Partagez | .

sujet; carglass#5 † north of heaven, somewhere west of hell.

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1378
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
amelia cartwright
Édouard was dreaming again. Dreaming of her. The storm raged around him, drowning out Amelia's voice. And yet his heart was easy. Somehow he knew that she would be safe, she would find shelter from the cold. He was on the ice once more, and somewhere he could hear the wolves howling. But this time, he knew they were welcoming home.
Il rouvre les yeux.

D'accord. T'es dans une gare et tu attends un train qui va t'emmener très loin d'ici.

Édouard avance de quelques pas. Il ne reconnait pas cet endroit et pourtant il est étrangement familier. Le genre d'endroit dans lequel se déroulent les rêves. Pourtant Édouard ne se souvient pas s'être endormi.

D'accord. T'es dans une gare et tu attends un train qui va t'emmener très loin d'ici.

C'est la gare de Pré-au-Lard. Il y a passé beaucoup de temps, à dire au revoir à ses amis alors qu'ils repartaient pour Londres, alors que lui restait à Pré-au-Lard pour l'été. C'est la gare de Pré-au-Lard est en même temps, ce n'est pas la gare de Pré-au-Lard. Il y a de la brume, partout, qui l'enveloppe et l'entoure comme elle protégeait les dieux, dans la mythologique antique, de la vue des mortels. Il a l'impression qu'il est si léger qu'elle pourrait l'emmener loin. Loin de quoi, il ne sait pas. Mais quelque chose lui dit qu'il va partir. Qu'il doit partir.

D'accord. T'es dans une gare et tu attends un train qui va t'emmener très loin d'ici.

Quand il se concentre, à l'horizon, il aperçoit un train qui arrive, un filet de fumée blanche sur le paysage vert des Highlands. Le train arrive bientôt. Tu pourras bientôt partir.

Il s'assied sur le banc, sur le quai, et il attend le train. Il a hâte de partir: il a de plus en plus mal au ventre. Il a l'impression que quelqu'un y creuse un trou à la cuillère mais, paradoxalement, ça ne fait que le chatouiller. Il embrasse du regard la ville de Pré-au-Lard en contrebas, neuve comme aux premiers jours. Il essaie de repérer sa maison mais elles sont toutes identiques, ont toujours été identiques. Quand il tourne la tête, il voit Poudlard.

Il a hâte que le train arrive.

Il a dû s'assoupir. Il ne sait pas combien de temps s'est écoulé: le soleil est au même endroit mais le train s'est rapproché. Pas trop, mais un peu. Il sera bientôt là.

Il y a Amelia qui est assise à côté de lui.

Édouard sent toute sérénité le quitter. “ Amelia, j'ai peur, ” qu'il lui dit pour la première fois. Il ne s'était pas rendu compte à quel point il avait peur jusqu'à ce moment-là, où il la regarde et elle lui rend son regard plein d'appréhension. C'est Amelia sans être vraiment Amelia. Elle n'a pas la plaie qu'elle a récolté au bout de deux semaines sur la joue; elle n'a pas l'air fatigué, ni les traits un peu creux. C'est Amelia sans être vraiment Amelia; lui se sent Édouard sans véritablement être Édouard. “ Qu'est-ce que tu fais ici? ” Et puis soudainement, il se souvient: Derek, Flint, la douleur, son ventre, la lumière, la voix d'Amelia criant son nom.

Il pose sa main sur son ventre. Ça ne le chatouille plus. Mais ça fait comme un vide. Un vide qui l'avale tout entier. “ Est-ce que je suis mort? ” Sa voix se brise. Il a tellement, tellement peur — parce que si il est mort et qu'il est ici et qu'elle est ici aussi...

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.


Dernière édition par Édouard Douglas le Sam 28 Jan 2017 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1568
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Elle ne sait pas vraiment comment elle est arrivée là mais elle est arrivée là. Ça lui semble étrangement naturel, d’être là. Comme si tout ce qu’elle avait vécu jusqu’à aujourd’hui n’avait eu qu’un seul objectif. Comme si c’était la finalité. Elle penche légèrement la tête sur le côté. Ses yeux sont fixés sur une pancarte. Elle n’arrive pas vraiment à lire ce qu’il y a écrit dessus. Les lettres restent floues, et elle plisse les yeux, encore et encore, pour essayer de les rendre plus nettes, en vain. Ça devrait l’agacer. Mais elle ne moufte pas. Elle reste assise, avec ses mains sur ses genoux, et passe à autre chose. Un autre détail. Puis encore un autre.
Amelia est trop ailleurs pour relier les indices entre eux. Elle est dans cet état second, comme dans un rêve, où tout est absurde mais semble parfaitement normal et explicable. Elle se sent presque comme dans un cocon. Le temps pourrait s’être arrêté. Peut-être qu’il s’est arrêté.
C’est la voix, qui la ramène à un semblant de conscience.
« Amelia, j'ai peur, » Elle l’entend bien, mais avec une sorte de voile devant les oreilles. Un peu comme quand on a un rhume et qu’on a l’impression que toutes les voix viennent de loin. Elle tourne la tête et fronce légèrement les sourcils avant de comprendre, de se rappeler de ce qui s’est réellement passé.
Le champ de bataille, l’odeur de chair brûlée et la fumée qui pique les yeux. L’éclat des sortilèges lancés d’un bout à l’autre de la rue. Marcus Flint. Édouard. Son cœur qui s’arrête.
Et puis tout ce qui suit.
La première chose qu’elle se dit c’est que Eddie va être en colère, et qu’elle n’a pas envie qu’Eddie soit en colère parce qu’elle se sent plutôt bien, là, maintenant. Et puis elle sait ce que c’est quand il est en colère et ce n’est pas beau à voir. « Qu'est-ce que tu fais ici? » demande-t-il finalement, et elle reste muette, sans pour autant cesser de le regarder avec son air inquiet sur le visage. Elle pince légèrement les lèvres, et lit dans ses yeux qu’il retrouve lui aussi les quelques souvenirs qui ont semblé leur échapper à tous les deux pendant quelques minutes dans ce drôle d’endroit où ils sont réunis. Elle baisse les yeux sur son ventre quand il y pose sa main. Il est immaculé. Son t-shirt n’est pas tâché, n’est pas déchiré, rien. On dirait qu’il a tout entier été refait à neuf, comme dans un film moldu de science-fiction. Amelia ne peut s’empêcher de penser que ce n’est pas forcément bon.
« Est-ce que je suis mort? » L’ancienne auror hausse les sourcils de surprise, puis plisse les yeux. Elle réfléchit. Un petit silence s’étire avant qu’elle soupire et finisse par répondre : « Je ne sais pas. » Finalement, elle repose les yeux sur lui. « Je ne crois pas. » dit-elle, un poil plus sûre d’elle. « Je n’espère pas. Sinon… » Elle ne finit pas sa phrase. Elle retrousse un peu le nez et grimace. Il ne pas aimer du tout. Si elle lui dit ce qu’ils ont fait, il ne va pas aimer du tout. « Est-ce que tu as mal ? » demande-t-elle innocemment en lançant un coup de tête vers son ventre, sur lequel sa main reste accrochée. « Ça devrait passer. A un moment ou un autre. Normalement. » Finalement, elle a l’impression qu’elle est incapable de formuler des certitudes.
Une part d’elle commence à réaliser un peu plus les choses au fil des secondes qui passent. Elle se dit, que peut-être, c’est juste une illusion, une hallucination. Et si ça n’avait pas marché ? Si c’était juste un rêve, un moment de répit avant de retourner à la réalité et de trouver Eddie—non. Elle refuse. « Ça fait longtemps que je ne suis pas venue là. » dit-elle le plus innocemment du monde, en faisant allusion à la gare de Pré-au-Lard. C’est plus facile de parler de ça.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1378
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Il y a quelque chose dans l'air; Édouard ne sait pas trop ce que c'est mais c'est... étrange. Il regarde Amelia et il voit Amelia mais il y a autre chose, dans ses yeux, sur son visage, sur son expression; ce n'est pas visuel, c'est autre chose, c'est sensoriel. Édouard sent quelque chose. De... l'inquiétude.
Du mensonge, aussi. Un mensonge épais, qui pèse sur l'atmosphère, sur ses épaules. Il a toujours su quand Amelia lui mentait, il a appris, avec ses sens de loups-garous, à lire les signes du mensonge chez les autres. L'augmentation de la température corporelle et du rythme cardiaque, la pellicule de sueur sur l'épiderme, le regard fuyant. Mais le regard d'Amelia est vissé dans le sien. C'est une bonne menteuse: Édouard le sait mieux que personne. « Je ne sais pas. » Édouard détourne le regard. Peut-être qu'elle dit la vérité; l'impression qu'il pouvait décortiquer ce qu'elle ressentait est partie aussi vite qu'elle est venue. « Je ne crois pas. Je n’espère pas. Sinon… Bummer, ” commente-t-il. Ce serait vraiment pas drôle de mourir. Édouard a l'impression qu'il a tellement, tellement de choses à faire, tellement de livres à lire, tellement de gens à rencontrer et à voir et tellement de gens à... à tuer... à.... venger.
Venger. Derek. Derek est m- « Est-ce que tu as mal ? » Il se déconcentre. Il baisse les yeux vers son ventre, où sa main est toujours posée, et ses doigts se crispent autour de ce qui a été une blessure mortelle... et il a survécu. Il a survécu. Il va pouvoir vivre et venger Der- « Ça devrait passer. A un moment ou un autre. Normalement. Normalement, ” qu'il répète, sans vraiment comprendre pourquoi il fait ça, et pourquoi ce mot lui semble... étrange, dans la bouche d'Amelia. Comme si, en le prononçant à haute voix, il allait pouvoir le décortiquer, l'analyser, trouver un autre sens... il y a encore cette impression. Ce... comme ce bruit, qui flirte avec ses pensées. Ces sentiments qui n'ont pas de sens, ces sensations qui n'existent pas. Et ces souvenirs...
« Ça fait longtemps que je ne suis pas venue là. C'est loin de la maison. ” Il n'est pas sûr d'où est la maison, maintenant. Avant, c'était Pré-au-Lard, mais il n'arrive pas à voir le toit de la maison Douglas... et puis avec la Bata-
La Bataille. “ Dis-moi la vérité, ” dit-il lentement, en relevant la tête, desserrant les doigts qui s'enfoncent toujours, impitoyablement, dans le tissu de son t-shirt et dans sa peau en-dessous. Ça ne le chatouille plus mais il y a toujours ce vide, cette impression qu'il y a un trou noir qui lui dévore les entrailles, sur son flanc. L'impression qu'il va disparaître, aussi, une fois que le train arrivera en gare. L'impression qu'il va disparaître tout court.
Il se tourne pleinement vers Amelia, la regarde fixement jusqu'à ce qu'elle se tourne vers lui, jusqu'à ce qu'elle fixe son regard dans le sien. Il aimerait la rassurer d'un sourire, lui dire que ça va aller, qu'il va bien, qu'il n'a pas mal, qu'il n'a pas peur mais... mais Derek est mort. Il est mort. Il est mort. Il est mort. IL EST MORT. Il sent les larmes lui monter aux yeux, et les repousse. “ Que s'est-il passé?

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.


Dernière édition par Édouard Douglas le Sam 28 Jan 2017 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1568
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
« C'est loin de la maison. » Amelia hausse les sourcils légèrement en soupirant. Oui c’est loin de la maison. Elle ne saurait pas dire exactement de quelle maison – celle de son enfance ? L’appartement miteux qu’elle partageait avec sa mère et sa petite sœur après la condamnation de leur père ? Son appartement à Londres ? Aucun ne semble mériter l’appellation. Mais elle a le sentiment d’être loin de la maison, alors elle est d’accord avec Édouard.
« Dis-moi la vérité, » Elle n’a pas envie. Elle n’a pas envie du tout, elle est juste fatiguée. Comme si on avait complètement aspiré son énergie en l’espace de quelques secondes. Elle a les jambes qui tremblent, et il n’y a que ses mains, vissées un peu au-dessus de ses genoux, qui permettent de ne pas trahir sa fébrilité. Elle sent le regard d’Eddie qui se fait insistant. Bien sûr, il attend une réponse. Amelia cherche encore celle qu’elle va lui donner. Elle sait bien qu’il y a des moments où la vérité n’est pas bonne à dire, et ça lui semble être un de ces moments. Elle n’a pas vraiment envie de gâcher ce qui pourrait être la fin de quelque chose.
Et pourtant, elle se sent incapable de lui mentir. Comme si, quoi qu’elle dise, Édouard allait savoir qu’elle n’est pas sincère, et que ça allait faire encore plus de dégâts que la vérité. C’est viscéral, c’est un peu étrange et inexplicable. Elle sait qu’il lira en elle comme un livre ouvert et qu’elle est foutue dans tous les cas, elle finit donc par tourner les yeux. Il y a dans son regard cette drôle d’expression qui dit quelque chose du genre de je suis désolée. Ses iris clairs semblent briller un peu plus à mesure que l’humidité les recouvre.
« Que s'est-il passé? » Elle soupire une nouvelle fois. « Tu vas être en colère. » annonce-t-elle d’abord, avec la voix qui tremble un peu. « Tu vas être très en colère et-- » Elle s’interrompt, reprend son souffle. Elle pose sa main sur l’avant-bras d’Édouard, enfonce ses ongles dans sa peau. Ses doigts tremblent. La fatigue, l’angoisse, un peu de tout. « C’était la seule solution, j’avais pas le choix, et Rohan a dit qu’il était capable de le faire. »
Elle raffermit un peu sa prise, comme si c’était le seul moyen pour qu’il n’explose pas de colère. Comme si elle pouvait le retenir de lui en vouloir pour ce qu’elle a fait. Mais c’est inutile et elle le sait déjà. Et au fond, est-ce que c’est grave ? S’il y a une chose dont Amelia est sûre, c’est qu’elle préfère passer le reste de sa vie avec Édouard en colère qu’avec Édouard disparu.
Elle secoue la tête de droite à gauche, une larme dévale sa joue quand elle hausse les épaules. « Je pouvais pas te laisser mourir, je pouvais pas. » Au fond, c’est la seule justification qu’elle ait. Une justification parfaitement égoïste. Parce qu’elle n’a pas fait ça pour leurs amis communs, elle n’a pas fait ça pour sa famille. Elle n’a pas fait ça pour le monde sorcier, ou pour une de ces grandes causes que défendent les chefs de la résistance. Non, elle a fait ça pour elle, simplement pour elle. Parce qu’Amelia ne sait plus exister sans Édouard et que tout aurait perdu du sens. Absolument tout. « Il a dit que c’était risqué, il m’a prévenue qu’on allait peut-être mourir tous les deux, mais—J’avais pas le choix. » Elle aimerait être droite dans ses bottes, comme d’habitude. Assumer sa décision comme une reine. Mais elle est trop terrifiée pour être Amelia l’auror. « Je pouvais pas te laisser mourir. » Elle le regarde de ses yeux pleins de larmes. « Tu comprends ? Dis-moi que tu comprends. » C’est presque une supplication.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1378
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
«  Tu vas être en colère. » Il est déjà en colère, a-t-il envie de lui dire. Il est déjà en colère. Penny est morte par sa faute, Derek est mort par sa faute, le frère d'Albane est mort par sa faute... à qui le tour, maintenant? Tout le monde est mort à cause de lui, tout le monde meurt à cause de lui, il ne fait que ça, détruire les gens, détruire les choses autour de lui... il ne mérite rien et il est en colère parce qu'il a encore l'impression qu'il pourrait manger le monde entier tout cru. «  Tu vas être très en colère et-- Que s'est-il passé? ” demande-t-il de nouveau, à bout de souffle, la rage se formant déjà dans sa poitrine, comme un poing de fer chauffé à blanc. Son sang, dans ses veines, est en train de bouillir. En temps normal, il se lèverait, s'écarterait et se mettrait à courir jusqu'à ce que ce trop-plein d'énergie disparaisse; en temps normal, il hurlerait; en temps normal, Amelia est la seule capable de le calmer d'un coup juste en le regardant. Mais là, même sa main sur son avant-bras ne le calme pas, ne l'arrête pas; même ses ongles qui s'enfoncent dans sa peau, même son regard pénétrant et intense. « C’était la seule solution, j’avais pas le choix, et Rohan a dit qu’il était capable de le faire. »
Rohan, Rohan, Rohan, toujours Rohan.
La réponse s'impose à lui en même temps qu'Amelia la formule abstractement dans ses pensées. Triumvirat. Il sait ce que c'est, il a lu un peu sur le sujet, il a toujours trouvé ça fascinant, ce lien unissant deux loups... ou un loup et un humain. C'est le genre de trucs qu'on lit dans les livres, les contes, le genre d'histoires auxquelles on ne croit pas. Elle pleure et il n'a jamais vraiment vu Amelia pleurer, sauf quand il était à l'hôpital, sauf certaines fois où l'émotion était trop forte mais généralement, elle détourne le visage pour ne pas qu'il la voie. Cette fois, il voit la larme traîtresse et il veut l'écraser. Elle pleure et il tremble, de colère et de rage, parce que Rohan, à quoi pensais-tu?
Il est tellement en colère; il pourrait mourir de l'intensité de ce sentiment en lui. «  Je pouvais pas te laisser mourir, je pouvais pas. » Il n'arrive pas à parler. Il y a quelque chose qui bloque dans sa gorge. Il a envie d'hurler, d'hurler à n'en plus pouvoir. «  Il a dit que c’était risqué, il m’a prévenue qu’on allait peut-être mourir tous les deux, mais—J’avais pas le choix. » Édouard ferme les yeux. T'énerve pas. T'énerve pas. T'ÉNERVE PAS T'ÉNERVE PAS T'ÉNERVE PAS. « Je pouvais pas te laisser mourir. Tu comprends ? Dis-moi que tu comprends. »
Et puis il pense: et si ça avait été elle?

Quel intérêt, une vie sans Amelia? Une vie de colère et de tristesse et de malheur et de misère. Quel intérêt, une vie sans Amelia? Une vie sans une bonne raison de se battre, une vie sans bonheur, sans son sourire nul et le fait qu'elle tienne qu'à moitié l'alcool et ses boules de neige. Quel intérêt, une vie sans Amelia? Une vie sans elle, sans elle, sans elle.

La colère retombe et le froid la remplace. “ Tu aurais dû me laisser mourir. ” Il le mérite, et il sait qu'elle sait qu'il le pense, très fort, dans sa tête, du bout de ses doigts de pied tendus jusqu'à ses poings fermés sur ses cuisses, qui sont tant serrés que ses ongles s'enfoncent douloureusement dans sa paume, que ses avant-bras tremblent un peu, alors même que la main Amelia est toujours posée sur son avant-bras, ses ongles dans sa peau. “ Je mérite pas de vivre, Amelia. Tu le sais. Au fond de toi, tu le sais. Et je peux pas... je peux pas vivre pour toi.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1568
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Elle sent sa colère comme si elle était la sienne. Mais elle voit aussi ce truc qui passe devant les yeux d’Édouard quand elle le supplie de comprendre pourquoi elle a accepté. Elle sait qu’au fond, il ne peut que comprendre, quand bien même il dira le contraire. Parce qu’il ressent ce qu’elle ressent et qu’ils savent très bien ce qu’il en est, d’eux, d’une vie sans eux. Quand Rohan lui a posé la question, sa réponse a été une évidence, elle n’a pas eu à réfléchir, elle n’a pas eu à dresser la liste des pour et des contre. Et même si c’est un peu prétentieux, elle sait pertinemment que ça aurait été la même chose pour lui. Parce que dans ces moments-là, il n’y a que le désespoir.
« Tu aurais dû me laisser mourir. » La phrase claque au milieu du silence de la drôle, de gare, et Amelia a presque un mouvement de recul tant les mots la giflent. « Je mérite pas de vivre, Amelia. Tu le sais. Au fond de toi, tu le sais. Et je peux pas... je peux pas vivre pour toi. » Elle ravale ses larmes, blessée. Elle reste là, comme une idiote, pendant quelques longues secondes, ne trouvant rien à lui dire. Elle le connaît trop pour ignorer qu’il pense depuis bien longtemps qu’il ne mérite pas de vivre. Ça ne date pas de la guerre, c’est bien plus vieux que ça. Et elle se demande, maintenant… Aurait-il vraiment préféré mourir ? Égoïstement, ça la met en colère, et elle détache un à un ses doigts et ses ongles de l’avant-bras d’Eddie, qu’elle tenait encore fermement. Elle a étrangement froid tout à coup, et a l’impression qu’elle est en train de tomber. Ça ne dure que quelques secondes, et elle comprend bien que ça a à voir avec son moi réel, de l’autre côté du voile, celui qui existe toujours mais a sombré dans l’inconscience. Elle s’est vue tomber, elle sait.
Elle se lève du petit banc sur lequel ils sont installés, et avance sur le quai pour surplomber le renfoncement dans le sol qui dévoile les rails. Elle les regarde, se perd un peu dans leur contemplation, quelques secondes, les mots d’Édouard résonnant dans son esprit. Le temps s’étire si différemment, ici, qu’elle ne sait pas trop combien de temps elle passe là, à jouer avec le poignard fait de paroles qu’il vient de lui tendre. Il y a un petit caillou, à côté d’elle, et elle l’envoie valser sur les rails d’un petit coup de pied.
Elle a envie de le traiter d’égoïste, mais ne le fait pas, parce qu’il peut lui renvoyer le mot sans la moindre difficulté. Elle se contente d’attendre, elle ne sait pas trop quoi d’ailleurs.
« Si c’est ce que tu veux… » Elle plisse les yeux, les rails sont deux routes côtes à côtes. Il faut juste choisir sa destination… Elle ne sait même pas si Édouard l’écoute, elle ne sait même pas s’il a envie de l’écouter. Il est hors de son champ de vision, alors elle parle peut-être toute seule. « Je suppose que… » Elle observe un peu plus l’horizon, à droite, à gauche. « On peut partir. » Elle hausse les épaules, renvoie un deuxième caillou s’éclater contre le métal, un peu plus bas. Il y a un sentiment de vide qui lui enserre la poitrine. « Tant pis. C’est pas grave. » ajoute-t-elle, résignée. Elle sait que c’est grave, pourtant. Parce qu’elle a risqué sa vie pour qu’il ne meure pas. Elle a décidé de s’abandonner complètement pour lui. Et que s’il abandonne, ça veut dire qu’il l’abandonne aussi.
Mais d’après ce qu’elle comprend, elle ne suffit pas. Alors peut-être que ça vaut mieux comme ça. Elle sait qu’il n’y a pas qu’elle, en plus. Il abandonnerait aussi sa famille, Rohan, June, Elijah, Ginny. Elle aimerait qu’il voit tout ça. Mais il s’en fiche. Et elle ne suffit pas. « I get it. » lâche-t-elle du bout des lèvres. Elle comprend son point de vue. Mais elle a saisi le message, aussi. Il n’y a rien de plus à dire. Alors elle attend, sans savoir trop ce qu’elle attend. Elle a juste l’impression que tout est perdu, et tout ce qu’elle ressent semble un peu flou, entouré de coton. C’est cet endroit, il rend tout différent.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1378
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
« Si c’est ce que tu veux… Je suppose que… On peut partir. » Partir et ne plus jamais revenir. Édouard comprend soudainement l'horrible poids des mots qu'il vient de prononcer. Parce que maintenant, c'est together or not at all. Il sait très bien ce qu'elle a fait. Elle a lié leurs deux énergies, leurs deux corps et leurs deux âmes pour toujours, jusqu'à la mort de l'un, qui entraînerait à coup sûr celle de l'autre. Elle les a liés d'une manière qu'il est impossible de briser. Elle les a liés et elle l'a fait pour lui sauver la vie... mais il aurait mérité de mourir. Il l'aurait fait un millier de fois pour elle, lier leurs vies, parce qu'elle mérite de vivre; mais lui? Lui? Lui il mérite les flammes de l'Enfer et une douleur éternelle, le soldat self-righteous qui voulait sauver tout le monde et a condamné le reste du monde. Il a toujours été victime de colères terribles, Édouard, mais jamais redirigées contre lui, pas à ce point là en tout cas.
Elle suppose qu'ils peuvent partir, mais elle n'a pas le droit de mourir. Les arbres doivent grandir et la pierre doit vieillir et Amelia doit vivre... il ne peut pas vivre pour elle, but he can damn well try. « Tant pis. C’est pas grave. » Elle ne le regarde pas, fait face aux rails et machinalement, les yeux d'Édouard tracent une ligne jusqu'au train qui, toujours, se rapproche: il est si proche qu'il sent déjà les rails commencer à vrombir, toute la station se mettre à trembler. Il sait que quand le train s'arrêtera en gare, ils n'auront plus le choix. Il le sait au plus profond de lui; c'est étrange. Le temps s'étire d'une manière différente ici; ils parlent depuis quelques minutes et pourtant, Édouard a l'impression que des jours et des jours se sont passés là-bas, là où il y a leurs corps, la Bataille, leurs amis, leur famille, leur Meute. Cette Meute méritait chacun de ses cris, chacune de ses blessures, chacune de ses morts. Et plus encore. « I get it. »

Édouard se lève lentement. Il a encore cette impression de vide étrange dans le flanc, ce fourmillement désagréable, et le fantôme de la main d'Amelia sur son bras, là où des petites marques en demi-lune s'étalent. Il a l'impression d'être marqué au fer rouge là de l'encre s'étale en putain de boule de neige à l'intérieur de son bras, la marque qui la relie à elle aussi sûrement que ce nouveau lien. Il sent la douleur d'Amelia, sa vexation aussi. Il se demande si elle ressent ce qu'il ressent en cet instant précis: sa détermination et sa peur et sa colère et le reste, tout le reste de ces choses qu'il ressent pour elle et qui n'ont pas de nom. Il s'avance vers elle... et la dépasse, saute sur les rails.
Il lève les yeux vers elle. “ I'm not getting on that goddamn train. ” Ça lui fait peur, l'idée qu'il serait capable de mourir pour elle sans hésiter, mais qu'il ne peut pas vivre pour elle, il ne pourra jamais, il ne mérite ni son affection ni son amitié ni sa loyauté ni tous les sacrifices qu'elle fait pour lui. Il mérite rien de tout ce qu'elle a jamais pu faire pour lui. “ Viens avec moi, lui demande-t-il. Viens avec moi. J'peux pas te laisser mourir comme ça. Je peux pas te laisser mourir. T'as pas le droit. Alors, ” il lève une main tremblante vers elle, “ s'il te plaît, viens avec moi. Marchons, partons, crevons, mais on essaie d'y retourner, d'accord? Coûte que coûte.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.


‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1568
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Amelia se sent déconnectée de tout, pendant quelques secondes, même d’Édouard. Elle sait qu’il ne veut pas la même chose qu’elle, et c’est horrible, cette sensation de solitude, d’un coup. Elle ne l’a jamais ressentie de manière aussi extrême, et c’est vraiment déprimant. Très déprimant. Mais quand Édouard s’approche, quittant le banc sur lequel ils s’étaient assis, elle sent qu’ils se reconnectent. C’est le sentiment le plus étrange qui soit, mais aussi l’un des plus agréables qu’elle ait jamais ressentis. Elle garde les yeux rivés sur les rails quand il la dépasse. Leurs yeux ne se rencontrent de nouveau que quand il a sauté en contre-bas. « I'm not getting on that goddamn train. » Amelia hausse les sourcils, convaincue seulement à moitié. Il semble être sûr de ce qu’il vient de dire, pourtant. Mais elle a cette impression qu’il préférerait courir dans l’autre sens.
« Viens avec moi, » fait Édouard. « Viens avec moi. J'peux pas te laisser mourir comme ça. Je peux pas te laisser mourir. T'as pas le droit. Alors, » Amelia penche légèrement la tête sur le côté. Elle a envie de soupirer. Parce qu’il ne fait pas ça pour lui, mais qu’il le fait pour elle. Il le fait pour elle et elle voudrait vraiment qu’il le fasse pour lui. Accepter de rentrer seulement pour qu’elle vive, c’est idiot. Ça ne sert à rien. Elle n’est pas sûre qu’elle ait envie de le voir vivre dans l’obscurité toute sa vie parce qu’il regrette de ne pas avoir pris l’autre train. Elle ne se le pardonnerait pas. Elle n’a pas envie de le condamner au malheur, elle n’a pas envie d’être responsable de ça.
Le truc, c’est qu’elle est devenue responsable de ça au moment où, égoïstement, elle a décidé de laisser Rohan les lier par Triumvirat. Édouard tend une main vers elle. « s'il te plaît, viens avec moi. Marchons, partons, crevons, mais on essaie d'y retourner, d'accord? Coûte que coûte. » Il semble si déterminé tout à coup. Amelia trouve ça presque un peu louche. Peut-être qu’il le fait juste pour la rassurer. Peut-être qu’il dit ça pour s’en persuader lui-même. Peut-être qu’elle a réussi à le convaincre. Doucement, elle avance la main, et ses doigts effleurent ceux d’Édouard. Leurs mains se lient doucement, tendrement, et elle saute sur les rails avec son aide. « Alright. » Ils échangent un long regard, et elle ne lâche pas sa main. Elle la serre même encore plus fort. « I promise you. It’s worth it. It will be worth it. » dit-elle en secouant la tête de haut en bas, se montrant plus sûre d’elle qu’elle ne l’est en réalité. « I’ll make it worth it. » ajoute-t-elle. Elle n’a pas le choix, de toute manière. Elle ne veut pas qu’Édouard vive sa vie en la blâmant de ne pas l’avoir laissé partir. Amelia se promet qu’elle lui construira un futur dont il rêve, celui dont ils ont parlé juste avant la bataille. Alors elle commence à avancer, et l’entraîne avec elle. Parce que maintenant, ce sera toujours comme ça, encore plus qu’avant. Ce sera ensemble, ou rien.

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.


‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1378
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
WHAT WAS IT LIKE TO LOVE HER? ASKED GRATITUDE. IT WAS LIKE BEING EXHUMED, I ANSWERED, AND BROUGHT TO LIFE IN A FLASH OF BRILLIANCE. WHAT WAS IT LIKE TO BE LOVED IN RETURN? ASKED JOY. IT WAS LIKE BEING SEEN AFTER A PERPETUAL DARKNESS, I REPLIED. TO BE HEARD AFTER A LIFETIME OF SILENCE. WHAT WAS IT LIKE TO LOSE HER? ASKED SORROW. THERE WAS A LONG PAUSE BEFORE I RESPONDED: IT WAS LIKE HEARING EVERY GOODBYE EVER SAID TO ME—SAID ALL AT ONCE.
Ensemble, ou rien.
Ils sautent sur les rails. Ils tournent le dos au train. Leurs mains liées, c'est la seule chose qui permet à Édouard de rester debout, la tête droite, malgré la douleur qui augmente, à chaque pas qu'ils font sur les lattes de bois qui relient les rails. Ce doux sentiment de vide et de calme le quitte progressivement, aussi; mais il ignore le reste, la foule déchaînée, se concentre sur Amelia. Ensemble, ou rien. Il n'y a jamais eu qu'Amelia de toutes façons, pour le calmer quand il pensait que c'était impossible, pour dire les vérités qu'il ne voulait pas entendre, pour le forcer à faire des choses qu'il ne voulait pas faire. Juste Amelia, et ça semble tellement évident en cet instant précis, comment il ne peut pas fonctionner sans elle, vivre sans elle.
Il sait que ses sentiments pour elle ne seront jamais réciproques, mais il s'en fout. Pour une fois, Édouard se fait égoïste et à chaque pas douloureux qu'ils font sur les rails, il se dit qu'ils font la bonne décision, qu'il fait la bonne décision. Rester avec elle, veiller sur elle, rire avec elle. C'est ça qu'il veut. Il n'a pas peur de mourir, il le mérite. Mais Amelia... il veut qu'elle soit heureuse et il sait que même si elle ne l'aime pas comme il l'aime, le perdre serait dévastateur pour elle (ce constat l'effraie autant qu'il lui plaît).
« Alright. » Il a toujours le regard vissé sur elle, l'unique oeil brillant sous le ciel cotonneux. « I promise you. It’s worth it. It will be worth it. » Elle est tellement sûre d'elle. Édouard sait que c'est une façade (il a l'impression de mieux la comprendre que jamais, en cet instant précis. Un lien plus fort que le monde entier les relie. Plus fort que la mort.) « I’ll make it worth it. » Il sourit. “ Cheeky, ” dit-il simplement, envoyant son épaule contre la sienne; mais gardant toujours, fermement, presque douloureusement, sa main dans la sienne.
Ils se remettent à marcher, loin du train et de cette gare et de la mort.
Chaque pas est plus douloureux que le précédent. À chaque pas, la douleur se creuse dans le flanc d'Édouard, là où il a reçu un sort qui aurait dû être mortel, et il serre d'autant plus la main d'Amelia dans la sienne, jusqu'à ce que leurs phalanges blanchissent et leurs bras tremblent; mais elle ne le lâche pas. Ensemble, ou rien.
Chaque pas est plus bruyant que le précédent. À chaque pas, leurs oreilles se remplissent de bruit, le bruit ambiant de la Grande Salle où ils sont dans un coma depuis quelques jours, puis le silence terrible de la chambre à Saint-Mangouste où leurs deux lits côte-à-côte ont été amenés, tout ça en même temps, alors qu'ils rattrapent presque huit jours d'existence après une dizaine de minutes passées dans une gare dans les limbes. On n'a pas pu les séparer, à croire que leurs états se dégradaient quand ils n'étaient pas dans la même pièce. Ensemble, ou rien.
Chaque pas est plus lent que le précédent. À chaque pas, ils se rapprochent, de cette vie où Édouard n'est pas sûr qu'il veut retourner, dont il n'est pas sûr de vouloir. Dans cette vie, Amelia n'appartient pas qu'à lui, n'appartiendra jamais qu'à lui seul. Il y aura toujours quelqu'un d'autre, une Cara ou une Meera. Mais elle lui tient la main, et lui adresse un petit sourire au moment où ils savent tous les deux que le prochain pas sera le dernier. “ Ready? Readier than you. ” Il lève les yeux au ciel, avec un petit sourire. Il n'arrive pas à s'arrêter de la regarder. “ Thank you, ” il dit finalement. “ For coming back for me. ” Ses yeux à elle sont aussi brillants que les siens. “ Of course. ” Ensemble, ou rien.

Ils font un pas en avant — et dans un flash de brilliance et de vie, se réveillent.

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

carglass#5 † north of heaven, somewhere west of hell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un maire d’origine haïtienne élu à North Miami
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven
» (Terminée) l'Appel du Far West.
» We are lost somewhere between Heaven and Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Right side ”
why did you steal my cotton candy heart ?
 :: Alternatifs; in any other world :: Au-delà du voile
-