Partagez | .

sujet; ELIUS (○) SOMEWAY IT'S PART OF ME, APART FROM ME.

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 364
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 793
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
marcus flintIf we are strong enough in our souls we can rip away the veil and look that naked, terrible beauty right in the face; let God consume us, devour us, unstring our bones. Then spit us out reborn.
Elijah n'aimait pas beaucoup les Flint.
Marcus était après tout celui qui avait tué Édouard, ce qui était déjà passablement impardonnable vu que, même si le loup-garou n'était pas mort, il avait bien failli y passer et l'expérience avait dû être traumatisante, vus les regards en coin échangés entre lui et Amelia à chaque fois qu'on leur avait posé la question. Elijah avait bien entendu, à son procès, que Marcus était un grand dadais un peu stupide sur les bords qui avait fait des mauvais choix. Mais tout de même.
Roy, Flint sr, Elijah ne le connaissait tout simplement pas. Et vu ce qu'il en savait, c'était sans aucun doute mieux ainsi.
Ignatus et Ophelia étaient tout bonnement insupportables. La vieille était obsédée par l'idée qu'elle voulait retrouver son nom de jeune fille (vous croyez que vous pourriez voir comment se déroulent les changements de noms post-mortem, cher Elijah?) tandis que l'autre voulait absolument faire de Rhaenys une vraie petite Flint. Ils logeaient avec les deux Buckley, hantant armoires et miroirs et venant parfois lire par-dessus l'épaule d'Elijah. Ils avaient vite compris que la petite Rhaenys était plus réceptive à leurs excentricités insupportables que lui et très vite, la jeune fille avait considéré les deux fantômes comme ses deux nouveaux meilleurs amis, allant jusqu'à inviter toute sa petite bande, Scorpius et Sun et même le petit Teddy (Elijah avait été content de voir June... mais bon), pour qu'ils puissent voir ses fantômes... et ses ancêtres.
Si bien qu'un jour, la question était venue: “ il est où, mon père? ” Ton père, il est en prison et ce sera le dernier mot que j'en dirai jamais.
Sauf que bien évidemment, les fantômes avaient continué de lui parler du brave, stupide, illettré, attendrissant Marcus si bien qu'un jour, l'autre question était venue: “ il est où, mon... papa? ” Et Elijah avait failli pleurer.

Peut-être n'était-il pas un bon gardien, un bon oncle. Peut-être qu'à ça, il n'était pas aussi efficace qu'il pensait l'être. Peut-être qu'il ne lui montrait pas assez d'amour, peut-être que c'était pour ça qu'elle cherchait son père. Pourtant, quand il lui avait expliqué que son père était en prison, pour encore un certain temps, Rhaenys avait juste haussé les épaules: “ d'accord, ” avant de lui demander de l'aide pour son devoir d'Histoire comme si de rien n'était.
Elijah n'était pas stupide. La gamine était brutale et brusque, réfléchissait après l'action mais, tout comme lui, enfermait ses émotions et autres sentiments qu'elle considérait futiles dans une petite boîte profondément enfouie à l'arrière de son crâne. Elle avait vécu en autarcie, avec une mère envahissante et obsédée par son lignage sans jamais vraiment le lui révéler, avec une mère plus enfant qu'adulte. Elle cachait bien ses émotions mais Elijah, qui était passé expert dans cet art, savait bien que quelque chose clochait. Que même si elle acceptait le fait qu'elle ne verrait pas son père de si tôt... c'était un manque, que lui-même ne pourrait jamais combler, qui existait, quelque part.
Ainsi, Elijah avait rencontré la dernière des Flint encore en vie et en liberté: Mrs. Flint, née Parkinson, “ appelez-moi Viola, ” la mère du grand dadais.
Elle voulait rencontrer sa petite-fille.
Elle ne voulait plus jamais avoir à se coltiner ces fantômes.
Elle voulait sortir son fils de prison.
Et enfin, elle était beaucoup trop charismatique au goût d'Elijah qui, bien heureusement, avec le coeur bien attaché et ne succomberait pas à ses yeux plein d'espoir et ses sourires encourageants.

Il avait fini par accepter de lui laisser Rhaenys pour la journée, ce samedi-là, du moment qu'elles ne sortaient pas de l'appartement et qu'elle faisait bien attention à ce que les fantômes ne disent pas trop de bêtises. Ignatus avait eu l'air ravi de pouvoir embêter Viola; Elijah n'avait que souri aux demandes silencieuses de la veuve Flint de ne pas la laisser seule. De toutes manières, savait-il, elle préférait le savoir à Azkaban en train de parler à son fils qu'avec elle.
Elijah voulait se faire une idée personnelle du Mangemort, même si il partait déjà avec des a-prioris plutôt négatifs pour le gars qui, en plus d'avoir abandonné sa soeur comme une chaussette sale bien remplie, avait tué des dizaines parce qu'on lui avait dit qu'il pouvait plus jouer à son jeu stupide de baballe.
Bref. Il était passablement agacé, déjà, après qu'on ait ensorcelé ses vêtements pour l'empêcher de sortir des trucs qui auraient pu aider Marcus à sortir de prison, et après qu'on l'ait posé dans une bulle de visite en lui disant d'attendre qu'on amène le prisonnier.
On avait apparemment pas dit à Flint qui l'attendait là, parce qu'il l'observa avec méfiance et défiance, l'air de se demander ce que pouvait faire un illustre inconnu dans la bulle de visite. “ C'est t- votre mère qui m'envoie, ” lâcha-t-il simplement avant que lui vienne l'idée de dire quoique ce soit au garde qui déjà, quittait la bulle, les laissant seuls. Elijah, mal à l'aise, croisa machinalement les bras sur sa poitrine.
Il avait petite mine, le Flint. Il avait consulté son dossier au Ministère — pas vraiment illégal, vu sa position... mais bon — et n'ignorait pas pour ses douleurs chroniques et le faiblard traitement qu'on lui avait devisé pour son incarcération. Sa mère voulait changer ça, aussi. Elijah avait l'impression que Viola avait beaucoup d'idées par rapport aux choses à changer, du moment qu'elles touchaient son fils, à Azkaban. “ Est-ce que vous savez qui je suis? ” finit par rajouter Elijah, se demandant distraitement si Viola aurait pu lâcher son nom lors d'une visite.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 29/09/2016
‹ messages : 236
‹ crédits : ♠MOONY.
‹ dialogues : teal.


‹ âge : 30 ans
‹ occupation : en taule.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1985 et 1993.
‹ baguette : mesure 31cm, a été taillée dans de l’if et pour le cœur, c’est un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 654
‹ réputation : on dit que c'était un super bon poursuiveur, que c'est du gâchis, ses anciens camarades mangemorts savaient pas trop ce qu'il foutait là, ça tombe bien, lui non plus, on dit que c'est un idiot, un con, une brute épaisse.
‹ particularité : il est plutôt doué pour repérer les flux magiques, c'est de famille, mais il manque d'entraînement, alors ce n'est pas un très bon Traceur.
‹ faits : il souffre de dyslexie et de dysorthographie, deux troubles qui n'ont jamais été pris en charge et qui rendent la lecture et l'écriture très difficiles pour lui - on le surnommait Ace sur le terrain, parce que c'était un Poursuiveur exceptionnel - il était le Capitaine des Falmouth Falcons et adorait ça - les attentats de Ste Mangouste en 2003 lui ont coupé les ailes - il souffre de douleurs chroniques dans le dos - le navitas est la seule chose qui faisait passer la douleur - aujourd'hui, il doit se contenter de ce qu'on lui donne à azkaban et ça ne suffit pas.
‹ résidence : une jolie cellule à azkaban.
‹ patronus : il n'a jamais su en faire un et prendre la Marque n'a pas aidé.
‹ épouvantard : les corps sans vie des (rares) personnes auxquelles il tient.
‹ risèd : il se voit de nouveau sur un balai, dans son uniforme des Falmouth Falcons.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6929-marcus-when-i-was-king
elijah buckleyIf we are strong enough in our souls we can rip away the veil and look that naked, terrible beauty right in the face; let God consume us, devour us, unstring our bones. Then spit us out reborn.
D’abord, il y a eu la douleur qu’il pouvait supporter. Celle qu’il pouvait encaisser en serrant les dents et en bougeant peu. Et puis, petit à petit, c’est devenu celle qu’il avait pourtant tout fait pour ne plus l’éprouver. Le Navitas était là pour ça. Sauf que du Navitas, il n’y en a pas à Azkaban et il ne sait pas trop si le Médicomage en place à la prison ne voulait pas le croire, ou s’il a une dent contre lui, mais le type ne semblait pas décidé à lui donner autre chose que des potions anti-douleur qui n’ont jamais fait effet. Marcus lui a beuglé au visage qu’il aurait jamais commencé à prendre de la foutue drogue s’il avait suffi de quelques potions, mais c’est tombé dans l’oreille d’un sourd. Alors la douleur est restée. Et puis, il y a eu le manque, aussi. Et avec, la fièvre, les sueurs froides, les délires, la gerbe, le besoin irrépressible de se frotter, gratter la peau jusqu’à en saigner parce qu’il avait l’impression qu’elle le brûlait alors il fallait qu’il l’enlève. C’est seulement lorsque sa mère l’a trouvé à l’infirmerie de la prison au lieu de sa cellule lorsqu’elle est venue lui rendre visite, à délirer complètement et à peine  capable de se rappeler de son propre nom, que les choses ont enfin commencé à bouger.
Viola Flint a fait un scandale et Jemma, Merlin bless Jemma, a pris les choses en main. Alors depuis, ils ont commencé à tester différents palliatifs au Navitas, et ils essayent de trouver quelque chose d’efficace contre la douleur. Il a toujours mal, mais c’est presque supportable. Il ne veut rien de plus qu’une dose de Navitas pour que tout disparaisse, mais il a les idées à peu près claires. La fièvre et les délires sont partis et c’est une bonne chose, apparemment. Mais souvent, il a tout le corps qui fourmille et le sentiment qu’il doit se creuser la peau et la chair pour extraire de ses veines ce qui l’empoisonne.

La plupart du temps, ils lui collent un somnifère et Marcus est ravi de sombrer. Ça fait des mois qu’il n’a pas autant dormi et pourtant, il a des cernes larges et sombres sous les yeux. Ça n’a rien d’un sommeil réparateur, mais quand il dort, il ne souffre pas et il peut largement oublier où il est. A chacune de ses visites, sa mère lui assure qu’elle va le sortir de là et Marcus esquisse un mince sourire et hoche la tête, parce qu’il n’est pas assez stupide pour contredire Viola, parce qu’elle a l’air déterminée et il ne veut pas lui montrer que lui n’a absolument aucun espoir de sortir d’ici un jour. Après tout, il le mérite, pas vrai ? Pour ce qu’il a fait quand il avait la Marque. Et puis, surtout, pour ce qu’il a fait à sa mère, toutes ces années.
Il était dans un état lamentable à son procès, le cerveau et le corps ravagé par le manque de Navitas dans son système, mais il a entendu. Il se souvient. Ils n’en ont pas reparlé depuis, mais il n’arrive même pas à la regarder dans les yeux, alors il ne voit pas comment il pourrait parler de ça.

Il a une visite, a gueulé le gardien et Marcus a serré les dents parce que les bruits trop forts ça ne l’aide vraiment pas ces derniers temps. Quand il se lève difficilement et se laisse presque traîner, il a la mine basse parce qu’il n’y a pas trente-six mille personnes qui viennent le voir et la dernière chose dont il a besoin, c’est que sa mère lui promette encore qu’elle va le sortir de là. Elle ferait mieux de le laisser en taule, maintenant qu’elle a été libérée de Roy, elle peut aussi être libérée de lui.

Il ne fait pas attention aux sorts que le gardien pose, il ne fait pas non plus vraiment attention à qui est là. C’est quand il réalise que trop de temps est passé entre le moment où il a franchi la porte et le moment où sa mère murmure généralement son prénom de cette voix chargée d’émotion - qui lui donne envie de vomir parce qu’elle n’a plus à continuer à prétendre alors pourquoi est-ce qu’elle le fait ? – qu’il lève les yeux.

Et ce n’est définitivement pas sa mère. Marcus fronce les sourcils et observe l’inconnu, alors que la sensation que son visage est familier se fraye un chemin, petit à petit. C’est les yeux, réalise-t-il. Il connaît ces yeux, il les a déjà vus quelque part. « C'est t- votre mère qui m'envoie, » fait le type et ça ne l’aide pas des masses. Sa mère n’envoie pas des gens le voir, sauf si c’est Jemma. Et il ne pense pas avoir déjà vu ce type dans l’entourage de Viola. « Est-ce que vous savez qui je suis? » Marcus ouvre la bouche pour répondre que non, quand soudain, ça le frappe. Il n’a jamais vu cet homme avant, jamais réellement vu. Il connaît ses yeux parce que sa sœur avait les mêmes. Et si son visage est familier, c’est parce que maintenant qu’il a compris, la ressemblance est indéniable et surtout, il l’a plus d’une fois vu en photo, chez Cara. « Uh, le frère de Cara ? » fait-il, les sourcils toujours froncés cependant, parce qu’il ne voit vraiment pas ce que— (merde, c’était quoi déjà, son nom ? Eli ?) qu’il fout là, et pourquoi sa mère lui aurait envoyé le frère de Cara. Il hésite à présenter des condoléances, c’est un truc qui se fait et puis, même si elle l’a jeté comme une merde y a des années, il s’est senti étrangement triste quand il a appris qu’elle était morte dans le même attentat qui a bousillé sa vie. Mais il se ravise, il a jamais été fait pour respecter les codes sociaux, ils sont parfois stupides et embarrassants, qu’est-ce que Buckley peut bien en avoir à foutre, que Marcus Flint lui présente ses condoléances. Alors il ferme sa gueule. « Et que m’vaut l’honneur de votre visite ? » finit-il par demander, parce qu’il reste curieux, quand même.

• • •

I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK. (paint in black)
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 364
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 793
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
« Uh, le frère de Cara ? » Elijah serre les mâchoires, un peu malgré lui. Oui. Le frère de Cara. Il sait, il sait que c'est sa soeur qui l'a abandonné, quitté, sans grande raison, en apprenant qu'elle était enceinte. Elle avait peur qu'elle soit forcée de le marier ou pire, qu'il lui fasse se débarrasser de l'enfant. Il sait que c'est elle qui l'a quitté et pourtant, il ne peut s'empêcher de le détester pour l'avoir laissée partir, il a l'impression que l'inverse ait arrivé, que c'est lui qui l'a repoussée. Elijah est normalement un homme pragmatique. Il y a les faits, et il y a ses pensées, qui découlent de ces faits irréfutables. Rien d'autre n'existe que la logique, la relation de cause à effet, pour les hommes comme Elijah, qui ne veulent même pas se faire assourdir ou aveugler par leur jugement, par leurs sentiments.
C'est peut-être à cause de ces derniers, prêts à exploser comme il n'a pas fait son deuil et a refusé de les accepter, qu'il refuse de voir que Marcus Flint est autre chose qu'un pauvre gamin perdu. Elijah devrait vouloir l'aider. Le sauver, comme Viola- Mrs. Flint essaie tant de le faire. Mais il ne voit que le gars moche qui a brisé le coeur de sa soeur, qui a mis au monde la fille la plus formidable de tous les temps par quelque mystère. C'est donc avec les lèvres pincées et les mâchoires bien serrées qu'il hoche sèchement la tête, oui, il est le frère d'Eli. Il ne fait pas confiance à sa voix en cet instant précis. Il en sait pas si il a envie de lui dire qu'elle est morte, au cas où il l'ignorerait, si il a envie de pleurer cette mort ou bien si il a juste envie de lui envoyer la vérité à la figure et de partir.

« Et que m’vaut l’honneur de votre visite ? » Non. Rien de tout ça. Il n'a envie de rien, sinon de délivrer les faits. Il doit se concentrer sur les faits. Il rassemble ses émotions et les met dans une boîte, desserre sa mâchoire, se force à s'humidifier les lèvres pour ne plus les pincer douloureusement, détend des mains qu'il ne se souvient pas avoir serrées en poings. Les faits. Juste les faits. Par les émotions. “ Elijah Buckley. C'est mon nom, ” indique-t-il au cas où. Puis il regarde quelque part d'autre, l'épaule de Flint en l'occurence, avant de continuer, sortant les quelques mots qu'il a préparé pour l'occasion: “ je sais que ça remonte à des années, presque huit ans, donc j'aime penser que vous avez tourné la page depuis que ma soeur et vous vous êtes séparés. C'était il y a longtemps, et elle n'était qu'une sang-mêlée parmi les autres, peu importe. Toujours est-il que la véritable raison pour laquelle ma soeur vous a quitté m'est désormais impossible à vous cacher. Elle était enceinte. ” Il détourne les yeux et se tourne même entièrement à ces mots, décidant que même l'épaule de Flint, c'est trop et qu'il ne peut pas le supporter, lui présentant son dos à la place et se permettant d'observer les eaux terribles et violentes de la mer du Nord, distinguables à travers la bulle à moitié transparente. “ Et il y a quelques semaines, les fantômes ancestraux de votre famille, Ignatus et Ophelia, nous ont trouvés. Impossible de venir vous hanter, ils n'avaient nulle part où aller et ça ne semble pas être le grand amour avec votre mère, hm. ” Il croise les bras, une main venant caresser sa mâchoire, s'enrouler aux poils de barbe nerveusement. “ Rhaenys veut rencontrer son père. Vio- votre mère veut que vous la rencontriez.

Il a les mâchoires encore plus serrées qu'avant quand il se tourne pour regarder Flint. Moment de vérité. Il n'a aucune envie que sa nièce se retrouve dans la même pièce que cet homme mais a-t-il le choix? Il a échoué. Il n'est pas un assez bon gardien, pas un assez bon père; et lui qui rêvait de famille... Il n'est pas assez et il va devoir s'en remettre à cet homme, ce déchet, pour le bien-être, le bonheur et le futur de sa nièce adorée. Il le hait, avec une haine qui dépasse même Cara. Il le hait, pour lui voler, par sa simple existence, la seule chose qu'il désire plus que tout et qu'il n'a presque plus: sa famille. “ Maintenant, vous devez savoir que c'est moi qui ait le dernier mot, étant son gardien légal et le dernier membre de sa famille, vu qu'elle n'a officiellement pas de père. Et vous devez savoir que je n'ai aucune bonne et raisonnable raison de la présenter à son Mangemort, condamné et junkie de père. J'exorciserai les fantômes, lui dirai que vous ne voulez pas la voir, déménagerai autant de fois qu'il le faudra pour ne pas que votre mère nous retrouve et peut-être que quand elle sera grande, elle me haïra et vous trouvera mais au moins, je n'aurais pas sur les épaules le poids de lui avoir montré son déchet de géniteur quand il n'était pas prêt à la voir. Parce que c'est ce que vous êtes, Marcus Flint. Un déchet. Ce n'est pas de votre faute, ça je l'ai bien entendu, mais ça reste la vérité. ” Sa main fourrage toujours dans sa barbe, nerveuse et douloureuse, tordant les poils, si bien que sa voix calme et tempérée fait un étrange contraste avec tout son corps qui vibre, vibre. “ Disons que le choix revient à vous, et la décision finale à moi. Mais voilà: votre mère m'envoie parce que même si je vous méprise avec une force qui me rend nauséeux, je sais que vous voir et vous connaître rendrait Rhaenys heureuse, ” plus qu'elle ne l'est avec moi, “ vraiment heureuse, si vous n'êtes pas l'ombre de l'homme que vous êtes. Si vous êtes l'homme que votre mère pense sincèrement et férocement que vous êtes.
Il s'éclaircit la gorge. “ So?

Spoiler:
 

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 29/09/2016
‹ messages : 236
‹ crédits : ♠MOONY.
‹ dialogues : teal.


‹ âge : 30 ans
‹ occupation : en taule.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1985 et 1993.
‹ baguette : mesure 31cm, a été taillée dans de l’if et pour le cœur, c’est un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 654
‹ réputation : on dit que c'était un super bon poursuiveur, que c'est du gâchis, ses anciens camarades mangemorts savaient pas trop ce qu'il foutait là, ça tombe bien, lui non plus, on dit que c'est un idiot, un con, une brute épaisse.
‹ particularité : il est plutôt doué pour repérer les flux magiques, c'est de famille, mais il manque d'entraînement, alors ce n'est pas un très bon Traceur.
‹ faits : il souffre de dyslexie et de dysorthographie, deux troubles qui n'ont jamais été pris en charge et qui rendent la lecture et l'écriture très difficiles pour lui - on le surnommait Ace sur le terrain, parce que c'était un Poursuiveur exceptionnel - il était le Capitaine des Falmouth Falcons et adorait ça - les attentats de Ste Mangouste en 2003 lui ont coupé les ailes - il souffre de douleurs chroniques dans le dos - le navitas est la seule chose qui faisait passer la douleur - aujourd'hui, il doit se contenter de ce qu'on lui donne à azkaban et ça ne suffit pas.
‹ résidence : une jolie cellule à azkaban.
‹ patronus : il n'a jamais su en faire un et prendre la Marque n'a pas aidé.
‹ épouvantard : les corps sans vie des (rares) personnes auxquelles il tient.
‹ risèd : il se voit de nouveau sur un balai, dans son uniforme des Falmouth Falcons.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6929-marcus-when-i-was-king
elijah buckleyIf we are strong enough in our souls we can rip away the veil and look that naked, terrible beauty right in the face; let God consume us, devour us, unstring our bones. Then spit us out reborn.
« Elijah Buckley. C'est mon nom, » précise-t-il. Ah oui, voilà, Elijah. Cara disait mon frère, ou Eli, alors il n’a jamais vraiment entendu son prénom complet. Et puis il faut dire que Marcus a vite fait en sorte de zapper tout ce qui touchait à Cara après qu’elle se soit tirée. C’est étrange, comme Buckley évite son regard. Il ne le connaît pas – il ne se souvient que vaguement des échos de sa sœur, quelques petites choses racontées – mais Elijah Buckley ne semble pas être ce genre de type qui fuit le regard des autres. Alors Marcus fronce les sourcils, parce que son attitude l’intrigue, le dérange, même. « Je sais que ça remonte à des années, presque huit ans, donc j'aime penser que vous avez tourné la page depuis que ma sœur et vous vous êtes séparés. » Marcus pince les lèvres, oui, ça fait un moment qu’il a tourné la page. Cara a décidé de mettre à terme à leur relation sans jamais trop lui dire pourquoi et le Flint a depuis longtemps maintenant décidé d’ignorer les choses plutôt que de les laisser le blesser. La colère suit automatiquement la douleur avec lui et ça ne lui a jamais apporté rien de bon. « C'était il y a longtemps, et elle n'était qu'une sang-mêlée parmi les autres, peu importe. » Il fronce les sourcils à ça, piqué au vif par la remarque dont il n’apprécie guère le sous-entendu, mais Buckley enchaîne. « Toujours est-il que la véritable raison pour laquelle ma sœur vous a quitté m'est désormais impossible à vous cacher. » Okay, il ne sait pas où il va avec tout ça, mais il ne voit vraiment pas en quoi les raisons pour lesquelles Cara a décidé de le quitter il y a presque huit ans pourraient avoir la moindre importance aujour— « Elle était enceinte. » De quoi ?
Ses sourcils se froncent plus encore si possible, tandis qu’il prend un air perdu. Donc… elle l’a quitté parce qu’elle est allée voir ailleurs et est tombée enceinte ? Il croit bien se rappeler avoir entendu quelque part que Cara avait eu une gamine. Mais qu’est-ce que Buckley cherche à faire en venant lui rapporter un truc pareil maintenant ? Il pense quoi, que la tromperie de Cara peut le blesser encore maintenant ? Bon d’accord, c’est un coup à l’ego, mais—« Et il y a quelques semaines, les fantômes ancestraux de votre famille, Ignatus et Ophelia, nous ont trouvés. Impossible de venir vous hanter, ils n'avaient nulle part où aller et ça ne semble pas être le grand amour avec votre mère, hm. » Quoi ? Mais qu’est-ce que les deux vieux cons sont allés foutre chez les Buckley ?! Marcus se pince l’arête du nez entre le pouce et l’index, une migraine commençait déjà à lui enserrer le crâne mais là, ça devient trop pour lui. « Rhaenys veut rencontrer son père. Vio- votre mère veut que vous la rencontriez. »

Wait, what ?

Marcus écarquille les yeux alors que son cœur manque un battement. Il a mal entendu. Mal entendu, mal compris, mal n’importe quoi mais Buckley n’a pas pu dire ce qu’il croit qu’il a dit.

Parce que si Buckley a bien dit ce qu’il croit qu’il a dit, alors il est…

Non.
Impossible.

«  Maintenant, vous devez savoir que c'est moi qui ait le dernier mot, étant son gardien légal et le dernier membre de sa famille, vu qu'elle n'a officiellement pas de père. Et vous devez savoir que je n'ai aucune bonne et raisonnable raison de la présenter à son Mangemort, condamné et junkie de père. J'exorciserai les fantômes, lui dirai que vous ne voulez pas la voir, déménagerai autant de fois qu'il le faudra pour ne pas que votre mère nous retrouve et peut-être que quand elle sera grande, elle me haïra et vous trouvera mais au moins, je n'aurais pas sur les épaules le poids de lui avoir montré son déchet de géniteur quand il n'était pas prêt à la voir. Parce que c'est ce que vous êtes, Marcus Flint. Un déchet. Ce n'est pas de votre faute, ça je l'ai bien entendu, mais ça reste la vérité. » Probablement qu’un Marcus plus alerte, qu’un Marcus pas en état de choc, qu’un Marcus qui ne se méprise pas autant que Buckley vient de le faire lui aurait mis son poing dans la gueule pour une telle remarque, mais il se contente de le fixer stupidement, la bouche ouverte. « Disons que le choix revient à vous, et la décision finale à moi. Mais voilà: votre mère m'envoie parce que même si je vous méprise avec une force qui me rend nauséeux, je sais que vous voir et vous connaître rendrait Rhaenys heureuse, vraiment heureuse, si vous n'êtes pas l'ombre de l'homme que vous êtes. Si vous êtes l'homme que votre mère pense sincèrement et férocement que vous êtes. » Il va vomir.

« So? » Alors, il va vomir. Il y a une chaise à côté de lui, qui le cueille lorsqu’il manque de s’effondrer. Il cligne des yeux, regarde Buckley en s’attendant presque à le voir sourire et dire que c’était une blague, mais il ne croise que sa mine sérieuse, tellement sérieuse. Il fait face à son mépris et à son dégoût le plus total et il comprend que ce n’est pas une blague.

Qu’est-ce qu’il a dit, déjà ?
Rhaenys.

Mais c’est impossible. Ça fait presque huit ans. Huit. Ans. Il l’aurait su, si la môme était de lui, Cara lui aurait dit, pourquoi est-ce que Cara ne lui aurait rien dit ? Elle n’a pas le droit, de rien avoir dit, personne ne fait ça, ce n’est pas—ce n’est pas juste. Sa main tremblante monte jusqu’à son visage, recouvre sa bouche, alors qu’il fixe le vide d’un air effaré. Terrifié, aussi. Son cœur bat si fort dans sa poitrine qu’il se demande si ce n’est pas ça qu’il va gerber d’une minute à l’autre. Elle est partie parce qu’elle était enceinte. Pas d’un autre. De lui. Elle a eu l’enfant. Rhaenys. Et elle ne lui a rien dit. Elle était enceinte de lui, et elle est partie.

Clairement, Cara ne voulait pas de lui ni dans sa vie, ni dans celle de sa fille.

Leur fille ?

Il n’arrive même pas à se dire que c’est un mensonge, car Buckley a suffisamment mentionné sa mère pour que Marcus comprenne qu’elle est au courant. Et si Ignatus et Ophelia se sont pointés… Et puis, Buckley n’est clairement pas là par plaisir.

Il a une gosse.
Lui.

Il a fait ça, sans même le savoir, il a mené sa vie en l’ignorant complètement, pendant presque huit ans.

Cara lui a caché ça. Sa carrière débutait à peine et Marcus n’a jamais ne serait-ce que pensé avoir des gamins un jour, ça n’a jamais été son objectif, quelque chose qu’il recherche. Cara a peut-être pensé qu’il n’en voudrait pas ? Mais c’était sa décision à lui, il avait le droit de savoir qu’elle existait. Qu’est-ce qu’elle croyait ? Qu’il l’aurait forcée à s’en débarrasser ? Sûrement qu’il aurait dit que c’était une mauvaise idée, sûrement qu’il aurait dit qu’il n’était pas prêt et ne voulait pas être père, mais si elle avait voulu garder l’enfant alors… alors quoi ? Qu’aurait-il pu faire contre ça ? Rien, garder la gosse était une décision qui revenait à Cara, mais choisir s’il voulait ou non faire partie de la vie de-- Rhaenys c’était la sienne. La sienne.

Savoir ça aurait tout changé.
Savoir ça… il n’aurait probablement pas fait les mêmes choses.

Il va vomir.

Marcus se précipite vers les toilettes qui se trouvent dans un coin de la cellule et y rend le maigre contenu de son estomac. Pâle et fébrile, il ne peut que s’asseoir à même le sol et s’essuyer la bouche d’un revers de main tremblante alors qu’il lève un regard vers Buckley.

Pourquoi est-il venu lui dire ça ? Parce qu’elle veut le rencontrer. Elle a quoi, huit ans, ou presque ? C’est énorme, immense, incroyable, et il n’a jamais existé dans ces huit ans de vie, il ne sait même pas à quoi elle ressemble, il ne sait rien. Elle veut le rencontrer. Et lui il est là, dans cette cellule à Azkaban, le corps et l’esprit en ruines.

Un déchet, comme l’a si bien dit Eli.

Elle ne doit pas tout savoir, ils ne lui ont pas tout dit, sa mère a probablement inventé des trucs qui ne sont pas ou plus. Quelle gamine élevée par ce qui a tout l’air d’être un type bien – tout ce qu’il n’est pas – voudrait rencontrer quelqu’un comme lui, si elle avait connaissance de tous les éléments ? Huit ans c’est petit mais c’est déjà grand, les gosses ne sont pas stupides. Marcus voudrait ne jamais avoir connu son propre père et ces derniers mois, il s’est avéré plus lui ressembler qu’il le croyait, il s’est avéré capable des mêmes monstruosités, il s’est avéré ne pas être différent du salopard qui a—qui a—Il n’arrive même pas à le formuler dans ses pensées. Il ne connait pas Rhaenys, mais il n’y a aucun moyen qu’elle veuille réellement rencontrer son déchet et Mangemort de père.

Il n’y a aucun moyen qu’il empoisonne cette gamine comme Roy l’a empoisonné lui.

Marcus secoue la tête, mollement, puis frénétiquement. « Je sais pas-- » qu’il croasse faiblement, pathétiquement. « Je sais pas c’que les vieux et ma mère lui ont mis dans la tête, mais si elle veut m’rencontrer, c’est clairement pas la vérité. » C’est forcément ça. Et il veut bien être un salopard, un monstre, mais il sera pas le type qui fera chialer une môme de huit ans quand elle prendra conscience qu’une erreur l’a engendrée. « C’est pas— c’est une terrible idée, comment ça pourrait—on peut pas infliger ça à une gosse, c’est-- pourquoi ? » qu’il bafouille, ses yeux grands ouverts, paniqué. « Elle a rien dit, elle a jamais rien dit, elle est juste— partie ? Si j’avais su-- putain si j’avais su-- » Il aurait peut-être eu autre chose que le Quidditch. Il aurait peut-être eu une raison de pas abandonner. Il aurait peut-être continué à tout faire pour ne pas être une copie de Roy. Peut-être, peut-être, elle lui a arraché tous ces peut-être il aurait voulu ne jamais avoir conscience de ces peut-être.

• • •

I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK. (paint in black)
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 364
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 793
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Il a une certaine pitié pour Marcus Flint, qui n'a rien à voir avec le fait qu'en plus d'être un déchet, il a tous les éléments (passé """compliqué""" qui ne justifie rien, Marque sur le bras, stupidité congénitale et sale gueule, pour ne nommer que ça) pour qu'Elijah le déteste, purement et simplement. Il a une certaine pitié parce que Cara... oh Cara, qu'a-t-elle fait, et pourquoi? Surtout qu'il a appris, sur le tard, qu'elle voulait le faire chanter, l'ignoble; qu'elle l'avait appelée Rhaenys pour que Flint s'y attache sans problème; qu'elle voulait venir après leur argent, leur héritage, leur sang parce que telle chose l'obsédait, cette chose précieuse et pure qui lui faisait voir cette Élite en poussière d'or et d'étoile. Il a une certaine pitié pour l'homme dont la vie vient de changer en quelques mots, l'homme dans l'oeil duquel il a vu doute, moquerie puis effarement passer, avant que la pure terreur ne s'y inscrive. Il essaie de se mettre à sa place; et si ne ancienne amante venait le voir, lui annoncer qu'elle avait élevé son enfant après lui avoir donné la vie, sans rien lui dire? Il ne peut pas. C'est irréel, impossible.
Pour cet homme, c'est sa vie désormais, ce poids qu'il a ignoré pendant ces huit dernières années qui revient à toute vitesse et de toutes ses forces et il le voit s'effondrer et perdre son souffle et vomir, et Elijah ne bouge pas, juge sentencieux, bras croisés et regard de fer vrillé sur lui, cette excuse d'un homme qui jette sur lui ses deux yeux trop bleus trop hagards et le pauvre, Elijah aimerait le rassurer et l'aider, c'est dans sa nature et peut-être, peut-être que Flint a été misguided, peut-être que certains Marqués méritent une rédemption dont tout le monde parle sur MSN... mais il ne juge pas le Mangemort, en cet instant précis, mais l'homme, le futur père. Et il n'y aura pas de faiblesse, de liability, de junkie, de spineless bastard dans la vie de sa nièce, que Viola le veuille ou non, qu'elle-même le veuille ou non. Elijah s'y refuse.

Il secoue frénétiquement la tête et Elijah se prépare à lui dire que si, c'est la vérité, il a une fille, let's move on, elle veut le rencontrer et c'est là le noeud du problème. « Je sais pas-- Je sais pas c’que les vieux et ma mère lui ont mis dans la tête, mais si elle veut m’rencontrer, c’est clairement pas la vérité. » Au moins n'est-il pas aussi stupide qu'Elijah le pensait et peut-être que trois neurones ont été conservés dans son crâne malgré les coups de Cognards. « C’est pas— c’est une terrible idée, comment ça pourrait—on peut pas infliger ça à une gosse, c’est-- pourquoi ? Elle a rien dit, elle a jamais rien dit, elle est juste— partie ? Si j’avais su-- putain si j’avais su-- Tout aurait été différent. ” Il voit que Marcus Flint n'est, profondément, pas quelqu'un de mauvais comme peuvent l'être certains Mangemorts. Il ne pense pas que quoique ce soit peut justifier la prise de la Marque, pression familiale and all, tout comme il ne pense pas que quoique ce soit peut pardonner la passivité et la complicité à un régime totalitaire et meurtrier et terrible; mais tout de même. Il n'est pas mauvais, il est juste teintée. “ Ça ne l'est pas. Vous êtes ici et elle veut vous rencontrer. Vous croyez que ça me plait? ” Elijah soupire lourdement et enfin, desserre les bras.

Il s'assied à la table, tranquillement, sur la chaise, pour faire face à Marcus. Il a l'air las, fatigué, tendu et stressé; la vie ne s'arrête pas, pour personne, et maintenant il a le poids de ses faiblesses et de ses erreurs sur les épaules, qui ont amené Rhaenys à vouloir rencontrer son père, ce minable qu'il a sous les yeux. “ Je sais que c'est difficile, mais ça ne sert à rien de ruminer le passé, Flint. Les choses telles qu'elles sont sont les suivantes: ” Il inspire et lève un doigt. “ Elle veut vous rencontrer. Elle ne s'attend pas à vous aimer, et je ne m'attends pas à ce qu'elle vous aime directement mais elle veut vous rencontrer, elle est curieuse, vos ancêtres ont une... certaine tendresse pour vous et votre mère vous aime profondément, ils n'arrêtent pas de parler de vous. Elle a sept ans, elle va à l'école, sa meilleure amie a un père, elle veut voir le sien, voilà. Que voulez-vous que je vous dise? ” Il lève un second doigt. “ Je ne veux pas qu'elle rencontre quelqu'un incapable de distinguer ses rêves de la réalité ou qui ne peut pas maintenir une discussion entière avec une gamine de sept ans. Et croyez-moi, même dans un état normal, c'est compliqué. ” Et troisième doigt. “ Elle est féroce et vive et violente et colérique, elle déteste les injustices et elle veut faire quelque chose de bien, vraiment de bien dans le monde, même si son rêve incontestable est de devenir dompteuse d'Éruptifs, allez savoir. Elle veut aussi que je lui achète un balai d'entraînement à sa taille depuis que votre mère lui a parlé de vos prouesses. ” Il repose sa main sur la table brusquement. “ C'est une gamine. Elle a perdu sa mère et elle a vu des gens mourir à Pré-au-Lard, de la main de vos amis. Elle sait qui vous êtes et elle sait ce que vous êtes et croyez-moi, elle a toutes les bonnes raisons de vous détester mais elle veut vous rencontrer, parce que vous êtes son père. Vous n'êtes pas prêt mais vous le serez et quand ce jour viendra, vous feriez mieux de tenir votre position, Flint, sinon elle vous détruira sur place. ” Il pose sa mâchoire contre son poing fermé, détourne un instant les yeux. “ Alors maintenant dites-moi: voulez-vous, oui ou non, faire partie de sa vie? Ou essayer, au moins.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 29/09/2016
‹ messages : 236
‹ crédits : ♠MOONY.
‹ dialogues : teal.


‹ âge : 30 ans
‹ occupation : en taule.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1985 et 1993.
‹ baguette : mesure 31cm, a été taillée dans de l’if et pour le cœur, c’est un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 654
‹ réputation : on dit que c'était un super bon poursuiveur, que c'est du gâchis, ses anciens camarades mangemorts savaient pas trop ce qu'il foutait là, ça tombe bien, lui non plus, on dit que c'est un idiot, un con, une brute épaisse.
‹ particularité : il est plutôt doué pour repérer les flux magiques, c'est de famille, mais il manque d'entraînement, alors ce n'est pas un très bon Traceur.
‹ faits : il souffre de dyslexie et de dysorthographie, deux troubles qui n'ont jamais été pris en charge et qui rendent la lecture et l'écriture très difficiles pour lui - on le surnommait Ace sur le terrain, parce que c'était un Poursuiveur exceptionnel - il était le Capitaine des Falmouth Falcons et adorait ça - les attentats de Ste Mangouste en 2003 lui ont coupé les ailes - il souffre de douleurs chroniques dans le dos - le navitas est la seule chose qui faisait passer la douleur - aujourd'hui, il doit se contenter de ce qu'on lui donne à azkaban et ça ne suffit pas.
‹ résidence : une jolie cellule à azkaban.
‹ patronus : il n'a jamais su en faire un et prendre la Marque n'a pas aidé.
‹ épouvantard : les corps sans vie des (rares) personnes auxquelles il tient.
‹ risèd : il se voit de nouveau sur un balai, dans son uniforme des Falmouth Falcons.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6929-marcus-when-i-was-king
elijah buckleyIf we are strong enough in our souls we can rip away the veil and look that naked, terrible beauty right in the face; let God consume us, devour us, unstring our bones. Then spit us out reborn.
« Tout aurait été différent, » conclut Buckley et Marcus hoche faiblement la tête. Bien sûr que tout aurait été différent. Il n’aurait pas pu agir de la même manière en sachant ça. Ou peut-être que si ? Non, il en est persuadé. Quand son père l’a regardé droit dans les yeux et a suggéré que s’il ne prenait pas la Marque, sa mère en subirait les conséquences, Marcus a pensé qu’il n’avait pas le choix. Qu’aurait-il pu faire ? Attraper sa mère et fuir ? Pour aller où, dans son état ? Il n’a jamais été courageux et ça n’a jamais été source de honte avant aujourd’hui. «  Ça ne l'est pas. Vous êtes ici et elle veut vous rencontrer. Vous croyez que ça me plait? » Flint grimace, il se doute bien que ça ne plaît pas à Buckley. Il fait partie des héros, pas vrai ? De ceux qui se sont soulevés, ceux qui se sont battus. Ceux qui ont eu le courage de faire quelque chose. Son mépris ne le surprend pas, il peut même l’accepter. Il le regarde s’installer en face de lui d’un air absent, la gorge nouée. Pourquoi est-ce qu’il ne laisse pas tomber, s’il est d’accord avec lui sur le fait que c’est une terrible idée, si ça ne lui plaît pas ? « Je sais que c'est difficile, mais ça ne sert à rien de ruminer le passé, Flint. Les choses telles qu'elles sont sont les suivantes: elle veut vous rencontrer. Elle ne s'attend pas à vous aimer, et je ne m'attends pas à ce qu'elle vous aime directement mais elle veut vous rencontrer, elle est curieuse, vos ancêtres ont une... certaine tendresse pour vous et votre mère vous aime profondément, ils n'arrêtent pas de parler de vous. » Son regard se voile un instant. Pourquoi est-ce qu’ils font ça ? Ignatus, il peut comprendre, le fantôme a toujours eu une étrange affection pour lui. Il n’a jamais été tendre avec Marcus, mais il a toujours tout fait pour l’aider, à sa façon. Et cet imbécile de fantôme a toujours été bizarre. Ophelia… Ophelia n’est pas beaucoup mieux, même si Marcus a du mal de l’imaginer dire des choses positives à son sujet, elle lui a toujours semblé incapable de faire un compliment. Mais sa mère ? Que cherche-t-elle à faire ? Pourquoi ne réalise-t-elle pas que c’est une terrible idée ? Elle devrait profiter de la gamine, saisir cette occasion d’avoir une famille qui ne soit pas encore entachée par le souvenir de Roy. Les pousser à se rencontrer, c’est stupide. « Elle a sept ans, elle va à l'école, sa meilleure amie a un père, elle veut voir le sien, voilà. Que voulez-vous que je vous dise? » Marcus ferme les yeux.
Sept ans. Il se souvient de lui à sept ans. Parfaitement conscient que son père n’éprouvait rien d’autre que du mépris pour lui, mais toujours à chercher un moyen de le satisfaire. Il lui a fallu tellement d’années encore, pour comprendre que ça n’arriverait jamais. Pas sans devenir quelqu’un qu’il ne pouvait pas et ne voulait pas être. Alors il comprend, Merlin, il comprend qu’elle veuille le rencontrer malgré tout. Et c’est peut-être ça, le pire. « Je ne veux pas qu'elle rencontre quelqu'un incapable de distinguer ses rêves de la réalité ou qui ne peut pas maintenir une discussion entière avec une gamine de sept ans. Et croyez-moi, même dans un état normal, c'est compliqué. » Marcus ouvre difficilement les yeux, pour regarder Buckley lever un troisième doigt. «  Elle est féroce et vive et violente et colérique. » Ses entrailles se tordent douloureusement. Il ne sait pas comment était Cara, gamine, mais cette description correspond beaucoup trop au gosse qu’il était, lui, et il ne sait pas trop ce que ça lui fait. S’il déteste ça, ou si ça remue quelque chose d’autre en lui. « Elle déteste les injustices et elle veut faire quelque chose de bien, vraiment de bien dans le monde, même si son rêve incontestable est de devenir dompteuse d'Éruptifs, allez savoir. Elle veut aussi que je lui achète un balai d'entraînement à sa taille depuis que votre mère lui a parlé de vos prouesses. » Marcus lève une main un peu tremblante jusqu’à son visage, qu’il frotte d’un geste las.

Il ne s’est jamais imaginé devenir père. Trop de choses le poussaient à penser qu’il serait nul et qu’il ne pouvait pas infliger ça à un gamin. Mais en tant que dernier héritier des Flint, il savait aussi qu’un jour, il n’aurait probablement plus tellement le choix. Marcus s’était juré qu’il ferait les choses différemment. Partager sa passion pour le Quidditch était au sommet de la liste de choses qu’il ferait, s’il venait un jour à avoir des gosses. « C'est une gamine. Elle a perdu sa mère et elle a vu des gens mourir à Pré-au-Lard, de la main de vos amis. Elle sait qui vous êtes et elle sait ce que vous êtes et croyez-moi, elle a toutes les bonnes raisons de vous détester mais elle veut vous rencontrer, parce que vous êtes son père. Vous n'êtes pas prêt mais vous le serez et quand ce jour viendra, vous feriez mieux de tenir votre position, Flint, sinon elle vous détruira sur place. » C’est probablement bien, alors, qu’il ne reste plus grand-chose à détruire. « Alors maintenant dites-moi: voulez-vous, oui ou non, faire partie de sa vie? Ou essayer, au moins. » Il le déteste. Merlin, il le déteste tellement d’avoir réveillé cette part curieuse de lui. Il le déteste de se pointer ici et de lui donner quelque chose. Ça lui allait de ne plus rien avoir. Il pouvait faire avec rien, ce n’est pas comme s’il méritait quoi que ce soit, de toute façon. Mais ça, ça c’est plus toxique encore que l’espoir stupide que sa mère le supplie d’avoir encore.
Ça, ça lui donne envie de se battre, mais Marcus était content d’avoir enfin rendu les armes. Il faut qu’il dise non. Il faut qu’il le regarde dans les yeux et maintienne sa position, qu’il lui dise que c’est une mauvaise idée, que cette gamine sera bien mieux sans lui dans sa vie, qu’il ne pourra de toute manière n’être qu’une déception et qu’elle ne mérite pas ça. Il doit lui dire que ça ne l’intéresse pas, de faire partie de la vie de Rhaenys.

Ses paumes viennent frotter ses yeux. Cara l’a privé de tout un tas de choses, en ne lui disant rien pour l’enfant. Mais elle a aussi privé Rhaenys d’avoir un père, pas vrai ? S’il refuse, il fait exactement comme elle. Et probablement qu’il aurait été nul, probablement qu’il n’aurait jamais été un bon père, pas assez, c’est certain. Mais il méritait de savoir, et Rhaenys aussi. Marcus le sait, maintenant, qu’il vaut mieux connaître l’affreuse vérité, plutôt que de vivre dans un mensonge. Il ne relève pas la tête, il en est incapable, le visage toujours à moitié caché par ses mains. « J’peux pas—pas comme ça, » admet-il d’une voix rauque. « Ce qu’ils me filent, ça apaise le manque, un peu, mais je-- » Il pince les lèvres, ose enfin écarter ses mains. « C’est à peine efficace contre la douleur, y a que le Navitas qui y arrivait. Ils ont beau me gaver de potions, ça m’enlève pas l’idée que j’serais mieux avec un peu de poudre, » crache-t-il avec une grimace de dégoût, entièrement dirigée vers lui-même. « Là, ça va, mais dans deux heures ? » Il a un rire rauque, mauvais. « Ma mère et Jemma veulent trouver une solution plus permanente, mais y en avait pas quand j’étais dehors, ils vont certainement pas se démener pour un Mangemort. » Le mot sonne comme une insulte dans sa bouche. « J’peux pas la rencontrer comme ça, » conclut-il et c’est définitif. Il ne connaît pas Buckley, mais il sait qu’il ne le contredira pas sur ce point-là. Il serre les dents, parce qu’il réalise que peut-être, une part de lui a terriblement envie de la voir. Et admettre qu’il en est incapable, pas tant qu’il est comme ça, c’est plus douloureux qu’il le croyait.

• • •

I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK. (paint in black)
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 364
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 793
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah a toujours eu une vie de famille heureuse. Pas... facile, et certainement pas parfaite, mais heureuse, avec un père et une mère et une soeur jumelle et un petit frère. Il a toujours vécu dans une ambiance chaleureuse, il a toujours eu une relation ride or die avec sa soeur et son frère, il a toujours eu cette sensation intrinsèque que si il avait le moindre problème, il pouvait se reposer sur elle, sur lui, sur eux. Son père était, et est encore aujourd'hui, son héros, l'homme le plus brave qu'il ait jamais connu parfois lui semble-t-il, et Dieu sait qu'il a rencontré des hommes courageux. Mais son père, c'est le moldu qui a jamais rien compris au monde magique mais qui l'a accepté instantanément, qui n'a pas su s'y adapter, mais qui a essayé. Avec le recul, Elijah comprend bien que le couple de ses parents a été détruit par sa mère, et non par son incapable de moldu de père comme il le pensait. Certaines personnes ne sont pas faites pour faire partie de la vie d'autres personnes.
Mais certaines personnes méritent une chance, et le Mangemort qu'il a sous les yeux, dont la Marque ne lui inspire que haine et dégoût, mérite cette chance. Marcus Flint doit sûrement être très impressionnant sur un balai sur un terrain de Quidditch, mais il ne l'est pas en cet instant précis. Pourtant... eh bien, pour être tout à fait surpris, Elijah le respecte. Un peu. Très légèrement. Il s'attendait à ce que Flint nie en bloc et refuse net tout ce qu'il avait à dire. Il est... plaisamment surpris par la décision du brun.

« J’peux pas—pas comme ça. » Elijah hausse sèchement la tête, il approuve complètement. Mrs Flint lui a tout dit de l'accident, de son dos et de la douleur chronique. Il utilisait des drogues avant, mais ils ne doivent certainement pas lui refiler du Navitas maintenant qu'il est ici... « Ce qu’ils me filent, ça apaise le manque, un peu, mais je-- C’est à peine efficace contre la douleur, y a que le Navitas qui y arrivait. Ils ont beau me gaver de potions, ça m’enlève pas l’idée que j’serais mieux avec un peu de poudre. » Il a retiré ses mains pleutres de son visage et Elijah affronte sans regard, sans rien dire et exprimer. Sa main reste à plat sur la table et il doit résister l'envie de pianoter. Il pourrait demander son avis à Susan sauf que... eh bien, Susan ne porte pas du tout les Mangemorts dans son coeur elle aussi. En fait, personne de son entourage n'est trop du genre à... pardonner et à aller au-delà des préjugés. Lui-même se surprend à se retrouver ici, à penser qu'il aimerait que Flint aille mieux. Mais c'est le père de Rhaenys. Et ça change tout. « Là, ça va, mais dans deux heures ? » Instable. Pas surprenant. « Ma mère et Jemma veulent trouver une solution plus permanente, mais y en avait pas quand j’étais dehors, ils vont certainement pas se démener pour un Mangemort. » Elijah hoche de nouveau la tête, approuvant (le manque d'énergie à trouver une solution mais aussi ses paroles criantes de vérité). « J’peux pas la rencontrer comme ça. Certainement pas, ” approuve-t-il une énième fois (comme quoi ils n'ont pas de mal à trouver de terrain d'entente...? La bonne blague.) “ Vous avez raison: personne ne va se démener pour un Mangemort. Ancien Mangemort, ” se corrige-t-il, l'association n'ayant plus aucun valeur avec la mort de Voldemort. “ Mais vous n'êtes pas n'importe quel Mangemort, vous êtes le père de ma nièce. Quant à moi... well, je peux me targuer d'avoir un peu de... crédit dans certaines sphères. ” Disons qu'un Ordre de Merlin Première Classe aide à faire bouger les choses. “ Je ne vous promets rien d'immédiat. Mais je pense que l'on peut espérer quelque chose des semaines à venir. ” Il met ses deux mains sur la table avant de se lever. Il s'apprête à contourner la table et à partir sans un regard en arrière mais s'arrête, semble hésiter.

Il n'aime pas cet homme. Il est en train de lui voler Rhaenys. Mais il n'a que le bien-être et le bonheur de sa nièce en tête, alors il tend la main. Inutile de lui faire la guerre, au pauvre Marcus Flint: il est déjà plus bas que Terre. “ Ne me décevez pas, Flint, ” dit-il lentement, ayant l'impression de vieillir de cinquante mille ans en quelques instants. Ils se serrent la main et Elijah s'en va, laissant derrière lui le Mangemort, la tête pleine de question.

MAY 1st (○) Labour day, Elijah n'est pas allé au Ministère aujourd'hui et, Merlin merci, Azkaban est ouvert donc... il a décidé d'y emmener Rhaenys. Il n'a même pas prévenu Viola (il l'appelle enfin Viola, au grand plaisir de la dame qui essaie de masquer son sourire triomphal à chaque fois qu'il utilise son prénom), même pas prévenu June, même pas prévenu personne. Trop de choses arrivent en même temps. Et dire qu'il pensait que la fin de la Guerre allait être calme...
Mais non.

Sirius Black est revenu d'entre les morts et clame que Remus Lupin est en vie. Ou du moins qu'il n'est pas mort.
June... Elijah n'a pas encore vu June. Il ignore si elle veut le voir, il ne pense pas en tout cas.
Apparemment il est nul pour choisir ses photos de profil.
Et Trishna Ahmed, celle à cause de laquelle il a été griffé et qui l'a laissé pour mort... est en vie. Vraiment en vie. Il en avait l'intuition, depuis l'orage mais-

Eli? Oh? Désolé, j'étais dans mes pensées. Vous disiez? J'ai b'soin que vous signiez ici et là, s'vous plaît... ” Elijah enlève toutes ces pensées de sa tête, pour se concentrer sur la tâche actuelle. Il obéit, signe les documents, multiples, de responsabilité pour la santé de Rhaenys, une mineure, dans le cadre de la prison. Il ose espérer que Marcus Flint va bien sinon il va le trucider de ses propres mains. Finalement, toute la paperasse finie, il rend le dossier au garde — las d'être là un premier mai — et il laisse un second officier de Azkaban les conduire, Rhaenys et lui, sur le ponton menant aux bulles de visite. Rhaenys a failli mettre une robe, celle qu'ils ont acheté pour Noël, mais finalement elle porte son t-shirt préféré (celui avec l'Éruptif sur le fond arc-en-ciel, qui fait mine de charger quiconque approche trop son doigt du motif) et un jean troué aux genoux (c'est la mode, Eli!). Elijah la sent un peu nerveuse mais il ne dit rien. Si elle veut parler, elle lui parlera.
Quand ils arrivent devant la bulle et que le garde fait mine d'en ouvrir la porte, Elijah s'arrête. “ Attendez, ” dit-il simplement, et si l'homme commence à rouspéter, le regard noir de Elijah qui lui rend bien dix centimètres le fait taire. Il met un genou à terre pour faire face à Rhaenys qui esquive son regard. “ T'es sûre que tu veux faire ça, n'est-ce pas? Oui.C'est normal si tu as peur. J'ai pas peur. C'est juste... Oui? Je sais pas. Je la sens. Sa... Trace? ” Elle n'est pas encore habituée à son don, à encore du mal à utiliser le vocabulaire approprié. “ Oui, sa Trace. Eh bien? J'la connais... je l'ai déjà vue. ” Elijah fronce les sourcils. “ C'est impossible, Rhaenys, tu-- Sur le corps d'Édouard à Poudlard. Quand il est......mort. Elle pince des lèvres. Elle a beaucoup pleuré, pendant huit jours, malgré la victoire. Ils pensaient tous qu'Édouard et Amelia allaient mourir. “ Juste un peu. ” Elijah inspire profondément. “ Écoute Rhaenys. Ton père, Marcus Flint, n'est pas quelqu'un de bien. Il a fait des choses très mauvaises, en fait, et des choix terribles qui ont fait souffrir plein de gens, y compris Édouard. Mais j'aime bien Édouard... Je sais, Rhaenys. Moi aussi. Mais à la fin... il reste ton père, et tu dois te garder cette opportunité de le rencontrer, d'accord? Juste cette fois. On est pas obligé de rester. Si tu veux partir, on peut partir. Quand tu veux. Mais garde-toi cette chance, sinon tu risques de le regretter. ” Il pose sa main sur sa joue, s'assure qu'elle l'écoute. Rhaenys grimace. “ Il regrette ses choix, Nys. Je le pense vraiment. ” Il exagère un peu la réalité mais... il le faut bien. “ C'est... tu verras comment il est mais si il y a quoique ce soit, tu me dis, d'accord? D'accord. Allez. ” Elijah se relève, la main de Rhaenys retrouve la sienne. D'un regard, il incite le garde à ouvrir la porte de la bulle et ils y entrent, main dans la main.

Marcus Flint a un peu changé. Il a les traits moins creux, un peu plus de muscles, du moins lui semble-t-il. Il a beaucoup bataillé, avec l'aide de Jemma Howard notamment, utilisant avec hésitation son statut de héros de Guerre, d'ancien membre du Conseil et de lauréat du l'OM Première Classe pour faire bouger les choses, allant jusqu'à demander son soutien à Susan, qui le lui avait donné après moults débats, disputes et hésitations. Mais finalement, le traitement avait été confectionné... pour le court-moyen terme, certes, mais au moins Marcus Flint ressemblait plus au Marcus Flint raconté par sa mère qu'à l'étranger camé et rachitique qu'il avait vu quelques semaines plus tôt. Il s'était aussi un peu rasé et semblait... plus ou moins frais. C'était déjà ça.
Elijah sentit Rhaenys se raidir, puis avancer d'autorité pour faire preuve de force, grimpant aussitôt sur la chaise faisant face à celle de Marcus après avoir lâché la main d'Elijah qui lui, se contenta de se tenir derrière elle avec un air intrigué. “ Nys, voici--Je m'appelle Rhaenys Buckley, ” l'interrompit sa nièce en tendant une main cérémonieuse en direction du Mangemort, bien décidée à lui écrabouiller les doigts.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 29/09/2016
‹ messages : 236
‹ crédits : ♠MOONY.
‹ dialogues : teal.


‹ âge : 30 ans
‹ occupation : en taule.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1985 et 1993.
‹ baguette : mesure 31cm, a été taillée dans de l’if et pour le cœur, c’est un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 654
‹ réputation : on dit que c'était un super bon poursuiveur, que c'est du gâchis, ses anciens camarades mangemorts savaient pas trop ce qu'il foutait là, ça tombe bien, lui non plus, on dit que c'est un idiot, un con, une brute épaisse.
‹ particularité : il est plutôt doué pour repérer les flux magiques, c'est de famille, mais il manque d'entraînement, alors ce n'est pas un très bon Traceur.
‹ faits : il souffre de dyslexie et de dysorthographie, deux troubles qui n'ont jamais été pris en charge et qui rendent la lecture et l'écriture très difficiles pour lui - on le surnommait Ace sur le terrain, parce que c'était un Poursuiveur exceptionnel - il était le Capitaine des Falmouth Falcons et adorait ça - les attentats de Ste Mangouste en 2003 lui ont coupé les ailes - il souffre de douleurs chroniques dans le dos - le navitas est la seule chose qui faisait passer la douleur - aujourd'hui, il doit se contenter de ce qu'on lui donne à azkaban et ça ne suffit pas.
‹ résidence : une jolie cellule à azkaban.
‹ patronus : il n'a jamais su en faire un et prendre la Marque n'a pas aidé.
‹ épouvantard : les corps sans vie des (rares) personnes auxquelles il tient.
‹ risèd : il se voit de nouveau sur un balai, dans son uniforme des Falmouth Falcons.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6929-marcus-when-i-was-king
elijah buckleyIf we are strong enough in our souls we can rip away the veil and look that naked, terrible beauty right in the face; let God consume us, devour us, unstring our bones. Then spit us out reborn.
« Certainement pas. » Marcus pince les lèvres. C’est bien, qu’ils soient d’accord là-dessus. Mais alors, ça veut dire qu’il ne comprend pas trop la raison de la visite de Buckley, ni pourquoi il a parlé de la gamine qui veut le rencontrer. De toute évidence, c’est impossible, alors une lettre aurait suffi, non ? « Vous avez raison: personne ne va se démener pour un Mangemort, » il se raidit, très légèrement mais c’est suffisamment perceptible pour que l’autre se corrige. « Ancien Mangemort,  mais vous n'êtes pas n'importe quel Mangemort, vous êtes le père de ma nièce. » Ça lui fait un effet bizarre, de l’entendre dire ça. Père. Il a du mal de bien réaliser qu’on associe vraiment ce mot avec lui, ça lui paraît complètement irréel. Il a compris ce que Elijah lui a dit, ce que ça signifie, mais ce n’est pas pour autant qu’il ressent quoi que ce soit, si ce n’est une certaine… curiosité, peut-être ? Il ne s’autorise pas à aller plus loin, à éprouver plus que ça, parce qu’il sent déjà que c’est dangereux. « Quant à moi... well, je peux me targuer d'avoir un peu de... crédit dans certaines sphères. Je ne vous promets rien d'immédiat. Mais je pense que l'on peut espérer quelque chose des semaines à venir. » Marcus lève un regard surpris vers lui. Alors quoi, il compte essayer de faire bouger les choses ? Il n’est pas dupe, il sait très bien que Buckley ne fait pas ça pour lui. Non, il fait ça pour sa nièce. Pour Rhaenys. Pour sa fille, apparemment. Il aime tellement cette gamine, qu’il est prêt à aider un Mange—Ancien Mangemort, pour elle.
Avec quelqu’un comme ça dans sa vie, elle n’a définitivement pas besoin d’un père comme lui. Marcus ne sait pas trop si ça le soulage, ou si ça fait un peu mal, quelque part. Il regarde l’autre homme se lever pour s’en aller, mais décider de se figer, finalement. Il lui tend la main et Flint l’observe en sachant ce que ça veut dire, mais sans trop savoir quoi faire pour autant. « Ne me décevez pas, Flint. » Il a une boule dans la gorge, quand il lève la main – et elle ne tremble pas, cette fois – pour serrer celle de Buckley. Il ne dit rien. Ne fait pas de promesses. Marcus n’est pas du genre à faire des promesses en l’air et ça, il n’est pas certain de pouvoir le faire. Il n’est même pas sûr de vouloir le faire.

Il a plus l’habitude de décevoir, Marcus, alors il garde les lèvres closes, mais il hoche la tête, très légèrement.

MAY 1ST. Les tremblements sont partis. La douleur a été mise en sourdine, aussi bien que lorsqu’il prenait du Navitas alors il en ressent nettement moins le besoin d’en reprendre. Parce qu’il est enfin capable de bouger sans trop de gêne, Marcus ne s’arrête plus. Il avait l’habitude d’avoir une condition physique au top, une hygiène de vie irréprochable. Avec Oliver, ils n’arrêtaient jamais de s’entraîner et ça lui manque terriblement. Le Quidditch n’étant pas une option, ça fait des semaines que Marcus se rabat sur le reste. Et comme il se dépense, il a retrouvé l’appétit, alors il ressemble moins à un cadavre et un peu plus à celui qu’il était avant la drogue, avant Ste Mangouste. Le problème, c’est qu’être enfermé commence à lui taper sur les nerfs, lui qui pensait s’être fait une raison. Et puis, surtout, il sait parfaitement à qui il doit tout ça. Elijah Buckley. Il sait pourquoi il lui doit ça et Marcus ne sait pas s’il voudrait qu’il ne vienne jamais avec la gamine, ou s’il crève d’envie de la voir.

C’est ridicule.

Quand des gardes viennent le trouver ce matin alors qu’ils le sortent de sa cellule, c’est pour lui dire que Buckley a appelé. Qu’il va passer. Avec sa nièce et Marcus reste planté là, incapable d’assimiler complètement l’information. Il n’est pas prêt. Il va mieux et c’était ce que voulait Buckley, mais il n’est pas prêt. Il ne sait pas quoi lui dire à cette gamine, il ne sait pas à quoi elle s’attend, il est convaincu qu’elle va tout simplement le haïr et c’est stupide parce qu’il ne la connaît pas et ça ne devrait pas autant le toucher, l’atteindre et pourtant, l’idée qu’elle le déteste lui fait peur.
Il se défoule sur un sac de frappe jusqu’à ce que ses muscles lui crient d’arrêter, plus habitués à être autant sollicités. Puis il tourne en rond et rumine et ressent presque le besoin de fuir. Quand on vient le chercher pour l’emmener à l’infirmerie, quand on lui tend les potions qu’il doit prendre pour son dos et continuer son sevrage, Marcus hésite presque à ne pas les prendre, pour rester cloué dans un lit et ainsi ne pas être en état de recevoir la moindre visite.

Ne me décevez pas, Flint.

Les mots résonnent dans sa tête et il boit les deux potions, cul sec. Quand vient l’heure du déjeuner, il regarde son plateau et se bat avec ce qui traîne dedans de sa fourchette, plutôt que de se jeter sur la bouffe comme il avait repris l’habitude de le faire ces derniers temps. Il n’a pas faim. Il a la gorge et l’estomac noués, il a un peu envie de vomir et il est désormais certain qu’il ne doit surtout pas rencontrer cette gosse.

Les heures s’étirent à une lenteur abominable et quand on vient le chercher pour l’emmener jusqu’aux bulles de visite, Marcus ne marche pas très droit, il a les mains qui tremblent à nouveau et il sait que ce n’est pas le manque, que c’est juste l’angoisse qui le rend aussi pathétique. Il est plus nerveux que la fois où il s’est présenté aux sélections de l’équipe de Serpentard. Plus nerveux que son premier match en tant que Capitaine de son équipe. Plus nerveux que la première fois où il a joué dans un vrai stade, avec les Falmouth Falcons, que la première fois qu’il a donné une interview, que la première fois où il a invité une fille à sortir avec lui, que la première fois où il a mené les FF sur le terrain. Il est plus nerveux que toutes ces fois réunies. Ils doivent le tirer un peu jusqu’à sa bulle, parce qu’il traîne trop à leur goût, et il finit le cul posé sur une chaise, le regard perdu dans le vide.
Il cogite. Trop. Se fait un millier de scenarios qui ne finissent jamais bien dans sa tête. Il finit penché en avant, ses avant-bras appuyés sur ses cuisses, à remuer ses jambes dans un rythme qui n’a pas vraiment de sens. C’est là qu’ils entrent dans la bulle et Marcus lève lentement la tête, alors que dans sa poitrine, son corps bat plus fort et plus vite qu’après un entraînement avec Liv.

Putain ce qu’elle ressemble à Cara.
Mais y a un peu de lui, aussi.
Il arrive à le voir, ici et là.

Surtout dans ce regard déterminé, cet air plein de défi qu’elle a sur les traits. Il y a un peu de lui dans cette gamine et ça lui coupe le souffle parce qu’il prend conscience, enfin, de la réalité de la chose. Il prend conscience qu’elle existe vraiment, qu’elle est là. Elle a l’air à la fois minuscule et tellement grande. Elle s’avance et Marcus se redresse brusquement sur sa chaise, tendu comme la corde d’un arc, alors qu’il l’observe comme si elle était un animal prêt à bondir sur lui pour lui arracher la gorge. Elle s’assied en face de lui et il la regarde bouger, fasciné. « Nys, voici— » «  Je m'appelle Rhaenys Buckley. » Il sursaute presque en entendant sa voix, puis baisse les yeux sur sa petite main tendue, avant de les ramener sur son visage. Il recommence plusieurs fois, avant d’enfin tendre sa main, dont il maîtrise tant bien que mal les tremblements. « Marcus, » croasse-t-il faiblement avant de refermer sa main autour de celle de Rhaenys. Il engouffre complètement celle de la gamine dans sa grande patte, mais elle serre de toutes ses forces et il y a comme un courant qui le traverse. Et alors, il peut la voir. Sa magie, sa belle magie complètement dénuée de noirceur, sa Trace qui lui rappelle celle de Cara mais aussi—aussi la sienne.

Il y a plus qu’un peu de lui, dans cette gamine.

Il libère enfin sa main, ramène la sienne vivement près de son corps et l’observe un moment, avec des yeux ronds. Puis il reporte son attention sur Rhaenys et il ouvre la bouche. La referme. Puis il lève la tête vers Buckley, mais son air dur lui fait bien comprendre qu’il est là pour évaluer, pas pour aider. Qu’est-ce qu’il peut bien lui dire ? Qu’est-ce qu’il a à dire ? Il n’en a aucune idée. Il n’était pas prêt, il n’est toujours pas prêt. Marcus déglutit avec difficultés, observe la gamine, des pieds à la tête. Quand il s’arrête sur sa poitrine, il s’humecte les lèvres, ouvre à nouveau la bouche. « Cool, ton t-shirt, » commente-t-il d’une voix rocailleuse. Avant de relever les yeux vers elle.

• • •

I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK. (paint in black)
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 364
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 793
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Pendant un instant, alors que Flint reste figé devant la mine de la gamine avec sa peau prenant rapidement un teint livide, Elijah se dit qu'il a complètement sous-estimé la force avec laquelle les Cognards lui ont tapé sur le ciboulot pendant des années. Si ça se trouve, il est véritablement devenu con, l'ancien Mangemort. Il n'aurait jamais dû emmener Rhaenys ici.
Mais non, comme un automate mal huilé, Marcus finit par se mettre en mouvement, articulation par articulation, centimètre par centimètre, tendant la main et serrant celle de Rhaenys dans la sienne. Elle est encore si petite, Rhaenys, Elijah se surprend encore parfois à la regarder en se demandant comment un être si minuscule peut avoir une telle flamme dans la poitrine. Elle essaie d'écrabouiller les doigts de Marcus mais celui-ci n'a pas la décence de faire comme si ça faisait mal. « Marcus. » Elijah prend lentement place à côté de Rhaenys, pour pouvoir observer son expression à elle aussi. Elle fronce du nez en entendant Flint mais après avoir jeté un regard en coin à son oncle, se mord la langue pour ne pas balancer un duh, un j'sais ou un no shit Sherlock qui lui vaudrait d'être légèrement punie.
Rhaenys est aussi silencieuse que lui, observant Marcus avec la même avidité que Flint l'observe elle, même si il y a nettement moins de honte ou d'hésitation dans le regard de la gamine. Elijah se demande à quoi elle pense ou ce qu'elle voit. Elle est intense, garde ses yeux vissés sur son père, l'a rapidement détaillé déjà et maintenant, attend qu'il parle. Ils ont fait le premier pas en venant ici, c'est à lui de faire le second. Malgré son jeune âge, Rhaenys comprend très bien comment asseoir son autorité sur autrui, quelque chose qu'elle a sans doute pris de son oncle...
Marcus a l'air complètement mal à l'aise et Elijah se sent presque de pitié pour lui, même si il ne bouge pas d'un poil. Il n'est pas là pour aider, juste pour être sûr que ni l'un ni l'autre ne fait une grosse bourde. Vu la pétrification de Flint, il redoute presque plus les réactions de Rhaenys qui, quant à elle, semble prête à lui foncer dedans comme un Éruptif en colère... « Cool, ton t-shirt. »

Elijah cligne des yeux.

Rhaenys se met à sourire.

Ouais, hein? Le tien est un peu nul mais j'imagine que c'est parce que t'es en prison. ” Rhaenys la délicate, Elijah commente parfois mentalement en l'entendre. “ Plus tard c'est ce que j'ai envie de faire. Les élever, j'veux dire, ou les courser, j'ai pas encore choisi, mais j'adore les É-rup-tifs. C'est trop classe. Ils habitent dans la savane. Elijah a appris la danse de reproduction, diiiiis, tu veux bien lui montrer, Eliiiii? Non. T'es nul. ” Rhaenys semble soudainement très heureuse. Elle est particulièrement enthousiaste. Les Éruptifs, elle pourrait en parler pendant des heures. Et le compliment de Marcus semble complètement l'avoir conquise; elle se met à chercher ses poches furieusement avant d'en sortir une feuille de papier nettement pliée en quatre (par Elijah, pour pas qu'elle se froisse). Ils ont mis trois plombes à passer les diverses sécurités de la prison parce qu'ils devaient vérifier qu'ils ne ramenait rien d'autre que cette feuille de papier et qu'elle n'était pas ensorcelée pour... Elijah ne sait pas trop quoi. Aider Flint à s'enfuir avec sa baguette et son couteau? Bref. “ J't'ai fait un dessin. ” Elijah adresse un regard noir à Marcus pour lui prévenir qu'il n'a pas le droit de se moquer (le dessin n'étant clairement pas le point fort de Rhaenys à l'école). “ Ils ont dit que t'avais le droit de le garder, pff, c'était trop nul, on a dû attendre trente minutes pour qu'il soit incpecté- Inspecté. -et validé mais ouais tu peux le garder. T'es pas obligé, hein. ” Le regard d'Elijah indique qu'il est obligé.

Elle pose enfin le dessin sur la table après avoir grimpé sur sa chaise pour mieux être penchée dessus, le mettant perpendiculaire entre eux deux pour qu'ils puissent le consulter en même temps. Elijah l'a déjà vu suffisamment de fois pour le connaître par coeur. Rhaenys s'est beaucoup appliquée pour le faire au club d'art et pour le peaufiner à la maison.
Ça c'est moi, obviously, et ça c'est Sun, on est les batteuses de l'équipe... ” Ses doigts pointent les deux figures principales au centre du dessin, juchées sur des balais maladroits. Le dessin est mal animé, on dirait qu'elles tombent ou qu'elles volent, des balles — Cognards — leur tournent autour en trop grandes quantités alors qu'elles agitent leurs battes. “ Ça c'est Scorpius, il cherche le vif, duh et là c'est Teddy, il garde les buts! C'est mes amis. Là... y'a Eli. ” Il est dans les gradins à côté de... “ Ça c'est June. ” ... évidemment. “ Y'a Ames aussi, et Eddie, et Susan, et Rohan... et ça c'est Tutus et Lia. ” Les fantômes, qui ont le teint un peu vert sur le dessin. “ Et Viola, évidemment. ” Finalement, son doigt glisse à la surface de son stade de Quidditch pas du tout proportionnel jusqu'à la tribune d'en face. “ Ça c'est toi. Y'a des barreaux parce que t'es en prison mais t'es quand même venu au match. ” Logique. “ T'essaies d'attraper nos balais pour sortir mais t'y arrives pas mais t'es content d'être là parce que le Quidditch te manque. Voilà. ” Elle fait glisser le dessin vers lui pour qu'il l'examine de plus près. Elle a dessiné la Marque, grossièrement et au feutre noir, sur le bras qu'il sort d'entre les barreaux, alors que tout le reste est fait au crayon de couleur.
Rhaenys essaie de regarder l'avant-bras nu de Marcus. Elijah quant à lui guette ses réactions.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 29/09/2016
‹ messages : 236
‹ crédits : ♠MOONY.
‹ dialogues : teal.


‹ âge : 30 ans
‹ occupation : en taule.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1985 et 1993.
‹ baguette : mesure 31cm, a été taillée dans de l’if et pour le cœur, c’est un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 654
‹ réputation : on dit que c'était un super bon poursuiveur, que c'est du gâchis, ses anciens camarades mangemorts savaient pas trop ce qu'il foutait là, ça tombe bien, lui non plus, on dit que c'est un idiot, un con, une brute épaisse.
‹ particularité : il est plutôt doué pour repérer les flux magiques, c'est de famille, mais il manque d'entraînement, alors ce n'est pas un très bon Traceur.
‹ faits : il souffre de dyslexie et de dysorthographie, deux troubles qui n'ont jamais été pris en charge et qui rendent la lecture et l'écriture très difficiles pour lui - on le surnommait Ace sur le terrain, parce que c'était un Poursuiveur exceptionnel - il était le Capitaine des Falmouth Falcons et adorait ça - les attentats de Ste Mangouste en 2003 lui ont coupé les ailes - il souffre de douleurs chroniques dans le dos - le navitas est la seule chose qui faisait passer la douleur - aujourd'hui, il doit se contenter de ce qu'on lui donne à azkaban et ça ne suffit pas.
‹ résidence : une jolie cellule à azkaban.
‹ patronus : il n'a jamais su en faire un et prendre la Marque n'a pas aidé.
‹ épouvantard : les corps sans vie des (rares) personnes auxquelles il tient.
‹ risèd : il se voit de nouveau sur un balai, dans son uniforme des Falmouth Falcons.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6929-marcus-when-i-was-king
elijah buckleyIf we are strong enough in our souls we can rip away the veil and look that naked, terrible beauty right in the face; let God consume us, devour us, unstring our bones. Then spit us out reborn.
MAY 1ST. Cool, ton t-shirt. Cool, ton t-shirt. Il pouvait pas trouver plus naze à dire ? Mais putain il sait pas ce qu’il est censé faire, encore moins ce qu’il est censé dire à une gamine de sept ans qui s’avère indéniablement être la sienne et qu’il ne connaît pas et qui a toutes les raisons de la détester et qui—

Elle sourit.
Elle sourit ?
Elle sourit.

Marcus retient son souffle, parce qu’elle a vraiment un chouette sourire et… c’est… lui… qui a fait ça ? Il a un peu de mal à y croire ? Beaucoup de mal, même. Il lève brièvement les yeux vers Elijah, comme si l’homme pouvait lui donner la confirmation qu’il est bien responsable de ce sourire, mais il ne laisse rien paraître et Marcus ne peut que reporter son attention sur Rhaenys. « Ouais, hein? Le tien est un peu nul mais j'imagine que c'est parce que t'es en prison, » lâche-t-elle et il s’étouffe un peu, baisse les yeux sur sa tenue et il ne peut pas vraiment la contredire. «  Plus tard c'est ce que j'ai envie de faire. Les élever, j'veux dire, ou les courser, j'ai pas encore choisi, mais j'adore les É-rup-tifs. C'est trop classe. » Euh, c’est carrément dangereux, non ? Enfin, gamin il adorait les bouquins illustrés que sa mère avait achetés sur les dragons et il a passé pas mal d’années à dire que plus tard il aurait un dragon qu’il chevaucherait et d’autres conneries de ce genre. Alors il suppose que c’est normal qu’à sept ans, Rhaenys trouve que les Éruptifs sont classes. « Ils habitent dans la savane. Elijah a appris la danse de reproduction, diiiiis, tu veux bien lui montrer, Eliiiii? » Okay, il est curieux. « Non. » Marcus fait la moue. « T’es nul. » Entièrement d’accord. Il pourrait payer pour voir Buckley leur montrer la danse de reproduction des Éruptifs.
Rhaenys se met à fouiller dans ses poches et il la regarde faire, intrigué par la feuille de papier qu’elle finit par en sortir. « J’t’ai fait un dessin. » Oh. Vraiment ? Son regard croise celui, noir, de Buckley et Marcus fronce les sourcils. Quoi ? Mais qu’est-ce qu’il a, bon sang ? D’accord, il mérite probablement pas un dessin, c’est ça qu’il se dit ? Il n’y est pour rien, lui ! « Ils ont dit que t'avais le droit de le garder, pff, c'était trop nul, on a dû attendre trente minutes pour qu'il soit incpecté- » « Inspecté, » corrige instantanément Buckley, comme une machine bien huilée. « -et validé mais ouais tu peux le garder. T'es pas obligé, hein. » Marcus cligne plusieurs fois des yeux. Pourquoi il ne le garderait pas ? Il conservait bien les lettres envoyées par ses fans, y compris les dessins dont il ne saisissait pas toujours le sens des plus jeunes. Ils doivent toujours être quelque part à l’appartement, si Liv n’a pas dégagé ses affaires.

Et puis il se souvient de sa mère qui acceptait toujours ses dessins et autres créations de gosse avec le sourire, de son père qui ne les regardait même pas. C’est vrai que les adultes sont parfois très cons. Elle pose le dessin sur la table et se perche un peu mieux sur sa chaise. Marcus hésite, mais finit par s’approcher, pour voir ce qui se trouve sur la feuille. « Ça c'est moi, obviously, et ça c'est Sun, on est les batteuses de l'équipe... » Il n’a absolument aucune idée de qui est Sun. Une copine de classe ? Enfin, peu importe. L’animation n’est clairement pas top, mais ce n’est pas comme s’il était plus doué à son âge – d’ailleurs, Marcus est à peu près certain de faire moins bien qu’elle, même à trente ans, alors… Batteuse, hein ? Il bute là-dessus ouais, parce que ça en dit long sur elle. D’habitude, les gamines se projettent à un poste un peu plus glamour, comme Attrapeuses, parce qu’elles sont généralement plus petites et plus mince, ça leur permet d’être rapides. Mais c’est le poste de Batteuse qui a attiré l’attention de Rhaenys. Buckley a dit qu’elle avait du caractère après tout, entre les Éruptifs et ça, Marcus n’en doute plus.
Il y a clairement trop de cognards autour d’elles, mais bon, il suppose que ça prouve qu’elle n’a pas froid aux yeux. « Ça c'est Scorpius, il cherche le vif, duh et là c'est Teddy, il garde les buts! C'est mes amis. Là... y'a Eli. » Scorpius ? Elle est amie avec le gamin de Draco et Astoria ? Il ne sait pas trop quoi penser de ça. « Ça c’est June. » Entre le prénom et la touffe de cheveux oranges présents sur la tête du bonhomme qu’elle appelle June, Marcus ne tarde pas à faire le lien avec Winchester. Encore quelqu’un qui le déteste, c’est assez gênant. « Y'a Ames aussi, et Eddie, et Susan, et Rohan... » Il se crispe un peu à Eddie. Le surnom est plutôt commun, mais associé à ces autres noms, Flint ne peine pas à savoir de quel Eddie elle parle et c’est dur pour lui de masquer la haine que ce nom lui inspire. « Et ça c'est Tutus et Lia. » Qui ? Son regard s’attarde sur les silhouettes verdâtres et il croit comprendre. Tutus et Lia. Il n’arrive pas à retenir un petit sourire moqueur aux surnoms. Est-ce que les deux vieilles biques la laissent les appeler comme ça ? Marcus trouve ça hilarant.

« Et Viola, évidemment. » Sa gorge se noue un peu à la mention de sa mère. Il suit le chemin que fait le doigt de Rhaenys sur la feuille et son souffle se bloque un peu, parce qu’il devine la suite. « Ça c'est toi. Y'a des barreaux parce que t'es en prison mais t'es quand même venu au match. » Ce n’est pas tellement la présence des barreaux qui le perturbe. C’est sa présence à lui, sur ce dessin. « T'essaies d'attraper nos balais pour sortir mais t'y arrives pas mais t'es content d'être là parce que le Quidditch te manque. Voilà. » Elle tourne le dessin vers lui et il l’observe attentivement, incapable d’en détacher son regard. Il remarque la Marque qu’elle a dessinée au feutre noir sur son avant-bras et déglutit avec difficultés pour tenter de chasser le nœud qui lui coince la gorge. Il déteste cette Marque. Elle est toujours là, sur son avant-bras, presque effacée maintenant que le Lord a été vaincu, mais Marcus sait qu’elle ne partira jamais vraiment. Il peut sentir le regard de Rhaenys qui parcourt son avant-bras et il doit se faire violence pour ne pas rabattre sa manche sur le tatouage infâme.
Elle sait très bien ce qu’il est, ce qu’il a fait, essayer de le cacher maintenant ne servirait à rien et il s’est promis d’être sincère. Il a plein de défauts, son dessin. Trop de cognards, le stade ne ressemble pas vraiment à un stade, les anneaux des buts sont mal fichus. Mais c’est Rhaenys qui l’a fait. Qui l’a fait pour lui et d’un côté, ça le rend un peu parfait. « Cool, » commente-t-il dans un souffle. Tu te répètes, Flint, se dit-il, un peu amer. « Bien sûr que j’vais l’garder, la déco est carrément nulle ici, » fait-il avec une grimace un peu exagérée. Comme s’il y connaissait quoi que ce soit en déco. « Tu crois qu’ils me laisseront l’accrocher au mur ? » demande-t-il avec un air songeur.

« En tout cas, t’es vachement plus douée que moi, » commente-t-il et il n’a pas à mentir pour le coup, parce qu’à part dessiner des schémas pour mettre au point de nouvelles tactiques de Quidditch, Marcus est pas foutu de faire quoi que ce soit d’utile avec un crayon. « Merci. » Encore une fois, il est sincère, tout comme le sourire qui se dessine sur ses lèvres. C’est vrai que le Quidditch lui manque. Il suppose que sa mère a encore une fois trop parlé, mais ce n’est pas très grave. « Batteuse, hein ? Bon choix. » Il y a peut-être un peu de fierté, dans sa voix et son regard, mais vraiment rien qu’un peu. « J’espère que t’as d’la force là-dedans, » fait-il en désignant le bras de Rhaenys. « Parce qu’entre batteuse et éleveuse d’Éruptifs, il va te falloir une sacré poigne. » Il arque un sourcil et pendant un instant, il oublie un peu où il est vraiment.

• • •

I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK. (paint in black)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

ELIUS (○) SOMEWAY IT'S PART OF ME, APART FROM ME.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Somewhere over the rainbow ”
but you know legends never die
 :: Royaume-Uni; bring me the horizon :: Azkaban
-