Partagez | .

sujet; SIRIUS • back from the dead.
MessageSujet: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:16

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 148
‹ crédits : SCHIZOPHRENIC.
‹ dialogues : lightseagreen


‹ âge : apparemment, il a 44 ans, mais il est mort à 37 alors c'est un peu compliqué.
‹ occupation : parasite (again).
‹ maison : il était à Gryffondor.
‹ scolarité : de 1971 et 1978.
‹ baguette : il n'en a plus.
‹ gallions (ʛ) : 747
‹ réputation : on dit qu'il est mort ? sauf que hé, surprise, ce n'est plus le cas ! ex-taulard, on le disait taré, on disait que c'était un sale traître sauf que finalement, c'était pas lui. bref, on dit beaucoup de choses fausses, visiblement.
‹ particularité : animagus, il se transforme en gros chien noir.
‹ faits : il a passé 12 ans à Azkaban et est le premier à avoir réussi à s'en échapper - c'est le parrain du Sauveur alors show some respect, dickheads - il a passé 8 ans dans le Voile et est aussi le premier à avoir réussi à s'échapper (sauf que ça, il sait pas trop comment il a fait) - on dit qu'il est bloqué dans le passé et c'est peut-être un peu vrai, mais on va dire qu'il a le droit - le voile s'est entiché de lui et veut le récupérer mais not gonna happen.
il se sent bien souvent plus à l'aise quand il se transforme en clébard que quand il est humain (les émotions, c'est assez dur à gérer dernièrement) - il est super bon en métamorphoses et c'est aussi un très bon duelliste.
‹ résidence : 12 square grimmauld.
‹ patronus : un gros toutou.
‹ épouvantard : le voile.
‹ risèd : ses amis, heureux et accomplis.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7143-sirius-the-shooting-star
Sirius Orion BlackSo give me hope in the darkness that I will see the light
☇ Avis sur le contexte : Autant dire que Sirius ne sait pas grand-chose. Il sait que le Ministère est toujours aussi pourri et qu'il les méprise royalement. Il sait que Voldemort a enfin été vaincu et que ça a pris des années, que beaucoup - trop - sont morts et qu'encore une fois, le monde sorcier part à la dérive parce qu'il y a toujours des assoiffés de pouvoir pour profiter de ce genre de situations. Il sait qu'il y a un problème avec la magie et que c'est pour ça qu'il est là.
Bref, il sait qu'encore une fois le monde ne tourne pas rond. Il ignore juste encore à quel point.  
❝ We're running in circles again ❞wizards ; perso de la saga

☇ nom & surnom(s) ; les Black ont toujours eu cette fascination étrange pour les constellations et c’est pourquoi la plupart des membres de cette famille portent des noms d’étoile. Lui, il a eu droit à Sirius, comme deux autres avant lui (car oui, il y a des tas d’étoiles dans le ciel mais apparemment pas assez pour faire preuve d’originalité ???). Il a toujours pensé que c’était une autre preuve de la mégalomanie dont semblent atteints tous les Black. En deuxième prénom, il a eu droit à Orion, comme son père. Après tout à l’époque, ils ne pouvaient pas deviner la déception qu’allait être leur fils. A cause de sa forme d’animagus, les autres Maraudeurs se sont mis à l’appeler Padfoot (parfois raccourci en Pads) un surnom qu’il a continué d’utiliser au sein de l’Ordre du Phénix. Et puis pour son filleul, il a aussi été Snuffles, lorsqu’il était encore un fugitif. ☇ naissance ; il a vu le jour le 3 novembre 1959, à l’hôpital Ste Mangouste. ☇ ascendance & origines ; parce qu’il a bien fallu ramener un peu de sang neuf pour éviter la consanguinité pure, Sirius possède quelques origines italiennes du côté de sa grand-mère paternelle. Il a également du sang écossais, gallois, probablement un peu d’irlandais. Mais ce qui comptait, c’était qu’il soit de sang pur et il n’y a pas de doute à ce sujet, puisque ses parents sont cousins au second degré. ☇ métier ; avant d’être jeté à Azkaban pour un crime qu’il n’a pas commis, Sirius a décidé de voyager, faire le tour du monde. Il ne savait pas précisément ce qu’il voulait faire plus tard, sinon peut-être essayer de faire changer la manière dont les gens traitent les loups-garous. Mais la guerre l’a empêché de trouver le métier idéal et ensuite, la vie de prisonnier puis de fugitif de lui a jamais permis d’exercer le moindre métier. Aujourd’hui encore, Sirius n’a rien de concret, rien de stable. ☇ camp ; Sirius est un moderniste, il part du principe que moldus et sorciers peuvent parfaitement vivre en harmonie si chacun décide d’y mettre du sien. C’est peut-être un peu naïf de sa part, mais il a vu ce que la peur et la colère font aux hommes, il n’a pas envie d’en faire partie lui aussi. ☇ réputation ; il est passé du jeune héros courageux à l’ennemi public numéro 1 en une fraction de seconde. On l’a dit fou, mauvais et peut-être que c’est en partie vrai, on ne passe pas douze ans à Azkaban sans perdre un peu l’esprit, sans voir son âme être noircie. Aujourd’hui, certains le considèrent comme un miracle, les autres une erreur, un imposteur. Lui-même ne sait plus trop ce qu’il est alors autant dire qu’il se fiche pas mal des rumeurs. ☇ orientation & état civil ; il aime autant les femmes que les hommes, la bisexualité de Sirius n'était pas vraiment un secret pour ses amis les plus proches. Ça fait des années qu’il est célibataire, autant dire que passer la moitié de sa vie à Azkaban, puis fugitif, ne l’a pas tellement aidé à se poser avec qui que ce soit. Mourir encore moins. ☇ rang social ; difficile de mettre un nom sur ce qu’est Sirius aux yeux de la société. Ancien prisonnier, ancien fugitif, puis héros de guerre à titre posthume et maintenant… maintenant quoi ? Simple civil probablement. ☇ baguette ; sa baguette mesurait 28 centimètres, était taillée dans de l’ébène et contenait un ventricule de dragon. Elle a été brisée en petits morceaux quand il a été emprisonné à Azkaban. Après cela, Sirius a été contraint d’utiliser des baguettes… empruntées à d’autres sorciers. Il n’a pas encore reçu l’autorisation de se payer une nouvelle baguette – faut dire qu’il n’a pas non plus l’argent, puisqu’il dépend entièrement de son filleul – mais ça ne saurait tarder. ☇ épouvantard ; le voile et ses voix distordues qui le rappellent. ☇ risèd ; ses amis et la vie heureuse qu’ils auraient avoir.  Lily et James, souriants et entourant Harry. Remus et son sourire. Il voit aussi Alice, Frank, Arthur, Molly, Marlene, il voit... Il voit Regulus, il voit même Peter, avant tout ça. ☇ patronus ; un gros chien semblable à celui qu’il est lorsqu’il se transforme en animagus. ☇ particularités ; Sirius est un animagus depuis qu’il a quinze ans. Il est capable de se transformer en un gros berger belge Groenendael. Parce qu’il a toujours été particulièrement doué pour les Métamorphoses et à force de s’entraîner, Sirius n’a même plus besoin de baguette magique pour se transformer. ☇ caractéristiques ; Sirius possède de nombreux tatouages. Il a commencé à seize ans, un autre acte de rébellion qui aurait rendu sa mère complètement folle de rage si elle l’avait su. Il a fait faire la plupart dans les différents pays du monde où il a voyagé. La majorité de ses tatouages sont des runes anglo-saxonnes et des symboles alchimiques.  ☇ animaux ; c'est lui l'animal, il paraît. ☇ objets connectés ; il n'a pas tellement eu l'occasion de se pencher sur tout ça pour le moment.

☇ Anecdotes & infos ; aristocracy • les Black font partie des familles de sang pur les plus anciennes. De nombreuses autres familles faisant aujourd'hui partie des Vingt-Huit Sacrées descendent elles-mêmes de la famille Black. La mère de Sirius aimait penser qu'ils sont les descendants du Premier Sorcier, la famille originelle et tout le touintouin (Sirius adorait lui rappeler que tous les sorciers sont forcément les descendants du Premier Sorcier ou whatever, ça la rendait folle de rage). En tout cas, les Black étaient influents et les autres familles gravitaient autour d'eux, ce qui n'était pas pour arranger leur ego. Immensément riches et influents, les Black ont longtemps été à la tête du monde sorcier - Ministres, Directeurs de Poudlard, chefs de départements, etc... - et même lorsqu'ils n'étaient pas directement à la tête de quelque chose, les différents mariages et alliances leur ont toujours assuré d'avoir un pied dans tout ce qui rime avec pouvoir dans le monde sorcier. Alors Sirius a été élevé comme s'il était un véritable petit prince. Tout a été mis en place pour qu'il soit parfaitement éduqué, cultivé, impeccable en société. Il a très vite craché sur tout ça et la vie qu'il a menée l'a radicalement changé, mais des années de rébellion n'ont pas suffi à tout effacer. Ça se voit dans sa façon de se tenir, de se mouvoir. Sirius ne peut nier qu'il est né avec une cuillère en argent dans la bouche, il ne peut masquer ce côté terriblement précieuse qui resurgit parfois sans prévenir. Sirius est une drama queen et adore être le centre de l'attention. C'est un charmeur, un séducteur, parce qu'on lui a toujours enseigné qu'il fallait plaire, que c'était vital. Il a appris à vivre avec rien, parce qu'il n'avait pas le choix, mais Sirius reste fait pour les beaux vêtements, l'excellente nourriture et la vie de luxe.
STARVED BOY • son père ne lui parlait que pour lui faire la leçon. Sa mère, pour lui enseigner tout ce qu'il devait savoir, et pour le réprimander. Ils ne le touchaient que lorsque c'était nécessaire, ou pour le réprimander. Il devait être calme, sage, silencieux. Il devait apprendre et se taire. Il devait répéter ce qu'on lui disait, et non exprimer ses idées. Sirius a grandi dans un environnement complètement aseptisé qui l'a rendu terriblement timide, terrifié à l'idée de dire ou de faire une bêtise. Sirius a longtemps pensé qu'il était une gêne et qu'il devait se faire le plus discret possible.
Et puis il est entré à Poudlard. Il a rencontré James Potter, qui lui a fait prendre conscience que ce n'était pas lui le problème, mais ses parents. Il lui a montré qu'il n'y avait rien de plus gratifiant que d'être soi-même. Alors c'est ce que Sirius a fait. Il s'est mis à tout faire pour qu'on le remarque, pour qu'on lui donne l'attention dont il avait manqué toutes ces années. Parler et rire fort, faire des conneries, tout ça n'était qu'un prétexte pour qu'on le voie.
Sirius avait besoin de briller, il avait besoin qu'on l'aime alors il a tout fait pour. Il est devenu bruyant et exubérant. Il n'a plus jamais hésité à montrer son affection pour les autres, afin d'en recevoir en retour. Sirius est terriblement tactile, parce qu'il a manqué de ça durant toute son enfance. Une main sur l'épaule, dans les cheveux, un bras passé autour du cou, il adore toucher les gens qu'il aime et il peut en devenir étouffant, mais c'est comme ça qu'il fonctionne.
THE MUSICIAN • à quatorze ans, Sirius a décidé d'apprendre à jouer de la guitare. Il savait déjà jouer du piano grâce aux leçons que sa mère lui a fait prendre dès l'âge de sept ans mais a finalement décidé de se tourner vers la guitare. L'instrument ne trouvant pas grâce aux yeux de ses parents, c'était encore un autre moyen de jouer au rebelle, son activité préférée lorsqu'il était adolescent. Surtout qu'il a rapidement délaissé les morceaux sorciers, pour se tourner vers la musique moldue, un véritable crime aux yeux de ses parents et il était hors de question qu'il ramène l'infâme instrument à la maison, alors c'était James qui le gardait, pendant les vacances scolaires. Au début, c'était aussi un bon moyen pour impressionner les filles et autant dire que Sirius en a beaucoup joué. Mais au fur et à mesure, c'est devenu un très bon exutoire, un moyen pour lui d'échapper à tout ce qui n'allait pas.
70s teenager •  une fois qu'il a découvert ce monde dont il ignorait tout à cause de l'éducation qu'il a reçue, Sirius s'est vite retrouvé passionné par les moldus. Ça a commencé par la musique et c'est devenu tout un tas de choses, lorsque Lily a rejoint le tableau. Une fois leurs études terminées et avant que les Potter ne se passent la corde au cou, les Maraudeurs et Lily ont énormément voyagé dans tout le Royaume-Uni et même à l'étranger, notamment pour échapper ne serait-ce que quelques jours à la guerre qui faisait rage dans le monde sorcier. Difficile de croire qu'ils ont réussi à entraîner Remus dans des festivals de rock moldu complètement wilds et pourtant ! Ils ont bien failli y perdre Peter plus d'une fois, Sirius n'a jamais autant pécho qu'à l'époque et James et Lily étaient tellement dingues une fois lâchés. Il y a eu des photos. D'eux dans des fringues improbables, avec des coupes de la honte, en train de trinquer et d'hurler et de se trémousser. Elles se sont perdues, pour la plupart dans la destruction de la maison des Potter, celle des affaires de Sirius après son emprisonnement. Peut-être que Remus en a encore, quelque part ?
leather jacket & motorbike • le blouson en cuir de Sirius Black, c'était un peu une légende. Il l'a trouvé parmi sa pile de cadeaux à Noël 76 et quand il l'a déballé, James lui a lancé avec un grand sourire qu'il allait pouvoir rendre sa mère complètement folle en portant un truc aussi moldu. Sirius en a presque pleuré de joie et c'est limite s'il ne dormait pas avec, tellement il aimait ce blouson en cuir. Il l'a gardé pendant des années, si bien qu'il est devenu impossible de dissocier Sirius de ce blouson en cuir. En 78, il a complété l'attirail avec une moto moldue qu'il a retapée et trafiquée lui-même pour qu'elle puisse voler et faire tout un tas de trucs stylés. James et Sirius ont fait tellement de conneries avec cette moto, que Lily, enceinte de six mois, a dû les récupérer à un poste de police moldu à trois heures du matin, une fois. Autant dire qu'elle n'a pas aimé. du tout. La moto, il l'a donnée à Hagrid pour qu'il emmène Harry auprès de Dumbledore. Quant à la veste, on lui a arrachée des épaules quand on l'a jeté à Azkaban sans même un procès. Il suppose qu'ils l'ont détruite, brûlée, comme tout ce qui était à lui.
the marauders • Les liens du sang ne veulent pas dire grand-chose, pour Sirius. Il ne s’est jamais senti à l’aise dans sa famille et c’est en entrant à Poudlard et en rencontrant James, Remus et Peter, qu’il a compris pourquoi. Il lui manquait quelque chose d’essentiel, que ses parents n’ont jamais été en mesure de lui donner. Il blâme des siècles de conditionnement, de bourrage de crâne et il est terriblement reconnaissant d’avoir eu l’opportunité de découvrir autre chose. De voir le monde tel qu’il est vraiment, à travers ses propres yeux et non ceux de ses parents. Sa famille, Sirius l’a choisie. Ce sont les Maraudeurs, Lily, Harry. Ces gens qui ont fait irruption dans sa vie bien rangée pour y foutre un bordel monstre et la rendre réelle.
Des années passées à Azkaban et la culpabilité ne sont pas les seules raisons pour lesquelles Sirius est incapable de passer à autre chose. La trahison de Peter, c’est son propre frère qui lui a planté un couteau dans le dos. Quand James et Lily sont morts, il a perdu les piliers de son existence. Ceux qui lui ont permis de devenir quelqu’un de meilleur. Sa famille a été massacrée et Sirius n’arrive pas à les laisser partir. Harry et Remus sont tout ce qui lui reste et c’est pour ça qu’il est resté coincé. Il n’a pas fini, il ne peut pas les laisser et pour eux, Sirius se rebellera même contre la Mort.
Transfiguration • Sirius a tout de suite montré une facilité déconcertante à pratiquer la Métamorphose. Difficile pour le Professeur McGonagall de vraiment en vouloir à cet élève turbulent, alors qu'il était le premier de sa classe. Les transformations, ça lui parle. Ce n'est pas pour rien qu'il a réussi à devenir un Animagus à l'âge de quinze ans. Aujourd'hui, c'est presque naturellement qu'il passe de Sirius à Padfoot, il n'a même plus besoin d'une baguette magique pour le faire. La Métamorphose étant une des branches les plus compliquées de la magie, elle demande beaucoup de travail et de sérieux, deux choses dont Sirius est parfaitement incapable. Mais son talent naturel a toujours largement compensé. Autant dire que ça faisait beaucoup rager le Professeur McGonagall, qui ne cessait de répéter qu'il pourrait être brillant s'il faisait un effort.
memories • des années passées à Azkaban, à se faire absorber tous ses souvenirs heureux par les Détraqueurs, ont largement endommagé la mémoire de Sirius. Son séjour dans le Voile n'a rien aidé. Il n'est pas amnésique, c'est juste que parfois... il ne sait plus trop où il est, quand il est. Il confond, il s'emmêle, il a des moments d'absence. Il sait que Lily et James sont morts, c'est juste que parfois, il a l'impression qu'il les a vus hier pour la dernière fois. Sirius déteste ça, il a l'impression de perdre complètement la raison et d'être une fois de plus un fardeau, une espèce de relique inutile empêtrée dans son passé.
the veil • il n'était pas censé se trouver là. Mais il n'était pas censé en sortir non plus. Pas dans le sens-là, en tout cas. Il est mort et il aurait dû le rester. Alors le Voile le rappelle.
Il n'a pas complètement lâché son emprise sur lui et Sirius peut la sentir. C'est un froid qu'il n'arrive pas vraiment à déloger de ses os, c'est le sommeil qui le fuit parce que ses nuits sont peuplées de cauchemars. Les voix qui l'appellent. Sirius est marqué et il lutte, chaque jour il lutte, parce qu'il ne retournera pas là-bas, mais quelque chose l'y pousse et c'est insupportable.

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi MOONY|Marion. J'ai 24 ans, je viens de nancy et j'ai connu le forum via toujours les mêmes gueuses. Si tout va bien vous me verrez connecté(e) x jours sur 7. Pour les membres désirant être parrainés uniquement : rendez-vous dans cette catégorie et postez dans le sujet "être parrainé". Pour les scénarii uniquement : j'ai l'aval du créateur concernant ma fiche [] oui / [] non.

JAMES POTTER  ❞1971

poudlard express. Sa cousine est là, il l’a vue monter à bord du Poudlard Express en compagnie de ses amies, après avoir salué ses parents. Sirius aime bien Narcissa. Andromeda est trop exubérante et il ne sait pas trop quoi faire en sa présence. Quant à Bellatrix, il la déteste. Mais Narcissa est plus calme, plus douce. Elle lui sourit toujours gentiment et elle ne le traite jamais comme un enfant débile, contrairement à Bella. Alors il pourrait aller s’asseoir avec elle, ils sont cousins après tout. Mais elle est avec ses amies et il ne veut pas la déranger. C’est pour ça qu’il est planté dans le couloir du train depuis dix bonnes minutes, alors que l’engin a déjà quitté la gare. Toutes les cabines sont occupées de gens qu’il ne connaît pas, qui parlent fort, rient. Il n’a pas l’habitude du bruit. C’est toujours très calme au manoir, sauf quand il fait une bêtise et que Mère se met à hurler. Alors Sirius associe forcément le bruit à quelque chose de négatif. De douloureux, même.
Il avance dans l’étroit couloir, jette des coups d’œil un peu désespéré dans les cabines à côté desquelles il passe, mais elles semblent toutes trop remplies à son goût. Alors il finit au bout du train et là il y a un peu plus de place. Il y a un garçon aux cheveux noirs qui se dressent dans tous les sens et des lunettes sur le nez. Un petit tout rondouillard qui a l’air de beaucoup transpirer et Sirius retrousse le nez malgré lui. Et puis il y a un dernier garçon, avec des cheveux châtains et un air très fatigué, timide. C’est celui qui a les cheveux noirs qui fait la conversation pendant que les deux autres écoutent, l’un avec dévotion, l’autre avec réserve.

Le garçon à lunettes remarque sa présence et lève la tête, cesse de parler. Sirius sursaute et s’apprête à faire demi-tour, mais déjà, l’autre a ouvert la porte du compartiment et lui adresse un grand sourire. « Hey ! You’re a first year too, right ? It’s sooo crowded out there ! Wanna take a seat ? » lui demande-t-il précipitamment et Sirius cligne plusieurs fois des yeux, un peu perturbé par son flot rapide et enthousiaste de paroles. Il hésite, regarde le couloir puis reporte son attention sur le garçon, qui le regarde avec le même sourire aux lèvres. « I- hm. » Mère déteste quand il bafouille bêtement, alors il se redresse. « Yes, please, it’s very kind of you to offer, » déclare-t-il posément.
Le gamin à lunettes fronce un peu les sourcils, mais l’attrape par la manche et l’attire à l’intérieur. « I’m James, by the way ! And this is—Peter, and Remus, right ? » lance-t-il et les deux autres hochent la tête. Sirius est un peu déstabilisé par sa façon de faire les présentations. Il manque quelque chose de très important. Quand on se présente, on donne son prénom et son nom de famille. C’est essentiel, de donner son nom de famille, ça permet aux autres d’immédiatement savoir à qui ils s’adressent. C’est Père qui le dit. « I’m Sirius Black, pleased to meet you, » déclare-t-il avec un hochement de tête poli. Il observe la cabine et décide qu’il ne peut définitivement pas s’asseoir à côté de celui qui transpire trop, alors il choisit celui qui s’appelle Remus, décidant que son prénom est de loin le plus intéressant. Et puis, il ne transpire pas, lui.

« I’m so excited ! I hope I’ll be a Gryffindor, my parents both were in Gryffindor, you know ? Dumbledore too, and he’s such a great wizard ! » s’exclame James en retournant s’asseoir à côté de Peter. Sirius regrette instantanément d’avoir accepté de s’asseoir ici. D’abord, parce que James parle beaucoup trop fort. Ensuite, Gryffondor ? Il ne peut pas rester en compagnie d’un Gryffondor, il sait que les Serpentards ne s’entendent pas du tout avec eux et Sirius ira forcément à Serpentard. Toute sa famille y est allée. Oh Mère serait tellement déçue de le voir s’asseoir avec des imbéciles qui pensent que Gryffondor est la meilleure maison. « What about you guys ? » demande-t-il. Peter hausse les épaules. « Dunno, I guess it doesn’t really matter, does it ? » « Of course it matters ! Your house says a lot about who you really are ! Gryffindors are brave and loyal, Ravenclaws  are studious and wise, Hufflepuffs are dedicated and kind, and Slytherins are ambitious and mean. » Sirius fronce les sourcils. « Ambitious and cunning. They’re clever, they know what they want and they do everything to get it. They’re not mean, » le corrige-t-il brusquement.
James lui lance un regard hautain. « All Dark Wizards were in Slytherin. It is known, » réplique-t-il sèchement. « There’s this guy, he’s all over the news, Voldemort ? Well, he was a Slytherin. » Sirius pince les lèvres. Il a entendu parler de Voldemort, oui. Ses parents le mentionnent souvent ces derniers temps, il les a rarement vus aussi enthousiastes. « It’s stupid to believe everything the Daily Prophet says. That’s what my mother says. » « They say he killed people, that’s mean. Slytherins are mean. » « Fine. Whatever, » réplique Sirius.

Il se lève brusquement et quitte la cabine. Stupide Gryffondor.


the great hall. C’est impossible. Il ne comprend pas. Il est certain d’avoir mal entendu et pourtant ils sont là, à applaudir comme des demeurés à la table des Gryffondors. Au prix d’un immense effort, Sirius tourne la tête vers celle des Serpentards pour se retrouver face à des visages impassibles, d’autres qui le fixent froidement, et enfin tous ceux qui savent très bien qui il est, qui murmurent et le regardent avec dégoût. « Mr Black ? » appelle la voix de McGonagall qui tient le maudit Choixpeau dans sa main et Sirius a envie d’y mettre le feu. Il se lève et fait de son mieux pour ne pas vaciller, ne pas trembler. Dans la foule d’élèves pas encore répartis, il aperçoit la chevelure en bataille de l’autre et en-dessous, un petit sourire en coin. Il a envie de le frapper. Mais Sirius reste digne, il traverse l’estrade, en descend et rejoint la table des Gryffondors. Ils sont tous si heureux, lui font une place et quelqu’un lui tapote l’épaule et il déteste ça.

Sirius s’assoit et fixe l’assiette vide devant lui. Ses oreilles bourdonnent et bien vite, il n’entend plus rien. Ses parents vont le tuer. Le garçon a envie de pleurer, mais ce serait pathétique, alors il ravale ses larmes, de toutes ses forces.


the great hall. Ses mains tremblent. Il a beau essayer d’arrêter de trembler, il n’y arrive pas. Il tremble tellement qu’il n’arrive pas à finir la lettre parce que les mots deviennent flous et il devrait probablement arrêter de lire ce flot de haine mais il n’y arrive pas, quelque chose le force à tout lire jusqu’au bout, comme il a toujours écouté sa mère hurler même lorsqu’il n’en pouvait plus. Sirius sait que les mots peuvent faire mal, Mère a toujours su parfaitement les employer dans ce but, mais il ne pensait pas que ça pouvait un jour être à ce point. Il ne pensait pas qu’un jour, elle irait jusque-là.
Elle sait. Bien sûr qu’elle sait. Il ne lui a pas écrit, ne lui a pas annoncé la terrible nouvelle, mais bien sûr que quelqu’un l’a fait pour lui. Il ne sait pas si c’est Narcissa, ou si un autre Serpentard l’a dit à ses parents, qui sont allés le raconter aux siens, mais Sirius les hait. « Sirius ? » fait une voix à côté de lui et le garçon redresse brusquement la tête, réalise que plusieurs regards sont tournés vers lui mais surtout, qu’il pleure. Il s’essuie le visage d’un revers de manche avec empressement et froisse la lettre avant de la ranger précipitamment dans sa poche. « Was it bad news ? » demande doucement Remus, l’air sincèrement inquiet. Ça fait une semaine qu’ils partagent le même dortoir – lui, Remus, le petit gros qui transpire et l’autre idiot à lunettes, bien sûr qu’il se retrouve avec eux ! -  et Lupin est probablement celui que Sirius méprise le moins. « It’s nothing, » réplique-t-il sèchement. « It doesn’t look like nothing, » insiste Remus et le garçon pince les lèvres. « None of your business, Lupin. » Son ton sec tire une mine triste à l’autre garçon qui s’écarte. « Hey, don’t be an ass, » intervient Potter et Sirius serre les dents.

Il n’a plus faim, de toute manière. Il ne voit même pas pourquoi il reste là. Sirius se lève et s’empresse de quitter la Grande Salle.


the boys' dorm. « So, your mum’s not very nice, » lance James depuis son lit. Sirius se fige dans l’entrée du dortoir et écarquille les yeux en le voyant brandir une lettre froissée. Sa lettre. « Where did you get that ? » siffle-t-il avec venin, sa main allant déjà chercher sa baguette dans la poche de sa robe de sorcier. « Went through your stuff, » lâche James d’un air détaché. Sirius tremble de rage, quand il pointe sa baguette sur l’autre garçon. « Give it back. » Potter fait la moue, baisse les yeux sur la lettre. « Why d’you want to keep it ? It’s full of hate and stupid things, I’d burn it if I were you. » Sirius s’avance, sa baguette toujours pointée sur lui. « It’s none of your fucking business ! Give. It. BACK ! » hurle-t-il, un sort au bord des lèvres quand la porte du dortoir s’ouvre brusquement sur Remus. « What’s going on here ? » demande le garçon, les sourcils froncés. « He went through my things ! He stole my letter ! » vocifère Sirius et Remus lance un regard sombre à James. « Why did you do that, James ? » Potter hausse les épaules. « I wanted to know why he was so upset. His mother’s not happy because he ended up in Gryffindor. How stupid is that ? » s’exclame-t-il, les sourcils froncés. « SHUT UP ! » hurle Sirius. Il laisse tomber sa baguette et se jette sur James, pour l’empoigner par le col, mais avant qu’il puisse lui mettre son poing dans le visage, Remus l’attrape et le tire en arrière.
Sirius ne s’attend pas à ce qu’il possède autant de force et ils tombent tous les deux lourdement. « Let me go ! » s’exclame Black, mais Lupin tient bon. « James ! Give it back to him and apologize ! » s’exclame le garçon. James redresse le col de sa chemise et se lève, avant de jeter la lettre au visage de Sirius. « Here’s your stupid letter, » crache-t-il avant de les contourner pour partir, mais il s’arrête avant de sortir du dortoir. « You know what ? I don’t like you, but that thing ? You really should burn it. Who hates their kid because of the stupid house they got in ? If the Sorting Hat decided to put you here, he had his reasons. I fail to see them right now, be he had them. You should be proud of your house. I don’t know your mother, but she’s a bitch for saying thoses things to you, » déclare-t-il sèchement avant de quitter la pièce.

Une fois que Remus l’estime suffisamment loin, il relâche enfin Sirius, mais ce dernier ne bouge pas. Il a les yeux rivés sur la lettre qui a atterrit sur ses genoux. L’autre garçon l’observe silencieusement et semble réfléchir à ce qu’il doit dire. « What he did was wrong, » murmure-t-il enfin. « But he’s right, you know ? You should burn it. Parents are not supposed to hate their children, no matter what they do. » Sirius détache enfin son regard de la lettre, pour lever la tête vers Remus.

« I know, » hoquète-t-il d’une voix misérable, alors qu’il commence peu à peu à le comprendre.

Remus referme ses bras autour de lui et l’étreinte le crispe, il ne sait pas trop quoi faire, mais alors que les larmes lui brûlent les yeux, Sirius décide qu’il en a assez de sans cesse les retenir. Alors il agrippe la chemise de Remus, dans son dos, et il les laisse couler silencieusement.


the great hall. Congratulations, nephew !
Red and gold probably look very good on you.
- Uncle Alphard.


« You look weird, Black. Don’t tell me your mother wrote stupid things again ? » lance James en se penchant vers lui. Sirius redresse la tête et croise son regard curieux. « I—No, » bafouille-t-il un peu et avant de s’en vouloir, il se rappelle que ce n’est pas grave de bafouiller. Peter bafouille tout le temps et personne ne lui en veut. « It’s my uncle. » Il hésite, puis montre la lettre à James, qui lui lance un regard surpris, avant de baisser les yeux sur le bout de parchemin. « Oh. Hey, that’s nice ! There are nice people in your family ! » s’exclame-t-il avant d’attraper la lettre pour la montrer à Remus et Peter, qui affichent tous les deux un sourire appréciateur. James se dépêche de lui rendre la lettre. « You keep this one, » décide-t-il fermement. Sirius l’attrape et l’observe un moment, un petit sourire aux lèvres. « Yeah. Yeah, I’m keeping it. » James passe un bras autour de son cou et le garçon sait à présent que c’est comme ça que Potter montre son affection. C’est assez étrange et brutal, mais il commence à s’y faire.

Potter est pas si mal.
Et c’est vrai que les couleurs de Gryffondor lui vont bien.
Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Sirius Black le Mar 18 Avr 2017 - 15:02, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:17

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 148
‹ crédits : SCHIZOPHRENIC.
‹ dialogues : lightseagreen


‹ âge : apparemment, il a 44 ans, mais il est mort à 37 alors c'est un peu compliqué.
‹ occupation : parasite (again).
‹ maison : il était à Gryffondor.
‹ scolarité : de 1971 et 1978.
‹ baguette : il n'en a plus.
‹ gallions (ʛ) : 747
‹ réputation : on dit qu'il est mort ? sauf que hé, surprise, ce n'est plus le cas ! ex-taulard, on le disait taré, on disait que c'était un sale traître sauf que finalement, c'était pas lui. bref, on dit beaucoup de choses fausses, visiblement.
‹ particularité : animagus, il se transforme en gros chien noir.
‹ faits : il a passé 12 ans à Azkaban et est le premier à avoir réussi à s'en échapper - c'est le parrain du Sauveur alors show some respect, dickheads - il a passé 8 ans dans le Voile et est aussi le premier à avoir réussi à s'échapper (sauf que ça, il sait pas trop comment il a fait) - on dit qu'il est bloqué dans le passé et c'est peut-être un peu vrai, mais on va dire qu'il a le droit - le voile s'est entiché de lui et veut le récupérer mais not gonna happen.
il se sent bien souvent plus à l'aise quand il se transforme en clébard que quand il est humain (les émotions, c'est assez dur à gérer dernièrement) - il est super bon en métamorphoses et c'est aussi un très bon duelliste.
‹ résidence : 12 square grimmauld.
‹ patronus : un gros toutou.
‹ épouvantard : le voile.
‹ risèd : ses amis, heureux et accomplis.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7143-sirius-the-shooting-star
Wilder MindIt's in my blood, it's in my water, You try to tame me,
tame me from the start
REMUS  ❞1972

hogwarts. Peter court et jette son sac par terre avant de se laisser tomber dans l’herbe avec un gémissement de bien-être. « Ugh I’m beat ! » s’exclame-t-il tandis que James le rejoint avec un sourire en coin, prêt à s’effondrer lui aussi. A côté de Sirius, Remus s’est figé. Rien qu’une fraction de seconde, il le voit plisser le nez et afficher cet air un peu constipé qu’il a à chaque fois que quelque chose le dérange mais qu’il n’ose pas le dire. Sirius fronce les sourcils et regarde autour d’eux, avant de s’arrêter sur les quelques fleurs qui se trouvent à côté de l’endroit où Peter a choisi de s’étaler. Il les a suffisamment observées ces derniers temps pour savoir exactement ce dont il s’agit. Aconit. Sirius grimace et plonge ses mains dans les poches avant d’émettre un petit reniflement méprisant. « I’m not sitting in the mud, » déclare-t-il d’un air supérieur. James et Peter lui lancent un regard interloqué. « Dude, since when d’you care about that ? » demande l’idiot qui devrait clairement changer de lunettes. Ou de cerveau, à voir. « Let’s go to the lake. » James grimace. « Ugh, no, I saw the whole Slytherin squad go there, » marmonne-t-il et Sirius a envie de l’étrangler. « Oh come on, the lake’s big, we won’t even see them ! » « But we’re fine here ! I’m not moving, seriously, Transfiguration killed me ! » gémit Peter.
« Okay, fine. Remus, let’s go ! » s’exclame-t-il en attrapant l’autre garçon par le bras. « What ? Wow, wait ! » s’exclame James en se levant d’un bond. Il les rattrape et agrippe Sirius par l’épaule. « The fuck’s wrong with you today ? » « Nothing ! I don’t want to sit here, that’s all, » marmonne Sirius. « But why ? » « Because we can’t ! » « But why ? » « Because of the fucking wolfsbane ! » siffle-t-il entre ses dents et James ouvre grand les yeux. Il regarde alors Remus, avant de se retourner pour regarder les fleurs dans lesquelles Peter s’est presque roulé en s’étalant par terre. « Oh. Right, » murmure-t-il alors.

Remus arrache son bras de sa prise et les regarde tour à tour, horrifié.

Alors avant qu’il ne puisse détaler en courant, Sirius l’attrape à nouveau par le bras, fermement cette fois. « Hey, it’s fine, » s’empresse-t-il de dire. Pâle, les yeux écarquillés, Remus le regarde comme si Sirius était un épouvantard. « You—since when-- » murmure-t-il d’une voix rauque. Sirius et James échangent un regard, tandis que Peter se décide enfin à se relever pour les rejoindre. « Well, uh. For sure ? Since september. I mean, at first we thought your parents were abusive or something, but then—why would you go see your mum every month, saying she was ill ? I had an idea, so I did some researches this summer, we kind of have this big library at the manor, so—anyway, the more I read about werewolves, the more I figured it explained a lot about you, » admet Sirius avec un mince sourire. « So I told James about it and—well, he agreed. So yeah, we know. » Remus secoue la tête, toujours aussi terrifié. « You—you didn’t say anything, you-- why ? » Cette fois, c’est James qui prend la parole. « Well, we figured you didn’t want us to know, and that it was probably a big secret ? Like, Dumbledore must know, right ? And probably Mrs Pomfrey too, cause she’s the school’s nurse. And we know werewolves are not allowed at Hogwarts, technically, so—we didn’t want you to get in trouble. » Remus les regarde comme si une deuxième tête leur avait chacun poussé entre les épaules.
« But you—don’t you care, at all ? I’m— I’m dangerous, I could-- » « Since when do we care about danger ? » réplique Sirius. « Plus, you’re only dangerous when the full moon’s up, and you’re never with us when it happens. I kinda wonder where you go by the way, we were planning on following you this time, to-- » « DON’T ! » s’écrie Remus en s’écartant de plusieurs pas, les yeux écarquillés. « Don’t follow me ! You have no idea—I could bite you ! I could kill you ! This is not a joke ! » s’exclame-t-il, horrifié. « Hey, we know, okay ? You always leave way before dark, we would have left before you turn ! » réplique James.

« No, no you don’t get it, you don’t get it ! No one’s supposed to know ! I could get expelled, I could-- » « Hey, we won’t tell anyone ! » s’offusque Sirius. « We didn’t tell anyone, and we won’t ! It’s okay Remus, I swear ! Come on, you’re our friend, we won’t let you down, » promet-il, terriblement sérieux. « He’s right, it’s your secret, well, ours now, we won’t tell anyone, » approuve Peter d’un air presque féroce. « And if you were really dangerous, Dumbledore would never have let you come, » déclare James. « So, we trust you. Come on, we’ve been sleeping in the same room for a whole year and you never hurt one of us. We weren’t planning on following you just to have fun or whatever, okay ? We know it’s not a joke ! » Sirius s’approche de Remus et tente à nouveau de lui attraper le bras, mais Remus se dérobe. « It’s not a joke, it’s aweful. I only read about it, I can’t imagine—it’s painful, isn’t it ? You’re always so tired when you come back, and you always end up with new scars, I hate it ! I read somewhere that when werewolves can’t find anyone to lash out to, they—they hurt themselves ? » murmure-t-il et Remus pince les lèvres, hoche faiblement la tête.

Sirius déteste avoir raison, sur ce coup-là. « We want to help, Remus. We really want to help. That’s another reason why we didn’t tell you before, we—well, we wanted to find a way to help you, before, » avoue-t-il avec un mince sourire. Le loup-garou baisse la tête. « There’s nothing you can do. My parents tried to find a solution, there’s nothing. » « We will find something. Hell, we will create something, if we have to, » déclare alors James, avec cet air déterminé qu’il a parfois quand il est vraiment décidé à faire quelque chose. « He’s right. We’ll find something, together. Okay ? » Remus reste silencieux. Puis il finit par hocher la tête, mais il a l’air tout sauf convaincu.

C’est pas grave, ils le convaincront.

PETER  ❞1973

gryffindor's common room. « Where’s James ? » demande Peter en laissant tomber son sac à côté de son lit. « Mmh, in the bathroom I think, » réplique Remus d’un air distrait, le nez plongé dans un bouquin. Peter marmonne des remerciements et se dirige vers la salle de bain, mais Sirius l’attrape par le col de son uniforme et le ramène vers lui. « Wha-- » « Ssshh, wait for it, » murmure-t-il à son oreille. Trois. Deux. Un. Une explosion retentit, suivie de près par un sifflement aigu et ensuite, vient le— « HOLY FUCKING SHIT !! WHAT THE—FUCK ! THAT HURT ! HOW—SIRIUS BLACK ! » hurle James depuis la salle de bain, avant de sortir brusquement de la pièce, les cheveux en pétard, une serviette maladroitement nouée autour de sa taille, complètement trempé. Il a la peau noircie par endroits et quelques parties de son corps fument, tandis que derrière lui, des feux d’artifices continuent de filer à toute allure dans la salle de bain.

Sirius est littéralement mort de rire. Il entraîne Peter dans sa chute sur le lit derrière eux, s’agrippe au garçon et lui frappe le bras en rythme avec son fou rire. « Oh my—Oh shit-- Oh Merlin ! I’m dying, I’m !!! That was—your face, your face ! And that scream ! » hurle-t-il entre deux soubresauts, sans cesser de molester le bras de Peter qui alterne entre un rire aigu et des cris de douleur. Le bonheur pur de Sirius est interrompu par le grand coup de bouquin qu’il se prend à l’arrière du crâne et il glapit de douleur, se retourne avec des yeux larmoyants vers Remus qui lui lance un regard sévère. « How stupid are you, Sirius Black ? » lance le loup-garou, ses yeux d’habitude calmes et doux lançant des éclairs. « You could have hurt him badly ! Or worse ! » Sirius lâche enfin Peter et se redresse, une moue sur les lèvres. « Come on, it was fun. » « Yeah, it was, » réplique Peter avec un autre rire et Black l’attrape par le cou pour l’attirer contre lui. « See ? Peter gets it. He’s my new best friend, you guys suck. » James a l’air complètement outré et attrape Peter pour le dégager de la prise de Sirius, avant de l’attraper par le col de sa chemise. « I almost took one in the face ! And look at my hair ! » vocifère-t-il. Sirius fronce les sourcils. « Something changed with your hair ? » demande-t-il innocemment. « You— oh COME ON ! » beugle James en le secouant dans tous les sens. « I hate you ! » siffle-t-il en le relâchant avant d’aller s’enfermer dans la salle de bain.

« I don’t care, I have Pete now ! » chantonne Sirius avant d’échanger un regard amusé avec Peter. « You’re an idiot, » marmonne Remus avant de retourner s’asseoir sur son lit. Il tire les rideaux de son lit et visiblement, est parti pour faire la gueule un moment. Sirius grimace. « Want a cookie ? » demande Peter en sortant des gâteaux de ses poches. « Of course you have cookies. That’s why I love you, mate, » lance-t-il avec un grand sourire.

MRS POTTER  ❞1974

godric's hollow.« James, wait ! »  s’exclame Sirius mais c’est trop tard, l’autre andouille a déjà détalé et le jeune homme pousse un juron et s’élance. Trop vite, sans faire attention, alors c’est comme un idiot qu’il percute violemment la petite table du couloir. C’est au ralenti qu’il voit le vase tomber et il ne peut rien faire, déjà, le précieux objet explose par terre en mille morceaux. Sirius écarquille les yeux et pâlit, tandis que son cœur manque un battement. Il se jette presque par terre pour attraper les morceaux et—et quoi ? Il ne peut pas encore faire de la magie en-dehors de Poudlard, il n’a pas l’âge, Mr et Mrs Potter vont forcément remarquer le vase brisé. Dans sa précipitation, Sirius s’entaille profondément la paume de la main et siffle de douleur. Déjà, il peut entendre des bruits de pas qui se rapprochent de lui et il sait que c’est la mère de James qui a probablement été attirée par tout ce boucan. Quand il lève les yeux vers Mrs Potter, il a la lèvre coincée entre ses dents et il se retient de toutes ses forces de ne pas laisser échapper quelques larmes tellement il a honte. Sirius rentre la tête dans ses épaules et se prépare déjà à l’entendre hurler, à sentir la douleur cuisante de la gifle, à— « Sirius ! »  s’exclame-t-elle avant de s’accroupir devant lui et le garçon a un mouvement de recul. « I’m sorry ! »  couine-t-il misérablement, mais Mrs Potter attrape sa main entaillée qui saigne abondamment. « Your hand ! »  fait-elle et elle a l’air… inquiète ?
Son regard s’attarde sur le visage de la mère de James et elle ne semble pas en colère. Pas du tout. Quand elle sort sa baguette de la poche de son tablier, c’est plus fort que lui, Sirius tente d’extirper sa main de la prise de Mrs Potter et le geste lui fait lever les yeux vers lui. « I’m sorry, I won’t do it again I swear, I’ll be more careful, I didn’t mean to break it, I-- »  s’empresse-t-il d’expliquer et il referme brusquement la bouche, lorsque Mrs Potter libère sa main, pour venir presser sa paume contre sa joue. « It’s okay, Sirius, look, »  murmure-t-elle avant d’agiter sa baguette. Le vase se reforme et retrouve sa place sur la table, intact. « Do you have any idea how many times this poor vase was broken ? »  rit-elle avec un doux sourire. « Who cares about this ugly thing ? I’m only keeping it because it was a gift from Fleamont’s mother, »  murmure-t-elle sur le ton de la confidence, avec un clin d’œil. « Now, what I’m worried about is your hand. »  Elle pointe sa baguette sur la paume de sa main et murmure une formule, jusqu’à ce que la plaie se referme, ne laissant qu’une fine cicatrice. D’un autre sort, elle nettoie le sang sur la main de Sirius et le sol.

« There, all done. Be more careful, will you ? »  Sirius hoche vivement la tête. « I don’t want you to get hurt. »  Il cligne des yeux et il ne sait pas trop pourquoi sa gorge se noue, mais c’est le moment que choisit James pour faire irruption dans le couloir, l’air visiblement agacé de ne pas avoir été suivi. « Hey Sirius, what are you—uh. You okay, mate ? »  demande-t-il, étonné de le trouver là avec sa mère. « Everything’s fine, honey. Sirius just had a lil’mishap with the vase, »  explique Mrs Potter et James affiche une petite grimace. « Go play outside, you two. And no running in the house ! »  précise-t-elle alors que Sirius se relève d’un bond. « Yes Mrs Potter, thank you, » s’empresse-t-il de dire avant de détaler – sans courir bien sûr – avec James.

PROFESSOR MCGONAGALL  ❞1975

hogwarts. « Griffith passes to Jones who passes to Potter and—dammit James, stop ogling your girlfriend and pay attention to the quaffle ! » s’exclame Sirius, alors que Serpentard récupère le souaffle et fonce à toute allure vers les buts de Gryffondor. « I know mate, she's the most beautiful and smart woman you’ve ever laid your eyes on, but it’s not what matters right now ! What really matters is that I’ll lose 10 galleons if you don’t—FUCK YEAH JAMES POTTER THAT’S WHAT I’M TALKING ABOUT ! » hurle-t-il dans le micro, alors que James percute violemment le poursuiveur adverse et récupère la balle. « Isn’t he amazing ? » s’exclame-t-il en se tournant vers McGonagall, un immense sourire aux lèvres. La directrice des Gryffondors lui lance un regard noir et Sirius hausse les épaules. « Ooooh, I think Black just spotted the snitch ! Look at him, he’s beauty he’s grace and—HOLY UNICORN, that was close ! Come on Reg you’re my brother but if you catch that snitch Imma have to end you permanently ! No Professor, of course I’m not threatening him, but he knows that family doesn’t matter when I’M ABOUT TO LOSE TEN FUCKING GALLEONS ! » McGonagall tente de lui arracher le micro des mains, mais Sirius est trop rapide. « Okay Flemming, I know you’re still not over your breakup with Janice but you were s’pposed to stop that quaffle ! » s’exclame-t-il en voyant James marquer un but. « Well of course, I’m glad you did not because it means Gryffindor’s getting closer to the victory, but—HAMILTON SPOTTED THE SNITCH, HAMILTON IS FLYING AS IF DEMENTORS WHERE TRYING TO SUCK HIS BEAUTIFUL SOUL OUT OF HIS WONDERFUL BODY AND—REGULUS ARCTURUS BLACK IF YOU TOUCH THAT SNITCH YOU’RE SO FUCKING DEA—AAAAAAAAAAAND HAMILTON CATCHES THE SNITCH !!!! GRYFFINDOR WINS 180 TO 90 AGAINST SLYTHERIN !!!!!! » vocifère-t-il dans le micro alors que tout le stade s’emballe.

Sirius se laisse glisser pour s’asseoir sur le siège sur lequel il s’était mis debout, complètement vidé. « That was amazing, Hamilton you beautiful creature ! Alright Emma, if you’re listening, I think your boyfriend deserves a good blow-- » Du coin de l’œil, il voit McGonagall qui devient aussi rouge que les bannières de Gryffondor et sort sa baguette. « KISS ! A GOOD KISS OF COURSE WELL LADS, THAT’S IT, SEE YOU NEXT TIME !! » beugle-t-il avant de laisser McGo lui arracher le micro des mains. Elle a l’air sur le point de le secouer jusqu’à ce que sa cervelle s’émiette dans son crâne alors Sirius lui lance un grand sourire. « You’re so pretty I could kiss you Professor ! Of course it would be against the rules, so I’ll just-- » Il se lève, s’avance jusqu’à elle et l’entoure de ses bras pour lui donner une étreinte brève. « Mr Black, » gronde Minerva mais il détale avant qu’elle puisse le traîner aux cachots par l’oreille.

FLEAMONT & EUPHEMIA  ❞1977

godric's hollow. « What are you doing ? » fait la voix tremblante de Regulus. « Fucking leaving this madhouse is what I’m doing, » siffle Sirius entre ses dents. Il continue de fourrer rageusement ses affaires dans sa valise,  puis entreprend de la fermer, sans succès tant elle est remplie. Il pousse un juron, l’ouvre à nouveau et entreprend de virer des bouquins qu’il jette sur le lit. « What ? You can’t leave ! » s’exclame son petit frère en le regardant comme s’il avait perdu la raison. « Yeah ? Watch me. » Il réessaye et cette fois, parvient tant bien que mal à fermer la valise. « Where will you go ? » Sirius descend la valise du lit, elle retombe lourdement par terre, manquant de lui arracher un bras au passage. « Why d’you care ? » s’exclame-t-il sèchement en se tournant vers Regulus. Son frère fronce les sourcils. « You’re my brother, of course I c-- » « Sometimes I wonder, » réplique-t-il brusquement. L’adolescent s’interrompt et a l’air de s’être pris un coup de poing. Puis la colère prend le pas sur tout le reste. « You’re going to the Potter’s, right ? Those muggle love-- » « Yeah, that’s why I’m leaving. This fucking nonsense about blood purity and your stupid Dark Lord. Aren’t you supposed to be smart or something ? » Regulus ouvre la bouche pour répliquer, furieux, mais Sirius ne l’écoute déjà plus. « I don’t want to have another stupid argument, I’m leaving. » Sa valise pèse une tonne, mais il la tire et pousse Regulus du passage. La valise fait un boucan terrible quand il descend les escaliers avec et bordel, si seulement il avait dix-sept ans, ce serait beaucoup plus simple. Tout ce bruit attire l’attention de sa mère, qui sort de son salon et se fige en le voyant dans le couloir avec ses affaires. « You are not. Leaving this house. » Sirius ricane. « But I am. » Walburga pâlit de rage, c’est assez intéressant, comme au lieu de devenir toute rouge comme la plupart des gens, elle devient livide quand elle est en colère. « Sirius Black, if you leave this house, you’re never coming back, » « Don’t worry, I wasn’t planning on coming back, » réplique-t-il en s’approchant de la porte. « I WILL DISINHERIT YOU ! » hurle-t-elle et Sirius se fige, la main sur la poignée. « You know, it’s sad how you think money is what could make me change my mind. Nevermind, you never understood and you never will, » marmonne-t-il avant de tourner la poignée. « Sirius ! » La voix de Regulus.

« They’re all yours now Regs, » fait-il sans se retourner. Il entend sa mère prendre une profonde inspiration, mais il est déjà dehors et la porte claque violemment derrière lui.


Sirius inspire profondément, les yeux rivés sur la porte d’entrée de la maison des Potter. James et ses parents lui ont toujours dit qu’il était le bienvenu chez eux, mais il y a une différence entre y passer quelques jours et… s’installer. Il pince les lèvres. S’ils ne sont pas d’accord, il ne voit vraiment pas il pourrait aller. Ce n’est pas le moment d’avoir la trouille. Il tire sa valise et passe le portail, traverse l’allée fleurie et s’arrête devant la porte. Il inspire encore et sonne, la gorge nouée. A cette heure-ci, ils sont probablement à table et il doit attendre un petit moment avant que la porte ne s’ouvre sur Mrs Potter. Elle sourit d’abord, puis remarque son air misérable et l’énorme valise derrière lui. « Sirius ? » murmure-t-elle, inquiète. « I-- » commence-t-il, mais les mots se bloquent dans sa gorge. Il déglutit avec difficultés. « I left, I—I couldn’t stand it anymore, you said—you said—I’m sorry, I have nowhere else to go. » Quand il ose enfin lever les yeux vers la mère de James, elle paraît si triste que Sirius sent son cœur se serrer. « Of course you can stay here, Sirius, » dit-elle avant de franchir la distance qui les sépare pour refermer ses bras autour de lui.

C’est pour ça aussi, qu’il est parti.
Euphemia Potter est la première mère à l’avoir serré dans ses bras.

MOONY  ❞1977

the shrieking shack. Le loup gémit de douleur et le gros chien noir couche les oreilles, va nicher sa truffe dans les poils gris de l’animal. Il déteste entendre ces sons provenir de son ami mais c’est inévitable. La transformation fait autant souffrir l’homme que la bête et Sirius donnerait tout pour que ça ne soit pas le cas. Mais il ne peut rien faire d’autre qu’être là. Lorsque les pattes griffues laissent place à des mains qui agrippent sa fourrure douloureusement, il ne bouge pas, parce que c’est rien à côté de ce que Remus endure à chaque pleine lune. Les traits du loup disparaissent, pour devenir le visage familier et crispé par la douleur et l’épuisement de Moony. Padfoot glisse sa truffe froide contre la joue du jeune homme avant d’entreprendre de la lécher contentieusement. « That’s gross, » croasse faiblement Remus et le chien laisse échapper un petit aboiement amusé. Remus ne bouge pas, toujours recroquevillé sur le sol, les doigts agrippés aux poils longs du chien noir. Il n’est jamais en état de faire grand-chose juste après une transformation et Sirius a beau être une grosse bestiole recouverte de poils, ce n’est pas suffisant pour protéger Remus du froid qui règne dans la cabane hurlante.
Alors il se concentre sur l’image de l’être humain qu’il veut redevenir et petit à petit, perd son apparence de chien pour redevenir lui-même. Les mains de Moony, désormais agrippées à son manteau, cherchent à attirer vers lui quelque chose de plus chaud. « Wait, » marmonne Sirius avant d’attraper la grosse couverture qu’ils gardent ici pour Remus les lendemains de pleine lune. Il l’aide à se redresser tout en l’enveloppant dans le tissu épais, avant de le garder contre lui, parce que Lupin n’a clairement pas la force de rester assis.

Remus tente d’ouvrir les yeux, y parvient péniblement et croise le regard de Sirius. « Thanks, » qu’il murmure faiblement. « Where are the others ? » demande-t-il en refermant les yeux. « James left to see Lily, you know he can’t live a few hours without her now. Peter was hungry. Well, he’s always hungry. Anyway, I’m obviously the only one who loves you here, » réplique Sirius avec un petit air hautain. Il sent Remus qui remue un peu contre lui et comprend qu’il essaye de rire, sans vraiment en avoir la force. « Lucky me, » réplique-t-il, visiblement sarcastique et il a de la chance d’être dans un sale état parce que Sirius le taclerait bien pour ça. Il se contente de prendre un air outré que Remus ne peut pas voir. « You wound me, Rem ! » geint-il misérablement. « You should go, Mrs Pomfrey will be here soon, you know she can’t find you here. » Sirius sait qu’il a raison, mais ça n’empêche pas qu’il déteste laisser Remus tout seul juste après une transformation. Ça ne dure jamais bien longtemps, l’infirmière n’est pas du genre à traîner, mais tout de même. « Alright, fine. » Après être certain que Remus est suffisamment emmitouflé dans sa couverture, Sirius l’emmène jusqu’au canapé à moitié rongé qui se trouve dans un coin de la pièce. « I’ll see you later, yeah ? » demande-t-il mais Moony ne répond pas, déjà endormi. Un mince sourire aux lèvres, Sirius écarte des mèches châtain de son visage puis s’ébroue et quitte la cabane hurlante.

MARLENE  ❞1977

lupin's home. Sirius grogne et froisse la lettre, avant de la jeter dans le feu qui crépite devant lui. Un plaid autour des épaules, Remus se fige un moment, intrigué, avant de se laisser tomber à côté de lui sur le canapé. « What is it ? » demande-t-il d’une voix fatiguée. La pleine lune l’a encore une fois complètement épuisé et Sirius le laisse s’appuyer contre lui. « Nothing, » marmonne-t-il avec un reniflement méprisant. « What ? Your parents ? » Sirius lâche un rire bruyant. Comme si ses parents risquaient de lui écrire ! Il ne les a plus revus et n’a plus entendu parler d’eux depuis qu’il s’est tiré de chez lui cet été. « Nope. It was Marlene, » avoue-t-il avec une grimace. Remus redresse la tête, surpris. « Why are you so upset then ? » Sirius soupire et se passe une main sur le visage. « I was supposed to see her yesterday, spend the afternoon and the night at her place, celebrate Yule with her or something. » Remus fronce les sourcils. « Why didn’t you ? » demande-t-il et Black lui lance un regard ennuyé. « Why d’you think, idiot ? The full moon, perhaps ? » Le loup-garou prend un air mortifié. « But—you didn’t have to-- » « Of course I had to, dummy. Peter and James couldn’t come. I never thought having no family to spend Yule with could be a good thing but eh, here we are ! » s’exclame-t-il joyeusement. « Sirius-- » « Nah, don’t look sad, I made my peace with it. Plus, Fleamont and Euphemia really made me feel like I was part of the family, it was cool. » Le meilleur Noël de sa vie, ouais. Pas de repas interminable avec toute la famille et tous ceux qui s’y sont raccrochés à travers différents mariages, pas de discussion politico-insupportable, pas de jugement, rien de tout ça.
Juste James, ses parents, quelques oncles et tantes, des voisins un peu seuls, un excellent repas préparé par Euphemia et le lendemain, James et lui qui se jettent sous le sapin de Noël pour dépecer leurs cadeaux. Même rejoindre Remus en secret pour le faire sortir de la cave le 25 au soir et passer la pleine lune avec lui, c’était parfait. « So… I guess she’s upset ? » « Who ? » « Marlene ! » « Oh. Well, yeah, she said she didn’t have time to lose with a guy who can’t keep his promises, blablabla, » marmonne-t-il avec une moue et Remus prend un air ennuyé. « Well, she has the right to be angry, Sirius. » Le jeune homme fronce les sourcils. « Look, I told her I’d come because I had forgotten about the full moon. I never promised anything and then—well, I forgot about the date. » « You could have gone with her, you know ? I mean, I’ve managed on my own for years, I could have-- » Il s’interrompt brusquement, parce que Sirius s’est tourné vers lui et le regarde d’un air presque… énervé. « When I became an animagus, I made you a promise. I told you you’d never have to spend a full moon alone anymore. I do keep my promises, Rem. » « Sirius… » « Yeah, I know, it’s not the first time I bail on her, it’s just—between you guys and a girl, it’ll always be you, alright ? I guess I’m just not made for this, » marmonne-t-il en haussant les épaules. « Mh, if you’d have told her you couldn’t come, I’m sure she’d have understood, » insiste Remus.

« Yeah well, I couldn’t really tell her why I couldn’t come. And I told you, I forgot about the date. Doesn’t matter, as I said, it’s probably for the best. Now, shut up and get some sleep, your parents will be up soon, I’ll tell them I got here early and brought you here, » déclare-t-il avant de passer un bras autour des épaules de Remus pour le ramener contre lui dans une position confortable pour dormir. Moony ouvre la bouche pour répliquer, mais se ravise. Il se cale contre lui et ferme les yeux.

JAMES & LILY POTTER  ❞1978

godric's hollow. « How do I look ? » demande James en tentant d’esquisser un sourire qui s’avère plus ressembler à une grimace qu’autre chose, tellement il est stressé. « Like you’re about to puke, » réplique Sirius et son meilleur ami devient un peu plus pâle encore. Remus émet un claquement de langue agacé et donne un coup de coude qui l’atteint dans les côtes. « Hey ! » « Leave him alone, Pads. You look awesome, James, » confirme-t-il au jeune homme qui affiche un air reconnaissant. Le brun fait volte-face pour s’observer minutieusement dans le miroir. Il a l’air plutôt convaincu pendant quelques secondes et brusquement, son visage s’affaisse. « I can’t do this. » Sirius soupire et lève les yeux au ciel, tandis que Remus prend un air inquiet. « Dude, » marmonne Black et James se retourne. « No but really ! I can’t do this, I—what if she realises I’m just a big moron ? » s’exclame-t-il et Sirius se lève, s’approche de lui et pose une main sur son épaule, avant de plonger son regard dans le sien, terriblement sérieux. « James, bro, she knows you’re a big moron. She hated you, remember ? Now, I don’t know how you managed to make her fall in love with you, because clearly, she’s the most amazing woman I’ve ever seen-- » James hoche vivement la tête, les yeux écarquillés, il a vraiment l’air à deux doigts de vomir. « --She’s smart, beautiful, almost as sassy as me and you definitely don’t deserve her. » James devient un peu vert, alors qu’il continue d’hocher la tête comme un demeuré. « And you’ll probably fight a lot. You’re in for a lot of sleepless night on the couch because you did something to upset her and she’ll make you pay for it, » poursuit Sirius calmement et James va finir par se bloquer la nuque s’il continue à secouer la tête comme ça. « I think I’ll even keep a room always ready for you, because I’m pretty sure she’ll even kick you out pretty often. » Il prend un air songeur, alors qu’il considère l’idée.
James a les genoux qui faiblissent sous lui et il a l’air à deux doigts de fondre en larmes. « Yeah, you don’t deserve her. But she chose you, » conclut-il avant d’esquisser un sourire. « She’s smarter than all of us – well, except Remus, no one’s as smart as Moony – and despite all this, she chose you. » Il raffermit sa prise sur l’épaule de James. « So, she knows you’re a moron, but she loves you anyway and that’s disgusting but you’re probably soulmates or something. Which means, » et il redevient parfaitement sérieux. « That you’re going to fucking man up, you’re going to look happy and marry that woman before she decides you’re too stupid for her. » Il attrape le visage de James entre ses mains – enfin, il claque brutalement ses deux paumes contre ses joues, plutôt et ça a le mérite de tirer un petit cri de douleur à ce gros débile. « Got it ? » James ouvre la bouche pour parler, mais n’émet qu’un petit bruit étranglé.

« Oh fuck, Pads, you broke him, » murmure Remus à côté de lui. Sirius prend un air parfaitement horrifié en voyant les yeux de James se remplir de larmes. « Oh please don’t, no, you can’t cry, I’m serious ! » s’exclame-t-il en secouant violemment le jeune homme. « No, » hoquète-t-il lamentablement. « You’re Sirius. » Black se fige alors que James chouine. « You did not. » « Yes, I-I did, I totally did. » Sirius le lâche et s’écarte d’un pas, une grimace de dégoût sur le visage. « You deal with him Rem, I’m gonna ask Lily if I can be her bridesmaid, I can’t be this moron’s best mate ! » s’exclame-t-il avant de les planter là.


« Are you crying ? » murmure Remus à son oreille, les sourcils froncés. Sirius n’ose pas se retourner. « Am not, » croasse-t-il faiblement. « You are crying, » insiste-t-il et le jeune homme garde ses yeux humides braqués sur Lily et James qui dansent au centre de la pièce, jeunes et beaux et parfaits. « It’s okay to cry, Pads. » Remus pose une main sur son épaule et peut-être qu’il se penche un peu plus vers lui, apprécie le contact plus qu’il ne le devrait. « But I’m not. I’m serious. » Il peut presque sentir le sourire machiavélique de Moony dans son dos. « If you say it, you’re dead. I’m se—oh fuck’s sake, don’t laugh, it’s not funny, it was probably the worst joke James ever came up with ! » Trop tard, il sent Remus qui rit comme un idiot derrière lui, et qui vient appuyer son front contre son épaule en espérant se cacher. « Now I feel like crying. » Ça n’arrange rien, c’est même pire et un gloussement immonde échappe à Remus, attirant les regards sur eux. Sirius esquisse un sourire gêné. « Sorry, he’s sensitive. And an ugly crier, too. » Remus lui donne un coup dans le dos et Padfoot grogne. « You owe me a dance, Moony, » déclare-t-il avec un sourire en coin. Ça a le mérite d’arrêter immédiatement de le faire rire. « I really don’t. » « Oh but you do. I’m an amazing dancer, and you owe me a dance for this. » « Sirius, it’s stupid. » « Why d’you think I wanna do it ? » murmure-t-il avec un clin d’œil, avant de se retourner brusquement pour attraper Remus par la main et le tirer en direction de la piste de danse, pour rejoindre Lily et James. Moony proteste à grands cris, mais déjà la musique change pour un rythme endiablé et les deux mariés pouffent de rire.



Dernière édition par Sirius Black le Mar 18 Avr 2017 - 14:38, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:17

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 148
‹ crédits : SCHIZOPHRENIC.
‹ dialogues : lightseagreen


‹ âge : apparemment, il a 44 ans, mais il est mort à 37 alors c'est un peu compliqué.
‹ occupation : parasite (again).
‹ maison : il était à Gryffondor.
‹ scolarité : de 1971 et 1978.
‹ baguette : il n'en a plus.
‹ gallions (ʛ) : 747
‹ réputation : on dit qu'il est mort ? sauf que hé, surprise, ce n'est plus le cas ! ex-taulard, on le disait taré, on disait que c'était un sale traître sauf que finalement, c'était pas lui. bref, on dit beaucoup de choses fausses, visiblement.
‹ particularité : animagus, il se transforme en gros chien noir.
‹ faits : il a passé 12 ans à Azkaban et est le premier à avoir réussi à s'en échapper - c'est le parrain du Sauveur alors show some respect, dickheads - il a passé 8 ans dans le Voile et est aussi le premier à avoir réussi à s'échapper (sauf que ça, il sait pas trop comment il a fait) - on dit qu'il est bloqué dans le passé et c'est peut-être un peu vrai, mais on va dire qu'il a le droit - le voile s'est entiché de lui et veut le récupérer mais not gonna happen.
il se sent bien souvent plus à l'aise quand il se transforme en clébard que quand il est humain (les émotions, c'est assez dur à gérer dernièrement) - il est super bon en métamorphoses et c'est aussi un très bon duelliste.
‹ résidence : 12 square grimmauld.
‹ patronus : un gros toutou.
‹ épouvantard : le voile.
‹ risèd : ses amis, heureux et accomplis.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7143-sirius-the-shooting-star
Broken CrownBetter not to breathe than to breathe a lie
'Cause when I opened my body I breathe in a lie
REGS  ❞1979

the order's hideout.  « Sirius ? » fait la voix de Gideon et Black sait à son ton que quelque chose ne va pas. Alors il lève le nez de l’exemplaire de la Gazette du Sorcier qu’il était en train de parcourir distraitement du regard. Les sourcils froncés, il observe le visage plus pâle que d’ordinaire du Prewett. « What is it, Gid ? » demande-t-il, subitement inquiet. La grimace qu’affiche alors le rouquin ne l’encourage définitivement pas à penser qu’il veut juste faire la conversation. « It’s—it’s your brother, I-- » balbutie-t-il et Sirius replie le journal et se lève. « What about him ? » demande-t-il avant de pincer les lèvres. La dernière fois que Regulus et lui se sont vus, autant dire que ça ne s’est pas bien passé. Il l’a vu, le tatouage infâme sur son avant-bras. Il l’a empoigné, ils se sont hurlé dessus, se sont battus, Sirius lui a sifflé qu’il n’avait pas intérêt à le recroiser, qu’il n’était qu’un putain d’idi— « He’s dead. He— I’m sorry Sirius, your brother’s dead. » Quoi ? Le jeune homme cligne bêtement des yeux, pas certain d’avoir compris ce que Gideon vient de lui dire. « I—how-- » Le Prewett se mâche la lèvre inférieure. « He betrayed the Dark Lord, we—we don’t know if He killed him or if he had one of his men do it for him but—I’m sorry, Sirius. » Il est plus pâle que Gideon à présent et il peine à lutter contre le nœud qui lui serre la gorge. « He—what do you mean, he betrayed—he-- » Gideon secoue la tête. « We don’t have the details, Lynch thinks he refused to obey an order, or it probably was too much for him, » murmure-t-il et Sirius a envie de vomir.

Pourquoi est-ce qu’il n’est pas venu le trouver ? S’il a finalement décidé que ça allait trop loin, s’il a subitement retrouvé la raison, pourquoi est-ce qu’il n’est pas venu le trouver ? Il devait se douter que le Seigneur des Ténèbres ne laisserait pas ça impuni, il devait le savoir, pourquoi n’est-il pas venu ? L’Ordre aurait pu le protéger, Sirius l’aurait proté—

« I don’t want to see your stupid face ever again ! You think you’re so smart, eh ? Enjoy your new friends, Regulus. »

Il chancèle et doit à Gideon de ne pas s’effondrer lamentablement. « Sirius ? » l’appelle le rouquin, une main fermement repliée autour de son bras. « I—he’s only eighteen, he-- » Ses yeux s’écarquillent alors qu’il réalise brusquement. « He was, » hoquète-t-il faiblement. C’était. C’était qu’un gosse. C’était qu’un gosse et la seule personne qui aurait pu l’aider à se sortir de tout ça lui a tourné le dos. « He was—he was-- » répète-t-il mais il n’arrive pas à terminer sa phrase. Les bras de Gideon se referment autour de lui et une main vient se loger à l’arrière de son crâne, lui ramène la tête contre son épaule. « I’m sorry, » murmure-t-il.

Lui aussi.
Merlin, lui aussi.

LILY  ❞1980

godric's hollow. « Sirius, I’m pregnant, not-- » « Disabled, I know. But my stupid best friend decided to leave his nine month pregnant wife, so-- » « He went grocery shopping, he didn’t leave me. » « -- I’m making sure she gets everything she needs. » Lily lève les yeux au ciel, mais l’agacement qu’elle prétend éprouver ne colle pas tellement au petit sourire qui orne ses lèvres. « Fine. You know the house, » déclare-t-elle en s’installant sur le canapé avec une petite grimace. Sirius affiche un air satisfait et quitte le salon pour se rendre dans la cuisine et s’occupe de préparer le thé. Il fait tellement chaud que ça va probablement les achever, mais apparemment c’est ce qu’il faut faire par une telle chaleur. Et Merlin les préserve d’oser louper l’heure du thé. « Sirius, » l’appelle calmement Lily depuis le salon, alors qu’il s’apprête à verser le thé dans les tasses. « Mmmh ? » fait-il distraitement. « My water just broke. » Il lâche la théière qui se brise sur le sol et fait volte-face brusquement, aussi gris que Nick Quasi-Sans-Tête. « Oh come on, Euphemia gave me this teapot, » le réprimande la rousse, parfaitement calme depuis son canapé. « I—I-- !!! » La jeune femme se redresse difficilement et Sirius se précipite vers elle pour lui attraper le bras. « How—LILY ! » hurle-t-il et elle soupire. « Don’t yell at me, Sirius Black, I’m about to give birth. I need my bag, and where is this goddam portkey ? » poursuit-elle, toujours aussi impeccablement calme.

Sirius a la tête qui tourne. « Your bag, yes ! » s’exclame-t-il avant de se précipiter à l’étage, oubliant complètement qu’il pourrait tout simplement lancer un Accio. C’est en retournant la moitié de la chambre sans le trouver qu’il finit par se souvenir qu’il est un fichu sorcier et sort sa baguette. Une fois le sac en main, il dévale les escaliers pour retrouver Lily qui déambule dans le salon à la recherche du portoloin censé la mener directement à Ste Mangouste. « I told him to put it where I could find it easily, » marmonne-t-elle et Sirius ne comprend. Pas. Comment elle peut. Etre. AUSSI. CALME. « Found the bag, I—oh Merlin, where is the portkey, where-- » « Don’t panic, Sirius. » « Don’t— HOW ! I’m not ready ! I’M NOT READY ! » « And you’re not the one who’s supposed to act like this, could you please find my husband, Sirius ? » demande Lily d’un ton ferme. Elle se fige brusquement, une main sur son ventre rebondi, le visage crispé par la douleur. « What !! Oh Merlin, don’t do it HERE ! We don’t have the TIME to find James, we need that portkey, NOW ! » « Oh for fuck’s sake ! It’s just a contraction, I’m not going to give birth this second ! I told Dumbledore there should be some sex education class, you guys don’t know anything about these things ! » s’exclame Lily en pointant un doigt accusateur en direction de Sirius.

Ça a le mérite de le calmer. Un peu. « I know things, » marmonne-t-il avec une moue. « FIND. THE. PORTKEY !!! » « ALRIGHT ! » hurle-t-il avant de se rappeler une nouvelle fois qu’il est un fichu sorcier. Il passe le sac sur son épaule, attrape Lily par le bras et tend sa baguette. « Accio portkey ! » L’objet file droit sur lui et quand il l’attrape, ils disparaissent tous les deux de la maison, pour apparaître dans la maternité de Ste Mangouste. « Lily ! » s’exclame une des jeunes infirmières qui était à Poudlard avec eux. « Sirius ? Where’s James ? » « Not here, obviously, » siffle la rouquine entre ses dents avant de lui lancer un regard sombre. « Yes ! No ! RIGHT ! Okay, you—you take care of her, I’ll find him, right ? I—I’ll be right back, don’t give birth before we-- » « I’ll give birth when I please, Sirius Black. But my husband and my child’s godfather better be here when I do ! » Sirius sursaute, relâche le bras de Lily alors que l’infirmière prend le relais. « Alright. Be right back ! » « Sirius ! » « Yeah ? » « My bag. » « Oh. » Il lâche le sac, s’apprête à le tendre à Lily qui prend un air exaspéré, et laisse la jeune infirmière s’en emparer. Alors il se penche vers le ventre rebondi de Lily. « Okay, wait for us lil’one ! » murmure-t-il avant de se redresser vivement. « I’m out ! » couine-t-il brusquement avant de déguerpir.


ste mungos. Il a oublié de demander James est parti faire ses saloperies de courses. Alors il a fait le tour de tous les magasins – moldus compris – auxquels il a pu penser, sans le trouver. Alors qu’il transplane à Godric’s Hollow, Sirius se dit que Lily va l’étriper, l’écorcher vif et le pendre par les pieds. Il espère de toutes ses forces que James a fini et a décidé de rentrer, parce que ça va faire une heure qu’il tourne en rond et il est vraiment trop jeune pour mourir, surtout assassiné par une femme enceinte. « James ? » appelle-t-il d’une voix tremblante en pénétrant dans la maison des Potter. « Ha ! Here you are ! » s’exclame James, son grand sourire de débile aux lèvres, en sortant de la cuisine. « YOU !!! WHERE WERE YOU !!! » gueule Sirius en se jetant sur lui pour l’attraper par le col et le secouer. « What the—hey, where’s Lily ? » « AT THE HOSPITAL, GIVING BIRTH, YOU BIG OAF ! »  James devient tout blanc et Sirius n’attend pas plus longtemps pour transplaner avec lui, directement à Ste Mangouste. « I have the husband ! » s’exclame-t-il et quelques personnes s’arrêtent et le regardent, intriguées. Sirius traîne James derrière lui et arrête une infirmière. « D’you know where’s Lily ? Lily Potter, she got here an hour ago, I found his husband, we kind of need to find her quickly or she’ll have my head and I can’t lose my head, it’s a lovely head—oh, you agree, yeah ? I know ! Anyway, Lily Potter ? » L’infirmière ne semble pas trop savoir quoi faire de lui mais heureusement, elle est en mesure de leur indiquer où se trouve Lily et James est toujours aussi pâle. « Alright mate, you got this, now go support your wife, come on, don’t look at me like that, be a man ! » s’exclame-t-il en poussant son meilleur ami vers la porte de la salle de travail.
« Sirius—what if—what if something goes wrong, what if— » « Oh come on, it’s Lily, she’d slay a dragon if she had to. » « I’ll be a terrible dad. » Sirius lève les yeux au ciel. « That’s why I’m the godfather, I’ll make up for all your mistakes. Chop chop, your wife needs you. » Et il le pousse une dernière fois, mais James lui attrape le bras. « Come with me ! » « Are you nuts ? You got her pregnant, you deal with it ! Anyway, I need to find Remus and Peter, I’m a busy man. » Il force difficilement James à lui lâcher le bras et d’un coup de pied au cul, le force à entrer dans la pièce, où il peut vaguement entendre Lily crier « WHERE WERE YOU ? » avant que la porte ne se referme.

Sirius peut enfin souffler et s’apprête à se laisser tomber dans un des sièges quand il se souvient d’un truc. Remus et Peter !


ste mungos. « Sirius, sit down, » ordonne Remus de sa voix de Préfet et le jeune homme arrête de faire les cent pas et se laisse immédiatement tomber sur une chaise, droit comme un piquet. Malgré lui, le loup-garou esquisse un sourire en coin. « Who’s a good doggy, » roucoule-t-il et Sirius lui lance un regard noir. « It’s going to be okay, » lui promet-il en posant une main sur son épaule, dans un geste rassurant. « It’s taking AGES ! » geint Black en agrippant le bras de Remus. « Why is it so long ? » « You know it can take more than a day, right ? » Sirius prend un air horrifié. « WHAT ? » « Sssssh ! You’re not the one giving birth, you’re not allowed to scream ! » le réprimande Remus avec des gros yeux et Black fait la moue. « D’you… want me to get some snacks ? And coffee ? » propose Peter d’une petite voix à côté d’eux et Sirius lui lance un regard ennuyé. « You’re hungry, eh ? » Le jeune homme s’empourpre sous l’air moqueur de Padfoot. « Shut up, Sirius. It’d be nice Pete, thank you, » répond Remus avec un doux sourire et Pettigrew n’attend pas plus longtemps pour détaler.
« You’ll be an excellent godfather, Sirius, » murmure alors le loup-garou et Sirius le déteste un peu de toujours savoir ce qu’il a dans la tête. « They should have chosen you, you’re the wise one. » Remus laisse échapper un rire amusé. « I’m not sure being wise is enough for this. You’re supposed to spoil this kid and take care of him if something bad happens to them. You know I’m not the best choice here, » continue-t-il et Sirius peut sentir la pointe de tristesse dans sa voix, même s’il fait de son mieux pour la masquer. « Come on, you know they trust you ! » « Yeah, but I don’t. » « Remus-- » « It’s okay Sirius, really. » « I’d choose you. » Le loup-garou relève la tête vers lui, croise son regard. « If I had kids, I’d choose you. » « Pads-- » Ils sont interrompus par Peter qui revient, les bras chargés de sucreries, trois cafés en lévitation maladroite devant lui et ils se dépêchent de les réceptionner avant qu’ils ne finissent par terre.

Quand James fait irruption hors de la salle d’accouchement, ils sont encore en train de s’empiffrer de gâteaux et autres sucreries et c’est la bouche pleine que Sirius se tourne vers lui. « It’s a BOY ! » s’exclame-t-il avec un immense sourire. « It’s a BOY and he’s WONDERFUL and—come in, come in ! » Les trois autres échangent des regards. « Err, we should let Lily rest, it’s not very appropriate for us to-- » Remus ne peut pas finir sa phrase puisque déjà, James les attrape et les tire à l’intérieur. « WOW ! » s’exclament les trois jeunes hommes en se retournant brusquement, atrocement gênés par le peu de vêtements que Lily porte. Cette dernière lance un regard sombre à James. « You were supposed to tell them the news, not drag them in here ! » soupire-t-elle, exaspérée. « Sorry Lily ! » couine Sirius. « We’re out ! » renchérit Remus. « It’s okay, I’m decent now. Well, come say hi, now that you’re here. » Ils n’osent pas bouger d’abord, mais James les tire vers Lily qui a un drap sur elle, ne laissant qu’une minuscule tête déjà recouverte de cheveux noirs dépasser de sa poitrine sur laquelle il est allongé.
Les trois idiots restent plantés là, béats. « Meet Harry James Potter, » murmure Lily en passant ses doigts sur la joue du petit qui ouvre faiblement ses yeux, perturbé par tous ces bruits. « Harry, this is Peter, Remus and Sirius. They’re stupid, but we love them, don’t we ? » continue-t-elle et le nourrisson lui bave dessus allègrement. « He’s James’ son alright, » lance Sirius avec un sourire en coin. Potter lui lance un regard outré, mais Lily laisse échapper un rire fatigué, qui les contamine vite tous.

LIL'ONE  ❞1981

godric's hollow. Peter a disparu. Peter a disparu et il n’y a aucun signe de lutte. Ils lui ont dit de ne pas bouger de sa cachette et il n’y est pas. Il n’est pas stupide au point d’avoir brusquement décidé d’aller faire un petit tour, alors ça veut dire… ça veut dire… Quand il voit le toit effondré de la maison, Sirius a l’impression que son cœur a cessé de battre. « No, no, no, » supplie-t-il faiblement. Sa moto délaissée, il se précipite à l’intérieur et se fige en voyant le mobilier retourné, fracassé, les signes évidents que des sorciers se sont battus, ici. Faites qu’ils soient partis, faites qu’ils soient partis, faites que—

Etendu dans les escaliers, plus pâle que Sirius ne l’a jamais vu, James braque vers lui des yeux vides. Le jeune homme hoquète et pose un genou à terre, approche une main tremblante, se fige. « James, James please, don’t-- » Il est déjà mort. Il le sait, Merlin il le sait, c’est juste que… La peau de son meilleur ami est glacée sous ses doigts, lorsqu’il passe une main sur ses paupières pour les refermer. Sa poitrine est douloureuse, Sirius peine à respirer et il ne supporte pas de le voir comme ça, pâle, immobile, mais il n’arrive pas à détacher son regard de son visage. Du bruit à l’étage le fait sursauter et il se lève d’un bond, sa main fermement repliée autour de sa baguette et s’élance. Il se fiche que Voldemort puisse encore être là, de foncer droit dans un piège, il s’en fiche qu’on le dise immortel, il va lui faire payer la mort de James. Il y a de la lumière qui provient de la chambre de Harry.
Sirius se rue dans la pièce et se fige en reconnaissant l’énorme silhouette de Hagrid. Au creux de ses bras, Harry paraît minuscule alors que le demi-géant tente de calmer ses pleurs. Un peu plus loin, prêt du lit à barreaux, Lily est étendue, m— « Black ? » La voix rauque du démi-géant le fait sursauter et Sirius baisse sa baguette, le cœur au bord des lèvres. Harry est vivant. Harry est vivant, terrifié, en larmes. Mais James et Lily— « ‘Am sorry, Sirius. » Il n’ose pas regarder Lily. Il n’y arrive pas, il ne peut pas croiser son regard, pas alors—pas alors que tout est de sa faute.

Alors il se concentre sur la minuscule silhouette dans le creux du bras d’Hagrid. Sirius s’avance, sans vraiment réaliser qu’il est en mouvement et approche une main tremblante d’Harry, passe ses doigts dans les cheveux noirs. « Shh Lil’one, » hoquète-t-il faiblement et il peut sentir le regard peiné d’Hagrid sur lui. « I—Give him to me, Hagrid, I’m his godfather, I’m s’pposed to—I’ll look after him, I-- » Mais le demi-géant a un mouvement de recul, lui éloigne Harry. « Dumbledore said Harry’s ter go ter his aunt an’uncle’s. » Sirius fronce les sourcils et lève les yeux vers Hagrid. « The muggles ? No, that’s—how are they supposed to protect him ? Lily and James chose me, I-- » Ils l’ont choisi, oui. Ils l’ont choisi et il les a convaincus que Peter était le Gardien du Secret idéal. Mais ce sale rat les a trahis et maintenant ils sont morts.

Morts.

Et c’est de sa faute.

« I have ter follow Dumbledore’s order, yeh can come along if yeh want but-- »

Sirius chancèle et se rattrape faiblement à la commode derrière lui. Comment pourrait-il être le mieux placé pour veiller sur le fils de Lily et James alors qu’il est la raison pour laquelle ils sont morts ? Son regard s’attarde sur la silhouette de la jeune femme et ses grands yeux verts éteints semblent l’accuser. Sirius se recouvre la bouche d’une main tremblante. « I gotta go, Dumbledore’s expectin’ me, » insiste Hagrid. Les moldus, oui, ils… Lily ne s’entend--ait pas avec sa sœur, mais elle prendra soin de son neveu, pas vrai ?

Il doit retrouver Peter. Il doit comprendre. Il doit—il doit faire quelque chose. « Take my bike, » croasse-t-il difficilement et le demi-géant lui lance un regard confus. « I won’t need it anymore. » Qu’est-ce qu’il peut bien en avoir à faire de cette moto, Lily et James sont morts.

Il arrache son regard du corps de Lily et observe Harry qui s’est enfin calmé et s’est endormi dans les bras de Hagrid, épuisé. Sirius serre les dents. Il a un traître à retrouver. Et quand il aura mis la main dessus, il le tuera. Lentement.

Sirius transplane.

THE WALLS1984

azkaban. James, étendu par terre, pâle, mort. Lily et ses grands yeux verts inanimés. Regulus et lui qui chahutent jusqu’à ce que son petit frère tombe et se fasse mal. Mère qui fait irruption dans la pièce et le gifle si fort qu’il a probablement dix fois plus mal que Regulus. L’horrible lettre qu’il reçoit au petit-déjeuner en première année. James et Lily, morts. La première fois qu’il a vu Remus se transformer, les cris et les sanglots, les suppliques, son corps qui se tord, les os qui craquent. Regulus et lui qui se battent, se crachent des horreurs au visage. « I’m sorry Sirius, your brother’s dead. » Peter qui tue tous ces moldus.

Oubliée la première fois qu’il a réussi à se changer en chien et a su qu’il pourrait aider Remus désormais. Oubliés les fous rires dans leur dortoir, avec Moony qui tentait entre deux hoquets de leur dire de faire moins fort. Oubliée la première fois qu’Euphemia l’a serré contre elle. Oublié le mariage de Lily et James. Oubliée la naissance d’Harry.

La première fois qu’il a pu prendre soin de Remus après une pleine lune. La première fois qu’ils ont bu de l’alcool tous ensemble. Le premier concert auquel ils ont assisté, avec Lily. Le premier Noël d’Harry, son tout premier anniversaire. Quand il s’est payé sa moto et s’est pointé à Godric’s Hollow pour la montrer à James et l’emmener faire leurs premiers excès de vitesse. Quand il a fait un trou dans sa précieuse veste en cuir et a cru qu’il allait pleurer mais que Lily l’a réparée.

Lily qui tente de leur annoncer calmement qu’elle est enceinte et James qui hurle « I’M GOING TO BE A DAD !!!! » tirant un soupir exaspéré à sa femme. Remus penché sur un livre, le front plissé sous la concentration, une mèche de cheveux qui ne cesse de lui tomber devant les yeux et l’agace. Sirius qui s’approche et passe une main dans ses mèches claires, lui suggère de les couper. Peter qui réussit enfin à lancer un sort sur lequel il bloquait depuis des semaines et qui se jette sur Sirius pour le remercier de l’avoir aidé à s’entraîner. James qui se tient devant le miroir de la salle de bain, passe une main dans sa tignasse et dit que cette fois, c’est la bonne, il va confesser ses sentiments à Lily Evans. Sirius qui mange tellement de chocolat à la St Valentin qu’il finit au fond de son lit avec des crampes, avec James qui se fout de sa gueule et Remus qui passe une serviette fraîche sur son front pour tenter de l’apaiser un peu.

Quand ils arrivent enfin à faire fonctionner la Carte du Maraudeur à la perfection. Prongs, Wormtail, Moony et Padfoot qui passent toute la nuit dehors à gambader dans le parc de Poudlard pour la première fois. Harry qui lui attrape l’index d’une poigne ferme en gazouillant fièrement. James et Lily qui lui disent qu’ils veulent qu’il soit le parrain de leur enfant. Le testament de l’Oncle Alphard, qui lui laisse toute sa fortune et lui dit dans une lettre qu’il est le meilleur des Black.

Oublié, oublié, oublié.
Ils ont tout pris, tout arraché, ils ont laissé un vide énorme qu’ils remplissent avec du désespoir.

Il a froid.
Il a tellement.
Tellement.
Froid.

Sirius se recroqueville sur lui-même et ferme les yeux, attend qu’ils partent. Il se répète qu’il est innocent, il n’a pas tué Lily et James, ce n’est pas lui, il est innocent.

« Oh but, are you ? » murmurent les murs d’une voix doucereuse.

C’est Peter, c’est le rat.

« And who decided he should be the Secret Keeper ? »

Sirius gémit, se plaque les mains sur les oreilles.

« You did this. »

Non.

« You killed them. »

Il secoue la tête, mais les murs ont raison, ils ont toujours raison.

THE RAT  ❞1993

azkaban. « Minister Fudge, how kind of you to pay me a lil’visit, » lance Sirius d’une voix rauque, peu habituée à être encore utilisée. Le vieux bonhomme sursaute et écarquille un peu les yeux en le voyant là, juste à côté des barreaux qui les séparent. « Well, mh-- » bafouille-t-il et le regard de Sirius s’attarde sur l’exemplaire de la Gazette du Sorcier qui dépasse de la poche du Ministre de la magie. Le besoin soudain de mettre la main sur ce vieux torchon le démange alors. Depuis combien de temps n’a-t-il eu aucune nouvelle du monde extérieur ? Il ne sait plus, il ne sait même plus depuis combien de temps il est ici. Sirius s’humecte les lèvres, elles sont sèches et le geste est douloureux, puis se presse un peu plus contre les barreaux, tirant un mouvement de recul à Fudge. « Are you done reading it ? » demande-t-il en pointant le journal d’un doigt trop maigre. L’homme regarde autour de lui, baisse les yeux sur la Gazette qui dépasse de sa poche. « Oh, err- » « There’s not much to do here. I kinda miss doing the crosswords, » poursuit-il, les yeux rivés sur la Gazette.
Fudge hésite, attrape le journal, l’observe. « Well, I guess I could—I mean, what’s the harm, right ? » bafouille-t-il avant de tendre le journal à Sirius qui s’en empare aussitôt. « Thank you good sir ! I hope you enjoy your visit ! » Il lui lance un grand sourire et d’ici, il peut voir le frisson d’horreur qui parcourt l’échine du petit bonhomme. « Yes, I-- » Et puis probablement qu’il réalise qu’il n’a pas à faire la conversation à un prisonnier, s’ébroue et s’empresse de détaler.

Fudge est déjà oublié et Sirius laisse son regard parcourir la Gazette du Sorcier. 1993. 1993. Ça fait douze ans qu’il est là. Douze putain d’années. Ça veut dire qu’il a—trente-quatre ans. Non, pas encore, il est né en novembre, alors, trente-trois.

Ce chiffre lui paraît complètement absurde.

31 juillet. Les dates sont confuses pour lui à présent mais ça, il se rappelle. 31 juillet, c’est le jour de l’anniversaire d’Harry. Il a treize ans, aujourd’hui, pas vrai ? Treize ans. Sirius ferme les yeux et il arrive presque à l’imaginer, le portrait craché de James, avec les yeux de Lily. Quand il les ouvre à nouveau, son regard est attiré par le nom WEASLEY et c’est avec des doigts un peu tremblants qu’il cherche la page où se trouve l’article et—oh. Sirius retient son souffle parce que—Merlin, ce qu’ils ont vieilli. Arthur et Molly et tous leurs gamins et oh, il n’a jamais eu l’occasion de voir la petite dernière, elle ressemble tellement à sa mère, c’est juste dingue.
Et puis il y a un truc qui attire son attention sur la photo. Au début, Sirius se dit qu’il hallucine, que ça y est, il a enfin perdu la raison. Il se dit que c’est impossible, qu’il se trompe forcément. Mais il a suffisamment vu Peter Pettigrew se changer en rat pour le reconnaître. Il est là, sur l’épaule d’un des gamins (il ne se souvient plus de son nom, il essaye, vraiment il essaye mais ça ne vient pas. Il y a William, Charles, et puis… et puis...) et Sirius croit même apercevoir un doigt manquant, à une de ses pattes.

Ce sale rat. Il a survécu, il est là-bas dehors alors qu’il devrait être ici à sa place, ou mieux encore, alors qu’il devrait être mort. Il a osé. Il a osé rester cette misérable créature et se faire adopter par les Weasley. Son regard parcourt furieusement l’article et quand ses yeux voient Poudlard, Sirius doit se retenir de déchirer la Gazette. Ses mains tremblent alors que la rage l’anime, lui donne une énergie qu’il n’a plus éprouvée depuis des années.

Peter va aller à Poudlard. Où Harry va retourner, lui aussi. Deux ans déjà, qu’il se trouve au même endroit que le fils de Lily et James. Que ce traître, cet assassin, se tient juste à côté de Harry.

Et personne ne sait. Personne ne sait. Ils pensent probablement tous qu’il est en sécurité, à Poudlard. Mais il ne l’est pas. Il ne l’est pas et personne ne sait. Sirius doit faire quelque chose. Il doit les avertir. Il doit protéger Harry, il doit—

Il doit sortir d’ici.

THE BOY  ❞1993

little whinging. Sa mémoire lui joue des tours. Encore plus quand il devient Padfoot. Il est tellement plus souvent l’animal que l’homme, que les souvenirs de Sirius deviennent difficile à saisir. Se rappeler de l’endroit où la sœur de Lily est censée habiter lui a pris des jours. Retrouver Little Whinging n’a pas été simple non plus. Il a fallu qu’il vole une carte et il a bien failli donner une crise cardiaque à la vieille moldue qui l’a vu. Il a vu les avis de recherche, alors il ne s’est plus retransformé depuis, c’est beaucoup trop risqué. Il a mal partout et il a tellement faim qu’il peine à avancer à un bon rythme, mais il approche enfin de la maison des Dursley. Enfin ça, c’est s’ils n’ont pas déménagé. Quand il arrive enfin devant la maison, il peut percevoir des cris provenant de l’intérieur et Sirius se couche par terre, dans les buissons de fleurs qui se trouvent dans le jardin. La porte d’entrée s’ouvre brusquement et il doit faire un effort pour ne pas bouger quand il aperçoit un adolescent maigrichon dans des vêtements trop grands pour lui, lunettes rondes sur le nez, cheveux noirs en bataille. C’est James, Merlin, c’est tellement James. Ou bien-- « I’m going. I’ve had enough ! » s’exclame l’adolescent en tirant derrière lui son énorme valise, la cage de son oiseau coincée sous un bras.

Sirius sent son cœur manquer un battement.

Ce n’est pas James, non. C’est lui qu’il voit. Lui à seize ans, ses affaires hâtivement rangées dans sa valise, quittant le 12 Square Grimmauld après une énième dispute avec ses parents. Le garçon a exactement la même expression que lui, sur son visage. L’expression de celui qui en a eu assez, qui ne s’est jamais senti à sa place dans cette maison, celui qui ne connaît pas les sourires et les étreintes d’un parent aimant. Alors qu’il le regarde s’éloigner du 4 Privet Drive, Sirius s’en veut. Merlin, il s’en veut tellement. S’il n’avait pas laissé Hagrid partir avec Harry, s’il n’était pas parti à la recherche de Peter pour venger Lily et James, s’il avait réfléchi, peut-être qu’il aurait pu convaincre Dumbledore que le garçon était mieux avec lui qu’avec ces moldus. That’s why it should have been you, Rem, songe-t-il douloureusement. Remus ne se serait pas jeté tête la première dans un piège. Remus aurait réfléchi, il aurait pensé à Harry avant de vouloir jouer au héros. Il sort du buisson et suit le garçon dans les ténèbres. Il peine à tirer son énorme valise derrière lui et Sirius ne veut rien de plus qu’aller vers lui et l’aider. Le prendre dans ses bras et lui promettre que tout ira bien. I’m so sorry, Harry. Il n’était pas censé connaître tout ça. Avec des parents comme James et Lily, il n’aurait jamais dû manquer de quoi que ce soit. Il n’aurait jamais dû éprouver le besoin de fuir une horrible famille.

Il est trop maigre, décide Sirius. James n’était pas très épais non plus avant de se mettre au Quidditch, mais il n’a jamais flotté dans ses vêtements. Ou alors, ce sont les fringues qui ne sont définitivement pas à sa taille ? Les moldus ont une jolie maison, ce qui a tout l’air d’être une voiture neuve garée dehors, ils ont les moyens d’acheter des vêtements qui lui vont à Harry. Alors quoi, ils ne le font juste pas ?

Sirius retient un grondement sourd. Non, Dumbledore n’aurait pas laissé Harry avec des moldus qui ne le nourrissent pas suffisamment ou ne prennent pas la peine de l’habiller, pas vrai ?

Epuisé, l’adolescent finit par s’arrêter et lâcher sa valise, s’asseoir. Il a l’air terrifié. Et Sirius se rappelle du soir où il est parti, lui aussi. C’était plus tôt dans l’été, à peine une semaine après qu’il soit rentré de Poudlard. Il a fait ses valises, a quitté le manoir en hurlant et une fois un peu calmé, il a appelé le Magicobus et en est descendu à Godric’s Hollow, devant la maison des Potter. Il n’a pas eu besoin de se demander ce qu’il allait faire une fois parti, parce que James et ses parents lui ont toujours dit qu’il était le bienvenu chez eux.

Harry a l’air terrifié et Sirius se demande avec horreur s’il est possible qu’il n’ait personne vers qui se tourner. James et Lily n’ont jamais eu de problème pour se faire des amis, mais peut-être que ce garçon élevé par des gens qui ne le comprennent pas et le détestent ressemble plus au gamin qu’était Sirius avant de rencontrer James. Il a parfaitement conscience que s’il n’avait pas rencontré James Potter dans le Poudlard Express, il serait resté terriblement seul, tant il était persuadé de ne pas être intéressant, d’être une gêne.

Et si personne n’était allé vers Harry, comme James est venu vers lui ?

Ça suffit, stop. Tant pis s’il prend un risque, il ne peut pas le laisser comme ça. Alors Sirius s’avance, prêt à sortir de l’ombre dans laquelle il s’abrite. Mais Harry fait brusquement volte-face et sort sa baguette. « Lumos ! » La lumière vive manque de l’aveugler et l’adolescent, terrifié, fait un pas en arrière, trébuche et—BANG ! Le chien fait un écart et se réfugie derrière un muret, lorsque le Magicobus apparaît brusquement entre Harry et lui. Shit. Bien caché, Sirius suit l’échange entre Harry et Stan d’une oreille attentive. Il dévoile ses crocs dans ce qui aurait été un sourire satisfait s’il avait été humain, lorsque l’adolescent dit s’appeler Neville Longbottom. Eh, the kid’s smart, songe-t-il presque fièrement. Mais Harry demande alors à aller à Londres. Merde, il ne peut pas le suivre jusqu’à Londres, c’est beaucoup trop risqué pour lui d’aller là-bas.

Mais au moins, Harry a une destination, il sait où aller.
Poudlard, il le retrouvera à Poudlard.
Le rat sera là-bas, lui aussi.

REM  ❞1994

lupin's home. « You look like shit, » lance Remus et Sirius affiche une moue vexée. « I nail the fugitive style, you mean. » Le loup-garou lui lance un sourire fatigué. « What are you doing here, Sirius ? It’s dangerous, the Ministry could be watching my house. » Sirius hausse les épaules. « They’re not, I checked. It’s the full moon, tonight. » « Sirius… » « I broke my promise. And I can’t stand it. You had to spend 152 full moons alone because of that rat and I can’t fucking stand it, » réplique-t-il d’une voix rauque. Une ombre passe sur le visage de Remus, mais il hoche faiblement la tête. « You still look like shit. And you’re probably full of fleas. » Sirius prend une mine embarrassée et Remus soupire. « Come with me. » Il le suit sans se faire attendre, jusqu’à la salle de bain où le loup-garou retrousse ses manches et ouvre les robinets de la baignoire, pour faire couler de l’eau chaude. La vue de la baignoire qui se remplit lui tire presque une larme, mais Sirius reste digne. « Take off your clothes, I’ll burn them, » fait Remus en plissant le nez. Black grogne, mais entreprend de se débarrasser de ses vêtements, ignorant le regard sombre que Remus passe sur son corps maigre et abîmé. La baignoire enfin remplie, il se glisse dans l’eau chaude et ne peut retenir un gémissement de bien être.
Oh Merlin, ça fait tellement longtemps. Il avait oublié. Il sent Remus qui s’accroupit derrière lui et ouvre un œil. « I’m fine, come on, I’ll do it, you’re tired, » marmonne-t-il faiblement. « Shut up. » Ça ne sert à rien de débattre avec Lupin quand il a une idée en tête, alors Sirius le laisse passer ses doigts dans ses cheveux et verser de l’eau sur sa tête. Bien vite, Remus entreprend de couper sa tignasse emmêlée et crasseuse, ne lui laissant presque plus rien sur le crâne et Sirius a l’impression de redevenir un être humain, enfin. Alors il ferme les yeux et laisse Moony faire. Ses doigts sur son crâne sont un contact dont il n’a plus l’habitude, mais c’est parfait.

La fatigue le rattrape brusquement et Sirius finit par s’assoupir. Il ne se réveille que lorsque Remus lui secoue doucement l’épaule et il réalise que l’eau est presque froide et qu’elle sent mauvais, à cause du produit que le loup-garou a utilisé pour éliminer tous les parasites qu’il trimballe probablement depuis des mois. « Get out, you need to shave, too. » Il se redresse péniblement et Remus est déjà là pour le réceptionner avec une serviette chaude. Il lui fait signe de s’asseoir sur une chaise près du lavabo et Sirius s’exécute mollement. « I know how to shave, Moony. » Lupin l’ignore et entreprend d’étaler de la mousse sur son visage. « Come on. » Le loup-garou émet un claquement de langue exaspéré. « Will you let me do this ? » siffle-t-il entre ses dents et Sirius lève un regard surpris vers lui.
Alors que Remus lève une main un peu tremblante vers lui, rasoir à la main, il lui attrape le poignet. « Remus, » appelle-t-il doucement et ce dernier croise son regard dans le miroir. « I should have known, » murmure le loup-garou d’une voix misérable. Sirius sent son cœur se serrer. « I should have told you about Peter. » Remus secoue la tête. « No, you were right, it was a good plan, Sirius, and I could have been the traitor, you were right not to tell me. But I should have known it wasn’t you. » Sirius fronce les sourcils. « Rem… » « You—you ran away from home because you couldn’t stand to see them talk about You-Know-Who as if he was some kind of—of God. You hated them, James was— he-- »
« Saved me ? » murmure Sirius. « Yes ! I should have known ! And I don’t care if you don’t resent me, but I do ! So let me do this, please. » Padfoot déglutit avec difficultés. Puis il hoche lentement la tête et libère le poignet de Remus. « Okay. Okay. But stop shaking, or you’ll cut my pretty face. » Ça a au moins le mérite de tirer un petit rire rauque au loup-garou. « I’m the handsome one now, you look like shit, Black, » réplique Remus avant de donner le premier coup de rasoir.

You’ve always been the handsome one, se retient-il de répondre.

LIL'BROTHER  ❞1995

12 square grimmauld. Sirius hésite, inspire profondément. Sa main agrippe la poignée de la porte et il la fait tourner, avant de la pousser dans un grincement terrible. La chambre est aussi impeccablement nettoyée que la sienne est poussiéreuse. Ça ne l’étonne pas tellement, mais ça lui noue tout de même la gorge avec une force qui le surprend un peu. Il pensait avoir dépassé ça depuis longtemps. Il referme soigneusement la porte et prend à nouveau le temps d’inspirer calmement, avant de s’avancer. Le bureau est impeccable, tout est si bien rangé. Regulus était aussi soigneux que Sirius est bordélique, après tout. Ses doigts passent sur le bois du bureau et il s’avance jusqu’au lit dont les draps sont faits, pour s’y asseoir. Il fronce les sourcils, parce que quelque chose ne va pas et se relève, pour soulever le matelas. En-dessous, se trouve un livre de métamorphoses qu’il attrape, curieux. Pourquoi Regulus aurait-il gardé un bouquin de cinquième année sous son lit ? Il replace le matelas, s’assied et ouvre le livre, pour le feuilleter. Puis il se fige, en tombant sur une vieille photo.
C’est Regulus et lui, gamins. Son petit frère est assis sur une chaise, droit comme un i et Sirius se tient derrière lui, une main sur le dossier de la chaise. Ils ont l’air d’avoir onze et dix ans et il se rappelle, oui. Ils ont pris cette photo avant sa rentrée à Poudlard, avant qu’il ne soit réparti à Gryffondor et devienne l’erreur de la famille. Une grosse partie de la photo est brûlée depuis le bas. Il n’y a plus aucune photo de lui dans la maison, sa mère a probablement tout brûlé – elle adorait ça après tout, brûler des choses – et Sirius réalise que Regulus a probablement sauvé cette photos des flammes vengeresses de leur mère.

Pour la cacher sous son lit et la conserver.

« Shit, » murmure Sirius d’une voix étranglée. Ses doigts tracent le visage jauni de Regulus alors que sa gorge se noue. « Come on Regs, that’s not fair. » Il se passe une main tremblante sur le visage. « You should have come to me, you—I know what I said, but I’d never—I’d never have pushed you away, you should have known this, you-- » A qui s’adresse-t-il, au juste ? A la photo, aux murs ? Il parle tout seul, comme un fou et ça ne devrait plus le surprendre. « I’m sorry. Shit, I’m sorry we fought so much, I’m sorry I—I should have understood, I—I was such a big disapointment, they put everything on your shoulders and instead of taking care of you I just burdened you more. » Sa vue se brouille, il se sent stupide et misérable. « I didn’t know you. You’re my brother and I didn’t know you. » Il aurait dû prendre soin de Regulus. Il aurait dû voir qu’il n’était qu’un gosse qui faisait de son mieux pour répondre aux attentes exigeantes et terribles de leurs parents. Il aurait dû comprendre que sans James, il n’aurait jamais changé à ce point. Il aurait dû être James pour Regulus. Au lieu de ça, il n’a cessé de le juger et de le repousser.

Parce qu’il était jaloux de Regulus. Merlin, il était tellement jaloux de lui.
Mais c’est Sirius qui a eu de la chance. C’est Sirius qui a eu l’occasion de découvrir ce qu’était réellement une famille.

Et au lieu de partager ça avec Regulus, il l’a repoussé.

« Can you forgive me ? » murmure-t-il d’une voix rauque.
Seul le silence lui répond.

MOLLY  ❞1995

12 square grimmauld. Molly est assise seule dans la cuisine, quand il entre dans la pièce en étouffant un bâillement contre son poing. Devant elle, il y a une tasse de thé à moitié pleine qui semble avoir refroidi depuis un moment. Sur ses genoux, le pull qu’elle a tricoté pour Percy, qu’il a renvoyé sans un mot. Elle a les yeux rougis, gonflés. Remus a bien tenté de la consoler hier, mais de toute évidence, ça ne va pas mieux ce matin. Sirius s’approche silencieusement et pose une main sur l’épaule de Molly, qui sursaute. « Sorry, » murmure-t-il doucement et elle esquisse un sourire un peu tremblant. « Oh it’s okay Sirius. You’re up early, » fait-elle en essayant d’adopter son habituel ton joyeux. « Yeah, nightmares. You’re up early too, » dit-il en glissant un regard en direction du pull, sur ses genoux. Elle le suit et il peut voir sa lèvre inférieure trembler. « I’m not used to sleeping alone, » murmure-t-elle et Sirius sait que ce n’est que la moitié du problème. Il n'y a pas qu'Arthur qui lui manque. « He’ll come around, Molly. » Elle lève un regard encore humide vers lui et Sirius serre doucement son épaule. « You love him. He can disagree with you and think he hates you for a while. But it won’t last. In the end, he’ll realise nothing matters more than you. » Il esquisse un mince sourire. « He’s lucky to have you, he’ll see that eventually. So you keep being an awesome mother, okay ? » Les yeux de Molly se remplissent de larmes et elle hoche la tête, avant d’attraper la main de Sirius sur son épaule. « Thank you, Sirius. » « Anytime, » réplique-t-il.
Elle ouvre la bouche, mais la referme lorsque des bruits de pas se font entendre et ils se tournent tous les deux, pour voir apparaître Harry, cheveux plus en bataille que jamais, ses lunettes de travers et l’air à moitié endormi. « Harry dear, are you alright ? » demande Molly en se levant. Il ne semble même pas l’entendre, alors Sirius s’approche et attrape doucement le bras de l’adolescent. « Harry ? » « ‘Need to pee, » marmonne-t-il d’un air absent. Sirius ne parvient pas à retenir un petit sourire moqueur. « Okay, but this is the kitchen. » Harry lève un regard perdu vers lui alors Padfoot l’entraîne doucement jusqu’aux toilettes. Quand il en ressort, l’adolescent n’a pas l’air plus réveillé et Sirius se demande s’il ne dort pas encore, au final.

Ça arrivait quelques fois à James. « Ron snores, » grogne-t-il d’un air misérable et Sirius rit légèrement. « I see. You can have my room, I’m done sleeping, » murmure-t-il en glissant une main dans les cheveux en bataille de son filleul. Le garçon se dirige vers les escaliers et les grimpe comme un automate, avant de se diriger naturellement vers la chambre qu’il occupe avec Ron et en effet, Sirius peut l’entendre ronfler d’ici. Il intercepte Harry avant qu’il n’entre dans la chambre et le guide jusqu’à la sienne, s’assure qu’il s’allonge et le recouvre avec les draps. « Here, get some sleep. » Harry n’est déjà plus là, alors Sirius attrape ses lunettes et les dépose sur la table de chevet. « Yup. Definitely your son, » murmure-t-il avec un sourire amusé, avant de quitter la pièce pour laisser son filleul dormir en paix.

Quand il retourne dans la cuisine, Molly est en train de refaire du thé et a déposé deux tasses sur la table qu’elle entreprend de remplir. « You’re doing well with him, » dit-elle doucement et Sirius lève un regard surpris vers elle. « I know you think you’re not doing enough. But you are, considering everything. His parents chose well. » Sa gorge se noue et peut-être que sa poitrine devient un peu douloureuse, mais c’est étrangement une bonne chose. « I—thank you, Molly. » « Anytime, » dit-elle en poussant une tasse de thé vers lui.

???  ❞???

ministry of magic. Il a vu passer Dora et il a eu envie de crier.
Puis il y a eu un des jumeaux de Molly, il n’a pas eu le temps de voir lequel.
Par moments, il a eu l’impression que la foule allait l’emporter tant il y avait du monde et il a voulu se débattre pour les empêcher de le rapprocher de la bordure, mais il n’a rien pu faire.
Il a vu des centaines de visages inconnus, familiers, des vieux, des adultes, des gosses.

Puis il a vu Arthur et il a entendu Molly. « I’m not used to sleeping alone. » Et Sirius a prié, prié pour que ça s’arrête.

Quand il a vu Ted, il a pensé à Meda toute seule et il a voulu pleurer, mais ses yeux sont restés secs.

Et puis il y a eu Harry. Harry. Et cette fois, Sirius a réussi à hurler, mais il ne l’a pas entendu et il a continué d’avancer et il n’a pu que le regarder traverser avec horreur.

Après ça, Sirius a supplié pour qu’on le laisse passer. Pour qu’on le laisse rejoindre les siens, enfin.

Stop, stop. Que ça cesse.

Et puis, un jour, il y a eu la douleur.
Pire que tout ce qu’il a jamais éprouvé, pire qu’un Crucio, pire que tout.

Sirius a hurlé et il hurle toujours, recroquevillé sur le sol glacé. Sa voix se brise et son corps est secoué de sanglots parce qu’il a mal, tellement, tellement mal et il ne comprend pas pourquoi.

« What—how did you get here ?! » s’écrie une voix, la première qu’il entend depuis tellement, tellement longtemps.

Ce n’est pas celle qu’il voulait entendre. Ce n’est pas James, ni Lily, ni Harry, il ne voulait pas ça, il voulait—

Il voulait juste qu’on le laisse passer.



Dernière édition par Sirius Black le Mar 18 Avr 2017 - 14:58, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:17

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 253
‹ crédits : nephilim, tumblr, virginia woolf.
‹ dialogues : antiquewhite ou tan.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : officiellement vingt ans.
‹ occupation : candidate au télécrochet musical MFactor.
‹ scolarité : aucune.
‹ baguette : cheveu de vélane, something something.
‹ gallions (ʛ) : 679
‹ réputation : je suis une connasse imbue d'elle-même qui est surtout gardée dans l'émission pour foutre la merde. je me fous du monde, je suis une drama queen et j'ai un trop de wits pour que ce soit unique. je suis un quart de vélane mais ce n'est pas ça qui me rend dangereuse, mais le fait que je n'hésite jamais à faire la fouille-merde.
‹ particularité : semi-vélane, quart de vélane.
‹ faits : j'ai grandi dans une communauté vélane jusqu'au jour où j'ai été capturée pour être revendue à un homme d'affaires grec qui m'a ramenée au Royaume-Uni en 2001, où il a pris la Marque et m'a enfermée dans son bar-restaurant dans lequel je chantais et me trémoussais sur scène (et les genoux des clients) pour gagner le prix de mon existence. Mon propriétaire a été condamné à perpétuité à la fin de la Guerre et je vis seule depuis. Je me suis tant persuadée d'être indifférente à ce monde cruel que je suis plongée dans une profonde apathie pour tout ce qui n'est pas ma petite personne (et Lexie).
‹ résidence : maison des candidats de MFactor.
‹ patronus : impossble à invoquer.
‹ épouvantard : une radio grésillant les cris de mes mères, ma soeur et ma mrand-père hurlant de douleur.
‹ risèd : de la musique, ma chanson préférée, la présence réconfortante de ma famille.
Voir le profil de l'utilisateur
NO SUPPR PAS

• • •

but oh my dear, i can’t be clever and stand-offish with you: i love you too much for that. too truly. you have no idea how stand-offish i can be with people i don’t love. i have brought it to a fine art. but you have broken down my defences. and i don’t really resent it.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:18

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 253
‹ crédits : nephilim, tumblr, virginia woolf.
‹ dialogues : antiquewhite ou tan.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : officiellement vingt ans.
‹ occupation : candidate au télécrochet musical MFactor.
‹ scolarité : aucune.
‹ baguette : cheveu de vélane, something something.
‹ gallions (ʛ) : 679
‹ réputation : je suis une connasse imbue d'elle-même qui est surtout gardée dans l'émission pour foutre la merde. je me fous du monde, je suis une drama queen et j'ai un trop de wits pour que ce soit unique. je suis un quart de vélane mais ce n'est pas ça qui me rend dangereuse, mais le fait que je n'hésite jamais à faire la fouille-merde.
‹ particularité : semi-vélane, quart de vélane.
‹ faits : j'ai grandi dans une communauté vélane jusqu'au jour où j'ai été capturée pour être revendue à un homme d'affaires grec qui m'a ramenée au Royaume-Uni en 2001, où il a pris la Marque et m'a enfermée dans son bar-restaurant dans lequel je chantais et me trémoussais sur scène (et les genoux des clients) pour gagner le prix de mon existence. Mon propriétaire a été condamné à perpétuité à la fin de la Guerre et je vis seule depuis. Je me suis tant persuadée d'être indifférente à ce monde cruel que je suis plongée dans une profonde apathie pour tout ce qui n'est pas ma petite personne (et Lexie).
‹ résidence : maison des candidats de MFactor.
‹ patronus : impossble à invoquer.
‹ épouvantard : une radio grésillant les cris de mes mères, ma soeur et ma mrand-père hurlant de douleur.
‹ risèd : de la musique, ma chanson préférée, la présence réconfortante de ma famille.
Voir le profil de l'utilisateur
mais non :(

• • •

but oh my dear, i can’t be clever and stand-offish with you: i love you too much for that. too truly. you have no idea how stand-offish i can be with people i don’t love. i have brought it to a fine art. but you have broken down my defences. and i don’t really resent it.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:18

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue


‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5452
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
crève.

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:22

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 17/04/2017
‹ messages : 148
‹ crédits : SCHIZOPHRENIC.
‹ dialogues : lightseagreen


‹ âge : apparemment, il a 44 ans, mais il est mort à 37 alors c'est un peu compliqué.
‹ occupation : parasite (again).
‹ maison : il était à Gryffondor.
‹ scolarité : de 1971 et 1978.
‹ baguette : il n'en a plus.
‹ gallions (ʛ) : 747
‹ réputation : on dit qu'il est mort ? sauf que hé, surprise, ce n'est plus le cas ! ex-taulard, on le disait taré, on disait que c'était un sale traître sauf que finalement, c'était pas lui. bref, on dit beaucoup de choses fausses, visiblement.
‹ particularité : animagus, il se transforme en gros chien noir.
‹ faits : il a passé 12 ans à Azkaban et est le premier à avoir réussi à s'en échapper - c'est le parrain du Sauveur alors show some respect, dickheads - il a passé 8 ans dans le Voile et est aussi le premier à avoir réussi à s'échapper (sauf que ça, il sait pas trop comment il a fait) - on dit qu'il est bloqué dans le passé et c'est peut-être un peu vrai, mais on va dire qu'il a le droit - le voile s'est entiché de lui et veut le récupérer mais not gonna happen.
il se sent bien souvent plus à l'aise quand il se transforme en clébard que quand il est humain (les émotions, c'est assez dur à gérer dernièrement) - il est super bon en métamorphoses et c'est aussi un très bon duelliste.
‹ résidence : 12 square grimmauld.
‹ patronus : un gros toutou.
‹ épouvantard : le voile.
‹ risèd : ses amis, heureux et accomplis.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t7143-sirius-the-shooting-star
vous battez pas pour moi les filles.








wait.











si.
battez-vous.

• • •

You tell me to hold on. Oh you tell me to hold on but innocence is gone and what was right is wrong. 'Cause I'm bleeding out So if the last thing that I do Is to bring you down, I'll bleed out for you. (bleeding out)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:23

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue


‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5452
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
Commence pas genre.
Y en a un qui grogne un peu là jule

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:30

Invité
Invité
JE
JE
JE




...



SIRIUS. TU ETAIS MIEUX MORT gaah gaah gaah TU M'AS LAISSEE AVEC A GIRLFRIEND ENCEINTE A L'EPOQUE gaah ah oui? tu es pas au courant? tu es papa mdr et je suis le parrain What a Face What a Face What a Face TOUT CA POUR TE DIRE QUE JE VEUX, J'EXIGE UN LIEN gaah je peux venir te voir par mp si tu veux kr

sinon J'EN VEUX PLUS gaah et re-bienvenue kr
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SIRIUS • back from the dead.   Lun 17 Avr 2017 - 13:43

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : dispo ♡
‹ inscription : 29/01/2017
‹ messages : 1049
‹ crédits : hrsy (avatar), the weeknd (paroles), tumblr (gif sign).
‹ dialogues : rosybrown.


‹ âge : vingt ans (02.09.83)
‹ occupation : attrapeur des falmouth falcons et étudiant au Centre London-I ; enchaîne également plein de petits jobs à côté pour payer ses études.
‹ maison : poufsouffle (de septembre 95 à juin 02).
‹ scolarité : septembre 02 à aujourd'hui (au Centre London-I en 2ème année).
‹ baguette : mesure trente centimètres, en bois de vigne, elle contient un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 2023
‹ réputation : true athlete, terre-à-terre capable de converser avec tout le monde, il reste humble et bienveillant en toutes circonstances ; mais il dégage aussi une image de snob, du gars inaccessible et froid, ça dépend surtout du point de vue.
‹ particularité : maître de l'air.
‹ résidence : dans un appartement avec mes deux meilleurs amis, dans le quartier du Whitehorn.
‹ patronus : une hirondelle
Voir le profil de l'utilisateur
harry pas content meuh

edit harry content maintenant qu'il est à la 1ère page rougit

• • •


I like the thrill, nothing's gonna make me feel this real. so baby don't go home I don't wanna spend tonight alone. baby please would you end your night with me ? don't you leave me all behind, don't you leave my little life, don't you leave my little lie.


Dernière édition par Nao Chang le Lun 17 Avr 2017 - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

SIRIUS • back from the dead.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Leaky cauldron ”
I know chasing after you is like a fairytale
 :: Présentation; walk the line :: validés
-