Partagez | .

sujet; Aisling O'Mahoney ∆ All cats are grey in the dark

Invité
Invité
Aisling O'MahoneyYou can’t put a price on my life. It’s a life that can’t be exchanged with anyone else’s
☇ Avis sur le contexte : Aisling est peinée du conflit avec le monde moldu. Née de l'union d'une sorcière et d'un moldu, cette guerre fratricide la renvoie cruellement à l'échec de sa propre famille. Pourtant les sorciers et les moldus sont-ils si différents que ça ? La peur est le seul sentiment qui motive ces querelles incessantes. Pourtant il suffirait d'un peu plus de compréhension pour que les deux mondes s'embrassent comme elle le fait avec le pan de sa famille dépourvue de pouvoir magique. Néanmoins, suite à son altercation avec son ancien colocataire moldu, la jeune femme a perdu de son optimisme quant à une possible entente entre les deux mondes un jour. Si elle a quitté les moldus il a quelque temps, le monde magique n'est pas en reste niveau problèmes. Elle ne peut que penser à ce ministère intérimaire douteux... Rien que d'y songer, elle sent ses poils se hérisser et un doux sentiment de colère glisser le long de son échine. N'était-il pas censé être, comme son nom l'idique, à caractère temporaire ? Peut-être ne dispose-t-elle pas du dernier dictionnaire à la mode placé entre la section abus de pouvoir et celui de la machination ? D'ailleurs, au lieu de stigmatiser les Sang Pur qui semblent être devenu les nouveaux blacksheep à qui incombe toute la misère de l'Angleterre, que font-il pour attraper les Mangemorts qui ont mit à feu et à sang leur pays ? Ces derniers ont tout son méprit, on ne peut être toujours du côté des gagnants et lorsque l'heure du jugement résonne, l'on doit accepter de payer pour le sang que l'on a fait couler. En somme, nous pourrions résumer tout ceci à un grand ras-le bol de la sorcière.
❝ We're running in circles again ❞ War Hero ; Inventé

☇ nom & surnom(s) ; Aisling, de sa langue natale le Gaeilge,le Gaélique Irlandais,  qui signifie "rêve" ou "vision". Un prénom choisi par son père au plus grand dam de sa mère, qui a toujours collé à la peau de la fillette rêveuse et fantasque qui semblait parfois ne pas évoluer dans le même monde que ses parents. Vient alors s'ajouter son nom de famille O'Mahoney, plus communément connu sous la forme O'Mahony. Un patronyme aux origines nobles issu du vieux Gaélique "O'Mathghamhana", le descendant de Mathghamhain "l'Ours". Un animal qui correspond plutôt bien à son père et son grand père qui s'approchent très fortement de cet animal. Sûrement le côté bourru et mal léché, oui, c'est sans doute ça... Quant aux surnoms de la demoiselle, il arrive que ses proches, notamment sa mère la surnomme "Dreamy" affectueuse référence anglicisée à son prénom qui prend toutefois la tournure de reproche quand la jeune femme "s'égare" selon les dires de l'autorité maternelle. Mais bien souvent et pour ses compagnons d'infortune, "Kitten" lui allait comme un gant. ☇ naissance ; Aisling est née le 17/01/1977 à Waterford. Son gère lui-même né dans cette ville lui apprendra plus tard non sans fierté que la belle "Port Láirge" est la plus ancienne citée de l'île fondée en 914 par leurs ancêtres Vikings. À cette nouvelle la petite à l'imagination fertile s'était imaginée portant le casque des Valkyrie et avait affublé quelques années plus tard son Connemara du prénom Fenrir. Néanmoins c'est dans le Comté de Galway chez son grand père qu'elle a grandi. ☇ ascendance & origines ; Issue de l'union d'une mère sang mêlé et père moldu, la sorcière joui d'un sang sorcier relativement dilué. Un fait qui lui avait apporté bon nombre d'ennuis plus jeune lorsqu'il n'était pas de bon ton de ne pas être de sang  pur. Du côté de ses origines, son nom ne ment pas et coule indéniablement du sang irlandais dans ses veines. De côté de sa mère, c'est un pur sang Anglais, et si l'on s'aventure un peu plus loin dans la généalogie paternelle on y trouvera également du sang suédois et norvégien, héritage de leurs origines viking.☇ métier ; Avant d'atterrir en catastrophe ses deux chats dans les bras dans la cheminée de sa mère, la blonde tenait un petit commerce où elle tentait tant bien que mal de mettre les moldus à la lithothéraphie et autre médecines alternatives douces. Côté sorcier, désireuse de se rendre utile, voilà déjà environ deux mois qu'elle a débuté un stage à Sainte-Mangouste en tant qu'infirmière. Pour la suite, elle verra bien ce que l'avenir lui réserve, elle n'a que 27 ans après tout. ☇ camp ; Moderniste, elle a vécu jusqu'à ses 11 ans chez son grand père moldu avec son petit frère et considère cette période de sa vie comme la plus douce et comme la meilleur. Elle espère ainsi un jour que les moldus et les sorciers parviendront à co-exister en paix. Bien que tout ceci semble mal parti au vu des derniers évènements. ☇ réputation ; À l'image de son animal totem, la belle sorcière joui d'un caractère indépendant et imprévisible, elle a d'aussi loin qu'elle se rappelle toujours été qualifiée de bizarre. Versée à l'extrême dans les études, conversant avec les pierres tombales froides et mousseuse dans son enfance sa mère ne s'attendait sûrement pas à ce qu'aujourd'hui sa fille réponde à l'appellation d'héroïne de guerre. Le chaton était une redoutable informatrice qui n'hésitait pas à se glisser dans les draps de l'ennemi pour obtenir des informations. Un fait qui lui vaut une réputation en demi-teinte, héroïne de guerre oui, mais certaines mauvaises langues ne se gênent pas pour la traiter de traînée. Des paroles qui ne font ni chaud ni froid à la jeune femme qui estime avoir fait ce qui devait être fait, ni plus, ni moins.☇ orientation & état civil ; Pour tout vous dire, Aisling n'a jamais vraiment réfléchi à ce sujet. Hétéro, homo, bi, pan... Tout ceci ne sont que des mots rassurants destinés pour les plus angoissés d'entre nous à faire parti d'un groupe. En réalité, plus le temps passe et plus la jeune femme se voit devenir l'une de ces crazy cat lady qui n'est bien qu'en compagnie de ses compagnons à quatre pattes. Peut-être que la sorcière ne tiendrait pas le même discours si les rares relations qu'elle a pu entretenir ces dernières années ne se soldaient pas par des cuisants échecs. Indépendante, arrive toujours ce point où cette corde imaginaire l'étouffe et la pousse à repousser l'autre. Une instabilité émotionnelle qui inquiète sa mère qui voit ses envies de petits-enfants s'éloigner de jour en jour. De plus, partageant son temps entre Sainte-Mangouste, son dragon de mère et la recherche de son frère cadet quand est-elle supposée trouver le temps de faire une rencontre intéressante ? Non décidément, elle a d'autres chats à fouetter... Du moins c'est ce qu'elle dit. ☇ rang social ; Héroïne de guerre, parait-il. Mais qu'est-ce que ça change dans son quotidien ? Pas grand choses, alors... Simple sorcière, une inconnue parmi tant d'autre faisant partie de ce que l'on appelle la classe moyenne.☇ baguette ; " Quercus robur " nom latin signifiant  le "chêne robuste"  désignant le chêne pédonculé. Plus connu sous l'appellation de chêne blanc, il est le bois qui constitue la baguette de l'Irlandaise. Compagne idéale des sorciers étroitement liés à la nature, la légende dit que la baguette de Merlin lui-même était faite de ce bois. Complété d'un crin de licorne, le tout forme une baguette étroitement liée à sa détentrice, la réciproque étant on ne peut plus vraie du côté d'Aisling. Flexible, elle s'accorde avec sa sorcière qui n'a jamais été contre le changement. Au contraire, la jeune femme étant plutôt du genre aventureuse. Un peu trop aux dires de son grand père qui lui a que trop de fois pansé ses plaies. Pour finir, la fidèle compagne de sorts de la blonde mesure 27,5 centimètres et est relativement fine. ☇ épouvantard ; Pour la jeune femme, il prend l'apparence d'une vie sans son frère Alastar. Privée de sa moitié depuis près de deux années maintenant, elle en a eu un avant goût. Toutefois, elle n'a pas encore perdu l'espoir de le retrouver un jour. Ici... c'est un macabre spectacle qui se tient devant elle... Les prunelles écarquillées, ces dernières ne reflétant plus une once de vie, les lèvres de son cadet sont alors bleuies et sa bouche déformée en un rictus douloureux. Les morts ne peuvent parler, mais elle sait ce que ces lèvres déformées criaient. Son nom, sœur indigne elle n'a pu le sauver, le laissant affronter la mort avec pour seule compagne la solitude. La vie ne vaut la peine d'être vécue sans son double dont elle est à présent, orpheline... ☇ risèd ; Confortablement installée sur l'épais tapis devant la cheminée, le crépitement des flammes sont accompagnés du discret grincement du rocking-chair de son grand-père qui sombre lentement, mais sûrement, entre les bras de Morphée. Comme à son habitude Alastar est à ses côtés, à la différence que ce dernier n'a pas attendu leur aîné pour sombrer du côté des rêves. La main d'Aisling se perd tendrement dans la crinière décolorée de son imbécile de petit-frère. Au même moment, la porte couine, manquant de peu de briser ce moment de sérénité, la maison retient son souffle. Les prunelles braquées sur les deux endormis rassurent la sorcière et le nouvel arrivant, aucun réveil n'est à déplorer. Elle offre alors un doux sourire à celui dont elle la chair de la chair qui vient tout juste de rentrer. Un moment de quiétude familiale, voilà tout ce qu'elle désire...  ☇ patronus ; Fusionnels, les enfants O'Mahoney partagent fièrement le même patronus. Un lapin blanc, si Aisling a toujours trouvé ce dernier particulièrement mignon et de fait à son goût, il n'en n'était pas de même pour son frère. Ce dernier le détestait même dans un premier temps, le trouvant ridicule et peu adapté à un homme. Les années sont passées et le jeune homme est revenu sur ses dires, fier de partager le même patronus que son aînée.  ☇ particularités ; Voilà près de onze années que la jeune femme se glisse dans une peau à la fourrure soyeuse et aux tendres coussinets. À ces mots, il n'est pas difficile de comprendre que la sorcière est un animagus. Un chat Bengal à la robe silver, race issue des amours d'un chat léopard d'Asie et de nos bons vieux félins domestiques. Forte d'une pratique régulière la sorcière emprunte cette enveloppe le plus souvent sans l'aide de sa compagne de sort. Néanmoins, le tout restant perfectible, il lui suffit d'un jour de stress, d'être malade, ou d'éprouver un quelconque sentiment trop négatif pour qu'elle doive se tourner à nouveau auprès de sa baguette.   ☇ caractéristiques ;Difficile de passer à côté de la crinière fabuleuse de la jeune femme qui ondule au gré de ses pas. Aisling est indissociable des rivières blondes qui cascadent le long de ses courbes. Épis de blés néanmoins disciplinés en nattes ou en chignon lors de ses heures de travail. Arrangeantes coiffures qui permettent sans peine de dissimuler le side-cut réalisé il y a quelques mois suite à un pari. Dans un premier temps, la blonde a bien cru avoir fait la pire erreur de sa vie, un mois après sa tondeuse était devenue sa meilleure amie. L'autre signe distinctif de la sorcière n'est autre que sa peau de multiples fois encrée dont certaines figures mouvantes peuvent en intimider plus d'un. Comme aime la taquiner son père " il y en a de la lecture" sur la peau de son aîné. La blonde se contentant bien souvent de répondre par un haussement d'épaule, ce dernier n'avait qu'à pas lui transmettre le virus après tout. Bien que la plupart du temps soigneusement dissimulée, une fine cicatrice zèbre la peau de l'irlandaise de sa tempe jusqu'à son oreille droite. Bien que relativement bien cicatrisée, la sorcière ne supporte pas la vision de cet aveux de faiblesse apposée par un éminent partisan du Lord. Une séance de torture interminable dont elle garde une surdité de ce côté-ci en cadeau inoubliable. Un fait qu'Aisling dissimule de mieux en mieux, lisant les lèvres de son interlocuteur lorsque l'on lui parle du "mauvais côté". Toutefois, elle peut vite devenir nerveuse si l'on  s'acharne à rester de son côté droit, privée d'une partie de ses sens, la belle sorcière ne se sent pas à son aise.    ☇ animaux ; Deux adorables petites boules de poils rythment le quotidien de la sorcière. Des oriental tabby âgés de 2 ans, un mâle et une femelle provenant de la même potée prénommés Bygull et Tregull symbolisant la Tendresse et l'Amour maternel. Ce n'est qu'à la fin de la guerre sorcière qu'Aisling a adopté les deux terreurs. Sans doute pour combler le trou béant laissé par son frère absent dont elle pleure l'absence chaque jour. Elle n'oublie également pas Fenrir, son bon vieux poney Connemara qui l'a accompagné dans bon nombre de ses aventures lorsqu'elle était enfant. Il coule aujourd'hui une retraite paisible en Irlande aux côté de son grand père qui ne manque jamais de donner des nouvelles de son vieil ami à sa petite-fille.☇ objets connectés ; Côté moldu, la jeune femme possédait une  télévision, où elle était une accroc notoire aux séries, et bien évidement un portable. Pour tout dire, son bon vieux Nokia 3310 lui manque terriblement, surtout ses high score sur Snake. Ce dernier devant certainement être en train de gésir elle ne sait-où, elle n'a hélas pas eu le temps de le ramener avec elle. Il est aujourd'hui remplacé par un POW à la liste de contacts... ridiculement vide. Bien évidement, privée de la "barbarie moldue" comprendre télévision dans la bouche de sa mère, elle n'a pas traîné pour souscrire un abonnement pour la MirrorTV et devenir une fan inconditionnelle de Lancelot Central. Pour MSN, elle se tâte encore, ayant peur de passer pour une obsédée des chats.  

☇ Anecdotes & infos ; ☇ Caractère Tel le chat sans attache, la sorcière jouit d'un caractère indépendant et autonome, Aisling ayant toujours chéri sa liberté. Elle n'est pourtant pas égoïste, la blonde n'agissant que rarement pour son propre intérêt. Au contraire même, l'altruisme est le trait de caractère qui l'a notamment poussé vers la résistance. Sans doute que son courage et sa détermination, versant parfois dans l'obstination, n'y étaient pas non plus étrangers, l'aventureuse demoiselle ayant de tout temps bravé les dangers que l'on érigeait devant elle au plus grand regret de son grand-père qui l'a de trop nombreuses fois retrouvé les genoux écorchés. Comme elle aimait lui dire " Je ne fais que suivre mon intuition papy". Les livres sont certes une formidable source de savoir, mais il n'égaleront jamais le plaisir de la découverte par soi au cour d'une  des nombreuses excursions de la sorcière curieuse. Ces multiples expéditions trahissent l'incapacité de la jeune femme à rester en place, il n'y a bien que les ouvrages poussiéreux pour la retenir, un dynamisme que sa mère a bien du mal à suivre parfois. Une grande énergie notamment canalisée aujourd'hui par la pratique de du yoga qui se révèle être un excellent exutoire pour cette grande stressée qui envie bien souvent l'insouciance féline.Néanmoins à l'instar de son animal totem, la paresse occasionnelle ratrappe de temps à autre la sorcière qui peut alors passer une journée entière à être bercée par le ronron régulier de ses soyeux compagnons . En parlant de ceux qu'elle aime, la sauvage demoiselle sait se faire patte de velours en leur compagnie et ces derniers peuvent se targuer de jouir d'une indéfectible loyauté à leur encontre. Lionne aimante avec les siens, il lui arrive tel le fauve de blesser aussi. La faute à la franchise de cette dernière, joyau brut qui peut se révéler acéré  et rimer avec ce fameux côté abrupt que l'on prête à la blonde. Sans doute que l'impulsivité a sa place dans cette tendance, un fait que déplore Aisling qui travaille sur ce trait de sa personnalité qui lui a valu quelques déboires par le passé. Sans doute que l' empathie de la jeune femme l'aide que trop bien à comprendre les dégâts qu'elle peut occasionner à l'autre. Néanmoins pudique, elle préfère dissimuler cette sensibilité derrière l'armure d'un apparent détachement ou d'un malicieux sourire. Détachement qui tend à fondre comme neige au soleil de la rancune. Si certains n'apprécient guère la loi du talion, elle est d'une logique à toute épreuve pour la blonde qui certes, pardonnera tant bien que mal, mais n'oubliera jamais un pas de travers de votre part. Sans doute car cette dernière a été de nombreuses fois déçue par l'Autre. C'est très certainement pour cela que l'enfant rêveuse l'est restée, se réfugiant quand elle le peu dans ses utopies chimériques sous l'œil bienveillant des entités félines qui l'accompagnent. Encore plus si elles ont la possibilité de se voir glisser une des nombreuses douceurs consommées par la gourmande sorcière dans leurs délicats palais.

☇ Half blood Si à une époque pas si lointaine que ça les ascendances mêlées étaient mal vues, Aisling a toujours tiré une grande fierté de cette dernière. Et ce en dépit  des regards de travers et des sempiternels regrets maternels d'avoir une fois de plus dilué l'héritage sorcier de la famille. Elle n'aurait pour rien au monde échangé son enfance où la magie ne faisait nullement partie de son quotidien. Bien sûr, elle dévorait les ouvrages ramenés par leur mère, mais jamais elle n'aurait eu l'idée de s'imaginer ranger ses effets d'un simple Failamalle. Un fait qui se retrouve encore aujourd'hui dans les jours de la sorcière qui a gardé l'habitude de faire ses corvées comme une bonne moldue. À vrai dire, elle trouve même un tantinet insultant pour cet art aussi noble que la magie d'être relégué à des sorts ménagers. Enfin soit, sans doute qu'en ayant grandi aux côtés de sa mère elle aurait posé un autre regard sur la magie. Pour l'heure, récurer un chaudron n'a jamais tué personne.

☇ Tatoo Armor D'aussi loin qu'elle s'en souvienne la sorcière n'a jamais apprécié voir sa peau nue. Au contraire, enfant elle observait d'un œil envieux les lignes complexes encrées sur les bras puissants de son père. Pour elle ils sont ses talismans, ses runes, ses charmes... son armure. Armure indéchiffrable pour beaucoup et pourtant livre ouvert pour celui qui sait lire entre les lignes, dévoilant les peurs et les victoires de sa maîtresse. Il arrive bien souvent pour la blonde de croiser un regard interloqué, voir dégoûté chez certains étroits d'esprits incapables de laisser autrui exempt de leurs jugements "indispensables", mais pour être honnête, l'avis des autres elle s'en moque bien. Il n'y a bien que les taquineries paternelles pour la faire sourire lorsqu'elles la traite de « page d'écriture » .  

☇ Crazy Cat Lady Bien que nommée Kitten par son statut d'animagus et son caractère somme toute assez félin, on pourrait ajouter à ça un amour incommensurable pour les boîtes à ronrons. Si elle n'a pas d'enfant et ne projette pas d'en avoir, faut-il encore être capable de rester avec quelqu'un, Bygull et Tregull sont pourtant tout comme pour elle. Comme elle se plait à tendrement les appeler ses bébés comme toute crazy cat lady le ferait. Les chats sont des créatures vicieuses et vous rendent fous d'elles en un miaou savamment dosé avant de vous assener un coup de griffes acérées la proie ferrée, enfin c'est ce qui fait leur charme et gare à vous si vous osez dire du mal des deux chats qui règnent en maître sur la maisonnée.

☇ Tv Show Lorsqu'elle séjournait encore du côté moldu du voile, Aisling était ce que l'on peut qualifier d'une véritable série addict. C'est simple, à peine avait-elle passé le porche d'entrée qu'elle se ruait sur le canapé afin de ne pas rater le début de ses séries préférées et ne manquait jamais un seul épisode au grand dam de son ancien colocataire. Ancien coloc' qu'elle aurait mieux fait d'étouffer avec sa télécommande avec le recul...  Aujourd'hui il lui arrive encore parfois de s'égarer et d'évoquer un passage au cours d'une conversation, la blonde récoltant alors un regard interloqué de la part du sorcier avec qui elle conversait.

☇ Spooky Scary Skelington Dès son plus jeune âge Aisling a développé un goût très particulier pour les excursions ... dans les cimetières. Un passe-temps morbide qui n'était pas vraiment au goût de son père qui le voyait d'un mauvais œil, le grand-père lui s'en amusait plus habitué aux frasques de sa petite-fille. Si le commun des mortels pleure ses morts ou se recueille en ces lieux de repos éternel, la fillette se plaisait à faire la conversation à ces dames et ces messieurs. Ici il faut comprendre monologue, mais la petite vous aurait rétorqué que c'était parce que les « M'sieurs dames sont timides » . Aujourd'hui la jeune femme ne se perd plus vraiment du côté des tombes où elle pouvait s'endormir autrefois, mais elle sourit toujours à ces souvenirs cocasses.
   
☇ A♥ Malgré les trois années qui les séparent, Aisling et Alastar ont toujours partagé  une relation fusionnelle. Pour la sorcière, la véritable moitié que l'on lui ait offert sur Terre n'est autre que son petit frère. Un amour viscéral qu'elle a ressenti dès la première fois où ses prunelles se sont posées sur lui. Elle l'avoue elle-même ces paroles sonnent assez niaisement, mais difficile de ne pas appeler un chat, un chat. Aujourd'hui, c'est avec peine qu'elle observe le A suivi d'un cœur rouge, seule et unique note colorée sur sa peau, porté lui aussi par son double à l'autre poignet. Pourquoi l'As de cœur ? Doit-elle vraiment l'expliquer, un tantinet de logique suffira.

☇ Tooth La famille tient une place toute particulière dans la vie de la sorcière, et une histoire assez amusante se  cache derrière la dent qui orne le talon de son pied gauche. Alors que la jeune femme dégustait en compagnie de son père, son grand-père et son frère un délicieux goody le vieillard se mit à rire. Voilà que la vieillesse le frappait de plein fouet et lui faisait perdre sa première dent alors qu'il dégustait sa douceur préférée. Plutôt que d'en faire un drame, la famille a préféré le prendre à la légère et se sont pour l'occasion fait tatouer au même endroit cette fameuse dent qui les avait bien fait rire ce jour là.

☇Into the Woods Petite fille d'un ancien bûcheron et aujourd'hui berger, Aisling a toujours été au contact de la nature. C'est d'ailleurs grâce à ce dernier qu'elle peut se targuer d'avoir des connaissance aussi variées quant à la flore et d'obtenir des résultats excellents dans ses cours de potions. Exceller grâce à un modu, douce ironie n'est-ce pas ? Aujourd'hui, c'est encore un plaisir pour la belle sorcière de se perdre dans les bois et de se ressourcer aux côtés d'un chêne imposant ou d'un bouleau verruqueux élégant.

☇ Tiger Mom Si Aisling est une chatte, alors sa mère est une tigresse. Toute deux félins, ce n'est pas pour autant que les deux femmes se comprennent. L'amour est là oui, la sorcière n'hésiterait pas un seul instant à se sacrifier pour sa mère comme la réciproque est toute aussi vraie mais... L'amour ne fait pas tout et les liens du sang ne suffisent pas à la mère et à la fille pour se comprendre. Les conflits sont nombreux et la jeune femme vit assez mal sa cohabitation forcée avec celle qui l'a mise au monde. Sans doute lui en veut-elle encore pour avoir quitté son père et daigné ne venir que de trop peu nombreuses fois leur rendre visite car elle était trop occupée. Soi-disant du moins, la sorcière n'étant pas dupe et se doutant bien que là était la bonne excuse pour éviter de croiser son ancien compagnon. Une chance pour elle que sa place à St-Mungo et ses recherches lui prennent la plupart de son temps et ne lui laissent que peu d'occasion de croiser celle qu'elle appelle la « dragonne ».

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi Kyûbi, mais vu que vous êtes gentils vous savez maintenant que je réponds au doux nom de Laura o/. J'ai bientôt 23 ans, je viens de Rhône-Alpes et j'ai connu le forum via moi-même vu que cette douce demoiselle est mon DC. Si tout va bien vous me verrez connecté) 7 jours sur 7.  

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Aisling O'Mahoney le Sam 3 Juin 2017 - 11:43, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Rising
Alastar  ❞ 24/04/1980 - Waterford

Une petite main se serre sur une sœur plus calleuse  tandis que des pas réguliers résonnent sur le revêtement  plastifié de l'interminable couloir. De ce qu'elle savait, aujourd'hui était « un grand jour » comme le disait ses parents. Mouais, dit ainsi... Tout ce que voyait Aisling du haut de ses 3 ans, c'était qu'un nouvel enfant allait accaparer l'attention de son père et de sa mère et qu'elle devrait sûrement partager ses jouets. Tu parles d'un cadeau, décidément, même pas encore né qu'il lui cassait les pieds. Celui-là, il commençait fort... La fillette retint alors un petit sourire mauvais, elle le mettrait au plis, et si il ne coopérait pas, elle pourrait toujours le mordre ou le cogner ce voleur de parents. Maman est en « salle de travail », qu'est-ce que ça peut bien être, ça elle l'ignore. Pour elle, le travail c'est une chose bien abstraite, parait-il que ça permet de manger et d'avoir une maison, ça a l'air sympa, mais prend beaucoup trop de temps à son goût. Enfin, elle aura tout le temps dans sa vie de comprendre ces choses de grands.

Alors qu'ils sortaient des toilettes de l'hôpital, petite vessie obligé, une infirmière arrive à eux d'un pas pressé. Elle offre un grand sourire à la tête blonde et lui annonce que son « petit frère est là », à la bonne heure, les ennuis commençaient... Légèrement bougonne, elle traîne les pieds et soupire lorsque deux heures plus tard on leur permet de rendre visite au nouveau né. De ce qu'elle sait de ses camarades déjà passés par là, les bébés ne sont pas aussi beaux qu'on le prétend et beaucoup ressemble à des gobelins fripés.  Une fois arrivés dans la chambre, c'est le visage fatigué de sa mère qui la frappe. Accoucher a l'air de ne pas être une franche partie de rigolade et elle lui offre une caresse réconfortante sur la main avec un petit sourire. Puis, son regard se mit à fureter dans la chambre jusqu'à tomber sur un petit berceau où la bête repose. À son grand étonnement elle se révéla être adorable, bien qu'un peu fripée, et si fragile....

Si les femmes faites mères parlent avec émotion de ce jour où elles purent pour la première fois tenir leur progéniture dans leurs bras, c'est celui où elle devint sœur qui marquera à jamais Aisling. Elle qui s'attendait à ressentir du mépris pour ce petit être, elle ne ressentit que ce besoin viscéral de le chérir et de le protéger. Elle ne pourrait pas l'expliquer, le pourquoi est bien trop vague, sans doute que les liens du sang jouent dans cette histoire, mais à vrai dire la petite s'en moquait bien à cet instant. Fière et douce elle berce avec une précaution farouche celui que l'on avait prénommé Alastar. Leurs prénoms commençaient tous deux par un A, ne serait-ce pas un signe du destin ? C'est ce que croyait fermement la fillette en tous cas. Couvée par le regard protecteur de ses parents elle glissa alors quelques mots tout bas à celui qui allait devenir son complice de méfaits.

« Ça commençait mal toi et moi, mais ... jt'aime bien ....beaucoup même Alastar. Tu vas voir j'vais t'apprendre plein d'choses et on fera plein d'bêtises ensemble. Tu diras rien à maman hein ?  Ce s'ra notre petit secret à tous les deux. »

Bien que pour l'heure dépourvu de la parole le nourrisson offrit son premier sourire à son aîné qui se vantera plus tard d'avoir ses premiers mots. Ce jour heureux marquant ainsi le début d'une alchimie formidable dans laquelle personne n'y était autorisée...

Childhood  ❞Été 1988 - Comté de Galway

L'été est là et le retour d'un temps plus clément aussi. Aujourd'hui, le vent est au rendez-vous et balaie l'épaisse crinière de la fidèle monture d'Aisling qui avait bien besoin de se changer les idées en ce jour de juillet. Pas d'Alastar en vue aujourd'hui, ce dernier étant resté aux côtés de leur grand père pour couper du bois. Enfin, ce n'était pas comme si il avait le choix, le jeune garçon étant habitué à quelques pics de sauvagerie de la part de son aînée qui avait de temps à autre besoin de prendre l'air. Oh, elle ne le faisait jamais bien longtemps une heure ou deux tout au plus, et le plus souvent, la sorcière finissait par culpabiliser et se hâtait de rentrer. Il faut dire que depuis la séparation de leurs parents alors que le petit dernier avait à peine soufflé sa quatrième bougie, les deux enfants ne s'étaient jamais vraiment quitté. Alors âgée de 7 ans, la petite fille avait simplement pensé que ses parents s'étaient brouillés et qu'un bisou magique plus tard tout serait pardonné. Mais les mois avaient passés puis les années sans que rien ne change. Non désireux de voir ses petits enfant ballottés de maison en maison au fil des semaines et des congés de chacun, c'est le grand père qui prit la responsabilité des deux enfants qui quittèrent leur ville natale pour rejoindre le vert Comté de Galway. Une aubaine pour les deux enfants qui pouvaient s'ébattre comme bon leur semble. L'occasion aussi pour Aisling de se voir offrir un poney, les parents ayant cette tendance à toujours trop gâter leurs enfant après un divorce. Sans doute voient-ils là le moyen de s'attirer les faveurs de leur  enfant malmené. Ah qu'il est difficile d'être parents...

En parlant du Connemara, ce fieffé coquin avait commencé à rejoindre le doux chemin de son étable pendant que sa maîtresse s'était égarée dans ses pensées. Le rappelant à l'ordre la jeune fille s'égara néanmoins à nouveau dans le fil de ses pensées. Septembre arrivait à grand pas, l'appréhension et la hâte se mêlait en un maelström de sentiments contraires qui préoccupaient chaque jour celle qui entrerait bientôt dans les affres de l'adolescence. Elle ne savait guère comment appréhender cette nouvelle étape de sa vie, s'y plairait-elle ? Sans doute, sa mère gardant un souvenir nostalgique de ses années à Poudlard. Toutefois la magie ne restait qu'occasionnelle dans la vie de la jeune sorcière qui la voyait débarquer dans son quotidien aux côté de sa mère et par les grimoire laissés à leur disposition. Serait-elle à la hauteur ? Peut-être, elle l'espérait en tous cas. Malgré ces quelques appréhensions, l'impatience primait et elle s'inventait mille et un scénarios concernant son entrée au château. Elle n'était pas la seule à avoir hâte d'ailleurs, sa mère semblant vivre à travers elle les premiers émois sorciers avec sa rentrée imminente. Si ça pouvait lui faire plaisir...

Bien, il était temps de rentrer maintenant, l'heure du déjeuner approchait et elle n'avait guère envie de voir une punition assombrir son après-midi. Arrivant au galop jusqu'à la maison, elle ne tarda pas à étriller son fier ami après l'avoir débarrassé de son harnachement. Chose faite, elle entra à pas de loup dans la maisonnée pour y trouver un vieillard assoupi et un petit-fils désespéré qui soupirait à tout-va en tournant les pages d'un album aux pages élimées. Sans doute que leur grand père contait au plus jeune les aventures de sa prime jeunesse en parcourant les photographies et le sommeil le rattrapant il avait finit par rythmer la maisonnée de ses ronflement réguliers. Finalement réveillé le repas fut rapidement expédié, pour cause, les moutons avaient bien besoin d'une tonte aujourd'hui...


Hogwarts  ❞1992 & Poudlard

Confortablement installée dans un des fauteuils de la salle commune de Serdaigle, les prunelles de la jeune femme s'étaient un instant écarté de leur lecture pour se perdre dans le dôme étoilé qui les surplombait. L'une d'elles s'égara même du côté d'Alastar qui était installé non loin en charmante compagnie. Compagnie qui était loin de laisser indifférent le garçon qui n'avait pas hérité du côté sauvage  des O'Mahoney et jouissait d'une certaine popularité auprès des demoiselles. Fait qui exaspérait grandement l'aînée qui craignait de voir son cadet ne pas exceller autant qu'il le pouvait. Pour elle les relations n'étaient qu'un frein dans les études et pouvaient être remise à plus tard ... À la remise de diplôme par exemple. Enfin, que dire à l'insolent jeune garçon qui affichait de bons résultats et se montrait toutefois assidu en cours ? Beaucoup seraient tentés de dire rien, après tout tant que les résultats suivent, pourquoi ne pas prendre du bon temps ? Un état d'esprit qui n'effleurait guère Aisling qui comme sa mère poursuivait l'excellence. Si mère et fille différaient sur beaucoup, la réussite d'Alastar les réunissait et si l'une ne rappelait pas à l'ordre le joli cœur, l'autre le faisait. Enfin, peut-être était-ce là un peu de jalousie de la part de la sorcière qui craignait en son fort intérieur de voir son frère se détourner d'elle. Un fait qui ne risquait nullement de se produire de l'autre côté la blonde n'étant pas vraiment le genre de créature que l'on se plait à courtiser, et les rares fous s'y étant risqués n'avaient pas regretté le voyage. À croire que sa réputation d'originale et de sauvage à mi-temps ne suffisait pas à dissuader certains prétendants, rares prétendants par chance.

Après un dernier regard courroucé en direction du Don Juan en herbe, elle put se replonger dans sa lecture du moment qui lui servirait pour la prochaine évaluation de potion qui se tiendrait dans quelques jours. Mais ses pensées la rattrapèrent et les pages défilaient sans qu'elle n'en saisisse un traître mot. En parlant de mots, ceux de sa mère résonnaient encore dans son esprit et l'altercation des dernières vacances la cingla.

« Il serait temps de penser à ton avenir, avec de telles prédispositions tu iras loin ma fille. Il te faut faire les bons choix... Phrase d'apparence bienveillante d'une mère pensant à l'épanouissement de son aînée qui faisait sa fierté à qui elle exhibait sa réussite et chantait les louanges à tout son cercle de connaissance . Mais la jeune sorcière n'était pas dupe, le ton mielleux sonnait faux et trahissait l'ambition de sa mère qui regrettait d'avoir du stopper ses envies de carriérisme  après s'être vu mise enceinte par son amour de jeunesse qu'elle avait eu la bêtise d'aimer comme elle le disait.

- Phrase accueillie par un soupir profond et un haussement des prunelles bleues de la plus jeune.Maman on en a déjà parlé et ....

- Et tu vas encore rester sur ce " Je ne sais pas encore, j'ai bien le temps." c'est ça ? Le ton se durcit un peu et  une pointe d'agacement se perçoit dans la voix de la juge.Aisling O'Mahoney il serait temps de descendre de balais et de daigner te poser parmi nous...

- Et pour faire quoi hein ? Devenir l'Auror dont tu n'as pas eu l'étoffe de devenir ? Les mains d'Aisling s'étaient alors catastrophées sur sa bouche qui avait encore uen fois délivré des paroles trop rapidement prononcées. Elles furent d'ailleurs violemment retirées et une claque sonore résonna dans l'air, mouchant sur place la plus jeune.

- Alors là jeune fille tu dépasses les bornes ! Je ne te permettrais pas de me parler ainsi ! Tu te crois mieux que moi peut-être ? À quoi te serve tes études si ce n'est à te faire une place dans la société et avoir un avenir décent ?! Tu as les capacité d'atteindre les plus hautes sphères de ce monde Aisling. Mais non, mademoiselle O'Mahoney est au dessus de tout ça et préfère "se donner le temps". Ton temps, tu le gaspilles ma fille oui. Par Merlin quand vas-tu enfin te décider à te comporter en adulte responsable ! À croire que je suis la seule à me soucier de ton avenir....

- De mon avenir ? Laisse-moi rire, tu vis par procuration depuis que je suis rentrée à Poudlard, je ne suis que le pion assouvissant tes actes manqués voilà tout ! Une nouvelle gifle aurait pu s'abattre sur la joue précédemment mise à mal, mais rapide, Aisling pu se soustraire à un nouveau soufflet.   Tu sais très bien que j'ai raison, tu ne veux juste pas l'admettre ! Je me casse j'en ai ras le cul de toi ! »

Le reste des vacances, Aisling les avait passé en compagnie de son grand-père, non désireuse de recroiser sa dragonne de mère qui l'avait une fois de plus pas retenu après une énième dispute. « Alors comme ça tu ne m'obéis pas, alors disparais de ma vue. » Voilà la logique de l'ex madame O'Mahoney qui avait depuis reprit son nom de jeune fille. Un soupir franchit les lèvres de la Serdaigle qui referma vivement son ouvrage. Sa session de lecture était fichue et une migraine la clouera due à la colère la clouera au lit le restant de la soirée.


Animagus  ❞Été 1993 - Londres

« Animagi are wizards or witches who can transform into an animal at will. Rather like Patronuses, the creature they become cannot be chosen but reflects an aspect of their personality. » - Pottermore

Entre impatience fébrile et crainte du devenir, la jeune femme avait l'impression d'être revenue cinq années en arrière alors qu'elle s'apprêtait à faire son entrée à Poudlard. C'est lors de ses classes de Métamorphose que son fou projet y avait germé, notamment lors de sa troisième année où les Animagi étaient au programme. Ses notes sous les yeux, la sorcière ne pouvait s'empêcher d'imaginer les sensations procurées par l'expérience de se glisser dans une nouvelle enveloppe. Fourrure soyeuses, plumes duveteuses ou écailles empoisonneuses lui caressaient l'épiderme et chantaient leurs louanges dans son esprit. Charmée par leurs appels incessants, la sorcière ne tarda pas à céder aux tentatrices sirènes de l'abandon. Ce n'est toutefois que cet été de l'année 93 où, après avoir travaillé au corps professeur et parents, elle put accéder au Graal qu'elle convoitait depuis si longtemps...

Après s'être fait désirer de longs mois, ce maudit orage s'était enfin décidé à gronder. Une attente encore plus intenable dès lors que la sorcière avait senti ce deuxième battement de cœur singulier tambouriner contre sa poitrine, que lui réservait-il, elle l'ignorait encore à l'époque. Seule la hâte mêlée d'un soupçon de crainte l'attendait. Après tout, l'on ne choisissait pas sa forme Animagus, ou l'on se retrouverait avec une multitude de créatures majestueuses qui pavaneraient fièrement devant autrui.  Peut-être que le lapin l'attendrait de l'autre côté, son patronus en ayant prit la forme, toutefois ce fait n'étant pas une généralité une part de surprise pouvait encore la surprendre. Mais là n'était plus le temps de penser... La fiole rouge carmin avalée d'une traite, une douleur effroyable s'empara de son être et un formidable concerto à double battements s'emballa dans sa poitrine.

Malgré les recommandations maternelles et professorales, la panique avait fini par l'emporter et l'être à présent félin se rua sur la première fenêtre venue. Réaction instinctive de fuite bien vite avortée par la présence d'esprit de la génitrice de la jeune femme qui avait refermé la fenêtre, empêchant ainsi sa sotte de fille de se retrouver coussinets sur le macadam. Autant le dire,  une vitre en plein museau n'est guère agréable et c'est le poil hérissé que la petite chatte vociféra sur le nouvel ennemi qui s'était dressé. Néanmoins, la raison ne tarda pas à refaire son entrée et l'heure de l'inspection put sonner. Attentive et la queue haute, Aisling s'approcha à pas de velours de la glace sur pieds. Il n'y avait aucun doute, elle était bel et bien une chatte, néanmoins, son aspect singulier la laissait perplexe, ne connaissant guère la race à laquelle elle pouvait bien appartenir. La tête penchée sur le côté elle s'admire, inspecte, scrute et apprivoise cette forme nouvelle.

C'est alors que la présence maternelle se fait sentir derrière la porte. « Aisling, tout va bien ? » Un simple miaulement lui servit de réponse et l'aînée put entrer et rejoindre sa fille. La sorcière gardera un souvenir impérissable de cette journée sous le signe de la complicité où elle passera le reste de sa soirée à se faire cajoler par une mère qui pour une fois avait laissé les crocs de côté. Plus tard, ayant reprit forme humaine, les recherches de la sorcière l'amèneront à découvrir que le félin musclé, n'était autre qu'un chat Bengal à la robe Silver. Une forme qu'elle se plaira à apprivoiser tout le reste de son été et que toute sa vie la transformation elle passera à perfectionner. 



Dernière édition par Aisling O'Mahoney le Sam 3 Juin 2017 - 11:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Falling
FearOctobre 2003  -Londres

Quatre choix se présentèrent à Aisling à l'avènement du sombre Magister : collaborer, feindre une sécuritaire neutralité, fuir ou bien alors prendre le risque de résister. Si son cadet n'eut pas le choix d'un exil forcé, ce fut la dernière option qu'empoignera par les cornes l'impétueuse sorcière aux idéaux bien arrêtés. Voilà pourquoi l'Audacieuse se trouvait entre des draps ennemis en cette froide soirée d'Octobre. L'on dit que l'Homme est plus prompt à la confidence et aux oublis fâcheux après de licencieuses entrevues. Fait fâcheux pour les hommes de pouvoir et aubaine inespérée pour l'informatrice. Car si sous sa forme féline l'impétueuse Kitten laissait traîner ses oreilles à l'ouïe fine de ça et là, elle ne pouvait guère s'infiltrer au plus près de l'ennemi. Les chats sont connus pour être de fidèles compagnons de sorciers ou de sorcières, mais en temps de guerre, tous devenaient  potentiels espions en filature. Entravée dans son rôle, l'informatrice s'était résolue à une option jusqu'au-boutiste pour certains, nécessaire pour d'autres. Oh, bien évidement, les premières fois la demoiselle ne brillait pas et s'enfermait dans un mutisme nauséeux sitôt son rapport transmit. Puis l'habitude vient, on se fait à la chose que l'on considère comme un mal nécessaire. Une méthode qui portait somme toute ses fruits et la rapprocha plus qu'elle n'aurait put l'espérer de l'ennemi. Peut-être un peu trop même...

Mais revenons au corps encore alangui entre les draps, le sourire feint aux lèvres, ses longs bras tentent de ramener à lui la silhouette déjà à demi-vêtue. Non, il ne pouvait pas déjà partir, pas après avoir eu si peu de temps pour laisser traîner une prunelle mi-close là où elle ne devrait pas et une oreille indiscrète contre une cloison d'une pièce mal isolée. La blonde soupire, faussement boudeuse elle mime une moue contrite et se sort du lit en se drapant des draps défaits qui consolent l'amante honteusement éconduite. Maintenant rhabillée après une rapide toilette, Aisling n'a qu'une envie, quitter ces lieux dangereux au plus vite. Un mauvais pressentiment étreignait son être depuis son arrivée, le picotement du danger se faisait plus fort sur son épiderme maintenant glacé. La sorcière accélère le pas, semblant étouffer au milieu de ces dédales de couloirs devenus sans fin. Merde Aisling reprends toi ! L'adrénaline affluait dans son être apeuré qui était plus que jamais prêt à fuir. La fuite, un luxe qu'elle n'eut pas le choix de saisir ce jour-là...

C'est une vive douleur derrière la tête de la jeune femme qui la sorti de son état léthargique. Qu'est-ce qui avait bien put se passer, ça elle l'ignorait. Seul le mal lui vrillant les tempes occupait son esprit embrumé. Ses prunelles s'ouvrirent péniblement et les azures tombèrent sur des onyx satisfaites. Si d'habitude la féline aimait jouer au jeu du chat et de la souris, elle était tout à coup moins enthousiaste dans le rôle du rongeur acculé.  C'est  d'ailleurs une voix ronronnante et prometteuse d'autres délices douloureux qui paracheva son réveil.

« Alors comme ça on croyait pouvoir me duper ? Je veux bien que tu sois blonde mon chaton, mais là tu t'insultes toute seule en faisant preuve d'autant de naïveté.... La main gantée serpenta sur le bras dénudé avec délicatesse, presque caressante. Aaaah, moi qui croyait avoir trouvé la confidente parfaite, me voilà bien peiné.... Un ton faussement contrit venant parachever le numéro du sbire noir. Tutututu... tu es vraiment un vilain chaton. L'intonation du Mangemort commençant alors à se muer en une entité moins mielleuse. Et tu sais ce que l'on fait aux vilain chaton ? La main alors sur le biceps de la sorcière l'enserra violemment. On les punit. La prise se desserrant alors déjà alors que le calme régnait toujours du côté du traître. Je sais, ça fait mal chaton, mais dis-toi que c'est pour ton bien... Tu vois, je ne peux pas me permettre de te laisser recommencer. Les chatons comme toi ne comprennent guère toutes ces histoires, vous, tout ce qui vous intéresse c'est de jouer avec les pelotes de laine et de casser les vases hors de prix. En dehors de votre intérêt esthétique, c'est bien là la seule chose à laquelle vous servez. Les prunelles revinrent alors à la jeune femme.À semer le désordre et à faire beaucoup de bruit.... »

La première gifle retenti après les derniers mots de ce monologue glaçant. Aisling ne savait que trop bien ce qui l'attendait et les marques qui zèbrent son épiderme aujourd'hui attestent silencieusement de ce passage à tabac en règle. À vrai dire, la sorcière ne sait aujourd'hui pas encore comment elle s'en est sortie, sa mémoire refusant en bloc de lui céder la moindre parcelle de souvenir. S'était-elle soustraite de son entrave en parvenant par elle ne sait quel miracle à se changer en Animagus malgré la grande situation de stress à laquelle elle était en proie ? Quelqu'un lui était-il venu en aide en la libérant ? Et son bourreau dans tout ça ? Tant de questions pour si peu de réponses. Selon les dires de sa mère, elle se trouvait là, allongée sur son lit de fortune bardée de multiples bandages et embaumant encore les sorts de soin. Aujourd'hui encore son mystérieux bienfaiteur reste inconnu, enfin l'important est qu'elle y ait survécu non ? Une cicatrice zébrant son visage et une ouïe défaillante, un maigre tribut pour conserver la vie.  

❝  Muggle LifeFévrier 2004 - Londres

La guerre et ses horreurs ayant prit fin avec la mort du Magister, la sorcière n'avait pas demandé son reste pour fuir ce monde encore frémissant du sang déversé par ses enfants. Disparaissant du jour au lendemain, Aisling retrouva la quiétude de la vie moldue, plus de magie, plus d'ennui. Du moins presque... La jeune femme ayant fait l'amère découverte de la disparition de son cadet par la bouche de son paternel visiblement en colère. Et il y avait de quoi, en éloignant Alastar elles n'avaient cherché qu'à le protéger avec sa mère, et voilà qu'elle apprenait que cet imbécile s'était volatilisé après avoir laissé une brève note expliquant qu'il rejoignait l'Angleterre pour aider la résistance.Visiblement, il s'était perdu.... La blonde refusant tout bonnement d'imaginer son frère, la moitié de son tout, son âme sœur ... Non, impossible. Voilà pourquoi elle affichait des cernes plus prononcées chaque jour, renonçant à ses précieuses heures de sommeil pour partir à sa recherche à quatre pattes pour plus de tranquillité. Elle qui voulait rompre avec le monde magique, c'était raté. Merci Alistair, les petits frères, la pire plaie au monde...

Une chance pour elle, elle était parvenue à dégotter un petit fond de commerce bien situé. Oh, rien de bien mirobolant, mais tout de même de quoi se lancer dans l'une de ces boutiques que bon nombre qualifient d'un air moqueur « d'antres à bobos ». Juste des ignorants qui avaient bien trop peur de voir de simples pierres ou plantes bienfaisantes les soigner mieux que leurs bombes à retardements nommées médicaments. Les affaires marchaient plutôt bien, pas de quoi rouler sur l'or, mais de quoi avoir un toit sur la tête et manger à sa faim. Cette période marqua également l'arrivée de trois personnes dans la vie de la jeune femme, celle de son colocataire James, mais aussi de Bygull et Tregull ses deux boules de poils adorées. On peut dire que tout allait bien pour elle, seul le retour de son frère pouvant signer celui de la quiétude complète de la sorcière.

Et puis... c'est qu'il n'était pas si mal le bougre qui avait emménagé avec elle, un peu ronchon sur les bords et ayant cette fameuse sale manie de laisser traîner ses chaussettes sales un peu partout,
mais sympa. Bon okay, diablement sexy et qui savait faire la cuisine, elle concède. Un fait qui ravissait le gouffre béant qui lui sert d'estomac. Toutefois, se rapprocher de lui No way ! James resterait un ami, la dernière expérience en date avec la gente masculine d'Aisling ne s'étant pas vraiment bien terminée. Traumatisme grimé en histoire brumeuse d'ex violent à la main un peu trop leste. Ce qui était bien avec les moldus, c'est que quelques cas mis à part, ils n'étaient franchement pas doués pour détecter le mensonge. Une aubaine pour la blonde qui pouvait ainsi laisser les silences peser sur des questions trop indiscrètes. Enfin, une vie presque normale quoi...

Lie  ❞Mi-Mars 2004 - Londres

Affolée, ses chats entre les bras, la baguette fêlée, c'est encore en tenue de nuit qu'elle arrive catastrophée dans le salon de sa mère. Le souffle court, elle s'arrime au cou de sa mère et y jète désespérément l'ancre. Si il y a quelques mois de ça elle avait imaginé vivre pareille aventure, elle ne se serait pas risquée au pari de la collocation. Rectification faite, les moldus eux aussi ont un sacré radar à mensonge... Et un racisme exacerbé du côté de celui qui partageait il y a encore peu son lieu de vie. Ce matin là, James était méconnaissable, sombre, froid et menaçant il tenait en main l'un de ses nombreux ustensiles de cuisine. Toute sorcière qu'elle était, Aisling ne savait que trop bien que si pareille lame atteignait une artère, il en était fini d'elle. Privée de sa baguette, elle était pieds et poings liés. Sa baguette ! Un parcours de santé pour la récupérer... Chers lecteurs sentez bien l'ironie ce ces mots. Retournant la moitié de l'appartement à son passage en zigzag pour éviter un passage malencontreux de la lame assassine dans sa chair, la blonde était parvenue non sans mal à rejoindre  sa compagne de sort qui avait déjà bien souffert dan le chaos ambiant.

La porte verrouillée derrière elle, elle ne perdit pas un seul instant pour se ruer par la fenêtre. Ayant tout l'air d'une folle avec ses chats dans les bras, elle s'élança dans une course folle jusqu'à rejoindre le Chaudron Baveur qui, par chance, se trouvait non loin de son lieu de vie. Le Chemin de Traverse et ses allées familières foulés, la jeune femme pu ralentir la cadence. Néanmoins exténuée, c'est grâce au réseau de cheminées qu'elle put achever son périple. À présent en sécurité  elle put desserrer les deux félins qui ne demandèrent pas leurs restes pour se cacher sous le canapé du salon en miaulant plaintivement. Quant à la mère de la sorcière, elle la fixait mi-étonnée mi-inquiète. Néanmoins pas née de la dernière plus elle comprit sans un mot et décida pour une fois de ne pas plus accabler sa fille en préférant le silence. 

Ce qui ne l'empêchera pas plusieurs jours plus tard de faire poser définitivement les valises de sa fille chez elle, le monde moldu étant décidément devenu bien trop dangereux. Un fait n'enchantant guère Aisling qui voyait déjà la dragonne s'immiscer à nouveau dans sa vie privée. Toutefois, cet incident l'avait vacciné et ce monde autrefois aussi le sien lui était devenu hostile. Déracinée, la blonde ne pouvait que penser aux parents moldus qu'elle avait, pourrait-elle les voir de sitôt ?  Très certainement pas, la situation n'étant pas partie pour s'améliorer. Et avec Alastar qui restait introuvable il fallut bien plusieurs semaines de peine intense pour que la guerrière ne remette le pied à l'étrier.

Nowaday  ❞Juin 2004 - Sainte-Mangouste

Profitant d'une pause bien méritée, la sorcière s'était calée sur l'un des sièges pliable du salon de thé au cinquième étage. Stagiaire depuis maintenant 2 mois à Saint-Mangouste le bilan n'était pas vraiment à la fête. Un conflit sanglant s'était engagé entre sorciers et moldus faisant déjà de nombreuses victimes. Alastar restait introuvable, pire encore, les pistes éventuelles à son sujet menaient encore et toujours plus loin Aisling dans des lieux mal fréquentés ou peu fréquentables, elle ne savait plus très bien, la fatigue n'y aidant pas. Sa relation avec sa mère était ce qu'elle était et toute excuse bonne à prendre pour fuir le domicile familiale. En parlant de domicile, Sainte-Mangouste était devenu le havre de paix de l'ancienne résistante qui n'aspirait qu'à aider et à se trouver une nouvelle voie. Néanmoins, l'on ne se refait pas, la sorcière faisant encore et toujours le contraire de ce que sa chère mère attend d'elle la blonde a décidée de se tourner du côtés des infirmiers. Un gâchis selon celle qui l'a mit au monde, rebutée par le peu de reconnaissance que l'on offre à cette profession. Mais peu importe pour Aisling qui se sent plus que jamais utile auprès des patients qui ont plus que jamais besoin de soutient. Un comble pour une jeune femme au caractère parfois quelque peu sauvage, enfin,  la sorcière n'était plus à une contradiction prêt. Pour l'heure, elle s'est assoupie sur son siège et jouit d'une  sieste qui bien que courte lui permettra de revenir en pleine forme auprès des patients.



Dernière édition par Aisling O'Mahoney le Sam 3 Juin 2017 - 11:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 15/04/2017
‹ messages : 346
‹ crédits : kiddo (avatar), astra (signature).
‹ dialogues : cadetblue


‹ âge : 19 ans (04.10.84)
‹ occupation : batteuse titulaire des Holyhead Harpies et étudiante en 1ère année en biologie et écolomagie sous-marine au Merge School
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : 1996-2003.
‹ baguette : en bois de châtaignier, elle mesure à peine vingt-deux centimètres et est toute fine. le cœur de sa baguette est une dent de Doxy (étonnement, c’est une créature qui lui ressemble beaucoup)
‹ gallions (ʛ) : 575
‹ réputation : looks like a cinnamon roll but could actually kill you
‹ particularité : waterbender
‹ faits : dans le milieu du Quidditch, elle est une joueuse assez atypique, feignasse invétérée, sous-estimée pour sa taille, 1m55 et ses 42kg. elle est une drama queen autant sur le terrain que dans la vie réelle. c'est la chouineuse et la lazy ass des Holyhead Harpies. obsédée par Witchy Kitty (et Hello Kitty aussi). c'est une peste. passionnée par le nail art.
‹ patronus : une chauve-souris
‹ épouvantard : mysophobe, son épouvantard représente une benne à ordures répandant tout son contenu dégueulasse un peu partout
‹ risèd : sa mère vivante et guérie et belle et aimante – elle l’a perdue en 2003 durant l'attentat de Ste-Mangouste mais vit encore assez mal la mort de sa mère, même si elle n’en parle pas
Voir le profil de l'utilisateur
j'aime quand les gens succombent aux dc jule re sur exci kr tu connais déjà le coin hinhin bon courage pour la rédaction de ta fiche firepétilleminikr

• • •

hazelnut ☽ your eyes are like sapphires sparkling so bright. they make the morning radiant and light.
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
avatar
‹ disponibilité : always
‹ inscription : 15/10/2016
‹ messages : 397
‹ crédits : aslaug
‹ dialogues : #666699.


‹ âge : vingt-huit (03/04)
‹ occupation : une fugitive, évadée d'Azkaban.
‹ maison : Serdaigle
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : m'a été prise au cours de la bataille de Pré-au-Lard (bois de houx, crin de sombral, vingt-cinq centimètres).
‹ gallions (ʛ) : 1053
‹ réputation : je suis une traitresse, que je n'ai pas de valeur, pas de principe, que je suis capable de retourner ma veste à tout moment et donc que je suis indigne de confiance.
‹ faits : j'étais en fuite depuis fin 1998 avant de m'allier aux Mangemorts pour retrouver la vie que je mérite, servant ainsi d'espionne pour le Magister au sein des insurgés. En juin 2003 ma couverture a sauté et je me suis consacrée à mon rôle de mangemorte avant d'être capturée le 27 septembre 2003 par Neville Longbottom. Enfin, je suis mère de deux enfants, Catelyn et Benjen, des jumeaux nés à la suite d'une grossesse niée pendant six mois.
‹ résidence : dans un cottage dans la campagne du Nottinghamshire.
‹ patronus : inexistant, bien qu'à une époque il ait pris la forme d'une chouette.
‹ épouvantard : la déception et la haine de l'homme que j'ai le plus trahi, le seul que j'ai jamais aimé.
‹ risèd : la vie d'avant la guerre, si parfaite, l'avenir encore brillant et depuis tout récemment s'ajoute à cette image deux bambins aux visages inconnus qui s'accrochent à moi.
Voir le profil de l'utilisateur
@Hazel Lynch a écrit:
j'aime quand les gens succombent aux dc jule

tu te sens moins seule dans ta schizophrénie c'est ça ? chou
(je sais, j'peux pas parler, mais………)

re-bienvenue chou chou
j'aime trop le prénom, hâte de voir ce que tu nous réserves craque craque

• • •

With every heartbeat I have left I will defend your every breath, and I’ll do better.’Сause you are loved. You are loved more than you know. I hereby pledge all of my days to prove it so. Though your heart is far too young to realize the unimaginable light you hold inside
Revenir en haut Aller en bas

OUTCAST • all hail the underdogs
avatar
‹ inscription : 11/11/2016
‹ messages : 173
‹ crédits : wicked game.
‹ dialogues : lightblue.
‹ liens utiles :
‹ âge : 16 ans
‹ gallions (ʛ) : 537
Voir le profil de l'utilisateur
Saaaaame j'aime trop ce prénom chou et cette meuf sexy qui s'annonce originale vu ton début jule REBIENVENUE parmi nous avec ton nouveau bébé, bon courage pour ta fiche superman

• • •

We Found Love in a hopeless place
mine, mine, mine • It's like you're screaming, and no one can hear. You almost feel ashamed that someone could be that important, that without them, you feel like nothing. Yellow diamonds in the light, now we’re standing side by side as your shadow crosses mine, what it takes to come alive.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Hazel : chuis d'accord avec Penelope hehe enfin bien que comme elle le dit elle peut parler What a Face.  Ceci dit moi aussi je peux parler, j'ai déjà une idée de troisième compte  facepalm  Merci pour ton accueil sinon trognon kr

Penelope : merciiii kr Le plus drôle c'est que pour une fois j'ai pas galérer à trouver, prêtre parce que c'est que la 3 ème fois de ma vie que j'ai un perso Irlandais mdr J'espère que la suite de décevras pas alors trognon

Indiana : Il a du succès ce prénom tiens donc trognon Et ça pour être sexy hehe Je risque juste un peu de pleurer pour les ressources :russe:  Et merciiiiii kr (je risque de venir vite te trouver par mp histoire de donner du taf à Ardal, c'te cruche s'est fait ratiboiser sa baguette  :russe: )

Eyh je viens de remarquer, pour le moment on est qu'entre filles là  hehe
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 29/11/2016
‹ messages : 342
‹ crédits : moony.
‹ dialogues : lightsteelblue (design foncé), steelblue (design clair).


‹ âge : 24 ans
‹ occupation : criminel en période de probation | apprenti Mage Social.
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : 1991 - 1994.
‹ baguette : a été brisée à son emprisonnement à Azkaban. A sa libération, on lui a refilé une merde complètement bridée, de 25cm, taillée dans du noyer et contenant un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 829
‹ réputation : on dit que c'est un délinquant, une petite frappe qui essaye de retrouver une vie normale, décente. Les anciens SM et les autres gangs du Londres Sorcier disent que c'est un traître, un vendu.
‹ particularité : c'est un maître du feu, le seul de sa famille puisqu'ils appartiennent tous à la tribu de l'eau.
‹ faits : il était le n°2 des shadow moses, qu'il a créés aux côtés de mood - mais ce dernier l'a trahi et il a passé un an et demi à azkaban - à son retour, mylan a décidé de quitter le gang - il a fait tout un tas de trucs nuls et c'était pour survivre, mais ça pèse lourd sur sa conscience - il ne supporte plus d'être enfermé - il est extrêmement tactile mais surtout, il a besoin qu'on le touche, qu'on lui rappelle qu'il est vivant - il ne ressent pas la douleur et ça le rend dangereux, mais c'est extrêmement pénible à vivre - il mange sans arrêt, adore cuisiner - il aime les chiens, déteste les chats - il ne supporte pas d'avoir froid - c'est un nabot, mais faut surtout pas lui dire, il déteste qu'on lui rappelle sa petite taille - il sait parler coréen, mais c'est un peu rouillé - il a deux petits frères qui sont sa seule famille, puisque ses parents et son aîné l'ont renié - il veut sortir les mômes de la rue, les aider avant qu'ils se retrouvent avec un casier judiciaire long comme le sien.
‹ résidence : techniquement, dans un appart' miteux au Chemin de Traverse, en réalité, chez Heath Ravka.
‹ patronus : il n'a jamais appris à en faire un.
‹ épouvantard : lui, dans sa cellule vide et glacée à Azkaban, privé de tous ses sens.
‹ risèd : lui, entouré de ses proches.
Voir le profil de l'utilisateur
du coup j'viens casser l'ambiance avec un peu de testostérone yeah

rebienvenuuuuuue ! hâte d'en découvrir plus sur la demoiselle et comme les autres, j'approuve le choix de prénom kr

bon courage pour ta fiche. gaah

• • •


set the world on fire
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Un petit peu alors, parce que Suga hehe Oui je suis une vilaine Army

Merciiiiiiiii kr Je pense pas m'être gouré pour le prénom du coup, parfois l'instinct ça a du bon :russe:
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 31/12/2016
‹ messages : 188
‹ crédits : nelliel.
‹ dialogues : chocolate


‹ âge : 26
‹ occupation : au chômage, pour le moment, il ne sait pas tellement quoi faire de ses dix doigts. Shin était Oubliator, et Nazir Chasseur de Trésors, autant dire que ça n'a rien à voir.
‹ maison : Shin était à Serdaigle et Nazir à Gryffondor.
‹ scolarité : 1989 et 1996.
‹ baguette : Nazir & Shin ont tous les deux perdu leur baguette, il a fallu leur en trouver une nouvelle : 29cm, taillée dans du saule, contenant une moustache de Tanuki.
‹ gallions (ʛ) : 388
‹ réputation : on disait de Shin qu'il était intelligent, calme, discret, le genre de mec pas chiant, pas intéressant non plus. De Nazir, on disait que c'était une tête brûlée, un cancre, un type violent parmi les Insurgés, mais efficace. Aujourd'hui, les deux sont un peu morts, alors on en parle beaucoup, mais sans trop savoir quoi dire.
‹ particularité : c'est un Métamorphomage, mais il ne sait plus du tout contrôler son don et le tatouage qu'il a dans le dos l'empêche de l'utiliser correctement. C'est également un Maître de l'Air, qui a tout à réapprendre.
‹ faits : shin s'est marié jeune et a eu une gamine qui a maintenant six ans, Sun - sa femme et sa gosse, c'était tout pour lui - c'était un mec brillant, capable de parler trois langues (anglais, coréen & japonais) très à cheval sur son éducation stricte et rigoureuse, très branché culture asiatique - mais shin a été capturé par le gouvernement en 2001 et est devenu le cobaye du département des mystères - ils ont trafiqué son corps, joué avec son don de métamorphomage, ont fait de lui l'espion ultime - en 2002, il est devenu Nazir Peterson, Insurgé Belliqueux, meilleur ami d'Angelina Johnson - aujourd'hui, il ne sait plus qui il est, Shin ou Nazir, les deux ?
‹ résidence : il vit au Manoir Moriyama, sa famille ne veut pas le laisser tout seul après ce qu'il a vécu.
‹ patronus : informe désormais, autrefois il prenait la forme d'un porc-épic, il paraît que celui de Shin avait la forme d'une tortue géante
‹ épouvantard : un miroir, le plus souvent reflétant les traits de Shin.
‹ risèd : il se voit sous les traits de Nazir, avec Rocket et Doxy.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6866-shin-reflection
COMMENT CA UN PETIT PEU????

QUI TU TRAITES DE NABOT????

quoi c'était pas ça???

(azy jrage même pas sous l'bon compte mais osef mdr)
en plus j'floode.
mal. yeah

• • •

Bodies fill the fields I see, hungry heroes end. No one to play soldier now, no one to pretend. Running blind through killing fields, bred to kill them all. Victim of what said should be, a servant 'til I fall. Soldier boy, made of clay, now an empty shell. (disposable heroes)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Aisling O'Mahoney ∆ All cats are grey in the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» All cats are grey in the dark [PV Adriann]
» [Grey's Anatomy RPG]
» Grey's Anatomy
» Grey Knights
» Mod Blue and Grey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Leaky cauldron ”
I know chasing after you is like a fairytale
 :: Présentation; walk the line :: aux oubliettes
-