Partagez | .

sujet; MISSION ► War is dark and cold like a dementor

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 22/02/2016
‹ messages : 615
‹ crédits : cristalline et crackle bones pour la signature.
‹ dialogues : salmon


‹ liens utiles :
présentationjunereaghandaphnemoodlyannalorcànremus

‹ âge : vingt-quatre ans.
‹ occupation : C'est la grosse question que se pose Ronald en ce moment. Il n'aspire plus à devenir Auror, être autant de temps en guerre lui a passé l'envie de partir à la chasse aux mages noirs et il ne veut pas non plus avoir de contact avec les autres êtres humains alors il ne sait pas. Il aide Charlie avec ses dragons de temps en temps et ça ne lui déplaît pas. Peut-être qu'il va finir par se lancer dans des études de magizoologie ?
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1991 et juin 1998.
‹ baguette : Bois de saule, trente-cinq centimètres et contient un crin de licorne. Cette baguette le suit depuis qu'il a détruit celle de son frère Charlie en deuxième année.
‹ gallions (ʛ) : 1481
‹ réputation : Difficile de passer à côté de la famille Weasley tout de même. Connue pour l'immense fratrie qui la compose, il est difficile de passer à côté d'eux. Famille emblématique des insurgés, ils ont tous presque reçu l'Ordre de Merlin et une jolie somme pour les services rendus à la société sorcière. On sourit beaucoup plus à Ron depuis la fin de la guerre et étrangement, il déteste cette célébrité. Lui qui convoitait tant celle de Harry quand ils étaient à Poudlard, il a fini par comprendre pourquoi son meilleur ami la fuit.
‹ particularité : aucune.
‹ résidence : il a retapé le Terrier alors en attendant c'est là-bas qu'il est.
‹ patronus : un jack russel terrier
‹ épouvantard : Celle-ci ne changera pas, pour rien au monde. Ronald peut faire face à n'importe quelle horreur, mais si vous le mettez devant une araignée... vous pouvez dire adieu au Gryffondor qui sommeille en lui.
‹ risèd : Il se revoit à Poudlard, quand tout allait bien, avec Harry, avec Hermione. Quand il pouvait encore entendre son père pester contre le fonctionnement d'un objet moldu et que Fred et George étaient en train d'inventer des confiseries piégées pour leur boutique tandis que leur mère s'affairait à la cuisine avec ce sourire si caractéristique. Ronald souhaiterait pouvoir revenir à cette période où tout le monde était encore là.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6913-ronald-king-and-lionheart
« Etais-tu vraiment obligée de l'emmener ? On n'a pas besoin de lui. » - « La ramène pas. » Lâche-t-il en lui jetant un regard haineux. Tout est de sa faute. Tout. En cet instant, il sent son sang bouillir d’une rage folle. Il sait que si la situation n’était pas si grave, il se serait jeté sur lui pour le rouer de coups. Pour lui donner ce qu’il mérite et tant pis pour les conséquences derrière. Il sent ses mains trembler sous la colère et il doit prendre sur lui pour ne pas faire dégénérer la situation. C’est en rejoignant le corps d’Harry qu’il se calme. Il le doit. Il en collera une à Malfoy plus tard, mais pas maintenant. Plus ils s’approchent de son meilleur ami et plus il se rend compte de l’horreur de la vérité. Harry est là. Il n’est pas mort. Il n’est pas vivant non plus. Ses yeux accrochent les traits de son visage et le vide dans l’émeraude. Tout est arrivé très vite. On a été pris par surprise par un escadron de détraqueurs et le temps que je m'éloigne pour appeler à l'aide, Potter s'est écroulé. Il n'était pas... en très bon état » Ses poings se serrent pendant l’explication de la fouine et ses yeux ne décrochent pas du corps posé au sol. « Les détraqueurs sont trop nombreux pour être vaincus à deux. Il faudrait... que vous les forciez à rester à distance le temps que je récupère le Potter du passé et que j'actionne le Retourneur pour tous nous ramener ici. Si tout se passe bien, les détraqueurs seront sans doute partis après notre disparition et l'endroit devrait être désert à notre retour. » Ronald redresse la tête. Oh maintenant il veut jouer au héros ? Les lèvres du Weasley se pincent, il est hors de question que cet imbécile les suive. « Je dois vraiment y aller avec vous. Je connais les risques Granger, mais si vous y allez seuls mes souvenirs seront entièrement perdus. » - « Fine. Fine. FINE. Combien dans l’escadron, à peu près ? » Ronald soupire et se passe une main dans les cheveux. Il ne sait pas quoi faire ni quoi dire pour dissuader de la venue de Malfoy. Qu’est-ce que ça peut bien faire s’il perd des souvenirs ? Il sait bien que c’est la rancœur et la douleur qui parlent à sa place. Il sait qu’il est incapable de raisonner correctement. Harry n’est plus. Même si le retourneur de temps reste un espoir, jouer avec le temps est un immense risque. Et s’ils n’y arrivent pas et qu’Harry reste quand même mort ? Il secoue la tête, il faut qu’il reste optimiste. C’est leur chance. Il ne pourra pas supporter une vie sans Harry.

Hermione sort le retourneur de temps de son sac. Il l’a vu une fois quand ils étaient en troisième année, mais jamais d’aussi près. Il redresse la tête pour voir l’hésitation et la peur dans le regard d’Hermione. « Ça va aller, ok ? » Marmonne-t-il à son attention. Ronald croit aux capacités d’Hermione. Il n’a jamais douté d’elle. Il sait que c’est probablement la mission la plus difficile sur laquelle ils sont tombés, mais ça ira. Ça doit aller. Il doit se convaincre et convaincre Hermione qu’elle va y arriver. La détermination de la jeune femme l’a toujours aidé à se surpasser et pour le coup, il a besoin qu’elle y croit aussi. Les doigts de la Granger entourent son poignet pendant qu’elle tend la chaîne à Malfoy. « If we make it out, I’m never letting any of you plan anything ever again, FYI » Il lève les yeux au ciel. Oui, oui, évidemment. Elle a aussi fait partie des plans un peu foireux de leur tendre jeunesse. « Allons-y. » Fait-il légèrement tendu. On lui a toujours dit que jouer avec le temps n’est pas une bonne idée alors oui, il est anxieux et il se demande quelles conséquences il y aura après le sauvetage d’Harry. Il lance un dernier regard à la coquille vide qu’est son meilleur ami. On va te ramener, promis. Hermione actionne le retourneur et ils se retrouvent bientôt comme tirés en arrière, le sol semblant se dérober sous leurs pieds.

Ça ne prend que quelques secondes. Secondes pendant lesquelles, ils peuvent voir le temps se distordre et les images défiler. Ronald aperçoit vaguement le détraqueur se penchant sur Harry. C’est la seule image qu’il a retenu et que son cerveau retiendra. Puis finalement, tout redevient normal. Ils sont sur cette colline, mais Harry n’est plus là. « Et maintenant ? »

Spoiler:
 

• • •

red king  and at once i knew i was not magnificent strayed above the highway aisle, i could see for miles, miles, miles.
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
avatar
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.


‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 11740
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
Il s'attendait à beaucoup — mais pas à ça. Pas à Weasel hargneux mais contenu, pas aux remarques seulement amères mais ni acides ni accompagnées de coups. Il s'attendait à une explosion virulente parce que Ronald Weasley reste un imbécile et un impulsif irréfléchi dans ses souvenirs, mais voilà que Draco se retrouve pris dans une dynamique à sens unique, à distiller des pics sans écoper en retour de plus qu'un regard noir, et il est obligé de ravaler sa bile parce que le rouquin semble avoir... mûri. Plus que lui, peut-être, sur certains points, et c'est odieux à admettre, même intérieurement. Malfoy cherche le regard de Granger mais elle est plus occupée à essayer de s'empêcher de s'arracher les cheveux, et il réfrène le réflexe d'instaurer un contact. Elle et lui ne s'entendent réellement que dans le secret des cachots ou des couloirs désertés, ça le frappe. Même s'il cédait à la pulsion stupide d'enserrer son épaule d'une main ou de l'enrouler autour de la sienne, en guise de soutien, pour lui jurer que tout ira bien, pourquoi l'accepterait-elle ? Elle est distante — c'est subtile mais réel, parce qu'ils sont à découvert, et surtout, probablement, parce que son précieux Ronald est présent. Et parce que lui, il n'est que l'ancien mangemort, hideusement défiguré, la BA dont elle finira bien par se lasser une fois cette foutue guerre achevée, s'ils y survivent, n'est-ce pas ?

Peu importe peu importe peu importe, ce n'est pas ce qui compte pour l'heure ; Draco serre les dents, ligote sa colère, l'enterre sous une fausse impassibilité. Il est trop à fleur de peau, mais c'est à cause des Détraqueurs dont la présence a laissé un froid effarant, à cause de la mort de Potter aussi, dont le souvenir vivace du regard vide lui transperce l'âme en lui rappelant la façon dont il s'est mis à l'abri en le laissant derrière. C'était une nécessité, une question de survie, alors pourquoi la culpabilité ? Probablement le contre-coup d'avoir trop côtoyé Granger. Probablement l'effet inévitable pour avoir laissé Harry Potter devenir son garant et son partenaire sur le terrain, au lieu de lui cracher à la face pour repousser son élan de bon samaritain. Fine. Fine. FINE. Combien dans l’escadron, à peu près ? Il tique, détourne les yeux. Une dizaine, biaise-t-il en se pensant dans le vrai et en espérant qu'il ne s'agissait pas plutôt d'une quinzaine de ces Créatures de la mort. C'est qu'il n'est pas resté assez longtemps pour les compter et qu'une fois à l'écart, il a seulement été obnubilé par l'odieux spectacle, trop pris dans la panique pour songer à une solution de secours. L'idée du Retourneur ne s'est imposée que bien plus tard. Mais il ne peut pas avouer ça à Granger-Je-Monte-des-Plans-sur-la-Comète-dans-le-feu-de-l'action et à Ronald Weasley.

If we make it out, I’m never letting any of you plan anything ever again, FYI. Il se crispe mais ne dit rien. Voilà des mois qu'on lui impose tout et il se hérisse à la seule idée de laisser cette situation se réitérer. Son besoin de contrôle est presque... maladif à ce stade et son index tape deux fois sur le manche de sa baguette, l'autre sur la couture du jean moldu refilé par la résistance, tandis qu'il contient tout commentaire. Ils se mettent à distance respectable du lieu de l'attaque avant d'user du Retourneur. Le trajet dans le passé est une expérience déboussolante, mais l'expérimage en lui n'a pas le temps se pencher sur cette expérience. Ils sont de retour au point de départ. Et maintenant ? Un mouvement de menton leur indique de se déplacer et il les précède, pour avoir une vue imprenable sur l'endroit où se trouve la paire qu'ils recherchent. Ils sont en contre-bas, Potter appuyé sur l'épaule du Malfoy du passé, titubant, et l'atmosphère glaciale est de mauvais augure. Draco-Du-Présent désigne la masse sombre qui se déplace. Les détraqueurs. L'idéal serait que vous en détourniez autant que possible pendant que je m'occupe de ces deux-là. On vous rejoint ensuite et on décampe. Il se met aussitôt en route, se rapprochant au maximum tout en restant à couvert, visant sa version passée. Il compte attendre que son autre se mette à couvert et lui lancer un bref sortilège de Confusion le temps de récupérer Potter. Sa version passée sera bien capable de se tirer de là, il ne s'en fait pas pour ça.

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
avatar
‹ inscription : 04/06/2015
‹ messages : 4243
‹ crédits : killer from a gang (avatar) ; anaëlle (sign).
‹ dialogues : indianred


‹ âge : vingt-trois (31/07/80)
‹ occupation : décédé depuis le 24/08/03.
‹ maison : Gryffondor
‹ scolarité : 1991 et 1997.
‹ baguette : en bois d'aubépine, mesure 30 cm et a en son cœur un crin de licorne (anciennement à Draco Malfoy) ; je suis également le maître de la baguette de Sureau.
‹ gallions (ʛ) : 5745
‹ réputation : je suis un dude très cool maintenant que j'ai tué Voldemort (rip).
‹ particularité : Fourchelang.
‹ faits : j'ai beaucoup changé, je suis devenu froid et maîtrisé, prudent et confiant ; les foutues répercussions de la guerre qui m'ont fracassé la gueule. Parmi les Insurgés, je suis Specs, anciennement parmi l'un des leaders des Audacieux. Membre du conseil de la RDP – les seuls étant au courant que je suis en vie. J'ai passé un marché avec Drow : 80 années de ma vie en échange d'un talisman prévu pour détruire l'horcruxe en moi.
‹ résidence : au 12 Grimmauld Place (Sirius m'a désigné comme étant son héritier pour reprendre la demeure familiale des Black).
‹ patronus : un cerf
‹ épouvantard : un détraqueur (la peur elle-même).
‹ risèd : mes parents, une femme et des enfants - une famille complète.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6879-you-never-walk-alone-harry
24/08 – Quelques semaines plus tôt, il s’était rendu chez Drow accompagné de Ron et Hermione après avoir accompli une série d’épreuves pour montrer leur bravoure – des conneries juste pour les emmerder et tester leur patience. Des années qu’ils bûchaient sur ces individus séculaires dépeints par la légende comme étant les détenteurs légitimes des pierres de pouvoirs. Selon Hermione, ces pierres seraient capables de détruire son horcruxe sans le tuer. Après avoir vu les souvenirs de Snape dans la pensine de Dumbledore, Harry en était venu à la conclusion que son vie entière était un échec immuable. Il s’était rendu compte qu’il n’avait jamais vécu mais seulement existé, pour un court moment, parce que ça avait toujours été le but depuis le début : l’élever, le nourrir, pour le guider jusqu’à l’abattoir. S’il avait accepté cette fatalité, ça n’était pourtant pas le cas de Ron et Hermione, incapables d’imaginer une telle possibilité. Fine. Ils étaient persuadés de trouver une solution, un moyen dénué du sens radical mais qui garantit qu’il vivra toujours. Fine. La quête de Drow, c’était justement leur solution, le moyen presque efficace et sûr de préserver sa vie. Mais Drow ne conclut aucun marché sans rien prendre en retour. Ce n’est pas l’argent qui l’intéresse mais la magie. Son prix initial était de soixante-dix ans de la vie de Harry en échange d’un talisman ayant la propriété de drainer complètement le horcuxe sans le tuer. Du moins, pas sur le coup. Ils avaient refusé le deal. Trop dangereux, trop stupide, trop irresponsable – c’est toujours le même principe qu'on avance : la mort de Harry.

Mais Harry est revenu voir Drow, cette fois-ci accompagné de Malfoy parce que l’indifférence que Malfoy lui porte est une garantie certaine qu’il ne tentera pas de le faire changer d’avis (you hate me, remember ?). Qu’il le traite d’abruti, Harry s’en moque, mais tant qu’il n’use pas du pathos pour le faire se rétracter, c’est tout ce qu’il lui demande. Et Malfoy a rempli impeccablement ce rôle puisque le marché avec Drow conclu, il n’a rien dit. Le talisman en mains, Harry a pourtant senti que quelque chose lui drainait son énergie sa vie et puis ça l’a frappé : quatre-vingt années de sa vie. Il a signé ce contrat avec sa propre vie. Quatre-vingt années de sa vie perdues, juste pour un talisman qui est en train de bousiller son existence futile.

Maintenant qu’ils ont quitté la cabane et qu’il s’accroche à Malfoy comme si sa vie en dépendait – mais si, justement, parce que Malfoy le soutient, parce que Malfoy ne l’abandonne pas, parce que Malfoy l’aide – il a tellement envie de s’allonger quelque part et s’endormir pendant des jours, tant il se sent bousillé, juste bousillé, fatigué, fatigué de tout, même de tenir debout. Heureusement que Malfoy est là, heureusement qu’il lui parle même si Harry ne comprend pas forcément ce qu’il lui dit. Ils s’échangent quelques insultes, même s’il a du mal à former les mots, ils s’emmêlent sur sa langue comme s’il n’avait plus aucun contrôle de son propre corps. Et puis, la sensation de froid… il ne la connaît que trop bien. La panique les rend maladroits, Harry est par terre et Malfoy recule. Ca y est, se dit finalement Harry. Malfoy l’abandonne. Comme il en a l’habitude, c’est presque ironique de le voir l’abandonner encore une fois, de la même façon que leurs vies antérieures. Mais il n’a pas le temps de rire de l’ironie de la situation, les Détraqueurs sont trop près, il fixe son attention sur ces créatures, sa baguette levée. Mais l’instant d’après, Malfoy revient vers lui et le tire en arrière, sans qu’Harry n’ait le temps de lancer un Expecto Patronum. Il a le temps de jeter un coup d’œil bref vers les créatures mais leur nombre a diminué – il a même l’impression qu’elles se dirigent ailleurs, comme si quelqu’un d’autre (deux personnes ?) les attiraient pour les disperser (ses sauveurs). C’est probablement un délire, une illusion de son esprit trop détraqué pour le réconforter juste avant sa mort. Mais c’est une illusion qui lui paraît beaucoup trop réelle – parce que Malfoy est revenu, finalement. Il ne l’a pas abandonné. Pourquoi t'es revenu ? Non, ta gueule, je veux pas savoir, juste… sors-moi de-là. « Connard », ricane-t-il en toussant et en se laissant toujours traîner à l’abri, incapable de croire que Draco Malfoy lui a sauvé la vie.  

• • •

I like a quiet life, you know me.
Gnawing on the bishops, claw our way up their system, repeating simple phrases, someone holy insisted. I want the markings made on my skin, to mean something to me again.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

MISSION ► War is dark and cold like a dementor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Dark and cold
» Dark And Cold
» News de Dark and Cold
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Somewhere over the rainbow ”
but you know legends never die
 :: Royaume-Uni; bring me the horizon
-