Partagez | .

sujet; TAPIS. punchdrunk lovesick singalong.
MessageSujet: TAPIS. punchdrunk lovesick singalong.   Lun 26 Déc 2016 - 12:35

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : always
‹ inscription : 07/10/2016
‹ messages : 644
‹ crédits : freesia, tumblr et khalid.
‹ dialogues : firebrick


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-quatre ans (30/07)
‹ occupation : chômage technique.
‹ maison : gryffondor.
‹ scolarité : septembre 91 et janvier 1999.
‹ baguette : bois d'if, crin de licorne, 28 centimètres 8, souple et rapide, inadaptée mais j'ai la flemme de la changer.
‹ gallions (ʛ) : 1493
‹ réputation : la guerre m'a endurci et changé, que je suis devenu assoiffé de sang et parfois incontrôlable, les longues années de conflit ayant brisé le garçon maladroit et parfois simplet que j'ai été.
‹ particularité : un semi-loup depuis septembre 2003.
‹ faits : je suis très différent du garçon que j'ai été à Poudlard, forgé par des années de guerre, de meurtres et de missions suicidaires. Je suis trop en colère, trop extrême, je n'ai plus rien du garçon timide que j'étais avant même si les blessure d'antan demeurent. La fin de la guerre m'a laissé détruit, et je me suis plongé dans les excès, surtout l'alcool, jusqu'à la naissance de mon neveu James, le fils de Ginny et d'Harry. J'essaie de joindre les deux bouts.
‹ résidence : dans la maison familiale à Blackpool, Angleterre, avec Ginny et son fils James.
‹ patronus : très difficile pour moi à invoquer, mais il a pris la forme d'un lama, une fois.
‹ épouvantard : alternativement le professeur Snape et les cadavres des gens à qui je tiens le plus: ma grand-mère, Luna, Ginny, Hannah, etc.
‹ risèd : une vie heureuse et ennuyante.
Voir le profil de l'utilisateur
angelina johnson
We been busy doing all Fifty Shades, While we listen to Drake, we on that hot love and emotion.
La douleur le réveille d'un coup. Elle irradie de son torse, de sa côte plus précisément et c'est comme les griffes du loup, encore et encore, qui s'enfoncent dans sa chair, qui la détruisent, en font de la bouillie. Pendant un instant, Neville se sent attaqué et il rétorque de la seule manière qu'il connait: en lançant le poing en direction de l'attaquant. Son point rencontre du métal, la douleur remonte le long de son bras, le poids de son adversaire l'écrase un peu et il envoie l'autre poing, qui est paré et “ Neville what the fuck, ” il arrive à faire le poing et c'est Angelina qui le surplombe, l'air défaite et les cheveux en vrac, son bras en fer appuyé sur sa clavicule pour l'empêcher de bouger. Aussitôt, toute tension quitte le corps de Neville et il se laisse retomber sur le lit grinçant de la chambre d'Angelina.

Wait. La chambre d'Angelina.

Il regarde autour de lui et les murs tanguent, donc il préfère fermer les yeux; en attendant, Angelina s'est relevée, et il devrait observer ce qui se passe autour de lui, essayer de comprendre la situation... mais sa tête lui fait un mal de chien, son coeur bat trop vite dans sa poitrine, il a la langue pâteuse et même les yeux fermés, il sent le monde en train de tourner trop vite autour de lui. Mauvaise nouvelle, il a une gueule de bois. C'est la seule manière acceptable de passer à 2004, après tout.. mais quand même. Autre mauvaise nouvelle, il n'est pas dans son lit à Blackpool, mais bel et bien dans la chambre d'Angelina. Il se souvient vaguement qu'Elijah lui a proposé de passer le nouvel an avec lui, son père et Rhaenys, que même Luna semblait prête à l'accueillir à sa table et qu'Harry, qui ne doit guère se porter mieux que lui, aurait accepté, il pense, de passer la soirée ensemble, et même Ron, Hermione, Emily, Ginny, n'importe qui... mais il a fini par refuser toutes les offres, par accepter tous les voeux et par se décider à transplaner pour le Chaudron Baveur pour passer la soirée. Il a retrouvé quelques gens de Poudlard, des amis et des connaissances, et quelques anciens Insurgés aussi. Des alliés devenus amis devenus étrangers.
Et y'avait Angelina. Enfin il imagine qu'il y avait Angelina; lui s'en souvient pas très bien.

C'est la douce odeur du café qui l'amène à se redresser, lentement, laissant basculer ses jambes sur le côté pour se prendre le visage dans les mains. Il a eu la bonne idée d'enfiler un sous-vêtement avant de s'endormir... ce qui n'est apparemment pas le cas d'Angelina qui, en train de préparer le café dans un coin de la pièce, et l'observe d'un regard sombre. Complètement nue. Neville se prend le visage dans les mains. Ce n'est pas possible. Ce n'est pas réelle. Joyeuse année. Neville ne sait même pas quoi dire, ou faire, donc il grogne. “ Merlin, Merlin, Merlin, Merlin, Merlin, ” marmonne-t-il pour lui-même, se maudissant et s'insultant et se détestant intérieurement, le mal de tête et la nausée s'accentuant à chaque mot, sans s'arrêter. C'est une douleur lancinante et qui le poursuivra toute la journée. Il a chaud, il est mal à l'aise, il sent toujours le regard d'Angelina et quand il fait un mouvement pour se lever, il retombe presque aussitôt dans un grognement de douleur, roulant sur le dos alors que ses doigts explorent son torse. Sur le flanc, les griffures du loup-garou sont argentées, soulèvent la peau comme des coutures mal faites. Il baisse la tête et le point d'impact qui l'a réveillé, sans doute la mauvaise rencontre avec le coude métallique d'Angelina, est déjà jaune, tirant sur le violet et le noir. “ What the fuck, ” dit-il à son tour, en tâtant l'hématome qui lui arrache un grognement de douleur. Il abandonne, se passe une main sur le front et les yeux, étalé de tout son long sur le minuscule lit qu'ils ont partagé pour la nuit. “ Dis moi que tu te sens aussi misérable que moi.

• • •

I'm not the best at showing my emotions, You cut me deep and you left me wide open, I fought the demons that lie in between us, They'd think we're perfect if they'd ever seen us, but I guess this sounds like another sad love song, I can't get over how it all went wrong But I let the words come together, Then maybe I'll feel better.


Dernière édition par Neville Longbottom le Mer 1 Fév 2017 - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
neville longbottom
Oh bad seeds! Doncha tell your mom about our multi-fun-X-some We are dirty kids The bad seeds wanna dance
Angelina était relativement habituée à se réveiller avec la gueule de bois, complètement nue, et avec un inconnu à ses côtés. Pas qu'elle soit du genre à faire la fête tous les soirs, mais ce genre de chose s'était assez souvent passé pour qu'elle se souvienne assez bien de la sensation. Elle buvait, elle se détendait, elle trouvait quelqu'un de relativement agréable à l'oeil et à l'oreille, et elle fonçait relativement ouvertement. Tout en se réveillant, aux aurores, comme d'habitude, elle essaya mollement de se souvenir de comment elle avait fait, cette fois-là. Elle lui avait proposé de se détendre dans sa chambre non ? Sûrement quelque chose du même acabit. Elle n'était pas très fine en temps normal, mais alors avec les cocktails de Turner dans le sang... Elle se souvenait d'ailleurs distraitement d'avoirs son regard désaprobateur. Oh. Qui avait-elle choisi cette fois-là ?
Tout en continuant de chasser les restes de sommeil, elle s'étira, les bras étendus et... oublia que le mec de la veille était resté. Et qu'elle avait un lit simple. Et qu'elle avait un bras en métal. Oups. Elle percuta ce qui devait être le torse de son amant (?) avec une grimace, avant de se faire surprendre par... une riposte. Aussitôt, son instinct de belliqueuse se réveilla, elle se redressa, ouvrit les yeux, se redressa pour surplomber celui qui était devenu son adversaire en quelque secondes. Elle croisa un regard qu'elle connaissait peut-être un peu trop bien pour un coup d'un soir de nouvel an... « Neville, what the fuck, » grogna-t-elle à moitié en le voyant, après avoir bloqué sa pitoyable tentative de la frapper. Certes, c'était elle qui avait commencé, mais ce n'était pas une raison de la passer à tabac !

Ah mais. C'était Neville ? Ils avaient tous les deux l'air pris au dépourvu, il retomba sur le lit, et elle finit de se redresser, un peu surprise quand même. Neville Longbottom ? Vraiment Angie ? Elle se leva, absolument inattentive au fait qu'elle était absolument nue, et se précipita presque vers la machine à café. Ce n'était pas le genre de chose qu'elle voulait traiter sans caféine dans le sang. Devant la machine, elle lui lança un regard, essayant de rassembler ses souvenirs... Pourquoi était-il venu au Chaudron Baveur ? N'était-il pas censé passer le 31 décembre avec... genre... Harry ? La pensée d'Harry lui arrache une nouvelle grimace. Elle avait passé, il y avait quelques jours à peine, l'après-midi à patiner avec le Potter comme s'il avait été son petit frère, et voilà qu'elle se tapait un de ses meilleurs amis ? Bravo Angie. Real smooth. La machine commença à faire du bruit, et le temps que le café se mette à couler dans un des mugs Quidditch cédé par Joshua, elle avait déjà accepté la situation. Bon, oui, elle avait couché avec Neville Longbottom. Pas de quoi en faire un drame. C'était le Nouvel An et, pour être honnête, elle avait déjà fait bien pire.
Neville, lui, cependant, avait beaucoup moins l'air de s'en foutre. Elle le suivit du regard alors qu'il se redressait, grognait et... était-il en train de jurer dans sa barbe ? Quoi ? Il était puceau ? Aurait-elle dépucelé Neville Longbottom ? Ce serait assez embarrassant mais, de ce qu'elle se souvenait, ils n'avaient pas passé une mauvaise nuit, et il n'était pas censé avoir l'air aussi désespéré de se réveiller avec elle. Après, elle ne connaissait pas tant que ça le jeune homme. Ils avaient certes fait partie du même groupe, mais ce n'était pas parce qu'on faisait exploser des choses ensemble que l'on connaissait les habitudes sexuelles et amoureuses de l'autre. Neville avait toujours été un ami d'ami, genre celui d'Harry, surtout. Pas le sien.

Il avait vraiment l'air de ne pas s'en remettre. Elle soupira, et remplit le deuxième mug de café, avant de se diriger vers lui alors qu'il était en train de mesurer l'ampleur des dégâts. Ouais, elle l'avait pas raté, il avait un sale bleu quand même... Elle lui filerai de la pommade. Et lui payerait un cookie. « What the fuck. » Oui bon, il était insurgé, pas majorette, il était habitué à se prendre des sales coups dans la tronche... Et puis il était semi-loup non ? (C'était la première fois qu'elle se réveillait avec un semi-loup...) Ils se soignaient plus vite. Elle lui tendit donc juste le mug de café, avec une grimace : « Ouais j't'ai pas raté. Un café, un peu de pommade, et ça ira mieux. J'oublie parfois qu'il est en métal, le bras. » C'était sa façon de s'excuser, maladroite et un peu brusque. Elle s'installa alors à côté de lui, montant son propre café jusqu'à ses lèvres, étendant ses jambes nues devant elle, pas gêné pour un sou. « Dis moi que tu te sens aussi misérable que moi. » Pardon ? Elle lui jeta un regard un peu blasé par dessus son mug. Non, elle ne se sentait pas misérable, pourquoi ? Ce n'était pas elle qui se faisait battre au réveil et maitriser à une main. Elle cligna un peu des yeux, réalisant peu à peu qu'il était en train de faire tout un fromage de... ça. « Ah... » Il y avait sûrement une phrase sociale attendue dans ce genre d'événement. Genre un truc stylé que tu sors à chaque coup d'un soir qui se réveille un peu choqué de la veille. Angelina ne connaissait pas ce genre de chose. Elle n'avait pas exactement cette capacité que l'on appelle le tact. « Bah heu non. » Elle haussa même les épaules, presque blasée. S'il lui faisait une crise sentimentale, elle était pas dans la merde. « Enfin, j'ai bien aimé, moi. » Et c'était sa façon, un peu maladroite, d'expliquer qu'elle ne regrettait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : always
‹ inscription : 07/10/2016
‹ messages : 644
‹ crédits : freesia, tumblr et khalid.
‹ dialogues : firebrick


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-quatre ans (30/07)
‹ occupation : chômage technique.
‹ maison : gryffondor.
‹ scolarité : septembre 91 et janvier 1999.
‹ baguette : bois d'if, crin de licorne, 28 centimètres 8, souple et rapide, inadaptée mais j'ai la flemme de la changer.
‹ gallions (ʛ) : 1493
‹ réputation : la guerre m'a endurci et changé, que je suis devenu assoiffé de sang et parfois incontrôlable, les longues années de conflit ayant brisé le garçon maladroit et parfois simplet que j'ai été.
‹ particularité : un semi-loup depuis septembre 2003.
‹ faits : je suis très différent du garçon que j'ai été à Poudlard, forgé par des années de guerre, de meurtres et de missions suicidaires. Je suis trop en colère, trop extrême, je n'ai plus rien du garçon timide que j'étais avant même si les blessure d'antan demeurent. La fin de la guerre m'a laissé détruit, et je me suis plongé dans les excès, surtout l'alcool, jusqu'à la naissance de mon neveu James, le fils de Ginny et d'Harry. J'essaie de joindre les deux bouts.
‹ résidence : dans la maison familiale à Blackpool, Angleterre, avec Ginny et son fils James.
‹ patronus : très difficile pour moi à invoquer, mais il a pris la forme d'un lama, une fois.
‹ épouvantard : alternativement le professeur Snape et les cadavres des gens à qui je tiens le plus: ma grand-mère, Luna, Ginny, Hannah, etc.
‹ risèd : une vie heureuse et ennuyante.
Voir le profil de l'utilisateur
« Ouais j't'ai pas raté. Un café, un peu de pommade, et ça ira mieux. J'oublie parfois qu'il est en métal, le bras. » Comment elle fait pour oublier que son bras est en métal, Neville l'ignore; pourquoi elle a un bras fait de métal, Neville l'ignore aussi. Tout ce qu'il sait, c'est qu'il a sacrément mal avec ce foutu bras. Déjà qu'Angelina était une machine à tuer avant de devenir à moitié cyborg... avant ou maintenant, jamais il ne s'engagerait à quelconque combat au corps-à-corps avec elle.
À part peut-être celui de la soirée précédente. Des images lui reviennent en succession rapide et désagréable, le genre d'images où on sait pas trop si c'est un rêve ou la réalité. Il était bieeeen trop bourré, mais inutile de se leurrer en disant qu'il n'était pas consentant. Loin de là, même si le hit and run n'est pas trop son genre, ni les aventures éphémères (Neville est un romantique éternel, ça le surprend même que drunk!Neville se soit tentée à l'aventure d'une nuit). Mais Angelina... eh bien, c'est différent. Impossible de conformer Rocket à n'importe quelle norme, de toutes manières. Il attrapa avec un temps de retard le mug de café qu'elle lui tendit, avec un petit sourire entre la reconnaissance pure et l'air le plus pitoyable de tous les temps.

« Ah... » Peut-être qu'il en attendait trop, d'Angelina. À quand remontait la dernière fois où elle s'était trouvée misérable, s'était sentie pitoyable? Certainement jamais. Neville était habitué à ces sensations, elles le prenaient par surprise presque tous les jours, quand il finissait une énième bouteille d'alcool, Firewhiskey ou autre, et qu'il se retrouvait misérable, dans sa grande maison vide et froide. Il avait l'impression de regretter cette nuit passée en compagnie d'Angelina, of all people... mais qu'aurait été son nouvel an, autrement, à part une longue soirée alcoolisée et un réveil laborieux sur son matelas défoncé dans sa grande maison vide et froide? Toutes à ses pensées pitoyables, Neville ne sentit pas la gêne d'Angelina, plongeant à la place son nez dans le café pour en boire une gorgée. « Bah heu non. » Il se redressa un peu, malgré lui, en lui jetant un regard en coin presque... suspicieux. « Enfin, j'ai bien aimé, moi. »
Neville devint complètement rouge. “ Non- enfin- j'veux dire- ” commence-t-il, puis il se mit à bégayer (“ c'est que- que- c'que- argh- enfin- ”) avant de se forcer à s'arrêter, à inspirer profondément, à expirer encore plus profondément, sous le regard tant blasé qu'inquiet d'Angelina qui devait penser qu'il lui faisait une crise d'identité. “ Moi aussi j'ai bien aimé. J'ai juste une gueule de bois terrible, ” s'excusa-t-il avec un petit sourire presque timide, quand bien même ses joues rouges (et les marques brunes qui s'étalaient en pléiade sur le cou d'Angelina) parlaient d'elles-même de son sentiment un peu coupable. Il se permit de détourner les yeux pour boire une autre gorgée de café, après s'être raclé la gorge.

C'est vrai qu'Angelina est jolie, le matin.
Et elle était clairement jolie hier.
Et puis c'est vrai qu'ils ont passé une bonne nuit.
Et pour être honnête, elle a toujours été impossiblement facile à admirer, Angelina.
Et à--

OK, il faut qu'il s'arrête parce que Neville se connait. Il se met à penser comme ça et le lendemain, il est déjà en train de choisir les couleurs pour leur futur mariage (il pense qu'Angelina aimerait le rouge et or de Gryffondor, mais bref). C'est un romantique éternel, certes, mais il a suffisamment de recul et est suffisamment self-conscious pour savoir qu'il ne doit pas se laisser avoir. Pas cette fois. Il en a un peu marre de tomber amoureux de filles qui ne voient que les autres. À croire que personne ne s'intéresse jamais à lui, pas comme ça en tout cas. Bref. C'est pas le moment de faire une crise d'identité dans son café, décide-t-il. Et puis c'est 2004. Tout est possible en 2004. “ Ça te dérange si on mange ensemble? demande-t-il un peu brusquement, en se tournant vers elle. C'est juste que j'ai pas envie de, euh... retourner chez moi. Pas tout de suite en tout cas. ” C'est bizarre mais Neville trouve qu'Angelina, c'est le genre de personne à qui c'est simple de parler et surtout, de dire la vérité. Il a toujours l'impression qu'elle jugera pas, même si il se doute que c'est faux. Il l'aime bien. MERDE FAUT QU'IL ARRÊTE DE PENSER COMME ÇA. “ Enfin, si tu veux pas, j'comprendrais, hein... et c'est en toute amitié que je propose ça... bien évidemment.......

• • •

I'm not the best at showing my emotions, You cut me deep and you left me wide open, I fought the demons that lie in between us, They'd think we're perfect if they'd ever seen us, but I guess this sounds like another sad love song, I can't get over how it all went wrong But I let the words come together, Then maybe I'll feel better.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
neville longbottom
Oh bad seeds! Doncha tell your mom about our multi-fun-X-some We are dirty kids The bad seeds wanna dance
Il faisait un peu pitié, quand même, Neville. Pas qu’il soit vraiment pitoyable, genre il avait fait la guerre, donc Angelina le respectait forcément un peu. Il était même un des rares à faire encore un peu de sens dans ce pays de merde. Lui au moins il se souvenait que les mangemorts étaient des connards. Qu’il méritaient la mort. Et les collabos aussi. Lui au moins, il ne se lançait pas dans la protection de la vierge et de l’orphelin qui avait exploité des rebuts pendant des années. Lui, au moins, il n’avait pas miraculeusement oublié tout ce qui avait pu se passer toutes ces années. Il n’avait pas oublié ses parents. Elle le respectait pour cela.
Mais bon, il faisait un peu pitié, à bégayer comme un con. Angelina l’observait, en silence, s’empêtrer dans sa propre langue sans trop comprendre où était véritablement le problème. Elle ne savait pas vraiment se mettre à la place des autres. Ce n’était pas comme si elle essayait, cela dit. Des années qu’elle n’avait pas eu à se soucier des trucs aussi futiles que les sentiments des autres, parce que Cormac se chargeait de s’exprimer pour elle – et puis Nazir n’avait pas besoin qu’elle s’exprime, et Alicia s’exprimait pour deux, et les autres elle s’en foutait.

Finalement, Neville sembla retrouver le chemin vers la parole. « Moi aussi j'ai bien aimé. J'ai juste une gueule de bois terrible. » Ah bah voilà, à la bonne heure. La remarque arracha un sourire à Angelina, un rare sourire de connivence, voire même de malice. Elle agita un peu la tête avant de se plonger dans son café, savourant presque son triomphe. « J’ai une potion pour ça, » lâcha-t-elle, envoyant son pied jusqu’à la table de nuit pour en ouvrir le tiroir. Yep, toujours là. Le mug de café toujours dans la main droite, elle du déplacer son bras gauche, un peu plus lentement que le reste, pour attraper la fiole et la tendre au Longbottom. Elle essayait de se forcer à utiliser le membre mais bon, dernièrement, Angelina n’était pas très agile lorsqu’il s’agissait d’autre chose que de taper sur des gens. « Tiens, descends-moi ça, Turner le récupère chez le Scamander, ça fait des miracles. » Elle ne précisa pas lequel, de Scamander, d’abord parce qu’il n’y en avait qu’un seul qui vendait des potions, et aussi parce qu’elle avait encore du mal à les différencier. (Tous les deux des sales collabos opportunistes inutiles ayant débarqués au dernier moment comme si de rien n’était, si ses souvenirs étaient exacts.)
Le café faisait du bien. Il lui éclaircissait l’esprit, et lui permettait de remettre de l’ordre dans ses priorités. Ouais, bon, elle avait couché avec Neville. La belle affaire. Pas comme si ça allait avoir le moindre impact sur sa vie future. Ils allaient pas, genre, sortir ensemble. Angelina n’avait aucune idée de comment on sortait vraiment avec quelqu’un. Fred, elle avait à peine dix-sept quand ça s’était passé, et ils avaient plus été des meilleurs amis en train de faire des conneries dans les couloirs qu’un couple. Quant à Katie… Katie ça avait été différent. C’était différent avec Katie. Toujours différent, dès que cela la concernait.

« Ça te dérange si on mange ensemble ? » Elle fut tirée de ses pensées nauséabondes par la voix de Neville. Elle sursauta et lui reporta son attention, un peu étonnée de sa demande. Ils avaient jamais vraiment été proches, pourquoi maintenant ? Elle ne songea même pas à la possibilité qu’il puisse la draguer. Dans sa tête, comme dans la tête de beaucoup (trop?) de gens, on ne draguait pas Angelina Aimée Johnson. « C'est juste que j'ai pas envie de, euh... retourner chez moi. Pas tout de suite en tout cas.  » Y a pas besoin d’en dire plus, avec elle. Elle hocha la tête, aussitôt. Ouais. Comme Nazir. « T’inquiète mec, t’es le bienvenu. » Sur ces mots elle termina son café d’un large mouvement en arrière. « Enfin, si tu veux pas, j'comprendrais, hein... et c'est en toute amitié que je propose ça... bien évidemment.......  » Elle était déjà sur ses pieds à le regarder avec un air sidéré. Mais qu’est-ce qu’il baragouinait encore ? « C’est cool mec, j’t’ai dit, y a pas de soucis. Tu restes tant qu’tu veux. » Elle lui sourit même, presque attendrie de sa timidité (et qu’elle ne voit bien sûr qu’ainsi).
Se dirigeant vers son armoire, elle lança un : « Laisse-moi juste enfiler un truc. » Fronçant à peine les sourcils devant la pile de fringues, elle sortit boxer, pantalon, hésita devant un soutien-gorge de sport noir, et finit par le mettre. « T’as besoin d’un change ? Je dois avoir des trucs à ta taille qui traînent. » Elle s’habillait toujours avec les vêtements de Cormac et de Nazir, des fringues informes arrachées aux armoires moldus qu’ils avaient squatté. Ils avaient déjà du être magiquement agrandis et rétrécis une centaine de fois. Elle en oubliait parfois que ses vêtements avaient un genre.
« Perso le matin j’prends le p’tit dej en bas, chez Turner, puis c’est une heure de jog, d’la muscu, et après soit j’aide Turner, soit j’bricole la bagnole jusqu’au repas. » En finissant d’attraper un élastique pour s’attacher les cheveux dans une queue de cheval sommaire elle lui lança, narquoise : « ’Fin sauf si tu te sens pas capable de me battre à la course. »
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : always
‹ inscription : 07/10/2016
‹ messages : 644
‹ crédits : freesia, tumblr et khalid.
‹ dialogues : firebrick


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-quatre ans (30/07)
‹ occupation : chômage technique.
‹ maison : gryffondor.
‹ scolarité : septembre 91 et janvier 1999.
‹ baguette : bois d'if, crin de licorne, 28 centimètres 8, souple et rapide, inadaptée mais j'ai la flemme de la changer.
‹ gallions (ʛ) : 1493
‹ réputation : la guerre m'a endurci et changé, que je suis devenu assoiffé de sang et parfois incontrôlable, les longues années de conflit ayant brisé le garçon maladroit et parfois simplet que j'ai été.
‹ particularité : un semi-loup depuis septembre 2003.
‹ faits : je suis très différent du garçon que j'ai été à Poudlard, forgé par des années de guerre, de meurtres et de missions suicidaires. Je suis trop en colère, trop extrême, je n'ai plus rien du garçon timide que j'étais avant même si les blessure d'antan demeurent. La fin de la guerre m'a laissé détruit, et je me suis plongé dans les excès, surtout l'alcool, jusqu'à la naissance de mon neveu James, le fils de Ginny et d'Harry. J'essaie de joindre les deux bouts.
‹ résidence : dans la maison familiale à Blackpool, Angleterre, avec Ginny et son fils James.
‹ patronus : très difficile pour moi à invoquer, mais il a pris la forme d'un lama, une fois.
‹ épouvantard : alternativement le professeur Snape et les cadavres des gens à qui je tiens le plus: ma grand-mère, Luna, Ginny, Hannah, etc.
‹ risèd : une vie heureuse et ennuyante.
Voir le profil de l'utilisateur
« C’est cool mec, j’t’ai dit, y a pas de soucis. Tu restes tant qu’tu veux. » Mec. Il faut vraiment qu'il se calme. Il veut juste apprendre à la connaître, c'est tout. Si y'a de la nourriture (et éventuellement des mimosas) (Neville a découvert un peu sur le tard que c'est effectivement possible de consommer de l'alcool à tous les repas sans forcément apporter sa bouteille de Firewhiskey, il suffit juste d'être imaginatif), ceci dit, ils passeront forcément un bon moment. Il aime beaucoup Angeline regardless du fait qu'ils ont couché ensemble et qu'elle est vraiment super belle. Et elle prend soin de lui, elle vient de lui donner une potion pour faire passer sa gueule de bois (il se sent déjà mieux!) (c'est un mensonge, il tente juste d'être optimiste).
Puis il se rend compte qu'elle est nue et qu'elle se lève et qu'elle est vraiment vraiment vraiment très nue alors il détourne le regard puis se met à la regarder du coin de l'oeil quand elle lui tourne le dos. Elle a vraiment une chute de reins absolument incroyable genre Neville ne sait même pas comment elle a pu faire pour que ça rassemble à ça et puis vraiment-
Il arrête de la regarder en fronçant les sourcils. Il faut qu'il se reprenne. Clairement, Angelina ne souffre pas de la même infatuation que lui. C'est très... casual et simple et ils vont juste bouffer ensemble. No problemo. No crush-o.

« Laisse-moi juste enfiler un truc. » À quoi bon? a-t-il presque envie de lui demander, quitte à faire un deuxième round, mais il se contente de déglutir, en se focalisant sur sa tasse de café. C'est bien, le café, mais c'est moins distrayant que le mouvement des hanches d'Angelina quand elle marche à poil dans son appartement. « T’as besoin d’un change ? Je dois avoir des trucs à ta taille qui traînent. » C'est vrai qu'il est... nu... lui aussi.......... Ce qui semble être un détail plutôt important mais à côté duquel il est passé aveuglément. Il scanne la pièce du regard jusqu'à voir ses vêtements. Une partie d'eux, en tout cas. “ Non, ça va, ” marmonne-t-il en se levant lentement, chaque muscle criant à la trêve, après avoir déposé son mug de café sur la table de nuit. Il se dépêche d'aller vers son caleçon dans lequel il saute presque, enfile ensuite son pantalon avant de se gratter la tête en cherchant sa chemise et son pull du regard. « Perso le matin j’prends le p’tit dej en bas, chez Turner, puis c’est une heure de jog, d’la muscu, et après soit j’aide Turner, soit j’bricole la bagnole jusqu’au repas. » Tout un plan. Lui, généralement, il boit et puis, euh. Dort. Va sur MSN. S'occupe de ses plantes. Dessine des plantes. Boit encore. Un bon programme. « ’Fin sauf si tu te sens pas capable de me battre à la course. » Il arque un sourcil, malgré lui, sentant un petit sourire amusé se dresser sur ses lèvres. Il finit par trouver sa chemise et son pull sur le... radiateur, bref passons, mais il se permet de flex ses abdos une ou deux fois en la regardant en levant les yeux au ciel exagérément. “ Toi, me battre, avec tes petites jambes? Please. ” Il va récupérer ses vêtements et finit de s'habiller avant de la rejoindre de nouveau de son côté de la chambre. Il hésite un peu puis finit par se diriger vers la porte, qu'il ouvre pour la laisser passer.

Ils s'asseyent au comptoir et Neville sort son POW après avoir salué la propriétaire des lieux qu'Angelina semble bien connaître. La concoction qu'elle lui a donné le fait définitivement se sentir mieux même si il se sent incapable d'avaler quoique ce soit de consistant, quand bien même il va en avoir besoin si il veut battre Angelina à la course, parce qu'il sait pertinemment qu'il ne va pas tenir le coup. Il n'a pas fait beaucoup d'exercice depuis la Guerre, même si ça ne se voit pas trop encore. Il consulte rapidement ses messages — surtout des voeux de bonne année, et un dîner! chez! moi! Luna et Rolf seront là de Ginny — avant de ranger son POW dans sa poche sans répondre, reportant son attention sur Angelina. “ Est-ce que tu crois qu'ils font des mimosas? ” Elle lui adresse un regard dubitatif. “ Enfin... tu vois, un truc avec de l'alcool et du jus de fruit qui soit acceptable d'être consommé avant dix heures du matin. ” Il se sent rougit malgré lui. Il note distraitement que son bras lui fait mal.
Son bras. Est-ce qu'Angie l'a vu? Non, sans doute pas. Vu le nombre de cicatrices plutôt important qu'ils ont tous les deux, elle n'a sans doute pas remarqué. Tant mieux. Il faut qu'il arrête d'y penser, même si ça le démange maintenant. Il n'a pas envie d'en parler. “ Pourquoi tu fais tant de sport? ” demande-t-il brusquement, pour s'occuper l'esprit, ses mains venant pianoter sur le rebord du comptoir. “ Je veux dire. Tu te prépares pour reprendre le Quidditch ou j'sais pas quoi? ” Il est toujours en train de se demander ce que préparent les autres, pour le futur. Lui il prépare rien. Il ignore si il existe un futur pour lui, il se sent trop... mis à l'écart, obsolète, plus du tout sur la même page que la même société.

• • •

I'm not the best at showing my emotions, You cut me deep and you left me wide open, I fought the demons that lie in between us, They'd think we're perfect if they'd ever seen us, but I guess this sounds like another sad love song, I can't get over how it all went wrong But I let the words come together, Then maybe I'll feel better.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

TAPIS. punchdrunk lovesick singalong.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Nouveau Tapis de Bataille Citadelle
» Tapis de jeu et deckbackers
» Une petite balade sur mon tapis volant ?
» Tapis de jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Trésors rpgiques
-