Partagez | .

sujet; RORRY + sunshine, daisies, butter mellow

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 04/06/2015
‹ messages : 4243
‹ crédits : killer from a gang (avatar) ; anaëlle (sign).
‹ dialogues : indianred


‹ âge : vingt-trois (31/07/80)
‹ occupation : décédé depuis le 24/08/03.
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1991 et 1997.
‹ baguette : en bois d'aubépine, mesure 30 cm et a en son cœur un crin de licorne (anciennement à Draco Malfoy) ; je suis également le maître de la baguette de Sureau.
‹ gallions (ʛ) : 5745
‹ réputation : je suis un dude très cool maintenant que j'ai tué Voldemort (rip).
‹ particularité : Fourchelang.
‹ faits : j'ai beaucoup changé, je suis devenu froid et maîtrisé, prudent et confiant ; les foutues répercussions de la guerre qui m'ont fracassé la gueule. Parmi les Insurgés, je suis Specs, anciennement parmi l'un des leaders des Audacieux. Membre du conseil de la RDP – les seuls étant au courant que je suis en vie. J'ai passé un marché avec Drow : 80 années de ma vie en échange d'un talisman prévu pour détruire l'horcruxe en moi.
‹ résidence : au 12 Grimmauld Place (Sirius m'a désigné comme étant son héritier pour reprendre la demeure familiale des Black).
‹ patronus : un cerf
‹ épouvantard : un détraqueur (la peur elle-même).
‹ risèd : mes parents, une femme et des enfants - une famille complète.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6879-you-never-walk-alone-harry
rorry + Sunshine, daisies, butter mellow
« I made you this friendship bracelet. » « i’m not really a jewelry person. » « you don't have to wear it. » « No, i’m gonna wear it forever. back off. »



12 Grimmauld Place. Depuis qu’il a planifié la restauration de la maison des Black, rien ne s’est déroulé comme prévu. Premièrement, il a découvert plusieurs cachettes qu’il a répertoriées dans un carnet mais quelque chose l’empêche d’entrer pour voir ce qu’elles contiennent (probablement le fantôme de Walburga Black). Deuxièmement, la maison est encore plus grande qu’il ne le pensait et de fait, les années laissée à l’abandon ont en fait un nid à poussière et de saletés. Pas que ça le gêne mais il n’avait pas vraiment calculé l’ampleur des dégâts en s’y installant. Troisièmement, non seulement il y a le tableau de Walburga qui gueule à chacun de ses passages mais maintenant qu’il a investi l’espace, bougé les meubles, arraché le papier-peint, bref commencé les travaux, les occupants des autres tableaux se sont soudainement mis à devenir vifs comme s’ils avaient la bougeotte (jour 1 : Harry en voit un préparer ses valises dans son tableau comme s’il déménageait ailleurs). Quatrièmement, des objets ensorcelés font leur apparition à mesure que les travaux avancent pour lui mettre des bâtons dans les roues (jour 2 : Harry a surtout passé sa journée à chasser une spatule ensorcelée plutôt qu’à réellement bosser). En bref, il a déjà marre de cette maison, tellement marre qu’il a appelé Ron en renfort. Il a même fait le plein de pizzas en passant dans une pizzeria moldue située dans un quartier voisin. En attendant l’arrivée de Ron, Harry soulève le sceau de peinture de l’étage pour le descendre (très lentement) en bas, particulièrement attentif dans l'escalier pour éviter un mouvement maladroit et renverser l’énorme sceau.

Mais il n’avait surtout pas mesuré le danger qu’est Walburga. Il lui suffit quelques secondes d’inattention, focalisé sur ses pieds, le sceau barrant en grande partie sa vue, pour qu’il oublie l’existence du tableau. « POURRITURE! Suppôt de la honte, misérable créature mêlée souillant ma demeure! Abomination! » Et qu’il dégringole l’escalier, le sceau déversant tout son contenu partout : murs, escalier, Harry lui-même, tout est recouvert par une peinture couleur taupe. « Aaaish », articule-t-il après avoir atterri sur son derrière, les lunettes tâchées, le sceau retourné à ses côtés. « Saleté de tableau » qu’il murmure plus pour lui-même, ignorant les cris de l’occupante. La flemme de se lever le prend soudainement, alors il se laisse allonger sur son dos quelques secondes, enlevant ses lunettes, soupirant de lassitude à cause de son malheur. Sérieusement. Il ne verra jamais le bout de ces travaux – mais buté qu’il est, il ne souhaite pas engager une équipe de restaurateurs, il veut y arriver tout seul. Enfin avec Ron aussi. Ils arriveront à quelque chose ensemble, right ? Les cris de Walburga ont cessé, maintenant qu’il n’est plus dans son champ de vision et qu’elle a déversé toute sa haine. « Quelle couleur immonde. J’espère que tu ne toucheras pas les murs avec ça. » En ouvrant un œil pour dévisager son serpent qui s’est glissé près de sa tête, il le voit approcher de sa langue la peinture maculant son front. « N’y pense pas. J’ai pas envie de te traîner chez le vétérimage juste parce que t’as voulu goûter la peinture. » Naga s’éloigne de Harry, complètement offusqué mais en poussant quelques sifflements que Harry interprète comme des rires (super weird). « En plus, depuis quand t’es devenu décorateur d’intérieur ? » « Depuis que tu as réveillé les fantômes de cette maison. Ils me dérangent quand je fais une sieste. »

Naga s’éloigne, se faufilant dans il ne sait quel trou, pour aller s’ennuyer ailleurs. Ou faire une sieste, qui sait. En soupirant, se préparant mentalement à devoir chercher d’autres outils de ménage pour nettoyer son bordel, il prend quelques secondes de répit toujours par terre, en se frottant le visage de sa manche pour y enlever le plus possible la peinture. Il se lève finalement quand de légers coups sont tapés contre la porte, qu’il ouvre malgré les cris du tableau, pour accueillir son meilleur ami. « Hey (TRAÎTRE A TON SANG!) merci d’être venu (va rôtir avec Sirius et l’autre traître de Rosier!) » En s’écartant, Harry lui fait de la place pour entrer, avant de refermer la porte. « Désolé pour le bordel (JE N’AI PLUS DE MASCARPONE, BANDE DE MISÉRABLES!) j’avais oublié qu’elle existait l’autre. »

• • •

I like a quiet life, you know me.
Gnawing on the bishops, claw our way up their system, repeating simple phrases, someone holy insisted. I want the markings made on my skin, to mean something to me again.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 22/02/2016
‹ messages : 615
‹ crédits : cristalline et crackle bones pour la signature.
‹ dialogues : salmon


‹ liens utiles :
présentationjunereaghandaphnemoodlyannalorcànremus

‹ âge : vingt-quatre ans.
‹ occupation : C'est la grosse question que se pose Ronald en ce moment. Il n'aspire plus à devenir Auror, être autant de temps en guerre lui a passé l'envie de partir à la chasse aux mages noirs et il ne veut pas non plus avoir de contact avec les autres êtres humains alors il ne sait pas. Il aide Charlie avec ses dragons de temps en temps et ça ne lui déplaît pas. Peut-être qu'il va finir par se lancer dans des études de magizoologie ?
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1991 et juin 1998.
‹ baguette : Bois de saule, trente-cinq centimètres et contient un crin de licorne. Cette baguette le suit depuis qu'il a détruit celle de son frère Charlie en deuxième année.
‹ gallions (ʛ) : 1481
‹ réputation : Difficile de passer à côté de la famille Weasley tout de même. Connue pour l'immense fratrie qui la compose, il est difficile de passer à côté d'eux. Famille emblématique des insurgés, ils ont tous presque reçu l'Ordre de Merlin et une jolie somme pour les services rendus à la société sorcière. On sourit beaucoup plus à Ron depuis la fin de la guerre et étrangement, il déteste cette célébrité. Lui qui convoitait tant celle de Harry quand ils étaient à Poudlard, il a fini par comprendre pourquoi son meilleur ami la fuit.
‹ particularité : aucune.
‹ résidence : il a retapé le Terrier alors en attendant c'est là-bas qu'il est.
‹ patronus : un jack russel terrier
‹ épouvantard : Celle-ci ne changera pas, pour rien au monde. Ronald peut faire face à n'importe quelle horreur, mais si vous le mettez devant une araignée... vous pouvez dire adieu au Gryffondor qui sommeille en lui.
‹ risèd : Il se revoit à Poudlard, quand tout allait bien, avec Harry, avec Hermione. Quand il pouvait encore entendre son père pester contre le fonctionnement d'un objet moldu et que Fred et George étaient en train d'inventer des confiseries piégées pour leur boutique tandis que leur mère s'affairait à la cuisine avec ce sourire si caractéristique. Ronald souhaiterait pouvoir revenir à cette période où tout le monde était encore là.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6913-ronald-king-and-lionheart
Suite aux différents procès auxquels il a assisté de loin, Ronald a souhaité s’isoler un peu des autres. En particulier d’un de ses frères aînés : Perceval. Parce qu’il n’a pas bien vécu le procès de la traîtresse qu’est Clearwater. Parce qu’il n’a pas bien vécu les arguments de Percy. Parce qu’il s’est demandé si on avait lancé un sortilège de confusion à son grand-frère pour qu’il dise ça à haute voix devant toute une cour. A-t-il oublié le mal qu’elle a fait ? A-t-il oublié que pour avoir la satanée marque, il fallait tuer quelqu’un ? A-t-il oublié qu’elle a condamné plusieurs insurgés à une mort certaine en balançant des informations au Magister ? Il croit qu’elle sera pardonnée parce qu’elle est enceinte. Mais elle n’est pas pardonnable. Ronald la déteste pour tout ce qu’elle a fait. Ronald déteste Percy pour le fait qu’il soit tant aveugle sur la situation. Enceinte ou pas, ça ne change pas le fait que Penelope Clearwater est une traîtresse et que beaucoup sont morts par sa faute. Alors Ronald a envoyé tout balader suite à ça. Il s’est réfugié au Terrier où il a continué de ranger, nettoyer et redonner un semblant de vie à la maison de son enfance. Il a failli détruire une chambre en songeant que vu comme c’est parti, il y a des chances pour que Clearwater débarque un jour ici et il n’en a pas envie. Cette maison n’accueille pas les traîtres. Charlie est passé plusieurs fois pour voir si son petit frère arrive à se remettre, mais il se confronte toujours à la rancœur du plus jeune. Ça fait bien trois jours que Ron n’a plus donné de nouvelles à personne avant de recevoir plusieurs quickies d’Harry. Il lui a demandé de le rejoindre au Square Grimmaurd pour l’aider à nettoyer l’endroit. Il a hésité un long moment avant de lui répondre. Il n’a pas spécialement envie de parasiter son meilleur ami avec ses ondes négatives. Il tolère la présence de Charlie et Bill parce qu’ils ne sont pas loin et qu’ils s’assurent que leur petit frère se nourrit convenablement tout en l’écoutant s’énerver encore et toujours sur la réaction irraisonnée de leur autre frère (Il compte pardonner aussi à Parkinson pour avoir acheté notre sœur et en vouloir à Audrey parce qu’il va estimer que c’est sa faute si papa est mort aussi ? Non mais parce qu’il agit tellement de manière contradictoire que tant qu’à faire il va pardonner à tous les mangemorts leurs méfaits et nous remettre plein de trucs sur le dos.), mais il ne veut pas infliger ça à ses amis et surtout pas à Ginevra.

Ronald a finalement accepté. Voir autre chose lui ferait le plus grand bien et ça fait un petit moment qu’il ne s’est plus retrouvé avec son meilleur ami. Il se prépare donc, ferme bien le Terrier et transplane dans le petit parc qui se trouve juste en face du Square Grimmaurd. Il a petit moment d’hésitation lorsqu’il arrive devant cette façade. Ça fait si longtemps qu’il n’est plus venu par ici. La dernière fois, c’était avant d’être désartibulé après avoir fui Yaxley. Ça remonte. Ronald traverse la rue finalement et pousse la grille avant de taper à la porte. Il se demande un court instant si Harry a réussi à retirer le tableau de la mère de Sirius se rappelant à quel point elle était… agréable. Il lève la main et donne quelques coups contre la porte en bois noir. « Hey (TRAÎTRE A TON SANG!) Ah de toute évidence, elle est toujours là. merci d’être venu (va rôtir avec Sirius et l’autre traître de Rosier!) » Ronald hoche la tête et entre dans le couloir de l’entrée. « Désolé pour le bordel (JE N’AI PLUS DE MASCARPONE, BANDE DE MISÉRABLES!) j’avais oublié qu’elle existait l’autre. » Le rouquin sourit. « Elle est toujours aussi aimable. Salut vieux frère. » Fait-il en donnant une tape sur l’épaule d’Harry. « Par contre elle compte faire quoi avec du mascarpone ? Du tiramisu dans son tableau ? » La vieille sorcière était une véritable folle. (SORTEZ DE MA MAISON ! Un traître et un mêlé n’ont rien à faire ici !) « Elle ne varie pas beaucoup ses insultes ceci dit. » Il finit par remarquer que son meilleur ami a de la peinture un peu partout sur la figure et les vêtements. « Bro, tu sais que la peinture c’est sur le mur qu’on la met, pas sur soi. » Fait-il avec un sourire en coin et d’un air moqueur. Ok, l’invitation d’Harry est une excellente idée. Il a besoin d’être avec son meilleur ami. Il sait qu’ils vont finir par en parler à un moment donné, mais pour l’instant il a juste besoin de profiter. « T’as trouvé des trucs intéressants dans la maison alors ? » Il n’ose pas imaginer les trésors magiques qui doivent regorger dans cette maison. Il a juste un peu peur qu’il y ait trop d’artefacts de magie noire. Harry a déjà sacrifié des années de sa vie, pas besoin qui lui arrive d’autres choses.

• • •

red king  and at once i knew i was not magnificent strayed above the highway aisle, i could see for miles, miles, miles.
Revenir en haut Aller en bas
 

RORRY + sunshine, daisies, butter mellow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» << Let the sunshine in >> { PV Aroz }
» Let the Sunshine in! [pv Olychounette]
» Ains't no sunshine when she's gone (31/05, 17h29)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» sunshine kiwi ♦ keep on believin'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Oh England my lionheart”
heroes always get remembered
 :: Monde sorcier; somethin' powerful :: Londres
-