Partagez | .

sujet; (1994-1995) oreo | wondering if i dodged a bullet or lost the love of my life.

HUNTED • running man
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 12/01/2017
‹ messages : 472
‹ crédits : blue comet, tumblr, mashrou leila.
‹ dialogues : #D1A271 pour ollie, salmon pour ines.


‹ liens utiles :

rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-six (20/05)
‹ occupation : en fuite.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1987 et 1995.
‹ baguette : est celle d'Ines, courte et souple, composée de bois de chêne et ayant en son coeur une plume de phénix.
‹ gallions (ʛ) : 374
‹ réputation : je suis un peu perturbée. Manipulatrice, j'ai un humour plus que douteux mais j'étais un bon petit soldat côté Mangemort durant la Guerre. Je trolle le Gouvernement sur MSN et personne ne sait vraiment où je suis. Ines est quant à elle héroïne de guerre, jeune femme volontaire et utile qui a ramené de nombreux sorciers étrangers pendant la Guerre, et qui se faisait appeler Shrimp parmi les Pacifistes.
‹ particularité : métamorphomage, et un peu pas très douée dans le domaine. Je suis aussi maudite. La malédiction, au lieu de me nourrir en magie comme avant, draine ma magie et mon énergie vitale progressivement.
‹ faits : je suis la fille d'un Auror respecté, et la soeur adoptive d'un autre. J'étais Briseuse de Sorts mais après une mauvaise altercation avec un artefact de magie noire, je me suis tournée vers les arts obscurs pour ne jamais en revenir, allant jusqu'à prendre la Marque lors de ma quête de pouvoir.

Je suis désormais en fuite, prenant l'apparence de la petite soeur d'un ancien ami à moi pour qu'il me protège. Mon faux nom est Ines Selwyn, une héroïne de la guerre. Je me drogue à l'Aderall pour optimiser ma concentration et mon utilisation de mon don.
‹ résidence : chez Areo, sur le Chemin de Traverse.
‹ patronus : impossible à invoquer.
‹ épouvantard : un énorme serpent.
‹ risèd : Naz, l'amour de ma vie.
Voir le profil de l'utilisateur
areo selwynWhen you loved someone and had to let them go, there will always be that small part of yourself that whispers, "What was it that you wanted and why didn't you fight for it?"
1994, YULE BALL | Areo l'avait invitée au bal de Yule.
Ollie ne pouvait pas s'empêcher d'être un peu déçue. Ce n'était pas du tout qu'elle était malheureuse que son meilleur ami l'ait invitée (bien au contraire: elle savait ainsi que la soirée allait être une réussite, Areo avait toujours le chic pour rendre tout mémorable et amusant), mais plutôt qu'elle avait failli y aller avec Anton Nikiforov. Oui, le Anton Nikiforov qui avait fait trois fois la couverture du magazine WizIce Skating et dont Ollie était complètement amoureuse. Il lui avait demandé d'y aller avec elle en novembre, cinq jours exactement après que la délégation bulgare soit arrivée à Poudlard et trois jours après qu'Ollie ait failli faire une crise cardiaque ensorceler une partie du Lac Noir pour s'entraîner pour la compétition internationale de l'année suivante. Anton Nikiforov avait des abdominaux prodigieusement bien dessinés, un sourire à éclipser le soleil et une chevelure à l'épaisseur et à la couleur noir aussi profondeur que celle d'Ollie: c'était l'homme parfait.
Sauf qu'il avait décidé au dernier moment d'emmener Stéphanie, une fille de Beauxbâtons qui ignorait tout du patin à glace certainement et Ollie s'était retrouvée sans cavalier du jour au lendemain à deux jours à peine du bal de Yule. Areo avait certainement dû la prendre en pitié, ou peut-être qu'il en avait juste eu marre qu'elle se plaigne sans s'arrêter d'Anton Nikiforov; toujours était-il qu'il avait fini par lui demander lui-même de l'accompagner et Ollie, le coeur un peu brisé, avait accepté (non sans se faire un peu prier).
Areo l'avait invitée au bal de Yule et du coup, elle avait dû changer la couleur de sa robe pour que leurs tenues aillent ensemble, ça lui avait pris trois sortilèges et une potion mais le résultat était plutôt... pas mal, en fait. Elle s'habillait plus pour qu'Anton regrette de lui avoir fait faux bond plutôt que pour plaire à Areo: après tout, il n'y avait plus grand-chose à sauver, il l'avait vu dans son pyjama de pingouin et savait pertinemment à quoi ressemblait ses cheveux quand ils n'étaient pas correctement coiffés et stylés (spoiler: à un nid d'oiseau). Mais il était vrai qu'il était agréable de se faire belle de temps en temps, même si c'était juste pour rendre les autres garçons jaloux, et de ce qu'Areo lui avait dit (comme une jouvencelle, il avait refusé de lui montrer son costume entier, lui disant simplement que la veste serait blanche et la chemise bleue et Olivia avait failli le tuer en lui demandant si il savait seulement la différence entre turquoise et céruléen parce que oh par Merlin, Areo, quelle teinte de bleu?), ils allaient juste être le couple le plus beau de la soirée si on oubliait les quatre paires de champions. Cedric Diggory irait avec Cho Chang, bien évidemment; l'autre connasse de Delacour (Ollie n'aimait définitivement pas la délégation française, voleurs de cavaliers) avec un être insignifiant; Harry Potter (il avait sa faveur, et elle avait hésité à porter son badge encourageant Potter pour le bal; mais sa couleur rouge jurait sincèrement avec sa robe bleu marine) avec une fille de sa maison et Viktor Krum irait avec Hermione Granger. Elle ne comprenait définitivement pas l'intérêt des slaves pour les gringas mais c'était leurs pertes, pas la sienne.

Bref, Ollie était dans un état de nerfs plutôt avancé alors que toutes ces pensées tournaient en rond dans sa tête sans s'arrêter, tandis qu'elle attendait Areo dans la salle commune des Serpentards. La plupart des couples s'était déjà rendus dans le grand Hall en attendant l'ouverture des portes de la Grande Salle et elle se retrouvait seule, assise dans un fauteuil au confort douteux, à hésiter sur la couleur de ses ongles, cherchant du bout de sa baguette la teinte idéale pour aller avec sa robe. “ Motherfucking idiotic stupid ass white gringa, ” marmonnait-elle comme une malédiction sans s'arrêter, baissant le ton seulement quand un retardataire se jetait en dehors de la salle commune pour se rendre au bal, quand ce n'était pas un élève de première, seconde ou troisième année qui tendait le cou à l'intérieur de la salle commune, croisait le regard noir d'Ollie, et retournait aussi vite dans son dortoir.
La porte grinça une énième fois et elle leva un regard vidé d'énergie et d'âme vers le dortoir des garçons; et pour la première fois depuis le début de la longue demi-heure qu'elle avait passé dans son fauteuil, son visage se détendit et elle sourit en reconnaissant Areo, oubliant toutes ces histoires de Stéphanie, de stupide patineur artistique et des abdos de ce dernier. “ Areo, you're late, what is wrong with-- ” commença-t-elle à se plaindre, malgré le sourire sur ses lèvres, en sautant sur ses pieds et en faisant tourner une dernière fois sa baguette entre ses mains pour redonner à ses ongles la même couleur rouge que ses lèvres. Elle s'interrompit en se rendant compte que la chemise bleu marine (elle avait fait le bon choix de teinte, c'était le plus beau jour de sa vie) et la veste blanche d'Areo étaient pour ainsi dire... plutôt seyantes. Il était aussi beau qu'un meilleur ami puisse l'être, en tout cas. “ Areo, you look... hot. ” Elle semblait surprise de la chose, comme si elle s'en rendait compte pour la toute première fois. En se rendant compte de ce qu'elle venait de dire, Ollie se mit à rougir et, presqu'aussitôt, à bégayer; c'était une angoissée et une timide, dont les interactions avec l'autre sexe se limitaient aux Unes de journaux de patinage artistique, son frère adoptif et son meilleur ami. “ I-I mean, you l-l-look great and I love your ja-jacket, can we go now? I-i-if they started with-without us, I swear...

• • •

But you held your course to some distant war In the corners of your mind, From the second time around, The only love I ever found, Oh Olivia it's a long time coming Home at last, Were you safe and warm in your coat of arms With your fingers in a fist? Did you hear the notes, all those static codes In the radio abyss?


Dernière édition par Olivia Hayek le Ven 7 Avr 2017 - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 02/02/2017
‹ messages : 187
‹ crédits : gleekout! + tumblr + william blake
‹ dialogues : #indianred


‹ âge : vingt-six
‹ occupation : assistant de Jemma Howard.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1988 et 1995.
‹ gallions (ʛ) : 327
‹ résidence : dans mon propre appartement sur le chemin de Traverse, quoiqu'il arrive qu'on me trouve aussi à Allington Castle dans le Kent, résidence de mes parents et maison de mon enfance.
‹ patronus : un aigle
‹ épouvantard : la maison de mon enfance en proie à un terrible incendie.
Voir le profil de l'utilisateur
olivia hayekAnd you throw your head back laughing like a little kid I think it's strange that you think I'm funny 'cause she never did I've been spending the last eight months thinking all love ever does is break and burn and end but on a Sunday at the Yule Ball I watched it begin again
Le bal c’est un truc de filles. Et Areo il a hâte que ça soit terminé, tous les gloussements dans les couloirs au passage du moindre éphèbe près d’un groupe de demoiselle et toutes les discussions fringues. Il a hâte que Poudlard redevienne Poudlard et pas un substitut du salon de thé de Pieddodu ou pire, un salon d’entremetteuse. Il préfère qu’on se reconcentre ce qui importe vraiment: le Tournois des Trois sorciers et pas une stupide soirée dansante. Il en a marre Areo et il en a surtout marre d’Ines qui ne fait que parler de ça et de son envie d’y aller et son besoin de se trouver un cavalier, parce que, sinon, du haut de ses onze ans, elle n’aura pas accès à la Grande Salle le soir du Yule et c'est a proper scandal hermano, this is SO ageist honestly. Et il trouve ça plutôt bien lui que les gamins ne puissent pas y aller, c’est ce qui rachète un peu le bal à ses yeux. Il pourrait bien y aller juste parce que la morveuse y sera pas - god forbid qu’elle se trouve un cavalier à qui il devra, par principe, casser les dents. Areo il ne s’est pas cherché de cavalière lui. Il n’en voit pas l’intérêt, il compte pas danser de toute façon. Mais quand Ollie s’est ramenée dans la salle commune un soir, furieuse et visiblement prête à commettre un meurtre parce que son cavalier l’a lâchée, il s’est proposé. Quitte à y aller avec une fille, autant y aller avec Ollie qui est pas une vraie fille-fille, enfin pas une glousseuse - pas devant lui en tous cas - et avec qui il pourra au moins passer le bal à rire. Et puisqu’elle tient à se pointer avec un garçon à son bras… La proposition ne crée pas exactement la joie escomptée, mais elle finit par céder quelques heures plus tard. C’est qu’il s’en serait presque vexé.

Il a presque regretté son offre quand elle a commencé à le harceler de questions pour connaître la couleur de sa tenue et à lui parler d’animaux (tortoise) et de pays (Sierra Leone) (en vrai il sait que turquoise et cerulean ce sont des couleurs, mais rien que pour la tête qu’a fait Ollie, ça valait le coup de faire semblant). Il a envie de lui que c’est qu’un bal et qu’on s’en fout qu’ils soient assortis et que de toute façon tant que c’est bleu c’est bon. Malgré tout quand il se prépare, il prend un peu de temps, à bien arranger le nœud papillon que lui a envoyé sa mère, à coiffer ses cheveux - ce qu’il ne fait jamais - et à bien lisser les pans de sa veste et de son pantalon. Il a l’impression que ses lunettes gâchent un peu tout le look, mais il se rappelle qu’il s’en fout hein, donc il les remet bien sur son nez et sort du dortoir un peu après les autres mâles de septième année. C’est pas tellement qu’il s’est montré plus coquet que certains - il croit bien avoir vu Jenkins s’être fait un masque pour le visage - mais qu’il a commencé à se préparer plus tard. Son monde à lui ne tourne pas autour du bal, remember. “ Areo, you're late, what is wrong with— ” Il se dit pas que les situations sont un peu inversées quand c’est lui qui descend royalement les marches vers la salle commune et Ollie qui l’attend et se lève brusquement de son fauteuil quand elle le voit. Il se dit rien du tout en fait, parce qu’il l’aperçoit dès le haut des marches dans sa jolie robe bleu marine et parfaitement assortie aux pans bleus de sa propre tenue et il ne peut pas s’empêcher de sourire. Ça tombe bien, elle aussi elle sourit un peu bêtement. “ Areo, you look... hot. ” Il est un peu vexé de la surprise dans sa voix; genre c’est normalement impossible pour lui d’être beau. Mais elle rougit et se met à bégayer alors il troque sa petite moue pour un sourire mi-moqueur mi-attendri.  “ I-I mean, you l-l-look great and I love your ja-jacket, can we go now? I-i-if they started with-without us, I swear…Yes? What is it you’ll do if they started? ” Il hausse les sourcils la mettant au défis de trouver une menace qui ne le fera pas éclater de rire. Elle a beau être un plus grande avec ses talons Olivia lui fait pas peur le moins du monde. “Come on! You know divas always arrive late right? At least now you get to make a grand entry.” Qu’elle puisse se faire remarquer, de toute façon c’est ça qu’elle cherche, à se faire voir par cet imbécile d’Anton qui ne sait pas ce qu’il a raté en troquant sa meilleure amie pour une insipide blonde. Il lui tend son bras faussement sérieux, s’inclinant légèrement. “Señorita.”  Et puis comme elle l’attrape et qu’il l’entraîne hors de la salle commune des vipères: “You’re pretty hot yourself by the way.” fait-il en essayant vraiment de ne pas éclater de rire, parce qu’en plus c’est vrai qu’elle est jolie Olivia, même si elle pas besoin de porter une robe de bal et de se maquiller pour qu’il le sache. “Ahem…anyways let's go make that slavic ass of his jealous as hell, yeah?
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 12/01/2017
‹ messages : 472
‹ crédits : blue comet, tumblr, mashrou leila.
‹ dialogues : #D1A271 pour ollie, salmon pour ines.


‹ liens utiles :

rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-six (20/05)
‹ occupation : en fuite.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1987 et 1995.
‹ baguette : est celle d'Ines, courte et souple, composée de bois de chêne et ayant en son coeur une plume de phénix.
‹ gallions (ʛ) : 374
‹ réputation : je suis un peu perturbée. Manipulatrice, j'ai un humour plus que douteux mais j'étais un bon petit soldat côté Mangemort durant la Guerre. Je trolle le Gouvernement sur MSN et personne ne sait vraiment où je suis. Ines est quant à elle héroïne de guerre, jeune femme volontaire et utile qui a ramené de nombreux sorciers étrangers pendant la Guerre, et qui se faisait appeler Shrimp parmi les Pacifistes.
‹ particularité : métamorphomage, et un peu pas très douée dans le domaine. Je suis aussi maudite. La malédiction, au lieu de me nourrir en magie comme avant, draine ma magie et mon énergie vitale progressivement.
‹ faits : je suis la fille d'un Auror respecté, et la soeur adoptive d'un autre. J'étais Briseuse de Sorts mais après une mauvaise altercation avec un artefact de magie noire, je me suis tournée vers les arts obscurs pour ne jamais en revenir, allant jusqu'à prendre la Marque lors de ma quête de pouvoir.

Je suis désormais en fuite, prenant l'apparence de la petite soeur d'un ancien ami à moi pour qu'il me protège. Mon faux nom est Ines Selwyn, une héroïne de la guerre. Je me drogue à l'Aderall pour optimiser ma concentration et mon utilisation de mon don.
‹ résidence : chez Areo, sur le Chemin de Traverse.
‹ patronus : impossible à invoquer.
‹ épouvantard : un énorme serpent.
‹ risèd : Naz, l'amour de ma vie.
Voir le profil de l'utilisateur
Yes? What is it you’ll do if they started? ” Elle fait la moue, malgré elle, parce qu'il hausse les sourcils d'un air complètement stupide qui la fait se sentir stupide et du coup, elle trouve qu'une seule chose à répondre: elle tire la langue, d'une manière exagérément enfantine, avant de tirer une moue à faire pleurer un enfant de cinq ans.
Come on! You know divas always arrive late right? At least now you get to make a grand entry. ” C'est vrai qu'il a pas tort: si ils arrivent un tout petit peu en retard, au moins, elle sera sûr que ce stupide Anton la verra et qu'elle verra à quel point, en plus d'être accordés, elle et Areo sont beaux. Beau. C'est vraiment pas un terme qu'elle a associé à Areo avant. Évidemment, il a toujours été plus mignon que la moyenne mais ils sont devenus amis si vite qu'elle a rapidement commencé de le voir avec les limites qu'imposent l'amitié, ignorant complètement les potentiels regards énamourés des potentielles rivales pour son affection. Il n'y a jamais eu de rivaux, entre Areo et Ollie, parce qu'ils sont comme ça. Entiers, loyaux, toujours fourrés ensemble, sans aucune ombre sur le tableau, sans aucune dispute, jamais. Ils sont les meilleurs amis du monde et en cet instant précis, alors qu'il s'incline d'une manière dramatique avant de lui proposer son bras, cette impression semble éternelle, impérissable. Ollie ne peut même pas imaginer que les choses puissent changer un jour entre eux. “ Señorita. ” Elle ne peut s'empêcher de rire, en enroulant son bras au sien. L'espagnol, c'est un peu comme leur blague, leur langage secret à l'austère Poudlard. Personne ou presque ne comprend la langue de leurs parents, et ils l'utilisent à loisir, pour faire comme si ils gossipaient alors qu'ils échangent des idioties, utilisant la vitesse que la langue latine permet pour échanger quelques idées rapidement sous le regard déboussolé et un peu agacé de leurs camarades. “ You’re pretty hot yourself by the way. ” Il dit ça comme si c'était une blague, et Ollie enfonce ses ongles à travers la manche de sa veste. “ Why do you sound mocking? You sound mocking, Areo. You can't sound mocking, I'm your partner for the ball, you really can't mock me, Areo, ” fait-elle d'un air très réprobateur, lui adressant un petit sourire timide en croisant son regard. Il a gardé ses lunettes et Ollie l'aime mieux comme ça, elle est plus habituée à Areo avec ses grosses lunettes que sans, elle le trouve mignon comme ça.

Ahem…anyways let's go make that slavic ass of his jealous as hell, yeah? ” Oui, oui, oui. La mission de ce soir. Elle ne doit pas se laisser déconcentrer par la douceur des yeux d'Areo ou le petit sourire qui traîne sur sa bouche. À la place, Ollie hoche vigoureusement la tête, resserre un peu son emprise autour du bras d'Areo alors qu'ils arpentent d'un pas décidé les cachots menant à la salle commune des Serpentards pour rejoindre le Grand Hall. “ Yes, you're right, of course, I need an attack plan, I need him to be disgusted, you're right, we're going to make a diva entrance and he's going to bite his fingers off, sì, he's going to regret the day he dumbfounded-- oh. My. God?! ” Évidemment, quand ils arrivent dans le Grand Hall, ils sont en retard et la plupart des couples sont déjà dans la Grande Salle, sauf les champions qui entreront en dernier, c'est eux les vraies divas. Mais ce n'est pas ça qui choque Ollie. Ce qui choque Ollie c'est Anton en train de tripoter et d'embrasser sa cavalière. Stéphanie. Connasse. Areo lui jette un regard en coin. “ No, we're not going to make out, quit looking at me like tha- oh my God, stop laughing, what's so fun- stop! ” Ils se chamaillent et elle grogne et il rit mais leurs bras restent entrelacés, et ils entrent dans la Grande Salle et elle ne regarde pas Anton et elle se laisse aller contre l'épaule d'Areo, un peu rassurée, quand le beau russe patineur à glace n'est plus dans son champ de vision. Reconnaissante, mais un poil trop fière pour le dire à haute voix, à la place, elle presse le biceps d'Areo avec sa main.

Sauf qu'elle a oublié un truc.
Il faut danser à un bal.
Areo, I don't know how to dance. Oh. My. God. This is the worst, the worst!!!! day of my life. Let's go back to the common room. This is so embarrassing. I can't dance? I didn't practice? I didn't think of this? Areo, we need to go back. Pretend to have an heart attack while I sneak out. Or aren't you allergic to something? Milk? Pretend to have a seizure, I don't know, oh my God, Areo!!!

• • •

But you held your course to some distant war In the corners of your mind, From the second time around, The only love I ever found, Oh Olivia it's a long time coming Home at last, Were you safe and warm in your coat of arms With your fingers in a fist? Did you hear the notes, all those static codes In the radio abyss?


Dernière édition par Olivia Hayek le Ven 7 Avr 2017 - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 02/02/2017
‹ messages : 187
‹ crédits : gleekout! + tumblr + william blake
‹ dialogues : #indianred


‹ âge : vingt-six
‹ occupation : assistant de Jemma Howard.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1988 et 1995.
‹ gallions (ʛ) : 327
‹ résidence : dans mon propre appartement sur le chemin de Traverse, quoiqu'il arrive qu'on me trouve aussi à Allington Castle dans le Kent, résidence de mes parents et maison de mon enfance.
‹ patronus : un aigle
‹ épouvantard : la maison de mon enfance en proie à un terrible incendie.
Voir le profil de l'utilisateur
Why do you sound mocking? You sound mocking, Areo. You can't sound mocking, I'm your partner for the ball, you really can't mock me, Areo,Non bien sûr qu'il ne se moque pas, il n'oserait jamais. Sauf qu'il n'arrive à rire qu'à moitié devant son air réprobateur, parce qu'en même temps il quand même mis Ollie et 'ho't dans la même phrase et c'est pas tout à fait anodin. Il préfère donc changer de sujet, le plus vite possible, même si ça l'amuse pas vraiment non plus de parler de cet imbécile d'Anton avec son accent russe et ses cheveux blonds et son air arrogant de patineur artistique. Krum, à la rigueur, il peut comprendre l'attrait, musclé, joueur de Quidditch… Areo n'est pas fan de Quidditch, mais ça reste un sport plus intéressant (viril) que le patinage artistique. Mais il ne dit rien de tout ça et bien sûr Ollie ne le devine pas. “ Yes, you're right, of course, I need an attack plan, I need him to be disgusted, you're right, we're going to make a diva entrance and he's going to bite his fingers off, sì, he's going to regret the day he dumbfounded-- oh. My. God?! ” Il comprend pas tellement ce qui l'arrête tout à coup quand ils arrivent enfin devant la Grande Salle. Il ne s'en plaint pas vraiment parce qu'il trouve le plan d'Olivia un peu barbant - même s'il savait bien que rendre Anton jaloux c'est ce pourquoi il a signé depuis le départ -, mais ça l'intrigue un peu. Il suit le regard d'Ollie vers un couple en train de se peloter méchamment à côté de la piste de danse pas encore ouverte. Il reconnaît pas tout de suite Anton et Stéphanie, en fait il les reconnait même pas du tout puisqu'ils se mangent la figure, mais il devine que c'est eux. Il repose les yeux sur sa propre cavalière, pour s'assurer qu'elle en fait pas une syncope non plus. Ollie peut être assez dramatique quand elle veut. Et sur l'Affaire Anton™ elle veut.

No, we're not going to make out, quit looking at me like tha- oh my God, stop laughing, what's so fun- stop! ” Il rigole parce que c'est tellement absurde ce qu'elle propose, - il ferait pas ça comme ça en public lui déjà - et puis elle en fait trois tonnes et son outrage est trop drôle pour qu'il ne se moque pas un peu d'elle et plus elle grogne, plus il rit et ils finissent - lui à moitié plié en deux - par franchir les portes. Il sent qu'elle se repose un peu sur lui et il esquisse un sourire. C'est normal, pas bizarre du tout. Ils ont toujours été proches. Elle serre un peu plus son bras, mais il ne dit rien, elle n'a pas beaucoup de force et puis, si ça lui faisait mal il ne le lui avouerait de toute façon jamais. “ Areo, I don't know how to dance. Oh. My. God. This is the worst, the worst!!!! day of my life. Let's go back to the common room. This is so embarrassing. I can't dance? I didn't practice? I didn't think of this? Areo, we need to go back. Pretend to have an heart attack while I sneak out. Or aren't you allergic to something? Milk? Pretend to have a seizure, I don't know, oh my God, Areo!!! ” C'est plus fort que lui, il éclate de rire. Il lui semble que c'est la seule réaction possible à la tirade de sa meilleure amie. “ Merlin's beard, Ollie chill for a second will you? ” Il ne peut même pas réfléchir clairement, il n'est même pas sûr d'avoir compris tout ce qu'elle a dit. Mais il a reçu l'idée générale. Il croit. “ I will not pretend to have a seizure. Also I'm allergic to peanuts and you literally should know that, you've know me for years, honestly I'm a bit disappointed -- ” C'est à son tour à lui de digresser, mais il se reprend vite. “ Look A. You don't have to dance, we can literally just sit and drink punch and have a laugh. B. If you WANT, we can dance it's literally just me twirling you around…my mum taught me - but if you tell anyone I swear-- ” En vrai il s'en fout. Tout le monde l'entend toujours réciter des poèmes pour aucune raison, c'est pas comme s'il avait vraiment une réputation de mâle à défendre. “ Also did I mention you need to chill, seriously it's a DANCE not like…” Il a du mal à trouver l'analogie parfaite alors il n'en fait aucune. “ Let's just have a drink.

• • •

I was angry with my foe: I told it not, my wrath did grow. And I watered it in fears, night & morning with my tears: and I sunned it with smiles, and with soft deceitful wiles. And it grew both day and night till it bore an apple bright. And my foe beheld it shine, and he knew that it was mine. And into my garden stole, when the night had veild the pole; in the morning glad I see; my foe outstretched beneath the tree.
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 12/01/2017
‹ messages : 472
‹ crédits : blue comet, tumblr, mashrou leila.
‹ dialogues : #D1A271 pour ollie, salmon pour ines.


‹ liens utiles :

rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-six (20/05)
‹ occupation : en fuite.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1987 et 1995.
‹ baguette : est celle d'Ines, courte et souple, composée de bois de chêne et ayant en son coeur une plume de phénix.
‹ gallions (ʛ) : 374
‹ réputation : je suis un peu perturbée. Manipulatrice, j'ai un humour plus que douteux mais j'étais un bon petit soldat côté Mangemort durant la Guerre. Je trolle le Gouvernement sur MSN et personne ne sait vraiment où je suis. Ines est quant à elle héroïne de guerre, jeune femme volontaire et utile qui a ramené de nombreux sorciers étrangers pendant la Guerre, et qui se faisait appeler Shrimp parmi les Pacifistes.
‹ particularité : métamorphomage, et un peu pas très douée dans le domaine. Je suis aussi maudite. La malédiction, au lieu de me nourrir en magie comme avant, draine ma magie et mon énergie vitale progressivement.
‹ faits : je suis la fille d'un Auror respecté, et la soeur adoptive d'un autre. J'étais Briseuse de Sorts mais après une mauvaise altercation avec un artefact de magie noire, je me suis tournée vers les arts obscurs pour ne jamais en revenir, allant jusqu'à prendre la Marque lors de ma quête de pouvoir.

Je suis désormais en fuite, prenant l'apparence de la petite soeur d'un ancien ami à moi pour qu'il me protège. Mon faux nom est Ines Selwyn, une héroïne de la guerre. Je me drogue à l'Aderall pour optimiser ma concentration et mon utilisation de mon don.
‹ résidence : chez Areo, sur le Chemin de Traverse.
‹ patronus : impossible à invoquer.
‹ épouvantard : un énorme serpent.
‹ risèd : Naz, l'amour de ma vie.
Voir le profil de l'utilisateur
Il éclate de rire et Ollie fait la moue, même si c'est très difficile de rester indifférent au rire d'Areo. Il a un putain de rire qui anime tout son visage, qui plisse ses yeux et découvre ses dents blanches bien alignées (elle soupçonne fortement la plupart des sang-purs d'avoir des dents alignées à cause de chirurgie infantile ou de très bon gene pool) et Ollie déteste ce sourire parce qu'elle peut pas s'empêcher de sourire aussi, malgré elle, malgré tout, même si la situation est critique et qu'elle a un peu (un touuuut) petit peu envie de pleurer. “ Merlin's beard, Ollie chill for a second will you? ” Elle grimace, s'appuyant un peu plus à son bras, ses yeux cherchant toujours la Grande Salle réaménagée à la recherche d'Anton aspirant le visage de Stéphanie ou du début des festivités.
I will not pretend to have a seizure. Also I'm allergic to peanuts and you literally should know that, you've know me for years, honestly I'm a bit disappointed -- I know you're allergic to peanuts, stupid nerd, I just-- (ils s'interrompent et se reprennent tout le temps, tous les deux, et encore là, ils parlent toujours en anglais... ça devient vite moche quand la langue de leurs mères s'y mêle). — Look A. You don't have to dance, we can literally just sit and drink punch and have a laugh. B. If you WANT, we can dance it's literally just me twirling you around…my mum taught me - but if you tell anyone I swear-- ” Le visage d'Ollie a du mal à contenir son rire. Elle rit toujours d'une manière contenue, comme si elle n'osait pas trop attirer l'attention, Ollie, tous ses traits froissés jusqu'à ce qu'ils explosent en une expression hilare et impossible à contenir bien longtemps. “ Your mum taught you how to--Also did I mention you need to chill, seriously it's a DANCE not like… ” Ouais mais ANTON NIKIFOROV s'est fichu d'elle! Pourquoi les mecs ne comprennent jamais les trucs comme ça! Areo peut vraiment être un meilleur ami nul, parfois.
Même si, souvent, c'est le meilleur ami le plus formidable de tous les temps. Ollie, parfois, se demande comment ils sont devenus amis. Enfin, pourquoi Areo est devenu ami avec elle. Il aime la poésie et les étoiles, il est intelligent et a des notes parfaites, il est calme et tempéré et il a toujours raison. Il vient d'un milieu privilégié, il est sang-pur, riche. Il est beau, aussi, et drôle. Charmant, incroyablement charmant, et tellement, tellement intelligent et passionné. Fidèlement loyal et ambitieux, déterminé et driven, et elle... elle est juste Olivia. Juste Olivia, Olivia-Jamais-À-Sa-Place, Olivia-L'Orpheline, Olivia-Je-Hais-Mon-Frère, Olivia-Je-Ris-Trop-Fort, Olivia-Je-Deviendrai-Jamais-Auror. Juste Olivia.
Elle regarde en coin son meilleur ami et cavalier pour la soirée. Et se fait la promesse que jamais, jamais elle laissera quoique ce soit se glisser entre eux deux. Jamais elle ne le permettra. Elle ne peut pas lui laisser la moindre opportunité de se rendre compte qu'il mérite tellement, tellement, tellement mieux qu'elle et qu'il a rien à faire à traîner avec elle, Olivia-La-Nulle. “ Let's just have a drink.Yeah... you're right, ” marmonne-t-elle, en se pressant toujours un peu plus contre son épaule, un peu maussade. Elle ferme un peu les yeux, sa main glissant le long de son bras pour attraper sa main, ses doigts trouvant naturellement leur place entre les siens. “ Thanks, Areo.

Ils ont trouvé du punch alcoolisé illégalement et Anton s'est vite envolé des pensées d'Ollie. Ils ont dansé. Ils ont pas mal dansé. Maladroitement pour Ollie, en réprimant ses rires pour Areo. Ils ont pas mal dansé et il l'a fait tourner une fois ou deux, et il l'a fait beaucoup rire, aussi, au point où elle a cru qu'elle allait s'envoler à plusieurs reprises à cause de son bonheur, simple et réel, de passer la soirée avec lui. Elle se demande (alors qu'ils rentrent un peu avance à la salle commune parce qu'Ollie, qui ne tient pas l'alcool, a définitivement trop bu) pourquoi elle ne l'a pas choisi lui dès le début parce que définitivement, il n'y a qu'Areo pour la rendre heureuse ainsi. Sans doute que c'est l'alcool qui parle parce que c'est vrai qu'elle est très fan d'Anton Nikiforov, quand même... mais elle est encore plus fan d'Areo, qui essaie un peu de retenir son rire quand elle doit déchausser ses talons et qu'elle est tellement plus petite sans. Areo qui la laisse s'asseoir en premier sur le canapé de la salle commune et Areo qui fait en sorte qu'elle soit à l'aise quand elle pose son visage contre son épaule parce qu'elle est fatiguée. Elle regarde ses pieds nus, tendus devant elle, avant de soupirer en les laissant retomber.
I think I should just-- ” Quand elle retire sa tête de l'épaule d'Areo et se redresse un peu, elle se rend compte qu'il est en train de l'observer. Elle ignorait qu'on pouvait l'observer comme ça, Olivia-Trop-Basique, Olivia-Pas-Assez-Normale, Olivia-Qu'on-Regarde pas. Elle ignorait qu'Areo pouvait avoir ce regard, aussi, mais c'est sans doute à cause du fait qu'elle ne l'a jamais vu avant, ce genre de regard. “ Areo,- ” le prévint-elle, la gorge nouée. Le regard d'Areo se détacha du sien... “ What are you- oh my god, ” marmonna-t-elle en se rendant compte, en tournant la tête, que ses cheveux noirs prenaient désormais une jolie couleur carmine avant de tourner vers un rouge plus profond... embarrassing. Elle était vraiment une Métamorphomage médiocre, et une adolescente très, très hormonale. Il était de plus en plus rare qu'elle perde ainsi le contrôle, ceci dit, mais l'alcool aidant... Ollie cacha son visage dans ses mains pour s'épargner le sourire certainement moqueur d'Areo. “ I'm sorry oh my god I'm so sorry.

• • •

But you held your course to some distant war In the corners of your mind, From the second time around, The only love I ever found, Oh Olivia it's a long time coming Home at last, Were you safe and warm in your coat of arms With your fingers in a fist? Did you hear the notes, all those static codes In the radio abyss?
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 02/02/2017
‹ messages : 187
‹ crédits : gleekout! + tumblr + william blake
‹ dialogues : #indianred


‹ âge : vingt-six
‹ occupation : assistant de Jemma Howard.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1988 et 1995.
‹ gallions (ʛ) : 327
‹ résidence : dans mon propre appartement sur le chemin de Traverse, quoiqu'il arrive qu'on me trouve aussi à Allington Castle dans le Kent, résidence de mes parents et maison de mon enfance.
‹ patronus : un aigle
‹ épouvantard : la maison de mon enfance en proie à un terrible incendie.
Voir le profil de l'utilisateur
Thanks, Areo. ” Instantanément il répond que ce n’est rien, réflexe poli qui ici prend pourtant tout son sens. Il sera toujours là pour elle, même quand elle dit n’importe quoi et l’agace et l’énerve, même quand ils se gueulent dessus en espagnol et même quand ses doigts de glissent entre les siens et qu’il craint soudain que sa paume ne soit trop moite et qu’elle s’en rende compte et… Mais elle s’en rend pas compte, ou elle n’en dit rien en tous cas et ils trouvent leur chemin jusqu’au punch dans lequel visiblement quelqu'un a déjà versé la moitié, au moins, de sa flasque de whisky-pur-feu. Ils boivent sans compter et elle finit par accepter de danser et il s’amuse tellement qu’il oublie toutes les critiques du bal qu’il a pu faire, parce qu’ensemble ils passent une soirée géniale, la meilleure peut-être même qu’il ait encore jamais vécu. Et on ne mentionne même plus Anton et c’est encore mieux, il pourrait n'y avoir qu’Olivia et lui, qu’il ferait pas la différence. Les autres sont rien de plus que des props, des figurants dans leur grande soirée à eux. Et puis ils finissent par rentrer à salle commune, Ollie titubant un peu devant lui, Areo le bras à moitié tendu prêt à la récupérer si elle trébuche. C'est pas qu'il est totalement sobre lui-même, loin de là, mais il tient mieux qu'elle. Un peu. Elle attend à peine d'être entrée dans la salle aux couleurs des verts et argent pour se débarrasser de ses talons avec un empressement qui le fait un peu rire, mais pas autant que la voir retrouver sa taille de naine à côté de lui le fait sourire, les yeux brillants.

C'est assez naturellement qu'il s'installe à côté d'elle et déplace un peu son épaule, pour qu'elle soit plus à l'aise et qu'elle pose sa tête dessus et qu'il regarde le plafond, juste, content. C'est assez naturellement qu'ils restent comme ça un petit moment, sans ressentir le besoin de briser le silence ou de s'éloigner. Mais quand même. Il n’a qu’a lever un doigt pour caresser ses cheveux et baisser un peu la tête pour l’embrasser et c’est sûrement l’alcool qui le fait penser comme ça et ça l’embarrasse vraiment, mais il arrive pas à détacher son regard de son visage si serein, posé comme ça sur son épaule. C’est comme si cette dernière avait était faite pour l’accueillir et il n’a pas envie qu’elle parte, il n’a pas envie que quiconque rentre dans la pièce et interrompe ce moment qui n’appartient qu’à eux. Mais c’est elle-même qui le rompt en s’arrachant à lui, l’air de dire qu’elle va partir. Mais elle ne finit pas sa phrase alors il ne saura jamais si c’est ça qu’elle comptait dire et il s’en fout parce que soudain y a plus que ses yeux qui comptent, ceux qu’elle a toujours dénigré parce qu’ils n’étaient “que” marrons, mais qui ont pour lui un éclat plus précieux que le diamant. Il peut souvent lire dedans, deviner ce qu’elle veut si elle est contente ou pas, si elle veut parler, si elle est triste, ou s'il y a quelque chose qui la préoccupe - souvent il arrive même à savoir quoi - , il les connaît par cœurs ses regards et là ce qu’il lit c’est de la confusion.  “ Areo,- ” y a comme un avertissement dans sa voix et il a un petit mouvement de recul; elle peut pas avoir deviné ce à quoi il a pensé, right? C’était un moment de faiblesse et puis et puis, c’est pas interdit et il n’a rien fait et il ne comptait rien faire, hein. “ What are you- oh my god, ”Un éclat un peu rouge attire son attention, l’ébène de sa crinière est devenu carmin, presque assorti à son rouge-à-lèvre d’ailleurs, mais il n’a pas vraiment le temps d’étudier la chose parce que, embarrassée, elle enfouit son visage entre ses mains et il esquisse malgré lui un sourire attendri.  “ I'm sorry oh my god I'm so sorry. ” Il hésite à passer une main dans son dos, pour la rassurer, mais vu ce le moment un peu bizarre qu’il vient de se passer, il n’ose pas et garde sa main sur son genou. “What does red stand for again? It doesn’t look like the angry red to me “ fait-il les sourcils un peu froncés, en venant finalement tirer doucement sur une mèche qui déteint désormais vers le orange, un peu rosé, de la honte. “ What on earth are you sorry for Ollie?” Demande-t-il, sincèrement confus, il s’en fiche que ses cheveux changent de couleur, il trouve ça drôle, mais pas ridicule et puis, il a toujours été fasciné par son don, pas parce qu’il trouve ça utile, parce qu’il aurait envie de l’utiliser ni rien de ce genre, mais parce que ça fait partie - sans toutefois la définir - de qui elle est. Alors forcément, ça l’intéresse.

Presque timidement, il pose une main sur son épaule laissée nue par sa robe et frotte doucement dans un geste qui se veut réconfortant .“ I had a lot more fun than expected tonight.” avoue-t-il, espérant peut-être détendre un peu l'atmosphère et sa meilleure amie.

• • •

I was angry with my foe: I told it not, my wrath did grow. And I watered it in fears, night & morning with my tears: and I sunned it with smiles, and with soft deceitful wiles. And it grew both day and night till it bore an apple bright. And my foe beheld it shine, and he knew that it was mine. And into my garden stole, when the night had veild the pole; in the morning glad I see; my foe outstretched beneath the tree.
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 12/01/2017
‹ messages : 472
‹ crédits : blue comet, tumblr, mashrou leila.
‹ dialogues : #D1A271 pour ollie, salmon pour ines.


‹ liens utiles :

rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-six (20/05)
‹ occupation : en fuite.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1987 et 1995.
‹ baguette : est celle d'Ines, courte et souple, composée de bois de chêne et ayant en son coeur une plume de phénix.
‹ gallions (ʛ) : 374
‹ réputation : je suis un peu perturbée. Manipulatrice, j'ai un humour plus que douteux mais j'étais un bon petit soldat côté Mangemort durant la Guerre. Je trolle le Gouvernement sur MSN et personne ne sait vraiment où je suis. Ines est quant à elle héroïne de guerre, jeune femme volontaire et utile qui a ramené de nombreux sorciers étrangers pendant la Guerre, et qui se faisait appeler Shrimp parmi les Pacifistes.
‹ particularité : métamorphomage, et un peu pas très douée dans le domaine. Je suis aussi maudite. La malédiction, au lieu de me nourrir en magie comme avant, draine ma magie et mon énergie vitale progressivement.
‹ faits : je suis la fille d'un Auror respecté, et la soeur adoptive d'un autre. J'étais Briseuse de Sorts mais après une mauvaise altercation avec un artefact de magie noire, je me suis tournée vers les arts obscurs pour ne jamais en revenir, allant jusqu'à prendre la Marque lors de ma quête de pouvoir.

Je suis désormais en fuite, prenant l'apparence de la petite soeur d'un ancien ami à moi pour qu'il me protège. Mon faux nom est Ines Selwyn, une héroïne de la guerre. Je me drogue à l'Aderall pour optimiser ma concentration et mon utilisation de mon don.
‹ résidence : chez Areo, sur le Chemin de Traverse.
‹ patronus : impossible à invoquer.
‹ épouvantard : un énorme serpent.
‹ risèd : Naz, l'amour de ma vie.
Voir le profil de l'utilisateur
What does red stand for again? It doesn’t look like the angry red to me. ” Elle le déteste. Elle le déteste de la connaître autant, de connaître les couleurs de ses cheveux comme ça, si bien. Elle le déteste d'être son meilleur ami, de la connaître mieux qu'elle se connaît elle-même, parfois. Elle le déteste aussi de ne pas savoir take a hint tout comme elle se déteste penser ça... il n'y a pas de hint à prendre. Ils sont juste un peu alcoolisés, et ses cheveux ont juste pris la couleur du lust red et c'est la chose la plus embarrassante de tous les temps aux yeux d'Ollie parce que, pour l'amour de Dieu, c'est Areo, juste Areo. “ It's not, ” marmonne-t-elle du bout des lèvres; et voilà que le rouge profond commence à virer à l'orange, un peu rosé, genre saumon, de la honte et elle a l'air d'une vraie folle, avec une partie de ses mèches normalement noires comme l'encre rose, l'autre saumon, l'autre encore rouge et ugh. Heureusement l'a-t-il déjà vue dans des états pires (avec le vert de l'angoisse, le rouge piquant de la colère et le bleu de la peur, tout ça en même temps: Olivia est une angoissée impulsive) mais ça ne l'empêche pas d'être mortifiée parce que pendant un instant, elle a cru... “ What on earth are you sorry for Ollie? Nothing. Nothing, répète-t-elle, autant pour se convaincre que lui. It was nothing, I just... ” Elle laisse la phrase s'étendre, et disparaître.

Quand Areo pose sa paume sur son épaule nue, toute sa chevelure repasse au rouge lust et poUR L'AMOUR DE DIEU ÇA POURRAIT PAS ÊTRE SUBTIL, UNE FOIS DANS SA VIE, CE DON NUL??? “ I had a lot more fun than expected tonight. ” Il lui enlève l'air des poumons, parfois, Areo, quand il dit des trucs gentils comme ça auxquels Ollie ne s'attend jamais, comme si il n'était pas naturellement gentil. Il est naturellement gentil, et cultivé, et drôle, et incroyablement charmant. Elle sourit, entre ses mains toujours plaquées sur son visage, avant de lentement se redonner du courage en respirant profondément; ensuite, ses mains font claquer ses cheveux, qui reprennent lentement (le processus est fastidieux, les sourcils froncés au-dessus de ses yeux plissés parlant pour elle) leur couleur ébène. “ Me too. I mean, I- Thank you for doing this for me. ” Elle tend la main et la pose sur son genou, le tapote maladroitement une ou deux fois. Ils sont vraiment nuls, parfois. Ils s'adorent, mais ils sont vraiment nuls. “ I'm sure you would have rather go with someone else but, errr... yeah, thank you, Areo, you're a real friend. ” Elle retire sa main, qui rejoint son propre genou; son regard hagard, à cause de l'alcool et de l'embarras qui, toujours, l'étrangle, se détournant rapidement pour éviter le sien. Il est tellement good-natured et elle est tellement weird, à avoir seulement envisagé de faire un truc dingue comme embrasser son meilleur ami. Berk. Le bout de ses cheveux reste rouge, ainsi que quelques mèches de l'épaisse crinière, discrètes mais présentes. “ I think I should... go to bed. ” Ça sonne presque comme une question, une supplique de la retenir. Mais pourquoi? Pour quoi?
BREF! Faut qu'elle arrête de penser comme ça! C'est malsain! Elle se relève un peu brutalement, se rendant seulement compte à quel point elle appréciait la présence de la main d'Areo sur son épaule quand elle retombe. “ Thank you so much for tonight, señor, I- you're the best friend there is, Areo. ” Elle récupère ses talons, se redresse trop vite, teste son équilibre un instant... comme elle est penchée, elle en profite pour mettre sa main sur Areo, pour être sûre d'avoir son équilibre; ils sont nez à nez et Ollie sourit doucement. Ses cheveux restent noirs. Ils doivent rester noirs. “ Love you. Buenas noches. ” Elle lui embrasse la joue. S'en va.

Love you?!

• • •

But you held your course to some distant war In the corners of your mind, From the second time around, The only love I ever found, Oh Olivia it's a long time coming Home at last, Were you safe and warm in your coat of arms With your fingers in a fist? Did you hear the notes, all those static codes In the radio abyss?
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 02/02/2017
‹ messages : 187
‹ crédits : gleekout! + tumblr + william blake
‹ dialogues : #indianred


‹ âge : vingt-six
‹ occupation : assistant de Jemma Howard.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1988 et 1995.
‹ gallions (ʛ) : 327
‹ résidence : dans mon propre appartement sur le chemin de Traverse, quoiqu'il arrive qu'on me trouve aussi à Allington Castle dans le Kent, résidence de mes parents et maison de mon enfance.
‹ patronus : un aigle
‹ épouvantard : la maison de mon enfance en proie à un terrible incendie.
Voir le profil de l'utilisateur
D’habitude, Ollie veut bien lui expliquer quand il ne comprend pas une couleur, même si souvent il arrive à simplement deviner. Elle devrait savoir depuis le temps qu’il n’y a pas de honte à avoir devant lui. Mais cette fois elle ne veut pas lui dire, un “ It’s not. ” est tout ce qu’il peut tirer d’elle alors que l’embarras reprend ses droits sur la crinière d’Olivia. Il ne comprend vraiment pas, ni ça, ni ses excuses, ni que dalle. Il croyait presque avoir déjà tout vu, mais peut-être que de nouvelles couleurs apparaissent avec l’âge, ou peut-être que y’a des choses qu’elle n'a jamais ressenti en sa présence avant. “ Nothing. It was nothing, I just… ” Il n’insiste pas parce qu’elle a l’air trop embarrassée et que ce n’est pas son genre d’enfoncer le clou comme ça. Il préfère plutôt essayer de la réconforter, parce qu’au pire, ce n’est pas très grave, au pire, sa curiosité on s’en fiche, il veut juste qu’Ollie aille bien. Il dépose donc une main sur son épaule, ce qui étonnamment provoque une autre poussée de ce rouge inconnu et il commence à se dire que ça doit être sa faute ce truc, alors après son aveux, il arrache sa paume à la peau nue d’Ollie, un peu trop vite. “ Me too. I mean, I- Thank you for doing this for me.Me too, elle a dit. Alors qu’elle ça fait des semaines qu’elle l’attend ce bal. Alors qu’elle, elle pensait y aller avec Monsieur-je-fais-du-patinage-artistique. Mais elle s’est reprise ceci dit, donc ça doit être une façon de parler. Ouais, sûrement. Areo il est juste content que ses mains ne cachent plus son visage, il ne s’attend pas vraiment à ce qu’à la place l’une d’elle vienne trouver son genou, un peu maladroitement, geste tout à fait innocent, mais qui n’est pas exactement une bonne idée. Il toussote légèrement pour cacher sa gêne. “ I'm sure you would have rather go with someone else but, errr... yeah, thank you, Areo, you're a real friend. ” Il secoue la tête, parce qu’elle dit n’importe quoi Olivia. Et maintenant qu’elle a repris sa main, il peut penser un peu plus clairement et se dire qu’elle dit souvent n’importe quoi Olivia quand il s’agit de lui et de ce qu’il serait capable de faire pour elle. “ No sir— I mean.” Il se mord l’intérieur de la joue pour se punir, il est con lui aussi. “ No I mean, I there’s really no one I would’ve rather go with.” fait-il en reposant sa main sur son épaule sans réfléchir. Peut-être que parfaitement sobre il l’aurait pas dit, ou pas dit comme ça, pour être bien sûr qu’on comprend ce qu’il faut, c’est-à-dire qu’ils sont AMIS et qu’ils seront jamais rien de plus (et putain, tu le sais ça Areo), mais là il dit juste ce qu’il pense, comme il le pense. Sauf pour le sir. Ça c’est juste une bêtise. Il sait qu’Olivia est une fille. Une très jolie fille même.

I think I should… go to bed ” Il hoche la tête, masquant un peu sa déception, il était bien là lui, avant que les cheveux d’Ollie n’en fassent qu’à leur tête. Il était bien à côté d’elle sur le canapé. Juste heureux. Mais il va pas la retenir. Il vaudrait mieux pas qu’il la retienne, alors qu’elle est plus ivre que lui et qu’il a quand même pensé à — Elle se lève de toute façon, un peu vite, trop vite à son goût. “ Thank you so much for tonight, señor, I- you're the best friend there is, Areo.” C’est tout lui ça, le best friend. Ça lui remet un peu les idées en place, idées certainement provoquées par l’alcool, parce que ça fait des années qu’ils sont meilleurs amis et ça fait pas des années qu’il la regarde comme ça et c’est juste passager et ça vaut pas le coup d’en faire toute une histoire, vraiment pas. Il force un sourire à étirer ses lèvres malgré tout. Ollie ramasse ses chaussures et comme elle se redresse pause une main sur lui pour retrouver son équilibre et spontanément il lui attrape le bras pour l’aider un peu plus. Leurs visages sont à la même hauteurs et ce n’est pas ses yeux, qu’il adore pourtant, qui attirent le plus son attention. “ Love you. Buenas noches. ” et elle l’embrasse sur la joue et s’en va sans lui laisser le temps de rougir, sans lui laisser le temps de l’attirer vers lui et de l’embrasser un peu plus au sud de son visage. Il pose un doigt sur sa joue, là où se sont posées l’espace d’une seconde les lèvres d’Ollie, là où ça le brûle un peu, mais pas désagréablement. “Wait” Rappelle-t-il alors qu’elle est près des escaliers. Wait, pourquoi t’as fait ça ? Wait, I love you too, pourquoi je l’ai pas dit (même si c’est pas comme ça qu’elle l’a dit elle) ? Wait, je veux essayer autre chose. Mais le temps qu’il parle, le temps qu’elle se retourne, il retrouve sa raison ; il peut pas faire ça. “ Good night Ollie, love you too, you’re the best friend a guy can have.” Love you et friend dans la même phrase, pour être bien certain qu’il n’y ait pas de malentendu. Pour pas qu’il y ait la moindre chance qu’elle devine ses intentions et pensées les moins pures.

(June 24th 1995) La main d'Ollie n'a pas quitté la sienne depuis que les deux derniers compétiteurs sont réapparus devant le Labyrinthe avec le trophée. Depuis qu'Harry Potter a ramené le cadavre de Cedric Diggory. C'était spontané, c'était la réaction de beaucoup d'élèves dans les gradins que de se rapprocher les uns des autres. Ils ont perdu l'un des leurs. Et en plus Cedric, Areo l'aimait bien, il aurait voulu qu'il gagne le trophée pour Poudlard (et pas Harry Potter, faux candidat de toute façon). Et en plus Cedric était très populaire même avant tout ça. Des heures plus tard, ils ont eu le droit à un discours de Dumbledore dans la grande salle, un hommage au Poufsouffle, le blabla métaphysique habituel de leur directeur et puis une annonce inattendue sur un prétendu retour de Voldemort. Que de murmures ça a pu provoquer dans la grande salle. Le temps qu'ils reviennent à la salle commune, Areo a eu droit à plus de détails, c'est Harry Potter qui dit que Voldemort a tué Cedric et qu'il est revenu à la vie. Déjà des clans se forment: ceux qui y croient, ceux qui s'en foutent et ceux qui n'y croient pas et alors soit disent qu'Harry est prêt à tout pour avoir de l'attention soit que, traumatisé, il ne sait pas ce qu'il a vu (et peut-il même reconnaître Voldemort qu'il n'a vu qu'une fois quand il était bébé ?). Areo n'est pas prêt à croire le quatrième année sur parole en tous cas. Mais Ollie s'est tendue pendant l'annonce de Dumbledore, il l'a sentie à côté de lui à la table des Serpentard et il a serré ses doigts un peu plus fort pour la rassurer, pour lui dire qu'il est là. Parce qu'il sait ce que ça représente pour elle, il sait que c'est au mage noir et ses sbires qu'elle doit son statut d'orpheline.

Et maintenant ils sont assis sur son lit dans le dortoir des garçons de septième année et il se débarrasse un peu de ses vêtements noirs qui l'étouffent, même si c'était normal de les porter pour honorer Cedric. Parce qu'il l'aimait bien. Parce qu'il les représentait. Parce que les circonstances obscures de sa mort ne le laissent pas indifférent. Y a des affaires partout dans le dortoir, c'est que le trimestre est fini, on n'attendait plus que la fin du Tournois pour renvoyer les élèves chez eux. Sa propre malle est grande ouverte au pied de son lit et c'est dedans qu'il balance sa veste noire avant de se rasseoir à côté de sa meilleure amie. Demain, Ollie et lui quitteront Poudlard pour la dernière fois et il n'y aurait pu y avoir pire façon de clôturer leur scolarité. “ Hey, you ok?” Il rattrape sa main (un peu tremblante) dans les siennes. Olivia semble très affectée par la chose.  “ You don't really believe in Potter's theory right?” fait-il doucement, même si le mépris qu'il a pour le Survivant suinte de tous les pores de sa peau et ressort de façon évidente de son usage du mot theory. À la place d'Ollie il se sentirait aussi très concerné par un véritable retour de celui qui est responsable de la mort de ses parents. Il peut comprendre. Mais Potter a tord et Voldemort est mort depuis treize ans et la mort de Cedric est une tragédie, mais pas de quoi partir en guerre.

• • •

I was angry with my foe: I told it not, my wrath did grow. And I watered it in fears, night & morning with my tears: and I sunned it with smiles, and with soft deceitful wiles. And it grew both day and night till it bore an apple bright. And my foe beheld it shine, and he knew that it was mine. And into my garden stole, when the night had veild the pole; in the morning glad I see; my foe outstretched beneath the tree.
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 12/01/2017
‹ messages : 472
‹ crédits : blue comet, tumblr, mashrou leila.
‹ dialogues : #D1A271 pour ollie, salmon pour ines.


‹ liens utiles :

rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-six (20/05)
‹ occupation : en fuite.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1987 et 1995.
‹ baguette : est celle d'Ines, courte et souple, composée de bois de chêne et ayant en son coeur une plume de phénix.
‹ gallions (ʛ) : 374
‹ réputation : je suis un peu perturbée. Manipulatrice, j'ai un humour plus que douteux mais j'étais un bon petit soldat côté Mangemort durant la Guerre. Je trolle le Gouvernement sur MSN et personne ne sait vraiment où je suis. Ines est quant à elle héroïne de guerre, jeune femme volontaire et utile qui a ramené de nombreux sorciers étrangers pendant la Guerre, et qui se faisait appeler Shrimp parmi les Pacifistes.
‹ particularité : métamorphomage, et un peu pas très douée dans le domaine. Je suis aussi maudite. La malédiction, au lieu de me nourrir en magie comme avant, draine ma magie et mon énergie vitale progressivement.
‹ faits : je suis la fille d'un Auror respecté, et la soeur adoptive d'un autre. J'étais Briseuse de Sorts mais après une mauvaise altercation avec un artefact de magie noire, je me suis tournée vers les arts obscurs pour ne jamais en revenir, allant jusqu'à prendre la Marque lors de ma quête de pouvoir.

Je suis désormais en fuite, prenant l'apparence de la petite soeur d'un ancien ami à moi pour qu'il me protège. Mon faux nom est Ines Selwyn, une héroïne de la guerre. Je me drogue à l'Aderall pour optimiser ma concentration et mon utilisation de mon don.
‹ résidence : chez Areo, sur le Chemin de Traverse.
‹ patronus : impossible à invoquer.
‹ épouvantard : un énorme serpent.
‹ risèd : Naz, l'amour de ma vie.
Voir le profil de l'utilisateur
1995, THIRD TASK AFTERMATH | Cedric Diggory est mort.
Cedric est mort.
Mort.
Ollie a vu son corps de ses propres yeux. Blême, raide. Mort. Elle n'avait jamais vu de corps mort avant ça, Ollie. Elle a l'impression que sa vie a été teintée, depuis la mort de ses parents, du spectre mortel; pas ruinée, mais teintée, pour toujours marquée. Mais avant ce jour funeste de la troisième Tâche du Tournoi des Trois Sorciers, elle n'avait jamais vu un cadavre. Cedric of all people. Celui qui le méritait le moins. Il est mort mort mort et c'est Volde-Celui-Dont-Le-Nom-Ne-Peut-Être-Prononcé qui l'a tué, c'est ce qu'a dit Harry Potter. Ollie supportait sévèrement Harry Potter pendant tout le championnat, c'est un héros à ses yeux, celui qui a tué Celui-Dont-Le-Nom-Ne-Peut-Être-Prononcé il y a toutes ces années...! Mais elle est quand même super triste, parce que Cedric Diggory, c'était un excellent joueur de Quidditch, un super beau garçon (même si un peu plus jeune qu'elle donc Non™) et vraiment quelqu'un de bien. Elle arrête pas de penser à tous les moments où elle lui a adressé la parole cette année, et avant d'ailleurs. Des moments stupides et simples et mondains et prosaïques mais qui semblent étrangement importants, vu qu'il est mort et ne reviendra jamais.
La main d'Areo n'a pas lâché la sienne; elle s'en rend seulement compte quand leurs paumes se détachent et qu'elle cligne des yeux. Ils sont dans le dortoir des garçons de septième année de Serpentard. Demain... demain ils quitteront Poudlard pour de bon, n'y reviendront plus jamais. Sept ans. Elle a l'impression que c'est passé en un clin d'oeil et en même temps, elle a aussi l'impression que ces dernières heures ont été les plus longues de sa vie. Elle a tant pleuré; ses yeux sont gonflés, ses cheveux de la teinte la plus sombre qu'il existe sur terre de bleu, son visage défait. Elle veut qu'Areo la prenne dans ses bras, ou reprenne sa main dans la sienne, mais elle ne fait pas confiance à sa voix pour prononcer le moindre mot.

Hey, you ok? ” Pas besoin de mots, cette fois; Areo attrape sa main et un frisson agite Ollie, qui relève des yeux désolés vers lui, parce que non, elle n'est pas ok, elle a l'impression qu'elle ne sera plus jamais ok de toute sa vie. C'est la mort de ses parents encore et encore et encore. Toutes ces morts, tous ces meurtres... et tout ça pour quoi? Ollie ne comprend pas ce qui pourrait motiver un être humain à retirer une vie humaine. Elle ne comprend pas ce qui motive ces sorciers vêtus de noir pour faire des choses si terribles... “ You don't really believe in Potter's theory right? ” La question d'Areo la prend de court et elle a l'impression de se réveiller d'un long rêve — d'un long cauchemar — qui dure depuis des heures maintenant. Elle se fige mais ne retire pas sa main; à la place, elle pose même l'autre sur les mains d'Areo qui protègent la première. Il a les mains si chaudes mais elle ne comprend pas la froideur de son ton. Il n'a pas le droit de ne pas y croire. Il ne peut pas- “ His theory? ” Autant que son mépris pour le Survivant se lit partout dans la silhouette d'Areo, son regard et sa voix — elle le connait par coeur après tout —, autant le disbelief d'Ollie et sa douleur sont évidentes dans sa voix, son regard affolé qui cherche le visage d'Areo. “ How can you... do you think he killed Cedric himself, Areo? ” Une pause. Elle fronce les sourcils. “ Don't be silly. He's... we're talking about- the Boy who Lived! How can you deny-- ” Elle grince des dents. Elle n'a pas envie de se disputer avec lui, pas maintenant, pas ici. Mais en même temps... “ I know you've never liked the boy but still, Areo, way to be harsh, ” qu'elle grince malgré elle, avec humeur, ses mains toujours dans les siennes mais sa silhouette soudainement distante, autant heurtée qu'énervée, ses cheveux se mettant à fourcher malgré elle dans son dos, en épaisses boucles pas du tout naturelles.

• • •

But you held your course to some distant war In the corners of your mind, From the second time around, The only love I ever found, Oh Olivia it's a long time coming Home at last, Were you safe and warm in your coat of arms With your fingers in a fist? Did you hear the notes, all those static codes In the radio abyss?
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 02/02/2017
‹ messages : 187
‹ crédits : gleekout! + tumblr + william blake
‹ dialogues : #indianred


‹ âge : vingt-six
‹ occupation : assistant de Jemma Howard.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1988 et 1995.
‹ gallions (ʛ) : 327
‹ résidence : dans mon propre appartement sur le chemin de Traverse, quoiqu'il arrive qu'on me trouve aussi à Allington Castle dans le Kent, résidence de mes parents et maison de mon enfance.
‹ patronus : un aigle
‹ épouvantard : la maison de mon enfance en proie à un terrible incendie.
Voir le profil de l'utilisateur
Il sait qu’il a fait une erreur au moment même où les mots passent ses lèvres, pourtant il ne les retirerait pas même s’il le pouvait, parce qu’il est on ne plus sincère. Potter a proposé une explication pour la mort de Cedric et ça chante peut-être Dumbledore de prendre la chose pour acquise, mais lui il est doté d’un esprit critique. Lui il a toujours trouvé le Gryffondor parfaitement insupportable et rien ne le pousse à prendre ce qu’il a dit pour automatiquement vrai. Ce n’est pas tout à fait de la mauvaise fois dans la mesure où, certes Harry était sur place et a probablement assisté à la mort du Poufsouffle, mais Areo ne croirait probablement pas plus sur parole un autre élève de Poudlard - à part Ollie. C’est que c’est vraiment dur à avaler comme explication, pratiquement impossible comme scénario et franchement, il n’y a rien pour le prouver. Donc oui, as far as he’s concerned, c’est une théorie et rien d’autre. Et Olivia a l’air bousculée par le mot, mais ne s’écarte pas, elle ajoute même son autre main à la pile de celles qui reposent entre eux; elle ne doit pas trouver ça si grave. “ His theory? ” Il a presque tout oublié l’espace d’une demi-seconde quand sa main s’est posée sur les siennes. Il a presque oublié ce qu’il a dit, mais il y a la voix d’Oolite et la douleur mêlée à son incrédulité qui le rappelle à l’ordre et il y a ses yeux qui cherchent quelque chose pour la rassurer et il y a un soupçon de culpabilité qui s’insinue en lui. “ How can you... do you think he killed Cedric himself, Areo? ” C’est un moment sérieux et Areo n’a pas particulièrement envie de provoquer Ollie, alors il s’empêche du mieux qu’il peut de rouler des yeux. Évidemment qu’il ne soupçonne pas Potter d’avoir tué Cedric lui-même, déjà Harry n’a que quatorze ans, Survivant ou pas, il n’a pas le talent pour tuer un sorcier comme Cedric, le vrai champion de Poudlard. Et puis, Areo ne l’aime peut-être pas mais il ne l’accuserait pas d’être un assassin non plus. “ Don't be silly. He's... we're talking about- the Boy who Lived! How can you deny-- The boy who lived, cette fois il ne se retient pas de rouler des yeux. So what? Il a survécu de manière inexpliqué quand il était bébé, again, so what? Ça fait de lui un être parfait ? Qu’il faut vénérer et croire sur parole ? Areo n’a jamais compris et ne comprendra jamais ceux qui idolâtrent Potter, un gamin qui vit pour être le centre d’attention, rien de plus. Et dire qu’on croit que c’est pour lui, en son honneur, qu’il porte ses lunettes rondes alors que ça fait depuis l’enfance, presque avant la naissance même de ce prétendus héros, qu’il a les mêmes. Il est biaisé, Areo ne se fait aucune illusion là-dessus, mais tout de même, pourquoi être le Survivant, devrait-il octroyer à Potter - encore treize ans plus tard - un privilège tel que le monde entier devrait croire sans preuve aucune la moindre de ses élucubrations ? “ I know you've never liked the boy but still, Areo, way to be harsh” Il a réussi à la mettre en colère ce qui quelque part est presque une bonne chose, parce que ça la distrait un peu de la douleur qui tordait ses traits et voilait ses yeux et il la préfère en colère contre lui que triste, c’est certain. Et puis, elle n’est pas si remontée qu’elle a détaché leurs mains, ce qui est un bon signe; il peut encore rattraper le coup.

Seulement, il ne compte pas mentir à Olivia non plus. C’est acquis qu’il ne lui mentira jamais, pas directement en tous cas, parce que par omission…(mais est-ce que ça compte s’il se ment à lui-même aussi ?) “ Trauma makes people say all sorts of crazy stuff.” fait-il platement. Parce qu’il ne doute pas qu’avoir vu Cedric mourir - c’est sûrement ce qu’il s’est passé, ça il ne le remet pas en question - doit être traumatisant. Avoir vu son cadavre l’est déjà suffisamment pour lui. Alors, il veut bien donner ce bénéfice du doute là à Potter. Surtout si ça peut faire plaisir à Ollie. “ I’m not saying he outright lied, maybe he thinks that’s what happened, but Him being back? Honestly?” Il ne comprend pas vraiment la rapidité avec laquelle certains sont prêts à croire à une théorie aussi horrible. Il n’est certainement pas en faveur d’un tel retour, si ce n’est que pour Ollie et l’état dans lequel ça la met. Si ce n’est pour qu’elle ne souffre jamais autant qu’elle a souffert plus jeune, et souffre encore, de la perte de ses parents. Si c’était lui, il serait le dernier à vouloir croire une chose pareille, le premier à trouver toutes les excuses possibles, même mis en face de l’indéniable vérité. Mais ils n’en sont pas là, ils n’ont que les paroles d’un quatrième année, c’est peu pour se laisser engloutir par la panique. “Why torture yourself believing the mere words of a fourteen year old boy?” Pourquoi ne pas au moins attendre confirmation par les vraies autorités, par des adultes qui savent de quoi ils parlent ?  

• • •

I was angry with my foe: I told it not, my wrath did grow. And I watered it in fears, night & morning with my tears: and I sunned it with smiles, and with soft deceitful wiles. And it grew both day and night till it bore an apple bright. And my foe beheld it shine, and he knew that it was mine. And into my garden stole, when the night had veild the pole; in the morning glad I see; my foe outstretched beneath the tree.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

(1994-1995) oreo | wondering if i dodged a bullet or lost the love of my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» 1994 Retou Prezidan Aristide, 2011 Retou Sitwayen Aristide?
» ECW Double Tables 1995
» Du 1 mars au 4 mars 1995
» Kity Wilson || 31 Janvier 1995 ▬ 22 Novembre 2o11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: “ Right side ”
why did you steal my cotton candy heart ?
 :: Alternatifs; in any other world :: Flashbacks
-