Partagez | .

sujet; TRACEY DAVIS ► Is there somewhere
MessageSujet: TRACEY DAVIS ► Is there somewhere   Sam 4 Mar 2017 - 22:00

Invité
Invité
Therasia « Tracey » Davisfeat. Astrid Bergès-Frisbey • credit : tumblr
❝ We're running in circles again ❞hunted ; Inventé (personnage du livre)

☇ pseudo complet & surnom(s) ; Therasia. Un vieux prénom de fille de bonne famille. Latin, comme il se doit. Poussiéreux, bien évidemment. Et imprononçable pour une enfant. La gamine déteste Therasia. Il est trop vieillot ; ce prénom déterré de la Rome antique par une voyant charlatan. La brune préfère de loin qu'on l'appelle « Tracey ». Plus simple, moins pompeux. Davis. Et pas Davies, merci bien. C'est une vieille rivalité qui traîne entre les Davis, famille traditionaliste de bonne société ; et ces crétins de Davies, bons à rien notoires, lignée éduquée à la moderne (à la rien du tout). Nightingale, signait-elle ses toiles en lettres rondes et délicates. Il y avait quelque chose d'aérien et de certain dans les lettres, loin des mouvements hésitants de ses doigts tremblants.
☇ naissance ; 25 décembre 1979. Enfant pas vraiment prévue mais bien reçue, Tracey est de ces accidents qui n'en sont pas tellement. Pourquoi pas ? Un enfant est toujours un cadeau après tout. Londres, Royaume-Uni. Enfant de la capitale, elle est née dans les draps de Sainte-Mangouste. Rien de bien particulier.
☇ ascendance; Sang mêlée purifiée, impure. Un statut qui ne voulait rien dire à une époque, n'était rien d'autre qu'une pacotille stupide, et qui, maintenant, sonne comme une injure, une tare dont elle ne saurait se défaire. Impure parce que, quelque part sur un arbre plein de cadavres et de vieux noms, un ancêtre a fauté et s'est accoquiné avec la bourbe.
☇ métier ; Autrefois peintre et muse de quelques créateurs, Tracey s'inscrivait dans la caste des célébrités à la popularité foudroyante et de défilés en expositions, elle s'était évité quelques années l'obligation de servir les Mangemorts. Puis, disent-ils, tout à déraper quand elle s'est fait embrigader, quand elle a fait son service au sein de la Brigade de Police Magique. Marquée, devenue Tireuse d'élite, elle a tracé d'autres magies. Elle a mal tourné, disent ceux qui regrettent ses peintures en pensant à la fugitive qu'elle est devenue. C'était de la mauvaise graine à la base, c'est la petite-fille de Cyneric Davis, non ? rétorquent les autres.
☇ camp ; Traditionaliste modérée, elle n'était pas de ceux qui veulent envoyer les Sans-Magie au bûcher. Elle aimait les traditions parce qu'elles charriaient avec elles un certain romantisme. Puis, brusquement, les airs qui lui trottaient dans la tête, entêtants et dérangeants, étaient ceux de l'ancien tyran - ça restait, ça persistait comme s'il s'agissait du meilleur tube de l'année. Brainwashée, réformée, elle ne sifflotait plus que l'air du Magister - et certaines ritournelles tournent encore en rond dans sa cervelle dérangée.
☇ réputation ; La fanatique. Longtemps, il y a eu cette réputation de femme rêveuse, de poupée frêle qui lui courait après. Les merveilles qu'elle a peintes laissaient croire qu'elle n'avait pas le poignet agile pour les sorts et le duel. Mais endeuillée, reformatée, Tracey a si bien tenu son rang de mangemorte, elle a si bien servi le Lord et desservi les gens que désormais, ne la suit plus qu'une sombre réputation. Celle d'une fanatique, violente et abusive. Si elle n'est pas la priorité des autorités, les privés, eux, la verraient volontiers embrasser un détraqueur. Des familles brisées aux sorciers humiliés, il y en a beaucoup qui lui cracheraient volontiers dessus à son procès, nombreux sont ceux qui mériteraient d'être vengés de ce qu'elle a fait.
☇ état civil ; Le célibat était autrefois un choix assumé, puis l'indécision d'une fille qui ne sait pas renoncer à son premier amour - c'est aujourd'hui une composante de sa vie de fuyarde.
☇ rang social ; Fugitive puisque le tatouage à son bras la condamne.
☇ baguette ; Autrefois, en bois de cerisier pour un ventricule de dragon. C'était une baguette de princesse, délicate et élégante : comme Tracey, elle semblait trop fragile dans sa finesse - et on se ne doutait pas de sa rigidité naturelle, de la force de caractère sous la superficialité. Prise par les insurgés, puis détruite - aujourd'hui, Tracey n'a aucune baguette pour la remplacer.
☇ épouvantard ; Devenir muette est sa plus grande peur. D'un naturel expressif et expansif, Tracey aime parler, aime rire, crier et chanter (même si c'est faux) ; l'idée de ne plus pouvoir communiquer, de ne plus pouvoir dire les choses la terrorise.
☇ risèd ; Elle se verrait elle comme autrefois, cheveux soyeux et jolis vêtements, les doigts couverts de peinture. Elle se verrait avec la tête sur les épaules, les pensées bien ordonnées dans sa cervelle.
☇ patronus ; Aucun. Le sien n'était déjà que fumée, il n'est plus que néant depuis que la Marque des Ténèbres crache sa magie sur son bras.
☇ particularités ; Traceuse. Autrefois, elle les traçait les magies des autres, sur ses toiles et ses croquis, du pinceau au fusain. Puis, rééduquée, elle les traquait, elle tirait sur les fils pour tenter de les capturer dans ses filets. Aujourd'hui, le don est encore là, mais douloureux - les tortures l'ont rendue sensible à la magie, utiliser son talent de traceuse, c'est comme exposer des nerfs trop à vif, trop sollicités.
☇ animaux ; Aucun depuis que Quinn a brûlé son appartement, emportant Queenie le Kneazle avec lui.
☇ objets connectés ; Aucun, son MSN abandonné quand elle a été capturée, puis supprimé quand la guerre a été perdue gagnée.

☇ Infos complémentaires ;Dancer. Elle est un peu ballerine, Tracey. Quand elle marche, c'est toujours un peu aérien et léger ; son frère la moquait en disant qu'elle avançait toujours sur la pointe des pieds comme si elle avait peur de salir ses souliers. Il y avait un peu de ça, et beaucoup des leçons de maintien et de danse qui faisaient saigner les pieds. Tracey ne sait marcher que comme ça, comme si elle dansait. • Vocalize. Riche et profonde, la voix craque, croque. Dans la douceur, il y a ces vibrations rugueuses qui la rendent si particulière, tellement unique. Et il y a sa fin annoncée, cachée : un jour, Tracey a pris un sort à la gorge durant un échange au club de duel ; un médicomage a diagnostiqué que les cordes trop fragiles finiraient par casser, que la voix finirait par se briser. Tracey s'est immédiatement mise aux Informulés, depuis, et n'utilise pratiquement que ça. L'idée de devenir muette la terrorise, la pensée de devenir handicapée est pire encore. Ironie du sort, elle ne réalise pas que sa voix est déjà étouffée par l'endoctrinement du gouvernement. • Left-handed. De temps en temps, elle gribouille de la main droite et entre ses doigts, la plume tremble, elle la décrit pas vraiment ambidextre, mais plutôt gauchère. • Sweet tooth. Tracey ne boit ni thé, ni café, non merci. Et ça lui donne des airs de petite fille quand elle commande un chocolat chaud avec beaucoup de crème dessus pour accompagner ses macarons et autres mignardises qu'elle affectionne tellement, mais elle s'en fout, Tracey. Le chocolat, c'est réconfortant. • Athletics. Tracey s'inscrit dans la modernité, elle est de ces femmes toujours actives, très sportives. Même avant sa reconversion professionnelle, il n'était pas rare de la voir se lever aux aurores et profiter des rues désertes du Londres sorcier pour un footing matinal ; et deux soirs par semaine, c'est sur la piste de duel qu'on la trouvait pour finir de se débarrasser du stress quotidien et de ses tracas. Aujourd'hui, c'est tous les jours qu'elle court au petit matin, et tous les jours qu'elle se rend au club de duel, en fin d'après-midi, dès que son travail et ses devoirs citoyens ne l'accaparent pas assez. Trop plein d'énergie, trop plein de choses à évacuer - Tracey a littéralement besoin de s'épuiser pour ne pas tourner en rond comme une lionne en cage. • Lover. Il y a les sourires en coin, les regards qui brillent. Adolescente déjà, elle cherchait son regard, demandait son attention quand elle prétendait attendre son père, assise sur un muret en face de la sortie des employés du Ministère. Elle l'aime l'a aimé depuis si longtemps. C'est peut-être pour ça que ça lui fait tellement mal, que ça la rend tellement honteuse. Elle ne devrait pas l'aimer, ils disent tous qu'il a joué avec elle. • Polyglot. Il y a quelques vieux dialectes qui traînent sur sa langue : un peu de latin, un peu de grec ancien parce que Tracey a une passion cachée pour les mots magiques et leurs significations. Et quelque part, bien malgré elle, il reste les mots de gaélique irlandais qu'il lui avait appris, qu'il lui susurrait pendant l'amour. • Witch cigarettes. Etait une époque, de ses quatorze ans jusqu'à pas si longtemps, Tracey fumait, la clope au bec comme une gavroche parisienne. Elle se fournissait en cigarettes sorcières, parfumées à la cerise uniquement. Depuis quelques mois, elle a cessé de cloper, comme ça, brusquement et sans raison apparente. J'en avais marre est son explication - et les bonbons au café sont le substitut qu'elle s'est trouvé. • Excess. Animal mondain, Tracey n'est jamais la dernière lever le verre. Son amour pour les choses sucrées la pousse plus volontiers vers les cocktails qu'elle a la fâcheuse tendance à consommer comme des jus de fruits, et à la paille s'il vous plaît, comme une habitude de petite fille. Alors, bien qu'elle tienne raisonnablement l'alcool, les excès durant les soirées ne sont pas rares, surtout quand les frustrations s'accumulent comme dernièrement. • Wounds. Si elle ne se blesse pas volontairement, il y a quelque chose de malsain dans la fascination qu'elle a pour les entailles et les blessures qu'elle récolte dans son nouveau travail. A tirer sur les fils magiques qui referment à la plaie, à gratter la croûte pour regarder encore et encore le sang qui coule. Qui parait si propre, tellement pur. Mais elle, elle ne sait que trop qu'il est sale ; et dans sa tête, il y a cette drôle de ritournelle qui n'était pas là avant et demande, interroge de plus en plus fort : et si tu laissais tout couler, est-ce que tu serais purifiée de toute cette saleté ? • Pretty things. Elle est matérialiste, Tracey, et elle ne s'en cache même pas. Elle aime acheter mille petites choses, souvent sur des coups de coeur, sans forcément leur trouver d'autre utilité que leur beauté. • Brainwashed. Elle fait partie des premiers, Tracey. Des premiers cobayes qui n'en sont pas devenus fous. Son père coordonnait l'envoi de captifs à l'équipe qui a inventé le procédé de lavage de cerveau, il a demandé à l'expérimage en chef de lui rendre sa fille - la fille qu'il voulait avoir. Et, contrairement aux autres, ceux qui ont suivi, ils ont pris leur temps - ils ont modifié les souvenirs, changé les pensées pour replacer correctement les rouages de sa cervelle. • Duellist. Poupée à l'aspect fragile, Tracey a pourtant toujours été bonne pour les affrontements magie contre magie. Quand certains bougent à l'instinct, la sorcière lit les agitements de la magie, les traces qui ne trompent pas - et la mécanique s'enclenche après les calculs. Mais on lui reprocherait facilement de ne jamais tenter le tout pour le tout, de ne jamais jouer sur un coup de dés. • Sore loser. Slytherin jusqu'au bout des ongles, Tracey n'aime pas perdre. Elle ne conçoit pas qu'on puisse aimer ça ou l'accepter. • Frail. On la sous-estime souvent, Tracey, avec ses airs de poupée trop choyée. On s'en mord les doigts, parfois, quand on réalise l'erreur trop tard. Mais si l'esprit est fort et la volonté, difficile à briser ; le corps trahit souvent le premier et Tracey se brise sous la douleur avant d'être abattue par la peur ou le désespoir. • Artist. Elle peint merveilleusement bien, Tracey. Elles étaient jolies ses toiles pleines de la magie et des couleurs du monde.   Ca a fait son succès. Aujourd'hui, tout est plus sombre - elle a tellement de colère en elle, ses coups de peinture sont comme des déchirures brutales. • Veggie. Tracey ne mange plus de viande ou de poisson depuis ses cinq ans, depuis qu'ils sont allés dans ce restaurant où elle a littéralement retrouvé son poisson préféré de l'aquarium dans son assiette. Tracey en a haï le serveur qui lui avait demandé lequel elle préférait pendant qu'elle jouait, le nez collé à l'aquarium. Puis elle en a pleuré pendant une journée entière d'avoir tué son ami à branchies. • Cooking and baking. Depuis son installation dans son appartement, la brune cuisine énormément. Bien évidemment, ses plats ressemblent bien plus à de bons petits plats qu'à de la cuisine haut de gamme, mais en général, ça plaît à ses invités. • In. Tracey n'est pas une it-girl, mais il ne fait aucun doute que, shoppeuse et blogueuse, elle est une de ces personnes in. • Astronomy. Certains s'y sont essayés, beaucoup s'y sont arrachés les cheveux : Tracey n'est définitivement pas faite pour admirer les étoiles. Les constellations sont sans cesse confondues, les astres mélangés. Pour elle, tout se ressemble toujours dans la grande toile céleste.

☇ Liens recherchés ; facultatif.
Listing des rp en cours• Quinn O'Malley ; somebody like you (flashback)
• Aramis Lestrange ; in for the kill (mission)
• Quinn O'Malley ; i don't wanna be your lover, i don't wanna be your fool
• Astoria Greengrass ; real friends, how many of us?
• Edouard Douglas ; fire meets gasoline
• Susan Dillinger ; different kinds of wounds
• Isaiah Davis ; keep falling until you can’t fall no more
• Isaiah Davis & Quinn O'Malley ; skyfall
Listing des rp prévus• Andromeda Tonks ; prénom nom
Listing des rp terminés• Event 9 ; wrong place, wrong time

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Tracey Davis le Sam 15 Avr 2017 - 19:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Girls wanna have funcitation au choix








En cours ; Pansy Parkinson, Guenièvre Lestrange, Daphne Greengrass.

(MAJ le 00/00/00)
❝ I know how to hurt, I know how to heal , what to show or to conceal

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Tracey Davis le Sam 4 Mar 2017 - 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Boys don't crycitation au choix










En cours ; Blaise Zabini, Ronald Weasley, Owen Avery, Maksim Dolohov.

(MAJ le 00/00/00)
❝ I know how to hurt, I know how to heal , what to show or to conceal

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Tracey Davis le Sam 4 Mar 2017 - 22:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
chronologie Things change. And friends leave. Life doesn't stop for anybody.
1979 – 1990

25 déc. 1079 : Naissance de Therasia Davis, fille d'Isaiah et Suellen Davis.

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.
1991 – 1998

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.
1999 – 2001

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.
2002 – 2004

• date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

• date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

• date : Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse.

Approuvé par le Ministère de la Magie
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

TRACEY DAVIS ► Is there somewhere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Inscriptions Serpentard
» Crème pour le visage, ou crème pour le corps ? - Tracey Davis
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Davis Burningham
» Megane Davis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-