Partagez | .

sujet; drastoria #5 + crawling back to you
MessageSujet: drastoria #5 + crawling back to you   Ven 16 Juin 2017 - 8:10

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.


‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 11737
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
(drasto) Crawling back to youwe both know that the nights were mainly made for saying things that you can't say tomorrow day. Ever thought of calling when you've had a few ? 'Cause I always do. Maybe I'm too busy being yours to fall for somebody new.

MAI 04. La fuite a été passée sous silence avec une efficacité presque redoutable. Draco n'en a pas réellement saisi les tenants et aboutissants — s'il s'acharne habituellement à comprendre un plan dans ses moindres détails, celui-ci baigne pour lui dans un flou confus. Et pour cause : ses pensées sont constamment tournées vers Scorpius. Ou vers Scorpius et Astoria. Et de plus en plus souvent depuis leurs quasi adieux et son retour dans sa cellule, vers Astoria.

L'échiquier politique et ses stratégies lui échappent plus qu'à moitié pour l'heure. Quincistes de pères en fils, du plus loin qu'il s'en souvienne, les revendications des Malfoy s'accordaient à l'extrémisme nationaliste. Il en a été ainsi tout au long de son existence et à présent, il peine à s'identifier à un autre idéal politicomagique, en dépit de ses efforts pour s'ouvrir à d'autres perspectives. Mais les quincistes ne l'ont pas sorti d'Azkaban. N'ont pas même ajouté à leur programme un élément lié aux procès abusifs, pas un mot (préoccupés par les sangs-purs en liberté, leurs droits et leurs enfants, mais pas aux condamnés) ; et c'est à la RDP, à des merlinois dans l'âme, qu'il doit sa sortie. Et du peu de qualités qu'il possède, la loyauté compte au nombre des principales.

Le temps semble indéfiniment long depuis la fuite. Avec la chute de ses barreaux est revenu l'espoir et avec l'espoir, la peur de l'échec donnant naissance à une anxiété latente qui parfois explose et paralyse, la crainte que les jugements ne soient reconsidérés que pour mieux être confirmés. Il y pensait lors des préparatifs de l'attaque du ministère : à l'éventualité que leur tentative soit contrecarrée et à un retour à la case départ assorti d'une peine plus lourde. La force s'est avérée efficace, puisque les rangs de la Résistance, grossis par quelques rescapés d'Azkaban armés de baguettes de fortune mais aussi de rage de vaincre, ont su mettre en déroute le ministère grouillant d'employés et d'Aurors le temps de mettre la main sur les documents compromettant grâce auxquels en orchestrer la chute. Mais il ne reste à présent que l'attente. La suite est aux mains de la communauté, retour au système démocratique oblige, et jamais Draco n'a attendu d'élections en souhaitant à ce point voir l'emporter un parti envers lequel il n'a que peu d'affinités.

L'attente, donc. Interminable et éprouvante, laissant les nerfs à rude épreuve. Draco soupçonne Potter d'avoir un soft spot pour lui à présent, car comment expliquer autrement qu'il se soit un jour présenté avec une fiole de polynectar et l'ait claquée sur la table en lui ordonnant de se casser, de partir respirer, whatever, à condition qu'il sorte ? Favoritisme, assurément (ou impatience, agacement, exaspération à l'encontre du blond rendu infect par l'enfermement et son insoutenable suspens). Suivait bien sûr l'ordre d'être prudent. Allez savoir si le fait de parcourir les ruelles sorcières en plein jour s'accorde d'une façon ou d'une autre à la définition de prudence ; mais les objectifs étaient dessinés dans l'esprit de Draco de façon claire, limpide et inaltérable.

Sa position actuelle, quelques jours plus tard, en est la conséquence directe. Retrouver la trace d'Astoria l'a mené à l'arrière d'une salle de spectacle, derrière les lourds rideaux délimitant scène et backstage. Il s'y est faufilé sous les traits d'un assistant, le véritable possesseur de cette identité sommeillant tel un bienheureux sous le coup d'un sort et la carte staff accrochée au cou de Draco lui permettant de franchir la sécurité sans histoire. A l'arrière règne une effervescence qui le renvoie loin dans le passé — dans les simili coulisses des réceptions en grandes pompes, sourires élégants et assurés aux invités et ordres distillés à tout va une fois les dos tournés. Mais au lieu de mets en tous genre planifiés à la bouchée près pour quelques centaines de convives, ce sont des vagues de tissus que des mains habiles ajustent et des grimages extravagants tracés à la baguette comme l'exigent les critères de la haute-couture en guise de maquillage et de style. Malfoy dévisage la scène d'un œil curieux, familier des défilés mais non de leurs préparatifs enfiévrés. Les mannequins se laissent manipuler telles des poupées de chiffon, anticipant les attentes et se pliant de leur mieux aux exigences avant de s'extirper du tourbillon d'activités de la ruche pour prendre leur tour sur le podium. Tu crois être payé pour rêvasser Conway ? claque une voix derrière lui et il n'a pas le réflexe de se tourner immédiatement ; du moins, pas avant que son esprit n'ait percuté le nom qu'il est supposé porter. Pour autant il ne daigne pas se retourner, moyennement intéressé par les larbins assoiffés d'autorité. Retourne à tes aiguilles veux-tu ? il lâche avec détachement, par automatisme, d'un ton trainant, sans cesser de scanner les environs en quête d'un visage familier. Astoria t'a appelé il y a une éternité, j'espère que tu vas morfler, crache l'autre en retour, piquant son intérêt. Oh. Où es-t-elle ? "Oh" ? Il arque un sourcil impatient en réponse à l'agacement de l'autre, qui lève les yeux au ciel avec une exaspération tout à fait exagérée selon lui, avant de lui pointer du pouce l'objet de ses recherches.

Draco ne savait pas réellement à quoi s'attendre en venant ici. Du moins — au contexte oui, venue planifiée oblige. C'est le face à face avec elle qu'il n'était pas tout à fait parvenu à anticiper ; l'imbroglio d'émotions contradictoires. Curiosité à l'idée de la découvrir dans son élément ; amusement dû à sa couverture — parce qu'il l'a déjà vue sous l'effet du stress et l'imagine déjà infecte, reine des abeilles imposant son autorité d'une façon qu'elle n'a jamais employée avec lui ; et anticipation. Leur dernière confrontation était supposée les séparer pour des années et elle avait fait le choix de ne pas l'attendre, faisant naître un ressenti étrange, entre fierté et amertume. Depuis que la liberté lui fait de l’œil et que les barreaux de la prison sorcière n'obstruent plus sa vision, Draco ne peut s'empêcher de souhaiter une autre finalité. Il n'a plus de royaume, n'en ressent guère le besoin ; tout son être tend vers un seul et unique objectif — sa famille. D'une façon tout à la fois complexe et incroyablement simple, allant de soi depuis Scorpius, Astoria en est un élément clé et il a appris à accepter, à l'apprécier ; à le vouloir, d'une façon nettement plus égoïste et entière. Vous m'avez demandé ? il questionne pour se signaler une fois parvenu jusqu'à elle (s'accordant une seconde seulement pour la découvrir, fierce et agitée, contrôlant son domaine d'une baguette de fer), prêt à se glisser tout à fait dans son rôle le temps de trouver l'occasion de lui faire savoir qui il est — et qu'il est là pour nul autre qu'elle, cette fois.

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 29/10/2015
‹ messages : 966
‹ crédits : whorecrux, tumblr, skam.
‹ dialogues : indianred.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-trois (03/07)
‹ occupation : volontaire à Saint-Mangouste (TIG) et créatrice de mode, co-fondatrice de la marque OXOX, premier et populaire prêt-à-porter sorcier.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1992 à avril 98.
‹ baguette : est neuve et capricieuse. Elle mesure vingt-trois centimètres virgule six, est faite de bois d'érable et continent un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 1427
‹ réputation : je suis une petite bitch écervelée qui ne mérite pas la miséricorde avec laquelle on la traite.
‹ particularité : soigneuse, capable de guérir (presque) tous les maux.
‹ faits : j'ai été enlevée par ma propre soeur et utilisée comme otage par les insurgés pendant quatre ans Je suis aussi la mère du petit Scorpius Malfoy. J'ai été en procès parce que j'ai été Adhérente pendant la Guerre, mais j'ai été innocentée ou du moins, condamnée à plusieurs mois de TIG notamment à Saint-Mangouste.
‹ résidence : dans un petit appartement du Chemin de Traverse avec ma mère et ma soeur, loué par les soins de ma tante.
‹ patronus : impossible pour moi à invoquer
‹ épouvantard : Frank Hudson, un ancien leader Belliqueux désormais mort, tenant la main de Daphne et m'observant d'un air cruel.
‹ risèd : Scorpius, heureux et épanoui.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t3232-ag-in-my-head-everything-is-a
draco malfoy I saw the monster in you and loved you despite it, in spite of it, because of it. Your mouth is weaponry and I kissed you with a soft tongue, unarmored. I am not  entirely goodness, either. I search our skin for scales.
La London Wizarding Fashion Week est sans doute l'évènement mondain le plus important de l'année aux yeux d'Astoria. Ça fait presque deux semaines qu'elle dort à peine, mange encore moins, incapable de faire autre chose que de travailler, travailler, travailler, que ce soit pour mettre la main sur ce tissu ou finaliser cette robe, que ce soit pour trouver un mannequin de remplacement après qu'un autre soit tombé malade ou pour simplement tout organiser, lui semble-t-il. Alastar l'a aidé à engager assistants, habilleurs, assembleurs et autres professionnels qui, si au début l'ont pris de haut malgré son jeune âge, ont fini par comprendre qu'elle est persuadée qu'elle sait ce qu'elle fait, donc qu'elle doit bien avoir une petite idée.

Pas vraiment. Elle ne sait pas. Ils ne sont pas une maison de haute couture, pas encore, mais elle sait ce qu'elle veut et c'est ça: régner dans ce domaine comme elle l'a imaginé, rêvé pendant des années. C'est une carrière, c'est un avenir, c'est un plan long et compliqué et qui lui donne envie de s'arracher les cheveux très, trop, souvent mais... ça vaut le coup, elle croit. Parce qu'elle est satisfaite, quand bien même ils sont en sous-effectif et que la pression de vendre des vêtements, ou du moins se faire une bonne publicité, est plus pesante sur ses épaules encore que le regard d'Alastar qu'elle sent vissé sur sa nuque à chaque fois qu'il s'aventure derrière les rideaux pour s'assurer que tout se déroule modérément bien. Comme bien souvent dans ces univers-là, tout se fait à la dernière minute, on improvise, aiguille qui pourfend l'air d'un coup de baguette, les doigts d'Astoria qui se pressent sur la chair chaude pour faire disparaître la douleur d'une piqûre, un tissu qui change de couleur sous son oeil avisé au dernier moment. Tout est possible, tout est fait et à refaire et même si elle en chancèle presque de famille, elle adore. Il y a quelque chose d'extrêmement satisfaisant à entendre quelques applaudissements modérés au-dessus de la musique d'ambiance, les chuchotements enthousiastes qu'elle voit entre les pans du rideau entre les célébrités assises au premier rang (elle ignore les moues peu convaincues et exagérément dégoûtées).

Elle adore, certes, mais ça ne l'empêche pas d'angoisser à chaque fois qu'un nouveau mannequin est envoyé sur scène, à chaque fois qu'un nouveau vêtement est révélé et à chaque fois qu'elle a l'impression de tout finir à la dernière minute. “ Vous m'avez demandé ? ” La voix traînante la fait légèrement sursauter, et elle se retourne pour apercevoir... elle ne connait pas son nom. Cornwall. Quelque chose comme ça; peu importe, même si ils ne sont pas beaucoup, elle n'a pas pris la peine de véritablement apprendre les prénoms et noms des petites mains engagées par Alastar pour mener leur projet commun à bien. “ Hier, ” souligne-t-elle, agacée, repoussant une mèche de cheveux châtains derrière son oreille d'un mouvement brusque. “ Peu importe. J'ai besoin que vous teintiez ses cheveux d'une couleur argentée discrète. ” Elle ignore jusqu'à son nom mais la seule chose qu'elle a appris des ces petites mains, c'est leurs spécialités. “ Comme sur la fiche vingt-sept. ” C'est l'un des derniers mannequins, Merlin merci, et ils ont des photos de toutes les tenues et maquillages  épinglées sur le mur du fond, photos prises pendant les assemblages et rares répétitions qu'ils ont fait tous ensemble.

Ceci dit, rien n'équivaut au niveau de stress qu'elle subit en cet instant précis. Elle aimerait bien pouvoir fumer, sait qu'on n'oserait pas lui interdire de le faire si elle sortait une cigarette, mais elle a besoin de ses deux mains pour passer comme une valseuse entre les corps et les mannequins pour donner son avis, arranger un détail, angoisser sur un tout. Elle aimerait aussi un verre de champagne. Ou un peu d'Excess, juste un petit peu — mais elle pense sincèrement qu'Alastar la tuerait si il apprenait qu'elle y pense encore. Elle a un moment d'absence, son ventre grognant de faim et sa tête légère du manque de sommeil, avant de branler du chef en se remettant en mouvement, s'apprêtant à rejoindre un autre mannequin et les quelques stylistes qui s'en occupe, avant de se rendre compte que l'autre, Cornwall ou whatever his name is, n'a pas bougé. “ Vous attendez quoi? Vous voulez de l'aide, peut-être? ” crache-t-elle venimeuse et odieuse, mais trop angoissée pour s'en inquiéter.

• • •

I had forgotten that it is impossible to lose someone, since all humans are alone. Another place in the universe we’re together in infinite time, remember that.
Revenir en haut Aller en bas
 

drastoria #5 + crawling back to you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» lewis/abi ◮ crawling back to you.
» (F/LIBRE) LYNDSY FONSECA > I'm crawling back to you.
» (L&L) Do you want me crawling back to you...
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres
-