Partagez | .

sujet; jan - i'm sorry no one saved you.
MessageSujet: jan - i'm sorry no one saved you.   Ven 16 Juin 2017 - 11:13

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 12/06/2017
‹ messages : 114
‹ crédits : kinjiki. tumblr. anne carson.
‹ dialogues : lavender.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente ans.
‹ occupation : CEO de WINGS, cabinet d'archimagie international.
‹ maison : serdaigle.
‹ scolarité : 1985 et 1992.
‹ baguette : asiatique et fabriquée en corée, ayant appartenue à son grand-père, composée de châtaignier chinois et ayant en son coeur une plume enflammée de bonghwang, oiseau de feu asiatique, longue de vingt-neuf centimètres trois, jay ne la contrôle quasiment pas.
‹ gallions (ʛ) : 484
‹ réputation : hommes d'affaire requin, frère médiocre et père nul, considéré comme lâche, opportuniste, ennuyeux et trop sérieux.
‹ particularité : maître de l'eau.
‹ faits : écrasé sous la pression familiale, avec le devoir d'aller droit dans ses bottes, a épousé une femme qui ne l'a jamais aimé parce qu'elle était enceinte de lui (et a plus tard perdu l'enfant), a courbé l'échine pendant la guerre et a sauté sur l'occasion de la paix pour racheter le nom de sa famille, honorable mais maladroit, il a un fils duquel il s'occupe seul depuis sa séparation avec sa femme, day, qui est insensible à la douleur et maître du feu.
‹ résidence : dans un énorme appartement au sommet d'un immeuble du londres moldu.
‹ patronus : il ne peut pas en produire.
‹ épouvantard : son père lui hurlant des insultes dans une langue qu'il ne connait pas en le pointant du doigt.
‹ risèd : lui, sa femme et son fils, heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
mylan rheeAll of us have secrets in our lives. We’re keepers or keptfrom, players or played. Secrets and cockroaches — that’s what will be left at the end of it all.
En sortant de l'hôpital, Day voulait aller faire un truc. Erin n'a finalement pas pu le récupérer (je suis désolée Jay mais un imprévu est arrivé) (elle est certainement en train de toucher Siwon en cet instant précis) (en train de l'embrasser) (en train de le-), il a dû s'en charger, il est en train de louper des heures et des heures de boulot et même si, bien entendu, la santé de son fils lui est très importante, c'est quand même ce boulot qui paie ses allers-retours incessants à Ste Mangouste. Mais Day a insisté et Jay a fini par accepter, même si il sait que son père ne va pas tarder à l'appeler pour se plaindre de sa nouvelle absence — il n'a pas pu venir hier non plus, ayant rejoint Day à l'hôpital après avoir appris qu'il s'était traîné avec un poignet cassé pendant trois heures avant qu'un professeur le remarque — mais le sourire radieux que lui offre son fils quand il cède est... tout. Et c'est bizarre, Jay a envie de lui dire de ne pas sourire comme ça, ils ne font que aller boire un chocolat chaud après tout... et ça le rend triste, que ce soit ça maintenant, que son fils soit radieux à l'idée de passer plus de trente minutes avec son père dans un endroit qui n'est pas la voiture qui l'emmène chaque jour à l'école, ou à l'appartement justement. “ Est-ce que je peux prendre quelque chose à mangeeeer? ” Encore l'habitude (qu'il a pris de son père) d'étirer les voyelles pour attirer l'attention. Jay hésite un peu, parce qu'il sait que Day va prendre le truc le plus calorique de tous les temps... et finit par lever les yeux au ciel en soupirant de toutes ses forces faisant mine de céder à une requête impossible: “ d'accord. ” Et Day en sauterait presque de joie, ce qui amuse son père autant que ça l'attriste. Ce n'est pas grand chose, juste un petit-déjeuner improvisé et une boisson chaude et pourtant, Day regarde autour de lui avec fascination et admiration, impatient et curieux et fasciné et tellement heureux.

Ils commandent et repartent avec leurs boissons pour trouver une table libre dans le café qui se remplit progressivement — il est encore tôt, Jay a tourné court à la paperasse administrative de l'hôpital tant il est habitué et sait déjà tout ce qu'on pourrait déjà lui dire —, un peu à l'écart; la nourriture arrivera quand elle sera prête. Day s'assied en face lui, ses jambes battant dans l'air puisque ses pieds ne touchent pas le sol et Jay tend la main pour la poser sur sa tasse quand il fait mine de l'apporter à ses lèvres. “ Attends un peu, c'est encore brûlant. ” Il se brûlerait les papilles sans le remarquer. “ Je vais attendre! ” dit Day en voyant son père sortir sa baguette pour réduire la température de sa boisson. “ Promis, promis, promiiiis. D'accord. ” Jay agite sa baguette d'un air menaçant et Day éclate de rire en sentant sa bouche le chatouiller quand une fausse moustache de méchant italien lui pousse sur la lèvre, ses mains venant à son visage en même temps que les poils disparaissent. “ Mais si tu te mets à boire trop tôt, tu ressembleras pour toujours à Don Bellini! Nooooon! ” Day glousse incontrôlablement alors que Jay lève les yeux au ciel, sortant son pow pour consulter ses messages en sirotant son espresso, ses yeux tendres lâchant son fils pour se concentrer sur son autre obsession: son travail.

Simon semble toujours déterminé à emmener avec lui la moitié du bureau de Londres à LA où il a demandé à être transféré — pour profiter en toute tranquilité d'Erin, bien entendu, Jay ne se fait aucune illusion. Il ne sait pas ce qu'il va faire. Il sent son estomac se tordre dans son ventre et il se dit qu'il n'aurait pas dû commander à manger, il va être incapable d'avaler quoique ce soit; il n'a pas le droit d'avaler quoique ce soit, pas alors que c'est la crise à WINGS, pas alors que tout est si compliqué et qu'il devrait être focalisé sur son boulot et non sur quelque chose d'aussi stupide que la nourriture. Son visage se ferme progressivement alors que ses yeux cessent de lire le pow, ses pensées infestant ses capacités motrices si bien qu'il sursaute comme un beau diable quand Day pousse un gémissement qui ressemble plus à de la déception qu'autre chose quand son chocolat chaud fumant finit sur ses genoux; le sursaut est tel que la table est secouée, l'espresso finit lui aussi sur la table et sur les genoux de Jay qui lui, gémit de douleur, sa baguette roulant au sol; bref, la catastrophe.
Son genou le brûle mais il s'en fiche, l'important étant Day dont tout le t-shirt et les jambes sont recouverts du lait trop chaud et sans doute que ce n'est pas si grave mais Jay ne peut pas s'empêcher de paniquer, se levant trop vite (la table manque de nouveau de tomber) pour la contourner et s'approcher de son fils qui s'est empourpré sous les regards curieux des autres clients et des quelques employés. Jay cherche nerveusement sa baguette mais elle a glissé sous la banquette d'une autre table, il cherche du regard des serviettes, elles sont trop loin et il ne veut pas laisser Day et et et- “ Papa, ça va, c'est rieeen. Day, qu'est-ce que je t'ai dit?! Tu devais attendre! ” Il se sent crier et grince des dents, alors que Day devient subitement livide. “ Je vais chercher des serviettes, attends- ” Il se retourne brutalement pour se diriger vers le comptoir où il les a vues, et manque de rentrer dans l'employé qui va dans leur direction pour les aider; il ne le reconnait pas au début, ne lui accorde à peine un regard, trop obnibulé par son fils et sa propre incapacité à s'occuper de lui et puis tout d'un coup, il est tétanisé. C'est comme voir un mort revenir à la vie, après tout: Mylan a officiellement disparu. Il n'existe pas, n'est plus un Rhee, n'est plus rien. “ Papa? ” Mais Jay ne peut pas prononcer le moindre mot ou bouger, tétanisé, parce qu'il fait face à son frère pour la première fois depuis des années. Presque dix, en fait.

• • •

Why does tragedy exist? Because you are full of rage. Why are you full of rage? Because you are full of grief.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jan - i'm sorry no one saved you.   Ven 16 Juin 2017 - 17:10

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 29/11/2016
‹ messages : 342
‹ crédits : moony.
‹ dialogues : lightsteelblue (design foncé), steelblue (design clair).


‹ âge : 24 ans
‹ occupation : criminel en période de probation | apprenti Mage Social.
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : 1991 - 1994.
‹ baguette : a été brisée à son emprisonnement à Azkaban. A sa libération, on lui a refilé une merde complètement bridée, de 25cm, taillée dans du noyer et contenant un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 1011
‹ réputation : on dit que c'est un délinquant, une petite frappe qui essaye de retrouver une vie normale, décente. Les anciens SM et les autres gangs du Londres Sorcier disent que c'est un traître, un vendu.
‹ particularité : c'est un maître du feu, le seul de sa famille puisqu'ils appartiennent tous à la tribu de l'eau.
‹ faits : il était le n°2 des shadow moses, qu'il a créés aux côtés de mood - mais ce dernier l'a trahi et il a passé un an et demi à azkaban - à son retour, mylan a décidé de quitter le gang - il a fait tout un tas de trucs nuls et c'était pour survivre, mais ça pèse lourd sur sa conscience - il ne supporte plus d'être enfermé - il est extrêmement tactile mais surtout, il a besoin qu'on le touche, qu'on lui rappelle qu'il est vivant - il ne ressent pas la douleur et ça le rend dangereux, mais c'est extrêmement pénible à vivre - il mange sans arrêt, adore cuisiner - il aime les chiens, déteste les chats - il ne supporte pas d'avoir froid - c'est un nabot, mais faut surtout pas lui dire, il déteste qu'on lui rappelle sa petite taille - il sait parler coréen, mais c'est un peu rouillé - il a deux petits frères qui sont sa seule famille, puisque ses parents et son aîné l'ont renié - il veut sortir les mômes de la rue, les aider avant qu'ils se retrouvent avec un casier judiciaire long comme le sien.
‹ résidence : techniquement, dans un appart' miteux au Chemin de Traverse, en réalité, chez Heath Ravka.
‹ patronus : il n'a jamais appris à en faire un.
‹ épouvantard : lui, dans sa cellule vide et glacée à Azkaban, privé de tous ses sens.
‹ risèd : lui, entouré de ses proches.
Voir le profil de l'utilisateur
jan + i'm sorry no one saved you.All of us have secrets in our lives. We’re keepers or keptfrom, players or played. Secrets and cockroaches — that’s what will be left at the end of it all.
Seamus a chopé la crève. Une saloperie qui le cloue au pieu depuis hier soir avec une fièvre carabinée. Apparemment il sera remis en un rien de temps, mais ça a quand même foutu le bordel dans leurs plans. Aujourd’hui, ils ont un jour de congé et Mylan voulait en profiter pour bosser sur ses révisions avec lui. L’examen qui va conclure son apprentissage en tant que Mage Social approche à grands pas et le jeune homme est plus stressé que jamais. Probablement parce qu’il n’a jamais été un grand bosseur et n’a jamais passé le moindre examen de sa vie. Il devait rester à l’appartement qui est vide puisque Heath travaille et réviser tranquillement, mais Mylan a fini par devenir dingue et envoyer voler toutes ses notes. Désespéré, il a commencé à spammer Mika de quickies i’m gonna fail, i’m stupid, help me, ce à quoi son petit frère a fini par répondre go out, take a breath, you have time. Son cadet a clairement plus d’expérience dans ce domaine, alors Mylan a décidé de l’écouter et de quitter l’appartement avec ses notes fourrées dans son sac.
Il a pris l’air, s’est défoulé un peu en marchant pendant presque deux bonnes heures et au moment de rentrer, il n’a pas pu s’y résoudre. C’est presque automatiquement qu’il s’est dirigé jusqu’à l’EsPat pour y voir la seule personne capable d’apaiser ses nerfs. A cette heure-ci, le café n’est pas encore bondé, alors c’est à peine arrivé que Mylan s’est perché sur le comptoir et a commencé à parler de tout et de rien à Heath. Surtout de rien, à vrai dire.

« Tu as déjà fini tes révisions ? » finit par lui demander Ravka et Mylan maudit le Serdaigle en lui. Il esquisse un sourire un peu tordu. « J’avais besoin de prendre un peu l’air, » fait-il du bout des lèvres et Heath arque un sourcil, l’air guère convaincu. Il n’est pas très doué pour décrypter les gens et comprendre que quelque chose les tracasse, d’habitude. Mais Mylan le soupçonne de tenir un journal contenant la liste de toutes ses expressions, tous ses tics et leur signification. Il est presque sûr qu’en fouillant dans le tiroir à caleçons de Heath, il y trouverait un guide 30 signs that Mylan is bullshiting me. « J’arrive à rien, » finit-il par marmonner, la tête basse.
Une main dans sa nuque, un baiser sur son front. « Prends une table, j’arrive, » lui dit-il et Mylan sent sa gorge qui se noue un peu, mais il hoche la tête. Il descend du comptoir, attrape son sac et va s’asseoir à une table libre, dans le fond de l’EsPat. Quelques minutes plus tard, Heath le rejoint avec deux énormes mugs de café et de quoi grignoter pour Mylan. Alors il sort ses notes et avec l’aide de Heath, se lance à nouveau dans ses révisions.

Peu à peu, il réalise qu’il en sait beaucoup plus que ce qu’il croyait. Heath l’encourage calmement, patiemment, mais finit par devoir le laisser se débrouiller, car l’EsPat commence à sérieusement se remplir. « Merci, » lui murmure Mylan en l’attrapant pour lui voler un baiser avant de le regarder retourner à son comptoir. C’est plus facile de s’y remettre, après ça. Heath a réussi à le remotiver, à lui donner la confiance en lui dont il manquait clairement et il a l’impression d’y voir plus clair.
Il a besoin d’écrire les choses pour les retenir, plusieurs fois peuvent être nécessaires. Alors Mylan se coupe du reste du monde et se met à recopier, encore et encore, tout ce qu’il doit savoir par cœur. Il ne sait pas trop combien de temps il reste là à bosser, mais son mug se vide et il n’a rapidement plus rien à grignoter. Il ne s’arrête pas pour autant, trop bien lancé pour prendre le risque de faire une pause.

Et puis, un bruit sourd résonne dans le café et le tire de ses notes. Mylan relève la tête et regarde autour de lui, avant de voir un type se lever précipitamment et contourner sa table pour se rapprocher de son gamin. Le mouvement permet à Mylan de voir le visage de l’homme et son souffle se bloque dans sa gorge.

C’est Jaeho.

Alors le môme, c’est—son neveu ? « Papa, ça va, c’est rieeen, » fait Daehyun et Mylan réalise qu’il a renversé sa boisson. « Day, qu'est-ce que je t'ai dit?! Tu devais attendre! » s’écrie ce gros naze de Jay, attirant l’attention de ceux qui n’avaient pas encore remarqué leur mésaventure. Le garçon devient livide et Mylan a l’impression de se voir au même âge, lorsque sa mère devenait hystérique pour un rien. Le jeune homme pince les lèvres et quitte sa chaise, pour s’approcher d’eux.

C’est stupide.

Il n’a pas revu Jay depuis—dix ans. Il n’a aucune envie de revoir Jay. Mais c’est la mine basse de Daehyun qui le fait réagir. Mylan passe devant le comptoir, où Heath s’est déjà mis en mouvement pour voler au secours de ses clients. « J’y vais, » lui fait-il en attrapant des serviettes. Heath fronce les sourcils, mais Mylan est déjà parti et s’approche de la table de Jaeho et Daehyun. C’est à ce moment que ce grand benêt fait volte-face et manque de lui rentrer dedans. Heureusement, le cadet se fige à temps et enfin, Jay daigne baisser les yeux vers lui.

Lèvres pincées, Mylan lui lance un regard plein de défi. « Papa ? » fait Daehyun, visiblement confus de voir que Jay s’est aussi brusquement figé. « Fais pas cette tête, hyung, on dirait que t’as vu un fantôme, » lâche-t-il d’une voix traînante, avant de contourner son frère aîné pour s’approcher de son neveu.

Mika et Damian lui ont montré des photos, mais c’est la première fois qu’il le voit vraiment. Dès qu’il croise son regard, Mylan lui adresse un grand sourire et s’accroupit à côté du garçon. « Hey, un coup de main ? » propose-t-il avant de commencer à éponger son pantalon. Le liquide traverse vite les serviettes en papier et Mylan fronce les sourcils, parce qu’il lui paraît vraiment très chaud. Un coup d’œil à la tasse presque vide lui confirme ses doutes, parce qu’il voit immédiatement les volutes de fumée qui s’en échappent encore. Il retient à peine un juron et se tourne vers Jay. « C’est brûlant ! » s’exclame-t-il, clairement paniqué. Okay, toilettes, lui enlever le pantalon, de l’eau froide. Mylan fait un mouvement pour attraper le garçon, mais se fige en voyant une autre expression terriblement familière sur ses traits. « Ah, c’est rien, » fait Daehyun d’une petite voix.

Quoi, c’est rien ? A cette chaleur, ça doit probablement faire un mal de ch—« Oh, » lâche-t-il en clignant des yeux. « Tu—tu n’as pas mal ? » Daehyun secoue la tête.

Oh.

« Il faut vraiment qu’on t’enlève ça et qu’on regarde, alors, » fait-il en tentant un sourire rassurant à l’attention de son neveu. Il se redresse, lui tend la main et en attendant qu’il se décide, Mylan se tourne vers son frère aîné. « Jaeho ? » appelle-t-il fermement.

• • •


set the world on fire
Revenir en haut Aller en bas
 

jan - i'm sorry no one saved you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres :: Chemin de Traverse :: Whitehorn :: Espresso Patronum
-