plus qu'elle ne le déteste lui, il n'y a pas de quoi être flatté non plus. “ Hope you didn't expect a thank-you note.” Elle est juste derrière lui désormais et se penche un peu en avant, tendant le bras pour désigner un cintre et la tenue sombre qui y est accroché. He's weak Kida, mais à quel point exactement ? “ You should pick this one. It'll go with my dress” Il ne va sûrement pas l'écouter; elle s'attend à le voir choisir le truc le plus différent possible de ce qu'elle a désigné, même si ça veut dire porter de la couleur ce qu'elle ne l'a encore jamais vu faire. Elle se demande s'il y a une raison derrière ça ou si c'est qu'une question de goût. Et puis elle se rappelle qu'elle s'en fout. “ You're paying me loads but not enough for me to do this shoot naked so I'm afraid you're going to have to pick since Gemma is, ” elle hausse les épaules innocemment, le POW toujours entre ses paumes, “ apparently not coming back just yet.” elle lance même un regard désolée à la porte derrière son épaule avant de le regarder de nouveau en secouant doucement la tête. Il faut croire que les cours à la WADA commencent à payer.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 538
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Elle soupire, semblant lasse, et Hiram sourit légèrement; c'en est presque trop théâtral pour être vrai. “ Gemma dear, my coffee's empty can you be a doll and tell John about it? He'll know what to do. ” Hiram arque un sourcil à ça. Autant ça ne le dérange pas, au contraire en fait, d'être seul dans la pièce avec Kida, autant ça le dérange un peu que Kida congédie ainsi l'assistante qui n'a rien demandé. Il n'en dit rien pourtant, se rappelle qu'ils ne viennent pas du même monde, que si Hiram utilise les gens émotionellement et sexuellement, Kida a l'habitude de les avoir autour d'elle pour répondre au moindre de ses désirs qu'elle pourrait elle-même exaucer en trouvant son John elle-même ou en se servant un peu du café à l'aspect médiocre posé sur la table où se trouvent les cupcakes. Il suit Gemma du regard quand elle obtempère, avec sur le visage l'air de quelqu'un qui vient de se faire sauver des tranchées d'une violente guerre. “ Sorry about that, ” murmure Hiram sur son passage, et elle sourit légèrement — un sourire complice devant l'arrogance de la mannequin. La porte se ferme et Hiram tourne la tête vers Kida qui pianote sur son pow. Elle est perchée sur des talons désormais, sulfureuse et tentatrice à souhait, et Hiram sent aussitôt toute sa résolve s'évanouir en la regardant, se rendant compte que son pow a cessé de la jouer de la musique, qu'ils sont seuls et que le silence en est presque pesant. Quelque chose se tord dans son estomac et bon dieu qu'il la hait complètement et irrémédiablement.

Yeah I got it. ” Il est vaguement surpris de l'entendre appeler le chiot it et non him — il la prenait un peu plus pour une fille stupide pet-friendly et obsédée par les petites choses mignonnes — et arque un sourcil en l'observant, avant d'hausser une épaule en retournant à son tri des vêtements. “ Sent it right back to the trash where it belongs… ” Elle s'approche et Hiram la voit du coin de l'oeil. Il a la même impression que dans cette antichambre du club, étrange et inexplicable, qu'il est la proie et elle est le prédateur, et elle a vraiment trop de peau exposée, et le rythme de ses talons sur le sol noue des noeuds dans son ventre même si il n'en montre rien. “ Would have sent it to your place but I didn't know the address so I did the next best thing and threw it in a bin. ” Il renifle. Il n'a jamais possédé d'animaux de compagnie, ne sait même pas si il apprécierait. S'occuper de sa propre carcasse est amplement suffisant à ses yeux, et pas toujours facile tous les jours. “ Cold, ” dit-il, même si il doit avouer être un peu embêté, presque déçu, si c'est effectivement ce que Kida a fait.
Elle s'est rapprochée, encore, et il se rend compte qu'elle est plus grande que lui avec des talons, chose qu'il n'avait pas remarqué à Paris. “ Hope you didn't expect a thank-you note. I didn't. ” C'est déroutant mais au lieu de trouver ça encore plus intimidant, ça lui plait, quelque part, même si il reste aussi inexpressif que d'habitude, continuant d'effleurer les tissus et de s'imaginer dans les vêtements jusqu'à s'immobiliser quand elle tend le bras pour sélectionner une tenue.

Il l'aime bien, celle-là. Il aime aussi celle qu'il porte actuellement, même si le t-shirt est bleu marine et non noir. “ You should pick this one. It'll go with my dress. ” Il s'en fout, il ne devrait pas agréer mais, après une hésitation, ses doigts jusque-là immobiles, se déplacent à leur tour pour rejoindre la tenue qu'elle désigne. Elle est si proche, il sent son souffle dans son cou mais ne bouge pas. Il ne peut qu'imaginer la pression de son corps contre le sien. Après une hésitation, il finit par défaire le bec du cintre de son support pour mieux observer la tenue, la reposant en évidence sur les épaules des autres vêtements. “ You're paying me loads but not enough for me to do this shoot naked so I'm afraid you're going to have to pick since Gemma is apparently not coming back just yet. ” Il sourit en coin et, enfin, affronte son regard.
Elle est trop proche. Vraiment trop proche. Il reste un instant silencieux, regarde sa bouche rouge (pointedly) puis ses yeux verts. Il n'a jamais vu quelqu'un portant mieux le rouge à lèvres avant elle. Il soupire lourdement exaggérément, en sortant ses épaules de la veste qu'il porte. “ Guess I'll bother then, ” accepte-t-il. Sans la lâcher du regard, il laisse sa veste tomber, puis retire son t-shirt, les mouvements normaux et pas du tout précipités, comme si c'était tout à fait normal de se désaper en gardant son regard rivé dans le sien dès qu'il le peut.

Puis c'est le tour de la ceinture, qui glisse à un rythme insupportablement lent dans ses passants avant que la boucle ne finisse par rebondir sur le sol. Il ne la lâche pas du regard quand il pose son genou parterre pour commencer à délacer ses chaussures (lui qui les enlève toujours sans prendre la peine), s'approchant d'elle en même temps, d'elle et de ses jambes et de ce qui se trouve entre. Il ne lève pas la tête pourtant, retirant une chaussure puis l'autre; puis les chaussettes; puis il relève la tête vers elle. Elle n'a pas bougé et il ne bouge pas non plus, soutenant son regard avant de lentement sourire. En tendant le cou, il pourrait embrasser sa cuisse; en se redressant, il pourrait revenir célébrer la seule chose qui l'intéresse chez elle (ou du moins le prétend-t-il) ou alors coller un baiser sur sa hanche creuse. Mais non, il reste prostré, la regarde, sourit et puis finalement, se recule et se relève, se débarassant de son pantalon qui rejoint le reste de ses vêtements parterre avant qu'il ne se détourne pour s'emparer de la tenue qu'elle a choisi pour lui. Il en fait une rapide affaire, sans la regarder cette fois, sortant le collier en or qui ne quitte pas son cou peu importe l'occasion pour qu'il repose sur le t-shirt gris sombre. Il a l'air un peu lugubre, mais il aime bien la texture de la veste en cuir, et il lui semble que le regard de Kida est légèrement appréciateur.
À lui de la regarder, des pieds à la tête, des talons jusqu'aux sous-vêtements jusqu'à ses yeux verts. “ I want you to wear something more revealing, and red then. ” C'est simple, on fait difficilement plus direct en fait. Pour être honnête, revealing, les sous-vêtements le sont déjà; il se demande seulement si elle serait prête à aller plus loin, et jusqu'à où, dans leur jeu malsain. Ceci dit, et c'était évident quand il s'est déshabillé et a fini avec seulement son caleçon devant elle, tout son corps apprécie ce qu'il voit et il a clairement menti en disant qu'il s'en fiche qu'elle soit nue ou pas. Mais la production ne peut apparemment pas se le permettre devant la caméra; dommage pour elle, parce qu'il n'y en a pas dans cette pièce. Il s'approche d'un pas d'elle, elle est toujours plus grande et toujours nue et toujours belle et il la hait, et pourtant il ne peut pas s'empêcher de sourire encore plus, creusant des légères parenthèses sur ses joues. “ Can't say I'm not disappointed you were so cruel with Hiram. It hurts, ” fait-il en portant ses deux mains à son coeur d'un air réellement blessé. “ But it's well deserved I reckon.

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 578
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Kida devrait arrêter de croire le connaître, le comprendre ne serait-ce qu'un peu et pouvoir anticiper ses réactions ; la façon dont il l'a laissée à Paris aurait du être un message suffisant, le point final. Sauf qu'elle est encore un peu surprise qu'il ne rejette pas sa proposition en bloc, allant même jusqu'à venir effleurer le même tissu qu'elle. Elle se sent trop proche de lui pour son propre bien, mais c'est elle qui a le contrôle cette fois, son souffle qui balaye légèrement sa nuque et elle a gagné quelques centimètres sur lui avec les talons et la confiance qui va avec. Il y a un instant d'hésitation, durant lequel elle ne bouge pas, attend et puis il joue avec la tenue suggérée, l'air de véritablement considérer l'option. Kida a été honnête, c'est ce qui serait le plus harmonieux et puis ça lui irait bien, objectivement. Et elle préfère, tant qu'à apparaître dans ce clip, qu'il soit esthétiquement plaisant, voire qu'il soit acclamé par la critique, voire qu'il gagne un prix. Et puisque la question de ses vêtements à lui est réglée, elle enchaîne sur les siens, ou plutôt dans son cas à elle, ce qui devrait aller en dessous. Il la regarde enfin. Ses deux orbes sombres ne lui ont pas (trop) manquées. Elle ne retient pas sa respiration quand elles traînent trop longtemps sur ses lèvres carmines avant de vriller sur ses propres prunelles. Le soupir d'Hiram est presque aussi théâtral que le sien avant qu'elle ne se débrouille pour se débarrasser de Gemma et ça lui arrache l'esquisse d'un sourire amusé. “ Guess I'll bother then, ” Oui ça a l'air de véritablement beaucoup le déranger, elle pourrait rouler des yeux, mais ceux-ci sont trop occupés à jouer avec ceux d'Hiram. Sa veste tombe au sol, et le t-shirt est arraché à son torse, sous le regard de Kida qui se retient de trop observer ce qu'il découvre lentement et maintien le sien dans les trous noirs qu'elle sait pourtant si dangereux.

Leurs regards sont toujours ancrés l'un dans l'autre quand il met un genou au sol dans une réminiscence de leur dernière entrevue, elle baisse le menton pour le suivre, alors qu'il délace ses chaussures sans un regard pour elles, légèrement penché en avant, sans raison logique, quoiqu'elle ait très conscience que ça le rapproche d'elle. Elle reste très immobile, contente que son corps ne puisse pas parler, que ses cuisses ne puissent lui hurler de les toucher, contente que son deuxième cœur, celui qu'il a si lâchement abandonné ne puisse l'appeler de façon audible. Et puis il baisse la tête et elle laisse le frisson retenu passer. Quand il relève le visage, un sourire se fait lentement une place sur ces lèvres honnies, le démon est de retour, s'il est jamais parti, songe-t-elle. Il reste un peu trop longtemps ainsi agenouillé devant elle, sans que ça ne fasse sens maintenant qu'il s'est débarrassé de tout sauf de son pantalon. Kida ne sourit pas, occupée à conserver la maîtrise de son corps et de la situation, sans toutefois se dérober de son regard ni bouger d'un pouce. Et puis il se relève et c'est à son pantalon de rejoindre le reste des vêtements au sol (et l'on dira ensuite que c'est elle la diva qui se moque de tout). Un quart de seconde ses yeux vers volent vers ce qu'elle n'a pas pu avoir la dernière fois, juste avant qu'il ne se détourne et ses dents attaquent doucement sa lèvre inférieure pendant qu'il enfile rapidement la tenue qu'elle lui a recommandée. Elle les libère quand il est de nouveau en mesure de la voir, mais hocherait presque doucement la tête, approbatrice. Elle n'en fait pas grand cas; c'est de son propre choix qu'elle est fière, rien d'autre. Ça lui va bien et la chaîne dont il ne s'est pas débarrassé (et quand elle y pense elle ne l'a jamais vu sans) ne jure pas avec.

Not bad star boy. ” Elle sourit très légèrement et puis c'est son tour et il lui jette le regard critique dont elle a l'habitude à tous ses essayages, mais qui la fait se sentir plus vulnérable que d'ordinaire. Contrairement aux regards des stylistes et autres commentateurs usuels toutefois les yeux d'Hiram remontent jusqu'aux siens après l'étude. “ I want you to wear something more revealing, and red then. ” Un vague sourire étire ses lèvres, un coin plus que l'autre tandis qu'elle hoche la tête, maintenant son regard. Elle espère juste qu'il saura masquer à quel point il apprécie sa tenue quand les caméras tourneront, pas sûr que ça amuse beaucoup l'équipe d'avoir à masquer la protubérance dans son entrejambe. Mais pour elle ? C'est assez drôle. (Et que drôle). “ You like red. ” remarque-t-elle, la bouche en cœur pour mettre en avant ce lui de ses lèvres. “ You like me in red. ” Elle est presque à deux doigts de se répéter en effaçant les deux derniers mots, mais se retient. Elle est là pour le pousser à bout, sauf qu'elle a étonnement l'impression qu'en allant jusque-là ce serait aussi un coup pour elle. Elle est en train de gagner maintenant que le corps d'Hiram l'a trahi. C'est tout ce qui importe et tout ce sur quoi elle accepte de se concentrer, ignorant ce que ses chairs à elle en disent.

Le sourire d'Hiram est toujours quelque chose, il tord quelque chose au plus profond d'elle, réchauffe ses veines, elle le hait vraiment son sourire. Surtout celui-ci, pas intoxiqué, et incompréhensible pour elle au moins alors qu'il fait un pas en avant comme pour reprendre le dessus. “ Can't say I'm not disappointed you were so cruel with Hiram. It hurts, ” Il est très proche et Kida essaye d'ignorer ça, d'ignorer la réaction de son corps qu'elle n'a pas manqué de repérer quand il s'est déshabillé et qu'il lui suffirait de lever un doigt pour effleurer. Peut-être que le sien à lui aussi de corps est un traitre. Peut-être que lui aussi doit se battre contre, peut-être que ce n'est que pour ça qu'il la hait- sauf que ça ne change rien. Elle songe qu'il devrait prendre des cours de théâtre quand il imite l'amant blessé™; pas une trop mauvaise représentation en soi. “ But it's well deserved I reckon. ” Elle penche la tête de côté, laisse un peu de son indifférence factice couler, fronce un peu les sourcils. “ Is it? ” sa voix est presque innocente, mais Kida serait bien mal avisée de le croire sincèrement désolé, ou regrettant un tant soit peu ce qu'il s'est passé à Paris. Tout ce qu'elle pourrait lui faire pour se venger serait mérité, ça elle n'en doute pas une seconde. Le chiot en revanche n'a rien fait et n'a rien avoir avec tout ça. “ He hasn't done anything wrong. ” Le sous-entendu est très clair; mais Kida s'en moque, évidemment qu'il sait déjà qu'elle lui en veut pour ça, n'importe qui lui en voudrait pour ce qu'il a fait. Il ne faudrait juste pas qu'il se donne trop d'importance non plus. Elle hausse une épaule dénudée et s'éloigne vers son portant de sa démarche féline de mannequin, parfaitement à l'aise sur ses talons. “ You'll be sorry to hear this was probably the nicest thing you've done in your life? And sorry to know it didn't piss me off. Snow is very happy with me. ” Une golden life pour un golden retriever. Elle n'a pas honte de dire qu'elle l'a gardé. Elle a un gagné un chiot adorable sans avoir rien demandé, il pourrait être son ami qu'il ne lui aurait probablement pas fait de meilleur cadeau. Joke's on him, vraiment. Elle effleure un des choix qu'on lui a laissé puis sourit d'un air satisfait, elle est prête à gagner quelques points en plus. “ I think I found the ones. ” Elle tire un cintre sur lequel pend l'ensemble lui plus suggestif du lot, le plus rouge aussi. Elle le lui montre pointedly puis le repose. “ I should probably try them on. ” Ses doigts viennent déjà chercher la fermeture de son soutien-gorge actuel, alors qu'elle lui tourne le dos et puis s'arrêtent à mi-chemin, rappant la peau juste en dessous. “ A little help? Can't seem to be able to reach the clasp? ” Elle est prête à résister, les jambes tendues, la pression dans son ventre tout à fait ignorée. Elle est parfaitement prête à ne pas frissonner quand ses doigts (si ses doigts) viendront effleurer la peau de son dos. Elle ne sait pas pourquoi l'image (qu'elle n'a jamais véritablement pu voir, c'est plutôt une sensation donc) de lui sniffant sa neige dans le creux de sa colonne lui revient. Ses paumes viennent déjà protéger ce qui sera découvert s'il s'exécute pour elle. “ I would say thank you but you know, that would be undeserved. ” Peu importe la raison de son offrande (et dans le cas improbable où il s'agirait d'une excuse, elle est insuffisante), son but n'a probablement pas été atteint puisqu'elle est contente, elle a réussi à renverser à son avantage ce qu'elle ne peut s'imaginer qu'être un jeu tordu et malsain (et ce d'autant plus qu'il implique un être vivante, Hiram est vraiment fucked up).

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 26/06/2017
‹ messages : 378
‹ crédits : que du poupoune (moi) et kid cudi.
‹ dialogues : white ou black.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-sept (23/07).
‹ occupation : chanteur, compositeur, producteur signé chez Gatsby Entertainment.
‹ maison : serpentard.
‹ gallions (ʛ) : 538
‹ réputation : fuckboy, connard, king du rap arrogant et insupportable.
‹ patronus : aucun.
‹ épouvantard : les effets dévastateurs de la drogue sur le corps de sa mère.
‹ risèd : ses deux parents en vie, autour de lui, souriants et heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
You like red. You like me in red. ” Hiram hausse les épaules. Oui, sans doute, il ne s'est jamais réellement posé la question; ça va avec sa complexion et ses cheveux sombres et ses yeux trop verts. Et puis ça lui évoque d'autres choses aussi, des parties de Kida qu'elle ne montre pas à tout le monde et qu'elle lui a montré à lui. Hiram sait qu'il est en train de perdre, qu'elle a vu la faiblesse qu'il n'a pas pu museler, qu'elle a l'upperhand et qu'elle la gardera parce qu'elle a su, dès le moment où elle a mis les pieds dans la pièce, qu'il était là alors que lui est objectivement perturbé par sa présence, le jeu, son regard, la manière qu'elle a de se tenir sans bouger alors que lui a l'impression qu'on a remplacé le sang dans ses veines par un feu grec destructeur. Et foutu pour foutu — de toutes manières, ce n'est pas comme si un compliment de sa part allait changer quoique ce soit pour elle. “ You look pretty whatever you're wearing. ” Il hausse une nouvelle fois les épaules, même si ses yeux sont deux feux noirs sans fond. “ But in red, you're something else. ” Quoi, lui même l'ignore, mais quelque chose d'entêtant qu'il apprécie à sa juste valeur. De plus, il aime le rouge, qui s'accorde merveilleusement bien avec le noir et blanc, les trois couleurs dominantes de son MSN d'ailleurs. Parce que si le réseau social l'emmerde profondément, il n'aime pas vraiment le concept, il aime bien pousser son esthétique jusqu'au bout. Il remarque néanmoins que, quand il lui avait dit qu'il la trouvait différente des autres, elle semble étrangement... flattée, d'une manière étrange parce qu'elle ne peut pas courir après les compliments... si? C'est une mannequin, un Angel de Poomina, et elle a un million d'autres talents, dont le chant; pourtant, rien ne semble lui suffire. Hiram trouve ça curieux, mais il ne veut même pas y penser. Il est curieux, mais pas au point de lui demander pourquoi ni comment.

À la place il parle du chien adorable qu'il a adopté pour elle, blanc comme la neige et à peine âgé de deux semaines. Il l'a appelé Hiram plus pour la blague qu'autre chose et même si il a du mal à imaginer Kida s'en débarasser, il se rappelle qu'il ne la connait pas tout comme elle ne le connait pas. “ Is it? ” Elle en est presque candide, innocente, mais Hiram n'y croit pas une seule seconde. Il a peut-être pu y croire quelques minutes, avant qu'ils n'arrivent au spitfire et qu'ils s'embrassent et qu'elle l'ait pris dans sa bouche, mais ces temps-là sont révolus. Il sait qu'elle est capable du pire comme du meilleur (comme lui) et n'achète pas sa petite performance une seule minute. “ He hasn't done anything wrong. ” Il arque un sourcil. He, uh? Il a remarqué le changement de pronom et, avec une certaine satisfaction, imagine la suite. “ You'll be sorry to hear this was probably the nicest thing you've done in your life? And sorry to know it didn't piss me off. Snow is very happy with me. ” Son visage s'est fermé quand elle a fini sa première phrase. Il est à moitié rassuré que le chiot n'ait pas fini dans la rue, et amusé qu'elle l'ait appelé Snow et normalement, serait en train de réfléchir à ça mais elle vient totalement de lui poser un stop en lui disait que c'était probablement la chose la plus gentille qu'il ait fait de sa vie.

Ça ne devrait pas l'atteindre mais ça le fait, droit au coeur. Ce n'est pas important et pourtant ça l'est. Elle n'est pas importante et pourtant, elle l'est. Elle s'est éloignée et détournée et tant mieux parce qu'Hiram n'a pas le contrôle de son visage pendant un instant, qui prend une expression confuse, presque heurté, avant qu'il ne secoue la tête et se reprenne, se forçant à garder son sang-froid, à ne pas devenir trop susceptible comme il l'est quand il se sent menacé ou mis au pied du mur. “ Good. ” Il n'a rien d'autre à dire, il s'en fiche d'elle et ne bouge pas, attend qu'elle fasse son choix; il ne la regarde plus, à part peut-être le bout de ses doigts qui effleure les tenues qu'il observe. “ I think I found the ones. ” Suggestif et rouge, rouge, comme ses lèvres. Ce qu'il a demandé et pourtant, il se sent soudainement... agacé. Kida est trop présomptueuse, arrogante, et lui trop sleep deprived and annoyed to deal with her. Il ne bouge pas, pourtant. Il ne lui donnera pas la victoire de la fuite, cette fois. “ I should probably try them on. ” Elle lui tourne le dos, il pense qu'elle va se baisser et lui laisser une vue plongeante sur ses fesses mais à la place, ses doigts creusent la cambrure de son dos sans atteindre son soutien-gorge et il repense à la drogue qu'il a sniffé à même sa peau moite, et récupéré du bout de la langue pour la poudre récalcitrante. “ A little help? Can't seem to be able to reach the clasp?

Il reste interdit et lentement, se met en mouvement. Elle s'est éloignée et Hiram se rapproche, tendant les mains alors qu'elle fait sa pudique, quoiqu'il la comprenne. Il en regretterait presque de s'être déshabillé lui-même. Il peut penser à mille choses terribles qu'il pourrait lui marmonner dans l'oreille en cet instant précis, mais rien ne traverse la barrière de ses lèvres. “ I would say thank you but you know, that would be undeserved too. Well then. I'm glad you like him, ” dit-il, de manière plutôt honnête étrangement. Il ne dit pas grand chose d'autre, même si ses doigts s'attardent sur sa peau, l'effleurant en suivant la colonne vertébrale jusqu'à l'attache de son soutien-gorge, défaisant l'attache sans grand mal. Ses mains accompagnent le tissu puis les bretelles,ddoucement, d'une manière qui lui rappelle Paris. Ses doigts retournent sur son dos, glissent sur sa taile puis ses hanches et à peine l'attire-t-il contre elle, n'intaurant aucun autre contact que sa bouche qui souffle contre son oreille: “ don't assume you know the first thing about me, star girl. ” Il plante un baiser sur son épaule avant de retirer ses mains, reculant puis se détournant. Sans un regard pour elle, il plie grossièrement les vêtements qu'il a quitté, récupère son pow dans la poche du jean qui s'est échoué parterre et sans un autre regard pour elle, la contourne pour retourner à son fauteuil, ignorant la poitrine nue qu'elle protège de ses mains; elle pourrait faire partie du décor que ça ne changerait rien pour lui.

Cette fois, il veut bien lui laisser gagner le jeu uncontested. “ You know, it's not really nice of you to try to steal a woman's date like that. ” Comme si il en avait quelque chose à faire, quoiqu'il doit avouer qu'apprendre que Gemma venait d'Uagadou a un peu éveillé sa curiosité et que peut-être que ce date improvisé mis en place pour énerver Kida (ce qui semble avoir réussi, à première vue) va être plus intéressant que prévu, même si Hiram ne se fait pas réellement d'illusions. Le grand amour n'existe pas et même si c'était le cas, ce n'est certainement pas au milieu d'un petty fight qu'il le trouverait. “ You think I'm just using her to get back at you, ” il s'assied sur son fauteuil en attendant qu'elle en ait fini avec son essayage, ouvrant sa conversation avec Scylla et attrapant le reste de son cupcake sans appétit pour croquer dedans. “ But I'm not. It's not about you. You see- ” il commence à écrire d'une main, agacé, “ -Gemma doesn't fight in the same category as you.I'm so going to tell Posh what you told me about her. Il ne pourrait pas être plus désintéressé par Kida en cet instant précis, même si tout à propos de lui est connecté à elle, sur la même fréquence, tourné vers elle. Elle l'intrigue et l'agace dans la même mesure et cette fois, la deuxième option prévaut. Elle ne sait rien de lui. Et ça, il le lui rappelera jusqu'à la fin. The nicest thing he's done in his life? Ça, elle ne l'aura jamais. Son everything ne contient pas ça, et ne le contiendra jamais. “ She's a woman I like. I'm sleeping répond Scylla après quelques secondes d'apparition-disparition des trois points indiquant qu'elle était en train d'hésiter quant à quoi répondre. Also she doesn't care et puis Also don't do that. “ And you're a girl I fuck. ” Enfin, ses yeux noirs brillants se tournent vers elle, indifférents qu'elle soit rhabillée ou nue. “ You done with the changing?

• • •

I don't care, hand on the wheel, Driving drunk, I'm doing my thing, Living my life, getting out dreams, People told me slow my roll, I'm screaming out: Fuck that, I'mma do just what I want, Looking ahead, no turning back, If I fall, if I die; know I lived it to the fullest, I'm on the pursuit of happiness, and I know, Everything that shine ain't always gonna be gold, Hey, I'll be fine once I get it, I'll be good.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always ready.
‹ inscription : 18/06/2017
‹ messages : 404
‹ crédits : riverdale
‹ dialogues : thistle (design foncé), plum (design clair)


‹ âge : vingt ans (30/04)
‹ occupation : mannequin, égérie (Angel) de Poonima's Secret et chanteuse dans une subunit de soloistes. Elle prend également des cours à la wada.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1995-2002
‹ baguette : bois de saule, crin de licorne, vingt-cinq centimètres
‹ gallions (ʛ) : 578
‹ réputation : Vain ; l'autre morceau des Vane Sisters, on l'adore (elle est belle) ou on la déteste (c'est une potiche) au choix, mais son visage commence à être partout, affiches, réseaux sociaux, elle touche à tout à la fois semble-t-il, le mannequinat, le chant, bientôt la MirrorTV prédit-on, mais pourtant elle reste pour beaucoup rien d'autre qu'un visage et un corps plus qu'agréable, le reste n'étant jamais qu'agrément. Beaucoup se nourrissent également de la rivalité que l'on cherche à attiser entre elle et sa sœur Romilda, une star elle aussi.
‹ faits : stéréotype de la mannequin creuse, obsédée par son physique et par sa ligne, elle est la première à s'accuser de superficialité. anorexique restrictive, elle fait semblant de manger et quand elle ne peut pas s'en contenter finit la tête dans la cuvette, mais tout va bien puisqu'elle fait en sorte que personne ne se doute de rien et préfère achever seule sa descente aux enfers.
‹ patronus : une couleuvre
‹ épouvantard : son insuffisance congénitale qui lui est renvoyée à la figure par sa mère et sa génitrice.
‹ risèd : un vrai sourire sur son visage
Voir le profil de l'utilisateur
Kida est certaine de gagner, d'avoir déjà gagné la partie, elle en a la confirmation quand il s'approche, c'est étrange parce qu'elle le sent trop, elle le sent presque comme si elle pouvait le voir, elle devine la distance, comme si avec lui sa peau était dotée de pouvoirs spéciaux. “ Well then. I'm glad you like him, ” Elle pourrait presque le croire sincère et ça la prend suffisamment de court pour qu'elle se laisse surprendre une demi-seconde par ses doigts sur sa peau, ils trainent un peu, ils les a posé trop bas, entame une escalade contre ses vertèbre et puis la défait de l'attache qui l'oppresse sans mal aucun. Il a l'habitude. Sans qu'elle n'ait rien demandé il suit jusqu'aux bretelles qui glissent sur ses bras, alors qu'elle se protège d'un avant bras puis de l'autre comme s'il était en mesure de la voir à travers son dos. Et puis ses mains retombent sur la peau nue, glissent jusque ses hanches; ce n'était pas prévu. Elle tient bon pourtant, elle essaye, alors qu'il l'attire presque imperceptiblement vers lui mais que ça suffit à provoquer un tourbillon dans ses veines. “ don't assume you know the first thing about me, star girl. ” Si la séduction avait été son but, elle aurait pu se retourner, poser une main sur son épaule, presser sa poitrine nue contre lui, murmurer en retour qu'elle en sait assez; qu'elle sait qu'il la veut, qu'elle sait le chant de grognements qui lui échappe quand il jouit, qu'elle sait comment réagit sa peau contre la sienne, qu'elle sait ce qu'elle a besoin de savoir en somme. Mais ce n'est pas son but et elle reste immobile alors qu'il plaque un baiser contre son épaule, avant de disparaître. Elle l'entend s'éloigner, secoue la tête pour sortir de la transe dans laquelle il l'a laissée — elle sent encore ses lèvres sur sa peau, fuck — et récupère son choix de soutien-gorge. Elle ne se voit pas vraiment être filmée là-dedans, mais c'est le jeu et elle s'y tient. Elle le voit retourner vers le fauteuil donc pivote pour toujours lui tourner le dos et enfile sans mal aucun la dentelle rouge.

You know, it's not really nice of you to try to steal a woman's date like that. ” Elle esquisse un sourire et se retourne vers lui, sauf qu'il ne la regarde pas, son POW dans les mains. “ Whatever do you mean? ” son innocence est sincère, parce non seulement elle a oublié l'existence de Gemma un quart de seconde, mais en plus elle ne croit pas une seconde qu'il compte réellement aller à son rendez-vous avec Gemma. “ You think I'm just using her to get back at you, ” Elle hausse une épaule, bien sûr que c'est ce qu'elle pense, puisque c'est le cas. Elle se détourne quand elle le voit attraper le gâteau délaissé un peu plus tôt. “ But I'm not. It's not about you. You see- ” bien sûr qu'il nierait, ça ne changerait rien “ -Gemma doesn't fight in the same category as you. ” Cruel, mais Kida s'en fiche. La soie qui enrobe ses chairs chaudes tombe au sol et elle attrape son remplaçant en dentelle, se baissant sans gêne aucune, ou alors bien masquée, pour l'enfiler sans ôter ses talons. Il bluffe. Qu'est-ce que Gemma a de plus qu'elle ? (Tout.) (Elle n'est pas fade, elle n'est pas creuse, elle a l'air gentille et affable et quelqu'un de bien.) (Il ne le mérite pas, elle). (Alors que Kida, apparemment, c'est elle qui ne le mérite pas). Il la connait à peine. (Toujours plus qu'elle au Spitfire où même sa maison à Poudlard était un mensonge pour make a point).

She's a woman I like. ” Elle se redresse de façon très (trop) droite. Ça ne devrait rien lui faire. Ça lui fait rien, et puis il ment, il ment parce qu’il se sert de Gemma pour la provoquer, rien de plus. Il ment et elle le sait et ça ne lui fait rien. Elle se retourne pour lui dire de save it parce qu'elle n'en a rien à foutre (qu'il garde ses déclarations pour Gemma) mais il poursuit déjà “ And you're a girl I fuck. ” Kida n’a pas le droit d’être blessée parce que c’est toujours tout ce qu’elle a jamais été, pour lui comme pour les quelques autres. Juste un coup. Et elle a jamais prétendu à plus, mais… mais elle baisse les yeux pour pas montrer la douleur qui s’y immisce. Peut-être que Scylla s’est trompée, ou peut-être que Scylla est du côté d’Hiram. Elle le connaît mieux après tout, elle a littéralement habité avec lui pendant quelques mois, Kida n’est qu’une nouvelle amie. Elle n’aurait pas du la prendre au mot, elle n’aurait pas du penser atteindre quelqu’un comme lui qui n’est fait que de pierre. Quand il relève les yeux vers elle, elle ne le regarde pas; mais sentant le sien glisser sur elle, elle lui tourne le dos une énième fois. Elle voudrait annuler le shoot. Elle voudrait rentrer chez elle. Elle voudrait oublier cette matinée d’humiliation. Elle est juste une fille qu'il s'est tapée, qui valait même pas le coup qu'il la termine la dernière fois. Nothing new. Pas de quoi être déçue, ou énervée, ou whatever it is she feels. (Pain). “ You done with the changing? ” She’s done alright. Elle a fini de se changer, elle en a fini avec lui. Elle ne sait pas s'il la regarde et elle s'en fout. Elle fait tout tomber, tout, le soutien-gorge qui s’arrache presque à sa peau et la dentelle de la culotte qui s’écrase au sol et par-dessus laquelle elle manque de marcher avec ses talons. Elle en a fini avec lui elle en a fini avec tout, elle voudrait fuir et ne jamais se retourner et tant pis si ça coûte de l’argent, tant pis si John la hait de se défiler. Ils trouveront bien quelqu’un pour la remplacer; ils n’ont qu’à prendre Gemma puisqu’elle lui plaît tant. Elle tend le bras qui tient son POW et clique, une fois puis deux, l’angle ne laissant rien à l’imagination, le flash l’aveuglant presque. Puis elle va aussitôt pour supprimer les photos quoiqu’elle fasse mine de pianoter sur l’écran, comme si elle envoyait un message. “ So tonight's date can wait… ” fait-elle distraitement, à l'intention d'Hiram, ses doigts manquent de faire une fausse manipulation et d'envoyer un des selfies à Scylla. “ Girl you fucked. ” corrige-t-elle doucement, la voix complètement vide en verrouillant le POW. “ Girl you want to fuck. ” parce qu’il peut dire ce qu’il veut, son corps l’a trahi. Elle se dirige vers l’autre portant et attrape la fameuse robe rouge qu’elle a choisi un peu plus tôt. “ I’m done alright. ” Le satin glisse délicieusement sur son corps. Girl you're not fucking again.

You look pretty whatever you're wearing. Ça n’aurait rien du lui faire. Mais c’est difficile de ne pas se dire que lui en cet instant-là où il aurait du la détester (où il la détestait, elle n’en doute pas) pour dire une chose pareille devait le penser. Et ça aurait rien du lui faire, parce qu’elle sait qu’elle est jolie, right? Ce n’est pas mémorable et spéciale et inhabituelle. C’est juste jolie et c’est son métier d’être jolie. Alors ça aurait rien du lui faire, mais ça la hante quand même. But in red, you're something else. Et la voilà tout de rouge vêtue, sans rien sous le court tissu de satin. Ça ne sert qu'à la conforter dans son idée; elle est juste jolie, bonne à être fucked précisément, pas à être appréciée pour quoique ce soit d'autre. Pas intéressante. “ I’m done. ” répète-t-elle, plus fermement, plus froidement. Have fun on your date. Elle revient s'asseoir sur son fauteuil, mais le tourne vers la porte plutôt que le miroir pour ne pas le voir lui. Pour pas qu'il voit l'humidité dans ses yeux. “ Why the dog? ” Elle veut juste savoir ça. Elle veut juste qu'il parle, le temps qu'elle ravale totalement son amertume (et ses larmes). How can you be friends with such a monster ses doigts crèvent d'écrire à Scylla. Mais elle est de son côté à lui, peut-être est-elle même part de son plan, Kida n'en sait rien et elle n'a personne à qui expliquer tout ça, vent about, parce qu'elle n'a parlé de lui à personne. Mais ça ne l'empêche pas d'être réel finalement. Ça ne l'empêche pas de réussir à l'atteindre.

• • •

It's ideal oh you need someone to tell you how to feel and you think your happiness is real there's so much more the world has to reveal but you choose to be concealed. So you're somebody now but what's a somebody in a nobody town
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

i'll be right there to remind you again † hitdat#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» remind me how it feels to hear your voice ✿ dylan
» | Remind You ... | [PV Gryfi]
» Remind me the story that I won't get insane | Astrid
» A million mile from home, I'm walking away. I can't remind your eyes, your face
» you remind me | oscar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres
-