Partagez | .

sujet; (SEPTEMBER 27TH) ELIDA + WAR CHILD
MessageSujet: (SEPTEMBER 27TH) ELIDA + WAR CHILD   Dim 4 Déc 2016 - 0:11

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 26/08/2016
‹ messages : 931
‹ crédits : whorecrux (av), jiji (gif)
‹ dialogues : #996666


‹ âge : vingt-et-un (02/06)
‹ occupation : étudiante au CEPAS bientôt diplomée, membre de la War Victims Charity et VP de la Youth Doonist League
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1994 et janvier 1999.
‹ baguette : mesure vingt-sept centimètres, est en bois de hêtre et contient une plume de phénix..
‹ gallions (ʛ) : 1461
‹ réputation : je suis une vraie weasley ou une fausse weasley selon que l'on regrette mon implication dans la résistance ou qu'on estime que je ne m'implique justement pas assez ; on trouve également que je suis une miss-je-sais-tout insupportable ainsi qu'une grande gueule qui braille sans cesse ; enfin nombreux sont ceux qui me voient comme une gamine qui aime trop jouer aux grandes. On se souvient également souvent de moi comme étant la fille qui a crisé quand on ne l'a pas nommée préfète.
‹ faits : je suis une Weasley de sang-mêlé puisque ma mère est une moldue, quoique par les temps qui courent ce n'est pas quelque chose qui se crie sur tous les toits. Il vaut mieux se munir de bouchons pour les oreilles si l'on veut passer du temps en ma compagnie. J'ai tendance à voler tous les livres qui me tombent sous la main peu importe que j'en connaisse le propriétaire ou pas. Je me suis inscrite au CEPAS pour passer BUSES et ASPICS à la fois avant de me lancer dans de grandes études de…je ne sais pas quoi.
Je suis la fan numéro un des Wand Direction.
‹ résidence : dans un studio dans le Londres moldu juste à côté du Chemin de Traverse.
‹ patronus : un poney shetland
‹ épouvantard : une colonie de cafards.
‹ risèd : sa famille, enfin réunie.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t5068-i-ll-recover-if-you-keep-me-a
elijah buckleyHow we need another soul to cling to, another body to keep us warm. To rest and trust; to give your soul in confidence: I need this, I need someone to pour myself into.
SEPTEMBER 26TH 2003 + Very violent battle at hogsmead Mafie. Camp made at Hogwarts to help the injured. Come if you can. ” Quand elle s’est enfin extirpée d’Herpo Creek, sans trop de blessures, elle a eu le réflexe de tirer son miroir de sa poche pour demander des comptes à ceux qu’elles connaissaient, ceux des insurgés devenus Phénix qui pourraient l’éclairer sur cette attaque d’une violence incomparable. Elle savait bien que les Belliqueux étaient à part, surtout ceux qui avaient choisi de tailler la route et que les membres de la RDP n’avaient certainement rien avoir avec tout ça. Ce qu’elle ne savait pas et qu’elle a découvert en apercevant le reflet plus alerte que jamais de Wendy c’était que les Mangemorts avaient décidé presque en même temps d’attaquer Pré-au-Lard, une bataille visiblement féroce. Alors évidemment, elle n’a pas hésité, elle a rangé son miroir et elle a transplané dans un champ à proximité du village. Elle ne reconnaît pas les alentours au début, c’est que le village n’est plus. L'épaisse fumée qui s’étend vers le ciel lui indique néanmoins de façon assez certaine le lieu des combats. Elle fonce, ni une, ni deux, restant quelques instants choquée par ce qu’elle découvre: les vestiges de ses sorties avec Poonima et de ses rendez-vous imaginaires avec Theo. Tout est détruit, un peu comme Herpo Creek, doux rappel que finalement ce genre de violence n’est pas propre à ses ennemis. Elle n’a pas le temps de s’attarder cependant, rappelée à la réalité par les cris des combattants, masqués comme non-masqués et elle sort aussitôt sa baguette pour se joindre à eux, si fatiguée qu’elle puisse être. Wendy lui a dit qu’elle était dans Poudlard et certainement c’est là qu’elle devrait aller, pour aider les guérisseurs de ses quelques talents. Mais elle ne peut résister à l’envie de se battre, avec plus d’ardeur encore que la nuit précédente puisque, les Mangemorts, c’est sans condition qu’elle les déteste. Elle se défend bien contre les figures masquées qui n'ont aucun égard pour ses traits juvéniles, mais se prend les pieds sur un cadavre de Mangemort et échoue sur la terre brûlée, le souffle coupé. Un incendio la manque de peu, sa manche prend feu et elle bat furieusement du bras pour se débarrasser des flammes, jusqu'à ce qu'un aguamenti soit judicieusement lancé sur sa robe sauvant ainsi de justesse la chair de son bras droit.

Elle ne sait plus exactement comment elle s'est retrouvée à Poudlard, quelqu'un lui a pris la main et elle était soudain dans la Grande Salle au milieu des blessés. Le premier réflexe avait bien sûr été de chercher sur les visages des martyrs des traits connus, mais elle-même n'avait pas tardé à perdre connaissance, exténuée.

SEPTEMBER 27TH 2003 + Quand elle rouvre les paupières, le lendemain, un visage enfantin se trouve à quelques centimètres du sien, les yeux plissés comme si elle cherchait à découvrir quelque chose sur ses traits endormis. Mafalda hurle un peu, sous le coup de la surprise et se redresse avec une grimace. C'est drôle parce qu'autant qu'elle est absolument certaine de n'avoir jamais vu cette gamine avant, elle lui est étrangement familière. “ T'es qui t— ” elle n'a pas le temps de finir sa phrase que l'autre se relève déjà et court en dehors de la pièce “ Elle est réveillée !! ” Ce n'est qu'alors, que l'ancienne serpentard réalise qu'elle n'est plus dans la grande-salle, mais dans son vieux dortoir semble-t-il, ou un équivalent, dans un lit à baldaquin aux rideaux vert émeraude. Sûrement est-ce l'attention d'un proche - lequel ? qui est encore vivant, qui est ici ? - qui l'a fait atterrir ici, mais loin de lui faire plaisir, le fait de se réveiller dans un endroit si anciennement familier, perdu depuis longtemps, la dépayse encore plus. Même quand elle est revenue brièvement à Poudlard avant de suivre Sasha dans la nature, elle n'a pas osé remettre les pieds dans son ancienne maison, retrouver peut-être les affaires oubliées de sa sœur et de ceux qu'elle a laissé derrière elle cette nuit de janvier 1999. Elle est seule quelques minutes, prenant le temps de retrouver ses esprits, de se rappeler des évènements passés, de finir la bouteille d'eau laissée à son chevet. Elle se relève déjà du lit, prête à repartir à l'attaque. Elle repère un bandage sur son avant-bras mais n'y accorde pas la moindre attention. Elle n'a qu'un mal et il n'est pas physique. Elle n'a vu personne en arrivant, aucune des têtes qui font battre son cœur et elle a terriblement peur de n'avoir été sauvée que pour mieux être détruite. Le bruit de poings contre la porte la tire de ses noires pensées et elle enfile en vitesse la robe rafistolée qu'on a laissé sur la chaise à côté du lit. “ Are you decent? ” fait-on sans pour autant attendre d'être autorisé à entrer pour faire un pas dans le dortoir, une main posée contre les yeux. “ Who the f— ” et puis les doigts s'arrachent du visage de l'inconnu qui n'en est pas un et Mafalda ne réfléchit pas, elle court vers lui et l'attrape dans ses bras, sa tête atteignant tout juste la poitrine d'Elijah et elle serre, serre, serre, le cousin oublié. La différence d'âge comme de patronyme ne leur a jamais permis d'être très proches et ce quand bien même elle l'a retrouvé dans la résistance, vaguement, avant de se perdre de nouveau quand elle a rejoint les Audacieux. Elle a toujours été beaucoup plus proche de Peter. Elijah, elle ne le connaît pas très bien, entendant parfois parler de lui par sa mère quand elle était gamine, le croisant tantôt chez les grands-parents Buckley. Mais aujourd'hui c'est le premier visage familier qu'elle voit, la première vraie famille qu'elle retrouve surtout depuis des mois et même si ce n'est que Elijah, c'est déjà beaucoup. “ Oh mais… la gamine, ça serait pas la fille de Cara ? Elle lui ressemble ! Comment c'est déjà ? Rhae— Rhaenisse ? ” fait-elle refusant encore de le lâcher, alors que c'est peut-être la première fois de sa vie qu'elle le prend dans ses bras et que ça en devient presque embarrassant, même pour elle. “ Très mignonne. ” ajoute-t-elle, plus pour la forme qu'autre chose, parce qu'avec ses yeux encore embués par les traces de son sommeil, elle ne peut pas dire qu'elle a vraiment pu détailler Rhaenys.

• • •

If we make it out alive, from the depths of the seas compass points you anywhere closer to me. Where you are, I will be, miles high, in the deep. Where you are, I will be, anywhere, in between. I will take the pieces, put them back together even when the grass isn't green enough taking all the branches, build ourselves a mansion love you in the ways that you needed love


gone but never forgotten  graouh :
 
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 357
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 750
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
mafalda weasleyHow we need another soul to cling to, another body to keep us warm. To rest and trust; to give your soul in confidence: I need this, I need someone to pour myself into.
Alors c'est ma... tante? Non, moi, je suis ton oncle. Mafalda est ta... Cousine? Écoute, j'en sais rien, Nys. Un truc comme ça. Mais j'l'ai jamais vue. Tu ne m'avais jamais vu avant il y a quelques mois. ” Rhaenys se tait subitement. Elle fait la tête. Elijah l'observe en retour, sans bouger, ni ciller; il est fort à ce jeu et à chaque fois, elle abandonne avant lui. “ C'est vrai, ” concède-t-elle. “ Oui, c'est vrai. Est-ce que tu peux veiller sur elle? Il faut que je retourne dans la Grande Salle. Maiiiis-- S'il te plaît? ” Elle fronce les sourcils. Très fort. Elijah la regarde. Elle abandonne. “ D'accord. Merci, Rhaenys. Viens me voir quand elle se réveillera. D'acc, j'ai dit. Va sauver des vies. ” Elle a entendu Amelia lui dire ça un jour et elle a trouvé ça drôle. Elijah trouve juste ça bizarre.
Il retourne dans la Grande Salle, en repensant à la petite forme de Mafalda dans son lit, tellement petite, enfantine dans l'inconscience... et pourtant, elle a poussé d'un coup, Elijah a presque failli ne pas la reconnaître, avec la saleté, les longs cheveux blonds et le sang barbouillé un peu partout, juste une autre gamine envoyée sur le champ de bataille et ramenée en un morceau mais en sale état à la Grande Salle avant la fin de la journée. Il est heureux de l'avoir retrouvée; même si ils n'ont jamais été particulièrement proches, elle reste sa cousine et — réalise-t-il avec la gorge nouée —, la dernière famille qu'il lui reste.

Il met ça de côté. Elijah est très fort pour ça. Il met Cara, Maman, Peter dans une boîte, et Mafalda blessée, et il oublie complètement pour se concentrer sur ce sur la personne qu'il essaie de soigner, en compagnie de Susan et d'un autre médicomage de fortune. Il est plutôt bon à ça, réalise-t-il bizarrement en cet instant précis. Peut-être qu'un jour-- “ ELIIIIIIII, c'est Rhaenys, elle est réveillée.Vas-y, ” lui dit simplement Susan quand il la regarde, et aussitôt il se précipite à la suite de sa nièce pour retourner dans les dortoirs de Serpentard où il a allongé sa cousine dans un lit, après s'être assuré qu'aucune de ses plaies n'était infectée. Il fonce sur la porte plus qu'il frappe sur le battant, et tourne la poignée du même mouvement; de l'autre main, il se cache les yeux, au dernier moment. “ Are you decent? Who the f— ” Et il laisse tomber sa main, et elle le reconnait, et elle court, et elle le prend dans ses bras et c'est étrange, très étrange, tellement étrange que pendant un instant, Elijah ne sait pas quoi faire. Il n'est pas habitué aux étreintes, encore moins de sa part, et il reste immobile un quart de secondes, écartant les bras d'un air stupide comme si il ignorait ce que disait le manuel en cas de personne vous encerclant dans ses bras.

Et finalement, il referme son étreinte autour d'elle, avec la force et la maladresse bourrue d'un ours. Et il ne peut s'empêcher de sourire, très légèrement et bien malgré lui, parce qu'il est content malgré tout de retrouver... quelqu'un. D'avoir quelqu'un tout court, même. “ Oh mais… la gamine, ça serait pas la fille de Cara ? Elle lui ressemble ! Comment c'est déjà ? Rhae— Rhaenisse ? Rhaenys, oui. ” Il est soulagé qu'il n'ait pas vraiment à lui expliquer que oui Cara a eu un enfant avec un sorcier de sang-pur et que oui, elle pensait effectivement pouvoir lui soutirer du fric par ce moyen et que oui, c'était une mauvaise idée. Ils parleront le temps venu.
En même temps qu'il pense à Cara, il pense à Peter. Mafalda adorait Peter. Elijah s'en souvient parce qu'il comprenait jamais les blagues quasi-muettes qu'ils se faisaient d'un bout à l'autre de la table, quand ils passaient les fêtes chez les grands-parents, et ça l'agaçait beaucoup parce qu'il était un peu jaloux. “ Très mignonne. Elle tient de sa mère. ” Il défait son étreinte autour de Mafie pour se détacher et l'observer, fasciné par les petits changements sur son visage. Ça fait tellement longtemps qu'ils ne sont pas vus — vraiment vus. Et il aurait presque envie de chialer qu'elle réapparaisse en cet instant précis. “ Tu n'étais pas à Poudlard avant, dit-il d'un ton très factuel, je crois que tu as beaucoup de choses à me raconter. Il faut-- Eliiiiii? ” Rhaenys se tient dans l'encadrement de la porte, hésitant apparemment à rentrer. “ Hm. Du coup. Mafie, je te présente, Rhaenys. Nys, voici Mafalda. Ta cousine.Pourquoi t'as les cheveux blancs? Oh my God Rhaenys you can't just ask people why their hair's white.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 26/08/2016
‹ messages : 931
‹ crédits : whorecrux (av), jiji (gif)
‹ dialogues : #996666


‹ âge : vingt-et-un (02/06)
‹ occupation : étudiante au CEPAS bientôt diplomée, membre de la War Victims Charity et VP de la Youth Doonist League
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1994 et janvier 1999.
‹ baguette : mesure vingt-sept centimètres, est en bois de hêtre et contient une plume de phénix..
‹ gallions (ʛ) : 1461
‹ réputation : je suis une vraie weasley ou une fausse weasley selon que l'on regrette mon implication dans la résistance ou qu'on estime que je ne m'implique justement pas assez ; on trouve également que je suis une miss-je-sais-tout insupportable ainsi qu'une grande gueule qui braille sans cesse ; enfin nombreux sont ceux qui me voient comme une gamine qui aime trop jouer aux grandes. On se souvient également souvent de moi comme étant la fille qui a crisé quand on ne l'a pas nommée préfète.
‹ faits : je suis une Weasley de sang-mêlé puisque ma mère est une moldue, quoique par les temps qui courent ce n'est pas quelque chose qui se crie sur tous les toits. Il vaut mieux se munir de bouchons pour les oreilles si l'on veut passer du temps en ma compagnie. J'ai tendance à voler tous les livres qui me tombent sous la main peu importe que j'en connaisse le propriétaire ou pas. Je me suis inscrite au CEPAS pour passer BUSES et ASPICS à la fois avant de me lancer dans de grandes études de…je ne sais pas quoi.
Je suis la fan numéro un des Wand Direction.
‹ résidence : dans un studio dans le Londres moldu juste à côté du Chemin de Traverse.
‹ patronus : un poney shetland
‹ épouvantard : une colonie de cafards.
‹ risèd : sa famille, enfin réunie.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t5068-i-ll-recover-if-you-keep-me-a
Tu n'étais pas à Poudlard avant, je crois que tu as beaucoup de choses à me raconter. Il faut-- Eliiiiii? ” Elle n'a jamais été plus contente, de se faire interrompre par une gamine (elle, la grande). Conter ses aventures, expliquer Sasha, puis la solitude de la quête, JJ, Viktor, les rencontres sur la route, puis JJ encore et Herpo Creek. Elle n’a pas le courage de s’arrêter sur tout ça, elle préfère avancer, foncer tête baissée encore un peu. “ Hm. Du coup. Mafie, je te présente, Rhaenys. Nys, voici Mafalda. Ta cousine. ” C’était sa mère qui par une lettre joliment calligraphiée lui avait annoncé la grossesse de Cara puis son accouchement. Moldue totalement désintéressée par la magie, Niamh avait omis toute l’histoire entourant la conception et les motivations de Cara, aussi Mafalda ne s’était posé aucune question sur les circonstances de la venue au monde de Rhaenys. Il ne serait même pas venu à l’esprit de sa mère de l’informer de la pureté du sang du père de la gamine, concept trop flou pour celle qui avait pourtant été la première épouse d’un Weasley. Plus tard en passant un bout de l’été à Dublin avec elle, Mafalda avait vu une photographie de Rhaenys, alors pas plus grande que son avant-bras, rien de très intéressant pour l’adolescente qu’elle était et qui avait aussitôt reporté son attention à la télévision. Mais aujourd’hui que Rhaenys lui est présentée, dans toute sa splendeur, Mafalda ne peut pas s’empêcher de sourire à sa petite cousine. Ça fait des années qu’elle n’a pas vu sa mère et là d’un coup d’avoir Elijah et Rhaenys dans la même pièce qu’elle, elle a l’impression de sentir sa présence et elle en pleurerait presque. “ Pourquoi t'as les cheveux blancs?Oh my God Rhaenys you can't just ask people why their hair's white. ” Et Mafalda, pas offensée pour un sou, pouffe de rire et tire machinalement sur ses cheveux. “ C’est pas beau hein ? ” Elle s’est habituée maintenant, ça fait un peu plus d'un mois qu’elle a les cheveux blonds, le cuivre commençant vaguement à apparaître au niveau des racines ne lui manquant pas vraiment. Elle sourit à la fillette et lui tend une main. “ Enchantée Nys, tu peux m’appeler Mafie si tu veux. ” Et elle espère qu’elle voudra bien, même si déjà avec ses grands yeux curieux, Rhaenys lui rappelle Talia et lui brise le cœur. Nys et Lia n'ont aucun lien de parenté, mais ça ne fait rien, parce que dans l'esprit de Mafalda, sa petite sœur est encore un bébé, comme Nys. “ J’voulais te ressembler tu vois et puis j’me suis ratée. ” Ce n’est pas faux. La partie sur le ratage du moins, du reste, à peine consciente de son existence, Mafalda ne savait même pas que Rhaenys était blonde.

Mafie était tellement contente de n’avoir personne pour la voir quand elle a découvert le premier résultat, la crinière vraiment blanche, presque argentée avec laquelle elle s’était retrouvée à cause de l’eau peroxydée. Aujourd’hui, ça ne la dérange pas qu’on se moque, si c’est la famille. Aujourd’hui c’est déjà beaucoup moins désastreux surtout. Y a un côté un peu blond sale - ils sont sales il faut dire - qui n’est pas sans lui rappeler les mèches de la copine de Ginny, Loony. Ils restent un peu trop clairs, mais elle s’y fait. Et puis, au pire, elle songe que désormais qu’elle a retrouvé ses alliés, désormais qu’elle est dans son camp, elle peut laisser ses cheveux repousser et sa couleur réapparaître et redevenir une Weasley et… Son cœur s’arrête brusquement et elle relève des yeux inquiets vers Elijah. “ Les Weasley ? Ils vont bien ? Ginny, Ron, Fred, Percy, Bill, Charlie ? ” Elle ne dit pas ‘Molly’, parce que sa tante, ça fait longtemps qu’elle ne va pas bien, détruite par la mort de son mari.

Peut-être que ça ne se fait pas de demander après eux d’abord, peut-être qu’elle devrait demander après Cara et Peter en premier, parce que c’est visiblement Elijah qui s’est occupé d’elle et que lui et son frère et sa jumelle c’est tout autant la famille pour elle que la bande de rouquins. Mais c’est qu’eux elle n’a pas peur de les voir, au contraire, elle a hâte. Même si Cara n’est qu'une quasi-inconnue. Eux, elle ne leur a jamais rien fait de mal. Eux, elle ne les a jamais privé d’une sœur. Elle ne leur doit rien. Les Weasley, elle a besoin de savoir qu’ils vont bien, c’est vital, c’est pour se rassurer, se dire qu’elle n’est pas en vie à leur dépend, elle, la fausse Weasley. Mais, froussarde, elle n’a aucune envie de les voir.

• • •

If we make it out alive, from the depths of the seas compass points you anywhere closer to me. Where you are, I will be, miles high, in the deep. Where you are, I will be, anywhere, in between. I will take the pieces, put them back together even when the grass isn't green enough taking all the branches, build ourselves a mansion love you in the ways that you needed love


gone but never forgotten  graouh :
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (SEPTEMBER 27TH) ELIDA + WAR CHILD   Mer 14 Déc 2016 - 23:11

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 357
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 750
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah est offensé à la place de Mafalda, enfin, il essaie de l'être. Il ne dit rien, fronce juste les sourcils en direction de Rhaenys qui fait mine de ne pas voir, en se rapprochant d'eux, toute timidité envolée quand elle entend Mafalda glousser légèrement; et puis “ C’est pas beau hein ? ” et les deux Buckley semblent se dégonfler comme deux ballons de baudruche: Rhaenys se met à rire légèrement, apparemment du même avis que la Weasley, tandis qu'Elijah en soupirerait presque de soulagement, parce que c'est vrai que c'est pas beau, même s'il n'aurait pas osé en faire le commentaire lui-même. Il comprend, pourtant, le besoin qu'a dû ressentir Mafalda à effacer le roux Weasley pour une couleur... différente, si ce n'est discrète. Il ne se permet pas de juger à haute voix, mais il suffit de croiser le regard quasi-hostile qu'il adresse à la mèche de cheveux blancs qu'elle tire entre deux doigts pour comprendre la réprobation qui émane de lui. “ Enchantée Nys, tu peux m’appeler Mafie si tu veux. ” Elle se serre la main, et Elijah voit que Rhaenys est toute contente d'être traitée comme une adulte (elle adresse, d'ailleurs, en coin, un regard triomphal à Elijah qui reste de glace). “ Enchantée, ” dit-elle d'un ton très sérieux, en serrant la main de Mafalda avec une poigne qu'elle espère sans doute très ferme et sérieuse. “ Tu peux m'appeler Nys. ” On dirait presque qu'elle se défait d'une arme, quand elle dit ça d'un ton très solennel et sérieux, comme un diplomate s'en allant en guerre; Elijah s'avoue même être surpris: Rhaenys est du genre méfiante. Elle n'aime pas trop les adultes — non, elle n'aime pas trop les gens. Avant Poudlard, elle vivait dans un petit monde avec sa mère.
Elijah déglutit difficilement. Il doit parler de Cara à Mafalda.
Et Peter.

J’voulais te ressembler tu vois et puis j’me suis ratée. Oué, c'est pas blond, c'est blanc, lui rappelle Nys, les sourcils froncés, l'air de s'inquiéter que sa cousine ne sache rien des couleurs. Mais j'aime bien, tu ressembles à un fantôme.Rhaenys. Quoi? C'est vrai. ” Elle hausse les épaules, pas dérangée pour un sou, et Elijah lui jette un regard en biais et un autre froncement de sourcils. Sa nièce se contente de sourire, un peu malicieuse, jusqu'à ce que Mafalda reprenne la parole d'un air sérieux. “ Les Weasley ? Ils vont bien ? Ginny, Ron, Fred, Percy, Bill, Charlie ?
Elijah essaie vraiment de contrôler son visage, mais c'est comme si on venait d'y tirer un rideau. Comme un voile qui se dépose sur ses traits, comme une obscurité qui surgit de nulle part, comme une lumière noire. Il fronce les sourcils, croise les bras sur sa poitrine comme à chaque fois qu'il veut se protéger ou qu'il est gêné, et détourne un instant les yeux. “ C'est compliqué. Ne t'inquiète pas, rajoute-t-il rapidement pour ne pas qu'elle lui fasse une crise cardiaque dans les bras, tout le monde est en vie. Mais... c'est compliqué. Rhaenys, tu veux bien nous rapporter de quoi faire du thé? Je ne suis pas un elfe, Eli! T'as la taille, pourtant! !!! ” Elle regarde Mafalda comme pour l'inciter à prendre sa défense, puis Elijah à nouveau. Elle doit lire quelque chose sur son visage, ou dans son regard; ils s'entendent bien, Rhaenys et Elijah. Ils sont faits du même bois, et ça va bien au-delà du sang. Des fois, il a l'impression qu'elle est plus vieille que son âge, qu'elle a grandi trop vite.
Quand il regarde Mafalda, il comprend que c'est un peu le cas de tout le monde.

T'es nul, marmonne-t-elle pourtant. Tu pourrais faire venir ça avec ta guabette. Baguette. S'il te plaît, Rhaenys. ” Et elle abdique, marmonne quelque chose sur l'injustice et quitte la pièce; elle ira sans doute tirer la manche de Susan qui, même si elle aura sans doute mieux à faire, lui indiquera comment interpeller un elfe pour qu'il les serve. Elijah s'en fiche. Il fait signe à Mafalda de se rasseoir sur le lit qu'elle vient de quitter. “ Tu dois mourir de faim, lui dit-il d'un ton désolé, mais autant parler maintenant avant que tout le monde soit... là. ” Il s'assied, détourne le regard, ses doigts pianotent sur ses genoux, il pince des lèvres et finalement, inspire profondément et la regarde. La regarde vraiment. “ J'étais très inquiet pour toi, dit-il, pour commencer, se débarrassant de la partie sentimentale pour ne pas y repenser. Je suis content de t'avoir ici. Tes cousins... Il s'éclaircit la gorge. Tu peux imaginer que c'est compliqué. Tout le monde se bat à Pré-au-Lard mais il faut que tu saches... euh... Ginny a été mordue par un loup-garou. Harry est mort et Ron est, euh... très chagriné. Fred..., il pince des lèvres, a toujours des problèmes. Percy... Enfin tu vois. C'est compliqué, Mafalda, mais globalement, tout va bien. Beaucoup de choses ont changé... ” Son regard se détourne une nouvelle fois, mal à l'aise. “ Dis moi que tu vas bien, laisse-t-il simplement tomber. Tu as disparu plutôt... soudainement. ” Et il ne montre pas la blessure à vif, mais elle est là.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 26/08/2016
‹ messages : 931
‹ crédits : whorecrux (av), jiji (gif)
‹ dialogues : #996666


‹ âge : vingt-et-un (02/06)
‹ occupation : étudiante au CEPAS bientôt diplomée, membre de la War Victims Charity et VP de la Youth Doonist League
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1994 et janvier 1999.
‹ baguette : mesure vingt-sept centimètres, est en bois de hêtre et contient une plume de phénix..
‹ gallions (ʛ) : 1461
‹ réputation : je suis une vraie weasley ou une fausse weasley selon que l'on regrette mon implication dans la résistance ou qu'on estime que je ne m'implique justement pas assez ; on trouve également que je suis une miss-je-sais-tout insupportable ainsi qu'une grande gueule qui braille sans cesse ; enfin nombreux sont ceux qui me voient comme une gamine qui aime trop jouer aux grandes. On se souvient également souvent de moi comme étant la fille qui a crisé quand on ne l'a pas nommée préfète.
‹ faits : je suis une Weasley de sang-mêlé puisque ma mère est une moldue, quoique par les temps qui courent ce n'est pas quelque chose qui se crie sur tous les toits. Il vaut mieux se munir de bouchons pour les oreilles si l'on veut passer du temps en ma compagnie. J'ai tendance à voler tous les livres qui me tombent sous la main peu importe que j'en connaisse le propriétaire ou pas. Je me suis inscrite au CEPAS pour passer BUSES et ASPICS à la fois avant de me lancer dans de grandes études de…je ne sais pas quoi.
Je suis la fan numéro un des Wand Direction.
‹ résidence : dans un studio dans le Londres moldu juste à côté du Chemin de Traverse.
‹ patronus : un poney shetland
‹ épouvantard : une colonie de cafards.
‹ risèd : sa famille, enfin réunie.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t5068-i-ll-recover-if-you-keep-me-a
Mafalda ne s'est pas absentée si longtemps que ça, quelques mois c'est rien dans une vie, mais c'est tout en période de guerre, c'est tout quand chacun des membres de sa famille se bat, ça peut faire toute la différence, transformer son dernier au revoir en adieu sans même qu'elle soit mise au courant. Et elle se sent un peu nauséeuse quand elle voit l'ombre dans les yeux d'Elijah, quand il ne répond pas immédiatement que tout va bien. C'est pas réaliste de sa part de croire qu'une telle réponse est possible vu les circonstances, mais elle a l'estomac retourné rien qu'à l'idée qu'un autre Weasley ait été enterré pendant son absence. Elle essaye de ne pas paniquer, elle essaye de se dire qu'il n'a que mal pris son impolitesse, le fait qu'elle ait demandé après ses cousins paternels d'abord, elle essaye “ C'est compliqué. Ne t'inquiète pas, ” elle ressemble véritablement au fantôme qu'a mentionné Rhaenys désormais, le visage presque plus pâle encore que les mèches les plus claires de ses cheveux. Elle est prête à rendre son dernier repas sur les chaussures de son cousin. “tout le monde est en vie. Mais... c'est compliqué. Rhaenys, tu veux bien nous rapporter de quoi faire du thé?Tout le monde va bien. Son cœur semble enfin accepter de reprendre un rythme décent. Elle n'arrive tout de même pas à desserrer les dents ; c'est compliqué. Elle n'a pas confiance. Elle a peur, devant son insistance à envoyer Rhaenys ailleurs, elle a peur du sérieux de la conversation qui se profile, à tel point qu'elle ne fait même pas attention à celle qui se déroule entre sa petite cousine et Elijah, elle ne remarque même pas le regard de Rhaenys qui cherche son soutien. C'est compliqué. Ça ne veut rien dire. Compliqué, comme pour tout le monde ici ? Compliqué, comme : quelqu'un d'autre a sombré dans la folie ? Compliqué comme: quelqu'un n'est plus tout à fait entier ? Compliqué comme… Elijah lui fait signe de s'asseoir et elle sent de nouveau un goût de pile au fond de son palais. C'est jamais bon signe. Elle s'exécute quand même, les poings serrés.  “ Tu dois mourir de faim, mais autant parler maintenant avant que tout le monde soit... là. ” Elle hoche la tête, elle s'en fiche, manger est bien la dernière chose qu'elle souhaite faire, rien qu'à penser à de la nourriture elle est secouée par un haut-le-cœur. La nervosité d'Elijah est contagieuse, beaucoup trop. “ J'étais très inquiet pour toi. Je suis content de t'avoir ici. ” Un maigre sourire étire ses lèvres. He's still stalling. “ Tes cousins... Tu peux imaginer que c'est compliqué. Tout le monde se bat à Pré-au-Lard mais il faut que tu saches... euh... Ginny a été mordue par un loup-garou. Harry est mort et Ron est, euh... très chagriné. Fred..., a toujours des problèmes. Percy... Enfin tu vois. C'est compliqué, Mafalda, mais globalement, tout va bien. Beaucoup de choses ont changé... ” Elle a du mal à tout assimiler, parce qu'il a commencé par Ginny, parce qu'il ne fallait pas commencer par Ginny, surtout pas pour lui annoncer un truc pareil, un truc aussi… Elle se rappelle qu'Elijah aussi est pas tout à fait humain et chasse le mot "horrible" de ses pensées. C'est pas si… c'est juste… Ginny méritait tellement mieux.

Dis moi que tu vas bien. Tu as disparu plutôt... soudainement. ” Elle sent l'accusation et elle sait qu'elle devrait culpabiliser et elle sait qu'elle lui doit la même honnêteté que celle dont il vient de faire preuve, mais elle reste encore bloquée sur sa cousine. “ Is she okay? ” Elle a juste besoin de savoir ça, elle a juste besoin d'entendre un oui, même inventé. Est-ce qu'elle se fait à sa nouvelle condition, est-ce qu'elle se déteste comme certains le font quand ils se font mordre, est-ce qu'elle s'est acceptée, est-ce qu'elle est acceptée par les autres ? Et puis il y a Ron, Ron qui lui manque au moins autant que Ginny, Ron bien vivant malgré la mort de son meilleur ami et même s'il est "très chagriné" ce qu'elle s'imagine bien vouloir dire beaucoup plus que c'en a l'air, elle est soulagée. Elle n'est tristement pas surprise pour Fred, quant à Percy elle n'est pas très au courant, mais des rumeurs sur une certaine - vraie - blonde ont trouvé leur chemin jusqu'à ses oreilles, alors elle devine à peu près de quoi il ressort. “ Je vais bien… Je crois. Ça fait longtemps qu'elle s'est pas vraiment posée la question Mafalda. Mais elle s'imagine que sa réponse est sincère. Parce qu'elle est encore en un morceau après tout, parce qu'elle a réussi à retrouver son chemin, parce qu'elle a pas toujours été totalement seule, là-bas, dehors. “ Désolée, je voulais pas, enfin j'étais pas s— ça s'est décidé un peu brusquement et hm… Désolée.” Elle ne sait pas trop quoi dire, parce qu'au fond Elijah et elle ils ont jamais été très proches et elle s'est jamais dit qu'elle lui devait quoique ce soit et sûrement qu'elle a tord, sûrement qu'elle aurait du prévenir un peu, le contacter, le tenir au courant, comme elle a pu le faire avec d'autres. Mais elle l'a pas fait et…  “ Pourquoi Rhaenys est là ? ” La question semble innocente, mais une sueur froide coule dans son dos et sa voix est glacée. La suspicion n'est pas encore véritablement formulée dans son esprit, mais elle l'a sur le bout de la langue. “ Où est Cara ? ” Elle garde sa respiration le plus calme possible, mais son cœur s'emballe de nouveau dans sa poitrine. Elle n'a jamais autant souhaité que son instinct soit erroné.

• • •

If we make it out alive, from the depths of the seas compass points you anywhere closer to me. Where you are, I will be, miles high, in the deep. Where you are, I will be, anywhere, in between. I will take the pieces, put them back together even when the grass isn't green enough taking all the branches, build ourselves a mansion love you in the ways that you needed love


gone but never forgotten  graouh :
 
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 357
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 750
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Is she okay? ” Bien entendu, elle ignore que Ginny était... est enceinte. Que c'est pour ça qu'elle a failli mourir. Que Douglas l'a mordue. Et c'est injuste, vraiment, cette colère qui l'agite tout entier à cette idée, que le responsable est là, juste là... sauf qu'il n'était pas responsable, justement. Personne ne l'est, à part le monstre qui l'a griffé lui, et mordu Douglas, et mordu June, et mordu Rohan, ce monstre qui a fait d'eux ces monsters en retour. Mais ils sont là, et ils sont en vie, et ils survivront, et ils vivront. Elijah aimerait dire ça à Mafie, et tellement d'autres choses encore. Mais à force de parler d'espoir et à vouloir le transmettre à tout le monde, Elijah ne sait même plus en quoi il croit. “ Oui. Ils vont bien, ” dit-il simplement, et son léger sourire un peu rassurant pourrait presque dire qu'il parle, bien entendu de la famille Weasley... et non de son nouveau membre qui grandit chaque jour dans le ventre de la plus jeune de la fratrie. Et toi? semblent demander les yeux d'Elijah, scrutateurs sur son visage. Elle a l'air tellement plus âgée, plus forte; il se souvient encore de la môme insupportable, la mademoiselle je-sais-tout, qui parlait trop pour ne rien dire et qui n'était pas plus grande que trois pommes. “ Je vais bien… ” Elle n'a pas l'air sûre mais d'un autre côté, qui va bien, sincèrement, ces temps-ci? Mais c'est déjà ça, au moins ne lui apprend-t-elle pas qu'elle a été maudite, traquée et presque tuée sur le chemin jusqu'à... ici, une énième bataille à laquelle ne devrait pas participer. Au fond de lui, Elijah sait qu'il devrait lui demander de rester en retrait, de rester ici, de se reposer. Elle n'est encore qu'une gamine, elle a jamais fini Poudlard, elle mérite mieux, elle mérite de vivre.
Mais son esprit rationnel lui rappelle qu'ils manquent de baguettes, de sorciers sur le terrain. Et si elle est là, c'est qu'elle veut se battre, donc elle va se battre.

Il se demande où est-ce que s'arrêtera cette manie qu'il a d'envoyer tout le monde qu'il peut au front, alors que lui-même reste plus souvent que tous dans le château, dans la Grande Salle, à vadrouiller entre les blessés et les corps presque morts, pour soigner et conseiller? “ Désolée, je voulais pas, enfin j'étais pas s— ça s'est décidé un peu brusquement et hm… Désolée. Ce n'est pas grave, répond-t-il aussitôt, tendant la main pour tapoter d'une manière très gênante pour tous les deux son épaule. Tu es ici maintenant, et c'est tout ce qui compte. ” Il faut bien se concentrer sur le présent quand on n'est pas sûr d'avoir de futur. Il faut bien se concentrer sur quelque chose. “ Pourquoi Rhaenys est là ? ” Pas sur ça. S'il te plaît, Mafie, pas ça, demande moi tout, mais pas ça. Parce qu'il reconnait déjà le doute dans sa voix, et la peur aussi, la même peur qui s'est logée dans les entrailles d'Elijah depuis longtemps. “  Où est Cara ? Elle est morte. ” Il reste silencieux trop longtemps. “ À Saint-Mangouste. Je crois que ma- ma mère est tombée dans le coma là-bas aussi, et ils ont dû se débarrasser d'elle avec la purge de l'hôpital. ” Son poing se serre sur sa cuisse. “ Peter aussi est... Il y a deux jours. Des Détraqueurs. ” Il met ses sentiments dans une boîte qu'il enfouit profondément et dont il jette la clef, avec une précision presque chirurgicale qui est presque habituelle pour lui, désormais. “ Rhaenys reste avec moi et ici. Je préfère l'avoir sous mes yeux qu'ailleurs...
Il pince des lèvres, dérangé par les émotions qui l'étranglent et l'empêchent d'en dire plus; alors il se lève, après s'être éclairci la gorge. “ Je suis désolé, je sais que tu les aimais beaucoup. Je vais appeler tes cousins, si ça te va, je suis sûr qu'ils seront ravis de te voir, ” dit-il d'une voix un peu morne, sans cesser d'éviter son regard.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 26/08/2016
‹ messages : 931
‹ crédits : whorecrux (av), jiji (gif)
‹ dialogues : #996666


‹ âge : vingt-et-un (02/06)
‹ occupation : étudiante au CEPAS bientôt diplomée, membre de la War Victims Charity et VP de la Youth Doonist League
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1994 et janvier 1999.
‹ baguette : mesure vingt-sept centimètres, est en bois de hêtre et contient une plume de phénix..
‹ gallions (ʛ) : 1461
‹ réputation : je suis une vraie weasley ou une fausse weasley selon que l'on regrette mon implication dans la résistance ou qu'on estime que je ne m'implique justement pas assez ; on trouve également que je suis une miss-je-sais-tout insupportable ainsi qu'une grande gueule qui braille sans cesse ; enfin nombreux sont ceux qui me voient comme une gamine qui aime trop jouer aux grandes. On se souvient également souvent de moi comme étant la fille qui a crisé quand on ne l'a pas nommée préfète.
‹ faits : je suis une Weasley de sang-mêlé puisque ma mère est une moldue, quoique par les temps qui courent ce n'est pas quelque chose qui se crie sur tous les toits. Il vaut mieux se munir de bouchons pour les oreilles si l'on veut passer du temps en ma compagnie. J'ai tendance à voler tous les livres qui me tombent sous la main peu importe que j'en connaisse le propriétaire ou pas. Je me suis inscrite au CEPAS pour passer BUSES et ASPICS à la fois avant de me lancer dans de grandes études de…je ne sais pas quoi.
Je suis la fan numéro un des Wand Direction.
‹ résidence : dans un studio dans le Londres moldu juste à côté du Chemin de Traverse.
‹ patronus : un poney shetland
‹ épouvantard : une colonie de cafards.
‹ risèd : sa famille, enfin réunie.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t5068-i-ll-recover-if-you-keep-me-a
Elle saurait pas trop dire ce qui lui a mis la puce à l’oreille, ce qui lui a mis le doute brusquement, ce qui l’a poussée à poser la question, celle de l’état des Weasley à peine résolue. Elle ne saurait rien dire d’autre que le fait que la peur s’est de nouveau insinuée en elle et la certitude avec. Elle n’a besoin que d’une confirmation. Et encore. “Elle est morte.” Il ne prend pas de gant. Elle est morte. Il lui balance ça au visage, du tac-au-tac, pas d’hésitation, pas de périphrase joliment tournée pour essayer d’enjoliver l’horreur. There’s no sugarcoating death. Elle est contente d’être encore assise sur le lit parce qu’elle n'est pas sûre que ses genoux auraient tenus alors que ses yeux s’agrandissent et s’emplissent de larmes devant le silence trop parlant d’Elijah. Elle crève d'envie de lui gueuler dessus, de hurler qu’il n'a pas le droit de lui dire ça comme ça. Mais c’est elle qui a demandé, c’est elle qui voulait savoir et elle ne peut pas lui en vouloir de la traiter comme l’adulte qu’elle veut être, mais qu’en cet instant précis elle ne se sent pas. Ses paumes moites se serrent et se desserrent. Cara qui l’emmenait faire du shopping et lui achetait les bonbons que sa mère voulait pas qu’elle mange. Cara qui lui a offert son premier CD de boyband. Cara qui a toujours fait ce qu’elle voulait et que Mafalda a toujours admiré sans l’avouer. Cara qui laisse Rhaenys orpheline. “À Saint-Mangouste. Je crois que ma- ma mère est tombée dans le coma là-bas aussi, et ils ont dû se débarrasser d'elle avec la purge de l'hôpital. ” Elle n'a rien demandé, elle n'a pas osé, n'y a pas pensé même encore trop occupe à assimiler la réalité de la mort pour se poser la moindre question sur ses circonstances. Elle l’a écouté malgré tout et elle hoche la tête avant de la baisser parce que voilà qu’il faut ajouter sa tante par alliance au bilan. “Peter aussi est... Il y a deux jours. Des Détraqueurs. ” Il peut pas le dire cette fois et ça consolerait presque un peu Mafalda, qu’il soit moins clinique, plus humain, quand il hésite et trébuche sur le mot. Mais finalement le fait que ce soient des détraqueurs les responsables explique peut-être l’hésitation parce que c’est pas une vraie mort ça, c’est pire et le langage sorcier n’a pas encore trouvé de terme adéquat pour exprimer cette ignominie.

Rhaenys reste avec moi et ici. Je préfère l'avoir sous mes yeux qu'ailleurs... ” Nouvel hochement de tête, c’est d’une évidence telle que ça n’avait même pas besoin d’être dit.  Elle a croisé les bras contre sa poitrine, comme pour se donner l’étreinte dont elle aurait bien besoin de la part de son cousin, mais qu’elle n’ose pas demander ou venir chercher. Elle serre si fort que ses ongles sont rentrés dans sa chair d’un côté comme de l’autre et elle ne ressent pas la douleur, obnubilée par celle que vient de lui infliger Elijah.  “Je suis désolé, je sais que tu les aimais beaucoup. Je vais appeler tes cousins, si ça te va, je suis sûr qu'ils seront ravis de te voir ” Elle est tellement choquée par ses propos qu'elle sort enfin de son mutisme. “ C’est toi mon cousin.” Bien sûr y a les Weasley aussi et c’est vrai qu’elle les a mentionné d’abord, mais elle n’en a pas fini avec Elijah, parce que c’est le dernier Buckley sorcier avec Rhaenys, parce que pour autant qu’elle sache sa mère a pu disparaître elle aussi, parce qu’elle a perdu Peter qu’elle faisait plus “qu’aimer beaucoup”, Peter qu’était un peu comme un grand frère pour elle et que maintenant y a plus qu’Elijah et qu’elle est pas encore prête à remplacer l’un par l’autre, mais elle est déterminée à ne pas laisser Eli filer. Elle souffle bruyamment et se lève d’un coup pour finir les bras serrés autour d’Elijah. “ Je suis désolée.” Parce que peu importe ce qu’elle ressent, c’est lui qui a perdu son frère et sa sœur. Mafalda ne sait pas ce que c’est, parce qu’heureusement Talia est encore - normalement ?? - en vie, mais elle n’ose même pas imaginer ce que ça serait de la perdre définitivement. Elle ne sait pas pour qui vaut l’étreinte, lui ou elle, un peu des deux sûrement. Sans gêne aucune, elle frotte un peu son visage contre le pull d’Elijah pour effacer les larmes qui ont roulé sur ses joues. “ Je suis désolée de pas avoir été là.” Elle se mord la lèvre, parce qu’elle veut pas qu’il croie qu’elle se donne trop d’importance. Elle croit pas que sa présence aurait changé quoique ce soit, elle en est même sûre, parce qu’Elijah et elle ont jamais su être très proches. Mais elle aurait aimé être là, ne serait-ce que pour aider à consoler Peter à la mort de Cara, ne serait-ce que pour être avec lui sur le champ de bataille ce jour-là. C’est horrible putain, de se dire qu’elle le verra plus jamais, comme George, comme oncle Arthur. Et c’est peut-être pas fini. Demain elle perdre peut-être Elijah, ou Bill ou son père, qui sait ? Alors elle se détache de son cousin arrache sans ménagement du dos de la main les dernières larmes accrochées à sa peau et relève un peu le menton. “ Comment est-ce que je peux être utile ?” Elle a perdu assez de temps dans son lit. Assez de temps à parler. Elle ne veut plus s’inquiéter Mafalda, elle veut juste aider.

• • •

If we make it out alive, from the depths of the seas compass points you anywhere closer to me. Where you are, I will be, miles high, in the deep. Where you are, I will be, anywhere, in between. I will take the pieces, put them back together even when the grass isn't green enough taking all the branches, build ourselves a mansion love you in the ways that you needed love


gone but never forgotten  graouh :
 
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 357
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 750
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
C’est toi mon cousin.
Les mots le frappent avec la violence implacable et terrible de la vérité nue, crue. Non. C'était Peter, son cousin. Peter qui voulait toujours la faire sourire, Peter qui la faisait toujours sourire. C'était Cara, sa cousine. Cara qui l'écoutait attentivement et qui répondait toujours sur le même ton, en égale. C'était pas Elijah, son cousin. Elijah qui la considérait avec l'intérêt qu'on apporte à ses cousins trop jeunes pour qu'ils soient d'une quelconque utilité. Il a jamais été qu'un mauvais frère, qu'un mauvais fils, qu'un mauvais oncle, qu'un mauvais cousin. C'est lui, son cousin, de toutes les manières sauf de celle qui compte. Ils n'ont jamais été proches, et il n'espère rien de la part de Mafalda, ni affection ni absolution. C'est qu'une gamine et il se concentre sur le fait que c'est une gamine avec une baguette, qu'elle va vouloir retourner sur le champ de bataille et que, même si il sait que ça lui déchirerait le coeur qu'elle meurt elle aussi, il va la laisser faire. Il va la laisser faire parce qu'ils ont une guerre à gagner et puis on s'en fout de tes états-d'âmes, Elijah, on s'en fout-
Elle s'est levée d'un bond et l'a entouré de ses bras. Elijah a l'impression qu'il va se briser en deux morceaux: celui qui a perdu sa soeur et celui qui ne peut pas se laisser abattre. Ces deux morceaux sont en friction depuis des semaines, des mois. Ils frottent et ils se cassent l'un contre l'autre, impitoyablement, l'un lui rappelant qu'il n'a pas été assez fort pour la sauver avant qu'il ne sot trop tard, et l'autre lui rappelant qu'il doit être fort maintenant pour mettre ça derrière lui le temps de la Guerre, le temps de la Bataille.
Et quand elle le serre dans ses bras, comme ça, et qu'il n'a demandé ni absolution ni affection mais qu'elle les lui donne avec la féroce loyauté que seuls confèrent les liens du sang, Elijah la serre en retour, avec la force brutale et honnête du désespoir le plus profond.

Je suis désolée. ” Un étrange et puissant tremblement agite tout entier le corps d'Elijah, une secousse sismique sur sa colonne vertébrale, aux mots qui déchirent quelque chose qu'il ne pensait pas encore avoir. Il pensait sa détermination froide et profonde, son envie de se battre plus forte que tout. Il se pensait plus fort que ça, en fait, tel Atlas portant le poids du monde sur ses épaules; prêt à souffrir, mais jamais à faiblir, parce qu'il y avait tant, trop en jeu, et que la faiblesse n'était pas permise, il n'y a pas d'essai, de tentative, pas dans ces situations de vie ou de mort.
Mais il n'était pas Atlas. Il n'était pas un dieu, et encore moins un titan; il n'était qu'un homme et même à ça, il n'était pas le meilleure. Elle est désolée mais lui pourrait être écrasé face contre terre à cause du poids de ses regrets et de ses potentielles excuses. Elle est désolée. Pourquoi est-elle désolée? C'est lui qui est désolé. De ne pas avoir été assez brave pour affronter Cara avant l'heure et la ramener avant qu'il ne soit trop tard; pas assez fort pour avoir sauvé Peter. C'est lui qui est désolé mais les mots ne prennent pas forme sur ses lèvres. À la place, il la serre contre lui avec toute la force qu'il lui reste, fermant plus fort les yeux encore pour ravaler des sanglots qui n'ont pas leur place sur son visage.

Je suis désolée de pas avoir été là. Don't be. ” Enfin, les mots sortent; honnêtes dans sa voix rauque, sincères sur son expression défaite quand enfin ils se détachent, après qu'elle se soit copieusement essuyé le nez sur son pull et qu'il l'ait serrée contre son torse à en trembler de tout son corps.  “ Comment est-ce que je peux être utile ? ” Elle est tellement courageuse et forte, et tellement une adulte maintenant.
Ils ont tous tellement grandi, tellement vieilli; parfois, il oublie. Elle n'a plus le visage rond de son enfance, où les cheveux roux incandescents entremêlés. Et elle a cette froide détermination dans le regard, et il sait que si il le lui demandait, elle courrait jusqu'à Pré-au-Lard pour étriper tous les Mangemorts à mains nues si il le fallait. Il déteste, dans son regard, cet éclat si similaire à celui qui brille dans ses yeux à lui. Sans réfléchir, Elijah lève la main et la pose sur le cou de Mafalda, le pouce appuyant sur le pouls, juste en dessous de la mâchoire. La prise est intense, prenante, alors qu'il plante ses yeux dans les siens. Ce ne doit pas être agréable, mais au moins il a toute son attention. “ Tu vas boire et manger quelque chose de chaud et tu vas t'assurer que tu as toutes tes forces avant de faire quoique ce soit, Mafie, ” dit-il et dans sa voix, au lieu du calme placide et invincible, il y a une hésitation qui n'a pas lieu d'être. Il ne l'empêchera pas de se battre. Il n'a aucun droit de faire ça. Pourtant il rajoute: “ I can't lose you too.

Il sait, pourtant, qu'il en perdra d'autres, des gens. Des proches, ou non. Des amis, ou non. Mais elle est sa cousine, et il est son cousin, et il ne supporterait pas de voir sa famille diminuée de nouveau. Il lâche le cou de Mafalda, son pouce appuyant une dernière fois sur sa peau pour y laisser une marque rose, avant de reculer d'un pas, comme pour leur laisser à tous les deux la place et l'air pour respirer.
Nys ne devrait pas tarder. Avec le thé. Je vais prévenir tes cousins. As-tu besoin de quelque chose? ” demande-t-il, n'osant plus croiser son regard, le déviant lentement vers le sol, pas gêné, mais essayant de regagner contenance.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 26/08/2016
‹ messages : 931
‹ crédits : whorecrux (av), jiji (gif)
‹ dialogues : #996666


‹ âge : vingt-et-un (02/06)
‹ occupation : étudiante au CEPAS bientôt diplomée, membre de la War Victims Charity et VP de la Youth Doonist League
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1994 et janvier 1999.
‹ baguette : mesure vingt-sept centimètres, est en bois de hêtre et contient une plume de phénix..
‹ gallions (ʛ) : 1461
‹ réputation : je suis une vraie weasley ou une fausse weasley selon que l'on regrette mon implication dans la résistance ou qu'on estime que je ne m'implique justement pas assez ; on trouve également que je suis une miss-je-sais-tout insupportable ainsi qu'une grande gueule qui braille sans cesse ; enfin nombreux sont ceux qui me voient comme une gamine qui aime trop jouer aux grandes. On se souvient également souvent de moi comme étant la fille qui a crisé quand on ne l'a pas nommée préfète.
‹ faits : je suis une Weasley de sang-mêlé puisque ma mère est une moldue, quoique par les temps qui courent ce n'est pas quelque chose qui se crie sur tous les toits. Il vaut mieux se munir de bouchons pour les oreilles si l'on veut passer du temps en ma compagnie. J'ai tendance à voler tous les livres qui me tombent sous la main peu importe que j'en connaisse le propriétaire ou pas. Je me suis inscrite au CEPAS pour passer BUSES et ASPICS à la fois avant de me lancer dans de grandes études de…je ne sais pas quoi.
Je suis la fan numéro un des Wand Direction.
‹ résidence : dans un studio dans le Londres moldu juste à côté du Chemin de Traverse.
‹ patronus : un poney shetland
‹ épouvantard : une colonie de cafards.
‹ risèd : sa famille, enfin réunie.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t5068-i-ll-recover-if-you-keep-me-a
Elijah lui rend son étreinte et elle trouve ça d’autant plus difficile de ravaler ses larmes. Elle est vraiment désolée. “ Don't be. ” Elle l’a senti presque trembler un instant dans ses bras et elle entend sa voix étouffée par l’émotion, il est sincère, mais il a tord. Elle est désolée et elle a raison de l’être, parce que c’est ici qu’était sa place depuis le début, depuis des mois déjà. Elle ne regrette pas d’être partie avec Sasha, d’avoir gagné quelques semaines de plus avec elle, mais elle regrette de ne pas être revenue plus tôt. Elle regrette de n’avoir pensé qu’aux Weasley et à sa culpabilité, finissant presque par en oublier ses autres cousins qui ne sont désormais plus. Il lui reste Elijah, son cousin aussi, mais qu’elle connaît moins, qu’elle ne connaît pas vraiment en fait. Il lui reste ça et son envie de se battre et c’est à ça qu’elle se raccroche quand enfin elle s’écarte. Il ne répond pas tout de suite quand elle lui demande où elle peut aller, ce qu’elle peut faire pour se rendre utile, où on peut avoir besoin pas d’elle comme si elle importait, mais d’une main en plus. Elle ne s’attend pas à ce qu’il essaye de l’en empêcher, même si elle se doute qu'il y en aura peut-être d’autres pour le faire dans ce château, parce que, déjà, il n’a pas tellement de raisons de vouloir la protéger en particulier, mais en plus, il sait mieux que personne qu’ils ont besoin de tout le monde, même d’elle. Elle est majeure de toute façon, ce n’est pas une enfant que l'on enverrait sur le champ de bataille. Ses doigts se lèvent et se posent sur sa jugulaire, elle tressaute quand le pouce appuie un peu fort, mais elle comprend vite le sens du geste. Elle va bien ceci dit, elle sait qu’elle va bien, elle a suffisamment dormi, elle n’est pas blessée ou en tous cas on l’a soignée et elle est prête à y retourner. “ Tu vas boire et manger quelque chose de chaud et tu vas t'assurer que tu as toutes tes forces avant de faire quoique ce soit, Mafie” Mis à part le surnom ce sont des mots de guérisseurs, qui devraient être fermes, mais qui manquent un rien d’assurance dans sa voix et elle ne comprend pas. “ I can't lose you too. ” Oh. Elle non plus elle ne veut pas lâcher le seul Buckley sorcier qu’il reste. Et elle n’a pas envie que Rhaenys se retrouve sans personne. Et elle n’a pas envie de perdre un cousin qu’elle vient de (re)trouver. Mais elle comme lui savent qu’on l’empêchera pas et, sur cette entente implicite, elle accepte de hocher la tête et de se plier à ses ordres qui semblent somme toute assez peu de choses; manger boire, être en forme avant de retourner à l’attaque. Elle essaye de hocher la tête en tous cas, parce que sa prise sur son cou l’en empêche un peu, la tient en place, le regard fermement ancré dans celui d’Elijah. Et puis tout aussi brusquement qu’il l’a attrapé, il relâche son emprise et s’éloigne un peu.

Nys ne devrait pas tarder. Avec le thé. Je vais prévenir tes cousins. As-tu besoin de quelque chose? ” Elle secoue aussitôt la tête, mais il ne la regarde plus, les yeux rivés sur le sol. “ Please don’t.” fait-elle donc d’une voix un peu rauque et elle s’éclaircit bruyamment la gorge pour faire disparaître toute la peine et la peur et l’anxiété et la culpabilité et l’empathie qu’elle ressent. “ Ne les préviens pas s’il te plaît, ils ont pas besoin de…” Ils ont pas besoin de savoir qu’elle est là, ils n’ont pas besoin d’être prévenus en tous cas, qu’on leur annonce ça comme si ça voulait dire qu’ils ont l'obligation de venir la voir. Elle ne veut pas qu’ils viennent la voir et elle se dit qu’eux-mêmes ne doivent pas en avoir envie et surtout pas Ginny. Son visage s’affaisse un peu, mais ce n’est pas nouveau, ça fait longtemps qu’elle vit avec ce poids sur son cœur, elle s'y est fait. “ On se croisera bien assez tôt.” Pas si elle peut l’empêcher, mais il n’a pas besoin de le savoir. “ Et j’ai besoin de rien, tu veux pas…enfin tu dois avoir beaucoup à faire mais…” Mais tu peux disparaître à tout moment toi aussi. “Tu veux pas rester pour le thé?” C’est n’est pas qu’elle n’a pas envie de rester seule avec Rhaenys — qui a l’air un peu trop intelligente et perspicace pour son âge, donc un peu quand même —, mais elle n’a pas envie de risquer de le perdre tout de suite et c’est stupide parce qu’il faudra bien qu’il parte et il faudra bien qu’elle retourne à Pré-au-Lard et ce n’est jamais qu’un bref interlude, mais elle en a besoin.

• • •

If we make it out alive, from the depths of the seas compass points you anywhere closer to me. Where you are, I will be, miles high, in the deep. Where you are, I will be, anywhere, in between. I will take the pieces, put them back together even when the grass isn't green enough taking all the branches, build ourselves a mansion love you in the ways that you needed love


gone but never forgotten  graouh :
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (SEPTEMBER 27TH) ELIDA + WAR CHILD   Lun 31 Juil 2017 - 19:12

HERO • we saved the world
avatar
‹ disponibilité : toujours.
‹ inscription : 06/11/2016
‹ messages : 357
‹ crédits : shellhead, tumblr, richard siken pour la signature.
‹ dialogues : olive.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : trente-et-un (23/04)
‹ occupation : greffier au magenmagot.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1984 et 1991.
‹ baguette : a comme coeur une plume de phénix, est composée de bois de chêne, longue de vingt-neuf centimètres virgule cinq, elle est épaisse et souple, chaude au toucher. C'est la seule baguette que j'ai jamais possédé.
‹ gallions (ʛ) : 750
‹ réputation : je suis très mystérieux pour rien.
‹ particularité : un semi-loup depuis plusieurs années.
‹ faits : je suis un semi-loup depuis un peu plus de sept ans maintenant, et j'ai fait la paix avec cette particularité. J'ai été membre des Pacifistes puis j'ai rejoint la RDP après avoir participé à la prise de Poudlard. J'étais membre du Conseil. Suite au décès de ma soeur, je m'occupe de ma nièce de sept ans, Rhaenys.
‹ résidence : dans le Londres moldu dans un petit appartement.
‹ patronus : un coyote
‹ épouvantard : ma nièce me regardant avec effroi et dégoût, comme sa mère avant elle.
‹ risèd : June, Rhaenys et moi. Heureux.
Voir le profil de l'utilisateur
Il est content qu'il y ait les Weasley pour elle, au moins; elle ne doit pas trop estimer sa présence à lui, ils n'ont jamais été proches. Elle lui a toujours préféré Peter et c'est normal — tout le monde lui aurait préféré Peter, avec son sourire chaleureux, son amitié facile et son grand rire communicatif. Son frère lui manque atrocement déjà; Elijah a l'impression qu'on lui a arraché une partie de lui, une bonne partie de lui. Il a vu grandir son petit frère, il s'est engueulé avec lui un nombre incalculable de fois, mais ils ont aussi fait les quatre cent coups ensemble. L'étreinte que lui a donné Mafie lui rappelle que tout n'est pas perdu — qu'il est mo- parti, certes, mais qu'il y a d'autres choses bonnes et féroces dans le monde. Mais ça l'atteint plus qu'il n'aimerait le faire croire, y compris à lui-même. “ Please don’t. ” Elle a déjà refusé une fois, mais cette fois-ci est décisive; Elijah relève un regard curieux dans sa direction, contrôlé aussi, essayant de repousser les émotions contradictoires qui l'agitent, entre le chagrin incommensurable d'avoir tant perdu et la joie de la revoir en vie et en relative bonne santé. Sa voix est un peu rauque, il aimerait la prendre dans ses bras de nouveau et lui dire qu'elle a tout le temps du monde pour se remettre, mais c'est faux, alors il n'en fait rien. “ Ne les préviens pas s’il te plaît, ils ont pas besoin de… ” Si Elijah est surpris, il n'en montre rien, se contente de l'observer comme si il pouvait lire ce à quoi il pense juste en la regardant dans les yeux. “ On se croisera bien assez tôt. ” Il hoche lentement la tête. “ D'accord. ”Ce n'est pas ses affaires (il croit) et il respecte son choix, même si il ne le comprend pas très bien. Il aimerait lui dire de chérir tous les moments qu'elle peut voler avec sa famille mais même si il est donneur de leçons, Elijah n'a pas ça en lui de le faire en cet instant précis, alors il reste muet comme une tombe.

Et j’ai besoin de rien, tu veux pas…enfin tu dois avoir beaucoup à faire mais… ” Oui, il devrait déjà être de retour... quelque part, n'importe où dans le château. Il devrait être en train d'aider, de se battre, de soutenir Susan, de parler avec King, il devrait gérer Harry, essayer d'arracher d'autres informations aux prisonniers. Il devrait mais il n'arrive pas à détacher ses yeux de Mafalda. “ Tu veux pas rester pour le thé? ” La tension accumulée dans son épaisse carrure s'effondre dans un long soupir presque soulagé, à croire qu'il ait juste attendu le moment où elle lui proposerait telle chose. “ Avec plaisir, ” marmonne-t-il d'une petite voix, évitant timidement son regard avant de revenir le trouver avec un sourire d'excuse, comme si elle allait courir partout dans le château pour dire à tout le monde qu'Elijah Buckley est un idiot qui préfère profiter de sa cousine tant qu'il en peut encore, pendant quelques minutes au moins.

Rhaenys revient avec du thé et ils en boivent tous les trois; c'est surtout sa nièce qui fait la conversation avec Mafie, tellement fascinée par ses cheveux et le fait aussi qu'elle soit si jeune, avec entrain. Elle lui pose plein de questions et même si Elijah essaie de la faire taire à plusieurs reprises, c'est toujours en vain; Mafie ne semble pas s'en plaindre, ceci dit, au moins aussi intéressée par la gamine que celle-ci l'est par elle. Elijah s'aventure à raconter quelques anecdotes sur des gens qu'ils connaissent tous les deux, des histoires stupides et complètement anecdotiques, mais jamais tristes, et pas sur des gens qu'ils connaissent trop. Il ne parle pas de Peter ou des Weasley ou de la mort d'Harry ou des pas pesants des Géants qui dehors, font trembler la terre. Toutefois, la théière finit par avoir une fin et Elijah n'a plus d'excuse pour rester; ils se lèvent dans le même mouvement et il l'attire pour une étreinte d'au revoir, la dernière avant longtemps, ils le savent tous les deux. “ Tu es très courageuse, tu peux être très fière de toi, ” lâche-t-il maladroitement en s'éloignant, ébouriffant ses cheveux blonds avant qu'elle ne puisse se soustraire à sa main. Il a un sourire tout aussi maladroit sur les lèvres. “ Reste en vie, ” est sa dernière recommandation avant de s'emparer de la main de Rhaenys une fois qu'elle a elle aussi fait un énorme câlin à Mafalda, et de quitter la pièce.

• • •

We have not touched the stars, nor are we forgiven, which brings us back to the hero’s shoulders and the gentleness that comes, not from the absence of violence, but despite the abundance of it.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

(SEPTEMBER 27TH) ELIDA + WAR CHILD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lèche la vitrine [PV September]
» La chambre de bonne miteuse de September
» Mariage September et Lily (04/07/95) [Ouvert à tous]
» Elida ♦ Fama Volat
» Petionville September 22, 1831- September 22, 2015 (184 ans)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: “ Right side ”
why did you steal my cotton candy heart ?
 :: Alternatifs; in any other world :: Flashbacks
-