Partagez | .

sujet; carglass#8 + bloodsport
MessageSujet: carglass#8 + bloodsport   Mar 20 Juin 2017 - 23:12

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1513
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Édouard Douglasi've got your back, and though it's stacked against us, i've got your hand, it's us against consensus and I will burn the people who hurt you the worst and I will not learn cause I am too young and too dumb to consider the terms
MAY 2004 La première chose qu’Amelia fait, quand le sol de Storm’s End se matérialise sous ses pieds, c’est enlever ce fichu prototype technomagique qui lui donne l’apparence de quelqu’un d’autre. Elle le pose avec très peu de délicatesse sur la table de la cuisine. Sa baguette est toujours dans sa main, elle est toujours sur le qui-vive, un peu stressée à l’idée que quelqu’un ait pu les suivre. La jeune femme a participé à des tas de missions depuis le début de sa carrière d’auror, et en a connu des périlleuses et illégales plus d’une fois avec les insurgés. Elle sait parfaitement que quelque chose cloche toujours, qu’il est difficile de s’en sortir aussi facilement. Alors elle est sceptique, et elle reste sur ses gardes quelques longues secondes. C’était beaucoup trop facile. Bon, certes, elle s’est fait stupéfixer comme une débutante, le plan ne s’est pas déroulé à cent pour cent comme prévu. Mais c’était quand même très facile. Soit ils se sont fait avoir comme des idiots et vont s’en rendre compte très vite, soit Azkaban n’est vraiment plus du tout l’une des prisons les plus sûres du monde. Parce que si eux ont réussi à faire sortir des prisonniers, les mangemorts les plus ingénieux peuvent le faire aussi, et l’idée à elle seule est plutôt glaçante.
Amelia se débarrasse de son hoodie noir - véritable costume d’agent secret - et souffle un bon coup avant de relever les yeux et de se rendre compte qu’Édouard a disparu de la cuisine. Elle se retient de souffler un peu plus fort, énervée. Elle rencontre le regard de June, qui partage visiblement son agacement. Elles entendent les pas lourds du brun dans les escaliers, et Amelia lâche un rire nerveux et saoulé.  « Asshole. » Elle prend le temps de se servir un verre d’eau et sort par la porte de la cuisine pour aller dans le jardin, histoire de se calmer un peu. June et Elijah ne cherchent pas à la retenir à l’intérieur - ils commencent à bien la connaître, maintenant.

Amelia sait bien qu’elle va devoir confronter Eddie. En attendant, elle se fait surprendre par la force de leur lien, qu’elle n’a pas ressenti de manière aussi violente depuis de longues semaines. Chaque émotion d’Édouard vient pulser contre ses tempes et dans sa poitrine, et elle se rend vite compte que le silence du jardin ne fait qu’exacerber les pensées et la chaleur qui courent dans sa tête et ses veines. Elle rentre au bout de quelques minutes à peine, et ouvre un placard pour se servir du whisky dans le verre qui contenait de l’eau il y a encore si peu de temps. Elle avale le verre cul-sec, parce qu’elle a bien besoin de courage et surtout de ne pas être dans son état normal pour cette conversation. « Tu veux pas attendre un peu ? » propose June en la regardant faire, adossée à l’encadrement de la porte de la cuisine. La réponse d’Amelia est sans appel : elle secoue la tête, et lâche : « Non. Maintenant, et après je me tire. » Ça fait des semaines qu’elle évite de mettre les pieds au cottage, et elle n’a pas envie de s’éterniser. Elle n’est revenue que pour aider June avec le cinéma du sous-sol et soutenir l’Alpha dans tout ce qui s’est passé par rapport à Tonks, Lupin et Black. Amelia est bien souvent très égoïste - elle le reconnaît aisément - mais avec June, elle n’arrive pas à l’être. Peut-être que c’est ça, être vraiment ami avec quelqu’un.

Amelia monte les marches jusqu’à la chambre, et elle sait qu’Eddie sait qu’elle arrive. Ils peuvent difficilement se cacher des choses, maintenant, alors elle n’a même pas essayé de monter en douce. Elle n’en avait pas envie, de toute façon. Elle ne sait même pas ce qu’elle va lui dire. Elle n’a rien à lui dire, elle n’a même pas envie de lui parler. Leurs derniers mots échangés à Azkaban lui donnent encore une drôle de nausée. Elle entre sans frapper, ne cherche même pas à rencontrer les yeux noirs du loup-garou. « You don’t have to say anything to me. But at least say thank you to June, even if you don’t mean it. She put a lot of work in this, and she wasn’t even in a good place when the plan started to take form. You owe her a thank you. » Son ton est un peu sec - trop pressé pour masquer son émotion. Son souffle saccadé suit le rythme de son coeur qui n’a pas cessé de courir depuis qu’ils sont entrés dans la prison, un peu plus tôt. « You can’t stay in Storm’s End for long. Pack your things wisely. You have three options : Kenna has offered her floor, Seth thinks we can hide you in our apartment, or you can go at my sister’s house. » déclame-t-elle d’une voix un peu monotone, comme un supérieur qui donne ses instructions à ses agents. « So, what will it be ? » le presse-t-elle, ne lui laissant pas vraiment le temps de réfléchir. Elle a juste envie de filer le plus vite possible, parce qu’être simplement dans la même pièce qu’Édouard la bouffe.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Mar 20 Juin 2017 - 23:40

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1323
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
amelia cartwrightI recognize that I love—you—by this: that you leave in me a wound that I do not want to replace.
MAY 2004. Tout s'est enchaîné très vite, trop vite pour Édouard et si au début il a résisté, a grogné, puis crié quand les sorts des gardiens ont commencé à fuser, il s'est tu sur la fin, se laissant traîner par Amelia et par celle qu'il a deviné comme étant June (et l'autre inconnue, qu'il n'a pas su replacer). Le silence têtu et énervé, parce qu'il n'a pas envie d'être sauvé mais qu'en même temps, il n'en peut plus de cet endroit, et c'est vrai qu'il n'a aucune utilité (si il en a jamais eu) entre quatre murs. Alors il s'est laissé sauvé et au moment où ses pieds ont foulé le sol de Storm's End, de chez lui, il a quitté la cuisine sans un mot ni un regard en arrière, la baguette qu'on lui a mise entre les mains tremblant presque dans son poing fermé. Il a encore cette satané rune sur le corps, celle qui bride la Bête, celle qui, étrangement, il a appris à détester. Elle commence à s'effacer, il est sensé la refaire en juin, mais il ne supporte pas de l'avoir, il ne supporte pas cette magie qui l'imprègne totalement; de même, il ne supporte pas son visage, il ne supporte pas ses cicatrices, il ne supporte pas les vêtements de l'infirmerie d'Azkaban qui lui collent encore à la peau. Édouard est chez lui et pourtant il est un prisonnier, un bagnard, un moins que rien et il déteste tout à propos de lui dans cette maison qu'il ne reconnait pas comme la sienne. Il se demande si June et Elijah, qu'il a vu rapidement, peuvent sentir l'odeur de prison sur son corps et dans ses cheveux et sous ses vêtements. Il a envie de vomir et il monte les escaliers quatre à quatre jusqu'à leur chambre.

Sa chambre. Il n'a pas besoin de ses sens lupins, émoussés par la rune, pour voir qu'il n'y a plus rien d'Amelia ici, et encore moins son odeur. Le lit est fait, la moitié de la penderie à la porte ouverte est vide et les affaires éparpillées sur le bureau sont telles qu'il les a laissées, mais ce ne sont que les siennes. Ça lui tord le coeur, encore plus que l'agacement slash énervement slash tristesse qu'il ressent dans le Lien du côté d'Amelia. Il s'en fiche. Il se dirige vers le miroir plein pied de sa chambre, résiste à l'envie difficile d'envoyer son poing fissurer la surface réfléchissant qui lui renvoie son image brisée, et commence déjà à appliquer ses immuables sortilèges d'Illusion pour redonner à son oeil sa couleur noire, à sa chair ses formes humaines. Il n'a pas desserré les dents depuis la prison et même là, en incantant, ne parle pas: il connait ces sortilèges par coeur pour les avoir appliqués chaque matin pendant des années, c'est une habitude plus profondément ancrée en lui que le reste. Il n'est pas surpris quand Amelia débarque dans la pièce à son tour, et ne bouge pas, n'arrête pas son entrelacs de sorts. « You don’t have to say anything to me. But at least say thank you to June, even if you don’t mean it. She put a lot of work in this, and she wasn’t even in a good place when the plan started to take form. You owe her a thank you. » Il pause, pendant un instant, puis reprend, les sourcils froncés, l'ignorant complètement. Il ne peut pas laisser son sortilège en plan comme ça, même si elle a raison. Il va remercier June et seulement elle, et peut-être l'autre inconnue qui les a aidés. Mais pas elle. Certainement pas elle.

« You can’t stay in Storm’s End for long. Pack your things wisely. You have three options : Kenna has offered her floor, Seth thinks we can hide you in our apartment, or you can go at my sister’s house. » Il déteste le ton de sa voix. Ne dit rien, continue ses sutures illusoires, taille un morceau d'Édouard dans la peau du monstre, avec application et efficacité. « So, what will it be ? » Le sortilège est fini et le fil doré qui s'échappait jusque là de sa baguette s'éteint progressivement jusqu'à disparaître entièrement quand il tourne le visage vers elle, lui faisant face non pas en tant que bête mais en tant qu'homme; il semble s'être un peu détendu, comme si le fait d'avoir retrouvé son visage d'antan parvenait à le calmer plus que tous les mots du monde. “ You left. ” Son ton est presque accusateur, sa voix rauque qu'il éclaircit avec une grimace. Il est amer et inquisiteur et blessé et en colère et vexé et il serre toujours les poings, la baguette d'emprunt — formant étrangement un bon duo avec lui — tremblant dans sa main. “ I'll find something, ” dit-il en se détournant pour refaire face au visage, vérifier que l'illusion tient avant de brutalement retirer son t-shirt. “ I don't need your help. Or anyone's. ” Il ignore ce qu'il va faire mais il va le faire.

Elle l'a déjà vu tout amoché, et pire encore, et il décide qu'il s'en fiche qu'Amelia voit les atroces cicatrices dans son dos; à la place, se concentre sur la rune sur son torse, l'entrelacs noir sur la peau brune qu'il ne sait pas lire, n'arrive pas à comprendre. Elle fait mal, comme toujours, et il la déteste et il va la brûler, ajouter une cicatrice à sa collection. Mais pour une fois, Édouard veut le loup. Il en a besoin. “ What happened to June? You said she wasn't in a good place. ” Il a toujours les sourcils froncés, inquiet, sa baguette s'approchant de la marque sur son torse alors qu'il collecte ses émotions, ses pensées et ses sentiments pour les bloquer parce qu'il va avoir mal et il va devoir se soigner vite mais aussi, surtout, il doit se débarrasser de cette horrible marque. “ And why did you come for me? If you left this. ” Il claque des doigts comme pour désigner la pièce vide d'Amelia, la pièce qui n'est plus qu'à lui, maintenant, qu'à Édouard, même si il ignore qui est Édouard sans Amelia au fond.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Mer 21 Juin 2017 - 1:30

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1513
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Édouard Douglasi've got your back, and though it's stacked against us, i've got your hand, it's us against consensus and I will burn the people who hurt you the worst and I will not learn cause I am too young and too dumb to consider the terms
MAY 2004 Il ne l’a pas regardée non plus, de toute manière. Amelia trouve ça plutôt éloquent. La tension ne semble pas avoir faibli depuis leur dernière rencontre. Pas qu’elle ait espéré que les choses se seraient tassées, hein… Ça aurait été faire preuve de naïveté que d’imaginer qu’ils seraient juste heureux de se retrouver et que tout s’envolerait par magie. Elle n’observe que du coin de l’oeil son profil qui est en train de changer sous l’effet du sortilège doré qu’il n’a même plus besoin de prononcer, avec l’habitude. Elle ne sait pas trop pourquoi, mais elle a l’impression que ça met encore plus de distance entre eux, le fait qu’il masque son vrai visage. Et puis de toute manière, elle a son mode conne activé, donc quoi qu’il fasse, elle trouvera à redire. Quoi qu’il fasse, elle prendra tout pour un signe de distance et de rejet. C’est comme ça maintenant entre eux, pas vrai ? Toutes ces années pour ça. Fuck.

Elle attend une réponse à sa question, silencieuse mais le corps tout entier grondant de ce truc entre la rage, le chagrin et l’adrénaline. « You left. » est la seule réponse qu’elle obtient, et elle ne desserre pas les lèvres. Il fait un constat, un constat qu’elle ne peut pas nier. Il n’y a plus une seule de ses affaires dans cette pièce, pas même une pince ou une chaussette perdue. Elle a bien pris soin de ne pas laisser de traces. Quand elle a enlevé ses affaires, elle ne pensait cependant pas être là quand il reverrait cette chambre. « I'll find something, » dit-il d’un ton confiant qui ne fait qu’énerver un peu plus Amelia. Qu’est-ce qu’elle aurait envie de se débarrasser de ce putain de Triumvirat pour lui offrir un visage impassible, indifférent ! « I don't need your help. Or anyone's. » déclare-t-il amer, la laissant face à son dos parcouru de cicatrices (elle connaît bien leur trajectoire, les entrelacs et leur profondeur, et ça la frappe de voir à quel point elles lui sont familières). Dans le miroir, elle aperçoit la rune - la fameuse rune - qui elle par contre n’est pas familière du tout. Elle serre les dents de nouveau, mais cette fois, ce n’est pas parce qu’elle est en colère contre Eddie. En fait, c’est la première fois qu’elle partage exactement son avis et son sentiment sur quelque chose depuis un moment. Il faut que cette rune disparaisse. Mais elle n’approche pas. L’espace vital n’a jamais été une notion qui leur était familière, pourtant, avant. Les yeux d’Amelia tombent sur le lit où ils se sont endormis tant de fois ensemble, leurs corps entremêlés comme si c’était normal. Elle repense à ses mains et à ses lèvres et se détourne quand elle sent ses joues et ses oreilles s’enflammer (de colère bien sûr, ce n’est pas du tout à cause d’autre chose). Elle file vers la fenêtre qu’elle ouvre en grand mais qui ne semble pas vraiment vouloir lui offrir de l’air avec lequel mieux respirer. « Alright. » répond-t-elle simplement. Il l’aura voulu.

« What happened to June? You said she wasn't in a good place. » Amelia fronce les sourcils dans une espèce de moue dégoûtée, les mains sur le bord de la fenêtre. Il veut vraiment discuter ? Parce qu’elle n’est pas venue pour discuter. Juste lui dire quelles étaient ses options et le laisser gérer ses problèmes comme un grand parce qu’ils ne sont plus ses problèmes à elle, right ? « You’ll have to ask her. » dit-elle, coupant court à la discussion. Et puis, comme si c’était normal de placer ça au milieu de leur conversation tendue, comme s’ils n’étaient pas du tout en train de se semi-disputer elle ajoute : « You missed a few things. Ask her about Elijah too while you’re at it. » Elle sent qu’elle se détend légèrement à la mention de ces deux idiots qui sont complètement grillés de chez grillés.  Mais elle ne peut pas se détendre, elle est en colère!

« And why did you come for me? If you left this. » La question la désarçonne, elle ne pensait pas qu’il allait la poser, enfin… Elle sentait que ça le titillait, mais ne pensait vraiment pas qu’il formerait les mots et la confronterait là-dessus. Le truc, c’est qu’elle est incapable de lui répondre quelque chose de sensé. Elle pourrait bien mentir et dire qu’elle l’a fait pour June, pour le pack. Elle pourrait lui dire qu’on l’a forcée à venir. Mais à quoi bon, puisqu’il peut lire suffisamment en elle pour comprendre quand elle ment ? « I don’t know. » dit-elle finalement, parce que c’est la seule réponse qui lui semble acceptable et qui soit assez proche de la vérité (cette vérité sur laquelle elle ne veut pas mettre de mots). « I don’t know. » Elle s’est légèrement tournée vers lui, observant d’un oeil sceptique ce qu’il est en train de faire. Elle sent qu’il est en train de se préparer. Mais se préparer à- « eh! » Elle avale la distance entre eux et pose une main sur son poignet pour écarter sa baguette de son torse. « Are you crazy? There’s no way you’re doing that yourself! » Elle a son petit ton autoritaire si typique. « Do you even know how this works? I’m pretty sure we need a specialist for this! » Et elle lâche son poignet, fait un pas en arrière parce qu’elle se rend compte qu’elle a un peu trop rompu la distance qu’elle gardait précieusement depuis le début et se heurte au miroir. Le voilà, le we qui reprend ses droits. « I did not help freeing you so you could do stupid things like this, for god’s sake. » dit-elle en massant son coude qui a pris un sacré coup quand elle a reculé.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Jeu 6 Juil 2017 - 19:59

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1323
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
« You’ll have to ask her. » Elle est si agréable. Édouard la déteste quand il est de cette humeur-là et surtout quand elle est de cette humeur-là. Ils se sont souvent disputés avec les années, jusqu'à la fois où ça a cassé quelque chose dans leur amitié; mais avant aussi ils étaient familiers des coups de gueule multiples et plus ou moins sérieux qui agitaient leur relation explosive. Le pire, c'est pas quand ils pensent tous les deux avoir raison: c'est quand ils sont tous les deux dans un état d'esprit où rien ne va et où tout ce que fait l'autre est agaçant. Tout est agaçant, énervant, enrageant et il aimerait juste lui dire de la fermer et de partir même si, il s'en rend compte, il n'a aucune envie d'être seul. Ou d'être en présence de quiconque d'autre en réalité. « You missed a few things. Ask her about Elijah too while you’re at it. » Elijah et June — la base. Ceci dit, alors que normalement il se mettrait à sourire en coin et qu'ils s'adresseraient un regard complice (ils trouvent leurs deux leaders de Meute complètement stupides l'un et l'autre, pourquoi ne veulent-ils pas avouer qu'ils s'aiment? ça crève les yeux pourtant, Édouard comprend pas trop les gens comme ça- ok il est en train de se foutre la gueule du monde et le pire c'est que pour la première fois de sa vie, il s'en rend compte), il se contente de grommeler un “ 'kay ” distant. Pour l'instant, il doit se concentrer sur la marque sur son torse, non loin de l'emplacement du coeur. Plus que jamais, il a besoin du loup — Rohan serait fier de lui — il a besoin de la Bête, de sa force, de son courage, de ses sens émoussés par la présence de cette foutue marque. Et même si la baguette qu'il a en main n'est pas idéale puisqu'elle n'est pas la sienne, il a suffisamment confiance en ses capacités pour savoir qu'il va réussir à faire ce qu'il veut — l'annihiler.

« I don’t know. » Mais les doutes d'Amelia sont comme des pierres en train de ricocher à la surface de l'eau paisible de son esprit concentré; ils laissent des ondes à la surface, troublent la surface lisse et imparable. Elle ne sait pas pourquoi elle est revenue le sauver. Et ça lui fait mal, si mal — il espère qu'elle prend la tristesse qui s'empare de lui pour quelque chose d'autre. Il voudrait se faire pardonner de ce qu'il a dit la dernière fois et il aimerait aussi pouvoir lui pardonner — pour Meera et pour le reste. Mais au final, elle n'a aucun compte à lui rendre. C'est juste dans sa tête, dans son coeur, qu'il a construit ds scénarios impossibles qui se sont écroulés comme des châteaux de cartes sous ses yeux — Édouard n'a que lui-même à blâmer. « I don’t know. » Édouard se sent tellement faible. You're supposed to know! a-t-il envie de lui dire. I would have come for you. Because that's what we do- « eh! » Ses sens effacés de loup-garou ne lui sont d'aucune aide, et l'humain n'a pas le temps d'échapper à son rapprochement soudain, ni à la main qu'elle pose sur son poignet pour écarter le bout de la baguette de sa peau. « Are you crazy? There’s no way you’re doing that yourself! » Édouard lève les yeux au ciel, elle reprend son ton criard de première de la classe qui a toujours raison qu'il déteste tant. « Do you even know how this works? I’m pretty sure we need a specialist for this! » Elle se détache et il baisse lentement la main. Le contact semble lui donner des idées un peu plus claires. « I did not help freeing you so you could do stupid things like this, for god’s sake. Do! not! speak the name of the Lord in vain! ” vocifère aussitôt d'un ton presque menaçant. C'est une peu une blague entre eux, il a toujours dit ça en l'entendant évoquer Dieu.

Et le silence est étrange. Ils ne sont pas sensés partager des blagues, pas ici, pas maintenant. Ils ne sont pas sensés être amis, pas après leur énième dispute. Il ne sont pas sensés être complices, il n'est pas sensé l'aimer, il n'est pas sensé regarder ses lèvres et repenser au baiser dans la cellule du Ministère. Il n'est pas sensé faire tout un tas de choses. Le silence est étrange, pesant, alors qu'il l'observe, avant de baisser les yeux vers la baguette dans sa main. “ Thanks for saving my ass. You had every reason not to but you did. Won't stop me from doing stupid things though. ” Ce n'est pas une excuse, pas vraiment. Mais c'est quelque chose, du moins Édouard l'espère. Un pas, peut-être... vers autre chose. “ So uh... you live with Seth now? ” marmonne-t-il ensuite, ne pouvant pas réprimer la légère jalousie amère dans sa voix — elle a préféré Seth à lui et ça c'est une première, quelque chose qu'il a un peu du mal à avaler et à digérer. Mais en même temps, Seth est le mec parfait, gentil, équilibré et parfait, Édouard peut comprendre qu'Amelia puisse le préférer à lui. “ I- uh, I mean, it's good... I guess.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Sam 8 Juil 2017 - 23:52

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1513
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Édouard Douglasi've got your back, and though it's stacked against us, i've got your hand, it's us against consensus and I will burn the people who hurt you the worst and I will not learn cause I am too young and too dumb to consider the terms
MAY 2004 « Do! not! speak the name of the Lord in vain! » Les mots sont sortis si spontanément de la bouche d’Édouard qu’on pourrait presque croire que tout va bien. Amelia est un petit peu désarçonnée, et se demande s’il a dit ça par habitude ou dans un effort maladroit pour détendre l’atmosphère. Quelle que soit l’intention, ça a le mérite de lui faire étirer le bord des lèvres. Elle se reprend très vite cependant (reminder: elle est en colère!) et tente de garder une expression neutre parce qu’ils ne peuvent pas faire des blagues. Ils ne peuvent pas esquisser des sourires et des rires parce que la situation est grave et que, qu’ils le veuillent ou non, ils se sont perdus, tous les deux. Amelia a peu d’espoir qu’ils se retrouvent... Mais la manière dont leurs yeux se trouvent, la façon dont leurs corps semblent à leur place l’un à côté de l’autre semblent lui donner tort. C’est un peu comme si, malgré eux, tout semble fall into place quand ils sont ensemble. Le silence s’étire, étrange, toujours un peu tendu. Amelia n’a rien à répondre, elle ne sait pas trop où se mettre - tout est si awkward. Elle suit le regard d’Eddie, qui se pose sur la baguette qu’il tient dans la main, prête pour un sortilège dangereux dont ils ne peuvent pas estimer les conséquences. Elle serre les dents, prête à abattre de nouveau sa main sur son avant-bras s’il essaie de faire n’importe quoi.

« Thanks for saving my ass. You had every reason not to but you did. Won't stop me from doing stupid things though. » Les yeux d’Amelia, jusqu’alors concentrés sur les moindres mouvements de la main d’Eddie, prennent soudain un air un peu hagard. Ils glissent sur son torse, son cou, ses lèvres et puis ses yeux, doucement. Elle est un peu fatiguée - et surtout un peu trop noyée d’émotions contradictoires pour tout assimiler, mais les mots résonnent dans sa tête et arrivent jusqu’à son cerveau. You had every reason not to. Elle est consciente que ça ressemble à quelque chose qu’elle veut entendre, mais n’est pas sûre d’avoir bien compris pendant quelques secondes. Elle cligne des yeux plusieurs fois, ça lui donne sûrement l’air un peu idiote (alors qu’elle devrait avoir l’air d’être! en! colère!). Ce qui émane d’Eddie n’est pas parfaitement négatif, et elle a même l’impression qu’il est légèrement plus calme. Il y a toujours ce mélange de sentiments étranges de son côté, comme du sien d’ailleurs, mais elle sait que ça pourrait être pire. « So uh... you live with Seth now? » Alors, donc, ils discutent ? Vraiment ? Amelia avait très envie qu’ils se disputent, pourtant, en entrant dans la pièce et en commençant la discussion. Elle n’est plus très sûre d’avoir l’énergie, tout à coup. Peut-être est-ce la fatigue ? (les battements de leurs coeurs se sont calés sur le même rythme, elle peut le sentir, et ça a quelque chose d’étrangement apaisant).

Ok, ils discutent. Très bien. Elle va jouer le jeu. Elle est curieuse de voir où ça mène, s’attend à ce que tout explose de nouveau d’ici cinq ou dix minutes, mais elle va jouer le jeu. Parce que quand bien même cette partie raisonnable d’elle veut être en colère!, il y a l’autre partie, un peu hors de contrôle, qui préfère quand ils ne sont pas en train de se hurler dessus. Même si ça veut dire prétendre, faire comme si. Ils vont discuter. (elle n’a pas loupé le ton avec lequel il a posé sa question. elle l’a bien noté, même. elle y réfléchira plus tard). « I- uh, I mean, it's good... I guess. » Elle hausse légèrement les sourcils. Elle a presque envie de lever les yeux au ciel - il la frustre tellement avec sa manière d’aborder les choses… « I did it to be closer to work. » répond-t-elle avec la voix la plus normale qu’elle puisse lui présenter. Pourquoi a-t-elle l’impression qu’elle est en train de se justifier? « And Seth's never there. Always working. You know the guy. » Elle baisse les yeux sur la baguette. Eddie l’a toujours dans les mains. « Kenna lives on the same floor. She needed us close. She didn’t say it but… » Elle hausse les épaules.

La vérité, c’est qu’elle ne vit pas non plus tout le temps dans son appartement. Elle est un peu revenue à Storm’s End. C’est juste qu’elle ne dort pas dans leur chambre. Techniquement, elle n’a pas tout abandonné. Elle est restée auprès de June, a continué à faire des pancakes parfois le dimanche midi, a aidé à construire le cinéma au sous-sol… Peut-être que c’est ce qu’elle devrait dire. C’est le genre de chose qui pourrait améliorer un peu l’atmosphère (du moins, c’est ce qu’elle se dit). Mais Amelia est idiote et elle ne dit rien de tout ça, même si Eddie a du capter le flicker dans ses yeux - dans son attitude. « Are you going to put down the wand or do I have to snatch it out of your hands? » demande-t-elle calmement, résolue. Elle tend doucement la main vers l’objet. Ses yeux trouvent ceux d’Eddie, et elle ne les lâche pas en avançant ses doigts et en les enroulant autour de la baguette. « Please, we’ll talk about the best way to get rid of this thing later. » C’est le ton le plus doux qu’elle ait utilisé depuis  longtemps avec lui. « Elijah will know what to do. Please? » Malgré elle, elle a sous-entendu qu’elle allait rester. Elle a envie de se foutre des gifles, parce qu’elle a dit clairement à June qu’elle exposait à Eddie ses options et filait à l’anglaise. « We both know how you’re feeling right now, and it will definitely affect your magic. Come on. » Son coeur s’est un peu accéléré, parce qu’ils n’ont que rarement parlé à haute voix d’à quel point ils peuvent ressentir ce que l’autre ressent. « If you give it to me, I’ll tell you what happened between Elijah and June. It’s worth it, believe me. » tente-t-elle pour finir de le convaincre. C’est débile, parce que ce n’est définitivement pas le genre de sujet qu’ils devraient aborder (ils devraient se disputer, par merlin!). Elle a finit par céder à un peu de légèreté, à la plaisanterie, et elle sait clairement qu’elle va s’en vouloir plus tard. Leur bref contact physique (et le fait qu’il soit torse nu, à un mètre à peine d’elle, aussi) a eu raison de toutes ses résolutions.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Lun 10 Juil 2017 - 1:38

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1323
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Édouard sent la colère d'Amelia refouler lentement, diminuer certainement. Il se sentait si... violemment agressif et hyper il y a quelques poignées de secondes mais la simple main qu'elle a posé sur son avant-bras est parvenue à complètement le calmer. Maintenant, il n'a plus qu'une envie: la prendre dans ses bras. Sauf qu'il est torse nu et qu'elle doit le haïr, pour ce qu'il a dit la dernière fois, pour les mots qu'ils se sont hurlés à la figure et qu'elle n'a pas mérité même si il ne pense pas qu'il reviendra dessus, il ne peut pas, ça voudrait dire qu'il devra lui expliquer qu'il était jaloux ce qu'il n'a jamais été avant avec elle. Jusqu'à avant. Jusqu'à maintenant, quand il pense à Seth, le mec le plus parfait de la Terre. «  I did it to be closer to work. » Il hoche la tête. Il ne sait pas trop ce que ça veut dire closer, quand elle peut transplaner ou même utiliser le réseau de Cheminées qui est instantané... mais il n'a pas à la remettre en question. Il aimerait mais il ne peut pas. Ça voudrait lui dire aussi que ça le blesse, aussi sûrement que cette foutue rune, aussi sûrement qu'un couteau enfoncé entre ses omoplates, de savoir qu'elle est partie de leur chambre.
Leur chambre. Leur maison. « And Seth's never there. Always working. You know the guy. » Il hausse la tête. Oui, Seth, toujours en train de travailler, d'être parfait, d'être gentil, équilibré, il a un beau métier et il est fort et super bien foutu et c'est l'un des meilleurs amis d'Édouard donc franchement, il pourrait être heureux, parce qu'Amelia aussi est- était sa meilleure amie. « Kenna lives on the same floor. She needed us close. She didn’t say it but… » Et il y a Kenna, aussi. Kenna, sweet Kenna, elle n'est pas venue le voir — pas beaucoup de monde est venu le voir et finalement, même si il en a ragé pendant des jours, il préfère: il n'aurait pas aimé que quiconque voit comment il était misérable, enfermé entre quatre murs, à Azkaban, avec cette foutue rune sur le torse — mais il sait à peu près ce qui se passe pour elle en ce moment et il espère qu'elle va mieux... il a hâte de la revoir.

Kenna, Seth, Amelia et Édouard. Ils sont tous là — dehors. En vie. C'en est presque trop beau pour être vrai. “ Yeah I get it, ” dit-il simplement comme toute réponse. Il a remarqué l'hésitation d'Amelia et il sait qu'elle doit avoir remarqué la sienne. Il n'ose pas dire ce qu'il a sur le coeur — il n'a pas le droit. Ça ne mènerait à rien. Il peut museler ses émotions et sentiments de son côté sans que leur amitié ait à en pâtir. « Are you going to put down the wand or do I have to snatch it out of your hands? » Il raffermit un peu sa prise sur la baguette en l'entendant, a un mouvement de recul quand les doigts d'Amelia se tendent et il se crispe quand ils s'enroulent autour de l'artefact magique, il est agité d'un long frisson quand leurs peaux sont à deux doigts de se toucher. «  Please, we’ll talk about the best way to get rid of this thing later. » Elle a raison, bien entendu mais... il ne peut pas supporter de rester dans cette maison, sa maison, la maison qu'il a donné aux loups des Insurgés, la maison qui appartient aussi à June, il ne peut pas être humain et seulement humain à Storm's End.

Il ne peut pas être humain et seulement humain dans sa vie. Ce n'est plus qui il est et c'est après des années qu'il s'en rend compte, qu'il comprend ce que Rohan a essayé de lui montrer pendant des mois. « Elijah will know what to do. Please? » Elijah, lui aussi c'est l'homme parfait, bien entendu que lui saura quoi faire alors que lui, Eddie, fait n'importe quoi... «  We both know how you’re feeling right now, and it will definitely affect your magic. Come on. » Le rappel de leur Triumvirat le gêne, il cille, se crispe encore un peu plus si c'est possible; a un mouvement de recul avec la baguette comme pour la ramener vers lui mais Amelia s'y accroche toujours. « If you give it to me, I’ll tell you what happened between Elijah and June. It’s worth it, believe me. » Les yeux d'Édouard s'étrécissent. Amelia le connait bien, il sait qu'il est bien incapable de résister à un bon gossip. “ Yeah ok, ” marmonne-t-il en relâchant lentement la baguette qu'Amelia ramène vers elle. Il se sent nu, brutalement, désarmé et vulnérable — il l'est. “ Did they kiss? Or did they- oh Merlin they did! ” s'exclame-t-il en entendant la confirmation dans l'esprit d'Amelia, se concentrant sur Elijah et June plutôt que sur Seth l'Homme Parfait ou cette pièce désespérément vide et triste sans les affaires d'Amelia. Il remet hâtivement son t-shirt sur son torse. Il doit aller remercier June, il veut voir Elijah et Rhaenys et Kenna et Seth et Rohan et tout le monde mais il veut aussi voir Amelia, la vraie Amelia, la serrer contre lui et la remercier et s'excuser et lui demander de s'excuser et tout mettre ça derrière eux mais il ne peut pas, il se contente de la regarder dans les yeux en repoussant aussi fort que possible le lien dangereux du Triumvirat qui les lie pour toujours. Il aurait dû mourir à Pré-au-Lard ce jour-là mais il n'est pas mort, il est là et elle aussi.

I, uh-- ” Il aimerait savoir quoi dire, trouver quoi dire, mais rien ne lui vient. Il ne fait que la regarder, douloureusement sensible à leur proximité, la distance qui les sépare, aux battements du coeur d'Amelia quasiment synchronisés aux siens et au fait qu'il aimerait la prendre dans ses bras mais qu'il ne peut pas, croit qu'elle ne veut pas. “ Thanks again, Ames. And- and sorry for what happened back at the- the Ministry after my trial, I kind of sprang it on you... and I shouldn't have done that, I'm sorry. It was selfish and desperate and... not what you deserved. I- friends again? ” finit-il par demander maladroitement, en tendant sa main dans sa direction avec un sourire maladroit lui barrant le visage.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Mar 11 Juil 2017 - 0:28

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1513
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Édouard Douglasi've got your back, and though it's stacked against us, i've got your hand, it's us against consensus and I will burn the people who hurt you the worst and I will not learn cause I am too young and too dumb to consider the terms
MAY 2004 Elle aurait pu lui donner les vraies raisons de son départ de Storm’s End et de sa décision d’emménager avec Seth. Ce n’est pas comme s’il n’avait pas déjà des éléments de réponse. Après les mots qu’ils se sont échangés, la colère qui s’est envenimée (ils ne peuvent pas mentir là-dessus : même à des kilomètres, Amelia pouvait sentir la frustration d’Eddie, tout comme il pouvait ressentir son exaspération et sa rage), il ne peut pas vraiment être surpris qu’elle ait décidé de quitter l’endroit qu’ils ont construit ensemble, ces draps dans lesquels ils ont dormi tant de fois ensemble. Il ne peut pas vraiment lui en vouloir non plus. Amelia sait que si elle s’était lancée sur la voie de la vérité, la situation aurait pu changer du tout au tout. Ils marchent sur un fil, depuis qu’ils se sont retrouvés dans les couloirs d’Azkaban. Le moindre mot, la moindre pensée peut retourner complètement la situation, ils le savent tous les deux. La tension n’a pas disparu, même si elle se sent plus calme, depuis qu’ils se sont physiquement rapprochés (le triumvirat, évidemment - depuis qu’ils sont liés, elle n’est jamais dans son assiette quand ils sont trop éloignés, alors qu’elle se sent en pleine forme quand ils sont à quelques mètres ou centimètres l’un de l’autre). La Amelia déterminée qui est entrée dans la chambre, quelques minutes plus tôt, aurait sans aucun doute profité de l’occasion pour relancer la dispute entre eux, désireuse de blesser, furieuse et frustrée. Elle a encore du mal à comprendre comment cette Amelia-là a pu se faire la malle aussi vite. Bien sûr, elle est toujours énervée - mais différemment - et au moment où elle aurait du lui dire ses quatre vérités, elle a préféré se taire. Étrangement.

Le chantage lui est venu très spontanément. Elle le connaît trop bien, et ils ont parlé tant de fois d’Elijah et June ensemble qu’elle ne prenait pas trop de risque en supposant que le sujet l’intéresserait et aurait l’effet escompté. « Yeah ok, » Elle sourit, plutôt fière d’elle, et ne perd pas une seconde pour ramener la baguette à elle, au cas où il changerait d’avis. Elle la coince dans son dos, grâce à l’élastique de son jean parce qu’elle doute qu’il osera venir la chercher là sans son accord. Ce n’est pas que le contact physique a quelque chose de tabou entre eux, juste que… Depuis le baiser, toutes leurs interactions physiques n’ont plus tout à fait la même dimension, et sont donc plus réfléchies. Elle l’a vu à leur rencontre à Azkaban, et elle le voit - le sent - encore maintenant. « Did they kiss? Or did they- oh Merlin they did! » Il l’a compris grâce à triumvirat, bien sûr, et Amelia pince les lèvres, voulant réfréner un petit sourire. « They did. » confirme-t-elle à voix haute, même s’il n’en avait techniquement pas besoin. « And the weirdest is that June told me herself ! » ajoute-t-elle un peu trop enthousiaste, (oui, elle a des amis maintenant, super Amelia, on est content pour toi) Elle n’avait vraiment pas besoin d’ajouter ça. Pourquoi est-ce qu’elle ne peut pas s’empêcher de verser dans la conversation ? (à ce stade le sujet Elijune lui a littéralement fait oublier qu’elle est censée être! en! colère!) « Rhaenys is super happy. » Évidemment. Parce que c’est une gamine géniale - sûrement la seule gamine qu’Amelia arrive à supporter, d’ailleurs.

Édouard a remis son t-shirt. (well.) (c’est mieux comme ça.) Amelia se sent moins débile. « I, uh-- » Elle lève un peu la tête, et pose ses yeux clairs stressés sur Eddie. Dire qu’elle est curieuse et qu’elle attend ses paroles serait un euphémisme. Le silence qui suit lui semble durer une éternité. Elle sent bien un truc, quelque chose teinté de gêne, d’espoir, d’hésitation et de fierté. Le truc, c’est qu’ils n’ont pas encore passé le stade de leur lien où ils peuvent aller chercher leurs réponses directement dans les pensées de l’autre pour des sujets aussi teintés d’émotions. Alors elle est pendue à ses lèvres, incertaine de ce qui va en sortir - un peu anxieuse, impatiente. C’est étrange, d’être si proches et d’être si loin en même temps. En temps normal, Amelia serait déjà collée à lui, silencieuse, contente. Il y a ce truc qui grésille entre leurs corps, qu’elle ressent plutôt violemment maintenant qu’elle y pense. Elle sait très bien ce qu’elle devrait faire pour que cette drôle de démangeaison se calme (faire un pas en avant, oublier les mauvais sentiments, céder à cette envie d’effacer la distance, de le toucher). Mais c’est trop compliqué, alors elle s’agite un peu, balance son centre de gravité sur une jambe, puis sur l’autre, comme si ça allait tout étouffer. « Thanks again, Ames. And- and sorry for what happened back at the- the Ministry after my trial, I kind of sprang it on you... and I shouldn't have done that, I'm sorry. It was selfish and desperate and... not what you deserved. I- friends again? » Un drôle de voile se dresse devant les yeux d’Amelia. La voilà, la distance, qui reprend ses droits. Elle sait qu’elle ne devrait pas ressentir ça. Édouard fait clairement un pas vers elle. Il essaie. Elle lui en est reconnaissante, en un sens. Tous les scénarios dans lesquels ils passent les prochaines semaines et mois incapables de se parler et de supporter la présence de l’autre s’envolent et elle est soulagée, c’est vrai. Elle a voulu pendant des mois qu’ils se déchirent un peu plus, et maintenant elle ne veut que le contraire. Elle peut s’estimer heureuse, les choses sont sur la bonne voie. Une voie qu’elle ne pensait même pas possible quelques minutes auparavant. C’est bien. C’est très bien.

Mais il y a ce truc. Bordel ce truc. Elle esquisse un sourire un peu étrange, qu’elle veut pourtant encourageant et satisfait. Elle a envie de dire don’t worry, it’s not a big deal ou même quelque chose de simple, comme it’s okay. Rien de ce genre ne passe ses lèvres, pourtant. Elle se contente de continuer à étirer légèrement les lèvres, se sentant un peu ridicule. Édouard a la main tendue entre eux, et Amelia la regarde pendant quelques demi-secondes avant de réagir. De pouvoir réagir. « Yeah of course. » Elle prend sa main le plus naturellement possible, ignorant son sang qui s’accélère dans ses veines. « Friends. » Elle se tâte, et puis ajoute finalement : « I’m sorry too. For… everything. » Ils avaient juré de ne plus se lâcher, de ne plus être de gros nuls. Mais ils viennent littéralement de passer presque quatre mois à ne pas se parler, à s’en vouloir comme des gamins capricieux et Amelia se demande un peu comment ça a pu arriver. « We were both… upset that day. And tired. And a bit scared I assume. Well, I was. I was petrified. » Elle confie ça le plus naturellement du monde. Oui, elle était effrayée à l’idée de passer vingt ans sans lui, vingt ans seule, parce qu’elle sait parfaitement qu’il n’aurait pas pu en être autrement. Elle toussote pour masquer sa gêne. « We’re always stupid when we’re scared. » Ils se le sont prouvés de nombreuses fois, finalement.

Leurs mains sont toujours jointes, par dans un salut, parce qu’elles se sont abaissées à mesure qu’elle parlait. Ils ressemblent juste à deux personnes qui se tiennent la main, maintenant, et ça la gêne, mais en même temps, elle ne prend pas l’initiative de séparer leurs doigts de nouveau. « Hum… You must be starving. Do you want something to eat ? … Mac & Cheese ? » L’heure est loin d’être raisonnable, la proposition aussi. Elle n’a plus aucun contrôle sur ce qu’elle dit et ce qu’elle fait. « It would give you time to think about what you’re going to do… or to talk with Elijah about the runes. Unless you want to sleep… which would be normal. » Tout le monde est crevé, et ils ont sûrement de nombreuses heures devant eux avant que l’évasion soit ébruitée.

Elle finit par lever les yeux au ciel, amusée par son propre comportement, et abaisse de nouvelles barrières entre eux.  « You know what ? I really hate you. I can’t even manage to stay mad at you. » Elle plisse les yeux, fronce les sourcils, avec un poil de malice dans les yeux. « I hate you. » Elle tire sur sa main comme une gamine en colère, pour donner du poids à son propos, mais ça ne fait que leur rappeler qu’elles sont jointes et renforcer l’ironie.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Mar 11 Juil 2017 - 22:55

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1323
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Évoquer le Ministère est une mauvaise idée à cause du Triumvirat et du fait qu'Édouard sent son coeur bondir dans sa poitrine quand Amelia ne répond pas. Peut-être qu'elle n'a pas envie d'être amis — Édouard n'a pas, plus envie d'être ami avec elle. Il veut être... plus. Ils ont toujours été plus qu'amis ceci dit, quelque chose de différent, de difficilement cernable par les autres... mais c'est différent. Il veut autre chose, quelque chose de complètement différent, et il sait qu'il ne l'aura jamais. Pourtant, ça ne l'empêche pas d'avoir un peu d'espoir. Elle doit... elle doit sentir ça aussi non? Édouard a l'impression que c'est tellement fort. Que ça vibre partout sur lui, sous lui, dans sa peau, dans son coeur, dans sa tête, ces sentiments qu'il a pour elle et qui menacent de déborder de lui à chaque instant, qui ne sont que contenus parce qu'il a honte, tellement honte. Honte de mettre en péril des années de complicité et d'amitié pour ces sentiments qui n'ont aucun sens, qu'elle ne pourra jamais lui rendre.
Jamais. « Yeah of course. » Il sourit en réponse au sourire d'Amelia, ses paupières clignant une ou deux fois, yeux détournés, avant qu'il ne replonge dans ses yeux bleus. Yeah of course. Ils sont amis, toujours amis, rien qu'amis. La proximité, tout comme le contact, rend leur Lien encore plus fort alors Édouard ravale sa fierté et ses sentiments et la colère embarrassée qui l'agite pour la recouvrir d'une bonne douche de déni et de soulagement à l'idée qu'elle accepte son amitié, au moins. « Friends. » Il se sent sourire pour de vrai. Sous toutes les formes, Amelia lui a manqué. Il aimerait la prendre dans ses bras. “ Cool. I’m sorry too. For… everything. »

Les yeux d'Édouard se détournent encore une fois, embarrassés. Il ne sait pas si elle parle de ce jour-là, de son procès, ou du reste avec Meera... Le sentiment vivace de jalousie qui le prend à la gorge est, quant à lui, difficile à ravaler. Il aimerait tellement que tout soit plus simple. Que Penny et Derek soient en vie, comme Marverick et Faust. Que tout redevienne comme avant, exactement comme avant, sans la Guerre et les cicatrices et les disputes et la Morsure. « We were both… upset that day. And tired. And a bit scared I assume. Well, I was. I was petrified. » Il hoche la tête. Lui aussi, il était terrorisé à l'idée de passer tout ce temps sans elle. Vingt années, vingt longues années sans Amelia, qui fait autant partie de lui que sa famille, plus même. Ils ont finit par grandir ensemble tous les deux, l'un avec l'autre, l'un autour de l'autre, leurs racines profondément entrelacées dans la terre. « We’re always stupid when we’re scared. » Il hoche la tête. Sur ça aussi il est d'accord. “ We're always stupid, period. Well I'm always stupid, ” se corrige-t-il avec un sourire en coin.

Leurs mains ne se sont pas lâchées. Édouard ne devrait pas remarquer ce genre de chose. Ils ont toujours été très tactiles, incapables de comprendre le concept d'espace personnel d'après les autres... « Hum… You must be starving. Do you want something to eat ? … Mac & Cheese ? » Il n'a pas trop faim, encore paralysé à l'idée de s'être évadé d'Azkaban... mais il ne peut décemment pas refuser un bon Mac & Cheese surtout quand il a dû se contenter de la nourriture de prison pendant des mois. Son estomac se réveille rien qu'à cette idée et il hoche la tête avec entrain. « It would give you time to think about what you’re going to do… or to talk with Elijah about the runes. Unless you want to sleep… which would be normal. » Édouard s'assombrit légèrement. Amelia a raison bien entendu. Sauf que... Édouard n'a pas envie d'y penser. Il est de nouveau en fuite et même si ce Gouvernement n'a rien à voir avec le précédent, il en a marre de ne pas pouvoir profiter de sa maison ou en tout cas, de ne pas pouvoir mener une vie normale. Ceci dit, il serait bien en peine de savoir ce qu'il a envie de faire de sa vie, sa carrière d'Auror révolue, la Guerre finie... “ Mac & Cheese sounds good, Ma ” dit-il simplement avec un léger sourire goguenard, parce que même si il a toujours été celui avec le plus de sang-froid sur le terrain, c'est toujours elle qui prenait le rôle de la mère poule presque envahissante au moindre problème. Ceci dit, il n'a jamais été mieux, surtout avec elle. « You know what ? I really hate you. I can’t even manage to stay mad at you. » Édouard éclate de rire. « I hate you. No you don't. ” Il rit encore plus alors qu'elle l'attire légèrement à lui; il lâche sa main pour passer son bras autour de ses épaules, faisant mine de lui ébouriffer les cheveux en profitant du fait qu'il fait une tête de plus qu'elle. C'est nul et stupide et chaque contact est une torture mais ils sont amis. Rien de plus, rien de moins, and there's no changing that.

You know why, Cartwright? That's 'cause I'm cute as hell. ” Elle essaie de se débattre mais il la garde dans le creux de son coude, cessant de faire mine de lui ébouriffer les cheveux ceci dit, l'attirant contre lui puis se dirigeant vers la porte de la chambre. “ Nobody can stay mad at that ass, ” dit-il simplement en la relâchant, passant devant elle pour redescendre dans le salon, roulant des fesses en descendant les marches et en lui jetant un regard languide moqueur par-dessus son épaule.
Il cherche June et Elijah du regard mais ils sont dehors, assis sur le banc du perron, silencieux il lui semble quoiqu'Édouard ne fasse plus trop confiance à ses sens depuis l'apposition de la rune. Il va dans la cuisine sans demander son reste, remarquant tous ces petits détails sur lesquels seul le temps influe au fur et à mesure — des nouveaux magnets sur le frigo, nouveaux verres dans la mauvaise étagère, et toutes ces petites choses stupides qui lui font bizarre dans l'estomac. Il n'a pas l'impression d'être chez lui et pour l'instant, il ne l'est pas, il va effectivement devoir trouver une solution durable... c'est en pensant à ça qu'il finit par sortir la bouteille de whisky plutôt que le mix de Mac & Cheese, se tournant vers Amelia avec un sourire léger et maladroit quand elle le rejoint dans la pièce. “ Can't refuse a drink to your old pal, aye? ” Il verse du whisky dans deux verres de toutes façons, au pire il boira le second. Il se demande si la rune annule aussi les effets dévastateurs de l'alcool sur les loups-garous... il va bien vite le découvrir.

La maison est étrangement silencieuse. La prison n'était jamais silencieuse — toujours les vagues, le vent, les cauchemars de Lestrange ou les murmures des autres prisonniers. Mais la maison est étrangement silencieuse. Il se demande où est Rohan. Il aimerait parler avec Elijah, prendre June dans ses bras. Il veut voir Kenna, absolument voir Kenna. Se faire étouffer dans une étreinte de Seth. Rire avec Susan, prendre Rhaenys sur ses épaules, faire une partie de poker avec Neville. Avoir toute la meute avec lui à Storm's End et rire, tellement rire, comme ça a été le cas quand ils attendaient son procès et que tout le monde était venu pour Yule et que tout était parfait, pendant une soirée au moins.
Il lève son verre en direction d'Amelia avec un petit sourire triste avant de descendre les deux doigts de whisky d'un coup, l'alcool lui arrachant la gorge et le faisant même un peu tousser dans son poing. “ Fuck. ” Il secoue la tête en se resservant, la chaleur demeurant dans le fond de sa gorge. “ Fuck. ” Ça l'énerve. Ce vide, ce silence, ces non-dits entre lui et Amelia. Ça l'énerve. La douleur dans sa poitrine où le whisky descend, le fait qu'il ait tant perdu de muscles en prison, le fait qu'on l'ait sauvé. Ça l'énerve. Ses rages se sont toujours déclenchées pour un rien, contre personne, surtout envers lui-même en fait. Brûlantes mais courtes, comme des allumettes brûlant trop vite et s'éteignant plus vite encore. Il n'y a jamais eu qu'Amelia pour les calmer, ces rages. Il redépose le verre qu'il s'est resservi sur le plan de travail avec brusquerie. Il a envie d'aller courir. Il a envie de prendre Amelia dans ses bras — non, il a envie qu'elle le prenne dans ses bras. Il a envie d'hurler, il a envie d'aller se coucher. “ What am I going to do now? ” lâche-t-il d'une voix faiblarde, hésitante, en refusant de rencontrer le regard d'Amelia.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Dim 30 Juil 2017 - 18:30

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1513
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Édouard Douglasi've got your back, and though it's stacked against us, i've got your hand, it's us against consensus and I will burn the people who hurt you the worst and I will not learn cause I am too young and too dumb to consider the terms
MAY 2004 « We're always stupid, period. Well I'm always stupid, » Le constat lui arrache un sourire. Au moins, ils peuvent se confier sur leur bêtise, à défaut de pouvoir parler du reste. C’est déjà ça. Ce n’est pas la première fois qu’ils agissent comme des gamins débiles, et ce n’est sûrement pas la dernière fois, ils en sont pleinement conscients, lui comme elle. Ils ont beau se promettre à chaque fois que les choses vont changer… Leur incapacité à agir en adultes est le ciment même de leur relation. C’est grâce à ça que leur lien est né, au tout début. Ils ne se supportaient pas, étaient exécrables l’un avec l’autre, et ça les a menés là. Amelia n’est pas sûre qu’ils en serait au même point si leur relation avait été simple dés le début. Une part d’elle se dit que les choses auraient été beaucoup plus simple (elle pense à toutes ces choses qui lui sont arrivées à cause de lui, à toutes les choses qui sont arrivées à Eddie à cause d’elle), et d’un autre côté… (elle pense à toutes les choses qui lui sont arrivées grâce à lui. Toutes les choses qui lui sont arrivées à lui, grâce à elle). Peut-être que c’est ça, la clé. Accepter qu’ils ne seront l’un comme l’autre jamais vraiment capables d’être raisonnables et raisonnés. Accepter qu’ils ne sont que tempête puis beau temps puis orage puis brise de printemps. Qu’ils seront toujours des gamins idiots.

Il accepte le Mac & Cheese, ultime signe d’accalmie. Amelia est soulagée. Elle n’est pas sûre qu’elle aurait été à l’aise à l’idée de le laisser aller se coucher tout de suite vu la… situation (la leur, celle de laquelle ils viennent de le sortir). Au fond, c’est surtout qu’elle n’est pas prête à laisser la nuit les avaler. Elle grapille des minutes, sans vouloir trop réfléchir à ce qui la presse à le garder auprès d’elle le plus longtemps possible avant que les lumières s’éteignent. De quoi a-t-elle peur, au juste ? Elle ne sait pas trop. Elle a juste l’impression que tout peut lui glisser entre les doigts en l’espace de quelques heures. Ça lui est déjà arrivé, et elle se souvient du vide. Elle ne veut pas retrouver le vide. C’est égoïste. « No you don't. » Elle lève les yeux au ciel. La confiance avec laquelle il a répondu devrait la vexer… Mais non. Même pas. No I don’t. pense-t-elle, spontanément. Elle est consciente de chaque centimètre que la main d’Édouard parcourt sur ses épaules, et elle tente - en vain - de l’empêcher d’ébouriffer ses cheveux. « You know why, Cartwright? That's 'cause I'm cute as hell. » Elle lâche des petits cris en essayant de se débattre, mais elle ne peut pas rivaliser avec sa force ce soir - trop fatiguée, trop faible dans tous les sens du terme. Il la lâche à l’entrée de la chambre, et commence à descendre les escaliers. « Nobody can stay mad at that ass, » Elle hausse les sourcils. « Yeah, right. » dit-elle, avec un air exaspéré sur le visage et dans la voix, qui s’efface dés qu’il a définitivement le dos tourné, pour laisser place à un sourire. Elle le regarde descendre sans le quitter des yeux, et quand il a disparu de son champ de vision, elle croise son propre reflet dans l’un des cadres accrochés au mur. Shit. Fuck. Amelia reprend un peu contenance, efface son sourire, pose une main sur ses joues réchauffées et ferme les yeux. Shit. Elle déteste ce reflet. Elle le déteste. Il la trahit trop.

Elle toussote un peu - c’est ce que les gens font quand ils veulent reprendre leur sérieux. Et leur dignité. Réflexe débile et inutile. Quand elle descend enfin à son tour, elle trouve Eddie en train d’observer les détails de la cuisine, et note que June et Elijah sont dehors. Tant mieux. Elle n’est pas sûre qu’elle aurait aimé croiser le regard plein de jugement et de satisfaction de l’Alpha de la meute, qui commence à la connaître un peu trop bien. Édouard sort le whisky et c’est ce moment-là qu’elle choisit pour avancer dans la pièce. « Can't refuse a drink to your old pal, aye? » Il n’attend pas son approbation pour servir deux verres, et elle hausse les épaules. Elle ne dira pas non, certainement pas. Elle a bien besoin de ça, même si elle n’en est pas très fière. Il avale cul-sec son verre alors qu’elle s’approche, pas certaine que ce soit une bonne idée. « Fuck. » Il n’a pas l’air fier, mais se resserre quand même, et Amelia le regarde, mi-amusée, mi-inquiète. Elle s’empare de son verre à son tour. « Fuck ». Elle aimerait se dire que c’est le whisky qu’elle vient d’ingurgiter qui a changé du tout au tout ce qu’elle ressent, là tout de suite… Mais pas de doute : les sentiments confus, menés par la colère, émanent bien d’Eddie. « What am I going to do now? » Amelia pose son verre à son tour, jette un coup d’oeil dehors. June et Elijah ont sûrement dû être alertés par le bruit. Elle sait ce qu’elle devrait faire - ce qu’elle a envie de faire. Mais ce n’est pas une bonne idée. Pas encore. Elle n’est même pas sûre qu’il accepterait son étreinte. Encore une fois… Ils marchent sur un fil. « that’s a good question. » dit-elle en haussant légèrement les épaules. Elle le regarde pourtant avec beaucoup de confiance quand elle ajoute : « we’ll figure it out. » C’est peut-être débile, de juste dire ça. Il a sûrement besoin qu’elle lui donne des réponses précises. Mais elle n’en a pas, alors il devra se contenter de ça. You are not alone. C’est sûrement ce qu’elle devrait dire. Mais elle n’est toujours pas sûre que verser ainsi dans le sentiment soit safe après tout ce qu’ils se sont dit ces derniers mois. Amelia ne sait pas trop ce qu’elle doit dire ou faire, alors elle se range derrière ce qu’elle sait : « for now… you’re going to help me with this mac & cheese. » Elle éloigne un peu la bouteille de whisky, et commence à sortir de quoi cuisiner. « come on. » l’encourage-t-elle.

C’est ce moment que choisissent June et Elijah pour rentrer par la porte de la cuisine. Amelia n’ose presque pas les regarder. « what are you guys doing? » dit l’Alpha, jetant un coup d’oeil à l’horloge, qui rappelle à quel point il est débile de se lancer dans une tâche pareille - qui rappelle qu’ils devraient tous être au lit. « nothing important. » répond Amelia. Elle voit le regard de son amie courir sur les ustensiles, sur le whisky, et ses sourcils se lever un peu. « ok… well… goodnight then. » - « sleep well. see you tomorrow. » Elle ne relève les yeux qu’au dernier moment, pour voir Elijah se faire pousser vers les chambres, et June lever les yeux au ciel. Amelia fait mine de ne pas avoir vu, mais sait très bien qu’elle ne pourra pas échapper au what happened to ‘a word and i’m out of here’? du lendemain. Amelia tente de se reconcentrer sur le mac & cheese. Puisqu’il est déjà tard, et qu’ils sont tous les deux fatigués - tout de même, elle décide d’opter pour une méthode sorcière, et sort sa baguette pour que les pâtes soient prêtes en quelques secondes. Elle laisse Édouard s’occuper de les répartir dans le plat tandis qu’elle commence à s’occuper de la béchamel, cette fois à la moldue, parce qu’elle n’a jamais trouvé que c’était aussi bon, préparé trop facilement avec quelques sorts. Sa soeur lui dirait sûrement que c’est parce que c’est l’amour qu’on met dans un plat qui le rend spécial… May passe son temps à cuisiner. « my sister’s getting married. » dit alors Amelia. Il y a plein de choses qu’Eddie a loupé, beaucoup trop de choses. « in august. » Elle n’aime pas trop parler de sa soeur avec lui, depuis qu’il a perdu Penny et Derek. Mais c’est comme ça. La vie continue. « you’re invited, of course. » Eddie a croisé May seulement quelques fois depuis qu’ils se connaissent (trop peu sûrement pour justifier une invitation aussi enthousiaste, d’ailleurs), mais la plus jeune des Cartwright l’a toujours bien aimé.

Amelia est consciente que c’est étrange, de parler d’événements à venir alors qu’il y a quelques heures encore, il était prisonnier. Elle n’est pas sûre que ce soit une bonne idée, mais c’est la première chose qui lui est venu en tête. Il a sûrement d’autres choses à penser que le mariage de May. Ils ont mille autres choses à penser. Elle se retourne un peu vers lui, alors qu’elle fait tourner la cuillère en bois dans la casserole. Leurs regards se croisent et elle esquisse un sourire très léger.
Tout est absolument incohérent depuis qu’il est là, et en même temps, c’est comme si tout rentrait dans l’ordre.
La sauce au fromage est bien vite prête, et Amelia la verse sur les pâtes, avant d’user de nouveau de magie pour faire gratiner le tout. Elle leur sort des assiettes et des couverts qu’elle dispose sur la table, et leur sert des parts bien généreuses. Elle entame la sienne sans même l’attendre, comme si elle avait besoin de combler quelque chose. Peut-être le silence que laissent les non-dits et les trucs qu’elle n’arrive pas à exprimer. « i bet you missed it. » Elle parle du mac & cheese, bien sûr. Bien sûr. « i missed it. » Elle sème un peu plus le trouble sans le vouloir. La vérité, c’est qu’elle a pas eu le coeur à cuisiner leurs trucs quand il n’était pas là. Elle n’a pas goûté à un mac & cheese depuis février et elle se demande bien comment elle a pu tenir autant de temps. Même dans la colère elle n’a pas pu le trahir - vraiment débile. « Maybe I should prepare something for the dessert ? Cheesecake ? Apple pie ?  Pancakes ? » Elle n’a même pas fini sa part qu’elle se lève pour regarder ce qu’il y a dans les placards et voir ce qu’elle peut faire de plus. La voilà de nouveau étrange, absurde dans son comportement et ses réflexions, un peu stressée à l’idée qu’ils aillent se coucher et que le semblant de paix retrouvé disparaisse à leur réveil. Elle se resserre un verre de whisky, qu’elle avale cul-sec.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: carglass#8 + bloodsport   Dim 20 Aoû 2017 - 16:56

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1323
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
I'll find something. I don't need your help. Or anyone's. Il est un tel mauvais menteur. Évidemment qu'il a besoin de l'aide de quelqu'un, d'Amelia surtout. Ils ont grandi ensemble, comme deux arbres plantés trop proches l'un de l'autre, leurs racines entrelacées, leurs vies mélangées jusqu'à ce qu'il y ait de l'un partout chez l'autre. Il a besoin de son aide parce que sans elle, Édouard ignore où il en serait aujourd'hui — certainement pas là, elle vient de le sortir de prison après tout (la pensée semble encore absurde et ridicule, même maintenant). Mais même en général. Il se demande ce qu'il serait devenu sans Amelia pour le rappeler à l'ordre quand il disait des conneries ou qu'il était trop arrogant ou trop prudent. L'homme qu'il était avant de la rencontrer est à mille lieux de celui qu'il est aujourd'hui, intrinsèquement, même au-delà de la Guerre et de l'Accident et toutes les choses tragiques qui sont arrivées en presque dix ans. Et c'est grâce à elle. « that’s a good question. » Elle hausse les épaules comme si ce n'était pas important et Édouard lui adresse des petits yeux brillants, perdus, montrant enfin l'ampleur de son désarroi, sa peur, son impuissance. Ils l'ont libéré... mais à quel prix? Il ne veut pas d'une vie de fugitif, ne veut pas d'une vie... comme ça, d'hors-la-loi. « we’ll figure it out. » We. Et puis, comme une vague non-dite, une intuition étrange qui puise sa source dans leur Lien, ce Triumvirat malsain et à la fois génial, il l'entend aussi clair que si elle l'avait dit à haute voix: You are not alone. Et Édouard pourrait pleurer, véritablement pleurer, de cette Meute et d'Amelia et surtout d'Amelia, de ne pas être seul alors même qu'il avait l'impression que le monde entier avait foutu le camp quand il a été emprisonné. « for now… you’re going to help me with this mac & cheese. » Elle reprend la bouteille de whisky et l'éloigne; Édouard amène son verre à sa bouche pour en avaler la dernière minuscule gorgée avec un bref hochement de tête. Il s'est brûlé la gorge et il a encore très chaud dans sa poitrine, mais au moins ça l'a un peu rasséréné. « come on. Right.

Il l'aide à sortir les ustensiles et les ingrédients. Il se rend lentement compte que non, la rune n'annule pas les effets de l'alcool sur son corps de loup et qu'il se sent déjà un peu light-headed mais il sait que la nourriture va lui faire du bien. Il a un sourire coupable quand June et Elijah rentrent, adressant un sourire à la première et un hochement de tête au second qui lui sourit en coin en le voyant avec Amelia. « what are you guys doing? nothing important. » C'est vrai que c'est le milieu de la nuit... mais Édouard a l'impression qu'il n'a pas eu un vrai repas depuis des mois. Bien entendu, ils étaient nourris à Azkaban, et pas trop mal — la magie aidant apparemment à servir rapidement et à moindres frais des repas décents. Mais un bon mac & cheese à la Starsky et Hutch? Personne est capable de le faire comme eux dans la petite cuisine de Storm's End. « ok… well… goodnight then. sleep well. see you tomorrow. » Édouard a l'impression d'entendre Elijah rire légèrement et échanger quelques mots avec June pendant qu'ils montent les escaliers. Ils se sont embrassés, d'après Amelia, Édouard se demande ce que ça veut dire maintenant, si ils sont... ensemble. Il secoue la tête pour retirer ses pensées de son esprit trop embrumé, si il s'écoute, il va monter à l'étage ouvrir la porte de la chambre de June pour lui sauter dessus, la tacler et lui faire un gros câlin pour lui demander tous les détails sur sa vie sentimentale. Si il fait ça, il aurait trop peur qu'elle lui demande elle aussi des précisions et Édouard serait bien en peine de mentir à son Alpha.

Ils tombent rapidement dans leur petite routine de cuisine, travaillant ensemble mais aussi chacun de leur côté, Édouard l'observe faire la béchamel une fois qu'il a mis les pâtes dans le plat, en mangeant parfois une ou deux quand elle ne regarde pas et manquant de se brûler la langue à chaque fois (mais ne se plaignant jamais de peur de se prendre un regard noir Cartwright™ dans la figure). « my sister’s getting married. » Édouard arque les sourcils, franchement surpris — ça tombe un peu... comme ça et le surprend énormément. C'est... étrange, de se dire que les choses arrivent et continuent et ne s'arrêtent jamais pour rien ni personne. « in august. » En même temps qu'elle a une pensée pour eux, Édouard pense à Penny et Derek et détourne les yeux d'Amelia pour regarder le plat de pâtes, faire mine de s'affairer à en faire une surface vraiment égale. C'est stupide mais parfois il oublie. Il oublie qu'ils sont morts, partis... à cause de lui. Il aurait dû les protéger, aurait pu les protéger mais il n'a pas été assez fort et maintenant... il n'y a rien qu'il puisse faire pour les ramener. « you’re invited, of course. Really? No way, I love weddings! ” s'exclame-t-il aussitôt, sautant sur l'occasion pour se changer les idées et ne pas trop penser à ses demi-frère et soeur. Il aime bien May aussi, et il sait que c'est réciproque — elle ressemble à une version miniature d'Amelia, en plus douce et drôle. En plus, un mariage en août, c'est idéal. La véritable raison pour laquelle Édouard aime les mariages, c'est qu'il adore porter son kilt. Voilà. “ I mean - you think I could come? Like... I mean, sure, it's in the muggle world so I guess... ” Il réfléchit un peu, il n'aimerait pas que le mariage soit gâché par l'arrivée précipitée d'Aurors ou quoique ce soit. “ That'd be amazing, I love your sister. I'd just need to check the moon calendar but... ” Il fait un petit bruit excité.

Il se demande si il est le plus one d'Amelia ou véritablement invité ou alors si c'est un peu un mélange des deux — il s'efforce de ne pas trop y penser pour que ces idées ne coulent pas dans leur Lien et qu'elle les entende. Ils finissent rapidement leur petits dîners improvisés et s'asseyent autour de l'ilot de cuisine pour manger; Édouard est affamé et mange rapidement comme d'habitude, dévorant presque la nourriture sans se soucier de se brûler. « i bet you missed it. » Il relève les yeux vers Amelia qui n'est pas en reste. « i missed it. » Édouard sourit légèrement, un peu tristement. Ça lui a manqué atrocement. Sa présence et son rire et le fait qu'elle crame le fromage une fois sur deux mais aussi... aussi juste elle, leur amitié, leur banter, le fait qu'il ne se reconnaisse pas quand elle n'est pas dans les parages. “ Me too, ” dit-il simplement, et avec sincérité pour une fois. Il la regarde se lever précipitamment avec un air incrédule, fouiller dans les placards et étagères.

« Maybe I should prepare something for the dessert ? Cheesecake ? Apple pie ?  Pancakes ? No I'm fine, Ames, I'm- ” Il ne finit pas sa phrase tout de suite, la regarde se servir un autre verre et le boire cul sec. Il ne comprend pas trop la nervosité qu'il sent chez elle, devine que c'est à cause de lui et plisse un peu des yeux, incompréhensif. Il finit par les détourner. Elle doit le haïr, pour ce qu'il a fait au Ministère après son procès — ce baiser. Il a tout compliqué pour quelque chose d'impossible... “ -tired, I think I'll just go take a shower and then go to bed. ” Il se demande où est-ce qu'il va trouver la paix et le calme pour dormir, alors qu'il a l'impression que tout son corps vibre littéralement, mais c'est un petit mensonge puisqu'il est à peu près persuadé que cette fois, ils ne dormiront pas ensemble. Chose qui n'est arrivée que trop rarement pour toutes les fois où ils sont tous les deux restés à Storm's End, pour ne pas dire jamais. “ Calm down, arright? ” Il sourit légèrement, se voulant rassurant. “ Or are you trying to fatten me up, Cartwright? Did you notice I got fat? Well not fat. But I swear to god I lost half of my muscle mass in this godforsaken prison... ” Il fait la moue même si il compte bien utiliser la quantité plutôt impressionnante d'appareils de musculation qu'il a dans le fond du garage. “ I'll be fine. Sit down and finish your plate, I don't want anyone wasting anything in this house, ” gronde-t-il en la pointant avec sa fourchette d'un air faussement menaçant jusqu'à ce qu'elle se rasseye pour finir son assiette.

Ils restent silencieux jusqu'à ce que les fourchettes grattent les assiettes. “ Right, ” marmonne-t-il après avoir débarrassé. “ If you want... I mean, I can use the couch if you want to sleep in the bed, ” fait-il plutôt diplomatiquement, avec une voix égale. “ I don't want you to feel awkward or anything, errrr... ” Édouard pince légèrement des lèvres, revenant s'asseoir en face d'elle toujours en esquivant son regard. “ I, uh, do you mind if we talk about what happened... what I did in the Ministry's dungeon? I mean, I- ” Il se mord la lèvre. “ Ames, you're my best friend on Earth and I don't want no bad blood between us.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

carglass#8 + bloodsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Somewhere over the rainbow ”
but you know legends never die
 :: Royaume-Uni; bring me the horizon :: Habitations :: Storm's end
-