Partagez | .

sujet; (DÉBUT JUIN 2003) (One Shot) PACIFY HER

WIZARD • always the first casuality
avatar
‹ disponibilité : hold that thought
‹ inscription : 11/12/2015
‹ messages : 1109
‹ crédits : MUDBLOØD. (avatar), sovereign (gif)
‹ dialogues : #336699.


‹ âge : vingt-deux ans (04/02)
‹ occupation : pour le monde, je suis une ancienne médicomage légiste (en réalité, l'ancienne assistante personnelle de l'Ambassadeur).
‹ maison : ravenclaw
‹ scolarité : 1993 et 2000.
‹ baguette : est toute neuve, taillée dans un délicat bois d'aubépine renfermant un ventricule de dragon, elle mesure trente centimètres et des poussières dépassant ainsi de loin celle que j'ai perdu dans l'attentat de saint-mangouste.
‹ gallions (ʛ) : 2476
‹ réputation : je suis Hestia Carrow, une fille bizarre, porte-malheurs, instable et incestueuse qui ferait tout pour sa sœur.
‹ particularité : clairvoyante.
‹ faits : je n'étais pas maîtresse de mes actions pendant la guerre, mon cerveau ayant été lavé après l'exécution des rebuts. J'ai fuit la bataille finale bien avant sa fin et je hais la marque à mon bras. Retrouver le contrôle de mon esprit n'est pas si aisé que ça et je fais encore de nombreux cauchemars. En fuite avec ma jumelle et mon niffleur albinos, Idris, logeant chez des moldus j'ai fini par me rendre en espérant rendre à ma sœur une vie normale, sauf que par un procédé qui m'est inconnu elle a réussi à échanger nos corps.
‹ résidence : bonne question.
‹ patronus : inexistant
‹ épouvantard : moi-même, ou Hestia qui sait, restreinte par une camisole de force.
‹ risèd : moi-même de nouveau identique à Hestia.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6904-wicked-game-flora
pacify her she's getting on my nerve
Hit the lottery ( oh wee ! ) but with what I gave up to get it, it was bittersweet, it was like winning a used mink
Comme une enfant, comme l'adolescente qui s'est toujours moquée du regard des autres, Flora ne martèle pas d'un rythme cohérent le sol dallé de la réception de la Bran Tower, mais sautille, ses petits talons le rencontrant de façon infréquente ; une cacophonie pour les voisins, une douce mélodie à ses oreilles. Elle l'a. Elle l'a enfin, le prix convoité, le fruit de son dévouement. Alecto est fière d'elle. Ses quenottes reflètent la lumière des bougies flottantes, son sourire radieux surprend par sa rareté plus qu'il n'éblouit. Elle n'a pas l'habitude de montrer son euphorie Flora. Elle préfère jouer de la perception qu'ont d'elle les autres. Elle préfère s'en tenir à ce qu'elle connaît. Elle n'a jamais été euphorique il faut dire. Et au Diable les autres, les autres importent peu. Elle remonte sa manche, une fois, deux fois, trois fois en attendant que les portes de l'ascenseur ne s'ouvrent. Elle n'y croit presque pas à ce dessin - pourtant un jour trouvé immonde - qui décore à jamais sa peau d'albâtre. Elle le caresse du bout du doigt, elle jubile et n’a qu’une chose à regretter: l’absence de quelqu’un à ses côtés pour partager ce grand moment. Lorcàn, qui lui a obtenu si rapidement une nouvelle baguette après la perte de la sienne. Et elle.

She’s not gonna like it.

Elle. Hestia. Elle. Son double. Le sourire se transforme en moue renfrognée alors qu'elle passe les portes de l'ascenseur. Elle va décevoir sa jumelle ; elle est triste. Hestia lui vole sa joie ; ça l’énerve. If she doesn’t like it it means she’s an enemy. Si on a rien à se reprocher on ne voit pas d’inconvénient à vivre avec une Mangemort. Si on est quelqu’un de bien on est pas mécontent, de voir sa sœur se faire marquer. Son poing se serre, presque malgré elle. I love her. C'est indéniable. Elle aime sa sœur, elle lui est dévouée, elle lui est loyale, pour toujours et à jamais. Elle ne la trahirait pour rien au monde. But she won’t like it. Ses ongles mal taillés s’enfoncent dans la chair de sa paume, une grimace étire douloureusement ses lèvres. Hestia ne peut pas être une ennemie. Elle refuse. Hestia n’est pourtant plus une alliée. C’est impossible, mais c’est vrai désormais, aussi vrai que l’encre noire sur son avant-bras gauche. Elle en a rêvé, elle l’a obtenue, elle est ravie mais son cœur bat la chamade, au rythme de l'unique phrase qui martèle son cerveau: Hestia won’t like it. Et c’est un problème, un gros problème. Draco est parti, elle ne veut pas, elle ne peut pas perdre Hestia. Elle ne survivrait pas à l’amputation, c’est une bien trop importante partie de son être. Elle ne saurait pas vivre sans elle. L’éloignement nécessaire à sa formation, le fait de ne plus pouvoir être un livre ouvert pour son âme sœur, c’est déjà plus qu’elle n’en tolère. Flora a peur de sa colère, de son éloignement, mais aussi et surtout, elle a peur de ce que cela signifie pour elle: If she doesn’t like it, she’s an enemy. Et si elle a le moindre comportement, le moindre propos signifiant une allégeance autre qu’au Magister, des opinions divergentes des siennes, Flora sait ce qui est attendu d’elle. Ce qu’elle doit faire. Ce qu’elle a envie de faire ? Non ! (Oui.) Faire du mal à Hestia ? Non bien sûr !  (Oui, évidemment, si nécessaire.) La trahir ? Oui s’il le faut. (Jamais.) Elle a affirmé sans ciller qu'elle capturerait Draco si elle le retrouvait et que sa traitrise était avérée. Elle n'est pas une si bonne menteuse. Elle ne tient pas longtemps devant un légilimens, elle ne tient même pas devant les questions trop pressantes ; la loyauté c'est une question trop importante. Elle n'a dit que la vérité Flora. So help me God if what they say is right I will gut him. Elle trahira Draco sans hésitation. Et pas pour l’interrogatoire subi. C'était difficile. C'était normal, voyons, un fugitif est dangereux, une menace. Elle n’en sait pas beaucoup, elle n’a eut le déplaisir d’être questionnée que pour son lien de sang avec le jeune homme. Tu parles d’un cadeau. Et pas pour être parti sans un mot - elle lui en veut terriblement, elle aurait pu aider les Mangemorts s’il l’avait tenue informée de son intention de mettre les voiles. Elle ne le trahirait pour aucune raison personnelle en somme, mais pour la Cause tout simplement. Elle trahirait Draco, elle trahirait père et mère si on le lui demandait. Alors pourquoi pas Hestia aussi ? Des perles de sang s'échappent de sa paume éraflée mais elle ne s'en rend même pas compte. No one is asking. Non, personne ne demande la tête d’Hestia. Pas encore. Elle réprime un frisson d’horreur. Elle tuera quiconque oserait vouloir toucher un cheveux de sa tête. Quiconque sauf…n’importe quel mangemort tenant ses ordres du Lord. Son poing se serre un peu plus. Non, jamais elle ne ferait une chose pareille.

Jamais.

L’ascenseur la dépose à son étage, mais elle hésite à descendre. C’est ridicule, elle ne va pas passer la nuit dans la cage d’ascenseur, il va bien falloir qu’elle retrouve son appartement, qu’elle confronte Hestia, qu’elle parade la nouvelle Flora. La version améliorée. Mais elle n’a pas envie de tout chambouler dans sa vie Flora. C’est déjà beaucoup, c’est déjà trop. Elle est heureuse, fière de cette marque tant désirée et durement acquise. Sa camarade et copine de formation, l’autre pupille d’Alecto, n’a pas eu cette chance: Crystal est morte dans l’attentat de Sainte-Mangouste. Mais Flora, elle, elle a survécu et son but n’a pas changé. Elle a survécu pour se battre. Elle est toujours déterminée, elle est toujours convaincue. Seulement son esprit accueille une nouvelle voix désormais, une voix un peu faiblarde, une voix qu’elle n’entend presque pas, comme un murmure incompréhensible. Elle est comme dotée d’un nouvel instinct. Ok, so maybe I won’t tell her. Elle ne lui dira pas, elle ne lui montrera pas ce qu’elle a fait - ce qu’elle a osé faire l’impudente ! - ; se mutiler, les mutiler, elles et leur lien en osant se faire apposer une marque qui la différencie encore un peu plus de sa sœur, qui marque le clivage qui ne fait d’elle plus rien d’autre qu’une copie imparfaite. La mauvaise face de la pièce. But I’m happy. Elle se rappelle de sourire, elle se rappelle d’être heureuse, se rappelle qu’elle l’a voulue cette différence, pas pour embêter Hestia, mais parce qu’elle a besoin de servir sa cause, besoin d’agir. Si Hestia ne comprend pas c’est qu’elle a tord. Si Hestia lui fait une scène elle devra le payer.

Le sang lui monte à la tête.

Elle fait quelques pas pour s'adosser au mur qui fait face à la porte de son appartement. Leur appartement. Le sera-t-il encore, une fois que son secret sera découvert ? Ou la rancœur sera-t-elle telle que les jumelles devront subir une rupture physique en plus de tout ? You shouldn't care. Tout ce qui compte, tout ce qui a compté ces derniers mois pour elle c'était l'obtention de cette marque. Hestia lui vole sa joie. I don’t care. Hestia est trop importante pour elle. The Lord is your master. Voldemort doit passer avant. Avant sa sœur avant sa famille avant sa propre personne. Elle peut lui offrir sa propre vie, alors pourquoi pas celle de son alter ego ?

Son crâne rencontre le mur avec un peu trop de violence.

Je ne la trahirai pas. Boum. Si c'est nécessaire je le ferai. Boum. Elle baisse brusquement sa manche gauche. Hestia can't know. Ça lui fait mal à la tête d'émettre cette pensée. Métaphoriquement elle a mal: c'est un énième secret à cacher à son double oui. Une énième aberration, une nouveauté malvenue entre celles qui ne se sont jamais rien cachées. Rien avant cette nouvelle lubie - cette illumination ! - de Flora. Physiquement, littéralement, elle a mal, comme si, pour se frayer un chemin jusque son conscient l'idée avait du passer par d'innombrables barrages dans son esprit. Ridicule. Elle secoue la tête comme pour chasser ses drôles de pensées et calque, à défaut du sourire définitivement perdu, une moue indifférente sur sa figure livide. Elle sort les clés de sa poche et pousse un petit soupir en essuyant les quelques gouttes de sang qui s'échappent de sa main sur un pan de sa robe trop foncée pour que les tâches ne soient remarquées. Désormais, elle ne porterait chez elle plus que des habits aux manches longues. Tout pour protéger Hestia. What are you talking about Flora, who does she need protection from ? The Dark Lord ? Elle secoue la tête. Hestia n’a rien à craindre du Magister, Hestia est parfaite. Hestia n’est pas une traitre. Flora refuse. Me. chuchote la voix inaudible dans son esprit. Elle fera tout, tout ce qu'elle peut pour protéger Hestia, de sa plus dangereuse ennemie: son double. La véritable traitresse.

• • •

Revenir en haut Aller en bas
 

(DÉBUT JUIN 2003) (One Shot) PACIFY HER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faible participation populaire à une manifestation antigouvernementale
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011
» 15 JUIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: “ Right side ”
why did you steal my cotton candy heart ?
 :: Alternatifs; in any other world :: Flashbacks
-