Partagez | .

sujet; (shinra) losing him was blue like i'd ever known.

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 29/10/2015
‹ messages : 966
‹ crédits : whorecrux, tumblr, skam.
‹ dialogues : indianred.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-trois (03/07)
‹ occupation : volontaire à Saint-Mangouste (TIG) et créatrice de mode, co-fondatrice de la marque OXOX, premier et populaire prêt-à-porter sorcier.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1992 à avril 98.
‹ baguette : est neuve et capricieuse. Elle mesure vingt-trois centimètres virgule six, est faite de bois d'érable et continent un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 1666
‹ réputation : je suis une petite bitch écervelée qui ne mérite pas la miséricorde avec laquelle on la traite.
‹ particularité : soigneuse, capable de guérir (presque) tous les maux.
‹ faits : j'ai été enlevée par ma propre soeur et utilisée comme otage par les insurgés pendant quatre ans Je suis aussi la mère du petit Scorpius Malfoy. J'ai été en procès parce que j'ai été Adhérente pendant la Guerre, mais j'ai été innocentée ou du moins, condamnée à plusieurs mois de TIG notamment à Saint-Mangouste.
‹ résidence : dans un petit appartement du Chemin de Traverse avec ma mère et ma soeur, loué par les soins de ma tante.
‹ patronus : impossible pour moi à invoquer
‹ épouvantard : Frank Hudson, un ancien leader Belliqueux désormais mort, tenant la main de Daphne et m'observant d'un air cruel.
‹ risèd : Scorpius, heureux et épanoui.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t3232-ag-in-my-head-everything-is-a
shin moriyamai am not as good as i believed—always falling, failing,
collapse—a spill of birds, a girl ripened with dead gardens.
La famille d'impurs qui avait récupéré la garde de Scorpius était la famille des Foster.
En temps normal, Astoria aurait pu apprécier, non sans un certain cynisme, cette drôle d'ironie dramatique. Les Fosters en tant que foster family: il y avait presque de quoi rire. Presque, parce qu'en faisant des recherches sur ladite famille (Alastar avait été d'une grande aide; si elle avait refusé son aide financière, elle ne pouvait nier qu'il était toujours utile pour ses relations), Astoria était tombée sur quelques informations à propos de William et Alana Foster qui n'étaient pas du tout appréciables. Il était évident, bien entendu, qu'ils avaient récupéré le petit Malfoy (ainsi que deux autres enfants de familles de l'Élite) pour les Gallions; mais de ça, Astoria aurait pu s'en douter dès le départ. Non, William et Alana Foster, en plus d'avoir eu des résultats catastrophiques aux ASPICs et aux BUSEs, étaient des incapables. Monsieur ne pouvait garder un boulot plus de trois mois et madame était tout simplement femme au foyer depuis la naissance de leur premier morveux à eux; maintenant grand, l'un de leurs enfants était mort à Pré-au-Lard, côté Phénix, tandis que l'autre avait profité de l'ouverture des frontières pour partir aux États-Unis apparemment. Ils ne manquaient pas réellement d'argent, mais ils ne croulaient pas sous l'or non plus: leur maison hypothéquée était bien vaste, et elle s'était donc remplie des trois nouveaux gamins, y compris Scorpius, récupérés par quelque coup du sort à la fin de la guerre. Apparemment, Draco était resté le gardien de Scorpius jusqu'à son procès, mais maintenant qu'il était à Azkaban... eh bien, les Foster étaient ses seuls gardiens. Astoria se demandait parfois si le gamin la regrettait; elle en doutait, il la méprisait férocement... mais tout de même. Foster. Même le mot laissait un goût amer dans le fond de sa bouche.

Il y avait tant de choses à faire. Sa mère était pour ainsi dire morte avec son mari à Herpo Creek; elle prononçait à peine quelques mots, depuis qu'Astoria les avait faites déménager dans un petit appartement du Chemin de Traverse, ne devant la survie de leurs maigres économies qu'au blocus des gobelins et à sa tante Isobel. Elles avaient perdu la boutique de fleurs, le manoir ancestral des Greengrass, leurs noms, prestiges, honneur, argent. Tout. Elles avaient tout perdu, et Astoria avait esquinté le plancher de leur petit studio en attendant son procès et son verdict, ne s'autorisant à respirer que quand elle avait été innocentée. Enfin, innocentée... en tout cas, pas mise derrière les barreaux. Elle n'était qu'une écervelée, qu'une collaboratrice et une idiote traumatisée; elle s'en sortait avec des dizaines paires d'yeux braqués sur le dos, un rendez-vous toutes les deux semaines à la BPM ainsi que plusieurs centaines de TIG à Saint-Mangouste en tant que stagiaire.
Mais elle survivrait.

Toujours était-il, en revanche, qu'il n'était pas question que Scorpius soit élevé par autre chose que des impurs; c'était pourquoi Astoria se retrouvait en plein février en tenue un peu trop légère, sauf pour le bonnet et l'écharpe qui mangeaient la plupart de ses traits, à attendre d'un air complètement insuspicieux le passage du Magicobus venant de GH et du CEPAS pour voir son fils.
C'était un petit manège auquel elle se prêtait souvent, lorsqu'elle avait le temps. Il ne lui suffisait pas de grand chose: elle voulait juste le voir, même un instant, son grand sourire disparaissant aussitôt qu'il voyait les Foster; au moins partageaient-ils la même opinion sur cette foutue famille. Il était toujours entourée des mêmes personnes: une petite blonde à l'air teigneux qui se faisait toujours récupérer par un homme asiatique en même temps qu'une petite fille asiatique et un gamin dont la couleur des cheveux changeait plusieurs fois par semaine (il avait fallu plusieurs jours à Astoria pour reconnaitre que c'était le même) récupéré par la soeur de Bellatrix, Andromeda Tonks — il ne pouvait qu'être Teddy. Elle ignorait le nom de la petite blonde, mais l'homme était Shin Moriyama, et c'était donc sa fille qui se précipitait vers lui dès qu'elle le voyait: Sun (les contacts d'Alastar étaient aussi allés jusqu'à lui donner la quasi-totalité des dossiers du CEPAS dans la plus grande illégalité).

Astoria avait aussi remarqué quelque chose.
Certains jours, les Foster ne venaient pas. Généralement, c'était Alana qui se présentait, parfois un peu en retard, attrapait sèchement la main de Scorpius sans adresser un mot à Moriyama et transplanait sans laisser le temps à Scorpius de dire au revoir à ses amis; parfois c'était William, qui attendait d'un air impavide que le gamin consente à s'approcher, et l'emmenait sans autre forme de cérémonie d'un transplanage maladroit. Mais une fois ou deux, ils n'étaient pas venus, ou alors suffisamment en retard pour qu'Astoria n'ait pas eu le temps de s'attarder pour les voir. Et cette fois ou deux, après avoir paniqué pendant dix minutes sur son POW sans savoir quoi faire, Moriyama finissait par emmener Scorpius avec lui, la gamine blonde, et Sun.
Aujourd'hui, les Foster ne viendraient pas. Il y avait un homme chez eux en train de leur dire qu'ils avaient gagné une loterie extraordinaire; Astoria l'avait engagé, avec beaucoup trop d'argent qu'elle n'avait pas forcément, pour qu'il les retienne au moins une heure.
Si bien qu'elle attendait, non sans impatience, l'arrivée de Moriyama; il était un peu en retard aujourd'hui, nota-t-elle, mais dès qu'elle le vit elle se secoua et s'avança vers lui à grands pas. Le Magicobus n'allait plus tarder, mais elle voulait lui parler avant que le bus ne déverse son flot de marmots sur le trottoir: sa dernière envie était que Scorpius la voit et l'empêche de discuter, lui envoie un index accusateur à la figure en lui hurlant que son père lui avait dit qu'elle l'avait menacé de mort. Mais Astoria se tenait à ce qu'elle avait dit, et à chaque pas qu'elle faisait en direction de Moriyama, elle se confortait dans sa vérité: elle aurait tué Draco et extirpé Scorpius de ses doigts morts pour protéger leur fils, et cette nouvelle cruelle et froide détermination lui donnait la force suffisante pour avancer, toujours avancer.

Elle tapota l'épaule de Shin Moriyama et il se tourna vers elle.
Elle avait lu toute son histoire dans les journaux, sans y croire. Il était, d'une certaine manière, Nazir Peterson. Elle avait connu Peterson. Les insurgés l'appelaient Stormrage. Il lui faisait peur, mais il avait aussi un putain de sourire, et c'était vraiment inacceptable pour un Insurgé qu'elle avait vu plus souvent couvert de boue qu'autre chose; elle se souvenait l'avoir soigné, même, une fois parmi les Belliqueux, et elle se souvenait qu'il n'arrêtait pas de l'énerver et de l'agacer. Astoria avait toujours détesté ces putains de Belliqueux.
Shin Moriyama était quant à lui un étranger. “ Mon nom est Astoria Greengrass, dit-elle tout de même, parce qu'elle n'était pas particulièrement au fait de sa mémoire prétendue douteuse, je suis la mère de Scorpius et j'ai, hm, j'ai besoin de votre aide. ” Elle jeta un regard autour d'eux, suspicieuse des autres parents attendant dans le froid la venue de leurs enfants: ce qu'elle faisait était illégal, complètement illégal, et même dangereux. Le Gouvernement aurait préféré la voir brûlée vive que poser la main sur Scorpius; mais cela faisait depuis juin, juin qu'elle ne l'avait pas vu, huit mois et jamais n'avait-elle ressenti cette envie, ce besoin de voir son fils. Et même si elle était bien d'autres choses, Astoria était surtout une capricieuse qui avait besoin de voir ses désirs exaucés. “ J'ai besoin de le voir, ” dit-elle, se sentant insupportablement vulnérable et délicate, comme si elle allait se briser l'instant suivant.

Quelque part, un klaxon résonna, annonçant l'arrivée imminente du Magicobus, et Astoria sentit comme un poing s'enfoncer dans son ventre. “ S'il vous plaît. ” Elle détestait demander, et encore plus supplier; mais avait-elle le choix, quand elle avait l'impression que sa vie était sur la ligne?

• • •

I had forgotten that it is impossible to lose someone, since all humans are alone. Another place in the universe we’re together in infinite time, remember that.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 31/12/2016
‹ messages : 188
‹ crédits : nelliel.
‹ dialogues : chocolate


‹ âge : 26
‹ occupation : au chômage, pour le moment, il ne sait pas tellement quoi faire de ses dix doigts. Shin était Oubliator, et Nazir Chasseur de Trésors, autant dire que ça n'a rien à voir.
‹ maison : Shin était à Serdaigle et Nazir à Gryffondor.
‹ scolarité : 1989 et 1996.
‹ baguette : Nazir & Shin ont tous les deux perdu leur baguette, il a fallu leur en trouver une nouvelle : 29cm, taillée dans du saule, contenant une moustache de Tanuki.
‹ gallions (ʛ) : 625
‹ réputation : on disait de Shin qu'il était intelligent, calme, discret, le genre de mec pas chiant, pas intéressant non plus. De Nazir, on disait que c'était une tête brûlée, un cancre, un type violent parmi les Insurgés, mais efficace. Aujourd'hui, les deux sont un peu morts, alors on en parle beaucoup, mais sans trop savoir quoi dire.
‹ particularité : c'est un Métamorphomage, mais il ne sait plus du tout contrôler son don et le tatouage qu'il a dans le dos l'empêche de l'utiliser correctement. C'est également un Maître de l'Air, qui a tout à réapprendre.
‹ faits : shin s'est marié jeune et a eu une gamine qui a maintenant six ans, Sun - sa femme et sa gosse, c'était tout pour lui - c'était un mec brillant, capable de parler trois langues (anglais, coréen & japonais) très à cheval sur son éducation stricte et rigoureuse, très branché culture asiatique - mais shin a été capturé par le gouvernement en 2001 et est devenu le cobaye du département des mystères - ils ont trafiqué son corps, joué avec son don de métamorphomage, ont fait de lui l'espion ultime - en 2002, il est devenu Nazir Peterson, Insurgé Belliqueux, meilleur ami d'Angelina Johnson - aujourd'hui, il ne sait plus qui il est, Shin ou Nazir, les deux ?
‹ résidence : il vit au Manoir Moriyama, sa famille ne veut pas le laisser tout seul après ce qu'il a vécu.
‹ patronus : informe désormais, autrefois il prenait la forme d'un porc-épic, il paraît que celui de Shin avait la forme d'une tortue géante
‹ épouvantard : un miroir, le plus souvent reflétant les traits de Shin.
‹ risèd : il se voit sous les traits de Nazir, avec Rocket et Doxy.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6866-shin-reflection
astoria greengrassi am not as good as i believed—always falling, failing,
collapse—a spill of birds, a girl ripened with dead gardens.
Aller chercher Sun pour la ramener à la maison après l’école, il devient bon à ça, qu’il se dit. Ça paraît peut-être stupide, mais au début, c’était juste lui faire un sourire bizarre et crispé, la regarder soupirer et tendre la main pour qu’il l’attrape et transplaner à la maison. Ensuite, il se dépêchait de lui préparer de quoi goûter et il la laissait vaquer à ses occupations, tout pour ne pas se retrouver seul en sa présence trop longtemps. Et puis, ça se faisait dans le silence, surtout. Maintenant, il arrive à sourire plus franchement, et elle fait un peu moins la tête quand elle le voit. Même qu’il lui parle, lui demande comment s’est passé sa journée et il se surprend à être intéressé par ce qu’elle répond. Et pourtant, il ne pensait pas en avoir quelque chose à foutre un jour, de ce qu’une gosse de six ans a pu faire de sa journée à l’école. Mais souvent, Sun lui répond qu’elle s’est fait chier en cours et qu’elle a insulté un gamin ou a botté le cul d’un autre, alors c’est étonnamment drôle et intéressant à écouter. C’est à force de lui parler qu’il réalise que peut-être, Jackson a raison. Peut-être que la gosse est suffisamment intelligente pour savoir que ce n’est pas parce qu’ils se rapprochent un peu qu’il va subitement redevenir son père, ou quelque chose comme ça. Elle a l’air de prendre tout ce qu’il accepte de lui donner avec un soulagement et un bonheur qui lui serre le cœur. Alors depuis quelques temps, au lieu de transplaner directement au manoir, ils rentrent à pied. D’abord parce qu’il a passé de longs mois enfermés dans les cachots de Poudlard, puis à la maison, et il a bien besoin de se dégourdir les jambes, ensuite parce que ça leur permet de passer un peu de temps rien que tous les deux et Sun a l’air d’apprécier ça.
De plus en plus, il cherche à lui faire plaisir. Il ne sait pas si c’est parce qu’il commence à s’attacher à la gosse qui n’est pas aussi agaçante et ennuyante qu’il l’aurait cru, ou si c’est parce que quelque chose le pousse à le faire. Son sujet de conversation préféré du moment semble être Angelina – ou plutôt Rocket, apparemment, c’est son héroïne et elle veut être comme elle plus tard ?? – et ça, c’est un truc qu’il maîtrise plutôt bien. Le fait que Nazir Peterson soit l’ami d’enfance de Rocket, ainsi que celui qui a combattu à ses côtés pendant la guerre, semble lui avoir donné de la valeur aux yeux de la jeune fille qui jusqu’à présent, méprisait ce type qui a remplacé son père. Alors ils parlent d’Angelina. Ce n’est clairement pas le genre de sujet qu’il pensait aborder un jour avec Sun Moriyama mais hé, il ne va pas s’en plaindre. Et puis, Angie est un peu son héroïne à lui aussi, alors il comprend.

Bref, il s’améliore à ce truc d’être père sans vraiment l’être et c’est plutôt pas mal. C’est assez étrange, de se dire que ce qui a mené Sun à arrêter de le regarder comme s’il était un insecte, c’est Scorpius Malfoy. Depuis qu’il a accepté que le gosse vienne à la maison lorsque les abrutis qui lui servent de famille d’accueil oublient de venir le chercher, Sun accepte un peu mieux son existence. Scorpius Malfoy. Ce gosse est littéralement adorable. Et très franchement, il ne s’imaginait pas penser un truc pareil un jour. Nazir Peterson a toujours méprisé Malfoy et toute sa clique de Serpentards, mais Scorp n’est qu’un môme et un môme sacrément malheureux de surcroît. Apparemment, c’est parce qu’il en prend plein la tronche à l’école et que Sun le défend à sa manière peu diplomatique qu’elle finit la plupart de son temps punie, alors il n’arrive pas tellement à détester un gosse pareil.
C’est très étrange de se dire que des gens comme Draco Malfoy et Astoria Greengrass ont réussi à faire un gamin comme Scorpius. Il leur ressemble énormément physiquement, mais pour ce qui est du reste… (Il y a une micro-part de lui qui ne peut pas s’empêcher de se demander si Malfoy et Greengrass n’étaient pas un peu comme Scorpius, avant qu’on vienne leur pourrir la tête avec des idées à la con et il ne sait pas trop si c’est Shin qui parle, ou si c’est le Nazir qui tenait à Daphne).

Bref, il aime bien un Malfoy et tant qu’il n’aura pas à l’admettre à voix haute, il le vivra plutôt bien. Pour l’instant, il est en retard et s’il ne se dépêche pas, Sun va lui lancer le regard du mépris dont elle a le secret et il n’en est vraiment pas fan. Quand il arrive enfin à l’endroit où le Magicobus dépose les moutards, il lâche un soupir de soulagement en constatant qu’il n’est pas encore arrivé. Ok, pas de Regard du Mépris pour lui aujourd’hui.

Et puis c’est là qu’on lui tapote l’épaule et quand il se retourne, il est carrément soufflé de se retrouver face à Astoria Greengrass. « Mon nom est Astoria Greengrass, je suis la mère de Scorpius et j'ai, hm, j'ai besoin de votre aide. » Il lève les yeux au ciel, c’est un réflexe, parce que vraiment ? D’accord, Shin n’a probablement pas tellement fréquenté la cadette Greengrass, mais même sans les souvenirs de Nazir, il sait lire un journal ?? Et ensuite, comment ça, elle a a besoin de son aide, à lui ? « J'ai besoin de le voir. » Ah. Oui, évidemment. Il est à deux doigts de lâcher un ricanement mauvais, parce que c’est marrant, qu’elle ressente maintenant le besoin de voir le gosse, et puis si on a enlevé Scorpius à sa famille, c’est probablement pour une bonne raison, pas vrai ?

« S’il vous plaît. » Et puis il la regarde, il la regarde vraiment. Et il peut voir le désespoir sous la jolie coiffure et le maquillage. Surtout, il y a cette partie très enfouie de lui, qui souffle que les enfants de sang pur arrachés à leur famille, ce n’est pas toujours justifié et qu’une mère a forcément envie de voir son fils.

Il déteste cette partie de lui, parce qu’elle le fait hésiter. Il serre les dents, alors que déjà, le Magicobus apparaît et dans quelques secondes, les gosses vont en sortir et c’est vrai qu’il ne voit toujours pas les Foster et quelque chose lui dit que Scorpius va encore atterrir à la maison. « Pas ici, » réplique-t-il avant de changer d’avis. « Au Manoir Moriyama. » Le Magicobus s’arrête et il s’empresse de lui donner l’adresse. Il n’y a personne là-bas et si elle a quelque chose derrière la tête – autre que de simplement voir son fils – elle ne pourra rien tenter au manoir. « File, t’as rien à foutre là, » crache-t-il avant de se détourner sans vérifier si elle s’en va vraiment, pour aller réceptionner Sun et Scorpius qu’il voit descendre du bus.

• • •

Bodies fill the fields I see, hungry heroes end. No one to play soldier now, no one to pretend. Running blind through killing fields, bred to kill them all. Victim of what said should be, a servant 'til I fall. Soldier boy, made of clay, now an empty shell. (disposable heroes)


Dernière édition par Shin Moriyama le Lun 10 Avr 2017 - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 29/10/2015
‹ messages : 966
‹ crédits : whorecrux, tumblr, skam.
‹ dialogues : indianred.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-trois (03/07)
‹ occupation : volontaire à Saint-Mangouste (TIG) et créatrice de mode, co-fondatrice de la marque OXOX, premier et populaire prêt-à-porter sorcier.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1992 à avril 98.
‹ baguette : est neuve et capricieuse. Elle mesure vingt-trois centimètres virgule six, est faite de bois d'érable et continent un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 1666
‹ réputation : je suis une petite bitch écervelée qui ne mérite pas la miséricorde avec laquelle on la traite.
‹ particularité : soigneuse, capable de guérir (presque) tous les maux.
‹ faits : j'ai été enlevée par ma propre soeur et utilisée comme otage par les insurgés pendant quatre ans Je suis aussi la mère du petit Scorpius Malfoy. J'ai été en procès parce que j'ai été Adhérente pendant la Guerre, mais j'ai été innocentée ou du moins, condamnée à plusieurs mois de TIG notamment à Saint-Mangouste.
‹ résidence : dans un petit appartement du Chemin de Traverse avec ma mère et ma soeur, loué par les soins de ma tante.
‹ patronus : impossible pour moi à invoquer
‹ épouvantard : Frank Hudson, un ancien leader Belliqueux désormais mort, tenant la main de Daphne et m'observant d'un air cruel.
‹ risèd : Scorpius, heureux et épanoui.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t3232-ag-in-my-head-everything-is-a
Pendant un instant, elle a l'impression de voir Stormrage. Dans la ligne des sourcils froncés, dans le visage impassible, contenant difficilement sa colère. Dans le regard, aussi. Surtout dans le regard. Nazir Peterson — elle a lu toute l'affaire dans le journal, a appris qu'il n'était pas mort, qu'il était... piégé, autant qu'on peut l'être, dans la carcasse de Shin Moriyama. Stormrage lui a toujours fait peur. Comme le monstre sous le lit, comme le fantôme dans le placard, comme le loup en bas de sa fenêtre. Il n'était pas spécialement méchant ou cruel avec elle, comme pouvait l'être Frank par exemple. Mais il était... impressionnant et dangereux, ses poings couverts de sang et ses regards noirs, si noirs, jamais dirigés vers elle... mais qui auraient pu l'être. Il lui faisait peur, d'une force irréelle, et il apparaît parfois dans ses cauchemars, la maintenant au sol pendant que Frank- « Pas ici. » Tout l'air du monde quitte les poumons d'Astoria. Il accepte d'une certaine manière, et elle se sent tellement soulagée et délicate, fragile, le fantôme de la jeune femme forte qu'elle essaie d'être tous les jours. Face à lui elle n'est rien que la mère-fille éplorée, la gamine un jour capturée par des Insurgés. « Au Manoir Moriyama. » Il lui donne l'adresse et elle la note mentalement, elle sait où c'est, elle va pouvoir y arriver. Elle doit y arriver de toutes façons. “ Mer-- File, t’as rien à foutre là. » Et tout simplement, il se détourne, va pour s'occuper des gamins qui déjà commencent à sortir du Magicobus. Pendant un instant, Astoria pense qu'elle va rester, vraiment rester là — serait-ce la chevelure blanche de Scorpius, qu'elle voit? ses yeux bleus? —, qu'elle va être incapable de bouger; mais finalement, ses yeux tombent sur les épaules de Moriyama, elle se souvient du regard flamboyant de Stormrage et elle transplane.

Elle n'a appris que l'an dernier à transplaner, et n'est pas très bonne à l'exercice; pendant un instant, elle redoute de se désartibuler mais non, elle arrive entière devant le manoir Moriyama. Ils ont gardé leur manoir... elle ne sait pas exactement si ils sont de sang-pur ou de sang-mêlé, vu qu'ils ne viennent pas du Royaume-Uni, mais elle imagine que leur sang ne doit pas être immaculé, si Moriyama a toujours la garde de sa fille. Elle aurait dû mieux faire ses recherches (Père saurait), songe-t-elle avec humeur en s'avançant vers la porte, y frappant plusieurs fois jusqu'à ce qu'un elfe lui ouvre. “ C'est pour? Je m'appelle Astoria Greengrass, Sto- Shin m'a invitée? ” L'elfe l'observe un long moment avant de lentement la laisser entrer, la guidant jusqu'à un salon où il l'assoit en lui promettant de rapporter du thé. Elle croise les jambes, les décroise, met son sac à côté d'elle, sur ses genoux, arrange ses cheveux, sourit sans desserrer les mâchoires à l'elfe quand il pose une tasse de thé, une sucrière et un pot à l'ait auxquels elle ne touche pas. Pourquoi met-il autant de temps? S'est-il perdu? Est-ce que--
Elle n'a pas entendu la porte être ouverte, ou alors Shin et les trois gamins entrer: tout ce qu'elle sait, c'est qu'il y a Scorpius qui la fixe, ses grands yeux bleus, si similaires à ceux de son père, vrillés sur elle et sa bouche qui articule un “ Asstoria? ” muet.

Elle ne sait pas quand elle s'est levée ou quand il s'est précipité sur elle; toujours est-il qu'elle finit avec les genoux à terre, meurtris sur le tapis, ses bras enroulés autour de son fils, son fils qui tant grandi, qui sent différemment, qui a les cheveux trop longs, et ses pleurs qui n'arrêtent pas de sortir et “ shh, shh, Scorpius, je suis là, ” mais rien n'y fait, et elle aussi sent quelque chose remonter, dans son nez et derrière ses yeux, et elle enfouit plus profondément encore son nez contre son épaule. C'est au bout d'une éternité qu'ils se détachent l'un de l'autre, Astoria repoussant gentiment son fils pour mieux l'observer, prendre son visage entre ses mains, son don de soigneuse prenant le relais malgré elle; et trop rapidement, elle sent déjà la limite et le corps de Scorpius qui a besoin de soin, le corps de Scorpius qui a froid le soir, les poumons du petit asthmatique qui sont exposés à trop d'humidité et de froid et oh Scorpius, comme j'aimerais que tu sois avec moi, a-t-elle envie de lui dire, mais elle n'a pas envie de remplir sa tête d'espoirs impossibles alors à la place, elle le ramène contre son coeur (et toujours Scorpius pleure, de plus en plus discrètement, marmonnant des choses connues de lui seul) avant de relever les yeux sur Stormrage.
Il l'observe sans rien dire, le regard indéchiffrable. Il y a un hoquet douloureux qui traverse Astoria avant qu'elle ne soit capable de parler: “ j'ai besoin de votre aide, ” murmure-t-elle doucement comme si Scorpius, tout serré contre elle, n'allait pas pouvoir l'entendre. “ C'est-- ” Ses doigts se crispent un peu, où ils sont enfoncés dans la veste et dans les cheveux de Scorpius, sans douleur mais sans douceur non plus. “ C'est mon fils. Je ne peux pas-- ” Je ne peux pas l'abandonner encore.

• • •

I had forgotten that it is impossible to lose someone, since all humans are alone. Another place in the universe we’re together in infinite time, remember that.
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 31/12/2016
‹ messages : 188
‹ crédits : nelliel.
‹ dialogues : chocolate


‹ âge : 26
‹ occupation : au chômage, pour le moment, il ne sait pas tellement quoi faire de ses dix doigts. Shin était Oubliator, et Nazir Chasseur de Trésors, autant dire que ça n'a rien à voir.
‹ maison : Shin était à Serdaigle et Nazir à Gryffondor.
‹ scolarité : 1989 et 1996.
‹ baguette : Nazir & Shin ont tous les deux perdu leur baguette, il a fallu leur en trouver une nouvelle : 29cm, taillée dans du saule, contenant une moustache de Tanuki.
‹ gallions (ʛ) : 625
‹ réputation : on disait de Shin qu'il était intelligent, calme, discret, le genre de mec pas chiant, pas intéressant non plus. De Nazir, on disait que c'était une tête brûlée, un cancre, un type violent parmi les Insurgés, mais efficace. Aujourd'hui, les deux sont un peu morts, alors on en parle beaucoup, mais sans trop savoir quoi dire.
‹ particularité : c'est un Métamorphomage, mais il ne sait plus du tout contrôler son don et le tatouage qu'il a dans le dos l'empêche de l'utiliser correctement. C'est également un Maître de l'Air, qui a tout à réapprendre.
‹ faits : shin s'est marié jeune et a eu une gamine qui a maintenant six ans, Sun - sa femme et sa gosse, c'était tout pour lui - c'était un mec brillant, capable de parler trois langues (anglais, coréen & japonais) très à cheval sur son éducation stricte et rigoureuse, très branché culture asiatique - mais shin a été capturé par le gouvernement en 2001 et est devenu le cobaye du département des mystères - ils ont trafiqué son corps, joué avec son don de métamorphomage, ont fait de lui l'espion ultime - en 2002, il est devenu Nazir Peterson, Insurgé Belliqueux, meilleur ami d'Angelina Johnson - aujourd'hui, il ne sait plus qui il est, Shin ou Nazir, les deux ?
‹ résidence : il vit au Manoir Moriyama, sa famille ne veut pas le laisser tout seul après ce qu'il a vécu.
‹ patronus : informe désormais, autrefois il prenait la forme d'un porc-épic, il paraît que celui de Shin avait la forme d'une tortue géante
‹ épouvantard : un miroir, le plus souvent reflétant les traits de Shin.
‹ risèd : il se voit sous les traits de Nazir, avec Rocket et Doxy.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6866-shin-reflection
astoria greengrassi am not as good as i believed—always falling, failing,
collapse—a spill of birds, a girl ripened with dead gardens.
Pourquoi est-ce qu’il accepte ? Il ne doit rien à Astoria Greengrass. Oh elle lui a probablement sauvé les miches quelques fois en se servant de son don bien utile pour le soigner, mais ce n’est pas comme si elle l’avait réellement fait de son plein gré. Si elle avait eu le choix, vraiment le choix, Nazir est presque convaincu qu’elle n’aurait rien fait du tout pour lui venir en aide. Elles ont beau être sœurs, Astoria et Daphne ne sont pas les mêmes personnes. Alors d’où ça vient, cette soudaine… clémence qu’il pensait avoir jetée et piétinée il y a bien longtemps, lorsqu’il s’agit de ceux qui n’étaient pas dans le même camp que lui ? Parce qu’elle est complètement inoffensive et pathétique ? Parce que même si elle n’est pas Daphne, elle reste sa petite sœur et une part de lui ne peut pas s’empêcher de veiller sur l’aînée et son entourage ? Ou parce que peu importe ce qu’elle est et ce qu’elle a fait, elle reste la mère de Scorpius et que le gamin est malheureux comme les pierres dans la famille qui l’héberge ? Merde. Il ne sait pas ce qui l’a poussé à accepter, mais c’est trop tard maintenant.
Quand il arrive à hauteur des gamins, il a les sourcils froncés et les lèvres pincées. C’est une tronche qu’ils n’ont pas l’habitude de le voir faire quand il vient les chercher, alors Sun lui lance immédiatement un regard intrigué et peut-être un peu inquiet, aussi. C’est naturellement, sans trop s’en rendre compte, qu’il passe une main dans les cheveux noirs de la gamine et esquisse un sourire rassurant. Les yeux de Sun s’arrondissent un peu, mais elle chasse vite l’expression de surprise pour se tourner vers Rhaenys et continuer la conversation dans laquelle elles étaient plongées avant qu’il n’arrive.

Scorpius tend la main vers lui et il l’attrape sans réfléchir. Les deux filles détestent ça, c’est pour les bébés, mais le petit blond glisse naturellement sa petite main dans la sienne parce qu’il sait qu’il angoisse toujours à l’idée d’en perdre un en chemin. C’est toujours avec cet air de ne pas savoir s’il va être accepté ou se faire rejeter qu’il tend la main à Sun, mais la gamine l’attrape d’une poigne ferme, avant de s’accrocher au bras de Rhaenys. Quand il n’a que Sun à récupérer, il n’hésite pas à s’éloigner du Chemin de Traverse pour transplaner à la maison, mais trois gamins, ça fait beaucoup alors ils se mettent en marche.
Pendant le trajet, il hésite. Est-ce qu’il doit prévenir Scorpius, que sa mère les attend probablement au manoir ? Il ne sait même pas quelle relation le gosse entretient avec sa mère et il se demande brusquement s’il n’a pas fait une énorme connerie. Il baisse les yeux sur le gamin. Il est silencieux, comme toujours. Il l’est un peu moins lorsqu’il est avec Sun, Rhaenys et Teddy, mais dès qu’un adulte est présent, il a tendance à être plus calme, plus discret.

Il ne dit rien, mais il écoute l’échange entre Rhaenys et Sun, un petit sourire aux lèvres. Pour quelqu’un d’extérieur ce n’est probablement pas grand-chose, mais ça fait quelques mois maintenant qu’il connaît le gosse et c’est plutôt rare de le voir sourire avec autant… d’insouciance. Il ne sait même pas ce que Scorpius pense de sa mère. Il l’a entendu parler de son père quelques fois, mais jamais de sa mère. Parce que le sujet est tabou ? Parce qu’il ne la connaît même pas ? Parce qu’il la déteste ? Merde. Le manoir Moriyama se rapproche de plus en plus et il n’a toujours rien dit au gamin.
Au beau milieu de la rue, c’est probablement une mauvaise idée et parce qu’il ne voit pas Astoria sur le perron, il se dit qu’elle n’est pas là ou que l’elfe l’a déjà fait entrer. A l’intérieur, il le préviendra à l’intérieur. Sauf qu’ils ont à peine mis un pied dans le manoir que Sun tire brusquement Rhaenys et Scorpius vers la cuisine pour qu’ils prennent leur goûter tant attendu. « Attendez ! » grogne-t-il, mais c’est trop tard. Scorpius s’est figé devant l’arche qui mène au salon, parce qu’il y a sa mère assise sur un des fauteuils.

En voyant qu’il ne bouge plus, les deux filles l’appellent, mais il ne réagit pas. Quand Astoria se lève, il relâche la main de Sun et se précipite vers elle pour finir dans ses bras, secoué de sanglots. « Shh, shh, Scorpius, je suis là, » tente-t-elle de rassurer le gamin et c’est tellement étrange de voir Astoria agir comme une mère. C’est une facette d’elle qu’il n’avait encore jamais vue, qu’il ne pensait pas voir un jour.

Les deux filles se tournent vers lui et elles ont sur le visage une expression similaire. Celle de deux gamines qui ont compris qui est celle qui serre Scorpius contre elle et qui ne savent pas trop si elles sont contentes pour leur ami, ou si une part d’elles est jalouse parce qu’elles ont parfaitement conscience qu’elles ne connaîtront plus jamais ça, l’étreinte d’une mère. « J’ai besoin de votre aide, » fait alors la voix d’Astoria, le forçant à détacher son regard de Sun et Rhaenys pour la regarder. « C’est—C’est mon fils. Je ne peux pas-- » Il serre les dents alors qu’il regrette déjà de ne pas avoir réfléchi un peu plus avant d’accepter qu’elle voie Scorpius.
Il s’approche de Rhaenys et Sun, s’accroupit à leur hauteur et encore une fois, sa main va se glisser dans les cheveux noirs de la gamine. « Vous nous laissez un moment, les filles ? » murmure-t-il doucement et elles ouvrent la bouche, mais il est plus rapide. « C’est important pour Scorpius, d’accord ? » Et ça semble les convaincre. Elles hochent la tête et disparaissent dans la cuisine, où l’elfe de maison des Moriyama sait ce qu’il doit faire. Alors il se redresse et passe à côté d’Astoria, dont il attrape doucement le bras pour l’aider à se remettre debout, Scorpius toujours pressé contre elle. « Va t’asseoir, » dit-il d’une voix un peu rauque avant d’aller faire de même.

Là, il se frotte le visage d’un air las et prend un moment pour rassembler ses esprits. « J’peux pas te laisser partir avec, » répond-il enfin et il peut voir Scorpius qui s’accroche encore plus à sa mère à cela et c’est plus fort que lui, son cœur se serre et sa gorge se noue. Elle ouvre la bouche pour protester probablement, mais il enchaîne : « Tu sais très bien ce qui arrivera si je te laisse faire un truc pareil. » Les autorités les retrouveront et elle le perdra pour toujours. Il ferme les yeux une seconde et il peut revoir les visages de Sun et Rhaenys qui elles, ne retrouveront jamais leur mère. Il déglutit avec difficultés et quand il pose à nouveau son regard sur Astoria, il n’y a rien de Stormrage dans son expression. « Je sais que ceux qui sont censés s’occuper de lui font un très mauvais boulot, mais on est en train d’essayer de changer ça, » poursuit-il parce que ça sert à rien de cacher à Astoria qu’Elijah, Nobuo et lui sont en train de se débattre avec ces conneries d’administration pour que Scorpius soit pris en charge par quelqu’un d’autre. Des gens compétents, qui ne seront jamais ses parents mais lui donneront au moins l’impression d’avoir une maison, un endroit où il est le bienvenu.

« Il y a une chose que je peux faire, » admet-il enfin. « Mais je vais avoir besoin que tu me promettes de faire exactement ce que je te dis et comme je te le dis. Et toi aussi, Scorp. » Il fait ça pour le gamin. Définitivement pour le gamin.

• • •

Bodies fill the fields I see, hungry heroes end. No one to play soldier now, no one to pretend. Running blind through killing fields, bred to kill them all. Victim of what said should be, a servant 'til I fall. Soldier boy, made of clay, now an empty shell. (disposable heroes)
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 29/10/2015
‹ messages : 966
‹ crédits : whorecrux, tumblr, skam.
‹ dialogues : indianred.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-trois (03/07)
‹ occupation : volontaire à Saint-Mangouste (TIG) et créatrice de mode, co-fondatrice de la marque OXOX, premier et populaire prêt-à-porter sorcier.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1992 à avril 98.
‹ baguette : est neuve et capricieuse. Elle mesure vingt-trois centimètres virgule six, est faite de bois d'érable et continent un crin de licorne.
‹ gallions (ʛ) : 1666
‹ réputation : je suis une petite bitch écervelée qui ne mérite pas la miséricorde avec laquelle on la traite.
‹ particularité : soigneuse, capable de guérir (presque) tous les maux.
‹ faits : j'ai été enlevée par ma propre soeur et utilisée comme otage par les insurgés pendant quatre ans Je suis aussi la mère du petit Scorpius Malfoy. J'ai été en procès parce que j'ai été Adhérente pendant la Guerre, mais j'ai été innocentée ou du moins, condamnée à plusieurs mois de TIG notamment à Saint-Mangouste.
‹ résidence : dans un petit appartement du Chemin de Traverse avec ma mère et ma soeur, loué par les soins de ma tante.
‹ patronus : impossible pour moi à invoquer
‹ épouvantard : Frank Hudson, un ancien leader Belliqueux désormais mort, tenant la main de Daphne et m'observant d'un air cruel.
‹ risèd : Scorpius, heureux et épanoui.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t3232-ag-in-my-head-everything-is-a
Le temps que Shin se débarrasse des deux autres gamines qui n'intéressent pas Astoria le moins du monde, elle a de nouveau tourné son regard vers Scorpius, détaillant son fils, son petit garçon, alors que celui-ci a encore du mal à s'arrêter de sangloter malgré lui. Elle efface ses larmes, hâtivement, avec le talon de sa main et le bout de ses doigts, “ arrête de pleurer, Scorpius, tout va bien, je suis là, ” mais sa voix perd un peu de sa force et de son effet puisqu'elle tremble légèrement par les mêmes émotions qu'elle s'efforce silencieusement de garder en laisse, de retenir au moins pour ne pas craquer devant son fils (et Shin, devant lequel elle ne peut pas se permettre d'être faible non plus). Quand il s'approche alors seulement elle repose les yeux sur lui, se laisse se faire relever avec un léger froncement de sourcil, son autre main tenant toujours Scorpius alors que lui-même y glisse la sienne. Il a peur, peur qu'elle s'en aille, l'abandonne, encore, comme elle l'a fait il y a des années, comme son père l'a fait en partant de manière inexplicable. Comment expliquer à leur fils que son père est un criminel, sa mère une incapable?
« Va t’asseoir. » Astoria retourne s'asseoir sur son fauteuil, Scorpius hésitant avant qu'elle ne l'aide à monter sur ses genoux où il s'assied de travers, comme si la position était tout à fait naturelle et pas du tout nouvelle pour eux deux. Mais elle est confortable, familière presque, ses creux trouvant ses courbes, ses courbes trouvant ses creux. Il prend sa main sur ses genoux pour jouer avec ses phalanges nerveusement, observant sa paume, comme pour découvrir l'épiderme d'une mère qui ne l'a quasiment jamais touché, malgré les longs mois qu'ils ont passé à s'apprivoiser, se domestiquer presque. Ils sont des étrangers, presque, mais ils sont aussi tout ce qu'il leur reste.

« J’peux pas te laisser partir avec. » Astoria se sent rougir. Elle sait ça. Elle sait. Elle est juste... faible. Elle ignore comment elle va pouvoir repartir après avoir vu son fils aujourd'hui. Mais elle sait qu'elle ne peut pas partir avec lui, malheureusement. Scorpius serre ses mains autour de la sienne, “ mais pourquoi? ” gémit-il doucement en se pressant contre elle, alors qu'elle laisse tomber ses lèvres contre sa tempe, machinalement, espérant le calmer en ouvrant la bouche pour dire quelque chose- « Tu sais très bien ce qui arrivera si je te laisse faire un truc pareil.Oui, je sais, ” insiste-t-elle, avec une certaine faiblesse. Elle donnerait tout l'or du monde pour sortir son fils de . « Je sais que ceux qui sont censés s’occuper de lui font un très mauvais boulot, mais on est en train d’essayer de changer ça. » Scorpius devient très silencieux, regarde toujours la main d'Astoria, au creux de laquelle il a posé la sienne. Il se laisse aller contre son épaule, rassuré par l'étreinte ce qui est, elle s'en doute, plutôt rare. Son pauvre garçon ne doit pas avoir droit à beaucoup d'affection... ses entrailles se tordent à cette pensée. Elle aimerait tant que Draco soit là, lui saurait quoi faire. Mais il n'est pas là. Il ne reviendra pas avant de longues années et Scorpius n'a plus que les Foster et elle-même pour s'occuper de lui... « Il y a une chose que je peux faire. »

Tous les muscles de la petite silhouette d'Astoria se tendent dans sa direction et les yeux qu'elle a baissé sur la main de Scorpius dans la sienne se lèvent sur lui. « Mais je vais avoir besoin que tu me promettes de faire exactement ce que je te dis et comme je te le dis. Et toi aussi, Scorp. » Celui-ci fronce les sourcils. “ De quoi tu parles? ” demande-t-il aussitôt. “ De quoi il parle? Je ne sais pas, Scorpius.Scorp. Elle ne peut pas s'empêcher de se dire que c'est nul comme surnom. Elle lève la main dans un geste qui deviendra une habitude, pour replacer une mèche de cheveux sur le front de son fils. Son autre main se referme autour de la sienne. “ Je le ferai. Bien entendu, ” dit-elle en relevant le regard vers Shin, intriguée par ce qu'il a en tête. Scorpius semble désapprouver. Astoria ne se doute pas une seule seconde que Scorpius apprécie grandement Shin mais il est méfiant. Il semble toujours l'être, de toutes manières. “ Scorpius, il faut que tu promettes. Mais... ” il ne sait pas sur quoi protester mais il veut protester. “ Pourquoi je peux pas juste partir avec toi? J'ai même pas besoin de retourner là-bas, j'ai quasiment pas d'affaires de toutes manières! On pourrait juste partir et aller chercher Papa sur le chemin. ” Ça a l'air si simple, quand il le dit comme ça. Astoria a la gorge nouée. “ Ça ne fonctionne pas comme ça, Scorpius. C'est très compliqué, d'accord? Mais pour l'instant, Dra- Papa doit rester là où il est et toi aussi et moi aussi. Mais bientôt ce sera différent, d'accord? Il y a des... gens qui décident de certaines choses pour nous. Et pour l'instant, on ne peut pas décider de faire le contraire. Alors il faut que tu promettes d'écouter Shin et de faire ce qu'il te dit, comme ça le jour où on sera réuni... arrivera plus vite. D'accord? ” Elle n'est vraiment pas très douée pour expliquer les choses aux autres, encore moins aux enfants.

• • •

I had forgotten that it is impossible to lose someone, since all humans are alone. Another place in the universe we’re together in infinite time, remember that.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

(shinra) losing him was blue like i'd ever known.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» 03. "Losing my religion" # Ash
» 01. Losing your mind
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres :: Chemin de Traverse
-