Partagez | .

sujet; SAVAGE + courage is resistance to fear, mastery of fear

Invité
Invité
Savage Ariana RowleIf my future were determined just by my performance on a standardized test, I wouldn't be here. I guarantee you that.
❝ We're running in circles again ❞War Heroes ; Inventé

☇ pseudo complet & surnom(s) ; Savage. Grandma s'était offusquée : il ne convenait pas à une fine fleur de l'Elite de porter un prénom aussi... brute. Qu'importe pour ses parents, l'énergie et le zèle qu'elle avait manifesté alors qu'elle n'était encore que dans le ventre de sa mère devaient être honorés. Alors, ce fut Savage au lieu du bien classique Ariana. Et c'est qu'elle porte bien son prénom, Savage. Ariana, pour contenter son infernale grand-mère dont elle ne garde que des souvenirs amers. Un dérivé d'Ariane, princesse mortelle dans la mythologie grecque. C'est de toute beauté, c'est gracieux... et pourtant, ne vous évertuez pas à l'appeler ainsi. Rowle, un patronyme ancré dans la société magique anglaise depuis des siècles. Politiciens ou joueurs de Quidditch, ils ont toujours su inscrire leur nom dans les registres dorés de la populace et véhiculer une bonne image de leurs personnes au sein de l'Elite. Quant à Savage, l'image familiale lui importe peu et ses frasques l'ont prouvé à travers les années. Il n'y a qu'elle, ses aspirations, ses désirs et ses rêves. Shacklebolt par son mariage avec Storm Shacklebolt, elle persiste néanmoins à arborer son nom de jeune fille dont elle peine à se défaire et dont ceux qui l'entourent semblent plus affectionner. Rowle est sans conteste plus court et rapide, sans oublier le fait qu'il faut bien la distinguer de la meute nombreuse de la maison Shacklebolt.

Des surnoms ? En trente-quatre ans d'existence, elle ne les compte plus. Les plus marquants ont évidemment été lors de ses années à Poudlard : The Queen pour sa beauté et popularité alors qu'elle n'était qu'une adolescente, Lioness pour son tempérament de feu ou encore Fire par ses amis (surnom qu'elle a d'ailleurs légué à sa fille). Depuis son mariage en 1987, c'est le fameux Mrs Storm qui lui colle à la peau, si bien que certains préfèrent la héler ainsi dans la rue ou dans les couloirs du ministère.

☇ naissance ; Née le 11 mars 1969 à Londres (Angleterre), plus précisément au manoir Rowle.
☇ ascendance; Pure, une évidence lorsque le sang des Rowle coule dans ses veines. Cette pureté, Savage se rappelle y avoir accordé une importance durant son enfance. Parce que c'était tout ce qu'elle connaissait, après tout. Son arrivée à Poudlard, pourtant, changea pas à pas les idéologies qu'on lui avait inculqué depuis la naissance. Savage était parvenue à s'auto-éduquer concernant la valeur du sang, assimilant doucement que les nés-Moldus et les sorciers impurs étaient leurs égaux, qu'ils n'avaient rien de si différents. Depuis, ces principes et cette tolérance qui lui étaient inconnus lorsqu'elle n'était qu'une fillette puisent dans l'éducation qu'elle a prodigué à ses propres enfants.
☇ métier ; Après avoir été une fugitive durant quatre ans, la fin de la guerre rime avec son retour dans le bureau des Aurors, cette fois avec un poste de chef de groupe. Auror encore vivace du haut de sa petite trentaine ainsi que juge au Magenmagot, sa carrière se veut encore plus radieuse qu'auparavant. Malgré ça, son coeur vacille. Savage ne ressent plus les choses telles qu'auparavant lorsque ses pieds foulent le sol du ministère, chaque matin. Elle ne comprend plus, s'évertue parfois à songer à changer de vocation. Sa passion pour le travail semble s'être fanée, sans qu'elle ne sache trop pourquoi. Et ça l'inquiète, Savage.
☇ camp ; Modéré, depuis la nuit des temps. Un mélange de traditionalisme et de modernisme n'a rien d'étrange, bien au contraire. C'est un équilibre auquel Savage a toujours aspiré et elle campe sur ses positions, même lorsque les plus farfelus s'immergent un peu trop loin dans dans les eaux silencieusement dangereuses (à ses yeux) du modernisme.
☇ réputation ; Elle porte bien son prénom. Feu ardent de l'Elite sorcière durant sa jeunesse, fleur rebelle d'une société autrefois trop traditionnelle, devenue une femme d'influence. Implacable, impartiale et volcanique, Savage est une personnalité incontournable au sein du ministère actuel. Son aide fut également précieuse aux Insurgés et à la RDP.
☇ état civil ; Mariée à Storm Shacklebolt depuis le 28 avril 1987.
☇ rang social ; Membre du gouvernement.
☇ baguette ; Fabriquée par le talentueux Ollivander, la baguette magique de Savage fut taillée dans du bois de noyer noir, contient en son écrin une plume de phénix et mesure 32,6 centimètres. Une arme se montrant redoutablement efficace pour les maléfices et convenant parfaitement aux duellistes.
☇ épouvantard ; Ses deux enfants, devenus Mangemorts.
☇ risèd ; Son frère Maverick, heureux et vivant auprès d'elle, Storm et la petite famille qu'ils forment.
☇ patronus ; Un berger allemand.
☇ particularités ; N'en possède pas, hormis une incroyable ténacité.
☇ animaux ; Un Rottweiler prénommé Sky, trouvé dans un parc en pleine nuit du temps - pas si lointain - où elle était une fugitive. Son précédent chien ? Son mari avait tenu à s'en débarrasser durant leur première année de mariage, sous n'importe quel moyen. Bien entendu, Savage n'est toujours pas au courant du coup monté de son époux... plus de dix ans plus tard.
☇ Avis sur la situation actuelle :
Son absence d'hypocrisie l'empêche de dissimuler sa joie, ses peurs et son choc. Deux sentiments étranges une fois unis. Heureuse de ne plus avoir à fuir et de regagner le ministère pour être utile à la population magique. Inquiète car Savage n'est pas idiote et ne l'a jamais été : le danger n'a pas été réduit en cendres et rôde autour d'eux, telle une ombre persistante. Choquée, car difficile de se remettre des épreuves de la guerre et de sa condition de fugitive. Surprise de pouvoir se nourrir sans se cacher, de goûter aux plaisirs qu'offre une entière liberté, tout simplement. Mais euphorique, Savage ne l'est pas. C'est étrange, de ne pas se sentir épanouie alors que la guerre est terminée. La vérité est que Savage ne parvient pas à se sentir à sa place parmi ces sorciers fougueux, aux coeurs haineux et rancuniers, si bien qu'ils détruisent cette justice à laquelle ils aspiraient durant le conflit. Le tempérament impartial de Savage ne parvient pas à s'installer confortablement au sein du gouvernement et ses idées ont l'air de fâcher certains. Savage craint que sa main généreuse et tendue avec bonté soit au final coupée par ces gens qui prétendent marcher vers la route de la Justice.

☇ Infos complémentaires ; REBEL : Des coups de pieds un peu trop fréquents et prononcés dans le ventre de sa mère alors qu'elle n'était pas encore née, sans cesse dans la contestation entre ses 4 et 11 ans,  une adolescence emplie de frasques, une demoiselle refusant d'épouser celui qui lui avait été désigné, une femme aux idées affirmées. Savage n'a jamais été un standard, malgré ses efforts pour l'être. Mais c'est pour ça qu'on l'aime. INTENSE : Savage est une passionnée, une acharnée de la vie. Ce qu'elle veut, elle l'obtient. Non pas à l'aide de caprices, de larmes, de coups bas envers autrui ou de pistons, mais grâce aux efforts qu'elle apporte dans ce qu'elle entreprend. Chaque chose accomplie se doit d'être importante, rien ne doit être négligé. Même enceinte, puis ensuite jeune maman, Savage a refusé de ployer le genou face à la faiblesse même lorsque ses forces l'abandonnaient. Confiante en ses capacités et n'accordant aucun regard à ceux qui ne croyaient pas en sa réussite, c'est aujourd'hui avec fierté que Savage accomplit son travail d'Auror et de chef de groupe. STRENGTH : Tenace, confiante, juste, il émane de Savage une force féroce là où Storm est une force tranquille. Ses choix sont assumés malgré qu'elle ait été confrontée à choisir des options plus que difficiles. Il lui arrive pourtant de souffrir et d'imposer ses décisions à ses proches contre l'avis de ces derniers, qui ne sont pas toujours aussi vigoureux qu'elle dans l'âme. Et ça, ça l'a rend redoutablement égoïste. Rares sont ceux qui pourraient prétendre être parvenus à changer les positions de Savage, car elle serait bien capable de se répéter 1560 fois avec égalité histoire de se faire comprendre. FEMINIST : Féministe mais pas de trop, Savage s'est battue - et persiste encore à le faire - pour être considérée avec respect d'abord au sein de l'Elite sorcière, puis ensuite au bureau des Aurors. La négligence de l'éducation des filles chez la plupart des familles puristes l'a révolte, autant que l'incapacité de certains hommes à voir le potentiel professionnel d'une femme. Le machisme ? Une raison qui pourrait la faire vomir. Cependant, c'est avec calme et sérénité que Savage aborde le sujet. GENEROSITY : Lionheart, un coeur plus gros qu'une montagne. Sa générosité et sa patience ont été des atouts formidables  durant la guerre : se priver de repas au profit des plus jeunes, relever les Insurgés dépressifs, des conseils avisés pour calmer quelques Belliqueux qui rejoignirent au final le camp des Audacieux, tout un tas d'actes qui firent que Savage était devenue indispensable aux Insurgés et à la RDP.   MAVERICK : Il est son échec, sa culpabilité, son petit ange parti trop tôt. Son benjamin de frère qu'elle chérissait par-dessus tout, sans être parvenue à lui montrer. Elle a été un exemple aux yeux de Maverick et le principal moteur de son changement de camp, mais elle ne l'a su qu'une fois celui-ci mort. Car malgré l'amour fraternel qu'ils se portaient, ils souffraient d'un cruel manque de communication. Il lui en voulait d'être partie, elle lui en voulait de ne pas se montrer plus souvent chez elle. Et aujourd'hui, Savage pleure encore. Parce qu'elle aurait voulu le protéger, comme elle le faisait lorsqu'il n'était qu'un gosse. DAD AND MUMMY : Si en public tout allait pour le mieux, la vérité était que son père refusait qu'elle mette les pieds au manoir et leur entente publique dans les évènements mondains était feinte. Sa mère, bien que blessée et du côté de sa fille, avait pour interdiction d'entrer en contact avec elle. Il en était de même pour ses frères. Toute cette histoire, simplement parce qu'elle avait choisi d'épouser Shacklebolt. Actuellement, les choses n'ont pas changé. Pas même les lettres hebdomadaires envoyées à sa mère, qui restent sans réponses.   FIRDEVS : Firdevs, sa fille. Leur relation fut longtemps tendue, catastrophique et incompréhensible à la fois. Malgré qu'elle faisait de son mieux pour être présente, son ambition prévalait inconsciemment sur Firdevs, une princesse arrivée trop tôt. Firdevs lui en voulait de ne pas être une mère aux petits soins, Firdevs était en colère et n'aimait pas la solitude. Jusqu'à qu'une guerre lui fasse comprendre que Savage était prête à tout pour elle et Kaseem. UC

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi WOLFIE. J'ai 21 ans, je viens de Paris (ceymagique) et j'ai connu le forum via une copine. Si tout va bien vous me verrez connecté(e) 6 jours sur 7. Un dernier mot ? ce forum est... SO AMAZING.  potte J'ai pas d'autres mots, c'est trop perfect.  (a)

Approuvé par le Ministère de la Magie
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Titre au choixtexte ici texte ici texte ici texte ici texte ici texte ici texte ici
❝ Dear God, make me a bird, so I can fly far, far far away from here. ❞July 7th 1975 & London

Le soleil était plus que pétant, le ciel d’un bleu myosotis parfait et ces gens avaient l’air heureux. Moldus, Non-Magiques, Sans-Pouvoirs, qu’importe, avaient l’air bien heureux malgré leur impureté. C’était étrange, quand à côté, Dad répétait à qui voulait l’entendre que les Moldus affichaient souvent des expressions attardées sur leurs visages. Ce n’était pas ce qu’elle voyait, pourtant. A trois mètres, un père rigolait aux éclats avec sa fille, la soulevant en l’air tel un trophée et la faisant tournoyer. Elle riait aux éclats, presque folle de joie. Au manoir, Savage ne devait pas rire ainsi avec les adultes. C’était indécent. Les jeunes filles se devaient d’être studieuses, élégantes, dociles, souriantes mais pas de trop. Le fait d’être irréprochable lui ouvrirait des portes et de bonnes opportunités se présenteraient pour elle plus tard, comme un mariage avec un sorcier issu d’une famille prestigieuse. Du haut de ses six ans, les journées de Savage étaient méticuleusement organisées et elle n’avait pas vraiment le temps d’aller jouer. C’était la première fois de sa vie que Savage se rendait au parc et d’ailleurs, elle n’aurait jamais été là si Thorfinn ne l’y avait pas indirectement obligé. Thorfinn, son frère qui lui envoyait à chaque occasion des démonstrations de la haine qu’il éprouvait envers elle. Un an seulement les séparait mais pourtant, la complicité était inexistante entre eux. On avait tenté de les rapprocher, ça n’avait fait qu’envenimer la situation. Il était son cauchemar et sa peur, elle était son jouet et son souffre douleur. Pour ces raisons, Savage avait fui. Sa mère devait être folle d’inquiétude et son père la corrigerait à son retour, mais tant pis. Savage voulait s’envoler au loin tel un petit oiseau sortant de sa cage dorée, découvrir un monde merveilleux où il n’y aurait plus Thorfinn pour la malmener, Dad pour ordonner et Mummy pour l’étouffer.

Là, Savage découvrait la tranquillité. Elle ne faisait rien, n’avait personne avec qui s’amuser et se plaisait pourtant à être seule, loin de tout. La petite avait couru, le plus vite possible. Courir jusqu’en perdre l’haleine, se trouver dans un endroit qui lui avait semblé au début insolite car elle avait mis les pieds dans un univers qui n’était pas le sien.
Les rayons de soleil s’intensifiaient, si bien que Savage plissa ses yeux bleus et leva une de ses mains pour se protéger. Mais à travers cette luminosité, une silhouette parvenait à se détacher du reste. Un garçon, long et à la peau noire, qui s’approchait d’elle. La fillette eut un mouvement de recul inutile : elle était assise sur un banc, le dossier ne lui permettait pas vraiment de s’enfuir ailleurs. Il lui faisait à présent face, mains dans les poches. « Tu ne devrais pas être ici. » Les deux se détaillèrent du regard, surtout elle. Savage n’appréciait pas l’expression assurée et moqueuse de cet inconnu. « Ce n’est pas tes oignons. On se connaît, d’ailleurs ? » Sa voix fluette s’était élevée, particulièrement contrariée. Il s’adressait à elle comme s’ils étaient familiers  ; si seulement ce Moldu savait ce qu’elle était !« Tu es la fille d’Henrik et Alayna Rowle et moi Storm Shacklebolt, c’est suffisant ? » Prise dans le piège, Savage. Elle eut un léger sursaut, contrariée de sa propre méprise et sottise. Shacklebolt, un clan au sang pur que son père n’évoquait que peu, ce qui signifiait qu’ils ne devaient pas être très importants. « Je te ramène chez toi, plus vite tu seras rentrée et moins les ennuis seront lourds. » Il devait avoir quoi, une petite dizaine d’années ? Pourtant, il transpirait l’assurance et l’honneur. Rentrer. Elle n’y avait pas songé, impulsive et stupide. La vérité, c’était qu’elle ne savait pas le chemin du retour et que dans le fond, ce Shacklebolt tombait à pique. Mais… « Je ne veux pas rentrer, j’ai mal. » murmura-t-elle, soudain débarrassée de sa méfiance. Ses mots suintaient la douleur et les mauvais souvenirs, illustrant sans qu’elle ne le veuille son quotidien, à se coltiner Thorfinn. Les yeux azurs et suppliants se plantèrent dans ceux plussombres et étrangement protecteurs de Shacklebolt, qui lui tendait une main sereine. « Avec une grande patience, ce sera terminé, petite. » Comme s’il comprenait.

oppositionJune 30th 1981 & ROWLE MANOR

« Si tu savais à quel point je suis contente que tu sois de retour parmi nous. » Et moi, je ne suis heureuse que pour toi. Sa mère déposa un baiser sur son front, se dépêchant ensuite de faire monter ses valises à l’étage à l’aide d’un sortilège de lévitation. Une tâche dont l’elfe de maison aurait largement pu s’accommoder, sauf qu’on ne changeait pas l’instinct maternel d’une mère. Alayna Rowle était bien la douceur incarnée au sein de la demeure familiale et sans Savage, le quotidien devenait moins supportable. Longbottom de sang et de cœur, elle ne s’était pas encore totalement habituée à la sévérité Rowle. On lui avait imposé cette atmosphère glaciale, c’était différent. Et quand sa Savage partait, elle restait la seule femme parmi des brutes. Si on lui aurait demandé d’attribuer un nom au Soleil ou au Bonheur, sans doute crierait-elle Savage. Celle-ci observa la silhouette fine de sa génitrice s’éloigner et disparaître. Soupir de lassitude : l’ennui allait la regagner.

(...)

Silence, uniquement le son des couverts qui s’entrechoquaient avec légèreté. On avait fait dîner Maverick – le benjamin de la fratrie – plus tôt afin que les plus grands soient tranquilles et puissent converser sans être interrompus par les questions incessantes d’un gamin de quatre ans qui ne connaissaient encore rien à la vie. La vie. C’était peut-être de ça dont ils allaient discuter ce soir. « La vie pour un sorcier commence à son entrée à Poudlard. S’il foire, c’est le reste de son existence qui coule. » avait un jour déclaré son père. Justement, la situation ne tombait-elle pas à pique ? Une Savage qui rentrait de sa première année à Poudlard : une occasion en or pour faire le bilan. Une dernière bouchée pour tous, quand son père brisa le silence. «Le professeur McGonagall a confirmé que ton année a été parfaitement exemplaire en terme de résultats, Savage. » Le dos appuyé avec décontraction sur le dossier de son fauteuil et les bras croisés sur son torse, on n’aurait pas pu voir Henrik Rowle plus fier. Malgré que Savage était sa préférée et qu’il aimait chacun de ses enfants, Henrik était avare de compliments et ne récompensait qu’au mérite. Une méthode astucieuse pour s’assurer que ses enfants se battent pour être les meilleurs et non pas au bas de l’échelle. « Merc… » La tentative de remerciement de Savage fut coupée par la voix sournoise de Thorfinn. « Exemplaire parce qu’il y avait ce Shacklebolt et des impurs pour l’assister. » Le cœur de Savage sembla faire un bond violent dans sa poitrine, tandis que sa mère fit malencontreusement glisser sa fourchette qui s’écrasa sur le sol. Leur père s’était quant à lui soudainement redressée, les poings serrés et posés sur la table. Thorfinn affichait son sourire le plus victorieux. « C’est faux, je n’ai besoin de personne pour réussir ! » C’était apparemment trop tard pour se justifier. « Qu’est-ce que c’est, cette histoire avec Shacklebolt et la racaille ? » La tricherie n’était pas le plus grave pour leur père, visiblement. Depuis la courte fugue de Savage, cinq ans plus tôt, le nom de Shacklebolt était presque devenu tabou. Leur père n’avait pas avalé le fait qu’un fils Shacklebolt ait osé lui ramener sa fille via les transports utilisés par les Sangs-de-Bourbes, ni que sa gamine ait eu le cran de s’aventurer dans le monde des Sans-Pouvoirs. L’histoire avait fait scandale au sein de l’Elite et Savage avait été sévèrement punie. Elle avait promis de ne plus recommencer à mettre les pieds chez les Moldus, ni à parler à des nés-Moldus une fois à Poudlard. « Rien, Dad. C’est eux qui venaient me trouver, je n’ai pas cherché à entrer en contact avec ça. » Mensonge. « MENSONGE ! » Leur père tonna, incapable de contenir sa légendaire nervosité plus longtemps. Il s’était levé de son fauteuil en même temps que Savage. « C’est faux, Thorfinn ne cherche qu’à me nuire. » Elle essayait de garder son calme sans y parvenir, lionne qu’elle était. Savage mentait comme elle respirait, mais pouvait-elle trouver le courage d’avouer qu’elle avait malheureusement sympathisé avec des impurs contre son gré ? Le problème était que Savage était intimement convaincue que son père n’ignorait pas qu’elle mentait, parce qu’il devinait toujours quand on ne lui disait pas la vérité… il avait un don. Son père contourna la gigantesque table, l’empoignant par la tignasse et la traînant vers l’escalier, sans tenir compte des protestations de son épouse. La douleur était cuisante et les cris de sa mère s’évanouissaient au loin. Savage souffrait tellement que hurler lui était impossible, ni sentir les larmes qui affluaient sur son visage pâle. « Une Rowle qui s’entiche d’impurs… je préfèrerais te voir morte. » siffla son père en même temps qu’il la jetait telle une bestiole insignifiante dans le placard à balai du second étage, verrouillant la porte et la laissant seule. Obscurité et désespoir.

❝ learn to be strong  ❞September 2th 1981 & HOGWART

L’ambiance était toute autre que l’année précédente. Le Seigneur des Ténèbres avait été vaincu par un poupon. Avec cet événement, venait bien entendu les grands procès. La fin de la guerre avait impacté sur l’humeur des élèves : la majorité affichaient une mine soulagée et insouciante. D’autres pleuraient encore leurs disparus. La dernière catégorie, quant à elle, se montrait silencieusement vengeresse. Des trois catégories, Savage ne savait pas vraiment où se placer. Issue d’une des plus grandes familles au sang pur du pays, elle n’avait pas subi les assauts du Dark Lord et ses sbires. Ses parents – du moins, son père – s’étaient même placés du côté du Seigneur des Ténèbres d’un point de vue idéologique. Ils n’avaient pas participé aux festivités proclamant la chute du mage noir, plutôt même déçus de voir que la racaille ne serait désormais plus persécutée. Savage, quant à elle, avait passé son été dans sa chambre. Nourrie et soignée par l’elfe de maison, sans avoir l’autorisation de sortir et de voir quiconque. Elle n’en était sortie qu’hier matin, avant de prendre le Poudlard Express. Son père ne lui avait pas pardonné son écart de conduite relaté par Thorfinn et sa séquestration l’avait laissé presque muette. Savage en était toute retournée : elle avait perdu du poids, était plus pâle encore qu’à l’ordinaire, ne souriait plus autant. Il lui fallait un temps d’adaptation, après ces deux mois épouvantables.

Elle but une gorgée de sa limonade, assise sur l’escalier du hall et observant ses camarades s’affairer. Parmi eux, une de ses amies, qui s’approchait de sa mine inquisitrice. Gwenog Jones, une élève de Poufsouffle de troisième année avec qui Savage avait automatiquement sympathisé l’année précédente. « Alors, comme ça, tu nous ignores et ne réponds plus aux lettres ? » lança la Poufsouffle, sarcastique. « Je n’ai pas pu, Gwen. » Difficile de pouvoir y répondre quand même ses fenêtres avaient été ensorcelées. Elle ignorait combien de hiboux s’étaient acharnées sur la vitre, sans succès, ou encore combien de fois s’était-elle acharnée seule à chercher des ouvertures. Devant l’expression méfiante, Savage fut obligée d’enchaîner sur le reste. « Mon père m’a enfermé quand il a eu vent de mes… fréquentations. » Ses lèvres se pincèrent. Elle ne comprenait pas pourquoi la situation était si catastrophique aux yeux de son père, ce n’était pas comme si elle avait choisi d’épouser un sorcier impur, n’est-ce pas ? Gwen s’était installée près d’elle, leurs regards se confrontant sans qu’un mot ne traverse leurs lèvres respectives. Elle avait compris, Gwen. Parce que Savage, elle en avait parlé, de sa famille. Longuement, même. Que comptes-tu donc faire, Lioness ? racontait les yeux d’un noir profond de Gwen. Je ne sais pas, répondait l’incertitude de la Rowle. « Il faut que tu trouves le courage d’être toi-même ou sinon, tu ne seras plus qu’une lâche. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Titre au choixtexte ici texte ici texte ici texte ici texte ici texte ici texte ici
❝ But with you I'm feeling something that makes me want to stay ❞March 11th 1986 & HOGWART

Il y a des choses qu’on ne contrôle pas, des impressions instinctives qu’on n’explique pas. Si le cœur est pris, il est trop tard. Les barrières fléchiront pour s’abattre tel le son du tonnerre sur nos sols. On essaie de comprendre soi-même ces palpitations incessantes qui animent nos corps, sans en trouver les raisons véritables. Ou plutôt, la raison. Peut-être aussi qu’on se ment pour éviter d’être blessé. Car oui, la peur est là. Il est assurément terrifiant d’aimer un homme qu’on n’a plus connu durant près de six ans.
Extrait du journal intime de Savage Rowle

Savage reposa la plume et son journal sur la table de chevet, repliant ses jambes contre sa poitrine. Elle était encore tremblante, rien qu’en se remémorant son après-midi. Dix-sept ans et un cadeau inattendu : tomber sur Storm Shacklebolt. Bon sang, comme elle l’avait… méprisé. La Rowle l’avait horriblement méprisé, parce qu’il l’avait blessé sans qu’elle ne l’avoue. Il l’avait épaulé à son entrée à Poudlard, pour ensuite l’oublier alors qu’il lui avait promis de lui écrire. Elle avait attendu, Savage. Sauf qu’au bout de cinq ans, aucune lettre ne lui était parvenue. La gamine quelque peu capricieuse qu’elle était auparavant n’avait pas réellement accepté le fait de ne pas être importante. Elle n’avait également pas assumé que le Shacklebolt avait compté. Il avait été son modèle, une inspiration. Alors, Savage l’avait rayé de son esprit, se forçant tant bien que mal à l’oublier.

Le revoir par hasard aux Trois Balais l’avait pourtant chamboulé. Elle ne s’était jamais sentie plus stupide, à vrai dire. Ses pieds semblaient s’être dirigés seuls vers Shacklebolt, d’une manière si mécanique qu’elle avait cru un instant être sous l’influence de l’Imperium. Il ne l’avait pas reconnu, le bougre. Pas au début, du moins. Ebahi de voir que la gamine-brindille était devenue… une toute jeune femme. Puis ils avaient discuté. Assez longtemps pour qu’il lui propose de se revoir le weekend prochain. C’était excitée et étrangement craintive que Savage avait regagné le château en compagnie de ses amis. « Il te dévorait du regard. » avait chuchoté Gwen à son oreille, malicieuse. Il te dévorait du regard. La remarque résonnait encore, s’entrechoquant dans son crâne. Elle avait le sentiment d’être une crétine de première classe, à tenter de se persuader de son habilité à plaire à un homme âgé de vingt-trois ans. Des belles filles plus âgées, il y en avait à la pelle. Qu’avait-elle à offrir ? Elle n’avait même pas passé ses ASPIC, n’avait pas de métier, se construisait encore. Savage n’avait que son nom. Shacklebolt avait le monde à ses pieds, bras-droit d’Amelia Bones et plein de succès malgré sa jeunesse. On parlait de lui, au sein de l’Elite. On l’évoquait avec respect suffisant pour qu’il soit quelqu’un. Et à dix-sept ans, Savage n’était personne.

❝ I'm prepared for this,
I never shoot to miss, but I feel like a storm is coming
OCTOBER 1986 & HOGWART

C’était une mauvaise plaisanterie. Un vilain cauchemar dont on se passerait volontiers, mais une fois réveillée, elle en rirait avec ses amis. Elle se mordit violemment la lèvre inférieure, trop angoissée pour se modérer dans ses actes. Ce fut en s’enfuyant à toutes jambes que Savage quitta l’infirmerie de l’école, sans ajouter un mot supplémentaire à cette pauvre Mrs Pomfresh qui avait l’obligation de garder le secret dans ce genre de cas. « Vous êtes enceinte, Miss. » avait-elle annoncé, une expression presque effarée sur le visage. Enceinte. Affalée au recoin d’un couloir, le regard vide de Savage confrontait le mur de pierres. Sa première pensée se dirigea vers ses parents et l’honneur familial, son honneur. Il était vrai qu’elle n’y avait pas accordé une grande importance depuis l’âge de douze ans. The Blondie Rowle n’en faisait qu’à sa tête, elle et son tempérament rebelle qui pimentait souvent les salons de l’Elite. Les convenances, Savage s’en contrefichait et assurait à tous qu’elle menait sa vie exactement comme elle l’entendait. Plus rien n’avait d’influence sur elle et ses parents avaient fini par lâcher l’affaire, découragés par la furie qu’elle était devenue. Mais Savage n’avait jamais souhaité aller aussi loin dans ses bêtises. L’image qu’elle véhiculait avait suffisamment d’importance pour qu’elle n’ait pas immensément fauté… jusqu’à maintenant. Ses parents allaient devenir fous, son père la tuerait instantanément sur le champ et on expédierait sa mère à Ste-Mangouste pour motif de crise cardiaque. Quant à Savage, comment se sentait-elle ? Excellente question. Ses pensées se bousculaient et la Gryffondor s’imagina durant une fraction de seconde en train de bercer un bébé dans ses bras. Rien que l’idée la rendait mal à l’aise. Elle n’était pas faite pour être mère, d’ailleurs ses amis ne cessaient de le lui répéter. Savage, c’était uniquement le feu de l’action et des ambitions fraîches. Ses résultats scolaires étaient bons sans qu’elle ait besoin de fournir des efforts considérables et elle souhaitait entrer au ministère, devenir Auror ou évoluer au sein du département de la Justice Magique. Avoir sa propre situation afin de pouvoir quitter la demeure familiale sainement et vivre avec Shacklebolt. Être libre. Ce bébé allait ruiner ses rêves et aspirations, c’était indéniable. Sauf que d’un autre côté, avorter pourrait lui coûter la vie. Le dilemme était d’envergure. Elle ne savait pas ce qu’était le pire : annoncer la nouvelle à ses parents ou être mère ? Les deux. Une seule option s’offrait à Savage pour l’instant : se taire.

 
justiceDecember 26th 1986 & Rowle Manor

(…) « L’Ecervelée abandonnera cette chose à la naissance et reprendra une vie normale. Sans votre fils, je stipule bien. » « Pardon ? » Un mot, six lettres, un point d’interrogation, une menace dissimulée sous une question. Savage reprenait doucement ses esprits après son malaise, allongée sur son lit. Les yeux fermés, elle pouvait sentir une personne aux mains douces et expertes presser une serviette agréablement tiède sur son front. Elle ne rouvrit pas les yeux, persuadée que cela couperait la dispute et elle avait besoin d’entendre. Son père se répéta. « Je ne crois pas. Vous condamnez un enfant au mensonge, Rowle ! Un enfant se doit d’être auprès de ses parents. Votre fille n’a pas forniqué avec le premier venu. Ils s’aiment. » Rictus méprisant. « S’aimer ? » Pause, elle entrevoyait le regard défiant et glacial de son père. « L’amour, ce n’est pas mon histoire. Mais la réputation de ma famille, oui. » « L’honneur des Shacklebolt est en jeu aussi : nous n’abandonnons jamais un enfant. » C’était un dialogue de sourd. Les idées étaient complètement opposées, sans doute ne puisaient-ils pas leurs sources dans un même style d’éducation. Un silence de plomb, perturbé par un bruissement rapide. « Je vous conseille de ranger votre baguette magique et d’aller dans mon sens, Rowle. » Les murs semblèrent trembler sous l’impulsion d’une émotion – pas celle de son père, c’était sûr – ou d’un phénomène magique. De nouveau le néant. Des pieds en mouvements, qui quittent la pièce sans en rajouter davantage. Et Savage qui retombe dans l’inconscience.



Dernière édition par Savage Rowle le Ven 30 Déc 2016 - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Titre au choixtexte ici texte ici texte ici texte ici texte ici texte ici texte ici
❝ i'll always remember you ❞April 7th 1990 & Home

Chère Maman,

Les temps sont très difficiles pour moi. Je ne peux même pas profiter du soleil. La fin de ma formation est rude mais je tiens le coup, c’est ma dernière ligne droite et je m’accroche. Il m’arrive de craqu Certains désirent ma chute, me voir flancher simplement parce que je suis une femme. Qu’une femme Rowle ne devrait pas être dans le feu de l’action, mais uniquement être une épouse et une mère. Mais je ne me plierais pas, comme tu me l’as toujours enseigné avec Père.

Ces enseignements, je n’oublie pas dans les transmettre à Firdevs. Je te joins une photo d’elle, il me semble que ça fait un moment que tu n’en as pas eu. Elle est magnifique, tu ne trouves pas ? Le plus incroyable, c’est que ses yeux sont identiques aux tiens. J’ai l’impression de te voir chaque fois que je la regarde. Et ça me rappelle à quel point tu me manques, Maman.

Je t’aime, porte toi bien.
Lettre de Savage Rowle à sa mère, Alayna Rowle.

Savage observa s’envoler au loin, jusqu’à devenir une minuscule boule dans le ciel gris de Londres. Trois ans plus tard, la situation avait énormément changé pour Savage Rowle. Premièrement, malgré les tentatives désespérées de son père pour qu’elle ne garde plus l’enfant qui était dans son ventre, elle était bel et bien la mère d’une magnifique petite fille prénommée Firdaws. Deuxièmement, elle était désormais une femme mariée et répondait officiellement au nom de Mrs Savage Ariana Shacklebolt, là où tous n’avaient pas cru en leur couple. Troisièmement, cela faisait trois ans que sa famille ne lui adressait plus la parole et qu’elle n’avait plus remis les pieds au Rowle Manor.

De ces trois choses, il était difficile de désigner laquelle était la plus difficile à vivre. Il était absolument terrifiant d’être une mère. C’était un rôle que les femmes avaient généralement hâtes de jouer, sauf qu’il y avait toujours des tares dans un groupe et Savage en était une. Petite, on lui avait laissé peu de fois le droit de s’amuser hormis les après-midis ou les quelques weekends que Savage se souvenait avoir passé chez Anna. L’éducation stricte et bien trop exigeante de ses parents avait eu des conséquences sur sa personnalité : Savage avait grandi d’une manière accélérée psychologiquement parlant et avait développé un humour noir, des idées noires et une vision de la vie bancale. Ainsi, elle avait longtemps pensé que le mariage menait forcément à l’ennui ou le désastre, qu’avoir des enfants rendait les femmes ridicules et fades. Tout ça, parce que ses parents et l’Elite sorcière lui avaient montré un exemple désolant de ce que pouvait être une vie de maritale et de famille. Dès son arrivée à Poudlard, Savage avait donc lutté pour être le contraire de ce qu’on attendait d’elle et pour pouvoir être indépendante, mener une existence égoïste où il n’y aurait qu’elle et ses désirs. Pourtant, son tempérament emporté et passionné l’avait conduit à devenir mère à dix-huit ans, puis successivement, à se marier quelques temps plus tard. Des fois, on fait des choses qu’on disait ne jamais faire et on vit des choses qu’on disait ne jamais vouloir vivre ; cette remarque que lui avait fait un jour Maugrey correspondait parfaitement à son cas de figure.

Adolescente, Savage clamait à qui voulait l’entendre qu’elle ne ressentirait aucune peine si ses parents venaient à la mettre à la porte. Aujourd’hui, à vingt-et-un ans, ils lui manquaient malgré les atrocités que son père avait pu commettre en son encontre et sa rancune envers sa mère qui n’avait jamais eu le cran de la soutenir alors qu’elle était prétendument de son côté. Aujourd’hui, à vingt-et-un ans, elle gâtait sa fille qui était devenue la prunelle de ses yeux – malgré qu’il était difficile de le lui montrer – et la raison pour laquelle elle se battait constamment professionnellement parlant pour obtenir ce qu’elle désirait. Quelques années en arrière, Savage hurlait au monde entier qu’elle détestait les gosses et qu’elle n’en voulait pas dans ses pattes avant d’être trentenaire. Aujourd’hui, à vingt-et-un ans, Savage se sentait différente.

❝ This is all about meAUGUST 1995 & LEADY CAULDRON (DIAGON ALLEY, LONDON)

« Je ne crois pas que c’est une si mauvaise chose, relativise. » Relativiser ? Comment pouvait-elle se le permettre ? Les poings serrés, ses yeux bleus, habituellement si magnifiques et séduisants, n’étaient plus que colères et l’envie de marteler Storm de coups violents dans le visage se fit brièvement voir. Fuyez, disait-on à chaque fois qu’on devinait Savage Rowle en furie. On s’effrayait ou s’impressionnait de son état, mais Storm n’en avait que faire. Une force tranquille irradiait autour de lui quand celle de Savage pouvait incendier l’univers tout entier. Ils étaient des opposés, tellement qu’en cet instant précis, Savage se demanda avec amertume pourquoi ils s’étaient mariés. « Facile à dire quand on a soi-même rien à dire sur sa situation professionnelle. » La réplique était cinglante et sans appel : elle ne changerait pas d’avis sur ce qui était arrivé ce matin. Fudge avait refusé de lui accorder un poste de chef de groupe parce qu’elle soutenait Dumbledore et ses idées fantasques, parce que Dumbledore disait la vérité là où le gouvernement le désignait comme menteur et fou. En guise de compensation pour ce refus, on lui avait fait bénéficier d’une augmentation de salaire, comme pour la vexer un peu plus dans son amour propre. « J’avais tellement besoin de ce poste. » murmura-t-elle d’une voix à peine audible, sans savoir si elle se parlait à elle-même ou à Storm. Les deux, peut-être. Storm reposa lentement l’exemplaire de la Gazette du Sorcier sur la table, jetant un léger coup d’œil autour d’eux pour s’assurer que la populace du Leaky Cauldron ne les écoutait pas. La discussion s’annonçait… plus personnelle. Il lui saisit le menton, la forçant quasiment à le regarder. Là, Savage se sentait misérable et fragile à chaque fois qu’il lui faisait ça. Elle avait la sensation de remonter à leur rencontre, de redevenir cette gamine-brindille de six ans effrayée par son frère aîné et les punitions. « Tu es loin d’avoir des problèmes financiers, tu es mariée, tu as deux enfants, tu as gagné le gros lot au loto l’été dernier, on t’a élu parmi la liste des personnalités les plus influentes de l’année et aussi parmi les plus belles sorcières de Grande-Bretagne dans Sorcière Hebdo. » Elle esquissa un faible sourire, presque aussi amusé que lui de ces rappels. Savage en oubliait presque qu’elle était fâchée et frustrée. « Y a rien à demander de plus quand on s’appelle Savage Rowle-Shacklebolt. » Cette fois, Storm était ferme. Non, en fait, il était toujours ferme. Il ne posait jamais de questions débiles dans ce genre de cas et son sens de l’analyse était éternellement correct, hyper concret. Storm était exactement le type de sorcier qui clouait le bec à n’importe qui, elle y compris. Il avait raison, dans le fond. Le problème était que ce n’était jamais assez pour Savage. Elle s’était acharnée pour être la meilleure à Poudlard et avait continué à préserver cette attitude au sein du ministère. Son professionnalisme, son talent et sa jeunesse avait fait des envieux, ce qui l’avait motivé à fournir le maximum de ses capacités pour obtenir un poste de chef de groupe. Savage était terriblement ambitieuse et méritait cette promotion, Katherine avait même plaidé pour elle auprès de Fudge et Scrimgeour. Alors, pourquoi cela devait-il lui arriver ? Il lui était insupportable de ne pas obtenir ce qu’elle désirait. Fudge payerait cet affront.



Dernière édition par Savage Rowle le Mer 4 Jan 2017 - 20:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
+2
hé oui, parce que je ne sais pas calculer le nombre de posts qu'il me faut comme je suis nulle en maths. Arrow facepalm yeah
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ inscription : 07/06/2015
‹ messages : 1824
‹ crédits : mathy.
‹ dialogues : #e95353.


‹ âge : trente-quatre
‹ occupation : guérisseuse au service d'infection par virus et microbe magique et co-présidente de l'association "Rosier's Disease Research Trust".
‹ maison : Serdaigle
‹ scolarité : 1980 et 1987.
‹ baguette : est en bois de charme, contient une plume de phénix et mesure 26,4 centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 3018
‹ réputation : je suis fragile et que j'ai été manipulée par mon compagnon.
‹ particularité : occlumens.
‹ faits : je suis de sang pur, que je fais partie de la famille Grimaldi, que je suis d'origine italienne, que j'adhère aux idées insurgées mais que je me suis résolue à ne jamais les rejoindre pour le bien être de ma fille, que je suis une ancienne guérisseuse et que je sais donc comment soigner les gens de diverses pathologies, que je me défends en duel, que j'adore lire, que j'apprécie les jolies choses.
‹ résidence : dans un petit studio sur le chemin de traverse que le gouvernement a bien voulu me donner pour mon implication de guérisseuse durant la guerre. La demeure des Grimaldi à Herpo Creek ainsi que mon appartement à la Bran Tower avaient été saisis. Je dispose toujours d'une résidence secondaire et tertiaire à Brighton (maison d'été) et à Florence (terres italiennes).
‹ patronus : un lapin, patronus de Thomas
‹ épouvantard : un entassement de corps, celui de mes enfants et des êtres qui me sont chers.
‹ risèd : ma famille heureuse et recomposée.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t1958-anna-loooove-me
cette fois je te firste kr surtout parce que je sais compter aussi bien que toi facepalm
le début de ta fiche est craque

• • •


    i'm always gonna love you
    How would you feel, if I told you I loved you? It’s just something that I want to do. I’ll be taking my time, spending my life, falling deeper in love with you. So tell me that you love me too
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
bienvenuuuuuuuuuue kr
bon courage pour cette fiche, déjà bien entamée kr

Margot est un super choix yeux
Revenir en haut Aller en bas

OUTCAST • all hail the underdogs
avatar
‹ inscription : 05/12/2016
‹ messages : 424
‹ crédits : moony et crackle bones pour la signature.
‹ dialogues : chocolate


‹ liens utiles :
‹ âge : vingt-quatre ans.
‹ occupation : chef des Shadow Moses.
‹ maison : serdaigle
‹ scolarité : septembre 1991 et juin 1993.
‹ baguette : bois de vigne, ventricule de dragon et elle mesure vingt-cinq centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 998
‹ réputation : je suis un meurtrier, un monstre.
‹ particularité : il a le Bole disorder. La maladie s'apparente à un trouble de la personnalité borderline couplé à de la magie. Mood ressent tout beaucoup plus intensément que les autres et sa magie déborde énormément à cause de ça. C'est généralement sans danger pour les autres, il faut faire attention à ne pas se prendre un éclair de magie quand il fait une crise. Le bout de ses doigts brûle pendant une crise, sa chair se consumme et ça devient noir une fois fini.
‹ résidence : comme toutes les personnes du gang, il loge au Wuthering Heights Cemetery.
‹ patronus : inconnu.
‹ épouvantard : l'obscurité.
‹ risèd : Mylan et lui, de nouveau ami, de nouveau complice.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6942-mood-emperor-s-new-clothes
toujours bienvenuuuuue I love you
courage pour le reste de ta fiche en tout cas yeux

• • •

mood tomorrow ill come back leader of the whole pack, every wound will shape me, every scar will build my throne.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 24/11/2016
‹ messages : 536
‹ crédits : siren charms + casseurs flowters, le mal est fait
‹ dialogues : #teal.


‹ liens utiles :
fiche ☾ quiet is violent
liens ☾ stolen youth
pow ☾ msn

dc ☾ anthea moriarty
tc ☾ rin saïto

‹ âge : 22
‹ occupation : propriétaire du centuries, qui appartenait auparavant à mon cousin simon rosier et que je tente de reprendre en main.
‹ maison : serdaigle, j'suis une serpentard manquée.
‹ baguette : est faite de chêne rouge et possède un crin de sombral en guise de coeur.
‹ gallions (ʛ) : 1163
‹ réputation : je suis plus créature qu'humaine et que je me revendique comme telle ; que j'ai toujours manqué de self control, été trop extrême dans mes idéaux ; qu'ainsi il n'est pas étonnant qu'à présent le nouveau gouvernement doute de moi et souhaite me mettre en cage (tout comme l'ancien).
‹ particularité : une demie vélane avec des bribes d'avenir.
‹ faits : j'ai longtemps été une Belliqueuse extrême connue sous le nom de Fauve et que je n'ai jamais intégré la renaissance du phénix. J'ai été capturée peu avant la bataille finale par le gouvernement, qui m'a gardée pour mes (très incertaines) visions de l'avenir et pour des expériences en rapport avec ma qualité de demie vélane. J'ai ensuite été libérée par le nouveau gouvernement, mais uniquement pour être de nouveau placée sous surveillance, à l'hôpital, en attente de mon procès.
‹ résidence : je sais pas encore où lol help.
‹ patronus : une forme indistincte
‹ épouvantard : la communauté vélane décimée.
‹ risèd : un sommeil sans prémonitions, accompagné d'un irlandais encore plus revêche au réveil qu'en temps normal (jtm kid).
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6013-neelam-stolen-youth
j'avais l'impression d'être déjà passée par ici et en fait non ou alors la fiche a été repostée je sais pas je comprends plus ? gaah dans tous les cas bienvenue sur exci et je le redis mais ffyguhio margot, je suis tellement fan kr bon courage pour la suite de la fiche déjà bien entamée minikr minikr

• • •

feeling used but i'm still missing you and i can't see the end of this, just wanna feel your kiss against my lips. and now all this time is passing by but i still can't seem to tell you why it hurts me every time i see you realize how much i need you.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
merci à tous pour les rebienvenues, compliments et encouragements. potte
anna je répond à ton mp ce soir, avec les fêtes j'ai pas pu. Arrow et sinon neelam, effectivement t'avais déjà posté dans le premier sujet et j'ai dû reposter parce que j'ai mal calculé la place pour l'histoire, je pensais faire très court. mdr
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

SAVAGE + courage is resistance to fear, mastery of fear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Fear will face fear - forum DC Comics
» Fear will face Fear
» The cave you fear to enter holds the treasure you seek. (23/07, 16h00)
» Knock, Knock... Who's There ? The Cry of Fear ~ [PV Evidemment]
» The Walking Dead (Saison 6) + Fear The Walking Dead (Saison 1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Leaky cauldron ”
I know chasing after you is like a fairytale
 :: Présentation; walk the line :: aux oubliettes
-