Partagez | .

sujet; (lindsay) everything i do, i do it for you

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : disponible (1)
‹ inscription : 14/03/2017
‹ messages : 17
‹ crédits : mathy.
‹ dialogues : #6699cc


‹ âge : vingt-neuf ans
‹ occupation : chef cuisinier, propriétaire de son propre restaurant et animatrice d'ateliers de réinsertion en cuisine
‹ maison : Ravenclaw
‹ scolarité : septembre 1986 à juin 1993
‹ baguette : bois de rose, plume de phénix et 28,3 centimètres
‹ gallions (ʛ) : 405
‹ réputation : jeune cuisinière hors pair
‹ résidence : elle vit un petit appartement sur le chemin de traverse, juste au-dessus de son restaurant
‹ patronus : un colibri delphinae
‹ épouvantard : son restaurant entièrement détruit et sous les décombres sa fille
‹ risèd : son père l'enveloppant dans ses bras
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay Gemma Podmoreje brise les couples, mais ce n'est même pas volontaire
☇ Avis sur le contexte : Lindsay n’est pas de ceux qui se basent sur des aprioris pour construire son opinion sur une situation. Toujours prête à chercher, toujours prête à creuser, elle préfère se faire son propre avis que de laisser les autres dicter ce qu’elle doit dire ou ce qu’elle doit penser.

A la fin de la guerre, elle s’est très vite embourbée dans son optimisme sans faille, se convainquant que le gouvernement qui prendrait l’intérim ne pourrait jamais être pire que ce qu’ils avaient vécu ces dernières années. Pourtant, elle doute de plus en plus de leur capacité à les sauver du pire : leur intransigeance face aux affaires de brainwashing, leur obstination à terminer rapidement les procès quitte à les bâcler, la stigmatisation gratuite de certaines familles sangs-purs, la non-réactivité face aux Mangemorts en fuite … Elle a de sérieux doutes sur leurs choix.

Les derniers événements n’arrangent rien. La fracture des protections magiques entre le monde moldu et sorcier la conforte dans l’idée que ce gouvernement n'est pas capable de gérer des situations difficiles et de prendre les bonnes décisions. Pour sa part, Lindsay est empreinte d’un idéalisme qui l’incite à croire que révéler l’existence du monde magique aux moldus ne serait pas si mal. Elle est convaincue que les deux mondes sont capables de cohabiter et de construire quelque chose ensemble, même si beaucoup disent le contraire.
❝ We're running in circles again ❞war heroes ; inventé

☇ nom & surnom(s) ; le choix de son prénom a été le théâtre de longs débats houleux, mais ses parents finirent par trouver un terrain d'entente lorsque le prénom de Lindsay fut proposé. Ils lui donnèrent également le prénom de Gemma, comme la pierre précieuse qu'elle était à leurs yeux. Podmore est un nom de famille connu de tous. Sturgis en a fait un patronyme critiqué et admiré à la fois, Lindsay le porte avec fierté. Lily est l'évidence quand on veut l'appeler de manière affective. Lily pea n'est utilisé que par son père, en référence à sa répugnance pour les petits pois. Line reste le surnom que tout le monde emploie pour l'interpeller. Chez les insurgés, enfin, elle était connue sous le pseudo de Captain Cook ☇ naissance ; la petite Lindsay voit le jour, le 10 février 1975, à Poudlard. elle adore se vanter de ce lieu de naissance si particulier qui la rend unique ☇ ascendance & origines ; elle s'est toujours considérée comme une sang-mêlée bien que son ascendance soit pure depuis plusieurs générations ☇ métier ; avant tout un chef cuisinier, elle est devenue dernièrement patronne de son propre restaurant sur Diagon Alley. elle s'est également engagée à effectuer des stages et ateliers de réinsertion en cuisine à Azkaban et à St Mungo ☇ camp ; moderniste dans l'âme, Lindsay n'a jamais laissé le sang et les différences définir une personne. elle veut plus que tout tourner la page des erreurs passées et en ouvrir une nouvelle, lavée de toute noirceur, de toute terreur, de tout crime. elle veut que les choses changent ☇ réputation ; avant, on la connaissait plus comme la fille de Sturgis Podmore que comme une personne à part entière. ceci dit, son implication aux côtés de l'Ordre puis des insurgés durant la guerre lui a permis de se créer sa propre personnalité. à présent, on la reconnait comme un excellent chef cuisinier ☇ orientation & état civil ; elle est en couple depuis peu, laissant derrière elle des histoires amoureuses bien compliquées ☇ rang social ; elle se considère comme une simple civile bien qu'elle ait accepté la médaille qu'ils ont voulu lui remettre après la guerre. cette récompense fait d'elle une war heroine même si elle n'aime pas se considérer comme telle ; elle a fait ce qu'elle devait faire ☇ baguette ; faite en bois de rose, symbole de beauté et de raffinement, plume de phénix pour les grandes possibilités qu'elle offre, environ 28,3 centimètres ce qui en fait une baguette souple et facile à manier  ☇ épouvantard ; sa pire peur a pris une nouvelle forme. à présent lorsqu'il apparait devant elle, elle doit les décombres de son restaurant et au-dessous, le corps inanimé d'Amada ☇ risèd ; son plus grand désir est de se sentir importante aux yeux de son père, cela se projette par les bras de ce dernier l'enveloppant dans une longue étreinte ☇ patronus ; il prend la forme d'un colibri delphinae symbole de son indépendance, de sa liberté mais également de sa joie de vivre ☇ particularités ; aucune ☇ caractéristiques ; tatoué sur son omoplate droit, un cœur autour duquel vole des papillons. sur l'ensemble de son corps, des cicatrices dues à la magie ☇ animaux ; une petite chouette hulotte, Hera, qui lui permet de transmettre des lettres manuscrites à ceux qui ne se sont pas encore adaptés aux nouvelles technologies ☇ objets connectés ; elle possède un pocketowl sur lequel elle accède à son msn entièrement personnalisé à l'image de son restaurant, elle y poste régulièrement des photos du plat du jour et des offres promotionnelles. elle n'a pas accès à MirrorTV mais profite du miroir télévisé de son compagnon

❝ Follow your dreams ❞Anecdotes & infos

☇ ROOTS (SUGAR) ; fille de Nora Payne, psychomage, et Sturgis Podmore, auror + elle nait à Poudlard alors que ses parents étaient encore élèves en septième année. Elle aurait dû voir le jour à Ste Mangouste, mais lorsque sa mère se décida à aller voir l’infirmière, le travail était trop avancé pour qu’elle soit transférée à l’hôpital, alors Lindsay poussa son premier cri à l’infirmerie du château + son enfance était rythmée par l’absence de son père, une garde partagée peu respectée et des séjours – parfois assez longs – chez ses grands-parents + petite fille très vive, elle adorait aider ses grands-parents au potager et se promener avec eux en forêt + gourmande et créative, sa grand-mère lui a transmis sa passion pour la cuisine + par contre, elle détestait les petits pois et avait pris l’habitude de les lancer sur le visage de ses parents pour montrer son mécontentement. Ce dégoût lui a d’ailleurs valu son surnom de Lily Pea + intelligente et curieuse, la lecture a été le seul moyen que ses parents ont trouvé pour calmer son hyperactivité + sa magie est apparue vers ses cinq ans. Trop impatiente à l’idée d’attendre la cuisson de son gâteau, elle a fait exploser le four + déjà toute petite, Lindsay était une petite fille plein de rêves et d’imagination

☇ STUDIES (SALT) ; à Poudlard, elle a été répartie à Serdaigle pour sa soif de connaissances + parfois un peu trop bavarde et plutôt sociable, elle s’est très vite fait des amis au sein de l’école et en a fait sa maison + à cette époque, son objectif principal était d’attirer l’attention de son père. Ses deux principales méthodes étaient d’exceller d’un point de vue académique pour le rendre fier d’elle, et de faire les plus grosses bêtises possibles pour qu’il la réprimande. Mais d’une manière ou d’une autre, elle se sentait toujours rejetée + elle passait beaucoup de temps à la bibliothèque et adorait se rendre à la tour d’astronomie + après l’obtention de ses BUSEs et de ses ASPICs, elle est entrée au SAWL Center, à l’Euro-Glyph School of Extraordinary Languages, pour se préparer au voyage qu’elle a toujours rêvé de faire autour du monde + en parallèle, elle suivait des cours du soir en cuisine et travaillait en alternance dans les cuisines des D’Anjou

☇ AUNTIE MOM (GINGER) ; belle et extravertie, Lindsay n’a jamais eu beaucoup de mal à intéresser les garçons, même si elle se faisait un malin plaisir à les faire poireauter + sa première relation sérieuse fut avec un joueur professionnel de Quidditch, Esteban Sasmaz. Elle le rencontra lors d’une soirée où les D’Anjou s’occupaient du buffet et où elle devait assurer le réapprovisionnement de la nourriture sur le buffet + leur relation était parfois mal vue, déjà par leur différence d’âge et ensuite par leur tendance à influencer l’autre dans le mauvais sens, malgré tout ils s’aimaient et restèrent ensemble un certain temps + ce fut Lindsay qui mit fin à leur relation lorsqu’elle apprit qu’elle était enceinte + elle l’évita longuement, malgré ses courriers incessants et sa détermination à comprendre, jusqu’au jour où il vint faire une surprise aux élèves du SAWL Center et qu’elle fut obligée de croiser sa route. Ce jour-là, elle lui dit tout, et il réussit à la convaincre de garder l’enfant + ainsi, le 21 décembre 1995 naît la petite Amada Hailee Sasmaz + dès les premiers jours, Lindsay ne se sentait pas à sa place dans son rôle de mère, mais elle essayait de se convaincre que les choses s’amélioreraient. Mais un jour, alors qu’elle avait posé Amada sur le lit pour la changer, elle détourna la tête à peine une seconde pour attraper une couche que la petite avait déjà roulé par terre. Elle l’emmena immédiatement à Sainte-Mangouste et heureusement, Amada n’avait aucune blessure, mais cet événement la bouleversa et finit de la convaincre qu’elle n’était pas faite pour être mère. Le soir même, elle fit ses bagages et abandonna sa fille en la laissant à Esteban + elle effaça cette part de sa vie durant plusieurs mois, jusqu’à ce que la guerre ne la rattrape et qu’elle voit le monde s’effondrer autour d’elle. Elle se rappela alors que dehors, il y avait Esteban et Amada aussi, et elle décida de les retrouver. Elle profita souvent des missions de l’Ordre et des insurgés pour garder un œil sur eux. C’est ainsi que lorsque la famille d’Esteban fut en danger, Lindsay s’occupa personnellement de les ramener en sécurité au camp + depuis, elle essaie de reconstruire une relation avec sa fille, même si elle ne se sent toujours pas vraiment mère. Elle jalouse la femme d’Esteban – Jessica – d’avoir été une si bonne mère pour Amada + Amada a maintenant huit ans et considère Lindsay comme sa tante. Elle l’appelle d’ailleurs Auntie Lindsay

☇ TRAVELLER (CHILI) ; depuis qu’elle sait à quel point le monde est grand, Lindsay souhaite faire un tour du monde + sa passion pour la cuisine découverte, elle se mit en tête de profiter de ce voyage pour découvrir de nouvelles saveurs et de nouvelles cultures + ses études à l’Euro-Glyph School of Extraordinary Languages devaient d’ailleurs lui permettre de réaliser ce rêve, mais sa grossesse mit un frein à ses souhaits + elle était prête à mettre un terme à ses rêves et taire ses désirs pour élever sa fille. Mais lorsqu’elle se rendit compte de son incapacité à être mère, plus rien ne l’empêchait de faire ce qu’elle avait toujours rêvé de faire, et elle décida de partir pour son tour du monde en juillet 1996 + elle débuta son périple en Inde où elle rencontra Matteo Grimaldi dans un petit village. Il devint son compagnon de route pour le reste du voyage et également son meilleur ami + elle visitait tout aussi bien le monde magique que le monde moldu dans les pays qu’elle traversait. Elle y découvrait de nouvelles cultures, de nouveaux plats, faisait de superbes rencontres et se responsabilisait peu à peu + après l’Inde, elle se rendit en Russie, en Chine, au Japon, en Australie, en Afrique du Sud, au Congo, aux Etats-Unis, en Italie et en France, jusqu’à ce qu’elle interrompe son voyage en juin 1997, à la mort de Dumbledore

☇ INSURGENT (PEPPER) ;les choses prenaient déjà des allures de plus en plus sombres avant qu’elle ne parte pour son voyage autour du monde, pourtant, elle partit quand même. Elle était convaincue que l’Ordre, et surtout son père, sauverait leur pays + pourtant Dumbledore, celui qui, aux yeux de Lindsay, incarnait la paix, la protection et la sécurité, mourut et elle fut forcée d’admettre que les choses ne s’arrangeraient pas ainsi. Elle écourta donc son séjour à l’étranger pour rentrer à la maison et s’engager aux côtés de l’Ordre + bien que cette décision fut principalement portée par son envie d’aider, elle souhaitait également, égoïstement, que son père remarque sa détermination à rejoindre les causes de l’Ordre + elle participa à un certain nombre de petites missions, même si son père s’arrangeait pour ne pas la mettre en avant sur des opérations dangereuses + à la chute de l’Ordre, elle rejoignit le camp des Nocturnes, où elle assurait quelques missions et s’occupait la plupart du temps des réapprovisionnements en nourriture et des repas + lors de la reprise de Poudlard par les insurgés et le prise en revers des camps insurgés par les Mangemorts, elle fut contrainte de fuir avec la famille Sasmaz dans la nature pendant plus d’un mois + lorsque les barrières de protection de Poudlard furent rétablies, elle put rejoindre les autres au château, et se laissa assez vite enrôler aux côtés de la RdP + elle combattit durant la bataille finale mais eut la chance de ne pas être blessée trop gravement

☇ HERO (CINNAMON) ; la guerre finie, elle fut décorée pour ses actes de bravoure durant cette guerre. Elle reçut une certaine somme d’argent et la clé d’un petit studio sur le Chemin de Traverse + avec l’argent reçu, elle ouvrit un restaurant traditionnel dans lequel elle cuisine chaque jour le plat typique d’un pays + en parallèle, elle prépare également un livre de recette qui contiendra toutes ces recettes et des récits de ses périples + elle assista au procès de certains criminels mais décida de tourner rapidement cette page sombre de l’Histoire + elle choisit malgré tout d’apporter sa contribution à la société en animant des ateliers de réinsertion en cuisine pour les criminels d’Azkaban, pour les brainwashés et d’autres personnes qui en auraient besoin + elle essaie peu à peu de ramener de la lumière dans ce pays en reconstruction, même si elle sent que le gouvernement ne prend pas les bonnes décisions + elle est bien loin de craindre la réunification et le mélange du monde moldu et sorcier, parce qu’elle est convaincue que de bonnes choses pourraient émaner de ça, mais ceci n’est peut-être qu’une pensée naïve et irréfléchie

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi shakespearette, elodie ou elo. J'ai 22 ans et c'est cool, c'est symétrique, je viens de rhône-alpes, la montagne et j'ai connu le forum via des gueux un peu trop convaincants. Si tout va bien vous me verrez connecté(e) trop souvent.

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Lindsay Podmore le Dim 23 Avr 2017 - 18:27, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : disponible (1)
‹ inscription : 14/03/2017
‹ messages : 17
‹ crédits : mathy.
‹ dialogues : #6699cc


‹ âge : vingt-neuf ans
‹ occupation : chef cuisinier, propriétaire de son propre restaurant et animatrice d'ateliers de réinsertion en cuisine
‹ maison : Ravenclaw
‹ scolarité : septembre 1986 à juin 1993
‹ baguette : bois de rose, plume de phénix et 28,3 centimètres
‹ gallions (ʛ) : 405
‹ réputation : jeune cuisinière hors pair
‹ résidence : elle vit un petit appartement sur le chemin de traverse, juste au-dessus de son restaurant
‹ patronus : un colibri delphinae
‹ épouvantard : son restaurant entièrement détruit et sous les décombres sa fille
‹ risèd : son père l'enveloppant dans ses bras
Voir le profil de l'utilisateur
Everything I do, I do it for youLook into your heart, you will find. There's nothin' there to hide. Take me as I am, take my life. I would give it all, I would sacrifice
❝ live in a broken family ❞1977 & Sawl Center

« Les études du cerveau ont aujourd’hui permis de mettre en évidence l’étroit lien qui existait entre les dysfonctionnements de la magie et les humeurs. Même si — » Assise sur une chaise en bois et balançant ses jambes dans le vide, Lindsay tirait doucement sur la manche de la robe de sa mère. Nora, particulièrement obnubilée par le cours tentait, tant bien que mal, d’ignorer les appels incessants de sa fille pour se concentrer sur la conférence de neuropsychomagie dont l’examen représentait près de cinquante pourcents de la note finale du semestre. Au début du cours, la petite fille, du haut de ses deux ans, se contentait parfaitement du livre animé que sa mère lui avait apporté, mais sa patience avait des limites et la demi-heure d’explication physiologique avait eu raison d’elle. Se gigotant dans tous les sens, elle avait de plus en plus de mal à rester calme. Ses vaines tentatives pour attirer l’attention de sa mère la mettait dans un tel état de frustration qu’elle finit par lâcher assez bruyamment : « Mommy I’m so boooored ! » Le conférencier s’arrêta au milieu d’une phrase pour chercher la source de cette interruption. Son regard se posa finalement sur la tête de Lindsay qui dépassait à peine au-dessus du bureau de sa mère. Nora, gênée et démunie, se leva à la hâte et se fondit en excuses tout en emmenant sa petite fille à l’extérieur. Lorsque la porte de la salle de classe se referma sur elles, Nora s’accroupit au niveau de Lindsay qui se balançait de droite à gauche, comprenant qu’elle venait de faire une bêtise. « Lily, sweety, tu ne dois pas crier comme ça lorsque quelqu’un parle ! Ce n’est pas poli ! » Lindsay baissa les yeux et murmura. « I’m sorry mommy … I want just go home ! » Le désarroi se lisait dans ses petits yeux clairs et sur ses lèvres se dessinait une moue attendrissante. « Oh ma Lily. Je ne peux pas. Je dois absolument suivre ce cours pour avoir les moyens de t’acheter ton cadeau d’anniversaire. » Nora glissa une mèche de cheveux derrière l’oreille de Lindsay et posa un baiser sur son front. « Call Granny ! » Elle soutenait le regard de sa mère sans flancher. « Je ne peux pas honey, Granny est malade.Where's daddy ?Tu le verras ce week-end.But I want him, NOW !Je suis désolée Lily. » Nora était démunie et n’avait pas d’autres mots que ces éternelles excuses. Elles se fixèrent l’une l’autre pendant quelques minutes et Nora finit par lâcher dans un soupir. « Allez, viens Lin’, on va chercher nos affaires et on rentre à la maison. » Faire des concessions, abandonner ses rêves, vivre pour sa fille, tout ça constituait son quotidien, mais avait-elle vraiment le choix ?

December 1990 & mother's home

« Lin’, prépare-toi, ton père va bientôt arriver ! » Elle leva les yeux au ciel et referma son grimoire. A travers la porte close de sa chambre, elle cria en retour. « A quoi ça sert ? Il ne vient jamais. J’en ai marre d’attendre devant la porte, mon sac à la main pour qu’il me dise le lendemain qu’il avait eu un empêchement ! » Elle attrapa un ourson en peluche sur son lit et l’agita violemment en marmonnant. « Un empêchement, mon œil. Il doit avoir peur que Lucy 58 fasse trop de bruit … » La porte s’entrebâilla légèrement et la tête de Nora apparut dans l’espace. « Tu as dit quelque chose, honey ? » Lindsay agita la tête en signe de dénégation et se leva pour attraper sa malle de voyage. « Tu as besoin d’aide ? » Elle renouvela son mouvement et entassa ses vêtements au fond de la boîte. Une fois ses affaires rassemblées, elle se jeta sur le lit et se recroquevilla face à sa pendule pour guetter l’heure où son père n’arriverait pas … Comme d’habitude … A force de fixer l’horloge, elle sentit des picotements dans ses yeux et décida de les fermer, sa fatigue l’emportant dans le même flot.

« Lily Pea, réveille-toi ! » Ses paupières se soulevèrent difficilement. « Je suis désolé de te réveiller, mais on doit vraiment y aller. Le repas attend à la maison. Et même si j’adore te regarder dormir, il vaudrait mieux qu’on y aille. » Son père se tenait à côté d’elle et lui parlait d’une voix étonnamment douce. Elle eut besoin de plusieurs minutes pour émerger complètement. Elle bâilla, s’étira et poussa un profond soupir. « J’pensais pas que tu viendrais ! » Leurs regards se croisèrent et elle crut l’espace d’un instant redevenir la petite fille qui réclamait son père constamment. « Lily Pea. Je manque peut-être beaucoup de nos semaines ensemble, mais quand je peux être là, sache que je le serais toujours ! » Elle grogna l’air sceptique. « Bon on y va ? » Son père se leva et fit léviter la malle. Lindsay enfila ses chaussures et traîna des pieds à sa suite. « Passe devant ! Je serai derrière toi avec ta malle ! » Elle entra dans la cheminée, prit une poignée de poudre émeraude dans sa main et se prépara. « Au fait. Je m’appelle Lindsay ! Faudrait que tu le retiennes ! » Et elle lâcha les cristaux tout en criant distinctement le lieu qui l’accueillerait pendant cette semaine de vacances.

August 1992 & father's home

Se tenant devant les fourneaux, assaisonnant son plat, Lindsay marmonnait et roulait des yeux à chaque fois qu’elle entendait l’autre glousser. Lorsqu’elle avait accepté de venir dîner chez son père, elle ne pensait pas qu’une énième Lucy serait de la partie. Elle ne les supportait pas. Toutes tellement bêtes, toutes tellement superficielles, toutes tellement jeunes … Celle du soir devait tout juste avoir trois ou quatre ans de plus qu’elle. L’autre riait encore lorsqu’elle entendit son père s’approcher. « Lily Peaaaaa ! Qu’est-ce que tu nous prépares de bon ? » Lindsay serra dans son poing la salière et murmura. « N’importe quoi qui pourrait l’intoxiquer.Qu’est-ce que tu dis ?Hey Lindsay, ça sent super bon ! C’est quoi ?Heeeeeey Lucy ! » Elle prit un ton sarcastique et se tourna vers la copine de son père avec un sourire faux sur les lèvres. « Euh. Moi c’est Carol.Oh c’presque ça ! Vous avez aucune allergie Casserole, j’espère ?Surveille ton langage Lindsay !Mais j'ai rien dit ! Allez, mettez-vous à table c’est bientôt prêt ! Je vous sers. » Elle remplit trois bols et les fit léviter jusqu’à la table ; un devant Sturgis, un à sa place et le dernier se renversa subitement sur la copine de son père, lui ébouillantant les jambes. « Merlin Lindsay, qu’est-ce que tu fais ?Je suis désolée, je … » Carol pleurait à grosses larmes tellement la douleur était insoutenable. « Ne joue pas cette carte avec moi Lindsay ! Va dans ta chambre ! » Habituellement il n’était pas un père très autoritaire, mais depuis quelques temps, elle s’attachait à lui mener la vie dure. Elle lui faisait payer ses absences ; celles de son enfance lorsqu’elle le réclamait le soir avant de se coucher, mais aussi celles d’aujourd’hui lorsqu’elle le voyait lancer des regards mielleux à ses copines. Il y avait toujours quelque chose pour s’interposer entre eux et ça, elle ne le supportait plus. Elle lui en voulait tellement, malgré tout l’amour qu’elle lui portait. Elle traîna des pieds jusqu’à sa chambre et referma la porte violemment. Se jetant sur le lit, elle plaqua son oreiller contre son visage et cria de toutes ses forces. Elle voulait partir. Elle en avait marre. Tout ce qu’elle voulait, c’était passer un bon moment avec son père. Et à chaque fois, il y avait une nouvelle personne ou une nouvelle mission pour le séparer d’elle.

« Qu’est-ce que tu fais ? » Ses yeux se levèrent à peine de son parchemin lorsque son père entra dans sa chambre et rabattit la porte derrière lui. La colère bouillonnait encore au fond d’elle. D’ordinaire, elle n’avait pas la rancune facile, et pourtant son père était l’un des seuls avec qui elle se permettait cette liberté. Son absence, elle en avait beaucoup souffert. Tant d’anniversaires manqués, tant de promesses non tenues … Elle lui en voulait tellement et pourtant, elle était incapable de le détester. « Je peux m’asseoir ? » Elle resta impassible, ne répondit même pas, comme s’il ne s’était pas adressé à elle, comme s’il n’était pas là. Feindre son absence n’était pas si compliqué quand elle avait passé dix-sept ans de sa vie à l’attendre. Devant son mutisme, son père lui ébouriffa les cheveux pour attirer son attention. Mais elle ne voulait pas céder aussi facilement. Elle ne voulait pas admettre qu’elle avait besoin de lui. « Bon d’accord ! » Elle pensait qu’il abandonnait, qu’il partirait … Au lieu de ça, il s’assit à côté du lit et attendit. Les minutes passèrent sans que ni l’un, ni l’autre ne rompit le silence. Habituellement si facile à vivre, avec son père elle expérimentait l’entêtement. « J’ai apporté des marshmallows. » Il l’appâtait, comme il l’avait toujours fait. Il la connaissait trop bien. Sa faiblesse, c’était lui. Lui qu’elle aimait plus que tout, mais aussi lui qui la faisait tant souffrir. Ce père qu’elle admirait, qu’elle voulait rendre fier, mais qui ne trouvait jamais le temps de le voir et de la féliciter. Elle désirait l’attention qu’il ne lui donnait pas. Elle baissa la tête pour ne pas céder. « Je vais les manger tout seul si tu n’en veux pas. » Elle l’entendit ouvrir le paquet et fourrer les sucreries dans sa bouche. Il parla d’ailleurs la bouche pleine. « T’es sûre, tu n’en veux pas ? » Il tendait le paquet vers elle. Elle le lorgna, hésita et finit par attraper la boîte. Elle se laissa glisser du lit et s’assit à côté de son père sans rien dire. Ils mangèrent un, deux, trois marshmallows silencieusement et finalement, elle lâcha : « I hate you so much ! » Il passa un bras derrière ses épaules et l’attira contre lui. « I know honey, I know. » Elle se blottit contre lui et versa quelques larmes. Il savait, mais pourquoi ne faisait-il rien pour changer les choses ? Elle voulait seulement le voir plus souvent, elle voulait seulement qu’il soit fier d’elle, elle voulait seulement qu’il joue un peu plus son rôle de père …

❝ not really a mother ❞September 1995 & SAWL Center

Elle poussait à peine la porte des toilettes qu’elle entendait déjà les cris euphoriques des étudiantes et les « Oh » d’admiration des étudiants. Le couloir était bondé, elle était incapable de voir ce qu’il se passait, mais la foule semblait s’amasser circulairement autour de quelque chose ou quelqu’un. Faisant quelques pas dans cette direction, elle attrapa par le bras d’une de ses connaissances. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » La jeune femme la dévisagea avec mépris. « T’es pas au courant ? Il parait qu’il y a une star du Quidditch sur le campus ? » Son cœur manqua un battement. Pas lui, pas lui, pas lui … « Qui ? » Elle attrapa les épaules de sa camarade et l’agita légèrement. « Who, Jane ? » Elle voulait savoir, ne voulait pas savoir, ne savait pas ce qu’elle voulait. Des nausées lui serrèrent les entrailles mais son estomac était désespérément vide. Sa gorge brûlait, attendant que la nouvelle ne tombe. « Esteban Sasmaz, pourquoi ? » Elle la lâcha et ses jambes se dérobèrent sous elle. Elle ne pouvait pas le voir, ce n’était pas le bon moment, elle n’était pas prête. Elle se retint au mur et s’éloigna le plus possible de la foule. Elle faisait une crise d’angoisse, sa respiration était saccadée, un poids inconsidérable pesait sur sa poitrine, ses jambes par contre ne la portait plus et sa vision se brouillait. Elle devait s’éloigner, ne pas le croiser, l’éviter … Elle ne pouvait pas lui dire la vérité. Elle ne pouvait pas lui expliquer pourquoi elle avait mis fin à leur relation. Elle l’aimait pourtant, mais elle n’avait pas eu le choix, elle n’avait pas le choix, elle ne lui dirait pas, bientôt, tout cela ne serait plus que du passé, une page tournée, une histoire oubliée …

« Je veux juste comprendre … » Elle n’avait pas eu le choix. Il était tombé sur elle, par hasard, et elle n’avait pas eu le choix. Il lui avait proposé d’aller boire un café, elle s’était sentie prise au piège, obligée de le suivre, obligée de dire oui. Les mains à présent serrées autour de sa tasse de thé, elle restait silencieuse. Elle fixait le liquide ambré alors qu’une larme glissait le long de sa joue. Si elle lui disait, tout deviendrait tellement réel. Ces dernières semaines, elle les avait passées à peser le pour et le contre de l’avortement ou de l’adoption, elle avait vu des guérisseurs et même consulté un psychomage pour qu’il l’aide à prendre la bonne décision, mais elle n’avait pas pu. Depuis plusieurs semaines, elle retardait l’échéance, laissait le temps passer, jusqu’à ce moment où elle n’aurait plus le choix. Au fond d’elle, elle savait que l’adoption était la meilleure des solutions, que son enfant serait heureux dans une famille qui le désirait. Pourtant elle n’arrivait pas à se résoudre à faire les démarches afin de lui trouver une famille. Elle se sentait coupable de l’abandonner, de faire ressentir à cet enfant ce qu’elle avait ressenti vis-à-vis de son père. Il y avait un blocage. Et comme si les choses n’étaient pas encore assez compliquées, il avait fallu qu’il vienne, lui, ici, au SAWL Center et qu’il la croise, elle, dans les couloirs. Le poids du secret était devenu trop lourd, elle ne pouvait plus le supporter. Peut-être que si elle lui disait, il pourrait prendre la décision à sa place. Peut-être … « Je suis enceinte. » Elle ne leva pas les yeux pour voir sa réaction, elle n’essaya pas de savoir à quoi il pensait, il resta silencieux d’abord et elle eut l’impression de se décomposer de l’intérieur. Ce bébé, leur bébé, était réel. Elle ne pouvait plus fuir. Ses yeux débordaient de larmes et son corps affaibli par les nausées s’était recourbé. Elle se sentait désemparée mais elle ne pouvait plus lui cacher. « Tu vas le garder ? » Elle leva son regard vers lui mais ne répondit pas. Cette solution, elle ne l’avait jamais envisagée. Garder le bébé, ça serait dire adieu à ses rêves, ça serait prendre ses responsabilités, ça serait devenir comme sa mère et le regretter toute sa vie. Elle ne pouvait pas garder le bébé, en fait, elle ne voulait pas. Dans quelques mois, elle partirait pour son tour du monde, tout était prêt, elle le méritait, donc non, elle n’allait pas le garder. « Si tu … Enfin, je suis là. » Il posa sa main sur la table à côté des siennes mais elle eut un mouvement de recul. Sa tête s’anima en signe de dénégation mais il s’approcha et l’étreignit maladroitement. Elle ne voulait pas, elle ne voulait pas qu’il soit là, elle ne voulait pas qu’il assume son rôle de père, parce que cela voudrait dire qu’elle devrait assumer son rôle de mère. Elle n’était pas prête. « Si tu veux le garder, je serai là. Je pourrai t’aider. Tu n’es pas seule … » Elle sanglotait toujours, réaction hormonale qu’elle exécrait. Il semblait vraiment vouloir s’impliquer, il semblait vraiment vouloir l’aider, il semblait vouloir ce bébé plus qu’elle, alors elle ne put pas lui dire non. « D’accord. » Elle se rappelait de ce qu’ils avaient, et peut-être que cet enfant leur permettrait de se retrouver. Il y avait cet espoir inconscient en elle. Peut-être qu’elle n’avait pas fait le bon choix en faisant de cette grossesse le sujet de leur séparation ; n’y avait-il pas une chance qu’en fait, cela les rapproche ?

April 1996 & Lindsay and Esteban's flat

« Lindsay ! Wher’you ? » La porte de l’appartement claqua violemment et elle sursauta. Ses mains lâchèrent les objets qu’elle agrippait et elle eut le besoin soudain de se cacher. « Lindsay ! How’s Amada ? » Il venait d’arriver dans la chambre et regardait les valises qui reposaient à côté de la porte. « What are you doing ? » Il semblait furieux, elle donnerait tout pour disparaître. Il s’approcha d’elle, l’attrapa vers les épaules et l’agita. « Lindsay ! Talk to me ! What are you doing ? Are you leaving ? Talk ! » Elle baissa les yeux et murmura. « I can’t be her mom. » Elle aurait mieux fait de l’admettre plus tôt. Elle aurait mieux fait de la donner à l’adoption. Elle n’aurait pas dû essayer. Amada aurait vécu une meilleure vie sans elle. Si elle voulait être une bonne mère, elle devait admettre qu’elle n’était pas faite pour s’occuper de sa fille. « Why … Everything okay, Lindsay. You can’t leave. She needs you ! » Elle ne le croyait pas, elle savait qu’Amada n’avait pas besoin d’elle. Elle était une mauvaise mère … Des cris retentirent dans la chambre d’à côté. Esteban la fixa quelques instants sans qu’aucun des deux ne bouge. Et puis il se détourna pour aller chercher Amada. Elle se retourna vers sa malle et d’un coup de baguette, elle fit en sorte que toutes ses affaires s’ordonnent à l’intérieur. Elle mit sa veste, fit léviter ses affaires jusqu’à leur cheminée et entra à l’intérieur.

« Lindsay, arrête, sors de là. Tu ne peux pas partir » Esteban apparut dans l’encadrement de la porte, Amada dans ses bras. La petite gigotait et lançait des grands sourires dans sa direction. « Elle va bien, regarde, elle va bien, pourquoi partir ? » Elle agita la tête avec obstination. « Elle ne va pas bien. Elle n’ira pas bien tant que je serai là, pas tant que je serai sa mère. Elle a besoin de quelqu’un qui est capable de s’occuper d’elle. Je n’en suis pas capable. Elle est tombée du lit. Elle aurait pu mourir Este’. Elle aurait pu mourir. Je suis un danger pour elle. Je ne peux plus continuer. » Il ne voulait pas comprendre, elle le voyait. « Arrête de dire ça ! Arrête ! Elle va bien ! Tu es une bonne mère, tu as fait ce qu’il fallait en l’emmenant à St Mungo, tu as pris les bonnes décisions, c’est ça être une bonne mère. Ce n’est pas le petit moment d’inattention que tu as eu qui fait de toi une mauvaise mère Lin’. Arrête de te rabaisser. Arrête. » Son ton était presque suppliant mais elle resta impassible. Elle était résolue à partir et rien ne l’en empêcherait. Son voyage l’attendait. Ses rêves l’attendaient et être mère n’en était pas un. Elle attrapa la poudre de cheminette et avant de la lâcher dans l’âtre, elle conclut la dispute. « Tu as raison. Je prends la bonne décision en la laissant entre tes mains. Tu es le bon parent. Elle a besoin de toi, pas de moi. Tu as toujours voulu d’elle quand j’ai toujours voulu la faire adopter. Tu es le bon. » Elle baissa les paupières, prit une profonde inspiration et lâcha la poudre émeraude. « Leaky Cauldron ! »

June 2003 & Hogwarts

« Auntie ? » Elle se retourna et baissa les yeux vers la petite fille qui lui faisait face. « Amada ! Qu’est-ce que tu fais là aussi tard ? Tu m’as fait peur ! » Elle se baissa au niveau de la petite et lui sourit. « Tu n’arrives pas à dormir ? Où sont tes parents ? » Amada se balança de droite à gauche et durant quelques instants, elle eut l’impression de se voir face à sa propre mère. « Ils dorment. Je voulais pas les réveiller. » Elle glissa une mèche de cheveux d’Amada derrière son oreille et lui sourit à nouveau. « Tu es une gentille petite fille. Bienveillante. Tes parents doivent être tellement fiers de toi … » Prononcer ses mots lui provoqua un petit pincement au cœur. Ces derniers mois passés constamment aux côtés d’Amada, Jessica et Nino lui avaient fait réaliser tout ce qu’elle avait manqué et tout ce qu’elle n’aurait jamais. Elle restait cependant convaincue d’avoir fait le bon choix car Amada semblait tout à fait heureuse avec Jessica et Esteban. « Tu veux un chocolat chaud ? Avec des petites guimauves dedans ! Et après, si tu n’es toujours pas fatiguée, je te ferai faire un tour du château. Tu savais que j’étais née ici ? » Elle glissa sa main dans celle d’Amada et l’espace d’un instant elle ressentit cet instinct maternel qu’elle n’avait jamais eu jusqu’à présent. Peut-être qu’elle pourrait construire quelque chose avec cette petite, finalement. Elle ne serait jamais plus sa mère, mais pourquoi ne pas devenir ce qu’Amada pensait qu’elle était : Auntie Lindsay. Elle était prête à tout. Elle était prête à ça.



Dernière édition par Lindsay Podmore le Dim 23 Avr 2017 - 18:28, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : disponible (1)
‹ inscription : 14/03/2017
‹ messages : 17
‹ crédits : mathy.
‹ dialogues : #6699cc


‹ âge : vingt-neuf ans
‹ occupation : chef cuisinier, propriétaire de son propre restaurant et animatrice d'ateliers de réinsertion en cuisine
‹ maison : Ravenclaw
‹ scolarité : septembre 1986 à juin 1993
‹ baguette : bois de rose, plume de phénix et 28,3 centimètres
‹ gallions (ʛ) : 405
‹ réputation : jeune cuisinière hors pair
‹ résidence : elle vit un petit appartement sur le chemin de traverse, juste au-dessus de son restaurant
‹ patronus : un colibri delphinae
‹ épouvantard : son restaurant entièrement détruit et sous les décombres sa fille
‹ risèd : son père l'enveloppant dans ses bras
Voir le profil de l'utilisateur
Everything I do, I do it for youThere's no love like your love and no other could give more love. There's nowhere unless you're there. All the time, all the way ...
❝ adventure and braveryJuly 1996 & India

Assise sur cette colline rocheuse d’Inde, Lindsay dessinait quelques croquis. Ce paysage était magnifique, rassasiant, revigorant. Elle avait l’impression de devenir une autre, de grandir à chacun des nouveaux pays qu’elle visitait. Lorsqu’elle s’était lancée dans cette aventure de voyage autour du monde, elle ne s’imaginait pas voir d’aussi belles choses. Elle ne s’était pas seulement contentée de parcourir les villes magiques de la Terre, elle avait aussi voulu se mêler aux moldus et à leur culture. Elle avait appris que la barrière entre le monde magique et le monde moldu pouvait facilement disparaître lorsqu’on parlait cuisine. Ils avaient ces plats typiques, ces saveurs communes, ces savoir-faire particuliers … Elle les regardait avec des yeux admiratifs et ne cessait jamais de s’émerveiller de cette beauté. Elle avait déjà ramené un carnet bien rempli de recettes traditionnelles que les familles qu’elle avait rencontrées avaient bien voulu partager avec elle. Lindsay aimait cette liberté, elle aimait la vie ici, tout était si simple loin de ce pays qui n’avait connu que l’ancienne Lindsay, l’enfant, la « fille de » … Ici, elle n’était personne, elle n’était que Lindsay. « Line, tu es prête ? » Elle ajouta une dernière touche de couleur à son dessin et leva les yeux vers celui qui l’interpellait. « Oui, on peut y aller, Matt, quand tu veux. » Au cours de cette excursion, elle s’était trouvée un compagnon de route, Matteo Grimaldi, qui avait lui aussi décidé de s’émanciper de ses exigences familiales. Depuis quelques semaines à présent, ils progressaient ensemble et grandissaient ensemble. « Je te laisse choisir la prochaine destination ! » Lindsay tendit sa main vers Matteo. « Mais quelle généreuse attention. Voyons, voyons … » Elle ricana. « Si tu pouvais juste nous faire arriver en face d’un restaurant … Je meurs de faim … » Ce voyage la changeait chaque jour un peu plus. En rentrant, elle ne serait plus vraiment la même. Plus âgée, plus mature, différente …

April 2003 & Cairngorms National Park

Poudlard était entre les mains des insurgés. La même nuit, le camp avait été pris à revers par les Mangemorts et tous les insurgés avaient fui – tout du moins, avaient tenté de fuir – dispersés, seuls, abandonnés … Ils n’avaient plus d’endroits où se réfugier ; les trois camps avaient été attaqués. Il ne restait que l’extérieur, la nature, n’importe où mais loin du danger, n’importe où mais loin des Mangemorts et des rafleurs. Lindsay savait qu’ils n’étaient en sécurité nulle-part et le risque était encore plus grand qu’elle emmenait avec elle deux jeunes enfants. Au moment où les premiers éclairs verts avaient été lancés, elle avait couru jusqu’à la tente de Jessica, avait pris Amada dans ses bras, quelques-unes de ses affaires restées en vrac, avait prié Jessica d’en faire de même avec Nino et elles étaient partis. Sans rien, sans affaires personnelles, que de quoi mettre en sécurité les enfants, que de quoi les protéger. Mais voilà où elles en étaient à présent. Seules, dans la nature, obligées de bouger tous les jours pour ne pas se faire remarquer, obligées de se sacrifier pour garder les enfants en vie. Les rafleurs les traquaient, tous, et les défaillances liées aux protections de Poudlard les mettaient bien à l’écart de la vie des insurgés. Elles étaient des parias à présent, contraintes à voler pour manger, soumises au rythme des traqueurs, abandonnées par les leurs … Lindsay savait ce que c’était. Des missions comme ça, elle en avait fait pour l’Ordre, mais avec des enfants, jamais. Amada et Nino n’avaient rien demandé. Ils n’auraient jamais dû se retrouver au milieu de cette guerre. Cette vérité la fusillait sur place et ne lui donnait qu’une seule envie : mettre fin à cette guerre immédiatement.

❝ make a fresh start ❞January 2004 & Amada's

Elle se tenait au milieu de la pièce, une énorme casserole serrée contre elle et la baguette dans la main. La guerre était finie … Elle avait enfin une chance d’arriver au bout de ses rêves. La guerre avait interrompu ses projets, l’avait ramenée un peu trop tôt à la maison, l’avait empêchée de mettre un point d’honneur à son voyage. Mais à présent, l’avenir lui tendait les bras et elle sentait que ses désirs deviendraient bientôt réalité. Le premier acte était terminé, elle devait commencer le deuxième. Ce soir serait la soirée d’inauguration de son restaurant : l’Amada’s. Qui aurait cru qu’un jour, elle oserait nommer son restaurant en l’honneur de sa fille ? Cette fille qu’elle avait reniée et abandonnée, cette fille qui ne la connaissait pas autrement que comme Auntie Lindsay. Elle inspira profondément, s’imprégnant de l’atmosphère, s’imprégnant de l’instant … Elle sourit, bêtement, incapable de lâcher cette euphorie qui enveloppait son cœur. Elle était prête. Levant sa baguette, elle fit un tour sur elle-même et la pièce se para de jolies couleurs et d’objets exotiques. Pour cette soirée d’ouverture, elle avait choisi de cuisiner des plats du monde entier ; sa salle était donc remplie de souvenirs qu’elle avait ramenés de son voyage et qu’elle avait réussi à sauver de la guerre. Il y avait ses croquis, ses photos, ses objets fétiches … Tout ce qui lui rappelait la beauté du monde, tout ce qu’elle voulait partager … Ce soir allait être un bon soir …

February 2004 & Azkaban

« Bonjour ! Lindsay Podmore. Je viens pour l’atelier de réinsertion en cuisine. » La gardienne se leva et regarda par-dessus le comptoir. « Qu’avez-vous là ? » Lindsay baissa les yeux vers ses deux sacs et arqua les sourcils. N’étaient-ils pas informé par sa venue ? Comment comprenaient-ils ‘atelier de réinsertion en cuisine’ ? « Matières premières et ustensiles pour mon atelier. Tout le matériel a été vérifié, ensorcelé et certifié par le ministère. J’dois avoir le papier quelque part ─ » Elle fouilla dans ses poches et en sortit un parchemin froissé. « ─ Le voilà ! » Elle le tendit à la gardienne et attendit, mais son impatience gagna sur tout le reste. « Je ne veux pas vous presser, mais je vais être en retard pour ce cours si vous ne vous dépêchez pas. » Elle sentit le regard de l’employée se durcir et décida de reculer d’un pas. « Votre baguette s’il vous plait. » Elle obéit. « Votre badge, gardez-le toujours sur vous, sinon vous pourriez rester coincée à l’intérieur. » Un frisson la parcourut mais elle ne laissa pas cette soudaine peur l’arrêter. « Par où dois-je passer ? » Elle suivit la direction qu’on lui indiquait et se laissa guider jusqu’au réfectoire où des prisonniers l’attendaient déjà. Alors que les gardiens la laissaient dans cet antre empli de criminels, elle prit de l’assurance et décida de s’imposer telle qu’elle avait toujours su le faire. « Bien. Bonjour à tous ! Je suis ravie de voir autant de monde pour ce premier atelier. Cette motivation me fait chaud au cœur. Allez allez, ne soyez pas timide, installez-vous en binôme devant les plans de travail … » Parmi les prisonniers, elle reconnut quelques visages. Certains étaient apparus dans le journal, certains avaient été arrêtés par les insurgés, certains l’avaient traquée, mais elle ne laissa pas leur délit les définir. Si elle était là aujourd’hui, c’était pour les aider à changer et à devenir meilleurs. Elle voulait partager avec eux son savoir. La cuisine faisait disparaître n’importe quelle frontière. La cuisine était une échappatoire, un moyen d’oublier, un moyen de se reconstruire aussi. Alors elle laissait ses différends de côté, elle oubliait l’espace d’une ou deux heures toutes les horreurs qu’ils avaient pu faire. Il n’y avait plus qu’un professeur et ses élèves. Il n’y avait plus qu’une vie ordinaire.


• • •


    ...


Dernière édition par Lindsay Podmore le Sam 15 Avr 2017 - 18:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : disponible (3/4).
‹ inscription : 24/10/2016
‹ messages : 169
‹ crédits : tplrs (avatar), tumblr (gifs).
‹ dialogues : #999966.


‹ liens utiles :
‹ âge : trente-trois ans (21/08/70).
‹ occupation : journaliste politique (ancien du Daily Prophet), correspondant pour ScryNews et présentateur de l'émission politique The Chatty Wizard.
‹ maison : Serdaigle.
‹ scolarité : 1981 et 1988.
‹ baguette : bois de pin, ventricule de dragon, vingt-huit centimètres et demi.
‹ gallions (ʛ) : 761
‹ réputation : fouille-merde notoire.
‹ particularité : legilimens.
‹ résidence : dans un studio situé à deux pas de Monkstanley — autrement dit, rien de bien glamour.
‹ patronus : un caméléon
‹ épouvantard : le cadavre de Mina.
Voir le profil de l'utilisateur
SQDLQS

• • •

So many things I tried to tell you, So many things I tried to say, But my words all fall like empires Into the ocean, Like an ancient language We both used to know, Only you and I used to know. It's no longer spoken.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 16/04/2016
‹ messages : 392
‹ crédits : AILAHOZ
‹ dialogues : #rosybrown


‹ liens utiles :

‹ âge : 30
‹ occupation : enfermée à azkaban pour 50 ans, elle est persuadée qu'elle n'en sortira pas vivante
‹ maison : serdaigle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : est en bois d'acajou ; elle mesure vingt-six centimètres et possède en son coeur un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 1253
‹ réputation : je suis un simple objet à la merci des mangemorts, prête à tout pour atteindre ses objectifs. A cela s'ajoute nouvellement l'appellation de criminelle de guerre; vivement recherchée par le gouvernement, je me suis rendue aux autorités début mars 2004
‹ particularité : métamorphomage.
‹ faits : que je suis devenue mangemort peu de temps avant la bataille finale mais que je ne soutiens pas les idéologies du Lord. C'est seulement une étape -indispensable- de plus pour faire mes preuves. L'utilisation de mon don m'épuise et il m'est impossible d'oublier les horreurs commises. Avec les blessures de l'attaque de Sainte-Mangouste et les dérèglements magiques qui s'ajoutent, garder le contrôle devient plus compliqué. L'orviétan (fabuleo) a été le seul moyen efficace pour supporter la douleur et reprendre vite le travail, une absence longue mettant en péril ma place dans le système et toutes les années de dur labeur qui vont avec.
‹ résidence : auparavant dans un minuscule appartement à Canterbury, du côté moldu, cachée de tous sous une fausse identité (Susie Marshall) avec Elizabeth Atkins (Leanne Marshall), je réside désormais dans l'une des nombreuses cellules d'Azkaban, toujours en compagnie d'Elizabeth
‹ patronus : une hirondelle, mais impossible d'en produire un depuis l'apposition de la Marque sur son avant-bras.
‹ épouvantard : mon corps vieilli par l'utilisation excessive de mon don. Plus récemment, il prendrait plutôt la forme de Matteo ensanglanté, allongé au sol et laissé pour mort.
‹ risèd : la liberté, un monde où je pourrais rester moi-même sans mettre ma vie en danger ou celle des personnes que j'aime. Matteo vivant, pas uniquement dans ses souvenirs.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4420-eirene-all-the-lonely-people-
iiih love fire

• • •

Once I wanted to be the greatest, no wind or waterfall could stop me, and then came the rush of the flood.The stars at night turned you to dust.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 29/08/2016
‹ messages : 463
‹ crédits : BALACLAVA.
‹ dialogues : #brown.


‹ liens utiles :
‹ âge : 24 (né le 04/11/1979)
‹ occupation : fugitif.
‹ maison : serpentard.
‹ scolarité : 1991 et 1997.
‹ baguette : mesure vingt-cinq centimètres, en bois de pin, avec un poil de rougarou en son cœur.
‹ gallions (ʛ) : 1143
‹ patronus : corbeau
‹ épouvantard : une petite boîte en bois, je suis claustrophobe.
‹ risèd : moi-même, avec du succès dans mon métier, devenant enfin quelqu'un.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t5137-blaise-it-sounded-like-a-drea
BGFHJGIHKYULYGDHYSUGFRTDEFTVGBHNJ

• • •

a black-painted poetry
faces in the crowd, faces in the crowd will smile again. and the devil may cry, the devil may cry at the end of the night.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 27/09/2015
‹ messages : 876
‹ crédits : flightless bird, les gifs à tumblr et à maggie stiefvater pour la signature.
‹ dialogues : seagreen.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : il a l'air d'avoir environ trente-cinq ans mais en a en réalité vingt-huit.
‹ occupation : employé à mi-temps dans un élevage indépendant de licheurs.
‹ maison : serpentard.
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : est rigide, sculptée d'une salamandre à sa base, longue de trente-quatre centimètres, est faite de bois de sureau et contient un crin de Kelpie.
‹ gallions (ʛ) : 2005
‹ réputation : je suis quelqu'un qu'il est difficile d'approcher.
‹ particularité : empathe. J'entends et ressens les émotions d'autrui.
‹ faits : je suis empathe et après avoir abusé de l'usage d'un Retourneur de Temps, mon corps est toujours désynchronisé et je parais avoir six ans de plus par rapport à l'âge que j'ai réellement. J'ai fait cavalier seul pendant des mois jusqu'à finalement rejoindre Poudlard mi-juillet 2003, où j'ai rejoint la Renaissance du Phénix. Mon surnom parmi les Insurgés était Oz.

Je vis avec Luna depuis la fin de la Guerre, et avec notre fille née à la fin de la Bataille, Lesath — jusqu'à ce qu'elle ait contracté le syndrome de Rosier et soit en convalescence à Saint-Mangouste.
‹ résidence : dans la maison Lovegood.
‹ patronus : un loup
‹ épouvantard : moi-même, fou à lier, écumant, incapable de sauver la silhouette indistincte d'une femme qui se tord de douleur devant moi.
‹ risèd : rien de particulier. j'ai tout ce que j'ai jamais désiré.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t2982-rolf-too-weird-to-live-too-yo
JE SHAME TANT

• • •

You're asking me to define an abstract concept that no one has managed to explain since time began. You sort of sprang it on me. Why do we breathe air? Because we love air? Because we don't want to suffocate. Why do we eat? Because we don't want to starve. How do I know I love her? Because I can sleep after I talk to her. Why?
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 31/12/2016
‹ messages : 188
‹ crédits : nelliel.
‹ dialogues : chocolate


‹ âge : 26
‹ occupation : au chômage, pour le moment, il ne sait pas tellement quoi faire de ses dix doigts. Shin était Oubliator, et Nazir Chasseur de Trésors, autant dire que ça n'a rien à voir.
‹ maison : Shin était à Serdaigle et Nazir à Gryffondor.
‹ scolarité : 1989 et 1996.
‹ baguette : Nazir & Shin ont tous les deux perdu leur baguette, il a fallu leur en trouver une nouvelle : 29cm, taillée dans du saule, contenant une moustache de Tanuki.
‹ gallions (ʛ) : 599
‹ réputation : on disait de Shin qu'il était intelligent, calme, discret, le genre de mec pas chiant, pas intéressant non plus. De Nazir, on disait que c'était une tête brûlée, un cancre, un type violent parmi les Insurgés, mais efficace. Aujourd'hui, les deux sont un peu morts, alors on en parle beaucoup, mais sans trop savoir quoi dire.
‹ particularité : c'est un Métamorphomage, mais il ne sait plus du tout contrôler son don et le tatouage qu'il a dans le dos l'empêche de l'utiliser correctement. C'est également un Maître de l'Air, qui a tout à réapprendre.
‹ faits : shin s'est marié jeune et a eu une gamine qui a maintenant six ans, Sun - sa femme et sa gosse, c'était tout pour lui - c'était un mec brillant, capable de parler trois langues (anglais, coréen & japonais) très à cheval sur son éducation stricte et rigoureuse, très branché culture asiatique - mais shin a été capturé par le gouvernement en 2001 et est devenu le cobaye du département des mystères - ils ont trafiqué son corps, joué avec son don de métamorphomage, ont fait de lui l'espion ultime - en 2002, il est devenu Nazir Peterson, Insurgé Belliqueux, meilleur ami d'Angelina Johnson - aujourd'hui, il ne sait plus qui il est, Shin ou Nazir, les deux ?
‹ résidence : il vit au Manoir Moriyama, sa famille ne veut pas le laisser tout seul après ce qu'il a vécu.
‹ patronus : informe désormais, autrefois il prenait la forme d'un porc-épic, il paraît que celui de Shin avait la forme d'une tortue géante
‹ épouvantard : un miroir, le plus souvent reflétant les traits de Shin.
‹ risèd : il se voit sous les traits de Nazir, avec Rocket et Doxy.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6866-shin-reflection

• • •

Bodies fill the fields I see, hungry heroes end. No one to play soldier now, no one to pretend. Running blind through killing fields, bred to kill them all. Victim of what said should be, a servant 'til I fall. Soldier boy, made of clay, now an empty shell. (disposable heroes)
Revenir en haut Aller en bas

OUTCAST • all hail the underdogs
avatar
‹ disponibilité : hit me up
‹ inscription : 13/12/2016
‹ messages : 308
‹ crédits : BLØOM CØMETE.
‹ dialogues : olive.


‹ âge : trente ans
‹ occupation : à la tête d'un trafic de créatures magiques.
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : taillée dans un bois de rose assez souple, elle contient un crin de licorne et mesure vingt-huit centimètres, rigide elle se prête bien aux sortilèges de défense et d'attaque, rapides à défaut d'être puissants.
‹ gallions (ʛ) : 884
‹ réputation : on dit de moi que je suis prête à tout pour obtenir ce que je désire. Mon passé reste un mystère et on se méfie beaucoup de moi.
‹ particularité : une semi-louve assumée et une sorcière du feu qui s'ignore.
‹ faits : Suite à des ennuis avec la police moldue puis magique, je prétends m'appeler Kala Shaik, sang-mêlée venue tout droit d'Inde (avec l'accent qui va avec, mais que je perds facilement). J'ai moi-même mis l'ancien chef du trafic de créatures magiques derrière les barreaux en le dénonçant après qu'il m'ait mise sur le banc suite à l'attentat de Sainte-Mangouste où j'ai perdu une jambe.
‹ résidence : dans un luxueux appartement du Londres moldu (Knightsbridge).
‹ patronus : un tigre
‹ épouvantard : un homme sans visage, mon paternel, le vrai celui que j'ai jamais connu et qui me prive ainsi de la connaissance d'une partie de mes origines.
‹ risèd : mon géniteur.
Voir le profil de l'utilisateur
azy à mon tour de te shamer avec amour kr :russe: kr :russe: kr :russe:

• • •

Every day a nigga try to test me, every day a nigga try to end me. Pockets overweight gettin' hefty. Coming for the queen that's a far cry. You talking money need a hearing aid, you talking 'bout me I don't see a shade. Switch up my style I take any lane, switch up my cup I kill any pain
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : dispo bitches
‹ inscription : 25/10/2014
‹ messages : 4640
‹ crédits : prométhée
‹ dialogues : 'lightcoral'


‹ liens utiles :
pansy parkinson ft. adelaide kane, nephtys shafiq ft. phoebe tonkin, kid o'faolain ft. richard harmon, maksim dolohov ft. tom hiddleston, amara bataglia ft. rowan blanchard

‹ âge : vingt-quatre ans (née le 5 mars 1980)
‹ occupation : rentière déchue, mondaine destituée.
‹ maison : le choixpeau s'est a peine attardé sur sa tignasse brune avant de l'envoyer à Serpentard, dont elle est devenue préfète en 5ème année.
‹ scolarité : de 1991 à 1998.
‹ baguette : Elle faisait 19 centimètres, en merisier et cheveux de vélane, capricieuse et imprévisible, sensible aux sentiments négatifs. Cette baguette a cependant été volée par le Limier et aujourd'hui, elle en utilise une autre, bien moins adaptée à sa main.
‹ gallions (ʛ) : 6675
‹ réputation : Rien qu'une sorcière de salon, une bonne à pas grand-chose en dehors des ragots et commérages, une peste se régalant du malheur des autres, une idiote aveuglée par ses sentiments, moralisatrice en dépit de son propre penchant pour les écarts et les erreurs. Le roquet de Malfoy, puis celle que Blaise Zabini a cocufié, abandonné puis engrossé avant de partir à nouveau. Une garce qui mérite tout ce qui lui arrive. Une enfant gâtée, malgré l’aide donnée aux insurgés dans l’infirmerie de fortune de Poudlard.
‹ particularité : Complètement à la dérive depuis la fin de la guerre, on la croise souvent alcoolisée et cruelle, prête à se greffer à la moindre rixe, au moindre esclandre.
‹ faits : Elle a perdu la garde de ses filles, les jumelles Violet et Briar-Rose (née en Aout 2002) à la fin des combats, car on a jugé son sang pur comme inapte à les élever et ce même si leur père, Blaise Zabini, est considéré comme un héros de guerre. Elle a également perdu sa fortune et son statut et n’a plus aucune influence. Personne n'est tendre avec elle car les anciens rebelles la voient comme une garce à abattre et les sorciers lambda n'ont l'image que d'une gamine pourrie gâtée qui vivait dans une tour d'ivoire alors qu'ils crevaient de faim. Condamnée à vivre dans une demeure autrefois grandiose mais maintenant totalement insalubre, elle ère coincée entre sa mère tyrannique et sa tante furieuse, désœuvrée et désabusée.
‹ résidence : Dans l'hôtel particulier Parkinson, situé dans le quartier de Barkwith, sur le Chemin de Traverse. Ancien symbole d'une grandeur aujourd'hui étiolée, la demeure tombe en ruine et menace de s'écrouler depuis les émeutes de janvier 2002. Ses parents possédaient un manoir à Herpo Creek, il n'en reste qu'un tas de cendres et elle n'a plus accès à son bel appartement de la Bran Tower depuis la désertion de Draco durant laquelle elle a également pris la fuite.
‹ patronus : Une hirondelle à peine corporelle
‹ épouvantard : Les corps inanimés de Briar-Rose et de Violet.
‹ risèd : Simplement un matin ordinaire, des draps clairs et propres, une chambre lumineuse, des rires d'enfant emplissant le couloir avant que les deux têtes brunes ne sautent sur l'épais duvet. Un avenir pour elles, aussi, surtout.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t3200-pansy-fleur-du-mal
iiih iiih iiih
tbe

• • •


Some days I feel everything, others are numbing, can never find the in between, it's all or nothing. Half my bones in city streets, the other in my sheets, and I don't think they'll ever get the chance to meet. I never wanted to be here now, one foot in the grave, other on the ground. I can't process what I'm feeling now, this skin I can do without.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

(lindsay) everything i do, i do it for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »
» Lindsay Chang (ou Ginny Weasley, si je peux^^)
» (f) lindsay perry ✈ libre
» Trophée Ted Lindsay
» Le boudoir d'une favorite officielle - Amy of Leeds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Leaky cauldron ”
I know chasing after you is like a fairytale
 :: Présentation; walk the line :: validés
-