Partagez | .

sujet; Audrey ל Am I safe today?
MessageSujet: Audrey ל Am I safe today?   Mar 23 Mai 2017 - 22:16

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 23/05/2017
‹ messages : 40
‹ crédits : shiya
‹ dialogues : #


‹ liens utiles :
‹ âge : 25 ans
‹ occupation : Auror, membre de la RDP
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1990 à 1997
‹ baguette : Bois d'ébène, épine de monstre du Fleuve Blanc, vingt-six centimètres, souple, fine
‹ gallions (ʛ) : 492
‹ réputation : La Survivante, le parfait petit soldat
‹ particularité : Métamorphomage
‹ patronus : Un simple nuage argenté
‹ épouvantard : Amycus Carrow
‹ risèd : Elle-même, sans ses cicatrices
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7405-audrey-rise-revolution
Æthelred "Audrey" FletcherDo you know what it's like when you're scared to see yourself?
☇ Avis sur le contexte : Ils devaient être un symbole d'espoir et de prospérité. Ils devaient relever un pays en ruines et rongé par la corruption pour le laisser entre les mains d'un véritable gouvernement démocratique.
A la chute du Seigneur des Ténèbres, elle croyait que ce gouvernement temporaire allait tenir ses promesses, que Kingsley Shacklebolt allait en prendre la tête et le diriger d'une poigne ferme mais juste. Mais l'homme de confiance a refusé, la corruption a petit à petit reprit sa place au sein du pouvoir, et la communauté anglaise retombe dans les travers qui l'ont divisée pendant des années.
De déception en déception, la jeune femme a alors décidé d'infiltrer ce nouveau gouvernement, afin que la Renaissance du Phénix puisse, une nouvelle fois, protéger le peuple de la folie des puissants.

La déclaration de guerre faite aux moldus est la goutte de trop.
Jusque-là méfiante, Audrey a alors découvert la véritable facette du gouvernement. Temporaire ? Des promesses en l'air. Un avenir radieux ? Aussi. Et si elle se maintient à son poste dans l'optique d'aider la Renaissance, l'idée même d'affronter les moldus lui tord l'estomac. Parce qu'elle fait aussi partie de ce monde, parce qu'elle en vient, parce qu'elle serait incapable, après des années de lutte et de survie, d'imposer cela aux autres. Et surtout pas au nom d'un gouvernement qui, sous ses plus beaux atours, ne vaut pas mieux que le gouvernement mangemort.

Quant aux mangemorts en fuite, leur chasse devrait être la priorité aux yeux de la sorcière. Elle ne cherche nullement la vengeance,
seulement une justice que tous méritent. Pour toutes ces années de peur, pour toutes ces années de sang et de larmes, il ne mérite rien de moins que l'emprisonnement à vie à Azkaban, cette prison qu'elle connaît trop bien.
❝ We're running in circles again ❞War Hero ; PV

☇ nom & surnom(s) ; Elle porte son nom avec une fierté retentissante, avec une force qui rien ne saurait briser. Née Fletcher, héritage d'une famille qui n'avait jusque-là jamais connu la magie, la jeune Æthelred, que tous appellent Audrey, a toujours fait de cette différence une source de motivation et d'espoir pour l'égalité des chances. Quitte à se battre pour arriver à cet objectif, quitte à rejoindre les insurgés dans leur combat face à la haine et au racisme d'un pouvoir corrompu. Et dans ce combat qui a bien trop duré, c'est sous le surnom de Ether qu'elle est connue. Une référence à son nom originel, mais également à son affinité avec les magies d'apparition et de disparition. ☇ naissance ; Née en plein monde moldu, à Manchester en Angleterre, Audrey a vu les lueurs du premier en plein cœur de l'hiver, le premier janvier 1979. ☇ ascendance & origines ; Elle est fière de ses origines, les porte haut dans son cœur, les confronte volontiers à la pureté tant vantée par certains. Née-moldue, appelée sang-de-bourbe, insultée, humiliée, torturée, elle n'a jamais renié cette famille à qui elle doit tout. ☇ métier ; Après des années de souffrance, de peur et de malheur, il lui était presque normal d'embrasser une telle carrière, de tout faire pour amener devant la justice les criminels ayant emporté le monde magique dans sa période la plus noire. Devenue Auror à l'issue de la guerre, elle a préféré ses volontés de justice à celles de paix et d'une vie normale. Elle a préféré la chasse aux mangemorts au doux confort d'une maison et d'un petit boulot tranquille. Et ce métier lui permet d'espionner le nouveau Ministère pour le compte de la RDP dont elle fait toujours partie, envoyant ses rapports à l'un des rares hommes ayant toute sa confiance; Kingsley Shacklebolt. ☇ camp ; Elle a vu la division entre les sang-purs et les autres, elle a vu ce mur érigé entre les uns et les autres, et elle a tenté encore et encore de l'abattre, elle a espéré le voir s'effondrer sur lui-même, pour qu'enfin un semblant de justice et d'égalité puissent apparaître sur le royaume magique. Elle l'a tant espéré, et a fini par même y croire lors de la chute de Lord Voldemort. Mais maintenant que le pacte du secret est brisé, maintenant que les moldus savent pour la magie, elle a l'impression que les efforts de toute une vie n'ont servi à rien. Qu'une autre fracture a remplacé la précédente, qu'à la place des purs et des autres, il y a désormais les sorciers et les autres. Moderniste dans l'âme, elle qui a connu les vies moldues et magiques, ne demande rien de plus que voir les deux mondes cohabiter comme ils l'auraient toujours du. ☇ réputation ; La survivante entend-on dans un murmure lorsque le sujet d'Audrey tombe sur le tapis. Celle qui a survécu aux Détraqueurs d'Azkaban, celle qui a survécu aux lycans de Greyback. Et celle qui a survécu à Amycus Carrow; le pire des bourreaux, le pire des mangemorts, le plus infecte des humains. Nul ne peut réellement dire ce qu'elle a traversé au domaine du mangemort, ni même si la sorcière qui est ressortie de chez lui est la même que celle qui y est entrée. Et si aujourd'hui les anciens rebuts sont toujours vus comme de pauvres choses, comme des hommes et des femmes brisés au point de ne plus pouvoir être réparés, les choses sont différentes pour Audrey, pour le soldat qu'elle est devenue après sa libération. Personne pour la plaindre, tout le monde pour la prendre en respect. Parce qu'elle ne parle jamais de sa capture, parce qu'elle ne parle jamais de ses souffrances. Parce qu'elle ne parle que de justice et de combat. ☇ orientation & état civil ; Célibataire, entièrement fermée à l'idée de commencer une quelconque relation avec qui que ce soit, à laisser quiconque apercevoir ce qu'elle est devenue derrière les sortilèges d'illusion chargés de la protéger du monde extérieur. ☇ rang social ; Héros de guerre, c'est la première image qu'elle renvoie auprès de la population. Née moldue, ennemie naturelle des mangemorts, elle s'est immédiatement rangée du côté de l'Ordre et des insurgés, elle a combattu avec une ardeur immense les soldats du mage noir et résisté à toutes les tortures sans tourner le dos à ses convictions les plus profondes. Mais si elle possède elle aussi ce statut, il est bien loin de lui donner les mêmes avantages que d'autres jugés plus importants qu'elle. Civile désormais, recrutée par les aurors pour son sens de la justice et sa volonté de châtier chacun des mangemorts, elle cache pourtant à tous qu'elle est encore et toujours active au sein de la Renaissance du Phénix et qu'elle partage les informations les plus controversées, les plus secrètes, d'un gouvernement soit-disant temporaire dont l'image s'écorne peu à peu. ☇ baguette ; Taillée dans du bois d'ébène, la baguette d'Audrey héberge en son cœur une épine de monstre du Fleuve Blanc. Plutôt fine, flexible, et mesurant vingt-six centimètres, elle a développé une certaine symbiose avec la sorcière, quand bien même il ne s'agit pas de la baguette qu'elle a reçu peu avant son entrée à Poudlard.  ☇ épouvantard ; Rapidement, la créature change d'apparence, pour ne laisser plus que la peur. Une peur terrifiante, qui la prend aux tripes et la paralyse, qui lui donne des frissons sur tout le corps. Ce visage, elle pourrait le décrire les yeux fermés; ce regard, ce sourire, ces traits qui s'étirent dans un rictus mauvais. Pour l'avoir vu pendant trop longtemps, elle sait ce que ce sourire signifie, ce à quoi elle peut s'attendre. Amycus Carrow, le mangemort responsable de tous ses malheurs. De ses blessures, de ses humiliations, de ses souffrances. Une peur toujours intacte, toujours forte, même après la mort du concerné. ☇ risèd ; Dans le miroir apparaît son propre reflet, identique à ce visage et ce corps qu'elle arbore chaque jour. Mais quelque chose est différent, quelque chose ne peut être réel. Parce qu'elle le sent, elle ressent l'absence de sortilèges. Débarrassé de blessures qui continuent de la hanter, le corps encore vierge des brûlures qui la marquent à vie, elle est entière. Aimée, aimante, heureuse. Sans que rien ne vienne détruire ce bonheur, sans que ses nuits ne soient agitées par des rêves du passé. ☇ patronus ; Elle connaissait ce sortilège, savait l'utiliser pour faire apparaître un airedale terrier argenté. Elle l'aimait ce patronus, souvenir de l'animal de son enfance. Elle l'aimait. Et désormais, il n'y a plus qu'un nuage d'argent à peine capable de repousser un détraqueur. Parce qu'elle a perdu sa capacité à produire un patronus, parce que désormais, les souvenirs dorment, profondément enterrés sous la montagne de douleur. ☇ particularités ; La première manifestation de sa nature sorcière, des déclenchements involontaires, conditionnés par ses sautes d'humeur. Elle était encore une gamine quand ses cheveux se sont modifiés pour la première fois, lui offrant une tignasse rose pâle. Métamorphomage vivant chez des moldus, elle a été supervisée par un sorcier qualifié, a fait de cette différence à la fois chez les moldus et les sorciers un atout dans sa manche. Jusqu'à ce qu'il ne devienne une malédiction quand, entre les mains de son bourreau, elle était forcée de se changer pour espionner les conversations de la haute société magique, avant de devenir leur souffre-douleur. Désormais, voilà ce don associé au malheur et à la souffrance. ☇ caractéristiques ; Sur son abdomen, les armoiries de la famille Carrow tatouées sur sa peau de porcelaine, brûlées par magie noire et impossibles à guérir. Une plaie encore ouverte, encore douloureuse, comme une chaîne qui l'empêche de se libérer de ce passé qu'elle ne peut oublier. Et sur son corps, des dizaines de cicatrices, marques de la torture infligée durant son enfermement. Elle aurait pu vivre avec ces blessures désormais closes, s'il n'y avait pas cette brûlure, immense, qui lui a définitivement abîmé le corps et l'esprit. Les sorts d'illusions masquent le tout, empêchent quiconque de voir à quel point la sorcière est brisée, mais qui ne l'empêchent pas, elle, de souffrir encore. ☇ animaux ; Quand elle était petite, elle disait de lui que c'était son ange gardien, qu'il était là pour la protéger de tout et de tous. C'était un airedale terrier, chien appartenant à ses parents et l'ayant suivie durant toute son enfance, jusqu'à son décès. A Poudlard, elle avait une chouette, qu'elle a libéré à la fin de sa scolarité, lorsque la fuite était devenue sa seule option. Et depuis, elle évite d'en adopter un autre, préférant la solitude à la compagnie d'un animal. ☇ objets connectés ; Elle possède un pocketowl et un MirrorTV afin de suivre l'actualité ou se changer les idées, mais n'a jamais prit la peine d'ouvrir un Magic Scroll Network, ne sachant pas gérer ce genre de choses.

☇ Anecdotes & infos ; précoce → Née moldue, Audrey a pourtant fait preuve d'une précocité exceptionnelle, dévoilant ses pouvoirs pour la première à l'âge de trois ans seulement. Métamorphomage, elle commença par modifier – involontairement – la couleur de ses cheveux et obligea le Ministère à intervenir afin de préserver le code du secret. Elle fut alors placée sous la tutelle d'Arthur Weasley, qui se chargea de la protéger à l'aide de puissants sorts d'illusion empêchant quiconque ne connaissant pas son secret de voir les effets de sa magie. football → Éduquée dans le monde moldu, Audrey a naturellement imité les passions de son père. Féru de football, et supporter éternel de Manchester United, il l'emmenait à tous les matchs de l'équipe. Et si aujourd'hui, la sorcière privilégie le Quidditch, le football a toujours une place spéciale, même si suivre les résultats est devenu plus difficile. pumpkin Petite, Audrey avait un chien. Du moins, ses parents avaient un chien. Mais l'animal passait ses journées avec elle, l'occupait quand elle s'ennuyait et la protégeait quand elle avait peur. Nommé Pumpkin, l'animal décéda malheureusement quelques années avant son entrée à Poudlard. Durant de longues années, le souvenir de l'animal resta vivant via le patronus de la sorcière, qui lui était identique et qu'elle appelait affectueusement Pumpkin. Quidditch → Durant sa troisième année, Audrey a postulé dans l'équipe de Quidditch de Gryffondor, où elle fut acceptée en tant que gardienne suppléante. Elle remplaça Oliver Wood à quelques reprises, notamment lorsqu'il reçut un cognar envoyé par Marcus Flint. Elle renonça cependant à continuer une quelconque carrière lorsque la guerre éclata. Bisexuelle → Bien que n'ayant jamais approché le genre féminin, Audrey se sent bisexuelle. A de nombreuses reprises, elle fut attirée par le beau sexe, sans vraiment jamais oser franchir le pas. Mais cela n'a plus aucune importance aujourd'hui, tant elle ne peut laisser personne entrer dans son intimité directe, voir ce qu'elle est réellement derrière les sortilèges d'illusion. métamorphomage → Audrey est donc une métamorphomage. Si elle ne contrôlait rien dans ses premières années, elle a cependant apprit rapidement les rudiments de cette magie spéciale et sélective. Devenue experte dans son domaine, elle usa de son don pour passer les tests d'admission des Aurors, chez qui elle est toujours aujourd'hui. bière & clopes → Durant ses vacances d'été, Audrey passait chaque année une semaine chez Katie Belle. Et chaque nuit, quand tout le monde s'endormait, les jeunes filles fuyaient vers les champs non loin où elles pouvaient fumer et boire de la bière moldue. Aujourd'hui, ces petits moments lui manquent, mais elle sait que plus rien ne pourra être comme avant. Famille → Après de longues hésitations, Audrey décida finalement de ne pas faire déménager sa famille, et de ne pas lancer d'oubliator sur eux. Elle coupa cependant les ponts le temps de la guerre, pour revenir vers eux en 2004, à la veille de la guerre entre sorciers et moldus. magie → Comme beaucoup, Audrey a apprit à manier les sortilèges informulés et le patronus. Cependant, si les premières lui servent toujours, elle est désormais incapable de produire le moindre patronus matériel. De son chien, le sortilège est devenu un nuage argenté à peine visible, tout juste capable de repousser un détraqueur de quelques mètres. Et c'est lors des bons jours.

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi Rizh. J'ai 24 ans, je viens de France et j'ai connu le forum via prd je crois, mais ça date tellement mdr . Si tout va bien vous me verrez connecté(e) 4-5 jours sur 7.

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Audrey Fletcher le Ven 26 Mai 2017 - 2:46, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mar 23 Mai 2017 - 22:16

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 23/05/2017
‹ messages : 40
‹ crédits : shiya
‹ dialogues : #


‹ liens utiles :
‹ âge : 25 ans
‹ occupation : Auror, membre de la RDP
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1990 à 1997
‹ baguette : Bois d'ébène, épine de monstre du Fleuve Blanc, vingt-six centimètres, souple, fine
‹ gallions (ʛ) : 492
‹ réputation : La Survivante, le parfait petit soldat
‹ particularité : Métamorphomage
‹ patronus : Un simple nuage argenté
‹ épouvantard : Amycus Carrow
‹ risèd : Elle-même, sans ses cicatrices
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7405-audrey-rise-revolution
Every day you need a bulletproof vestTo save yourself from what you could never guess

MARS 1982 → « C'est... inhabituel, oui. La voix de l'homme résonnait dans la pièce, ne recevant pour réponse qu'un silence profond, abasourdi. Face à l'homme étrangement vêtu, les parents Fletcher semblaient réagir différemment à l'annonce qui leur a été faite il y a quelques minutes seulement. Alors que la mère restait immobile sur le canapé, le bras entourant sa fille en pleurs, le père lui faisait les cents pas juste derrière, plongé dans une réflexion inexplicable. Les mots étaient compliqués  à entendre, encore plus à comprendre. Leur fille est une sorcière se répétaient-ils intérieurement, sans oser jeter un regard en direction de leur enfant, sans oser glisser ne serait-ce qu'un mot. « Habituellement, les enfants né-moldus – de famille sans pouvoirs – dévoilent leur affinité beaucoup plus tard. Il est rare de voir une telle précocité. » Ils ne répondaientt toujours pas, tentaientt de digérer les informations qui affluaient sans aucune pause. Mais rapidement, la panique prit la place des questionnements. La peur de perdre leur enfant, de le voir être enlevé par ces gens qu'ils ne connaissaient pas. « Nous allons inscrire votre enfant à Poudlard, où elle apprendra à contrôler ses pouvoirs. Mais en attendant... nous ne pouvons vous l'enlever si jeune. C'est pourquoi Mr. Weasley ici présent, dit-il en pointant l'homme en question d'un mouvement de tête, s'occupera de la protection et de la supervision de votre enfant. Personne ne saura sa nature, et vous seuls pourrez voir les changements de couleur de ses cheveux. Sachez cependant que ce n'est que la première étape, et que d'autres suivront... » Et la réunion continua, les deux hommes tentant d'expliquer les choses à des parents dépassés par l'événement tandis que, dans les bras de sa mère, la jeune enfant pleurait toutes les larmes de son corps, laissant échapper un nouveau sanglot lorsque ses cheveux prirent une nouvelle teinte.

OCTOBRE 1985 → « Et... vous êtes sûr que c'est bien elle qui est la cause de... ça ? » Ça, à défaut de donner le véritable nom du phénomène. Parce qu'au fond, et malgré les changements intempestifs de coloration, Mme. Fletcher espérait toujours qu'il n'y ait rien d'autre, que cette fameuse première étape dont parlait l'employé du Ministère de la Magie trois ans plus tôt soit en fait la dernière. Et de sa voix tremblante, elle cherchait le réconfort d'un homme qu'elle avait apprit à connaître après trois années et un nombre incalculable de visites pour remettre à niveau les sortilèges d'illusions qui habillaient sa fille. Cependant, il n'y avait aucune haine dans ses paroles, aucune crainte de voir sa fille devenir un monstre. Seulement la peur de la perdre, encore et toujours cette même peur qui lui rongeait l'estomac depuis la découverte de sa véritable nature. « Oui, c'est bien elle. Ce sont en général les premiers signes de leur affinité à la magie. Mais comme nous en avions parlé, votre fille est précoce et... ces événements commencent à devenir trop nombreux pour que ne fassions rien. » La mère déglutit, le père manqua de s'étouffer en avalant sa gorgée d'eau. Faire quelque chose, cette idée leur semblait tout à coup effrayante, comme s'ils n'y avaient été jamais préparés alors que cette sentence planait sur eux depuis déjà trois ans. Mais ils ne pouvaient se faire à l'idée d'éloigner leur enfant unique d'eux et de cette vie qu'ils lui forgeaient depuis sa naissance. Parce qu'elle ne méritait pas d'être traitée ainsi, d'être vue comme différente. « J'ai réfléchi à toutes les possibilités, croyez-moi. Et je pense que le mieux pour elle, mais aussi pour tout le monde, est de la retirer de l'école moldue. Elle devra être éduquée ici, par les soins d'un professeur magique, afin d'apprendre les rudiments de notre vie et de nos coutumes. » Ils acquiescèrent silencieusement, conscients que la maintenir auprès d'enfants moldus pourrait rapidement devenir dangereux pour Audrey. Et pour le monde magique.

SEPTEMBRE 1990 → « Tu n'as rien oublié ? Tu es sûre ? » C'était le jour fatidique, celui qui marquait sa véritable entrée dans le monde des sorciers. Et même si elle se préparait à ce petit événement depuis des années – depuis ses six ans, plus exactement – et a été éduquée aux coutumes sorcières, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir un pincement au cœur en comprenant qu'elle n'aurait plus de nouvelles, ou si peu, de ses parents durant les prochains mois, jusqu'aux premières vacances où elle pourra rentrer chez elle et les retrouver pour leur raconter toutes les aventures qu'elle aura vécu au cours des mois passés. « Je n'ai rien oublié Mr. Weasley, je suis sûre. » Mais, sous le regard sévère du parrain, elle se sentit obligée de sortir une nouvelle fois le parchemin afin de comparer la liste aux objets présents sur le chariot. Et tant pis s'ils devaient à nouveau perdre une bonne dizaine de minutes pour lui laisser le temps de tout remettre en place, le sorcier se voulait intransigeant pour la toute première rentrée d'Audrey. « Bien, c'est bien... Une dernière chose à ne pas oublier, ne t'amuses pas à changer tes cheveux n'importe quand, d'accord ? Tu ne te contrôles pas suffisamment pour... » Mais il n'eut pas le temps de terminer sa phrase, coupé dans son élan par la voix caractéristique de Molly Weasley. « Oh cesse donc de l'enquiquiner Arthur, et laisse la partir. » Et c'est dans une moue qu'Arthur baragouina la fin de sa phrase qu'Audrey comprit sans même avoir besoin d'entendre les mots, tant le paternel Weasley n'avait cessé de répéter les mêmes conseils durant tout le trajet, et les jours ayant précédé ce trajet. « Perceval, fais attention à elle d'accord ? J'ai l'impression que ton père serait capable de mourir de chagrin si quelque chose arrivait à la pauvre petite. » Et les deux enfants de répondre par un sourire entendu avant de disparaître dans le mur séparant les voies neuf et dix.

SEPTEMBRE 1991 → « C'est Harry Potter... » « C'est lui... » Elle les regardait tous d'un air éberlué. Il y avait une ferveur dans leur voix, et beaucoup de respect et de déférence. Ils le regardaient tous comme s'il avait gagné la dernière coupe du monde de Quidditch – parce qu'elle avait fini par comprendre que le sport à la mode chez les sorciers n'était pas le football, mais le Quidditch – ou avait réalisé des exploits manifestes. « C'est qu'un gamin, pourquoi tout le monde réagit comme ça ? Pourquoi ils étaient pas là à dire ''c'est Audrey Fletcher, c'est elle, blabla ? » Elle n'était pas vraiment jalouse. Pas vraiment. Parce que tous ces regards qu'il devait supporter ne n'étaient sans doute pas des plus agréables. « T'es sérieuse Audrey ? T'as jamais entendu l'histoire du survivant ? » Elle regardait Katie pendant quelques secondes dans un silence de mort, son seul regard prouvant sa (mé)connaissance de cette histoire de survivants. « T'es au courant que j'suis pas vraiment du coin, hein ? Comment je pourrais connaître ? » Elle voyait Katie lâcher un long soupire devant tant d'ignorances, avant de pointer du doigt le jeune garçon à lunettes. « Lui, c'est le Survivant. On l'appelle comme ça, parce qu'il a survécu au sortilège de la mort. C'est le seul je crois. Et il est célèbre. »

août 1995 → « Y a un gamin qui m'avait demandé d'être sa cavalière pour le bal. Il devait être en deuxième ou troisième année. » Elle était installée dans la voiture du père de Katie, une clope coincée entre ses doigts, des volutes de fumée s'envolant loin de sa bouche dans ces cercles presque parfaits. Le dos collé contre la fenêtre, elle était face à Alicia, et il lui suffisait de tourner la tête pour apercevoir Angie et, comme à son habitude, Katie couchée sur la banquette arrière, posée sur les jambes d'Angie. Depuis une semaine, ces soirées où elles se faufilaient jusqu'au garage pour filer aux champs était devenu leur petit rituel, leur petite routine. Et elles passaient alors la nuit dehors, à profiter des étoiles, de la musique, de l'alcool et des potins qu'elles se racontaient inlassablement, jamais fatiguées d'entendre les histoires des unes et des autres. Mais cette fois, il y avait ce petit froid qui gênait considérablement Audrey. Un petit froid qui aurait du resté insignifiant, si Angie n'avait pas eu sa petite crise de colère deux jours avant. Audrey s'en souvenait très bien, de cette dispute entre Katie et Angie, et de Angie leur hurlant dessus pour qu'elles arrêtent de chanter au rythme – plus ou moins discutable – de l'auto radio. Si Alicia n'avait montré que de la surprise, Audrey elle s'était ratatinée sur son fauteuil, telle une enfant prise en flagrant délit. Et si les choses semblaient revenues à la normale, il y avait toujours cette petit gêne et Audrey n'osait maintenant plus ouvrir la boîte à gants du véhicule, de peur de découvrir autre chose qui pourrait mettre Angelina en pétards. « Pourquoi on t'a pas vu avec lui alors ? Il était pas assez mignon pour toi ? » demanda Katie, sous les rires des deux autres. Et Audrey, elle aussi, ne put se retenir d'esquisser un sourire gêné. « Elle voulait être la cavalière de Harry.Pas du tout.Regardez la rougir ! » Elle lâcha un rire, rapidement suivie par les autres, alors qu'Audrey s'enfonçait un peu plus dans le siège, la mine faussement boudeuse. Elle n'avait aucune attirance pour Harry, elles le savaient. Mais l'épisode des sœurs Parvati tirant la gueule sur leurs chaises, à côté de leurs cavaliers, avait été un des événements de la soirée festive organisée à l'occasion du Tournoi des Trois Sorciers. Et elles n'hésitaient jamais à rappeler par diverses moqueries le sort des malheureuses, forcées d'accepter l'invitations d'autres sorciers pour profiter un minimum de la soirée. Audrey, elle, n'avait pas eu à se plaindre de son cavalier qui était parvenu, on ne sait comment, à l'amuser toute la soirée durant. « Ils devraient en faire un chaque année, à la place de la cérémonie de fin d'année. Ce serait moins barbant.Mais plus humiliant. » Et elles rirent à nouveau, emportées par l'alcool et le tabac.

« Donc il est de retour. Et personne ne croit Harry. » Les rires laissèrent place aux regards vides et aux visages fermés. Il, elles savaient toutes de qui il s'agissait, de Vous-Savez-Qui, revenu d'entre les morts à l'issue du Tournoi qui avait vu les deux champions de Poudlard triompher. « Mr. Weasley m'a raconté la première guerre. Vous pensez qu'on en aura une deuxième ? » Elle espérait que non. Elle espérait qu'elle n'aurait pas à se battre, qu'elle n'aurait pas à couper les ponts avec sa famille pour les protéger de la fureur d'un homme – pouvait-il encore être appelé ainsi ? – prêt à tout pour imposer sa vision du monde aux sorciers. Mais avec un Ministère qui restait bloqué sur son aveuglement, avec des journaux acquis à la cause du Ministre et de son déni, elle sentait que les choses ne pouvaient pas aller bien, que la lutte face au Seigneur Noir serait longue et douloureuse.


août 1997 → De ses yeux s'écoulaient des larmes de frustration et de peine, de tristesse et de colère. Pour la première fois de sa vie, elle se rendait compte qu'elle était une lâche, incapable de réellement prendre les armes et de s'opposer ouvertement au nouveau gouvernement en place. Incapable d'être aussi courageuse qu'Alicia – ou aussi folle qu'elle – et de résister, de combattre, elle avait préféré fuir la commission d'enregistrement des moldus, elle avait préféré se cacher chez les famille de Katie. Parce qu'elle ne voulait pas être fichée quelque part, parce qu'elle ne voulait pas vivre avec une telle cible sur le dos, ni faire vivre sa famille avec cette même cible. Et elle espérait pouvoir aller mieux une fois en sécurité, une fois installée chez quelqu'un de confiance. Mais les choses furent bien différentes quand les deux femmes arrivèrent chez Katie. Elle ne se sentait pas mieux, bien au contraire. Parce que sa fuite provoquait en elle une telle culpabilité qu'elle la rongeait de l'intérieur. Elle avait fui, pendant que d'autres étaient restés se battre contre les mangemorts. « Tu peux rester là autant que tu veux. Mes parents ne diront rien et moi non plus, et personne ne viendra te chercher ici. » Elle voudrait croire les promesses qui sortent de la bouche de Katie, elle voudrait ce que ce regard qu'elle lui porte puisse la réconforter. Mais elle était enfoncée bien trop loin dans sa culpabilité et sa peine pour être récupérable. Rien ne pouvait l'aider à aller mieux et, au fond, rien ne pouvait l'aider à se sentir en sécurité dans un monde qui se refusait désormais à elle. Elle n'était plus la bienvenue chez les sorciers et, s'ils ne la trouvaient pas chez elle, ils finiraient forcément par fouiller ses connaissances, incluant les Bell. « Je ne vais pas me terrer indéfiniment quand d'autres sont en train de payer pour moi. » Il n'y avait désormais que la culpabilité qui était capable de parler pour elle, et elle avait raison. Même Katie le savait, elle qui ne trouvait rien à répondre à son amie. D'autres se battaient pour elle, d'autres se sacrifiaient pour elle, pendant qu'elle restait planquée dans sa cachette. Elle ne pouvait pas l'accepter. Mais, silencieuse, elle acceptait le plan de Katie, sans toutefois comprendre ce que pourrait changer cette semaine d'inertie. Elle ne pouvait pas penser à autre chose, ne pouvait faire fi de la future guerre qui s'annonçait et qu'elle avait vu venir des mois plus tôt. Enfoncée sur le canapé, les genoux remontés jusqu'au menton, elle ne pouvait alors rien faire de plus que de laisser échapper toutes les larmes de son corps, tandis que Katie venait poser son front contre son genou. « Katie, si on survit pas... merci, ton amitié est le plus beau des cadeaux. Merci. »

02 mai 1998 → Et tout d'un coup, le calme était retombé. L'adrénaline abandonnait son corps en même temps que le sang qui coulait de ses plaies encore ouvertes. Le regard vide, elle se posa sur un morceau de pierre arraché d'un mur, avant de lâcher la baguette pour se prendre le visage entre les mains. Tout au long de la bataille, elle avait oublié ses émotions et ses pensées, n'était devenu rien de plus qu'une machine à lancer des sorts, qu'une créature sans aucun cœur capable d'aller jusqu'à tuer pour se protéger et protéger les autres. Aujourd'hui, elle venait de franchir un cap dans sa lutte contre Voldemort et ses sbires. Aujourd'hui, elle venait de se salir les mains pour la toute première fois, et elle sentait son âme se briser sous le poids de cette culpabilité nouvelle. Elle essayait de se réconforter, de se dire qu'ils étaient des ennemis et que si elle les avait laissés faire, ils l'auraient certainement tuée. Mais cela ne l'aidait pas, pas du tout. Elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle venait de commettre de nombreux meurtres. Combien ? Elle ne pourrait pas le dire. Elle ne pourrait même pas dire si ses sortilèges avaient touché les bonnes personnes. Au lendemain du combat sanglant, elle était incapable de savoir quoique ce soit. Et alors qu'elle se relevait pour déambuler dans les couloirs dévastés de l'école, elle cherchait du regard quelqu'un, n'importe qui. Katie, Arthur, Percy, quiconque sur qui elle saurait poser un nom. Mais il n'y avait personne, seulement des cadavres à la pelle sur son chemin. Et au détour d'un couloir, comme pour mieux se protéger, elle se changea avant de quitter l'enceinte de l'école.

15 janvier 1999 → Au milieu d'un groupe d'insurgés, elle restait silencieuse tandis que les uns et les autres essayaient vainement de trouver un plan qui leur assurerait, si ce n'est une victoire totale, au moins la libération d'un nombre suffisant de prisonniers. Mais si Poudlard avait été pendant longtemps le dernier bastion des ennemis du Lord, le château ressemblant désormais à une forteresse sur laquelle ils finiraient obligatoirement par se casser les dents. Les protections, même amoindries, désormais dirigées contre eux, ils ne voyait aucune solution satisfaisante pour mettre en exécution leur volonté de délivrer les enfants de leur geôliers. Une solution qui ne causerait pas la mort de dizaines d'insurgés prêts à se sacrifier pour la cause commune. « Et si on passait par la porte ? » Elle venait de prendre la parole, et tous s'étaient tus face à l'absurdité de sa proposition. Si l'heure n'était pas aussi grave, sans doute auraient-ils tous ris de bon cœur. Mais ils n'étaient évidemment pas d'humeur pour ça, pas alors que la vie de dizaines de jeunes ne tient plus qu'à un fil. « Je me métamorphose, je me fais passer pour une mangemorte, je rentre, etEt tu te fais choper, et on perd un élément précieux. Non, on va passer par les passages secrets, c'est encore le mieux. On a toujours accès à Pré-au-Lard ? » Elle s'éloigna aussitôt, vexée d'être une nouvelle fois reléguée au second plan, loin derrière les plans géniaux de ses supérieurs. Mais elle le savait, elle, qu'ils allaient échouer. Et elle ne se trompait pas.

« Qu'espérais-tu, petite ? » Couchée à même le sol, tremblant de tout son corps, elle maintenait fermement la main droite sur la plaie béante de son épaule. Entre ses doigts désormais rougis coulait abondamment le sang, et elle ne parvenait pas à stopper – ou au moins ralentir – le flux sanguin. Face à elle, l'homme s'amusait de la situation ; il jouait avec sa baguette, affichait un sourire jusqu'aux oreilles, et ne semblait pas prendre au sérieux le combat qu'il venait de mener contre Audrey. Était-ce même un combat ? Il n'avait duré que quelques secondes, assez longtemps pour permettre au mage noir de désarmer et mettre à terre l'apprentie sorcière qui n'en connaissait clairement pas assez pour lutter face à un mangemort. « Tu vas venir avec moi gamine. Et on va bien s'amuser, tu verra. J'ai dis, PAS BOUGER ! » Un nouveau sursaut de douleur, et cette même impression de se briser lentement de l'intérieur, de n'être rien de plus qu'une fragile poupée que l'on s'amuserait à jeter contre un mur en béton armé. Le sortilège était puissant, trop pour la jeune fille, qui se sentait déjà partir. Et puis, les yeux mi-clos, elle aperçut l'éclair rouge frapper le mage en pleine poitrine, avant d'entendre une voix parler sans réellement en comprendre la signification. Elle se sentit portée, avant de rejoindre les bras de Morphée.

juillet 2000 → La main tremblante, elle parvint finalement à attraper le morceau de miroir. Ils n'avaient plus beaucoup de temps et, même s'ils avaient pu anticiper de peu l'arrivée des mangemorts, ils n'avaient jamais pensé en voir autant juste pour eux et, surtout, les voir si bien organisés. Habituellement sûrs de leurs forces et de leur nombre, ils ne se prenaient pas autant la tête à mettre un plan à exécution pour attraper seulement deux sorciers, quand bien même l'un des deux était le père de l'indésirable numéro deux. « Ron, tu m'entends ? Ron ? Arthur, ça marche pas ! » Et même lui ne l'entendait pas, alors que sa voix tentait de dépasser le bruit des sortilèges lancés non loin d'elle. Elle avait cette impression de se retrouver seule face à la mort, à essayer de contacter la seule personne capable de les sauver tandis que la mort s'approchait d'eux à grands pas. « Ron, si tu m'entends, ils nous ont prit en embusc..Audrey ! » Elle n'avait pas vu venir le sort qui visait sa poitrine. Pas plus qu'elle n'avait senti le sol heurter son dos, le miroir glisser entre ses doigts statiques. Immobile, elle ne pouvait que constater sa propre impuissance alors que du coin de l’œil, elle pouvait voir Arthur se jeter en sa direction, pour tenter de la protéger. Mais c'était vain. Ils venaient de perdre, et n'étaient plus que des jouets entre les mains de bourreaux malades.

mars 2001 → Azkaban, le camp de redressement. Elle quittait une prison infernale pour en rejoindre une autre, où elle subissait les mêmes sévices. Petit à petit, le peu d'espoir que les détraqueurs avaient eu le bon cœur de lui laisser disparaissait sous les assauts des lycans de Greyback. Avec une fureur jamais vue, ils la torturaient jour après jour, tentaient de briser ses dernières défenses, de faire d'elle un pantin sans pensées. Mais elle résistait, et plus elle résistait, plus les coups se faisaient violents. Elle voulait mourir, crever sous un coup un peu trop fort, sous un sortilège mal maîtrisé. Mais même la mort ne voulait pas d'elle, même elle voulait la voir souffrir encore un peu avant de l'emporter. Chaque jour était pire que le précédent, chaque lendemain était plus nuageux que la veille. Il n'y avait rien, absolument rien, pour l'aider à vivre et à s'en sortir. Si ce n'est sa loyauté envers les insurgés, et cette culpabilité d'avoir causé la mort de son parrain, de l'homme qui l'a toujours aidée à se trouver une voie dans un monde qui n'était pas le sien. C'était aussi un désir de vengeance – qu'elle appelait justice – qui lui permettait de ne pas mourir maintenant, pas avant d'avoir tué de ses propres mains les responsables de la mort d'Arthur.

Et du jour au lendemain, une étincelle d'espoir s'alluma. Le gouvernement, dans sa miséricorde toute relative, proposait aux prisonniers de devenir des rebuts. Des agents d'entretien, des bonnes à tout faire, au service des plus riches. Elle n'avait pas beaucoup hésité au moment de donner sa décision aux sorciers, mieux valait vivre chez un pur que d'être enfermée chez les détraqueurs ou les Greyback. Mais, alors qu'elle se trouvait sur la scène pour sa vente, elle fut prise d'une crise de panique en voyant la main d'un homme se lever. Amycus Carrow, l'homme responsable de ses premières tortures, venait de faire son acquisition après plusieurs surenchères. Encore une fois, elle venait de quitter une prison infernale pour une autre. Sans trop savoir si elle préférait les lycans à cet homme.



Dernière édition par Audrey Fletcher le Ven 26 Mai 2017 - 2:08, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mar 23 Mai 2017 - 22:16

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 23/05/2017
‹ messages : 40
‹ crédits : shiya
‹ dialogues : #


‹ liens utiles :
‹ âge : 25 ans
‹ occupation : Auror, membre de la RDP
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1990 à 1997
‹ baguette : Bois d'ébène, épine de monstre du Fleuve Blanc, vingt-six centimètres, souple, fine
‹ gallions (ʛ) : 492
‹ réputation : La Survivante, le parfait petit soldat
‹ particularité : Métamorphomage
‹ patronus : Un simple nuage argenté
‹ épouvantard : Amycus Carrow
‹ risèd : Elle-même, sans ses cicatrices
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7405-audrey-rise-revolution
Every day you need a bulletproof vestTo save yourself from what you could never guess

juin 2002 → C'était une soirée banale, comme elle en avait connu des dizaines depuis son achat par Amycus Carrow. Cachée sous les traits de quelqu'un d'autre, d'une jeune femme que personne n'avait jamais vu au domicile du maître Carrow, elle faisait le tour de la salle, le plateau de verres à la main, en proposant à quiconque passait devant elle. Elle s'était habituée à ce rôle, à ces changements d'apparence pour le compte de son Maître. Car son travail n'était pas seulement de servir les invités, mais bien de les espionner, d'épier leurs conversations afin de déceler de possibles ennemis du mage noir. Et il n'était pas rare pour elle de changer d'apparences à plusieurs reprises au cours d'une même soirée, pour éviter les soupçons. « Imaginez, mademoiselle, que l'une des personnes soit en fait un métamorphomage... » La phrase de l'invité la prit de court, au point qu'elle manque lâcher son plateau sur le sol. « Comment pourrions-nous le savoir ? Il lui suffirait de changer d'apparence dès les premiers doutes. N'est-ce-pas ? » Dans un silence de mort, elle acquiesça d'un signe de tête, cherchant du regard la localisation de son maître afin de voir s'il la surveillait. Mais elle ne le voyait nul part, et sans doute lui non plus ne la voyait pas. Elle était, de toute façon, aussi insignifiante qu'une simple bougie dans cette maison remplie de sorciers de l'élite. « Admettons que ce métamorphomage soit un rebut, et que je dise à ce rebut qu'il existe une chance de le libérer. Une seule chance. Qu'il lui suffirait de verser une potion dans le verre de son maître – et qu'il est libre de le faire – pour devenir libre. Que dirait ce rebut d'après vous ? » Elle était repérée, il n'y avait plus aucun doute là-dessus. Cet homme qu'elle ne connaissait pas savait qui elle était, et de quoi elle était capable. Et c'est dans un souffle presque inaudible qu'elle se permit de répondre à sa question. « Le rebut dirait sans doute oui. » Elle vit clairement le sourire sur le visage de l'invité, qui sortit discrètement une fiole de sa poche pour la mettre dans la main libre d'Audrey. « Alors nous sommes amis. Et je vous le promets, dès lors que nous aurons toutes les cartes en main, vous serez libérée de ce monstre. »

4 juillet 2002 → Suite aux derniers éléments de l’enquête et à l'augmentation drastique du taux de violences et des tentatives d'évasion, le Magister et les autorités ont décidé de stopper les achats de rebuts et de récupérer ceux qui résidaient encore chez leurs maîtres. Le gouvernement est revenu sur sa décision d'accorder une seconde chance aux prisonniers insurgés et sang-de-bourbe, estimant leur cas désespéré.

Lentement, d'une marche mal assurée, elle montait les marches de l'estrade escortée d'un mangemort qui continuait encore et encore de la pousser, manquant à plusieurs reprises de la faire s'écrouler. Fatiguée, vide désormais de tout espoir, elle se contentait de suivre les directives froidement données par ses bourreaux, attendant avec les autres que son numéro – parce qu'elle n'avait plus de nom – soit appelé pour commencer son exécution. La grande évasion était son dernier espoir de s'en sortir, de se libérer de ces chaînes bien trop serrées pour elle, de redécouvrir les joies de la liberté. Mais comme tous les autres avant, la tentative avait douloureusement échoué, condamnant non seulement les participants au plan d'évasion, mais également tous les autres rebuts du pays. Dans une volonté folle de liberté, elle venait de condamner les siens à une mort certaine. Mais, au fond, valait-il mieux mourir ou continuer de vivre de cette façon, traités en moins que rien ? Au moins, dans ses derniers instants, Audrey ressentait enfin une certaine forme de soulagement. Elle allait être libérée de ce fardeau, elle allait enfin arrêter de subir ces tortures quotidiennes, cette humiliation de tous les instants. Le regard posé sur la foule, cherchant des yeux des visages connus, elle attendant non pas sa mort, mais sa libération. Son seul regret était de ne pas avoir pu dire au revoir à ses parents.

« Rebut n°8542, avancez. » Avec ce regard toujours aussi vide, elle s'avança de quelques pas, prête à être elle aussi frappée par le sortilège de la mort. Les yeux désormais fermés, elle attendait simplement que l'avada la frappe en pleine poitrine, comme il a frappé celles de dizaines d'autres avant elle. Mais à la place, il y eut les cris, les appels au combat, et les hostilités qui frappèrent sans prévenir. Et alors que la confusion prenait place sur la place, elle fut rejetée dans sa cage, protégée par des mangemorts à bout de nerfs. Et tout au long des affrontements, elle fut impuissante et incapable d'agir, ni même de se libérer de sa cage. Et c'est bien plus tard, une fois les affrontements terminés, qu'elle comprit qu'il lui restait un dernier espoir, un échange d'otages auquel elle faisait partie.

Et quand ce fut son tour d'être échangée, elle marcha bien plus rapidement qu'elle ne l'aurait pensée. Parce qu'en face d'elle se trouvait la liberté, son dernier espoir de recommencer à vivre, de redevenir humaine et sorcière. Mais il y avait toujours un mais dans ce genre d'histoires. Et alors qu'elle marchait vers ses libérateurs, elle crut entendre un bruissement, ou un bruit y ressemblant. Pendant une seconde, elle s'était demandé ce que ça pouvait être. Avant de s'enflammer dans un hurlement de douleur qu'elle ne pensait pas être capable de sortir. Une douleur atroce, une brûlure infernale, et la sensation que son corps fond sous la chaleur.


janvier 2004 → « Je ne vous comprends pas, Kingsley. Vous êtes le mieux placé pour rendre notre gouvernement à nouveau présentable. Pourquoi refuser ? » Elle ne comprenait pas pourquoi il refusait de devenir le nouveau Ministre de la Magie, pourquoi cet homme pourtant tellement engagé dans la lutte contre les mangemorts refuse un poste qui, de l'avis de tous, lui revient de droit tant il n'a plus à prouver son sens de la justice et de l'égalité. Et lui se contentait de lui dire que ce n'était pas là son rôle, qu'il ne pouvait intégrer un ministère qui fut constamment nourri par la corruption et les mensonges, qu'il finirait sans doute par devenir comme tous ceux qui lui avaient succédé. Mais ils ne pouvaient laisser le gouvernement faire à sa guise dans un contexte toujours aussi troublé. Ils devaient pouvoir garder un œil sur eux, et se préparer à faire resurgir la Renaissance de ses cendres. « Je rentrerai chez les Aurors. Je suis un héros de guerre, ils accéderont à ma demande... et je vous donnerais tout ce que j'apprendrai. » Parce que son combat n'était pas fini, parce qu'il restait encore à redresser un pays et une justice à donner. Les mangemorts ne pouvaient ressortir libres de tout ça, et toutes ressources étaient bonnes à prendre pour stopper ces créatures ô combien dangereuses et folles. « Audrey, tu sais que je te fais confiance. » Il venait d'approuver son plan. Il venait de la considérer digne d'intégrer les Aurors, digne de leurs compétences. Et pour tout ça, elle comptait bien mettre à jour les secrets d'un gouvernement trop beau pour être réel.
mars 2004 → Pour la première fois depuis de trop longues années, elle se tient à nouveau devant eux, dans ce salon qu'elle n'aimait que trop lorsqu'elle était encore une gamine innocente, inconsciente de la violence du monde et des hommes. Mais si elle avait imaginé des rencontres larmoyantes – ce qu'elles sont – et emplies d'amour, c'est le cœur lourd qu'elle leur rend une dernière visite. Parce que les promesses du gouvernement intérimaire n'ont jamais été tenues, parce que la guerre est une nouvelle fois sur le point d'éclater alors qu'ils ne sont toujours pas totalement remis de la précédente. Et parce que, cette fois, elle concerne directement des parents qui jusque-là étaient inconscients du danger qui planait sur eux. C'est de sa faute s'ils ne comprennent pas tout, s'ils ont du mal  à imaginer les dégâts causés par la prise de pouvoir de Voldemort et ses sbires, par la violence qu'ils ont amené dans la communauté sorcière. Elle voulait simplement les protéger, les savoir en sécurité loin du chaos, du sang et des larmes. Elle voulait simplement qu'ils n'aient pas à s'inquiéter pour elle, qu'ils n'aient pas à pleurer ses blessures et ses malheurs. Mais aujourd'hui, elle se rend compte que ce n'était pas la chose à faire, qu'elle aurait du les mettre face à la vérité dès le début, comme l'avait Arthur lorsqu'il était venu leur annoncer la nature de leur fille. Mais il est trop tard pour les regrets, et elle ne peut changer ce qu'elle a fait jusque-là. « Papa, maman, asseyez-vous. » Inquiets, la peur se lisant sur leur visage, ils obtempèrent pourtant sans poser la moindre question. Mais dans leurs gestes, dans leur façon de se tenir la main, elle voit la panique qui les prend. Parce que ça fait des années qu'ils ne l'ont pas vue, et qu'elle est bien différente de cette fille qui fréquentait encore Poudlard. « Je ne sais pas par où commencer... » Face à eux, de l'autre côté de la petite table qui orne le milieu de la pièce, elle fait les cents pas, se triture les doigts avec une nervosité apparente. Et après quelques minutes d'hésitation, elle commence le récit de sa vie, cette vie qu'elle n'a jamais raconté à quiconque. Ses combats, son arrestation, le quotidien dans la prison sorcière d'Azkaban, sa mise en esclavage et sa libération... « ... je vous en supplie, ne prenez pas peur... » dit-elle, tandis qu'elle glisse la baguette le long de son corps, annulant un à un les sortilèges d'illusion derrière elle se cache depuis presque deux ans maintenant. Et elle reste silencieuse face au cri de sa mère, face au regard terrifié de son père. Un visage déformé, marqué par une brûlure qui ne disparaîtra jamais totalement, les cheveux définitivement absents sur une partie de son crâne, et cette peau blanche, craquelée par endroit, héritage de la poudre expérimentale glissée sur elle avant sa libération. Elle n'a plus rien de la petite Audrey qu'ils ont connu, qu'ils ont aimé. Un monstre, voilà ce qu'elle est devenue. « Je faisais partie des ennemis du gouvernement. Et maintenant, vous allez le devenir, parce qu'ils ne laisseront pas le meurtre d'un sorcier et la destruction de notre secret impunis. Tôt ou tard, ils déclareront la guerre aux moldus. A vous. » Elle ne sait même s'ils l'écoutent, ou s'ils sont toujours figés sur le visage et le corps marqués à vie de leur bébé. Et elle ne se sent vraiment pas à l'aise à l'idée de laisser cette apparence détruire tout l'amour qu'ils peuvent encore lui porter, alors qu'elle n'est plus qu'une inconnue à leurs yeux. « Nous allons nous soulever à nouveau, les empêcher de vous faire du mal mais... je vous en supplie, partez. Partez en sécurité, et ne revenez pas. »

Les premières larmes coulent enfin de ses opales alors que sa mère se lève difficilement, comme privée de ses forces. « Ne vous inquiétez pas pour moi. S'il-vous-plaît, je ne peux pas vous perdre... »




Dernière édition par Audrey Fletcher le Ven 26 Mai 2017 - 2:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mar 23 Mai 2017 - 23:46

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue


‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5452
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
engiozgnzeoing RILEY EST SI PARFAITE AAAAAAAAAAAAAAAAAH gaah trognon je l'aime d'amour cette femme et alors pour Audrey bienvenuuuue sur exci, si tu as des questions n'hésite pas brille bon courage pour ta fiche et j'espère que tu te plairas parmi nous minikr

(hâte de développer mes liens avec toi trognon)

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mar 23 Mai 2017 - 23:50

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 23/05/2017
‹ messages : 40
‹ crédits : shiya
‹ dialogues : #


‹ liens utiles :
‹ âge : 25 ans
‹ occupation : Auror, membre de la RDP
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1990 à 1997
‹ baguette : Bois d'ébène, épine de monstre du Fleuve Blanc, vingt-six centimètres, souple, fine
‹ gallions (ʛ) : 492
‹ réputation : La Survivante, le parfait petit soldat
‹ particularité : Métamorphomage
‹ patronus : Un simple nuage argenté
‹ épouvantard : Amycus Carrow
‹ risèd : Elle-même, sans ses cicatrices
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7405-audrey-rise-revolution
MAIS OUI ELLE EST PARFAITE hug
Merci ! trognon

(hâte aussi, vivement nos rp's potte )
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mer 24 Mai 2017 - 7:18

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 08/03/2016
‹ messages : 657
‹ crédits : av: praimfaya. ; gifs: veronicsalodge, holdingaheart.
‹ dialogues : sienna.


‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; alicia spinnet w/ zoe kravitz ; calixe Davis w/ jennie kim ; ardal ollivander w/ matthew daddario ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook.
‹ âge : 22 ans (onze août).
‹ occupation : mère à temps plein.
‹ maison : gryffondor.
‹ scolarité : 1992 et 1999.
‹ baguette : uc.
‹ gallions (ʛ) : 1629
Voir le profil de l'utilisateur
MAIS OK JE M'ACCORDE UNE MINUTE POUR HURLER DE BONHEUR ? gaah tbe UNE AUDREY OQIHFPOIFHPOQIHFD, et puis cette bouille, gnh iiih fire BIENVENUE parmi nous avec ce pv très attendu, plz plz rompt la malédiction qui pèse sur elle, toujours entamée mais jamais jouée mdr le ptit aperçu est bon à lire, j'ai hâte d'en voir plus et de découvrir ton interprétation du pv jule bon courage pour ta fiche, comme dit n'hésite pas en cas de question et si tu souhaites établir un premier contact avec les membres, le flood d'intégration est là pour toi chou

• • •

Underneath it all, we're just savages
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mer 24 Mai 2017 - 15:28

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 148
‹ crédits : SCHIZOPHRENIC.
‹ dialogues : lightseagreen


‹ âge : apparemment, il a 44 ans, mais il est mort à 37 alors c'est un peu compliqué.
‹ occupation : parasite (again).
‹ maison : il était à Gryffondor.
‹ scolarité : de 1971 et 1978.
‹ baguette : il n'en a plus.
‹ gallions (ʛ) : 747
‹ réputation : on dit qu'il est mort ? sauf que hé, surprise, ce n'est plus le cas ! ex-taulard, on le disait taré, on disait que c'était un sale traître sauf que finalement, c'était pas lui. bref, on dit beaucoup de choses fausses, visiblement.
‹ particularité : animagus, il se transforme en gros chien noir.
‹ faits : il a passé 12 ans à Azkaban et est le premier à avoir réussi à s'en échapper - c'est le parrain du Sauveur alors show some respect, dickheads - il a passé 8 ans dans le Voile et est aussi le premier à avoir réussi à s'échapper (sauf que ça, il sait pas trop comment il a fait) - on dit qu'il est bloqué dans le passé et c'est peut-être un peu vrai, mais on va dire qu'il a le droit - le voile s'est entiché de lui et veut le récupérer mais not gonna happen.
il se sent bien souvent plus à l'aise quand il se transforme en clébard que quand il est humain (les émotions, c'est assez dur à gérer dernièrement) - il est super bon en métamorphoses et c'est aussi un très bon duelliste.
‹ résidence : 12 square grimmauld.
‹ patronus : un gros toutou.
‹ épouvantard : le voile.
‹ risèd : ses amis, heureux et accomplis.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7143-sirius-the-shooting-star
UNE AUDREEEEEEY kr
bienvenue sur exci ! bon courage pour ta fiche, trop hâte de lire et comme a dit Ginny, BRISE LA MALÉDICTION ! gaah gaah

• • •

You tell me to hold on. Oh you tell me to hold on but innocence is gone and what was right is wrong. 'Cause I'm bleeding out So if the last thing that I do Is to bring you down, I'll bleed out for you. (bleeding out)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mer 24 Mai 2017 - 16:34

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 23/05/2017
‹ messages : 40
‹ crédits : shiya
‹ dialogues : #


‹ liens utiles :
‹ âge : 25 ans
‹ occupation : Auror, membre de la RDP
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1990 à 1997
‹ baguette : Bois d'ébène, épine de monstre du Fleuve Blanc, vingt-six centimètres, souple, fine
‹ gallions (ʛ) : 492
‹ réputation : La Survivante, le parfait petit soldat
‹ particularité : Métamorphomage
‹ patronus : Un simple nuage argenté
‹ épouvantard : Amycus Carrow
‹ risèd : Elle-même, sans ses cicatrices
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7405-audrey-rise-revolution
@Ginevra Weasley a écrit:
plz plz rompt la malédiction qui pèse sur elle, toujours entamée mais jamais jouée mdr

@Sirius Black a écrit:
comme a dit Ginny, BRISE LA MALÉDICTION ! gaah gaah

Ah ça non je peux pas, après mon karma va en prendre un coup et je vivrai dans le malheur éternel gaah
Du coup ciao, j'vous aimais bien yeux

yeah


Merci ! potte
Je vais essayer de pas vous décevoir trognon
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mer 24 Mai 2017 - 16:48

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : dispo !
‹ inscription : 29/01/2017
‹ messages : 766
‹ crédits : neo venus.
‹ dialogues : sienna.


‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ madelaine petsch ; calixe Davis w/ audreyana michelle; ardal ollivander w/ matthew daddario ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook.
‹ âge : 18 yo (19.12.85).
‹ occupation : ancien élève de Mahoutokoro, 1er cycle achevé au RU par correspondance (vitmagic). désormais étudiant à la WADA cursus Arts visuels. jobbe en tant qu'animateur au CEPAS en semaine et au dirico express le samedi (club d'art pour une ribambelle de gosses qu'il adore).
‹ scolarité : 1992 à aujourd'hui.
‹ baguette : cerisier, 27cm, écailles de kappa.
‹ gallions (ʛ) : 1319
‹ réputation : party boy, slut assumée, toujours partant pour des hook up sans signification et probablement un brin obsédé par le sexe, sans limite, dork en compagnie de ses potes, skater taré, doué avec les gosses, artiste prometteur.
‹ faits :
personnalité:
 



steven jiélùn li, dit evenpyrokinésiste • il porte le nom de sa mère, sorcière pangcah (taïwanaise), plutôt que le "Matsuoka" hérité de son père (japonais) • il a 4 soeurs • tyrannisé à l'école, il a fait une tentative de suicide à 13 ans et est encore aujourd'hui terrifié par le vide. • il a un soft spot pour les gosses mal aimés de son club d'art. • sa famille paternelle est propriétaire de Shape the Future (grand groupe spécialisé en technomagie), où sa mère travaille en tant que directrice marketing de la branche brit. son père a délaissé l'entreprise familiale au profit de sa passion pour l'art et est désormais directeur de la Wada. sa soeur aînée est créatrice de mode, la cadette ingémage chez des concurrents, tandis que les deux dernières sont encore aux études.

vu par le monde:
 


il a toujours un appareil photo, des multiplettes ou un pinceau au bout des doigts • big softie sous ses allures punk • aime être sous les feux des projecteurs lorsqu'il est dans son élément mais devient socially awkward et mal à l'aise avec les gens aussitôt qu'il doute de lui-même. • praise kink • il préfère cependant se tenir derrière la caméra plutôt qu'être mis en avant. • dents de lapin, sourire de bunny. • veut devenir photographe pro. • poste des cover de chant et de danse sur son msn pour satisfaire ses autres passions. • trop d'alcool, trop de sexe, trop d'orviétan, trop de boissons énergisantes. il ne peut pas s'empêcher d'abuser, bien qu'il ait vu sa sœur Lily frôler la mort à cause d'une overdose. • ses potes et lui sont adeptes de bodypainting et font office de toiles humaines les uns pour les autres. • a l'air mort quand il dort. • infoutu de cuisiner, vit de bouffe à emporter et de gras de fast food. • passe un quart de son temps au skatepark, un autre à l'Espresso Patronum, et sèche beaucoup trop les cours pour son bien. • il a un caméléon (kowalski) et mickey et lui ont adopté d'autres animaux, dont un hérisson et un chien.
‹ résidence : vit au Sawl Yard, dans un appart pour deux avec son bff Rhee Min Ki (aka Mickey), rentre chez ses vieux un week-end sur deux environ.
‹ patronus : un kappa, encore une fois. Son animal totem, décidément : très protecteur de son territoire.
‹ épouvantard : ses proches privés de mémoire. Depuis qu'on leur a rendu un Shin tout sauf lui-même, Even s'aperçoit qu'être totalement oublié par quelqu'un qu'on aime est presque aussi terrible que le perdre à jamais... ou peut-être pire.
‹ risèd : quelque chose ayant trait à son paternel, probablement, mais Even préférerait crever plutôt que l'avouer.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6592-even-human-soul-on-fire
NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO(...........)OOOOOOOOOOON cri d'agonie bouuh

MDRRRRR NON RESTE promis le karma te récompensera si tu libères le pv de ses chaînes rougit

• • •

I CAN'T FALL IN LOVE WITHOUT YOU
we're not nothing • don't feed me scraps from your bed, I won't be the stray coming back just to be fed. just pretend that you want me and be my babe.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Audrey ל Am I safe today?   Mer 24 Mai 2017 - 16:53

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 23/05/2017
‹ messages : 40
‹ crédits : shiya
‹ dialogues : #


‹ liens utiles :
‹ âge : 25 ans
‹ occupation : Auror, membre de la RDP
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1990 à 1997
‹ baguette : Bois d'ébène, épine de monstre du Fleuve Blanc, vingt-six centimètres, souple, fine
‹ gallions (ʛ) : 492
‹ réputation : La Survivante, le parfait petit soldat
‹ particularité : Métamorphomage
‹ patronus : Un simple nuage argenté
‹ épouvantard : Amycus Carrow
‹ risèd : Elle-même, sans ses cicatrices
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7405-audrey-rise-revolution
Ce cri qui vient du cœur hehe
Je vais rester alors, je ne voudrais pas vous briser le cœur rougit
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Audrey ל Am I safe today?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» What 's the date today ?
» Deux Blondes dans une laverie. [ft. Audrey M. McCarter]
» Présentation d'Audrey Hepburn
» The world isn't safe for a girl like me. But maybe I'm not safe for the world, either. †
» GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Leaky cauldron ”
I know chasing after you is like a fairytale
 :: Présentation; walk the line :: validés
-